Archives de la catégorie ‘Bolivie’

El país carece de radares.

Foto: Archivo-LaNueva.

Una alta autoridad de Bolivia denunció hoy, en base a informes de inteligencia, que aeronaves sin identificar están siendo utilizadas en labores de espionaje dentro de su territorio, en una nación que carece de radares.

« Tenemos información de inteligencia de que hay aeronaves que son utilizadas para el espionaje dentro del territorio boliviano, estamos hablando de seguridad del Estado », declaró el viceministro de Defensa Social, Felipe Cáceres, citado por la agencia católica de noticias Fides.

Cáceres, una suerte de zar antidroga boliviano, no ofreció pormenores de su declaración, pero deslizó que, aunque no están identificados, estos aviones podrían pertenecer a Estados Unidos.

Afficher l'image d'origine

Washington acusó en septiembre a Bolivia -tercer mayor productor de coca y cocaína de la región- de « fracasar manifiestamente » en la lucha antidrogas, y la colocó nuevamente en su lista negra en la materia, junto a Venezuela.

La cooperación estadounidense llegó este año a cero tras las expulsiones de USAID, su brazo operativo y financiero, en 2013, y de la agencia antidrogas (DEA) en 2008.

La falta de radares es una asignatura pendiente para el gobierno boliviano.

El presidente Evo Morales anunció en 2014 la compra de un número no precisado de radares de Francia y pidió a la Fuerza Aérea Boliviana acelerar los trámites técnicos para la adquisición de esos equipos.

Bolivia está urgida de radares para controlar el fluido tráfico de drogas que atraviesa su territorio en avionetas procedentes de Perú y que tienen como destino a Brasil. (AFP-NA)

http://www.lanueva.com/el-mundo/836263/bolivia-denuncio-espionaje-aereo-en-su-territorio.html

000000000000000000000000000000000000000

Agentes da DEA (Drug Enforcement Administration)
Bolívia denuncia operação secreta da DEA norte-americana contra Evo Morales

© flickr.com/ US Coast Guard photo by Petty Officer 2nd Class Rob Simpson
11:48 21.09.2015(atualizado 11:50 21.09.2015)

O ministro da Presidência da Bolívia, Juan Ramón Quintana, denunciou neste domingo (20) uma operação secreta dos EUA que estaria atualmente em curso no país andino para forjar uma ligação entre o narcotráfico e o Presidente Evo Morales.

« Atualmente há uma operação secreta em marcha contra o Presidente Evo Morales na Bolívia que é financiada, articulada e organizada por agências de inteligência e de segurança dos Estados Unidos », disse Quintana em entrevista ao programa El Pueblo Es Noticia, transmitido pela rede estatal de mídia boliviana.

De acordo com o ministro, a campanha difamatória contra o chefe de Estado boliviano na última década é ligada à longa história de “conspiração” da agência antidrogas dos EUA – Drug Enforcement Administration (DEA) –, que estaria ativamente contra Morales desde que ele atuava como líder dos sindicatos de produtores de coca na Bolívia, antes de se tornar deputado e, enfim, candidato à presidência.

“Não descansaram um só segundo e não vão descansar. Eles querem o Presidente fora do Governo, querem desacreditá-lo”, afirmou Quintana.

O alto funcionário boliviano disse ainda que Morales é “o alvo número um das agências de segurança dos EUA porque o Presidente é um dos líderes indiscutíveis na América Latina e no mundo, que não comunga com a política do país do norte”.

Primeiro presidente de origem indígena da Bolívia, Morales ocupa o cargo desde 2006 e foi reeleito novamente em 2014. Reconhecido por suas políticas de redução da pobreza e de combate à influência de Washington e das corporações multinacionais na Bolívia, ele nunca foi encarado pelo governo norte-americano como um aliado, especialmente no contexto da guerra em curso contra as drogas.

No entanto, as intervenções estrangeiras dos EUA – que incluem ajuda militar e intervenção política como métodos para tentar estancar os fluxos de cocaína provenientes da América Latina –, continuam sendo amplamente impopulares no continente, além de basicamente ineficazes.Nas palavras do ministro Quintana, “há uma maquinaria midiática” que alimenta a construção de escândalos para tentar deslegitimar a voz “clara, firme e honesta” de Morales na comunidade internacional.

“A partir desta construção de uma matriz de opinião se pretende instalar a opinião de que a Bolívia é um narcoestado », disse ele, lamentando a existência no país de uma « imprensa » e de políticos « bobos », que repetem “sem qualquer tipo de reflexão este tipo de slogan, fazendo um favor aos EUA para legitimar o relato de que a Bolívia não contribui » na luta internacional contra o narcotráfico.

00000000000000000000000000000000000000000000
media La population des Andes consomme la feuille de coca depuis des millénaires. RFI / Reza Nourmamode

La Bolivie a vécu sa troisième « journée nationale de mastication de la feuille de coca ».

Un événement en défense de la culture indigène du pays, mais qui a également des connotations politiques.

De notre correspondant à La Paz,

Le geste est immuable. Prendre quelques feuilles de coca entre ses doigts, les plier et les insérer dans la bouche, entre la joue et la mâchoire supérieure. Y ajouter une pincée de catalyseur, par exemple du bicarbonate de soude. Mastiquer, extraire le jus, cracher et répéter l’opération aussi longtemps que voulu.

Sur la grande place Villaroel, dans le centre-ville de La Paz, un peu plus d’un millier de Boliviens se sont réunis pour procéder collectivement à cet « acullico », un mot de la langue amérindienne aymara désignant l’acte de mâcher de la coca. « La coca représente notre patrimoine culturel, explique Juan, l’un des participants. La coca nous donne la vie, les études, le travail pour nos enfants et aussi, et surtout, la santé ». Pour Rodrigo, « sans coca, la vie n’est pas bonne. Nous vivons quotidiennement avec la feuille sacrée de coca. Sans coca, il n’y a rien ».

La population indigène des Andes, aymara et quechua, consomme depuis des millénaires la feuille de coca pour combattre la fatigue, la faim ou encore le mal d’altitude. Durant la colonie, les Espagnols en avaient massifié la consommation dans les mines d’argent afin d’augmenter le « rendement » des esclaves amérindiens et africains. La plante sacrée des Incas est également utilisée dans tous les rituels sacrés des sorciers andins, qui l’utilisent comme « catalyseur des énergies ».

Une victoire contre les Etats-Unis

Cette journée est née en 2013, pour célébrer la décision de l’ONU d’accepter la réintégration de la Bolivie au sein de la Convention unique sur les stupéfiants des Nations unies. Un retour qui signifiait la reconnaissance officielle par l’ONU du droit des Boliviens à mâcher des feuilles de coca. Cette victoire diplomatique, le gouvernement d’Evo Morales continue de la brandir comme le triomphe de la culture indigène locale contre la communauté internationale et surtout contre les Etats-Unis, accusés d’être le principal ennemi des producteurs de coca.

Pour Reynaldo, producteur de coca, les Etats-Unis devraient au contraire profiter des vertus coupe-faim et digestives de la coca : « Ils nous ont traités de drogués, nous, les producteurs de coca. Nous ne sommes pas des drogués. Nous consommons la feuille de coca depuis tout petit et nous continuons à la consommer. Qu’ils cessent de diaboliser la feuille de coca. Car justement cette feuille de coca peut aider les Etats-Unis, où il y a tellement de personnes obèses. Ça peut les aider à perdre toute cette graisse. Et la solution est ici, à La Paz : qu’ils consomment de la coca et ils résoudront le problème de l’obésité ».

Washington, de son côté, a toujours critiqué la politique de promotion de la coca menée par La Paz, et place année après année la Bolivie sur la liste noire des pays ne luttant pas efficacement contre le trafic de drogue. En 2008, sous prétexte de conspiration contre son gouvernement, Evo Morales avait expulsé l’ambassadeur des Etats-Unis et interdit à la DEA, l’agence anti-drogue américaine, d’exercer sur le territoire national bolivien. Aujourd’hui encore, et même si un rapprochement est en cours, les relations diplomatiques entre les deux pays restent coupées.

Objectif : exportation

Sabino Mendoza, directeur du Conseil national de lutte contre le trafic de drogue, assure que son pays entend bien rester ferme vis-à-vis du narcotrafic : « La position du gouvernement est très claire. Il n’y aura jamais zéro coca, mais il ne peut pas non plus y avoir une libre production de la feuille de coca. Nous condamnons totalement le narcotrafic. Pour les producteurs de coca, le narcotrafic est un mal, il ne doit pas exister ».

Troisième producteur mondial de cocaïne, derrière la Colombie et le Pérou, la Bolivie est le seul pays au monde qui a le droit de cultiver de la coca : 12 000 hectares censés être destinés exclusivement à la consommation traditionnelle des populations indigènes. Mais d’après de tout récents chiffres des Nations unies, il y avait en 2014 dans le pays 23 000 hectares de plantations de coca, soit près du double de la superficie autorisée. L’objectif affiché d’Evo Morales est désormais d’obtenir la dépénalisation internationale de la feuille, pour pouvoir un jour exporter des produits à base de coca. Déjà, sur le marché national, se trouvent des infusions, des liqueurs, de la farine ou encore du dentifrice à base de coca. Un projet d’exportation de sachets d’infusion de coca vers l’Equateur et le Venezuela avait été annoncé par le président Morales il y a deux ans, mais rien n’a encore été concrétisé.

On trouve sur le marché bolivien des infusions, des liqueurs, de la farine ou encore du dentifrice à base de coca. RFI / Reza Nourmamode
000000000000000000000000000000000000000

source: https://wordpress.com/read/post/id/24450256/21325/

———————————–

———————————

4-sebastopol-marine-russe-cassini

Escale au Grand Rex (2005) = La mort du Che

L’intégrale du concert = http://www.youtube.com/playlist?list=…

000000000000000000000000000000000000000

On n'est pas des moutons

Bolivie-pourquoi-Evo-Moralès-gagne

La victoire écrasante d’Evo Morales a une explication très simple : il a gagné parce que son gouvernement a été sans conteste le meilleur gouvernement de l’histoire convulsée de la Bolivie. « Mieux » parce qu’il a transformé en réalité la grande promesse, tant de fois bafouée, de toute démocratie : assurer le bien-être matériel et spirituel des grandes minorités, de cette grande masse du peuple opprimée, exploitée et humiliée pendant des siècles. On n’exagère pas en affirmant que la personnalité d’Evo Morales a marqué un point d’inflexion dans l’histoire bolivienne, qu’il y a eu une Bolivie avant son gouvernement, et une autre, différente, meilleure, à son arrivée au Palacio Quemado. Cette nouvelle Bolivie, cristallisée dans l’État plurinational, a définitivement enterré l’autre, coloniale, raciste, élitiste, que rien ni personne ne pourra ressusciter.

Une erreur fréquente consiste à attribuer cette véritable prouesse historique à l’ « aubaine économique » pour…

View original post 779 mots de plus

Publié le 13-10-2014 à 07h27Mis à jour à 09h52

Bolivie : le triomphe de Morales, réélu président

Le président bolivien sortant Evo Morales, réélu le 12 octobre 2014 pour un troisième mandat, salue la foule à La Paz (c) Afp

La Paz (AFP) – Le président bolivien Evo Morales a remporté dimanche un troisième mandat à une écrasante majorité, selon des résultats encore non-officiels lui attribuant 61% des voix, une victoire que le dirigeant de gauche a dédiée à ceux qui « luttent contre l’impérialisme ».

« Merci pour ce nouveau triomphe du peuple bolivien », a-t-il déclaré depuis le balcon du palais présidentiel.

Evo Morales a estimé que ce triomphe « est celui des anti-colonialistes et des anti-impérialistes », et l’a notamment dédié « à Fidel Castro et à Hugo Chavez, qu’il repose en paix ».

Selon les résultats des instituts Mori et Ipsos, relayés par les chaînes de télévision, le président l’emporte largement dans tous les départements du pays à l’exception du Beni (nord-est) qui va à son rival Samuel Doria Medina, du parti Unité Démocrate. Il repart donc pour un mandat de cinq ans.

Le département de Santa Cruz, longtemps bastion de l’opposition et le plus prospère du pays, a voté pour Evo Morales avec 49% des voix, son rival Samuel Doria Medina n’obtenant que 38%.

Au niveau national Doria Medina remporte 24% des voix, l’ex-président conservateur Jorge Quiroga 9%, le candidat du Parti Vert Fernando Vargas 3%, et le social-démocrate Juan del Granado (3%).

Ces résultats non-officiels portant sur 100% du décompte des voix « représentent une reconnaissance à la gestion du gouvernement et montrent que l’opposition de droite n’a jamais eu une vision du pays », a commenté pour sa part l’analyste de l’Université Gabriel René Moreno de Santa Cruz (est), Reymi Ferreira.

Des l’annonce des résultats, les pétards ont explosé à La Paz et des milliers de partisans du président Morales ont convergé vers la place Murillo où se trouve le palais présidentiel. Evo Morales, blouson bleu aux couleurs du MAS, est sorti sous les acclamations sur le balcon avec des membres de son gouvernement.

Il obtiendrait également 111 des 130 députés de la Chambre basse et 25 des 36 sièges de sénateurs

Quelque six millions de Boliviens ont voté dimanche dans le calme et pour la première fois, plus de 200.000 Boliviens de l’étranger ont faire entendre leur voix lors de cette huitième élection depuis le retour à la démocratie.

– Craintes de l’opposition –

Arrivé au pouvoir en 2006 avec 54% des voix dès le premier tour, Evo Morales avait été triomphalement réélu en 2009 avec 64% des suffrages. Il est le plus ancien président en exercice du continent.

En Amérique latine, la Bolivie est le pays à la plus forte proportion de population amérindienne et le plus pauvre, malgré d’importantes réserves d’hydrocarbures.

Un taux élevé de croissance et un climat propice aux affaires ont provoqué un rapprochement du pouvoir avec les milieux d’affaires de Santa Cruz (est), et les entrepreneurs ne sont plus en guerre ouverte contre le président auteur de la nationalisation de pans entiers de l’économie.

Sonia Tika, étudiante de Santa Cruz, a « voté pour Evo car il a fait de bonnes choses, des routes, nous a donné des ordinateurs, des bons d’alimentation, tout ce que le peuple demande, il le donne. »

Avec le contrôle du Congrès, l’opposition craint qu’Evo Morales ait les mains libres pour modifier la Constitution en vue de réélections répétées.

« En neuf ans, nous avons appris à bien gouverner et c’est pour cela que nous gagnerons avec une large majorité », a assuré le président lors de son dernier meeting.

Le premier président amérindien de Bolivie a affronté les électeurs fort d’une stabilité politique inédite dans un pays qui a connu 160 coups d’État depuis l’indépendance en 1825.

Le vote est obligatoire en Bolivie sous peine d’une amende élevée (environ 60 dollars). La consommation d’alcool a été interdite 48 heures avant le vote et jusqu’à 12 heures après, ainsi que le port d’armes à feu.

Faisant une longue queue dans une école transformée en bureau de vote à Laja, sur l’altiplano à une trentaine de kilomètres de la capitale, Johny Huanco, chauffeur de bus trentenaire, a prédit « une large victoire d’Evo » et de son parti, le MAS (Movimiento Al Socialismo).

SOURCE: http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20141013.AFP8122/la-bolivie-choisit-evo-morales-une-troisieme-fois.html

plus sur (video)http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20141013.AFP8122/la-bolivie-choisit-evo-morales-une-troisieme-fois.html

0000000000000000000000000000000

Bolivian President Evo Morales harshly criticized US President Barack Obama in an interview with RT Spanish, calling him a war criminal who should be tried in international court.

The outspoken critic of US policy did not mince words in the interview, lashing out at capitalism, the UN Security Council and America’s “imperialist” foreign policy. RT’s Marina Portnaya has more of the president’s statements.

00000000000000000000000000

Xamxam Islam

bolivieAu mutisme de la communauté internationale face à Israël et à la complicité des Etats occidentaux s’opposent les décisions exemplaires prises en Amérique du Sud. La Bolivie est un de ces Etats qui prend les devants pour sanctionner l’Etat hébreu pour ses multiples violations du droit international à l’égard du peuple palestinien.

Le pays, dirigé par Evo Morales depuis 2006, a décidé de placer Israël sur sa liste d’Etats terroristes en signe de protestation contre la nouvelle intervention militaire dans la bande de Gaza, apprend Saphirnews de la presse espagnole. « Le gouvernement d’Israël ne respecte ni les conventions internationales ni les droits de l’homme », a déclaré, mercredi 30 juillet, le chef d’Etat pour justifier sa décision.

La Bolivie, qui avait rompu dès 2009, tout comme le Venezuela, ses relations diplomatiques avec Israël après l’opération Plomb durci, a également mis fin à un accord datant de 1972 qui…

View original post 98 mots de plus