Archives de la catégorie ‘RUSSIE’

Afficher l'image d'origine« La guerre contre la drogue est un peu comme la guerre contre le terrorisme », expliquait Walter Minnick, conseiller des affaires intérieures à la Maison Blanche en 1971. 

« Ce n’est pas une guerre qu’on peut gagner définitivement. Le but, c’est de contrôler le fléau. » 

Un fléau qui est de retour, à l’évidence.

Retour d’abord au Mali, avant d’évoquer des faits extraordinaires apparus ces dernières années…

LIRE sur AERONARCOTRAFIC: Coke en stock (CV) : deux « Air Cocaïne » ???

00000000000000000000000000000000000000000

 

Bear-Bomber-600x400-490x327

La Russie bombarde la Syrie… avec ses armes vieillies, sinon vieillottes

Tu_22 bombing bayLa première photo parue n’est pas sans étonner, en effet. C’est celle de la soute d’un bombardier russe censé être en train de larguer ses bombes sur Daech, en Syrie (ou plutôt sur les opposants à Bachar de l’armée syrienne libre). La vue révèle une soute ancienne, avec ses câbles et tuyauteries apparents. Celle d’un bombardier Tu-22M dont la disposition interne est bien connue. Or l’avion a volé pour la première fois en… 1969, les engins de production ayant volé trois ans plus tard et la version vue en Syrie  a volé en 1976 pour la première fois. En somme, la Russie bombarde avec des avions vieux de… bientôt 40 ans. L’engin a été connu pendant la guerre d’Afghanistan, où il faisait comme le B-1 américain, à savoir qu’il servait de camion à bombes conventionnelles. : il servira de même pour pilonner et écraser Grozny ou plus tard en Georgie, où l’un d’entre eux sera abattu par un missile S-200 Dubna, qui lui était sorti en… 1966. Le bombardier de 112 tonnes à pleine charge ne peut lancer de bombes guidées, aussi se contente-t-il de les larguer de haut, bombing syria TU-22ses contres-mesures anti-missiles semblant bien vieillottes et dépassées. L’avion à un autre handicap (outre sa gourmandise en kérosène) il ne vole qu’à 2300 km maxi de sa base car il est dépourvu de perche de ravitaillement. Question précision de bombardement, la Russie est avec ce modèle fort en retard  : s’il y a bien eu un test en 2009 sur un exemplaire de conduite de tir à partir de données GPS fournies par le réseau de satellites Glonass, pour l’instant, et faute de crédits, peu d’appareils semblent en avoir été équipés, même si en 2012 on annonçait la livraison d’un premier exemplaire opérationnel du genre. Trente appareils auraient du suivre, mais en 2014 encore, Ria Novosti (le pré-Sputnik) annonçait pouvoir en recevoir « 10 au final » si tout allait bien « avant la fin de l’année« . L’analyste Piotr Bukowski,dans un numéro de Combat Aircraft de 2014, après étude d’images satellites, expliquait que sur les 500 construits, il en reste fort peu en état de fonctionner (les ukrainiens ont été détruits en 2002  à la pelleteuse, pour respecter les accords SALT) :  28 avions à Shaykovka, 40 à Belaya à et 10 à Ryaza, selon lui. Soit moins de cent exemplaires. Et même pas 10 équipés du nouveau dispositif de bombardement !!! C’est donc un bon vieux camion à bombes de la guerre d’Afghanistan qui a repris du service, bonjour les dégâts collatéraux en cas d’emploi au dessus de villes  !!! Cela n’a pas empêché le magazine pro-Poutine Sputnik de pavoiser, pourtant aussitôt après (on remarquera les bombes larguées au dessus d’un tapis de nuages, sans assistance GPS : à se demander où ça a bien pu tomber !!!). 

canard russe

su-34Le deuxième engin révélé, s’il semble lui aussi nouveau sur un conflit… n’est pas non plus un appareil neuf, loin s’en faut. Haut sur pattes, train principal à diabolo en ligne, bec de canard comme pointe avant et vaste cockpit deux places côte à côte, c’est bien le Su-34 en effet. Dérivé des Su-27, il a volé pour la première fois il y a 25 ans, déjà, pour le prototype ! Au départ, c’était un avion destiné à la… surveillance maritime longue distance : à bord, il y a même des toilettes à bord et un four à micro-ondes pour se faire à mangesu-34 constructionr !!! On ne sait pas quel menu est prévu pendant le bombardement de Daech : du bacon, peut-être ?). Mais l’engin a longtemps été laissé de côté, faute encore une fois de crédits : l’armée de l’air russe ne l’a commandé qu’en 2008, seize ans après le vol du premier avion de production!!!

« L’écraseur ultime de Daech » selon Sputnik revient de loin en effet : prévu pour remplacer les Fencer Su-24 de la Marine russe, on l’avait mis de côté en prolongeant la vie de ces derniers, qui s’étaient montrés robustes et efficaces : la Russie n’avait tout simplement pas d’argent pour le construire. On l’oublie, mais l’armée russe sort à peine de dizaines d’années de disette et de bricolages en remplacement. Décrit comme « l’avion le plus avancé envoyé en Syrie » par the Aviationist, ce qui me semble un peu abusif, l’engin n’a été déployé à Latakia qu’à six exemplaires seulement. Lors du défilé de 2015, on a pu en voir 14 en vol… mais il n’y en a pas beaucoup plus sur les 92 commandés par Poutine en 2012… les chaînes de production, restées fort archaïques, comme on peut le voir dans ce superbe reportage (et celui-ci) sont nettement à la traîne (photos English Russia).

russiancrash3L’appareil emploie à vrai dire fort peu de matériaux modernes, type composite, et son architecture générale à base d’aluminium est archi-traditionnelle, avec longerons et lisses rivetés. La grande industrie de guerre poutinienne moderne est en fait un petit artisanat spécialisé à la JP Pernaud (l’avion a 57 000 pièces paraît-il, faites ou montées à la main) ! A noter que les avions envoyés en Russie ont été pris sur les stocks existants, et leurs insignes russes... ont été masqués. Seul le numéro (« Bort »est laissé visible. Comme bombes, l’avion emporte sous le ventre une bombe guidée par satellite, de 500 kilos, la KAB-500S-E, comme on peut le voir ici. Mais celle-ci est loin d’être récente : elle est apparue pour la première fois en… 1979 (le modèle utilisé étant sa mise à jour de 2000). Aux dernières nouvelles celle de Sputnik, bien sûr, les fameux Su-34 devraient encore s’améliorer en « recevant des containers spéciaux, conçus pour être installés au-dessous du fuselage des missiles, grâce auxquels les bombardiers Su-34 pourront se défendre et mener également de puissantes attaques électroniques » : à croire qu’ils n’y avaient pas pensé, ou que leurs Su-24, destinés au départ à le faire, avaient déjà à oublié comment faire. Ou ne savaient plus faire… espérons que les pilotes russes de Su-34 seront plus doués que celui qui s’est planté en Astrakan à la base aérienne de Privolzhskiy… en août dernier. Un cheval de bois aussi parfait, c’est assez rare avec un aussi grand avion !

main-qimg-3f7eaaec96481e82f17e43f65b39c09c

-24L’autre camion à bombes (conventionnelles) favori des russes est le « cheval de trait » de l’aviation : ce bon vieux SU-24 Fencer. Le clone façon russe du F-111 américain, en plus petit et en beaucoup plus rustique (son fuselage était entièrement rectangulaire de section au départ, sur le prototype, taillé au couteau). Il a participé à tous les conflits de ces quarante dernières années, ayant commencé sa carrière en Afghanistan. Premier avion russe tous temps à calculateur digital (le Su-25 fonctionnait encore avec des tubes à vide !) il devait emporter au départ de l’étude quatre petits réacteurs centraux pour décoller court et ne pas avoir d’aile à géométrie variable. Les russes sachant revirer de concept à une vitesse grand V, c’est finalement le contraire qui a été réalisé ! Rapide (il est de la classe des Mach2) et surtout résistant, il s’est imposé dans un rôle pas prévu au départ, celui de l’attaque au sol (avec lui aussi des bombes guidées comme ici découvertes en Libye). Si c’est un avion plus équipé que ses contemporains russes en contre-mesures, ses équipements aujourd’hui vieillissants ne semblent plus pouvoir le protéger :queue su-24 libye il a été abattu en Libye et récemment en Turquie, mais il est vrai aussi par des armes de DCA conventionnelles contre lesquelles il n’y a que le blindage qui protège (en Turquie, ses contre-mesures ont failli face aux Sidewinder turc). Les syriens, qui tenaient à leurs appareils (ah, la musique qui accompagne le docu de propagande de Bachar..!!), les avaient fait garder par… des mercenaires russes, bien avant que Poutine ne se décide à intervenir de façon plus… visible. Ceux-là, on les avait retrouvés… en Ukraine.

Il a aussi été l’objet de la ferveur inattendue de l’extrême droite, qui a monté en neige tout un hoax au sujet d’un de ses passages bas en Mer Noire, en avril 2014, près d’un navire américain, l’USS  Donald Cook qui aurait selon les complo-tistes bruns complètement déstabilisé ses ordinateurs de bord. L’article, un hoax évident, avait été recopié partout, comme ici chez « Voltaire »…. tous les sites « conspis » avaient en fait recopié le même texte !!! En 2015, l’ USS Ross (DDG-71) allait lui aussi voir un passage du même type d’un Su-24, destiné selon toute vraisemblance à capter quelques émissions du destroyer, comme pour le Cook… rien de très spectaculaire : pas la peine d’écrire comme certains que les « USA ne sont même pas prêts pour la guerre » ou que « l’OTAN n’est pas rassuré « !! David Cenciotti, de chez Reuters (et du site spécialisé déjà cité), était presque lui aussi tombé dans le panneau, lui aussi en évoquant une « agression » les pilotes russes sont essentiellement casse-cous, ça on le sait. Hélas, parfois, et le passage bas une de leurs grandes spécialités. en Su-24, notamment.

putine blakcjackL’autre belle bête sortie du hangar par Poutine est son plus gros bombardier au catalogue : l’immense Tu-160 Blackjack, sorte de B-1 US qui aurait pris des stéroïdes. Conçu en même temps que l’américain (en 1981, soit il y a… 34 ans, la production du B1 avait été arrêtée avant de reprendre sous Reagan) c’est un monstre ravitaillable (capable de voler ainsi 23 heures d’affilée) qui fait ses 270 tonnes à pleine charge. Il devait être construit à 150 exemplaires à partir de 1987 mais l’implosion de l’URSS a réduit le chiffre à 35, dont à peine 14 qui volent encore sur les 16 désormais restants en stock. L’appareil a les faveurs de Poutine, et ses idées de grandeur, qui a souhaité la relance de sa chaîne de fabrication, alors qu’il n’en a pas vraiment les moyens (mais il adore bluffer, on le sait; comme il adore poser en photo). Un exemplaire a été modernisé en 2014, les autres devraient l’être dans les années à venir.. mais rien n’est sûr et rien surtout n’a été mis en chantier comme chaîne de montage remise en route : là encore, les sites d’extrême droite soutiens de Poutine mentent effrontément en affirmant leur reprise immédiate. A ce jour, seuls l’unité des moteurs a été relancée, et ce uniquement pour maintenir la flotte actuelle en état de vol.  C’est donc encore à l’état de projet, les premiers avions neufs ayant été annoncés comme étant livrables en 2023 : à savoir 42 ans après leur conception, ce qui est une totale hérésie (ne serait-ce que par l’évolution des défenses adverses) !!! La seule phase de modernisation des 14 restants devrait se terminer en… 2019, s’il n’y a aucun retard : on doute donc fortement de la relance des chaînes de fabrication pour les fameux « 50 exemplaires » neufs promis par Poutine … 

carte trip russian aircraft

Lourd et encombrant, en Syrie, il a surtout servi de vitrine d’armement, en qualité de lanceur de missile de croisière  à longue portée Raduga NPO kh-555 (équivalent du Tomahawk US) ou de Raduga Kh-101 arrivés en 2013, et guidés par le système Glonass (le GPS russe)filmé missile. Les missiles sont largués chez lui d’une baie rotative. Ils sont donnés pour des portées mirifiques (3000 ou même 5000 km ?), mais cela paraît très exagéré. En Syrie, leur emploi frise l’anecdotique, en réalité : 35 missiles seulement auraient été lancés sur la Syrie, dit officiellement la Russie, et par des Tu-22M, des Blackjack et même des Tu-95 Bear (2). Soit une dizaine par type d’appareil, pas plus. La sortie des Blacjacks est vraiment une manifestation de capacité de bombardement et non une attaque visant à un véritable résultat.  En effet, selon Air Et Cosmos, le 20 novembre, deux Blackjack ont décollé d’Olenegorsk, longé les côtes de Norvège, puis celles des les Britanniques pour descendre en Méditerranée via Gibraltar, puis l’ont traversée pour lancer leurs missiles et sont repartis… droits devant eux, en survolant la Syrie, l’Irak et l’Iran pour remonter ensuite en Mer Caspienne et se poser sur la base d’Engels. Le périple effectué a été de 13 000 km. Ce qui est bien une prouesse technologique, avec ravitaillements successifs… et accord des pays traversés, et pas d’opposition en vue…   le magazine révèle aussi que des missiles largués ont manqué leur cible; ou ont mal fonctionné : l’un s’est écrasé en Iran, son aile ne s’étant pas déployée. Ici à droite un missile  Kh-101 tiré d’un croiseur en Mer Caspienne en train de passer à basse altitude  au dessus du Kurdistan.

bearLes derniers avions cités sont le pompon de l’histoire : c’est la variante bombardier du Tupolev commercial  Tu-114, ou plutôt l’inverse (le commercial est bien le descendant du militaire !), qui a volé pour la première fois le 12 novembre 1952. Véritable archaïsme volant (ici à droite), c’est aujourd’hui encore le bombardier le plus bruyant au monde avec ses énormes turbopropulseurs. La Syrie a donc aussi été bombardée par un engin volant à hélices… archéologiques, car vieux de 64 ans (le record du B-52 est battu !). Bear-Bomber-600x400-490x327Un avion qui a tendance désormais à s’écraser tout seul, obligeant la Russie a les mettre à l’écart parfois quelque mois le temps de l’enquête !! Ils sortent très souvent de leur propre musée de l’aviation, selon les humeurs de Vladimir, sans doute, venant titiller les suédois ou les anglais le long des côtes, voir les USA, en Alaska, un grand sport international russe (jouer avec les nerfs des autres pays, ici le Portugal) qui perdure depuis plus de 50 ans... ils sortent plus que les Blackjacks, car ils consomment moins de kérosène que les avions à réaction ! Encore heureux que Poutine ne se soit pas entiché du M-50 Bounder pour le ressortir de la naphtaline lui aussi !!! La Russie possède encore aujourd’hui  Tu-95 dont 42 sont positionnés dans l‘oblast d’Ukraine, l’ancienne base des  Myasishchev M-4 Bison retirés du service.

Passe donc sur le Su-25 Frogfoot, dont j’ai déjà décrit l’historique (ça paraîtra bientôt ici je pense), et déjà aussi expliqué l’arrivée des modèles iraniens en Irak (c’est à lire ici), venons-en à ce que je vous ai dit en premier. Car pour coordonner tous ces bombardements, il faut de bonnes cartes, ou de belles photos des objectifs à atteindre. Et c’est là qu’on va se permettre de sourire, sinon de rire. Car dans ce domaine, la Russie de Poutine est plus qu’en retard. Et je ne parle pas des drones (où la aussi c’est dramatique), mais des satellites bien sûr. Car dans ce domaine criant, celui de l’observation des champs de bataille, la Russie fonctionne toujours au temps de l’URSS de Kroutchev. Poutine le flamboyant, on vient de le voir, fait du neuf avec beaucoup de vieux, avec son aviation militaire. Dans le domaine de l’astronautique miliaire, c’est pire encore, et ça frise tout simplement le ridicule !
persona1Les russes ont en effet lancé le 23 juin dernier seulement leur troisième satellite militaire Persona (ici à gauche déployé) Le premier avait été lancé en… 2008, (sous le nom de Cosmos 2441) c’est un très gros satellite (il pèse 16 tonnes  !) qui n’est pas vraiment original : il n’est que la mise à jour d’un vieux projet, le Sapfir, imaginé en 1979… et tombé dans les oubliettes à la fin de l’Union Soviétique en 1990. En fait, ils ressemble à un autre engin, le Resurs-P, lui-même lancé en 2013, destiné lui au domaine civil : c’est même son cousin direct. persona2C’est tout bêtement un télescope type Korsch à 3 miroirs (c’est un système Cassegrain amélioré, pour ceux qui font de l’astronomie) dont le principal fait 1,5 mètres de diamètre (ici à droite on les distingue), et qui prend des photos qu’il envoie sur terre par radio. Les satellites James Webb, le futur remplaçant de Hubble et Euclid (qui devrait être lancé en 2020) auront le meme principe. L’engin envoie en effet ses clichés au sol par radio, au contraire de la génération précédente : enfin c’est ce qu’il devait faire, car il n’a fonctionné que quelques jours avant de tomber en panne, son électronique ayant flanché. Le second modèle lancé en 2009 (Cosmos 2486) a lui aussi bien des déboires, avant de finir par envoyer des images mais pas avant… 2014 (c’est un miraculé en astronautique). bars m goodBref, cela fait peu de temps que les militaires russes peuvent admirer des photos de champs de bataille, et encore, seulement tous les trois jours (selon la révolution des satellites, il leur faut ça pour repasser au dessus du même point). Ici un des clichés transmis par Persona en juillet 2014 lors du conflit en Ukraine (c’est un des fameux  Buk-M1 « anti-aircraft system » près de Donetsk). Bref, c’est encore loin d’être au top ! Le dernier Persona a été lancé sous le nom de Kosmos-2506. En satellites d’imagerie radar, ce n’est guère plus reluisant. Car il n’y a pas que dans ce secteur que l’équipement fait défaut. Le satellite radar Kondor, développé depuis 1993 et lancé 20 ans plus tard seulement, en 2013 !) est lui aussi tombé en panne l’année suivante de son lancement !!! La Russie dispose quand même d’un satellite de cartographie militaire récent, leur « premier satellite tout digital » le Bars-M (ici à gauche), un engin de 4 tonnes, à télescope LOMO (la même firme qui fait des appareils photo cheap) , dont le premier exemplaire a été lancé le 27 février de cette année, là encore. yantarIl est toujours exemplaire unique. Lui aussi envoie ses données par radio. Mais on ne sait pas grand chose de son fonctionnement actuel, et il semble être une solution vite construite à bas coût (3)… Ce que l’on sait en revanche c’est que la Russie a pris un incroyable retard sur les américains, dans ce domaine crucial de l’imagerie instantanée destinée aux militaires. Alors qu’eux dispose d’une mini-navette qui reste plus d’un an en l’air et se déplace où elle veut, ou presque, lorsqu’elle est en orbite… A un tel point, qu’elle s’est remise à lancer le 5 juin dernier du dernier exemplaire de la série des Kobalt-M, un satellite reposant sur la méthode désormais archaïque de réaliser des photos sur une bande de film qui s’enroule dans une capsule qui est éjectée quand on souhaite voir ce que le satellite a survolé (ses deux capsules largables sont bien visibles ici). Le procédé date de… 1960, avec le satellite Discoverer 14, premier a avoir vu sa capsule de film rattrapée au vol par un avion C-119, et qui donnera la famille des Corona et son aboutissement avec l’énorme KH-9 Hexagon, lancé pour la dernière fois en 1986 (c’était le 20 eme de la série). La première capsule de pellicules a été récupérée le 17 septembre dernier dans le Kazakhstan… juste avant que Poutine ne décide de faire bouger ses avions, direction… la Syrie !

L’usage du Kobalt-M russe, vestige de la Guerre Froide, satellite archéologique à film récupérables, est, davantage encore que ses avions, le symbole même des rodomontades d’un Vladimir Poutine qui se dit prêt à faire la guerre alors qu’il n’en a pas les moyens réels… Le Kobalt-M n’est qu’une amélioration du Yantar-4K2 qui a été lancé pour la première fois en… 1981. Les études sur le modèle remontent à 1964, aux tous débuts de l’astronautique !!!

PS: la Russie n’est pas la seule à faire dans le vieux : l’Angleterre a envoyé hier ses premiers Tornado, des avions apparus en 1974 pour la première fois (son Eurofighter pas fait pour l’attaque au sol est en train d’apprendre à le faire). La France bombarde avec des Rafale, imaginés au milieu des années 80 et mis en service en 2002 seulement, mais aussi avec le Mirage 2000D qui a volé pour la première fois en 1991…

syria-leaflet_0(1) c’est vite devenu une série de plusieurs bombardements et non un seul, et c’est bien une propagande, qui ne faisait que répondre à l’annonce des 280 camions décrits comme détruits par les bombardements US (283 ici)… deux propagandes qui se répondent mutuellement, donc, plutôt que de vraies infos… des attaques menées par des A-10 Warthogs et des AC-130 Specter Gunships, selon la presse US, dont une attaque menée à Al-Bukamal. Le Phacochère, qui ne veut pas partir en retraite et que le F-35 ne saura pas remplacer (j’y reviendrai).. Un chiffre fort variable, donc, ici 280 (au Figaro c’était « autour de 300« ) , là 116 ou bien « plus d’une centaine » pour RT Russia, qui a tout intérêt à en citer moins… côté US et 1000 au moins côté russe…. chez Silvia Cattori, chez l’égérie de la sphère Meyssan, sponsorisée par le site mondialisation.ca, encore un autre chiffre,  ils  étaient « 500 » selon elle... A ce rythme là, en tout cas, il devrait y avoir bientôt plus de camions détruits que de terroristes pour les conduire… sans compter les mêmes gogos gavés de Meyssan pour tomber dans le panneau... comme autre communication, on a eu droit aussi à cet incroyable « leaflet » (un avertissement ici) qui aurait été balancé avant les bombardements pour prévenir les conducteurs… une information donnée par le porte-parole US de la coalition anti-Daech. A cette occasion, l’armée US avait ressorti en exemple l’Operation Tidal Wave de 1943 contre les réservoirs nazis de Ploesti, en Roumanie… histoire d’enfoncer le clou, sans aucun doute.

(2) lire ici :

http://www.centpapiers.com/poutine-n’est-jamais-alle-lune-1/

http://www.centpapiers.com/poutine-n’est-jamais-alle-lune-2/

http://www.centpapiers.com/poutine-n’est-jamais-alle-sur-la-lune-3/
(4) à noter cette incroyable lien possible entre le scientifique et industriel d’origine irakienne mort à Chevaline, dont la spécialité était justement la réalisation de télescopes spatiaux à bas coûts chez Surrey Satellite Technology Ltd (SSTL). Ici à droite le télescope du satellite d’observation « low-cost »auquel a participé Saad al-Hilli.

 

kosmos

sources :

http://www.russianspaceweb.com/persona.html

sur le Su-34 et le Su-24

à noter le Leninets B005 Multimode Attack Radar phases array à l’avant du Su-34.

http://www.ausairpower.net/APA-Fullback.html

http://www.n2yo.com/satellites/?c=30

L’appli permet de suivre le Persona III – Kosmos 2506, qui est ici à gauche en train de survoler le Soudan le 3 décembre vers 8h du matin heure locale à Paris. Il fait du 7,5 km à la seconde, à 200 ou 700 km d’altitude (son orbite est elliptique)…

Sur le Lomo :

http://photography.tutsplus.com/articles/a-guide-to-russian-soviet-former-soviet-cameras–photo-3880

http://photography.tutsplus.com/articles/a-guide-to-russian-soviet-former-soviet-cameras–photo-3880

http://photography.tutsplus.com/articles/a-guide-to-russian-soviet-former-soviet-cameras–photo-3880

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121107

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121128

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121180

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121141

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121258

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121319

la série sur les capsules récupérables commence ici :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121755

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121183

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121418

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121202

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121184

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-122507

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121661

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121419

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-122014

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121458

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-122879

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121464

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-122180

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-122389

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-122876

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-folies-de-la-guerre-froide-121933

http://www.centpapiers.com/la-russie-bombarde-la-syrie-avec-ses-armes-vieillies-sinon-vieillottes/

0000000000000000000000000000000000000000000

Recep Ergodan, le président turcLe président turc se moque des sanctions russes et souffle sur les braises

Par Pierrick Labbe, publié le 06 décembre 2015 à 7h00
International

Recep Ergodan, le président turc

Recep Tayyip Erdogan, le président turc, a récemment raillé les sanctions russes en réaction au bombardier abattu par son armée, modifié la donne sur les accords commerciaux et une nouvelle fois continué de provoquer la Russie.

Se croyant sans doute invulnérable du fait de ses alliances avec L’OTAN, il semblerait que Recep Erdogan ait décidé de jouer un jeu dangereux avec la Russie. Loin de jouer l’apaisement, la Turquie continue de provoquer ouvertement Vladimir Poutine.
Le président turc se moque des sanctions russes

Après que l’armée turc ait, dans des conditions assez suspectes, abattu un avion militaire russe au niveau de la frontière entre la Syrie et la Turquie, la Russie a imposé des sanctions commerciales à Ankara. Celles-ci portent sur des secteurs tels que le textile, les produits agricoles, le tourisme et les travaux publics.

Loin de jouer l’apaisement demandé par la communauté internationale, le président turc s’est moqué ouvertement des sanctions en déclarant : « vous voyez maintenant qu’ils (en parlant des russes) n’achètent plus de textiles turcs. La Turquie n’est pas un pays qui va s’effondrer avec vos (…) importations d’un million de dollars« .

Recep Erdogan attise encore plus les braises

Non content de railler les sanctions russes, le président turc a décidé hier de réduire ses importations de gaz et de pétrole russe en signant des accords avec le Quatar. La Russie fournissait jusqu’à présent 55% des besoins en gaz turc et 30% de ses besoins en pétrole.

Les russes accusent par ailleurs la Turquie de participer très activement au trafic de pétrole volé par l’Etat Islamique. Ils menacent, tout comme l’Iran, de publier les preuves de l’implication turque dans ce trafic mais aussi de la famille directe du président. Bien qu’un grand nombre d’experts estiment fort probable l’implication de la Turquie dans le blanchiment du pétrole volé par l’Etat Islamique, Recep Erdogan a balayé ces accusations d’un revers de main, accusant à son tour la Russie de vol. Une situation qui devient de plus en plus tendue et le président turc semble peu disposé à jouer l’apaisement.

http://www.24matins.fr/president-turc-se-moque-sanctions-russes-souffle-braises-257766

00000000000000000000000000000000000000000000

International

10:17 03.12.2015(mis à jour 11:18 03.12.2015)

La Russie n’oubliera jamais l’avion russe abattu par l’aviation turque, les Turcs « vont regretter ce qu’ils ont fait », a déclaré Vladimir Poutine s’exprimant ce jeudi devant le parlement russe.

 ——————————————————————————-

Néanmoins, le président russe a précisé que la Russie n’avait aucune réaction nerveuse ou hystérique sur les relations avec la Turquie. »Nous n’aurons aucune réaction nerveuse, hystérique, dangereuse pour nous-même et pour le monde entier. Une réaction destinée à obtenir un quelconque effet extérieur ou à obtenir des dividendes intérieurs immédiats. Cela n’aura pas lieu. Nos actions seront avant tout guidées par la responsabilité envers notre pays et envers notre peuple », a-t-il dit.

Mais « la Turquie ne perdra pas uniquement des tomates et des contrats pour ses compagnies du bâtiment, ils auront plus d’une occasion de regretter ce qu’ils ont fait », a déclaré Vladimir Poutine.

« Je ne comprends pas pourquoi ils ont fait ça. Seul Allah le sait », a ajouté le président. « Il semble qu’Allah ait décidé de punir la clique au pouvoir en Turquie en la privant de la raison et du bon sens », a-t-il dit.

Néanmoins, le président russe a indiqué que la Russie avait beaucoup d’amis en Turquie, et ils devaient savoir que « nous ne les plaçons pas sur un pied d’égalité avec l’élite dirigeante turque ».

Selon M.Poutine, la Russie était « prête à coopérer avec la Turquie sur les questions de sécurité régionale les plus sensibles ».

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
LIRE aussi
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Moscou accuse le président turc d’avoir monté un « business familial » en lien avec l’EI

Le Monde.fr | 03.12.2015 à 06h48 • Mis à jour le 03.12.2015 à 09h58 | Par Isabelle Mandraud (Moscou, correspondante)

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/12/03/534×0/4822675_7_e15c_au-ministere-russe-de-la-defense-a-moscou_05d0a5bcfb874f843fed6760d9320b8c.jpgAu ministère russe de la défense, à Moscou, le 2 décembre 2015.

Cette fois, l’accusation est devenue frontale, nominative. Déjà alimentée par Vladimir Poutine depuis plusieurs jours, l’assertion russe sur l’implication de la Turquie dans la contrebande du pétrole avec l’organisation Etat islamique (EI) a pris la forme d’une mise en cause directe de son président Recep Tayyip Erdogan et de sa famille.

L’armée russe a mené l’offensive, mercredi 2 décembre, depuis le QG de son état-major sur les bords de la Moskova. « Selon nos données, la direction politique la plus haute du pays, dont M. Erdogan et sa famille, est impliquée », a asséné Anatoli Antonov, le vice-ministre russe de la défense, devant un parterre mélangé d’attachés militaires et de correspondants étrangers. C’est la première fois que ces derniers étaient conviés à l’intérieur de l’imposante bâtisse d’où sont menées les frappes aériennes russes en Syrie.

Huit jours après la destruction d’un bombardier SU-24 par des chasseurs turcs à la frontière turco-syrienne, qui a entraîné la mort de deux militaires russes, l’affaire tourne à l’affrontement. Après un premier train de mesures de représailles (dont l’arrêt des importations de toute une liste de produits turcs, du poulet aux tomates), une nouvelle étape est franchie. « Le principal consommateur de ce bien volé [le pétrole] à ses propriétaires légitimes, la Syrie et l’Irak, c’est la Turquie », a assuré M. Antonov, ajoutant : « Personne en Occident ne se pose la question sur le fait que le fils du président turc dirige l’une des plus grandes compagnies énergétiques, ni sur son…

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2015/12/03/moscou-accuse-le-president-turc-d-avoir-monte-un-business-familial-en-lien-avec-daech_4822677_3210.html#9MqF2JwdelKhQlJT.99

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000
Mathieu Aron, Benoit Collombat et Jacques Monin, l’Honneur du journalisme français, chapeau bas !
Merci à tous ceux qui ont aidé à préparer ce billet INDISPENSABLE…
Source : France Inter, Matthieu Aron, 20/11/2015

L’émission  Daesh : autopsie d’un monstre

Afficher l'image d'origine
Matthieu Aron
Matthieu Aron : Ce soir, enquête sur la fabrication du monstre Daesh, quelle a été l’implication de pays comme l’Arabie Saoudite et le Qatar ? Nous allons voir dans une enquête signée Jacques Monin et Benoît Collombat que l’enjeu pétrolier a pu jouer un rôle considérable.
extrait Hocham Daoud : “Tout le monde a joué avec Daesh. Tout le monde voulait jouer à travers Daesh pour s’imposer. En fait, on a créé Frankestein, aujourd’hui tout le monde essaye de trouver un moyen pour l’arrêter. Oui il y a des moyens, s’il y a une volonté politique.”
Matthieu Aron : Pour commencer cette émission, je vous propose d’écouter cet extrait d’interview :
Résultat de recherche d'images pour "Marc Trévidic"extrait Marc Trévidic : Si l’Émir du Katiba en Syrie de l’EI demande à main levé à ses recrues “Qui veut aller faire un attentat en France ?” vous allez avoir 200 bras qui vont se lever en une demi seconde.
Matthieu Aron : 200 candidats au martyr. C’est le chiffre effrayant donné par le juge Marc Trévidic. Vous suivez l’enquête sur les attentats. Et ce qui nous a tous frappés, c’est ces opérations kamikazes qui se sont déroulées pour la première fois en France.
Elodie Guéguen
Elodie Guéguen : Oui, encore qu’il soit plus juste de parler d’attentats suicides pour être très précis, le terme Kamikaze désignait ces pilotes japonais qui s’écrasaient volontairement sur des cibles militaires. Là, il s’agit d’autre chose, d’ailleurs Daesh a conceptualisé ce type d’attaques dès le début de la guerre en Syrie. Daesh a même créé un terme spécifique (inrimassi ?!), il désigne des combattants qui, les armes à la main, se rapprochent de la foule ou de leur cible et qui déclenchent leur ceinture explosive. Soit quand ils sont encerclés soit lorsqu’ils n’ont plus de munitions. C’est donc précisément le scénario de vendredi dernier.
Matthieu Aron : Et le juge Marc Trévidic, qui dans son cabinet d’instruction, a entendu des dizaines de terroristes, nous dit “il y a pléthore de candidats” et il n’est pas le seul à le dire…
Elodie Guéguen : Non il s’agit malheureusement d’une réalité, ça semble presque inconcevable mais selon les experts, les candidats au martyr seraient même trop nombreux, c’est ce qu’a observé le chercheur Romain Caillet. L’un des meilleurs spécialistes des milieux djihadistes.
Afficher l'image d'origineRomain Caillet
extrait Romain Caillet : “C’est pas seulement de la propagande, c’est une réalité. Il y a même des listes d’attentes. En tout cas en Syrie et en Irak, il y a des listes d’attentes de gens qui sont prêt à faire des opérations martyr, des attentats suicides, aussi bien des jeunes qui viennent de quartiers sensibles en France ou des gens de bonnes familles, des ressortissants du Golfe qui sont fortunés ou des tunisiens issus de régions déshéritées du sud de la Tunisie”.
Elodie Guéguen : Les origines, les profils, sont variés, vous l’avez entendu. Mais ces kamikazes de l’EI ont un point commun, ils sont volontaires. Ce choix, ils le manifestent dès leur arrivée dans les camps d’entrainement. Deux filières existent et Daesh demande aux combattants de choisir leur filière, explique le journaliste David Thomson, auteur de livres “Les Français Djihadistes”.
extrait David Thomson : “Dès qu’on arrive en Syrie, on pose la question aux combattants au sein de l’EI : Est-ce que vous voulez être un combattant “normal” ou combattant “(inrimassi ?!)”, ça veut dire combattant, candidat, pour une opération kamikaze. Et ensuite ils suivent une sélection particulière parce que l’EI ne peut pas se permettre de voir au dernier moment un kamikaze flancher, c’est une question de crédibilité aussi pour eux.”
Matthieu Aron : Ils suivent une formation particulière, dit David Thomson, ça signifie quoi ?
Elodie Guéguen : Et bien ça veut dire qu’ils vont être isolés du reste du groupe, ils vont être placés dans un camp d’entrainement spécifique. Comme les autres, ils recevront une formation religieuse, théologique, ils suivront aussi un entraînement militaire, mais ils seront mieux encadrés psychologiquement, mieux encadrés ou plus endoctrinés.
Matthieu Aron : Est-ce qu’on sait en quoi consistent précisément ces techniques, parce qu’il faut les appeler comme ça, de lavage de cerveau ?
Elodie Guéguen : Alors ça dans les détails, malheureusement on l’ignore. Il n’existe pas à notre connaissance de témoignages de djihadistes de Daesh qui seraient passés par ces camps de kamikazes, qui auraient ensuite renoncé à commettre une attaque suicide, puis qui auraient raconté leur expérience. A l’image de ce qu’ont fait certains repentis, comme on les appelle.
Matthieu Aron : Alors ce que l’on sait en revanche, c’est que ces candidats aux attaques suicides sont très très bien traités par les cadres de l’EI.
Elodie Guéguen : Oui c’est d’ailleurs une des raisons qui motivent certains djihadistes à se porter candidat pour commettre une action kamikaze, selon le chercheur Roman Caillet.
extrait Roman Caillet : “Ils sont traités avec beaucoup plus d’égard que les autres combattants, ce qui fait que peut-être psychologiquement ils ont une dette envers ceux qui les ont accueillis dans ces centres. Et puis une certaine culpabilité, ils pensent ne pas avoir fait assez donc ils veulent se rattraper en faisant une grosse opération. On peut aussi penser que certains veulent passer à la postérité. Être finalement, celui qui a permis de remporter la bataille, de prendre telle ou telle ville.”
Matthieu Aron : Vouloir passer à la postérité en se suicidant, pourtant le suicide, à ma connaissance, il est interdit par l’Islam.
Elodie Guéguen : Et bien pas dans l’esprit de ceux qui commettent ces actes au nom de Daesh. C’est ce que nous explique Fethi Benslama, il est professeur de psychopathologie à l’université Paris Diderot.
extrait Fethi Benslama : “Pour eux ce n’est pas un suicide, c’est un auto-sacrifice. Comme le dit le communiqué qui revendique les attentats. Il utilise le mot “divorcé du monde d’ici-bas”. Divorcé du monde d’ici-bas pour se marier avec l’autre monde. Dans l’autre monde, ils vivent, ils jouissent, et même ils sont une jouissance absolue, extrême, ce qui est le processus interne par lequel quelqu’un accepte d’aller jusqu’au bout de cet acte-là.”
Matthieu Aron : En conclusion, que sait-on ce soir sur ceux qui sont morts en martyr vendredi à Paris et ensuite à Saint Denis ?
Elodie Guéguen : Alors tous ou presque, on le sait, sont passés par des camps d’entrainements en Syrie. Maintenant il y a deux hypothèses. Soit c’est un groupe de terroristes dont les membres se connaissaient, qui se sont formés et entrainés ensemble pour mener cette attaque. Soit, et c’est une hypothèse privilégiée, soit ils ont été soigneusement sélectionnés, “castés” les uns après les autres par Daesh, ce qui montrerait un degré de préparation encore plus sophistiqué.
extrait François Hollande : “Notre ennemi en Syrie, c’est Daesh. Il ne s’agit donc pas de contenir, mais de détruire cette organisation. La Syrie est devenue la plus grande fabrique de terroristes que le monde ai connue et la communauté internationale est divisée et incohérente.”
Matthieu Aron : Face au terrorisme, une communauté divisée et incohérente, dit François Hollande. Et bien nous allons revenir ce soir sur la fabrication du monstre Daesh. A-t-on fermé les yeux sur la montée en puissance de ce groupe terroriste ? Quelle est l’implication de l’Arabie Saoudite et du Qatar et quel rôle a joué la diplomatie française ? Avec Benoit Collombat, vous avez donc enquêté et pour bien comprendre il faut revenir au début de l’histoire. Tout part de la guerre en Irak.
Afficher l'image d'origineJacques Monin : Oui, de la chute de Saddam Hussein parce que lorsqu’ils le renversent, les Américains commettent deux erreurs. D’abord, ils mentent sur les armes de destruction massive et sur les liens supposés entre Saddam Hussein et al-Qaida. Mais surtout ils marginalisent les Sunnites pour mettre les Chiites au pouvoir et Paul Bremer, qui est alors le gouverneur américain à Bagdad, commet une faute qui va jeter des dizaines de milliers de soldats aguerris dans les bras du futur EI. Cette faute, un des hommes le plus mieux informés de France, Alain Juillet, l’ex patron du renseignement de la DGSE, nous la raconte.
extrait Alain Juillet : “Brener fait une erreur colossale. C’est qu’il donne l’ordre de licencier tous les militaires de l’armée irakienne. On envoie, je ne sais plus combien ils étaient, 200 000 ou 300 000 gens, qui vivaient avec une solde de l’armée. Ils partent avec leurs armes, ils n’ont plus rien. Et comme ils sont Sunnites et qu’on fait la chasse aux Sunnites, il va y avoir l’impossibilité pour eux de retrouver des emplois et autres. Donc ça va créer un ressentiment, une frustration, une haine terrible envers l’occupant et envers les Occidentaux.”
Matthieu Aron : Les Américains produisent donc un terrain de haine et un terreau sur lequel va se développer l’EI.
Jacques Monin : Oui. D’autant plus facilement qu’il n’y a plus de véritable État, les services publics n’existent plus, l’économie est moribonde, la corruption est devenue la norme. C’est donc effectivement sur ces cendres que le groupe EI va prendre racine et pour Myriam Benraad, qui est docteur en science politique et spécialiste de l’Irak, c’est un peu comme dans la jungle, ce sont les plus forts qui émergent dans ce chaos.
extrait Myriam Benraad : “Il y aura un certain nombre de groupes qui vont pulluler, les milices, les djihadistes, la tendance al-Qaïda, c’est une nébuleuse d’acteurs mais le fait est que les combattants d’al-Qaïda Irak deviendra l’EI sont les plus zélés, les plus déterminés. Donc l’État Islamique va faire le vide, va coopter un certain nombre de chefs de tribus, qui de fait parfois même quittent leur tribu pour rejoindre l’organisation. Donc d’une mouvance hétéroclite on a un processus d’unification et ils ont fait à mon avis fortune, bâti beaucoup de leur succès, sur cette unité qu’ils ont su construire dans un terrain qui était par ailleurs très divisé, très morcelé.”
Jacques Monin : Et sur ce terrain, une personnalité va émerger, c’est Abou Bakr al-Baghdadi qui règne toujours d’ailleurs aujourd’hui en maitre sur Daesh. L’autre groupe djihadiste dominant dans la région, c’est al-Nosra, qui est plus proche d’al-Qaïda.
Matthieu Aron : Et ces groupes qui montent en puissance, eh bien on les voit dans un premier temps plutôt d’un bon œil chez les voisins de la Syrie et notamment en Arabie Saoudite.
Jacques Monin : Oui parce que l’Arabie Saoudite est sunnite, elle a donc très mal vécu l’arrivée au pouvoir des chiites en Irak et l’avènement des groupes djihadistes, c’est un peu à ses yeux une manière de freiner un axe chiite (Liban Syrie, Irak, Iran) qui commence à prendre un peu trop d’espace à son goût. C’est ce qu’analyse Alain Chouet, un autre ex-patron du renseignement de la DGSE.
extrait Alain Chouet : “L’Arabie Saoudite essaye de s’opposer à la création de ce que l’on appelle le croissant chiite au Moyen-Orient et de maintenir un axe sunnite à travers l’Arabie, la Jordanie et la Turquie. Ces mouvements salafistes, sunnites, sont le seul moyen actuellement pour l’Arabie de s’opposer à la création d’un vaste ensemble chiite qui lui serait évidemment hostile. Il y a aussi l’enjeu pour l’Arabie Saoudite de s’opposer à toutes possibilités de dérives démocratiques et nationalistes dans les pays arabes. L’État Islamique l’a dit x fois, la démocratie est une abomination.”
Matthieu Aron : Voilà donc pour le contexte géopolitique, mais ce qu’il faut préciser c’est que derrière cette toile de fond, il y a aussi des enjeux économiques absolument considérables.
Jacques Monin : C’est un aspect qui était assez peu évoqué jusqu’ici mais il y a effectivement en arrière-plan le pétrole et le gaz, parce que jusqu’ici l’Arabie Saoudite domine la production de pétrole et le Qatar celle du Gaz. Or ces deux pays apprennent que l’Iran, leur plus farouche rival, projette de construire un pipeline qui traverserait l’Irak et la Syrie pour s’assurer un débouché vers la Méditerranée, alors ça redistribuait totalement les cartes du marché du pétrole et du gaz, et pour Alain Juillet c’est un des éléments qui vont pousser ces deux pays à déstabiliser Bachar el-Assad.
Afficher l'image d'origineextrait Alain Juillet :” L’Arabie Saoudite et le Qatar prennent très mal l’idée d’un pipeline qui pourrait aller depuis l’Iran jusqu’à la Méditerranée et qui pourrait donc concurrencer leurs livraisons de pétrole. Ils vont dire “mais dans le fond, le problème c’est Bachar, Bachar est en train de signer un accord qu’il ne devrait pas signer avec l’Iran, donc c’est un personnage extrêmement dangereux, donc il faut renverser Bachar. “
Jacques Monin : Et preuve qu’un mouvement se met en route, le prince qui dirige les services de renseignements saoudiens va alors voir Vladimir Poutine, chez lui en Russie, pour lui demander de ne plus soutenir Bachar el-Assad, vous comprenez qu’il sera éconduit sans ménagement.
Matthieu Aron : Avec ou sans l’appui des Russes, une opération de déstabilisation de Bachar el-Assad est donc lancée pour des raisons économiques liées à l’acheminement du pétrole, ça on l’a compris, mais pas uniquement.
Jacques Monin : Non, l’Arabie Saoudite et le Qatar financent aussi les rebelles pour faire tomber le régime laïc de la Syrie et pour y instaurer un régime islamique extrêmement sévère, explique encore Alain Juillet.
Afficher l'image d'origineextrait Alain Juillet : “Les opposants religieux, c’est-à-dire les Frères Musulmans, dont le Qatar est un des support reconnu, hein, les Frères Musulmans et les saoudiens ne vont pas hésiter à financer des gens pour réinstaller dans ce pays laïque la vraie religion, la religion vue par les salafistes en définitive. Et c’est ça qui va se passer, donc on va voir le Qatar financer des mouvements, Jabhat al-Nosra en particulier, qui est proche d’al-Qaïda et qui va se battre au niveau religieux, en disant “il faut imposer l’islam”. Et puis il y a Daesh, là encore au départ c’est un groupement qui reçoit beaucoup d’argent, de la part, on le sait bien, de la part des saoudiens et des qataris. Mais qui n’a pas encore pris l’ampleur qu’il a pris, mais qui démarre.
Jacques Monin : Oui vous avez donc compris, on a deux mouvements terroristes principaux, Daesh et al-Nosra, qui sont financés par le Qatar et par l’Arabie Saoudite, et ça a d’ailleurs encore été relevé très récemment, c’était en mai 2015 dans un rapport du Congrès américain.
Matthieu Aron : Cela dit, le souci, Jacques Monin, c’est que ce financement, tout le monde en parle, mais que personne jusqu’ici n’a réussi à en apporter la preuve.
Jacques Monin : Alors plus ou moins, mais c’est très difficile parce que les circuits financiers sont compliqués à établir. Mais Pierre Conesa, qui lui est un ex haut-fonctionnaire du Quai d’Orsay, et donc un spécialiste de l’islam, croit savoir comment cet argent sort des comptes des hauts dignitaires du Golfe pour arriver jusqu’aux groupes djihadistes.
Afficher l'image d'origineextrait Pierre Conesa : “L’Arabie Saoudite est poreuse, en terme financier, parce que l’argent public et l’argent privé n’existent pas, la distinction n’existe pas. Quand il manque de l’argent dans la caisse publique, c’est le roi qui verse. Et quand il y en a trop, c’est lui qui ramasse. Et donc toutes les familles des 10 000 princes qui tournent autour, c’est exactement pareil. Et pourquoi c’est poreux ? Parce que si vous voulez, l’Arabie Saoudite, c’est une espèce de Disney World de l’islam, c’est-à-dire que tout est faux. Vous croyez que les gens sont religieux etc., en fait c’est une espèce de ghetto dans lequel il n’y a aucun cinéma, aucun théâtre. Et quand les Saoudiens sortent à l’étranger à ce moment-là ils s’éclatent, évidemment ils font tout ce qui est interdit là-bas. Et quand ils reviennent, comme ils se sentent coupables, ils achètent des indulgences. Et ces indulgences, ils ne disent pas “cet argent doit aller à al-Nosra” ou “il doit aller à Daesh”. Simplement cet argent va de fait vers ces groupes islamistes.
Jacques Monin : Vous avez compris, des indulgences. C’est en fait de l’argent qu’on donne à des fondations, des ONG saoudiennes, dont les objectifs sont parfois plus que discutables.
Matthieu Aron : L’Arabie Saoudite et le Qatar ont donc aidé des groupes djihadistes. Mais au même moment, nous aussi, la France, nous avons aidé des groupes rebelles.
Jacques Monin : Oui. L’ASL l’Armée Syrienne Libre, qu’on décrit alors à Paris comme une alternative démocratique possible, crédible, à Bachar el-Assad. Mais en fait, dès le départ, la France prend fait et cause pour les rebelles, contre le dictateur syrien. Rappelez-vous “le départ de Bachar el-Assad ce n’est qu’une question de semaines”, expliquait Laurent Fabius. Et en août 2012, lors d’un déplacement à la frontière turque. Le ministre des affaires étrangères français prononce ces phrases désormais célèbres.
extrait Laurent Fabius : “Les personnes que je viens de voir, qui sont des Syriens d’un village qui a été bombardé juste de l’autre côté de la frontière. Euh… Ces témoignages sont absolument bouleversants, j’ai dit à mes interlocuteurs que quand on entend ça, et je suis conscient de la force que je suis en train de dire. Monsieur Bachar el-Assad ne méritait pas d’être sur la Terre.
Matthieu Aron : “Ne méritait pas d’être sur la Terre.” Les mots sont terribles et ça justifie, et bien que l’on arme les rebelles.
OB : Je me permets de rappeler que c’est juste totalement illégal au regard du Droit International, qu’on est censé défendre en tant que membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU hein, je dis ça, je dis rien…
Jacques Monin : Effectivement, c’est ce qu’on pense à ce moment-là. Alors officiellement on livre des gilets pare-balles, des outils de cryptage pour les communications, des masques contre les armes chimiques, ou des lunettes de vue nocturnes, mais en fait ce sont bien des canon 20mm, des mitrailleuses, des lances roquettes et des missiles anti-char que nous avons livrés à ces groupes.
OB : 90 000 morts à ce jour dans l’armée syrienne et les milices, à savoir les troufions appelés du contingent et les volontaires comme vous ou moi… Mais attention, on défend la Démocratie et les Droits de l’Homme (blanc)
Matthieu Aron : Ces armes, officiellement destinées à l’Armée Syrienne Libre, et pourtant dans les faits, on ne sait pas trop dans quelles mains elles sont tombées.
OB : Non, on ne sait pas hélas… C’est un mystère absolu…

Ici, un islamiste de la brigade salafiste Ahrar al-Sham avec un missile Milan français
Jacques Monin : Bah non. On le réalise aujourd’hui. L’ASL ne pesait rien. Ce qu’on appelle les rebelles, c’est une nébuleuse illisible. Certaines de ces armes sont donc effectivement passées dans les mains d’al-Nosra, le groupe proche d’al-Qaïda, et c’est ce qui fait dire à l’ex-patron du renseignement extérieur de la France, Alain Juillet, qu’on s’est planté sur toute la ligne.
OB : Mais qui, qui, qui, aurait pu s’en douter ?
Robert Baer, l’ancien chef de région de la CIA au Moyen-Orient (dont le rôle est tenu par Clooney dans le film Syriana) a indiqué ”Les États-Unis ont été incapables d’identifier le moindre groupe syrien dit « modéré » lorsque la guerre civile a débuté.” (Source : L’Humanité).
extrait dialogue Alain Juillet et Jacques Monin :
Alain Juillet : Moi je pense qu’il y a eu une faillite des services de renseignements dans ce domaine. Et ça se comprend, puisqu’une des premières réactions qu’on a faite, ça a été de couper les ponts, fermer l’ambassade. Une première réaction c’est de fermer l’ambassade en Syrie et de ne plus avoir de contact avec les services syriens. Mais dans ce genre de choses, il faut avoir des contacts en permanence.
Jacques Monin : On a livré des armes aux rebelles ?
Alain Juillet : Bien sûr.
Jacques Monin : La France a livré des armes à al-Qaïda ? A l’État Islamique ?
Alain Juillet : Les Américains ont livré des armes pour empêcher la progression de l’armée de Bachar contre Jabhat al-Nosra et Daesh. Les Américains ont livré des missiles anti-char encore récemment. La question, c’est qu’on entendait à ce moment-là “Nous soutenons les Syriens libres”. Mais quand on regarde sur le terrain ce que c’est que les Syriens libres, c’est rien du tout.
OB : Je rappelle que François Hollande a avoué en 2014
Matthieu Aron : La France se serait donc totalement trompée dans son évaluation de la situation. On a quand même du mal à le comprendre. Comment, au sommet de l’État français, on ait été aussi mal informé ? Comment on a pu croire que l’ASL pouvait peser face à ces groupes djihadistes ?
Jacques Monin : Alors, il y a plusieurs aspects dans cette question. D’abord, pour Pierre Conesa, qui lui connait bien les rouages du quai d’Orsay. C’est tout l’appareil diplomatique qui s’est laissé aveugler. C’est donc un système, un fonctionnement, le fonctionnement même du Ministère des Affaires Étrangères, qui dit-il, est à revoir.
extrait Pierre Conesa : “D’abord il y a eu un axe diplomatique qui a été dès le début extrêmement insistant sur le thème “notre ennemi c’est Assad”. À partir de ce moment-là, l’analyse de la crise a été monologique. Ça allait dans le sens de ce qu’avait décidé Fabius, et pas en fonction de ce qu’était la réalité du terrain. C’était “qu’est-ce que dit notre chef ?” et on va effectivement conforter ce que dit notre chef. C’est-à-dire “c’est Assad, il faut se battre contre Assad”. Et donc pour ne pas subventionner les groupes islamistes, c’était “on va subventionner l’ASL”. Mais c’est vrai que c’est une faillite terrible.”
Matthieu Aron : Et cette faillite elle a peut-être aussi d’autres explications.
Jacques Monin : Oui. Économique par exemple. Là aussi, l’Arabie Saoudite et le Qatar, ce sont des partenaires économiques de la France. Et face à eux la Syrie ne pèse pas lourd. Alain Chouet, l’ancien patron du renseignement de la DGSE, qui s’est rendu plusieurs fois en Syrie, se souvient de ce qu’on lui répondait au début de la crise lorsqu’il alertait les autorités françaises sur la réalité de la situation sur le terrain.
Image issue d'un article pour la recherche "Alain Chouet" (source : ladepeche.fr)extrait Alain Chouet : “La réaction que j’avais en général, en rentrant de Syrie, où je venais un peu raconter ce que j’avais vu, ce que j’avais entendu, les messages qu’on avait essayé de me faire passer. La réaction, une fois, la plus caricaturale, a été “écoute tu ne vas pas nous embêter avec la Syrie, c’est même pas le PNB de la Slovénie, alors on a mieux à faire avec nos amis Qataris et Saoudiens !”
OB : j’ai toujours pensé qu’avec la globalisation, on finirait par payer dans notre chair tout le mal qu’on a fait… – oui, je sais ça fait Miss France.
Matthieu Aron : Bon, sans commentaire… Et en plus Jacques Monin, ce n’est pas la première fois qu’on se trompe.
RIP Diplomatie Française, 1958-2007
Jacques Monin : Non. Rappelez-vous, au moment de l’intervention en Libye. On a commis le même type d’erreur de jugement. Écoutez ce que raconte à ce sujet Patrick Haimzadeh, qui est un ancien diplomate à Tripoli [Patrick Haimzadeh a travaillé à l’ambassade de France à Tripoli durant de nombreuses années. Cet ancien officier de l’Armée de l’air française est un parfait connaisseur de la Libye], qui a rencontré Benoit Collombat. À l’époque, Paris s’engage contre Kadhafi, on s’en souvient. Mais c’est le Qatar qui tire les ficelles en s’appuyant sur sa chaine de télévision Al Jazeera.
extrait dialogue Patrick Haimzadeh et Benoit Collombat :Afficher l'image d'origine
Patrick Haimzadeh : Dès le départ, l’objectif c’était effectivement de faire sauter Kadhafi. Al Jazeera avait dès le départ mis en place une cellule de désinformation, en tout cas pour relayer les paroles de libyens qui étaient en fait dans les studios d’Al Jazeera à Doha et qui ont évoqué notamment l’histoire des bombardements. Qui a été centrale, parce que l’histoire des bombardements c’est ce qui a été repris par Nicolas Sarkozy le 21 février, 4 jours après le début de l’insurrection, à Bruxelles, pour déclarer la logique de guerre contre Kadhafi. Mais les bombardements, il n’y en a jamais eu.
Afficher l'image d'origineBenoit Collombat : Des bombardements de populations civiles imputés aux kadhafistes ?
Patrick Haimzadeh : oui. Donc ça c’est le premier volet de l’intervention qatari, c’est l’intervention médiatique. La deuxième intervention, c’est le soutien à une certaine frange de l’insurrection, à certains courants islamistes, qui ne sont pas tous maintenant des gens qui se reconnaissent dans l’État Islamique, mais qui sont des gens qui ont été soutenus par le Qatar. Des livraisons d’armes, françaises d’ailleurs, par le Qatar, ça s’est fait.
Benoit Collombat : Est-ce que la France savait, selon vous, le jeu que jouait le Qatar ?
Patrick Haimzadeh : Bien sûr. On avait des hommes sur le terrain, on savait très bien. Il fallait que ça aille vite et l’objectif militaire premier c’était la chute de Kadhafi, donc à ce moment-là personne ne voulait voir ce qui commençait à se dessiner en Libye.
OB : Énorme, et zou, ça glisse comme rien… Par ailleurs, pas de souci, la parité a été respectée : si les armes étaient françaises, les morts étaient bien libyens.
Matthieu Aron : Voilà pour la Libye donc. Retour maintenant en Syrie. On a un groupe, l’État Islamique, qui monte en puissance grâce à l’argent des Qataris et des Saoudiens, mais cette aide va peu à peu s’interrompre.
Jacques Monin : Oui parce que le groupe État Islamique devient de plus en plus dangereux, il va s’approcher des frontières saoudiennes, il devient si incontrôlable que ses alliés vont finir par couper effectivement les ponts avec lui. Et selon Alain Chouet, l’ex patron du renseignement de la DGSE. A la mi-2013, les Saoudiens prennent en fait conscience que ces rebelles, les rebelles qu’ils ont aidés, peuvent se retourner contre eux.
Afficher l'image d'origineextrait Alain Chouet : “A l’été 2013, le cabinet royal saoudien a coupé les vivres complètement aux frères d’Égypte, mais aussi aux mouvements violents qui agissaient aussi bien dans le nord de l’Irak qu’en Syrie. C’est là qu’apparait d’ailleurs l’État Islamique, parce que jusque-là, il n’existe pas l’État Islamique. Il y a un État Islamique en Irak, mais il n’y a pas d’État Islamique en Irak et au Levant. C’est important de le comprendre parce qu’à partir du moment où l’Arabie et le Qatar coupent les vivres au mouvement, il est obligé de sortir du bois. Et on le voit sortir du bois, sa première action, ça a été d’aller piller la banque centrale de Mossoul. Ils ont raflé 500 millions de dollars en billets et en lingots d’or avec lesquels ils se sont payé des chefs de tribus du nord de l’Irak. Qui paie, commande. N’étant plus payé par l’Arabie Saoudite, l’État Islamique échappe à son créateur et reprend la stratégie classique des Frères Musulmans, qui est de condamner la famille Saoud. Le monstre a échappé à ses créateurs.
Matthieu Aron : L’Arabie Saoudite prend donc conscience qu’elle a enfanté un monstre, et cette analyse, Jacques Monin, ce n’est pas simplement celle d’anciens patrons du renseignement français.
OB : telle mère, telle fille…
Jacques Monin : Non. À ce moment-là, même les plus hauts dignitaires d’Arabie Saoudite reconnaissent qu’ils ont commis des erreurs. Prenez par exemple le prince et homme d’affaires saoudien al-Walid Ben Talal. C’est l’un des plus grands investisseurs saoudiens en France, c’est la vingtième fortune du monde, il possède entre autres le George V à Paris et plusieurs hôtels de DisneyLand. Eh bien écoutez ce qu’il répond en octobre 2014 à une journaliste de CNN lorsqu’elle l’interroge sur le sujet.
extrait journaliste de CNN et Al-Walid Ben Talal
journaliste de CNN : Qu’en est-il du financement du terrorisme par des grandes fortunes saoudiennes ? Est-ce qu’il est autorisé ? Est-ce qu’on réprime le financement des groupes terroristes quels qu’ils soient ?
Al-Walid Ben Talal : Très honnêtement, je dois vous dire que oui, on avait une faiblesse de ce côté-là. Malheureusement quelques éléments extrémistes en Arabie Saoudite ont financé des éléments extrémistes en Syrie mais l’Arabie Saoudite a pris des mesures très sévères pour y mettre fin. Et maintenant tout ça c’est terminé.
Matthieu Aron : “C’est terminé.” Explique ce prince saoudien. Les choses sont peut-être un peu plus complexes.
Jacques Monin : Oui parce que comme souvent, il y a ce que l’on dit et ce que l’ont fait, ou plutôt en l’occurrence ce que l’on ne fait pas. Parce que si les Saoudiens ne font plus rien pour aider le groupe État Islamique, ils ne font plus rien non plus pour lutter contre lui. Et c’est ce que remarque l’ancien haut-fonctionnaire du quai d’Orsay Pierre Conesa
extrait Pierre Conesa : “L’Arabie Saoudite ne combat pas Daesh. En fait ce sont des pays de l’OTAN qui vont battre Daesh. Il y a 12 pays de l’OTAN, y compris l’Australie, plus 5 pays arabes. En fait surtout la Jordanie plus quelques pays du Golfe. Mais en fait quand on regarde la composition des forces aériennes, on s’aperçoit que l’Arabie Saoudite met autant d’avions que la Hollande et le Danemark additionnés. Mais par contre elle met 5 fois plus d’avions pour se battre au Yémen contre les Houthis, c’est-à-dire contre les chiites. Donc l’Arabie Saoudite fait la même politique que Daesh, c’est-à-dire la persécution des chiites, mais il n’y a aucune raison de se battre entre eux. La société saoudienne ne comprendrait pas pourquoi on va essayer de faire disparaitre une société qui leur ressemble autant, celle-là même qui décapite, qui crucifie, qui coupe les mains des voleurs, qui opprime les femmes et qui interdit les autres religions.
Matthieu Aron : L’Arabie Saoudite ne fait donc rien pour intervenir véritablement et en coulisse son rôle pourrait être encore plus trouble ?
Mais qui, qui, qui aurait pu s’en douter ?

« Le rapport [de la Commission parlementaire que j’ai présidée sur les services de renseignement durant le 11 septembre] montre la participation directe du gouvernement saoudien dans le financement du 11 septembre. Nous savons au moins que plusieurs des 19 kamikazes ont reçu le soutien financier de plusieurs entités saoudiennes, y compris du gouvernement. Le fait de savoir si les autres ont aussi été soutenus par l’Arabie saoudite n’est pas clair, car cette information a été cachée au peuple américain. On nous dit que cela ne peut être fait pour des raisons de sécurité nationale, mais c’est exactement le contraire. Publier est important précisément pour notre sécurité nationale.

Les Saoudiens savent ce qu’ils ont fait, ils savent que nous savons. La vraie question est la manière dont ils interprètent notre réponse. Pour moi, nous avons montré que quoi qu’ils fassent, il y aurait impunité. Ils ont donc continué à soutenir Al-Qaïda, puis plus récemment dans l’appui économique et idéologique à l’État islamique. C’est notre refus de regarder en face la vérité qui a créé la nouvelle vague d’extrémisme qui a frappé Paris. » [Sénateur Bob Graham, ancien Président de la Commission du Renseignement du Sénat américain, Le Figaro02/02/2015]

L’ONU veut saisir les camions transportant le pétrole des djihadistes
Jacques Monin : Si l’on en croit des sources bien informées, comme on dit, l’Arabie Saoudite continuerait indirectement de financer Daesh en achetant son pétrole au marché noir avec la complicité de la Turquie. C’est ce que soutient en tout cas un fin connaisseur du sujet, l’ancien patron d’Elf, Loïk Le Floch-Prigent, qui a lui-même longtemps travaillé en Irak et en Syrie.
Afficher l'image d'origine
Des camions-citerne traversent la frontière turque
extrait Loïk Le Floch-Prigent et Benoit Collombat
Afficher l'image d'origineLoïk Le Floch-Prigent : Le pétrole de Daesh ne peut sortir, ne peut être payé, que par des gens qui sont prêts à le payer et à étouffer son existence. C’est forcément un mélange de Turcs et de Saoudiens. Il n’y a pas d’autres solutions. C’est-à-dire que c’est les deux pays qui sont en contact et qui ont la possibilité de le faire. 
Jacques Monin : Qu’est-ce qu’ils en font les Saoudiens de ce pétrole ? Ils le blanchissent ?
Loïk Le Floch-Prigent : Oh, ils l’utilisent forcément, ils ne peuvent pas le blanchir. Je vous rappelle qu’un pétrole a un ADN et par conséquent on sait d’où il vient si jamais il est sur le marché. Si jamais ils exportaient ce pétrole, ce serait su. Ce pétrole ne vient jamais sur le marché donc ils l’utilisent, c’est tout. La laverie s’appelle une raffinerie.
Afficher l'image d'origine
 La route qui part de Silopi, dernière ville turque avant la frontière …
Matthieu Aron : Voilà donc pour les éléments qui jettent le doute sur l’implication du Qatar et de l’Arabie Saoudite. Et pourtant la France continue d’entretenir les meilleurs rapports avec ces pays.
Jacques Monin : Rappelez-vous, François Hollande s’est rendu dans le Golfe, c’était en mai dernier. Il signe avec le Qatar un contrat qui porte sur la vente de 24 Rafales. Et puis il y a un mois, il y a un mois à peine, en octobre dernier, Manuel Valls se rend à son tour à Ryad pour signer des promesses de contrat et voilà d’ailleurs ce qu’il lance devant un parterre de dignitaires saoudiens.
extrait Manuels Valls : Avec l’Arabie Saoudite nous avançons en confiance, nous approfondissons une relation économique que nous tournons résolument vers l’avenir. Venez investir dans notre pays au cœur de l’Europe, c’est le moment, plus que jamais.”
Matthieu Aron : À ce stade de votre enquête, Jacques Monin, ce que l’on peut retenir c’est qu’en Syrie de très nombreux pays ont joué avec le feu.
Jacques Monin : Les États-Unis qui ont déstabilisé l’Irak, les pays du Golfe qui ont financé des mouvements djihadistes, la France qui a joué les rebelles contre le pouvoir syrien sans voir qui elle avait véritablement en face d’elle et la Turquie qui laisse prospérer les trafics sur son territoire. Bref, pour Hocham Daoud qui est anthropologue au CNRS, les responsabilités sont multiples.
extrait Hocham Daoud : “Tout le monde a joué avec Daesh. Tout le monde voulait jouer à travers Daesh pour s’imposer. En fait, on a créé Frankenstein, aujourd’hui tout le monde essaye de trouver un moyen pour l’arrêter. Oui il y a des moyens, on peut avoir des forces de coordination pour venir à bout de Daesh s’il y a une volonté politique.”
Matthieu Aron : Une réponse politique, sans doute, mais en attendant c’est une réponse militaire qui est apportée.
Jacques Monin : C’est d’abord un signe adressé à l’opinion française, c’est un signe de fermeté et de détermination. Mais sur le terrain l’efficacité des frappes est limitée et rien ne dit d’ailleurs qu’elles n’auront pas des effets pervers. Écoutez ce que pense à ce sujet, l’ancien colonel de marine Michel Goya, toujours interrogé par Benoit Collombat.
extrait Michel Goya et Benoit Collombat :Afficher l'image d'origine
Michel Goya : Vous savez, les frappes françaises c’est 3 % du total de toutes les frappes de la coalition qui n’a pas détruit l’État Islamique. Des 200 et quelques frappes que nous avons réalisées, en réalité c’est un petit coup porté à l’État Islamique, donc on peut imaginer d’augmenter les doses je dirais, mais fondamentalement ça ne va pas changer grand-chose.
Benoit Collombat : Et est-ce que ça n’alimente pas le terrorisme encore un peu plus ?
Michel Goya : Oui, cette campagne de frappes c’est un sergent recruteur remarquable pour l’État I’Islamique. La campagne aérienne, la coalition dans son ensemble a peut-être tué 400 civils. Donc tout ça, ça alimente globalement le ressentiment sur place, ça alimente l’idée que ce sont toujours les arabes sunnites qui se prennent des bombes dessus. Le bilan de la coalition, on a tué 10 000 combattants, c’est un chiffre invérifiable en réalité. 10 000 combattants mais elle en a recruté aussi un certain nombre.
Matthieu Aron : Voilà, c’est ce que l’on appelle un cercle infernal, mais comment faire autrement ? Aucune solution simple ne semble, au moins à court terme, se dégager. Reste l’autre question, qu’il est peut-être aussi temps de poser. C’est celle de nos alliances, avec Jacques Monin, notamment le Qatar et l’Arabie Saoudite.
Jacques Monin : Oui, peut-on adopter une posture morale lorsqu’il s’agit de Damas et fermer les yeux sur ce que font Doha et Riyad ?Comment peut-on être crédible si l’on fait du commerce avec des pays qui soutiennent que l’on dénonce par ailleurs. Là-dessus le spécialiste du renseignement Alain Chouet est catégorique.
extrait Alain Chouet : “On ne pourra pas continuer éternellement dans une politique schizophrène qui consiste à vouloir imposer la démocratie dans certains pays en maintenant une alliance entre nos démocraties et la démocratie qui est la plus grande du monde, et les états théocratiques les plus réactionnaires de la région. On a fermé les yeux sur l’idéologie prônée par ces pays, parce qu’on ne la voyait pas, parce qu’on n’en voyait pas les effets. On n’en mesurait pas les effets parce que rien ne se passait chez nous, ou s’il se passait des choses on ne les voyait pas, eh bien maintenant on les voit.
Jacques Monin : Oui alors question. La France va-t-elle évoluer de ce côté-là ? Rien n’est moins sûr, pour l’instant Matignon affiche un embarras prudent et préfère insister sur l’évolution de ses alliés, plutôt que sur ses turpitudes.
Matthieu Aron : Merci Jacques Monin pour cette enquête réalisée en collaboration avec Benoit Collombat. Enquête à retrouver sur notre site internet franceinter.fr et la page Facebook de Secret d’Infos.
Source : France Inter, Matthieu Aron, 20/11/2015

SOURCE: https://histoireetsociete.wordpress.com/2015/11/24/siil-ny-avait-quun-billet-a-lire-sur-les-racines-des-attentats-cest-celui-ci-tout-y-est/

00000000000000000000000000000000000000000000

Avion abattu par la Turquie : le pilote rescapé témoigne

25Nov
Le capitaine Konstantin Mourakhtine est présenté comme un « pilote hors pair » dans les médias russes.
Sauvé, le capitaine Konstantin Mourakhtine, copilote du bombardier russe SU-24 abattu le 24 novembre par les forces armées turques, affirme que son appareil n’a pas violé l’espace aérien turc.

« C’est totalement exclu, même rien qu’une seconde. D’autant que nous étions à une altitude de 6 000 mètres et que le temps était clair. Je contrôlais totalement notre vol jusqu’au moment de l’explosion. Je voyais parfaitement, sur la carte et en l’air, où se trouvait la frontière, et où nous nous trouvions, nous, déclare Konstantin Mourakhtine, soulignant : Nous ne menacions même pas de passer en Turquie. »

Le pilote affirme également n’avoir reçu aucun avertissement de la part de la Turquie avant l’attaque du F-16 – ni visuelle, ni radio, alors qu’Ankara a assuré avoir averti l’appareil « dix fois en cinq minutes ». « Il n’y a eu absolument aucun contact, insiste-t-il. C’est pour cela que nous allions à une vitesse de combat normale. Vous savez quelles vitesses peuvent atteindre un bombardier, d’un côté, et un chasseur F-16, de l’autre ? S’ils avaient voulu nous prévenir, il leur suffisait de se montrer, en volant sur une trajectoire parallèle. Mais ils n’ont rien fait de tel. »

Selon M. Mourakhtine, le missile est arrivé « brusquement au niveau de la queue ». « Nous n’avons même pas eu le temps de le voir arriver et de lancer une manœuvre anti-missile », explique-t-il.

L’aviateur russe ajoute que l’équipage connaissait en outre bien cette zone de vols. « Nous avions effectué plusieurs vols de combat à cet endroit et connaissions le coin comme notre poche, déclare le pilote. Je pourrais m’y orienter même sans équipement. »

Konstantin Mourakhtine confie enfin attendre « avec impatience » sa sortie de l’hôpital, « pour reprendre immédiatement du service » : « Je vais demander au commandement qu’on me laisse sur cette base aérienne – j’ai le devoir de venger la mort du commandant [le colonel Oleg Pechkov, décédé lors de son éjection]. »

Cliquer sur la photo pour l'agrandir.

Cliquer sur la photo pour l’agrandir.

Le capitaine Konstantin Mourakhtine est présenté comme un « pilote hors pair » dans les médias russes. Il a été reconnu « meilleur pilote navigateur de Russie » par le concours international Aviadarts 2014 dans l’équipe du centre d’aviation de Lipetsk, considéré comme l’un des meilleurs établissements de recherche et de formation des forces aérospatiales russes.

Rappelons qu’un bombardier russe Sukhoi Su-24 engagé dans l’opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie s’est écrasé mardi 24 novembre sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque. Selon le président russe Vladimir Poutine, le Su-24 a été abattu dans l’espace aérien syrien par un missile air-air tiré par un chasseur turc F-16. La Turquie affirme que l’avion russe a violé son espace aérien. D’après le ministère russe de la défense, l’avion se trouvait dans l’espace aérien syrien, à 1 km de la frontière turque.

https://histoireetsociete.wordpress.com/2015/11/25/avion-abattu-par-la-turquie-le-pilote-rescape-temoigne/

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Pilote survivant du Su-24 répond aux questions des journalistes sur la base aérienne russe de Hmeimim en Syrie
Pilote survivant du Su-24: aucune mise en garde de la part de la Turquie

© Sputnik. Dmitry Vinogradov

International

15:26 25.11.2015
La Turquie abat un Su-24 russe (52)
 Le pilote survivant du Su-24 exclut formellement toute violation de l’espace aérien turc, car selon lui, l’équipage de l’avion connaissait « comme les doigts de sa main » la zone où l’incident a eu lieu.
 En outre, le pilote a indiqué qu’il n’y avait eu aucune mise en garde de la part de la Turquie, ni visuellement, ni à la radio.

« Il n’y a eu aucun contact. C’est pourquoi nous nous sommes préparés à la manœuvre de tir comme prévu. Il faut se rendre compte de la vitesse du bombardier et quelle est celle d’un F-16. Si on avait voulu nous mettre en garde, ils auraient pu se montrer, prenant une direction parallèle. Mais rien de tel n’a eu lieu. Et un missile a frappé subitement la queue de notre avion. Nous ne l’avons même pas observé visuellement afin d’entreprendre une manœuvre anti-missile », a-t-il déclaré.

 

Le pilote du Su-24 abattu dans le ciel de la Syrie a été sauvé par les unités spéciales russes et l’armée syrienne lors d’une opération qui a duré 12 heures.Un bombardier russe Sukhoi Su-24 engagé dans l’opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie s’est écrasé mardi sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque. Selon le président russe Vladimir Poutine, le Su-24 a été abattu dans l’espace aérien syrien par un missile air-air tiré par un chasseur turc F-16.

La Turquie affirme que l’avion russe a violé son espace aérien. D’après le ministère russe de la Défense, l’avion se trouvait dans l’espace aérien syrien, à un kilomètre de la frontière turque.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Saved: Captain Konstantin Murahtin was one of the two pilots of the Russian fighter jet shot down by Turkish F16 pilots near the Syrian border on Tuesday

000000000000000000000000000000000000000000000000000

14:58 25.11.2015U
Gazeta.ru

Après que la Turquie a abattu un avion russe hier, le conflit syrien pourrait encore dégénérer.Et tous les scénarios sont envisageables.

La CNN rappelle que la guerre en Syrie a déjà provoqué « la plus terrible attaque terroriste en Europe » depuis la Seconde Guerre mondiale — les attentats de Paris du 13 novembre. Le pape François Ier, pour sa part, voit dans la tragédie qui a touché la capitale française le « début de la troisième guerre mondiale ». En lui-même, le conflit en Syrie se transforme déjà en principale guerre du siècle.

Le conflit syrien a provoqué une « tourbillon de violence » selon la CNN. Pour commencer, la guerre s’est étendue au-delà des frontières du pays. Après cela, les chiites ont commencé à s’opposer directement aux sunnites, les arabes ont commencé à combattre les Iraniens, les organisations terroristes Al-Qaïda et Daech sont entrés en compétition, pendant que les Kurdes décidaient de mener une guerre contre l’armée syrienne et Daech, et que la Turquie choisissait d’éliminer les Kurdes.

Dans ce contexte, les réfugiés de Syrie se sont installés partout dans le monde et les attentats ont fait des morts non seulement en Syrie, en Irak, au Liban et en Turquie, mais également au Canada, en France, au Nigeria, au Danemark, en Australie et dans d’autres pays.Des alliances de circonstance, des actes controversés et un partenariat étrange: voilà à quoi ressemble une guerre mondiale selon la CNN. Et le fait que plus de 60 pays soient déjà plus ou moins impliqués dans le conflit syrien complexe permet de conclure que la situation au Moyen-Orient pourrait dégénérer en troisième guerre mondiale.

Le crash du Su-24 pourrait aggraver davantage la situation en Syrie.

Al-Qaïda et Daech sont des organisations terroristes interdites dans plusieurs pays, dont la Russie.

 °°°°°°
Un avion russe a été abattu par l'aviation turque près de la frontière avec la SyrieMoyen-orient Moscou a confirmé, mardi, que l’appareil abattu dans la matinée était bien un Su-24 de l’armée russe. Si les autorités russes affirment qu’il « se trouvait exclusivement dans l’espace aérien syrien », Ankara assure que l’avion a violé son espace aérien.

En feu dans le ciel, l’appareil s’écrase dans les montagnes proches de la frontière turque, en face de la province de Hatay, au sud de la Turquie. Ces images ont été diffusées par les chaînes turques NTV et CNN-Türk. Un avion militaire russe a été abattu mardi par des chasseurs turcs à la frontière franco-syrienne, ont annoncé les autorités turques et russes. Leurs deux versions divergent néanmoins.

« Un avion russe Su-24 a été abattu conformément aux règles d’engagement après avoir violé l’espace aérien turc malgré les avertissements », ont ainsi indiqué des sources présidentielles à Ankara. Moscou affirme elle que l’appareil se trouvait dans l’espace aérien syrien. Selon le ministère de la Défense russe, la Russie est en mesure de prouver que l’avion est resté dans l’espace aérien syrien. Il précise que les deux pilotes ont réussi à s’éjecter et à retomber au sol en parachute. L’un d’eux serait néanmoins aux mains des combattants turkmènes du nord de la Syrie, selon CNN Türk.
 
Plusieurs incidents depuis début octobre
Depuis le début de l’intervention militaire russe aux côtés du régime du président Bachar al-Assad fin septembre, les incidents de frontière se sont multipliés entre Ankara et Moscou. Le 3 octobre dernier, des chasseurs turcs avaient intercepté un avion militaire russe engagé en Syrie qui avait violé leur espace aérien et l’avaient forcé à faire demi-tour. Moscou avait alors mis en cause les « mauvaises conditions météo ».
L’armée turque avait également abattu le 16 octobre un drone de fabrication russe qui avait pénétré dans le ciel turc. La tension entre les deux pays s’est encore accrue ces derniers jours, après une série de bombardements russes qui ont, selon Ankara, visé des villages de la minorité turcophone de Syrie. La Turquie a convoqué vendredi l’ambassadeur russe pour le mettre en garde contre les « sérieuses conséquences » de cette opération.
———————————————————
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

0000000000000000000000000000000000000

Source: RIA NOVOSTI
Source: RIA NOVOSTI
Source: RIA NOVOSTI
Source: RIA NOVOSTI
Source: RIA NOVOSTI
Source: RIA NOVOSTI

civilwarineurope

chepurinL’ambassadeur russe, Alexander Chepurin, a déclaré à l’ouverture de la première école de la jeunesse de l’Organisation du Traité de sécurité collective (OTSC) que Moscou se félicite de la politique étrangère équilibrée de la Serbie et apprécie le fait que la Serbie n’a pas introduit de sanctions contre la Russie (…) et a ajouté que tout pays neutre a le droit de coopérer avec l’Occident et l’Orient ce qui sert les intérêts de la Serbie.

Il a souligné que la Serbie et la Russie ont été amis depuis des siècles des frères d’armes et a ajouté qu’il peut librement faire une telle déclaration le 20 Octobre à l’occasion du jour de la libération de Belgrade durant la Seconde Guerre mondiale.

Source : http://inserbia.info/today/2015/10/moscow-appreciates-serbia-not-introducing-sanctions/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+InSerbiaNews+%28InSerbia+News%29

Rappel : http://civilwarineurope.com/2015/10/17/lue-met-la-pression-pour-que-la-serbie-rejoigne-les-sanctions-contre-moscou/

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

View original post

Piratage informatique© Flickr/ Ivan David Gomez Arce

International

20:39 17.10.2015(mis à jour 21:47 17.10.2015)

Les sites et les fils d’actualité de l’agence russe Rossiya Segodnya et notamment ceux de Sputnik ont été samedi soir la cible d’une attaque informatique, ont annoncé les services techniques de l’agence.

Pendant l’attaque par déni de service (DDoS), les informations de l’agence n’étaient pas accessibles en ligne, mais les spécialistes techniques ont réussi à maintenir l’accès au service par abonnement.

Une attaque de type DDoS, généralement lancée pour empêcher l’utilisation d’un service internet, consiste à bombarder le serveur cible de requêtes, de sorte que celui-ci soit submergé par ces dernières.

Le site de RIA Novosti, qui fait partie de Rossiya Segodnya, a déjà été visé par des cyberattaques à plusieurs reprises. En mai 2012, il a été attaqué à partir de 2.500 adresses IP. En juillet 2013, une attaque à 150.000 connexions par seconde a touché le site de RIA Novosti.

Une autre attaque a été enregistrée en août 2014. Des malfaiteurs se sont d’abord pris au site Inosmi.ru avant d’empêcher le fonctionnement du site de RIA Novosti.

Rossiya Segodnia regroupe une radio, des fils d’actualité, des portails d’information en plusieurs langues, des centres de presse et des produits d’information dans les réseaux sociaux, la production et la diffusion de photos et d’infographies ainsi que la production de contenu pour les applications destinées aux téléphones portables.

00000000000000000000000000000000000000000

Par Direct Matin, publié le 30 Septembre 2015 à 21:30

Todenhöfer a pu se rendre compte de l’extrême détermination de Daesh pour mener à bien ses objectifs.[Marwan Ibrahim / AFP/Archives]

Un journaliste allemand qui a partagé le quotidien de Daesh pendant 10 jours, affirme dans un livre que l’organisation islamiste envisage de mener une attaque nucléaire d’envergure contre les pays occidentaux.

Jürgen Todenhöfer, pictured, spent ten days with the Isis terror group researching his book on the organisationJürgen Todenhöfer écrit précisément dans son ouvrage intitulé « Inside IS – 10 jours avec Daesh » que le groupe terroriste prévoyait « un holocauste nucléaire » contre toutes puissances s’opposant à sa volonté d’établir un califat islamique dans le monde entier. L’organisation entend ainsi tuer des centaines de millions de personnes.

Au cours de son immersion, Todenhöfer a pu se rendre compte de l’extrême détermination de Daesh pour mener à bien ses objectifs. « Pour moi, personne n’a de chance de les arrêter à part les Arabes. Je suis devenu très pessimiste », a-t-il expliqué au journal The Express au cours d’une interview à propos de la sortie de son livre.

Après de nombreux échanges par Skype, Daesh a accepté d’accueillir dans ses rangs le journaliste, ancien député allemand, au motif qu’il est un critique régulier de la politique américaine menée au Moyen-Orient.

Conscient du risque qu’il encourait, Todenhöfer a confié avoir rédigé son testament avant de quitter son pays d’origine.

http://www.directmatin.fr/monde/2015-09-30/daesh-preparerait-une-attaque-nucleaire-pour-tuer-des-centaines-de-millions-de-0

Mr Todenhöfer said Isis, pictured, were the most 'brutal and dangerous' enemy he has ever seen 

00000000000000000000000000000000

International

23:27 28.09.2015(mis à jour 01:26 29.09.2015)

La rencontre bilatérale entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue américain Barack Obama à huis clos a pris fin à New YorK. La rencontre a duré une heure et 40 minutes.

1:02 La rencontre a duré 1h40 au lieu de 55 minutes prévues par les dirigeants. Il s’agit de la première rencontre des deux dirigeants depuis plus de deux ans.

La Russie est prête à améliorer ses rapports avec les Etats-Unis, a déclaré M.Poutine à l’issue de la rencontre à huis clos. Il a qualifié l’entretien de « franc et fructueux ».

Le président russe a déclaré que la Russie ne participerait jamais à une opération militaire terrestre en Syrie contre les djihadistes du groupe Etat islamique (EI).

Le Kremlin tout comme la Maison-Blanche ont annoncé que parmi d’autres questions actuelles, les présidents allaient discuter du conflit syrien et de la crise ukrainienne.

0000000000000000000000000000000000000000000
21:14 03.09.2015(mis à jour 22:05 03.09.2015) 

L’affaire des Mistral nous ramène à un alignement de la France sur les orientations occidentales qui sont plus décidées à Washington qu’à Paris, qui paie le prix en termes de crédibilité et diplomatique, estiment les experts Richard Labévière et François Asselineau dans un entretien à Sputnik.

Selon Richard Labévière, rédacteur en chef de la revue Défense, le dossier douloureux des Mistral est devenu éminemment politique pour François Hollande, qui a des difficultés pour financer la plupart des services publics.

« L’autre aspect est plus politique dans la mesure où, depuis le début de cette affaire, on ne voit pas pourquoi on bloque la livraison de ces bateaux destinés à la Russie selon des contrats qui avaient été signés et poursuivis avec les transferts de technologies, etc. Alors que dans le même temps, la France a augmenté considérablement ses ventes d’armes à des pays comme le Qatar, l’Arabie saoudite et d’autres +grandes démocraties+. Je dis +démocratie+ avec beaucoup de guillemets sur le plan politique et de la morale ». On trouve sur ce dossier, selon l’expert, un deux poids deux mesures.Ce dernier estime que le président de la République et le Quai d’Orsay annoncent qu’il y a des discussions entreprises avec le gouvernement égyptien pour ces bateaux juste pour rassurer les contribuables français.

Mais M. Labévière souligne que ces bateaux ne sont fabriqués que pour les mers du Nord.  » On ne voit pas très bien pourquoi cette coque serait nécessaire pour l’Egypte dans les eaux de la Méditerranée. On peut se poser la question sur un plan stratégique et opérationnel des besoins de projection d’un pays comme l’Egypte », fait-il remarquer.

« Cette affaire est doublement désastreuse pour la France sur le plan financier, mais aussi sur le plan diplomatique et sur le plan politique. Elle nous ramène encore une fois à un alignement de la France sur les options occidentales qui sont plutôt décidées à Washington qu’à Paris », conclut M. Labévière.

François Asselineau, président du Parti Union Populaire Républicaine, commentant l’aspect financier de cette affaire, a déclaré que le fait qu’il y avait une somme annoncée à l’euro près, n’est pas choquant en soi.

« Ce qui est beaucoup plus choquant, c’est que nul ne sait ce que recouvre exactement ce montant et s’il est complet. En particulier, on ne sait pas si dans ce montant sont intègrés les frais de maintenance des bateaux qui depuis des mois croupissent à Saint-Nazaire, et cela nécessite des millions d’euros pour les maintenir en bon état. On ne sait pas non plus les coûts qui vont être occasionnés, par ce qu’on ne sait pas ce qu’on va faire de ces navires ensuite. Rembourser la Russie, c’est une chose, mais qu’en faire ensuite? », s’interroge-t-il.

Dans la mesure où la Russie pourrait bloquer la vente de ces Mistral, on ne voit même pas d’acheteurs.

« On a parlé de la Malaisie qui pourrait racheter, la Malaisie a démenti. On a parlé de l’Arabie Saoudite, de l’Egypte… Concrètement, pour l’instant il n’y a aucun acheteur », estime M. Asselineau. Selon lui, on ignore complètement combien de temps on va garder ces navires, si, même on pourrait un jour les revendre.

« Si on les garde encore plusieurs mois ou plusieurs années, cela risque de nous coûter des sommes bien supérieures à ce qui est annoncé », souligne-t-il, en ajoutant que l’option consistant à démanteler ces navires est également très coûteuse.

D’après lui, il faut ajouter à tout cela un coût supplémentaire qui ne se chiffre pas en euros: un coût en termes de crédibilité et également diplomatique. La parole de la France n’a pas été respectée. La France s’est inclinée devant le diktat de Washington. Monsieur Hollande porte une responsabilité écrasante dans cette affaire.

M. Asselineau a déclaré qu’il fallait bien entendu livrer les navires à la Russie. « On a besoin d’entretenir les relations diplomatiques avec un pays qui doit être un grand ami de la France. Si nous ne livrons pas ces navires, c’est uniquement parce que Washington l’a exigé, ce qui est contraire à notre souci d’indépendance et de souveraineté nationale », a conclu le président de l’Union Populaire Républicaine.

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Mistral. Archive photo
Combien a vraiment coûté la rupture du contrat Mistral?

© Sputnik. Alexeï Danichev

Lu dans la presse

14:16 27.08.2015(mis à jour 15:26 27.08.2015)
Kommersant
Résiliation du contrat Mistral

Le porte-parole de l’Élysée a annoncé mercredi que le montant de l’indemnisation de la Russie après la rupture du contrat pour la livraison des porte-hélicoptères Mistral par la France serait inférieur à 1 milliard d’euros.

Pourtant, selon certaines sources, le Trésor fédéral russe aurait déjà perçu plus de 950 millions d’euros pour les BPC Vladivostok et Sébastopol, ainsi que 67,5 millions d’euros pour la construction des parties arrière de ces bâtiments. En septembre Moscou devrait recevoir les systèmes de contrôle et de communication démontés des navires — coût estimé à environ 50 millions d’euros. Paris promet de dévoiler le chiffre exact de l’indemnisation en septembre.

Tout l’argent dû à Moscou à titre d’indemnisation pour la non-livraison des Mistral par Paris a déjà été transféré en Russie, annonçait le 5 août un communiqué spécial du site de la présidence française. Le gouvernement français devra encore expliquer à ses députés pourquoi cet argent est en Russie sans la ratification du parlement. Cet empressement et ce caractère confidentiel confidentialité peuvent s’expliquer par les risques encourus par la Russie dans le cadre de l’affaire Ioukos (en juillet 2014 la cour d’arbitrage de la Haye avait condamné le gouvernement à verser aux anciens actionnaires de la compagnie pétrolière 50 milliards de dollars): au moment du transfert de France en Russie l’argent aurait pu être saisi, ce que les deux parties souhaitaient éviter.Selon des sources du secteur de la coopération militaro-technique avec les pays étrangers, le Trésor fédéral russe a déjà reçu près de 1,1 milliard d’euros, somme qui correspond au coût des Vladivostok et Sébastopol (plus de 950 millions d’euros) et de leurs parties arrières fabriqués sur les chantiers navals de Saint-Pétersbourg (67,5 millions d’euros). Paris démontera et retournera à la Russie ses systèmes de contrôle et de communication (encore environ 50 millions d’euros) installés sur les navires. Immédiatement après cela, la France obtiendra le droit de réexporter les bâtiments.

Le président français François Hollande avait pris la décision de ne pas livrer les deux porte-hélicoptères à la Russie à cause de la situation dans le sud-est de l’Ukraine. Les autorités russes n’étaient pas d’accord avec ce jugement mais étaient prêtes à rompre le contrat en cas de remboursement.Désormais, le gouvernement français devra faire face à plusieurs problèmes. D’un côté, ses représentants sont contraints de dire que la Russe a reçu moins d’un milliard d’euros pour tenter de réduire la tension et ne pas susciter une forte critique de l’opposition. De l’autre, la France y perdra au change car elle devra abaisser le prix des BPC pour les vendre à un autre pays.

000000000000000000000000000000000000000000000000

Hollande-FailLe Président de la République, François Hollande, risque de laisser après lui une France endettée jusqu’au cou.

En moins de trois mois, la France aurait perdu 54 milliards d’euros.

C’est ce qu’affirme Emmanuel Roussel, chef d’entreprise, auteur de l’article consacré à ce sujet paru dans Boulevard Voltaire: « Même si le temps passe vite, on peut constater qu’en trois ans, le chef de l’exécutif n’a pas mesuré ses efforts pour laisser une ardoise assez abyssale. Sans même se focaliser sur les grands indicateurs économiques calamiteux du pays, deux feuilletons estivaux illustrent assez bien l’ampleur de la catastrophe. En à peine trois mois, Hollande nous aura plombé de 54 milliards ».

Première erreur géopolitique en date: la vente des avions Rafale. Dans une interview à la radio Sputnik, Emmanuel Roussel rappelle les coulisses du contrat juteux de 24 chasseurs pour un montant de 5,2 milliards d’euros. L’Egypte va financer sur ses fonds propres un peu moins de 50%, soit plus de 2 milliards. Pour le reste, le pays va emprunter de l’argent à des banques françaises, à des taux inférieurs à ceux du marché. Ces prêts seront intégralement garantis par la Coface (compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur). « On peut se poser la question qui va payer les Rafale, précise Emmanuel Roussel.

Vient ensuite la résiliation du contrat des Mistral avec la Russie dont la note serait de plus de deux milliards d’euros, selon Le Canard enchaîné. La dérussisation et la décustomisation (par exemple, la proue des navires ou les télécommunications sont des équipements russes) coûterait près de 200 millions d’euros. Ajoutez à cela le gardiennage et la maintenance à Saint-Nazaire (5 millions d’euros par mois) et le remboursement à la DCNS, Thales et Safran.

L’avenir des Mistral est terne, selon Emmanuel Roussel: « Fort à priori, François Hollande qui était en Egypte pour l’inauguration du deuxième canal de Suez, a annoncé que l’Egypte était un acheteur potentiel. Si on a le même montage que pour la vente des Rafale, on peut se poser des questions en tant que contribuables français. Il parle également de l’Arabie Saoudite, voire du Canada, voire de la Chine. Pour l’instant, ce ne sont que des supputations… »

Tous les facteurs réunis, la parole du politique est totalement discréditée en France, s’agace Emmanuel Roussel.

le chasseur russe Su-35

Primo: dix jours après la vente des Rafale en Egypte, François Hollande affirme avoir signé un contrat MMRCA sur 126 chasseurs avec l’Inde, ce qui n’était pas le cas. L’Inde a finalement préféré les Sukhoï russes, entrainant l’annulation de l’achat de 126 Rafale par l’Inde. Manque à gagner: 48 milliards d’euros. .

Secundo: lors de sa traditionnelle conférence de presse du 14 juillet dernier, le président annonce que la croissance est là, tandis qu’en réalité, le taux de croissance vient de tomber pour le deuxième trimestre en France.

« En somme, conclut Emmanuel Roussel, le compromis diplomatique des Rafale contre les Mistral ressemble à un marché de dupes et les milliards de la rupture du contrat russe vont s’ajouter aux montants maintenant colossaux » de déficit, de dettes, de crise de l’agroalimentaire due, en partie, à l’embargo respectif entre Paris et Moscou. Pire: « le gouvernement ne montre aucune capacité à savoir résoudre le problème, même de loin ».

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°