Archives de novembre, 2016

Comment ne pas se souvenir de la guerre entre la DNRED, le CUSTOMS Excise, la DEA et la RCMP!

L’ infiltré que j’étais dans l’organisation Locatelli ne pouvait que payer en se retrouvant plus de dix ans dans des prisons espagnoles, anglaises, canadiennes et françaises.

Aviseur International

«On ne fait pas la guerre pour se débarrasser de la guerre.» Responsables policiers et douaniers feraient bien de lire Jean Jaurès, eux qui expliquent à qui veut l’entendre qu’en matière de trafic de stupéfiants, il est urgent pour leurs services de faire la paix.

A la lecture des milliers de pages de l’enquête judiciaire sur la saisie d’Exelmans, c’est au contraire les coulisses d’un affrontement fratricide qui apparaissent. Pour des raisons essentiellement structurelles, qui tiennent en premier lieu de l’organigramme baroque de la lutte antidrogue en France, la DNRED, l’Ocrtis, mais aussi la brigade des stupéfiants de la préfecture de police de Paris (BSP) – normalement cantonnée à la capitale et sa petite couronne – n’ont de cesse de se tirer dans les pattes. Une réalité qui devrait légitimement enjoindre le politique à infléchir la course aux chiffres, tant cette dernière attise les flammes en faisant la pluie et…

View original post 386 mots de plus

Aviseur International

​Depuis 2008, la lutte antidrogue utilise le recrutement massif d’infiltrés pour remonter les filières.

Le scandale de l’Ocrtis met en lumière une stratégie initiée en 2010 au plus haut niveau de l’Etat, et totalement dévoyée depuis. Une politique du chiffre fondée sur le recrutement massif d’informateurs, au risque de créer des affaires de toutes pièces.

Quel est le principe ?

Dès 2005, lors de son arrivée place Beauvau, Nicolas Sarkozy déplore le nombre d’affaires insuffisantes réalisées en matière de stups et les saisies trop faibles.A partir de2008, un programme systématique de recrutement de sources humaines est engagé, notamment parmi les individus incarcérés. Baptisée «Myrmidon» et incarnée par le nouveau patron de l’Ocrtis, François Thierry, cette stratégie vise à la fois à accroître l’efficacité des services répressifs et à intensifier la coopération avec l’Espagne, principal pays de transit du cannabis marocain.

(Bizarre, bizarrepuisque c’est ce même Nicolas Sarkozy qui…

View original post 250 mots de plus

Un operativo internacional en el que participa un centenar de agentes de las policías española y portuguesa en colaboración con el Servicio de Vigilancia Aduanera de la Agencia Tributaria, la Unidad de Delitos Económicos portuguesa y Europol se lleva a cabo este martes en LaJonquera contra las falsificaciones y el blanqueo de capitales.

Este dispositivo forma parte de una investigación del Cuerpo Nacional de Policía (CNP) iniciada en 2013 y se saldará con una treintena de detenciones, después de medio centenar de registros en comercios, naves industriales y domicilios particulares.

El dispositivo, en el que participan agentes de la policía de Girona, Barcelona, Madrid y Valencia, se lleva a cabo desde el mediodía en el núcleo de La Jonquera, así como en las áreas de Els Límits y El Pertús, que agrupan numerosos comercios en una zona de paso fronterizo.

La operación tiene como objetivo un grupo criminal que importa y vende ropa falsificada, procedente de Francia, Portugal y China, y que se calcula que ha blanqueado unos nueve millones de euros en tres años. A primera hora de la tarde ya se había detenido a los cabecillas de la banda, integrada principalmente por hombres de origen español y marroquí.

Leer :

http://noticiassva.blogspot.fr/2016/11/continua-la-macro-operacion.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+DiarioDeNoticiasSva+(DIARIO+DE+NOTICIAS+SVA)&m=1

Lire:

http://www.les-crises.fr/chomsky-a-paris-la-honte-du-journalisme-francais/

Ils sont poursuivis pour corruption, fraude et blanchiment dans de sombres affaires notamment dans le BTP. La principale concerne la construction de la plus haute tour de Monaco, la tour Odéon. La justice accuse Ange-Roméo, dit « Lino », Alberti, d’avoir scellé un pacte entre le maire de Beausoleil Gérard Spinelli et deux promoteurs monégasques, les frères Marzocco, sur fond de malversations et de commissions douteuses. On notera notamment la présence dans le dossier d’une des grandes fortunes du coin, Chantal Grundig.

L’autre volet concerne toujours Lino Alberti et ses affaires, cette fois-ci, avec la famille de René Vestri, ancien maire de Saint-Jean-Cap-Ferrat, mort en 2013. La veuve, la fille et le gendre de cette figure politique de la Côte d’Azur sont également poursuivis. Grâce à Lino Alberti et à un financier, ils auraient détourné une partie des recettes de la plage privée dont ils avaient la gestion sur des comptes en Suisse (près de 1,8 million d’euros).


Lire

http://m.20minutes.fr/marseille/1969927-20161128-marseille-elus-fortunes-cote-azur-reunis-proces-corruption

Plus: http://www.boursorama.com/actualites/une-vaste-affaire-de-corruption-en-proces-a-marseille-7ef2991e06a6c1b29cf2277b105e1613

Mort d’un dictateur – Michel Onfray sur la disparition de Fidel Castro


http://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-27112016/#!prettyPhoto

Etat ou mafia ? (1)

Président de la caisse de retraite, j’avais fait un édito intitulé « Etat ou mafia ». Cet édito (et d’autres) m’a valu ma place, il fallait me faire taire. Le directeur de la Sécurité Sociale de l’époque m’avait écrit pour me demander de lui soumettre ma communication à l’avenir. J’avais répondu qu’il avait la possibilité de me poursuivre en cas de diffamation, si je disais des choses fausses ou faisais des fautes de gestion, mais que je ne connaissais qu’un seul censeur : les affiliés, et que je n’avais pas le droit mais le devoir de les informer des dysfonctionnements de nos institutions ou des difficultés que j’avais à assumer mes responsabilités.

Son successeur a fini le travail en modifiant le code de la SS pendant les vacances afin d’empêcher des élections gagnées d’arriver à leur terme, montrant également par là le peu de respect du suffrage démocratique par le système corporatiste de la haute fonction publique.

Que disait cet édito ? Comme je suis un homme libre, permettez-moi de m’interroger sur cet édito et d’en rajouter une couche. Dans un pays ou la liberté d’expression est réduite à celle de la pensée unique, la liberté de pensée suivant le même chemin, je ne faisais pourtant que me poser une question. Sans le voir, ils ont fait la démonstration que ce que je n’affirmais pas, était !

J’y relatais une discussion entendue lors d’un repas avec des chefs d’entreprises et des économistes, auquel j’étais invité par l’Association des Elèves et Anciens Elèves de l’Institut de Haute Finance qui m’avait juste avant remis le prix Turgot pour mon livre sur les retraites.

L’un de mes voisins s’adressait à un de ses amis, lui reprochant d’avoir pris un risque en délocalisant son entreprise dans un des nouveaux pays baltes, ayant à payer la mafia pour pouvoir travailler. La réponse avait laissé la table sans voix.

“Effectivement je dois payer la mafia pour pouvoir travailler, mais je vais t’expliquer comment cela fonctionne en pratique. Tous les mois ils viennent me voir pour me demander si tout va bien, pour savoir s’ils peuvent faire quelque chose pour moi, pour me faciliter la tâche, pour m’aider à augmenter ma production. Plus je gagne, plus ils gagnent. À l’inverse, vous en France, au lieu de la mafia, vous avez un Etat, qui vous prend 2 à 3 fois plus, et qui en échange fait tout ce qu’il peut pour vous empêcher de travailler”.

Je n’avais abordé que cet angle économique qui nous fait poser une question : l’Etat, financé à 100% par les contribuables, remplit-il ses missions pour lesquelles ils est payé ? Monsieur Fatome, vous qui me lisez, avez-vous le sentiment de remplir cette mission ? Est-ce vous, commis de l’Etat, qui êtes à notre service, pour nous aider à mieux remplir notre mission d’élus sociaux dans les meilleures conditions, ou nous qui sommes à votre service ou vos ordres ?

Depuis des années je vous vois pondre textes et circulaires qui ont pour but et effet de réduire nos libertés et surtout nos moyens, humains et financiers au sein de la CNAVPL et des différentes sections, afin de réduire notre rôle d’élu à celui d’exécutant de vos désirs, pas de ceux de nos mandants ?

Nous sommes élus pour garantir des retraites, gérer au mieux et réformer en fonction des évolutions de notre section et de notre société, et acceptons d’être jugé sur notre action en nous remettant en question tous les 3 ans. Avez-vous le sentiment d’être le conseiller, partenaire et soutien que nous attendons ? Nous n’avons pas cette impression, peut-être parce que nous n’avons pas été formés à la même école, la nôtre étant celle du terrain et du travail en entreprise.

Je n’avais rien dit d’autre sur la mafia à l’époque, mais depuis, abattu d’une balle antidémocratique dans le dos, je me pose des questions sur cette balle. Certes il n’y a pas mort d’homme, mais la méthode et le résultat relèvent de quel ordre: démocratique ou mafia ? Ce n’est qu’une question, pas une affirmation, chacun ayant je suppose son point de vue.

000000000000000000000000000000000000000

http://fr.euronews.com/2016/11/26/fidel-castro-est-mort-annonce-raul-castro-a-la-television-cubaine

Envoyé via upday