Archives de la catégorie ‘Madrid’

Coat of Arms of Spanish Monarch.svgThe King of Spain Felipe VI stripped his sister Infanta Cristina of her title of Duchess of Palma de Mallorca, the palace said in a statement.

 MOSCOW (Sputnik) — Infanta Cristina is suspected of involvement in fraudulent activities carried out by her husband Inaki Urdangain, who was accused of embezzling $7.3 million in public funds from the non-profit Noos Institute through a company owned by the royal couple.

Infanta Cristina tried to avoid charges by paying more than $700,000 in a public liability bond, as she indirectly benefited from her husband’s wrongdoing.

On December 22, 2014, it was announced that the Spanish duchess was to be tried on two tax offense charges.

The same month, Spain’s Socialist Workers’ Party (PSOE) called on the king to strip Infanta Cristina of her dynastic rights over her involvement in public funds embezzlement.

0000000000000000000000000000000000000

A la Une de « l’heure du crime » de Jacques Pradel, les révélations d’un journaliste d’investigation sur un des plus grands secrets de la République…

Comme le secret est en train d’être éventé, on peut dire aussi qu’il s’agit d’un des grands tabous de la cinquième République : l’existence d’un groupe ultra secret de tueurs professionnels qui exerceraient, au nom de la France une sorte de droit de représailles de l’Etat, face à ses ennemis, par exemple les terroristes qui menacent depuis de longues années nos institutions…La décision de créer ce groupe au sein du service action de la DGSE aurait été prise après l’affaire du Rainbow Warrior, au milieu des années 80. Les Présidents de la République qui ont succédé à François Mitterrand ont toujours nié officiellement l’existence de ce groupe, baptisé « Alpha » dont certains membres ont accepté de parler à mon invité, Vincent Nouzille qui publie son enquête dans un livre qui vient de paraître aux éditions Fayard.

Avec lui, nous allons revenir sur cette guerre de l’ombre dont les échecs ou les victoires ne sont jamais officiellement revendiqués..

Vincent Nouzille a passé trois ans à recueillir les témoignages d’anciens ou d’actuels membres des services de renseignements français. Il en sort un ouvrage époustouflant, où la réalité semble parfois dépasser la fiction.

C’est en 2002 qu’un événement lui met la puce à l’oreille : deux agents de la DGSE sont arrêtés en Espagne, alors qu’ils transportaient des faux passeports et un vrai arsenal de guerre… Ces agents, bien plus secrets que des agents secrets, faisaient partie de la « Cellule alpha »… Une appellation que le journaliste a tenté de comprendre, et de mettre à jour. Une cellule constituée d’une dizaine d’électrons libres, capables de mener des doubles vies sans éveiller l’attention, et de tuer sans poser de questions. Ce dispositif, créé sous Mitterrand, a été utilisé par tous les présidents depuis.

A commencer par François Hollande…

***

Philippe Rondot à son arrivée le 11 décembre 2007 au pôle financier du palais de justice de Paris.

Rusia

17:35 30.03.2015(actualizada a las 20:08 30.03.2015)
3307717

Las autoridades españolas congelaron las cuentas bancarias de cientos de rusos residentes en España que no informaron sobre el origen de los capitales, comunicó el medio Deutsche Welle citando al abogado Gregorio Fuentes.

00000000000000000000000000000000000000000000

On n'est pas des moutons

2015-01-31T141832Z_535992164_GM1EB1V1PTW01_RTRMADP_3_SPAIN-PODEMOS_0

En organisant une « Marche pour le changement », le parti antilibéral souhaitait faire une démonstration de forces à l’orée d’une année électorale. Il a réuni des dizaines de milliers de personnes.

Au cri de « Oui, c’est possible ! », des dizaines de milliers d’Espagnols ont manifesté samedi dans les rues de Madrid, à l’appel du parti antilibéral Podemos, leur volonté de renouveler la politique en Espagne, en année électorale, après la victoire de Syriza en Grèce. « Le vent du changement a commencé à souffler sur l’Europe », a déclaré Pablo Iglesias, le leader du parti, devant une foule compacte réunie place de la Puerta del Sol dans le centre de Madrid, brandissant drapeaux grecs et républicains de la gauche espagnole.

Auparavant, les manifestants, auxquels s’était joint Jean-Luc Mélenchon, ont défilé depuis la place de Cibeles, à moins de deux kilomètres, où ils avaient conflué par dizaines de milliers, pour une « grande marche…

View original post 554 mots de plus

Solidarité Ouvrière

euronews.com, 14/01/2014

Sans titre

Manifester pour défendre le droit de manifester. Ces milliers d’Espagnols conspuent ce qu’ils surnomment la “loi du bâillon”. Le texte du Parti populaire au pouvoir doit être adopté dans les prochains mois au sénat. Il englobe une série de mesures liberticides selon ses détracteurs. Ainsi des amendes très lourdes sont prévues en cas de manifestations aux abords de l’Assemblée ou en cas de perturbations des services publics. Des rassemblements se sont tenus ce samedi à Madrid et dans plusieurs autres villes du pays.

View original post 110 mots de plus

Actualités Voyages TravelApps, l'information au quotidien sur les applications mobiles et réalité virtuelle de voyage.

Uber décide d’arrêter temporairement ses activités voiture de transport avec chauffeur (VTC) en Espagne.
« Nous avons suspendu temporairement UberPOP en Espagne pendant que nous faisons appel de la décision de justice et que nous étudions de nouvelles options permettant de donner aux Espagnols accès à des voyages sûrs et confortables », écrit le responsable d’Uber en Espagne, Carles Lloret, dans une note de blog publiée mardi soir.

image

« Pendant cette suspension temporaire d’UberPOP, nous collaborerons également avec les politiques espagnols pour développer le nouveau cadre de régulation nécessaire afin de créer un espace juste pour Uber et l’économie collaborative », poursuit-il, soulignant qu’Uber « respecte la loi ».
Lancé en avril 2014 en Espagne, d’abord à Barcelone puis à Madrid et Valence, Uberpop met en relation via un site internet et des applications pour smartphone des clients et des particuliers qui s’improvisent chauffeurs de taxis avec leurs véhicules personnels.
Une suspension préventive…

View original post 245 mots de plus

Othman El Rhazi

Othman El Rhazi de Le Généraliste.

« Je ne veux, en aucun cas que le fait de rester à ce poste puisse être utilisé pour porter préjudice au gouvernement espagnol, à son président (Mariano Rajoy) ou au Parti populaire ». C’est dans un communiqué que la ministre de la Santé esp…

View original post

Des militants de Greenpeace dans les eaux des îles Canaries.
Photo: Arturo Rodriguez Agence France-Presse HO Des militants de Greenpeace dans les eaux des îles Canaries.

Madrid — Repsol a donné mardi le coup d’envoi à la recherche d’hydrocarbures au large des îles espagnoles des Canaries, que la compagnie pétrolière présente comme une chance pour le pays, mais qui suscite une forte opposition sur place notamment de Greenpeace dont un navire a été saisi.

Les opérations, menées depuis le bateau Rowan Renaissance que loue Repsol pour l’occasion, vont durer «une soixantaine de jours», a fait savoir un porte-parole de la compagnie espagnole.

Le premier point de sondage se situe en pleine mer, à une cinquantaine de kilomètres à l’est des îles Lanzarote et Fuerteventura, connues des touristes pour leurs paysages volcaniques et leurs plages, au large des côtes africaines.

Repsol a prévu de chercher des hydrocarbures jusqu’à 3000 mètres de profondeur. En cas de résultats concluants, le groupe pétrolier a déjà reçu le feu vert du gouvernement espagnol pour procéder à deux autres sondages dans la même zone, jusqu’à 6900 mètres de profondeur.

Repsol estime entre 17 et 19 % les chances de découvrir des gisements d’hydrocarbures au large de l’archipel. Des premières explorations, menées au début des années 2000, avaient révélé des gisements à environ 70 kilomètres des côtes, près de la frontière maritime avec le Maroc. Mais elles avaient été interrompues par la justice en 2004.

Opposition

Aujourd’hui, ce sont les associations écologistes et le gouvernement régional des Canaries qui s’opposent à ce projet soutenu par Madrid.

«Ils protègent une entreprise privée, Repsol, pour s’attaquer aux ressources qui sont les nôtres», a accusé le président des Canaries, Paulino Rivero, à la tête de la coalition nationaliste de centre droit Coalicion Canaria.

Greenpeace avait de son côté dépêché son navire Arctic Sunrise sur place, mais le bateau a été mis sous séquestre mardi par l’Espagne pour s’être approché du Rowan Renaissance dans une zone d’exclusion maritime.

Il y un an, le bateau de plus de 49 mètres avait été arraisonné par les autorités russes après une opération contre le géant gazier Gazprom dans l’Arctique pour dénoncer les risques d’exploitation d’hydrocarbures dans cette zone aux écosystèmes fragiles.

Une caution de 50 000 euros a été demandée pour permettre au bateau, bloqué à Arrecife, de reprendre la mer, selon un porte-parole de Greenpeace. Le ministère de l’Equipement espagnol n’a pas confirmé cette information, mais a admis qu’une procédure avait été engagée contre l’ONG.

Référendum bloqué

Le gouvernement espagnol a déjà fait bloquer par le tribunal constitutionnel la tenue d’un référendum, prévu par le gouvernement des Canaries le 23 novembre, pour demander aux habitants si «les Canaries doivent changer leur modèle environnemental et touristique pour privilégier les prospections de gaz ou pétrolières».

Le tourisme est la première ressource des sept îles de l’archipel, qui, outre Lanzarote et Fuerteventura, comprend El Hierro, La Palma, La Gomera, Tenerife, Grande Canarie, qui ont accueilli 10,6 millions de voyageurs l’an dernier.

Un porte-parole du gouvernement régional a indiqué espérer que le Tribunal supérieur de justice des Canaries, saisi d’un recours contre les prospections, se prononcerait «cette semaine ou la suivante».

Pour Repsol, ces inquiétudes n’ont pas lieu d’être car le bateau en charge de la prospection n’est pas visible des côtes. De plus, la présence d’hydrocarbures dans cette zone permettrait à l’Espagne, qui importe près de 80 % de son énergie consommée, de réduire la facture, assure le groupe. «10 % de la demande en pétrole du pays pourrait être couverte», selon son site Internet.

Le groupe pétrolier met aussi en avant le montant des investissements prévus, plus de 350 millions $US pour procéder à deux premiers sondages, les retombées économiques et les créations d’emplois attendues aux Canaries où le taux de chômage frôle les 34 % contre 24 % pour l’ensemble du pays.

Les écologistes, eux, craignent un impact sur la faune et la flore, très riches dans cette zone, et des risques sismiques. Le Fonds mondial pour la nature (WIFI), Greenpeace, mais aussi les conseils municipaux des îles de Lanzarote et de Fuerteventura ont déposé plainte à Bruxelles pour stopper Repsol.

La prochaine action contre Repsol est prévue pour le 30 novembre. Plusieurs organisations, réunies dans le collectif «Rave Canaries», ont lancé un appel pour réunir une flotte dans la zone des prospections.

http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/424229/l-arctic-sunrise-de-greenpeace-mis-sous-sequestre-en-espagne

000000000000000000000000000

par Andrew Davis
Dans cette vidéo (voir plus bas), on peut voir les bateaux de la Garde-côte espagnole foncer à grande vitesse et heurter nos bateaux, faisant tomber à l’eau une jeune activiste et la laissant avec une jambe cassée. Un violent épisode qui nous rappelle jusqu’où sont prêts à aller nos gouvernements pour protéger l’industrie pétrolière.
Deux îles des Canaries, Fuertaventura et Lanzarote, sont en jeu au large des côtes espagnoles. La compagnie Repsol a obtenu un permis de forage dans cette zone malgré les risques écologiques et les impacts pour l’économie locale, en grande majorité basée sur le tourisme. Greenpeace Espagne s’est alliée avec des résidents locaux pour s’opposer aux forages, mais les mises en garde concernant la sécurité et les questions juridiques ont jusqu’ici été ignorées par le gouvernement espagnol.
Le Greenpeace Arctic Sunrise occupait le site avant que n’arrive la plateforme Rowan Renaissance et a maintenu sa position malgré les pressions des autorités.Voici la réponse du Capitaine de l’Arctic Sunrise (en vidéo) :
« Votre message a été bien reçu et compris. Nous allons rester en position. Nous y sommes forcés en raison de notre devoir de protéger l’environnement. Nous ne laisserons pas leRowan Renaissance effectuer de forage en eaux profondes à cet endroit, car nous et les millions de personnes qui nous soutiennent considérons que cette opération estextrèment risquée. Nous appelonsles gouvernement espagnol à protéger l’environnement et à aider les citoyens des ÎlesCanaries au lieu de protéger les profits deRepsol.»


Utilisation disproportionnée de la force

Ce matin, après avoir quitté le Greenpeace Arctic Sunrise, les activistes se dirigeaient à bord de zodiaques vers le Rowan Renaissance pour protester pacifiquement jusqu’à ce que la Garde-côte espagnole – présente pour escorter le navire de forage, ne les intercepte violemment, fonçant et heurtant à grande vitesse et de façon répétée les bateaux des activistes comme on peut le voir dans cette vidéo.



Deux d’entre eux ont été blessés, dont une Italienne de 23 ans, éjectée à l’eau sous l’impact avec une jambe cassée. Elle a depuis été hospitalisée et semble être en bonne condition. L’autre activiste a été soigné à bord de l’Arctic Sunrise pour des coupures mineures.

Nous sommes soulagés que personne d’autre n’ait été grièvement blessé, et indignés de ce déploiement de force brutal, injustifié et aberrant.

L’Arctic Sunrise de nouveau en campagne

C’est la première campagne de l’Arctic Sunrise depuis qu’il a été abordé dans les eaux internationales par les forces armées russe, puis retenu à Mourmansk par les autorités pendant 300 jours après que Greenpeace a protesté contre les opérations de forage pétrolier de Gazprom en Arctique.

Deux des trente membres d’équipage détenus en Russie depuis cette action, aussi appelés les Arctic 30, font partie de l’équipage en campagne contre le forage pétrolier au large des Îles Canaries. Il s’agit de Ana Paula (Brésil) et Alexandre Paul (Canada, Qc).

http://www.greenpeace.org/canada/fr/Blog/vido-deux-activistes-blesss-dont-une-hospital/blog/51364/

000000000000000000000

Asean Weaver For Business Blog

uelque 80,7 % des personnes ayant participé au vote symbolique sur l’indépendance organisé ce dimanche, en Catalogne, se sont prononcés en faveur de celle-ci, soit 1,6 million de voix, selon des résultats provisoires diffusés par l’exécutif catalan. Résultats diffusés après dépouillement de 88,4 % des bulletins. > Le risque d’une Europe à deux vitesses > Ce qu’il s’est passé hier Cela ressemblait à une journée électorale normale, de celles qui se déroulent « sans incident majeur ». Des files de dizaines de mètres se sont déployées, hier, aux quatre coins de la Catalogne, devant les centres électoraux, dans le calme. Les politiques, tout sourire, se sont fait prendre en photo devant l’urne au moment d’y glisser leur bulletin. Régulièrement, les journaux ont communiqué sur le niveau de participation. 1,1 million de personnes avaient déjà voté à 13 h, puis près de deux millions à 18 h, d’après les chiffres officiels…

View original post 96 mots de plus

Street Télé Virtuelle

La presse espagnole est unanime à soutenir Yolanda Alvarez, correspondante de la TVE à Jérusalem objet d’attaques virulentes de la part de l’ambassade israélienne à Madrid qui l’a accusé ouvertement de travailler pour le Hamas et de s’en faire le relais pour transmettre ses messages et ses chiffres.

Le porte-parole de l’ambassade israélienne s’est livré à une attaque en règle contre la journaliste à qui il reproche les « chroniques dramatiques » avec « abus d’adjectifs » et de « mises en scènes résultant d’un casting et d’une sélection de scènes servant les intérêts du Hamas sont ni plus ni moins le produit d’une activiste ».

L’ambassade israélienne a poussé le bouchon si loin qu’elle suscite des réactions indignées dans les médias espagnols.
La page twitter de Yolanda Alvarez est pleine de tweet de soutien émanant de journalistes ou d’associations de journalistes qui parlent d’intimidation et de menaces de la part de l’ambassade d’Israël.
La journaliste…

View original post 261 mots de plus

Résistance Inventerre

aespagneMariano-Rajoy-y-Pedro-Sanchez-_54412557448_51351706917_600_226
Dans son combat contre le séparatisme catalan, Mariano Rajoy, le président du gouvernement espagnol, s’est trouvé un allié en la personne de… Pedro Sanchez, le nouveau chef de file du PSOE (Parti socialiste, opposition).
A l’issue d’une réunion « cordiale » de plus de deux heures, lundi au palais de la Moncloa, les deux dirigeants ont fait part de leur identité de vues sur cet épineux dossier. Pour eux, pas question d’avaliser le référendum d’autodétermination voulu par Artur Mas – leader indépendantiste, avec lequel M. Rajoy doit s’entretenir ce mercredi – dans la mesure où celui-ci, prévu le 9 novembre, est « illégal ».
Avant même cette première prise de contact, M. Rajoy avait réaffirmé que la souveraineté nationale était « indivisible et inaliénable » (Publico) ; une ligne rouge fixée, selon lui, par la Constitution de 1978, qui garantit l’unité de l’Etat tout en accordant une large autonomie aux…

View original post 173 mots de plus

civilwarineurope

imageEn cette période de Ramadan et en pleine visite du roi Felipe VI au Maroc, la frontière de Tarajal séparant le royaume de l’enclave de Ceuta connait des tensions opposant les porteurs marocains aux forces de l’ordre espagnoles. Ce mardi, les agents de police ont procédé à la fermeture de cet unique point d’entrée vers Ceuta depuis le Maroc, le passage de Biutz étant exclusivement réservé aux sorties, et ce à plusieurs reprises, suite aux incidents survenus lors d’un vaste mouvement de foule de près de 3 000 porteurs marocains, rapporte Europa Press.

Ces derniers se sont concentrés au niveau de la frontière de Tarajal avec l’intention d’entrer dans le territoire sous administration espagnole pour acheter des marchandises, expliquent des sources du gouvernement à Ceuta. Ils ont tenté de « façon violente d’accéder à Ceuta » et la frontière de Tajaral a dû être fermée à la fois pour les…

View original post 264 mots de plus

*****************

 Que locura!

Mes coups de coeur

par Alice Bernard

Trois cents syndicalistes espagnols risquent un total de 120 ans de prison. Pour les soutenir, des milliers de travailleur se sont rassemblés dans les rues des grandes villes du pays le 9 juillet.

La suite sur : http://www.solidaire.org/index.php?id=1340&tx_ttnews%5Btt_news%5D=38709&cHash=b991ece29d07ba73c20cc6d47e61f031

View original post

La France d'Alicia

Zoom sur une Europe qui continue encore et encore d’attirer des milliers d’immigrés désirant se rendre dans les pays de l’Union européenne. Melilla, une enclave espagnole en territoire marocain, est…

View original post

europe-map

Il y a quelques temps, dans le «Frankfurter Allgemeine Zeitung» du 21 mai, le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a présenté une esquisse dans ses plus belles couleurs, d’un projet d’une Europe-UE s’approchant de plus en plus d’une construction étatique pour lui opposer une Russie plutôt sombre et rétrograde. Il renoue ainsi avec une image narrative jouant un rôle important, dans la campagne occidentale contre la Russie. Pour cela, on aime donner la parole à des auteurs russes, tel que l’a fait le «Frankfurter Allgemeinen Zeitung» du 26 mai avec Victor Erofeev. Cette initiative doit paraître particulièrement authentique et persuasive, cependant l’objectif reste d’empêcher les gens de penser. «Si c’est un Russe qui le dit, cela doit être la vérité!» Pourtant, il faut se méfier.
Tout comme le ministre allemand des Finances, Erofeev tente de dessiner un double portrait:

LIRE: http://philippehua.com/2014/06/26/leurope-ne-seffrite-pas-a-lest-mais-a-louest/

Source : http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=4308

000000000000000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :