Articles Tagués ‘Turquie’

Un avion russe a été abattu par l'aviation turque près de la frontière avec la SyrieMoyen-orient Moscou a confirmé, mardi, que l’appareil abattu dans la matinée était bien un Su-24 de l’armée russe. Si les autorités russes affirment qu’il « se trouvait exclusivement dans l’espace aérien syrien », Ankara assure que l’avion a violé son espace aérien.

En feu dans le ciel, l’appareil s’écrase dans les montagnes proches de la frontière turque, en face de la province de Hatay, au sud de la Turquie. Ces images ont été diffusées par les chaînes turques NTV et CNN-Türk. Un avion militaire russe a été abattu mardi par des chasseurs turcs à la frontière franco-syrienne, ont annoncé les autorités turques et russes. Leurs deux versions divergent néanmoins.

« Un avion russe Su-24 a été abattu conformément aux règles d’engagement après avoir violé l’espace aérien turc malgré les avertissements », ont ainsi indiqué des sources présidentielles à Ankara. Moscou affirme elle que l’appareil se trouvait dans l’espace aérien syrien. Selon le ministère de la Défense russe, la Russie est en mesure de prouver que l’avion est resté dans l’espace aérien syrien. Il précise que les deux pilotes ont réussi à s’éjecter et à retomber au sol en parachute. L’un d’eux serait néanmoins aux mains des combattants turkmènes du nord de la Syrie, selon CNN Türk.
 
Plusieurs incidents depuis début octobre
Depuis le début de l’intervention militaire russe aux côtés du régime du président Bachar al-Assad fin septembre, les incidents de frontière se sont multipliés entre Ankara et Moscou. Le 3 octobre dernier, des chasseurs turcs avaient intercepté un avion militaire russe engagé en Syrie qui avait violé leur espace aérien et l’avaient forcé à faire demi-tour. Moscou avait alors mis en cause les « mauvaises conditions météo ».
L’armée turque avait également abattu le 16 octobre un drone de fabrication russe qui avait pénétré dans le ciel turc. La tension entre les deux pays s’est encore accrue ces derniers jours, après une série de bombardements russes qui ont, selon Ankara, visé des villages de la minorité turcophone de Syrie. La Turquie a convoqué vendredi l’ambassadeur russe pour le mettre en garde contre les « sérieuses conséquences » de cette opération.
———————————————————
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

0000000000000000000000000000000000000

Solidarité Ouvrière

Kerdistan, 31 janvier 2015 :

Jeudi 29 janvier 15 000 travailleurs du secteur de la métallurgie répartis sur 22 usines dans 10 villes se sont mis en grève en raison de leurs conditions de travail jugées indécentes. Le lendemain, le Conseil de Ministres interdit la grève !

Au lancement de la grève Sol Haber rapportait le témoignage de Rıfat Condura, un ouvrier rencontré sous la tente des grèvistes : « Aujourd’hui est une journée historique pour les ouvriers. Si Metal-İş sort de cette mobilisation gagnant ce sera la victoire de la classe ouvrière ! »

Rıfat fait partie de la délégation des ouvriers depuis le début des négociations avec le MESS, en aout 2014.

Voir l’article original 834 mots de plus

– Documents secret affirment l’implication de la Turquie dans l’armement des groupes terroristes en Syrie
– Lavrov: Le règlement politique de la crise en Syrie est inéluctable
– L’armée liquide tous les éléments d’un groupe terroriste dans la banlieue de Quneitra
– Saisie des entrepôts de l’huile et de margarine dont la date a expirée
– En riposte aux crimes israéliens, un palestinien poignarde 13 colons à Tel Aviv
– Jérusalem: Tentative de perquisition de la mosquée al-Aqsa et des fidèles y font face
– Irak: Avancée de l’armée à Baqouba jalonnant une opération d’envergure contre les terroristes
– Libye: L’armée avance dans plusieurs régions et élimine des terroristes

000000000000000000000000000000

image: http://www.courrierinternational.com/files/imagecache/dessin_656x/2014/04/1104-dessin.jpg

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

(source : Stratpol)

« Ce qui se passe en ce moment entre la Turquie et la Russie est assez révolutionnaire (…) La Turquie se rend compte que la Russie a quelquefois des objectifs politico-stratégiques qui vont à l’encontre des siens mais que c’est quelqu’un à qui on peut parler et qui est fiable… et qui ne va pas s’immiscer à l’intérieur d’un pays – notamment d’un pays ami – pour renverser le gouvernement afin d’en avoir un plus favorable. Aujourd’hui, avec sa politique étrangère, la Russie est un allié qu’on cherche, qu’on veut avoir avec soi parce qu’on sait qu’il est fiable ».

Voir l’article original

https://i1.wp.com/www.minurne.org/wp-content/uploads/2014/12/000-general-antoine-martinez.jpgChers amis, chères amies,

Je n’imaginais pas, en diffusant ma lettre ouverte au président de la République, qu’elle circulerait aussi rapidement et toucherait autant de personnes en si peu de temps.(Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République française par le Général Antoine Martinez.)
Je vous avoue être agréablement impressionné par le nombre de messages que je reçois depuis l’envoi de cette lettre.

C’est le miracle de l’internet. L’effet boule de neige semble fonctionner à merveille.

Je tenais donc à vous remercier pour les commentaires et encouragements que vous avez bien voulu me faire parvenir. Je ne sais pas encore quelle sera la réaction, mais on peut penser que ce document ne plaira pas à tout le monde.

Sachez que je suis très touché et je dirais même bouleversé par certains messages révélant la désespérance de certains de nos compatriotes qui témoigne et révèle un vrai malaise dans leur vie quotidienne. J’ai une pensée particulière pour eux. Mais cela n’intéresse cependant absolument pas nos responsables politiques dont la seule obsession est de gagner des élections. Mais pour faire quoi ?

J’en profite pour répondre à ceux qui me posent la question de savoir si c’est bien moi qui ai écrit cette lettre ouverte et me demandent de l’authentifier. Alors, oui, à ceux-là je confirme que j’ai bien écrit cette lettre et que je l’ai bien envoyée au président par courrier postal, le 23 décembre.

A ceux-là et à d’autres qui me le demandent, je réponds que vous avez toute latitude pour retransmettre cette lettre à vos propres contacts, à la diffuser, à la publier.

Voilà ce que je souhaitais vous dire pour vous remercier. Je forme le vœu que la France, cette France que nous aimons, se réveille et retrouve sa grandeur. Car renoncer à défendre son héritage historique, spirituel et culturel, c’est se condamner à disparaître.

Bien cordialement.

Général (2s) Antoine MARTINEZ


Le Général Martinez avait publié en 2013 un essai dont nous nous étions fait l’écho sur Minurne « Devoir d’Expression d’un Citoyen (pas) Ordinaire ».
Vous pourrez constater en lisant le résumé et le sommaire qu’avec ce livre, nous sommes en plein dans le sujet évoqué dans sa lettre ouverte.
Cet ouvrage l peut être commandé chez l’éditeur, à la FNAC, Amazon.fr, librairies Decitre, Chapitre.com

000 Général Martinez

Devoir d’expression d’un citoyen (pas) ordinaire

L’unité de la nation française est mise en sérieux danger en raison de la fracture identitaire qui ronge insidieusement le peuple français. Trois facteurs interagissent depuis plusieurs décennies : le manque de clairvoyance, de lucidité et de courage des responsables politiques ; le règne du politiquement correct qui terrorise notre liberté d’expression ; la mondialisation qui a mis à mal le sens du collectif. C’est pourquoi l’avenir de notre société est menacé.
Cette situation désastreuse, amplifiée par une immigration extra-européenne massive dont la culture et la religion invalident tout espoir d’intégration, est aggravée par des mesures sociales insensées adoptées ces dernières années, par la politique contestable de l’Éducation nationale depuis plusieurs décennies et par la suspension du service militaire non remplacé.
Les citoyens attachés à leurs racines, aux valeurs qui ont fait de la France une grande nation, héritiers d’une Histoire et d’une culture, ne peuvent plus rester silencieux face à l’imprévoyance et au laxisme de leurs responsables politiques : Antoine Martinez se fait leur porte-parole.

Sommaire

  • Introduction
  • Le politique
  • Le politiquement correct
  • La mondialisation
  • Vers le désastre programmé
  • L’immigration extra-européenne
  • Des mesures insensées qui aggravent la situation
  • L’école et son environnement : état d’urgence
  • Des mesures conservatoires urgentes
  • Le débat sur l’identité nationale
  • Un constat dramatique qui interpelle le citoyen
  • Les ambiguïtés de la gauche française
  • L’islam, une menace pour la Nation et pour la démocratie
  • Notre engagement en Afghanistan
  • Le problème de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne
  • Conclusion

Editions Amalthée – 238 pages – n° ISBN 978 2 310 01314 7 – 19,80 €
Site internet : http://www.editions-amalthee.com

minurne.org

SOURCE: http://www.minurne.org/?p=325

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Pour Erdogan, la Turquie possède
la presse
« la plus libre du monde »

« Nulle part ailleurs dans le monde, la presse n’est plus libre qu’en Turquie. Je suis absolument certain de ce que j’avance », a déclaré M. Erdogan dans un discours retransmis à la télévision, vendredi 26 décembre 2014, au cours d’une conférence à Ankara. AFP/ Adem Altan

Turquie« La presse est si libre en Turquie que n’importe qui peut y proférer des injures (…) qui ne sont pas même tolérés dans des pays démocratiques ».

OLJ/AFP
26/12/2014

La Turquie a la presse la plus libre du monde, a affirmé vendredi le président turc Recep Tayyip Erdogan, réfutant les accusations selon lesquelles la liberté des médias serait bafouée sous son régime.

« Nulle part ailleurs dans le monde, la presse n’est plus libre qu’en Turquie. Je suis absolument certain de ce que j’avance« , a déclaré M. Erdogan dans un discours retransmis à la télévision au cours d’une conférence à Ankara.
« La presse est si libre en Turquie que n’importe qui peut y proférer des injures, dire du mal d’autrui, calomnier, tenir des propos racistes et haineux qui ne sont pas même tolérés dans des pays démocratiques« . « J’en ai moi même fait l’expérience, et ma famille aussi« , a-t-il ajouté.

(Lire aussi: Mandat d’arrêt contre Fethullah Gülen, ex-allié d’Erdogan)

Ces commentaires interviennent deux semaines après que la police a lancé une opération coup de poing contre les partisans de l’imam islamiste Fehtullah Güllen, ancien allié de M. Erdogan, visant notamment le journal Zaman, l’un des grands quotidiens turcs. Une trentaine de personnes, principalement des journalistes, avaient alors été arrêtés. L’Union européenne a dénoncé ces opérations, estimant qu’elles étaient contraires « aux valeurs européennes » que la Turquie, qui aspire à rejoindre l’UE, est sensée respecter.

(Lire aussi: Erdogan à l’UE : « Mêlez-vous de vos affaires »)

Le président turc a accusé M. Gülen, qui vit en exil aux États-Unis, d’avoir orchestré l’an dernier le lancement d’une enquête pour corruption contre les membres de son cercle le plus proche.

Ces déclarations coïncident également avec la libération vendredi d’un lycéen de 16 ans mis en prison « pour insulte au président » qu’il avait taxé de « chef de la corruption », une affaire qui avait suscité de vives protestations de l’opposition.

« Vous ne pouvez les insulter (sa famille) comme ça dans aucun autre pays. Il n’y a pas de limites aux insultes (que nous recevons). Vous ne pouvez pas faire de telles unes dans les journaux en Europe et aux États-Unis« , a souligné M. Erdogan. « Les Européens nous font des reproches comme si de telles choses ne se produisaient pas dans leurs pays. Personne n’élève la voix quand des journalistes sont arrêtés en Europe« , a-t-il encore affirmé.

Pour mémoire

Erdogan compare la contraception à une « trahison »

La justice turque lance un mandat d’arrêt contre Gülen

Nouvelle diatribe anti-UE d’Erdogan

source:

-http://www.lorientlejour.com/article/902794/pour-erdogan-la-turquie-possede-la-presse-la-plus-libre-du-monde.html
-http://allainjules.com/2014/12/26/la-blague-du-jour-erdogan-la-turquie-a-la-presse-la-plus-libre-du-monde/
0000000000000000000000000000000000000000

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

otan organisation terroriste atlantique nordImmanuel Wallerstein, chercheur principal de recherche à l’Université de Yale, est l’auteur du Déclin de la puissance américaine : Les Etats – Unis dans un monde chaotique (NewPress).

L’article qui suit a été traduit et commenté par François Asselineau sur le site de l’UPR.

« Renoncer à l’OTAN comme structure serait un premier pas  sur le chemin de la raison et la survie de la planète », dit Wallerstein. On ne peut qu’approuver, tant sont stupéfiantes la folie et la perversité de ceux qui dirigent cette sanglante machine de guerre. Je vous renvoie à la dernière information d’un média allemand sur le sujet : Via la Turquie, l’OTAN alimente en armes et en fournitures l’Etat islamique (Daesh) en Syrie [voir ici la traduction en français]… OD

« La mythologie officielle veut qu’entre 1945 (ou 1946) et 1989 (ou 1991), les Etats-Unis et l’Union soviétique (URSS) se sont affrontés en continu…

Voir l’article original 1 144 mots de plus

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

Ainsi que – de façon plus marginale – l’Algérie et le Venezuela. Une thèse que je trouve plus logique et plus cohérente avec les événements géopolitiques en cours que celle de la stratégie anti-pétrole de schisteOD

(Agence Info Libre, 30 novembre 2014)

– « La meilleure manière de casser un pays, c’est de l’intérieur. C’est une occasion inouïe d’essayer d’introduire en Russie une contestation plus une crise économique. Ils espèrent que cette Russie qui jusque-là a mené la valse diplomatique (…) va être littéralement asphyxiée… »

Voir l’article original 110 mots de plus

le monde à l'ENVERS

Rien ne va plus pour les agresseurs de la Syrie. Une fois de plus, serions-nous tentés de rajouter.

Laurent-Fabius-1728x800_c

La coalition arabes du golfe / atlantistes semble avoir été prise de vitesse par l’armée arabe syrienne. Les forces Syriennes sont en passe de reprendre Alep, alors que la construction d’un scénario crédible qui aurait amené des actions directes des Etats-Unis en profondeur ou dans des zones comme Alep n’a pas eu le temps de se mettre en place.

Voir l’article original 245 mots de plus

adnan-khanpar Adnan Khan, The Globe and Mail (Canada) 22 octobre 2014 traduit de l’anglais par Djazaïri

Adnan Khan est un écrivain et photographe qui vit à Istanbul et à Islamabad

L’Etat Islamique en Irak et au Levant (Daesh), les Kurdes, la Turquie, et la lutte des classes
SOURCE:
http://lemondealenversblog.com/2014/10/30/letat-islamique-en-irak-et-au-levant-daesh-les-kurdes-la-turquie-et-la-lutte-des-classes/
http://mounadil.wordpress.com/2014/10/22/letat-islamique-en-irak-et-au-levant-daesh-les-kurdes-la-turquie-et-la-lutte-des-classes/

Une lecture intéressante du positionnement de la Turquie à l’égard de la situation à sa frontière avec la Syrie où l’Etat Islamique (EI, Daesh) cherche à s’emparer de la ville de Kobané aux dépens des Kurdes syriens.

ETAT ISLAMIQUE TURQUIE

En effet, Adnan Khan dépasse la lecture commune qui privilégie soit l’angle religieux, soit l’angle ethnique pour nous donner à comprendre ce qui se joue réellement en Turquie : la reprise du bras de fer entre un gouvernement, d’inspiration islamiste, qui a a lancé le pays, avec un certain succès, dans une expansion économique de type capitaliste et une extrême gauche qui n’a pas renoncé à faire aboutir un projet socialiste par la voie révolutionnaire.

Il s’avère que cette extrême gauche comporte une forte représentation kurde sans pour autant qu’on puisse la caractériser sous l’angle ethnique ou culturel. Et cette extrême gauche se reconnaît dans le projet politique non ethnique porté par le Parti des Travailleurs du Kurdistan et le PYD qui assure la défense de Kobané.

On comprend mieux à la fois les réticences du gouvernement turc mais aussi la réaction d’hostilité d’une partie de la population turque à l’égard des régimes occidentaux, Etats Unis en tête.

Le vrai problème kurde de la Turquie

Il y a eu peu de manifestations de joie chez les Kurdes de Turquie lorsque l’aviation américaine a commencé à larguer des bombes sur l’État Islamique (EI, Daeeh) en Syrie. Leur réaction a été pour le moins surprenante: depuis des semaines, les Kurdes protestaient à Istanbul et dans le sud à majorité kurde de la Turquie contre le manque de soutien apporté à leurs compatriotes kurdes de Kobané, la ville assiégée en Syrie, juste de l’autre côté de la frontière.

Kobané était encerclée sur trois côtés, la seule voie de passage sûre pour y entrer ou en sortir étant celle vers la Turquie au nord. Mais l’armée turque a fermé la frontière. Les défenseurs de la ville, une milice kurde syrienne locale, la branche armée du Parti de l’Union Démocratique (PYD) ont sollicité une aide internationale. Quand les bombardements et les largages de matériel par les Américains ont enfin contribué à faire reculer les forces de l’Etat Islamique, les Kurdes ont probablement échappé au massacre.

L’intervention [américaine] aurait dû provoquer de la joie, mais la protestation a continué, les Kurdes s’en prenant à l’Etat Islamique et condamnant les actions de la Turquie. Encore plus significatif, les manifestants se sont déchaînés contre les Etats Unis et leurs alliés, dont le Canada, dénonçant l’impérialisme et le capitalisme occidentaux.

Les manifestants étaient en majorité des socialistes, d’une tendance virulente qui reste répandue dans la population kurde de Turquie. Leur colère ne découle pas d’un nationalisme ethnique mais d’une idéologie politique. Une révolution est en cours à Kobané, disent-ils, et tout le monde – l’Occident, l’Etat Islamique, les pays arabes, le gouvernement turc – tente de la faire échouer.

Leur version des faits est préoccupante. La Turquie a connu des années de violence politique après l’effondrement d’un processus de paix avec sa minorité kurde en 1993. L’es extrémistes de gauche, principalement des Kurdes favorables au Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK interdit) étaient à la lutte contre les ultranationalistes turcs et les islamistes qui se faisaient appeler le Hezbollah turc. Le gouvernement de l’époque, fortement influencé par l’armée, était soupçonné de manipuler les islamistes et les nationalistes dans sa tentative pour écraser l’insurrection dirigée par le PKK.

Ce furent des jours sombres. Des milliers de Kurdes périrent et des centaines de milliers furent déplacés après que pas moins de 3 000 villages du sud-est du pays furent rasés par l’armée pour leur soutien présumé au PKK. « C’était comme une guerre des gangs, » affirme Tolga Baysal, un cinéaste d’Istanbul qui a vécu cette époque. « Le Hezbollah enlevait et assassinait des membres présumés dy PKK, le PKK faisait de même avec le Hezbollah. »

Aujourd’hui, l’histoire semble se répéter. Un autre processus de paix avec les Kurdes est sur le point de capoter. Le Hezbollah turc est de retour, revigoré par ce qu’il perçoit comme un renouveau islamique en Irak et en Syrie, ainsi que les penchants conservateurs de l’actuel gouvernement turc. Kobané a donné une nouvelle énergie à une extrême gauche turque inspirée par le Parti d’Union Démoocratique qui a annoncé en septembre dernier qu’il allait instaurer la société socialiste parfaite à Kobané. Une fois encore, le gouvernement turc se tourne vers les ultra-nationalistes pour les contrer.

Selon le discours prédominant, la volonté kurde d’une auto-détermination sur une base culturelle et ethnique a été réveillée par les événements de Syrie. Mais c’est une simplification excessive. L’escalade du conflit a plus à voir avec l’idéologie politique – un socialisme radical en opposition avec le projet capitaliste turc en plein essor et le gouvernement enraciné dans l’islamisme politique qui le dirige.

En effet, le Parti de la Justice et du Développement (AKP) qui gouverne la Turquie a fait des avancées significatives ces dix dernières années en reconnaissant des droits culturels aux Kurdes. Beaucoup de travail reste à accomplir, mais il n’est plus illégal de se dire kurde ou de parler d’un espace nommé Kuridtan. Un nombre limité de chaînes de télévision kurdophones onr reçu l’autorisation d’émettre et d’importants projets de développement dans le sud-est ont amélioré la situation économique des Kurdes.

Mais le Parti de l’Union Démocratique et le PKK ont un projet beaucoup plus vaste que les militants m’avaient expliqué en 2006 quand j’avais visité leur base ses monts Qandil dans le Kurdistan irakien.

« La révolution commence avec le peuple, » m’avait-on dit. « C’est ce qui distingue notre socialisme de tout autre mouvement socialiste : l’action individuelle. Les gens doivent prendre en main leurs propres vies. Essayez d’imaginer ça : un pouvoir qui émane de la base, du peuple vers l’appareil de gouvernement d’une manière qui réduit le pouvoir de ce dernier à un rôle de coordination. C’est la vision du PKK. »

Pendant la semaine que j’avais passée avec les révolutionnaires, j’avais pu voir par moi-même ce à quoi pouvait ressembler leur utopie : une société organisée de manière rigide où tout était mis en commun, les rôles liés au genre étaient éliminés et les idéaux révolutionnaires étaient inculqués. Selon les dirigeants, ce n’était qu’un début.

« Notre mouvement est global, pas seulement limité à la région, » disaient-ils. « Mais nous nous concentrons sur le Moyen Orient comme point de départ. Nous changerons le paysage politique du Moyen Orient comme exemple pour le reste du monde. »

Maintenant, le projet révolutionnaire a trouvé son moment historique : le printemps Arabe. Dans le quartier majoritairement kurde ‘Okmeydani à Istanbul, tous les signes sont présents : des graffiti qui annoncent la résurgence du pouvoir populaire, des faucilles et des marteaux grossièrement dessinés avec de la peinture rouge vif, des portraits de Che Guevara à côté de ceux de révolutionnaires kurdes. « Kobané est notre Stalingrad, » affirme un slogan répandu.

TURQUIE PKK

« L’Etat Islamique n’est pas seul, » m’a dit un manifestant de gauche. « L’Etat Islamique attaque une révolution… Ce n’est pas une lutte contre l’Etat Islamique. C’est une lutte contre le système et ceux qui le soutiennent, dont l’Etat turc et toute une série d’autres : le Qatar, l’Arabie Saoudite, l’Angleterre, la France, les Etats Unis. On doit s’opposer à tous ces systèmes capitalistes et impérialistes. »

Pour le gouvernement turc, ce genre de ferveur menace de casser des années d’entreprise capitaliste et de ramener la Turquie à l’effusion de sang et à la ruine économique des années 1990. Dans son calcul, l’Etat Islamique est un moindre mal. L’extrême gauche turque, qui se trouve être kurde, est la boîte de Pandore – dont le couvercle doit être maintenu fermé à tout prix.

Source:http://mounadil.wordpress.com/2014/10/22/letat-islamique-en-irak-et-au-levant-daesh-les-kurdes-la-turquie-et-la-lutte-des-classes/

0000000000000000000000000000000000000000000000000

Turquie: trois soldats turcs tués par des rebelles
à partir de 1$Des hommes masqués ont tué samedi trois soldats turcs dans le sud-est de la Turquie peuplé en majorité par des Kurdes, a annoncé l’armée, qui a attribué cette attaque aux militants Kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
PLUS sur http://isranews.com/
000000000000000000000000000000000000000
Hommage Total – Christophe de Margerie, c’était ça (aussi)
Margerie était, nous dit-on, un « talent » au service de « l’excellence » qui a « hissé au rang des toutes premières entreprises mondiales ». Il paraît même qu’à ses heures perdues, il « cherchait à imaginer le futur », c’est dire s’il était « visionnaire » ! Un « grand capitaine d’industrie » donc, pas de pédalo lui… Margerie était également un « patriote », « un des meilleurs lutteurs contre le ”french bashing” qui l’insupportait ». Et ces « dizaines de milliers d’employés » sont désormais « orphelins ».
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Total : le PDG Christophe de Margerie meurt dans un crash à Moscou
Après s’être réuni à la hâte dans la nuit, les responsables du groupe Total ont confirmé l’information ce mardi matin. Le PDG de l’entreprise, Christophe de Margerie, 63 ans, est décédé quelques heures plus tôt dans un accident d’avion à l’aéroport de Vnoukovo, près de Moscou (Russie).
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Mort de Margerie: l’avion a percuté un chasse-neige

Mort de Margerie: l’avion a percuté un chasse-neige

Le PDG du groupe pétrolier français Total, Christophe de Margerie, est décédé dans un accident d’avion privé dans la nuit de lundi à ce mardi sur le tarmac de l’aéroport de Vnoukovo, près de Moscou. Aux alentours de minuit, heure locale, l’avion, un jet Falcon 50, a heurté un chasse-neige au niveau du train d’atterrissage. Pour le moment, il y a très peu d’éléments sur les circonstances de l’accident mais la météo était apparemment mauvaise. …
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La Turquie refuse le transfert d’armes au principal parti kurde en Syrie
ANKARA, 19 octobre (Xinhua) — Le président turc M.Erdogan a rejeté dimanche l’idée d’autoriser le transfert d’armes au Parti de l’union démocratique (PYD), le principal parti kurde en Syrie, qualifiant ce dernier de « groupe terroriste ».
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Brève incursion d’une patrouille israélienne au Sud-Liban
Une patrouille israélienne a franchi mardi matin la barrière technique au niveau du fleuve Wazzani au Sud-Liban, a rapporté l’Agence nationale d’information (Ani, officielle).
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Les criminels de guerre nazis ont coûté des millions de dollars en pension de retraite aux Etats-Unis
Des dizaines de personnes suspectées par les Etats-Unis d’avoir été des criminels de guerre nazis ont bénéficié de millions de dollars de retraite en acceptant en contrepartie de quitter le territoire américain, révèle l’agence Associated Press qui publie l’aboutissement de deux ans d’enquête. Selon l’agence de presse, le département de la justice américain aurait «marchandé» avec d’anciens nazis, membres de la SS ou scientifiques ayant collaboré avec le troisième Reich et s’étant réfugiés aux Etats-Unis après la guerre, afin d’obtenir leur départ.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
PLUS  sur http://isranews.com/
00000000000000000000000
À Kobané, des dizaines de djihadistes tués
31 combattants djihadistes ont été tués entre samedi et dimanche matin, dans la troisième ville de Syrie de Kobané.
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La Turquie est opposée au transfert d’armes aux Kurdes en Syrie
SURUC, Turquie – Le président turc n’accepterait pas que les États-Unis livrent des armes aux soldats kurdes qui tentent de repousser les combattants de l’État islamique (ÉI) en Syrie.
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La vraie nature du régime turc, par Jean-Marie Colombani
Après dix ans de gouvernement de la Turquie, Recep Erdogan nous montre au fur et à mesure d’une présidence nouvellement acquise sa vraie nature : celle d’un autocrate, idéologue, d’un islamisme militant cherchant à profiter du chaos actuel dans lequel est plongé tout le Proche-Orient.
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
PLUS sur http://isranews.com/
000000000000000000000000000000000000000

logo_isranews_dark_302x67

 

Ivan Rioufol – La Turquie d’Erdogan, faux allié de l’Europe
La Turquie? Elle devient un danger pour l’Europe. Ceux qui vantaient « l’islamisme modéré » de M.Erdogan font la démonstration de leur sotte naïveté. En effet, dans le conflit qui oppose le Monde libre à l’Etat islamique (EI), le président de la république turque se comporte de plus en plus comme l’allié de ce totalitarisme en marche. Au prétexte de vouloir affaiblir les Kurdes de Syrie, Erdogan est volontairement en train de laisser gagner les nazislamistes de Daech dans leur conquête de la ville kurde de Kobané, au nord de la Syrie. Assiégés depuis le 16 septembre, les résistants à l’offensive sont laissés seuls ou presque devant le rouleau-compresseur du djihadisme surarmé, qui parsème son avancée de crimes barbares. Si les derniers bombardements de la coalition menée par les Etats-Unis ont un peu freiné la marche de l’EI, la chute de Kobané est programmée. Le martyre que subit cette ville, sous le regard impassible des Turcs qui empêchent les renforts et interdisent l’usage de leurs bases aériennes, est révélatrice de l’impuissance occidentale. La chute de cette ville symbole sera aussi notre défaite. Il est plus que temps de demander des comptes à la Turquie d’Erdogan.
G.ABRAHAM – Ban Ki-Moon, visite un tunnel terroriste
Certains jours il y a de quoi s’énerver, comme ce fut mon cas hier en lisant la presse relatant la visite de Ban Ki-Moon à Gaza. Ce dernier aurait déclaré devant l’école de filles de Jabaliya (je le cite) que cet endroit symbolise plus qu’aucun autre endroit les souffrances, « Bombarder des écoles des Nations unies est absolument inacceptable, ces agissements doivent faire l’objet d’une enquête complète et approfondie ». Au vu de cette déclaration il est clair que cet homme est totalement déconnecté de la réalité oubliant de tenir compte du contexte dans lequel cet évènement eu lieu. La population civile de Gaza ayant servi de bouclier humain au Hamas, ce dernier porte évidemment l’entière responsabilité des victimes de ce conflit.
Les cours du pétrole en perdition, des rumeurs de complot apparaissent
Les prix de l’or noir n’en finissent pas de baisser. Le cours du baril de référence Brent a inscrit un nouveau plancher annuel sous 84 dollars ce matin, soit une chute de près de 28% depuis le sommet estival (116 dollars le 23 juin), tandis que le prix du baril de référence WTI affiche un plongeon de 25% sur la période.
Victor PEREZ: Jusqu’où l’Europe est-elle prête à aller contre l’Etat d’Israël ?
Après la Suède qui a décidé de reconnaître bientôt la « Palestine », la Grande-Bretagne qui a voté symboliquement, à une majorité écrasante, une même reconnaissance, plusieurs états européens vont, semble t-il, s’ajouter à la liste. Dont la France qui assure, par la voix de son Ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius, qu’elle devra « prendre ses responsabilités « . Imaginons, pour l’exercice, que les vingt-sept pays européens, ainsi …
PLUS sur http://isranews.com/
0000000000000000000000000000000000000000000000000

Wikileaks Actu Francophone

220px-Nabeel_Rajab_at_his_officeNabeel Rajab, militant des droits de l’homme au Bahreïn, a été arrêté le 1er octobre pour un tweet qui a déplu aux autorités de son pays. Sans doute habitué aux arrestations et aux réactions excessives de son gouvernement, dans un monde incompréhensible où les réseaux sociaux ont été créés pour la liberté de tous mais où même l’informatique ne peut résoudre l’obscurantisme de certains esprits qui nous gouvernent, Nabeel Rajab a été « convoqué pour expliquer des tweets offensants », d’après un communiqué officiel. Dans ce tweet, « il affirme que d’anciens membres des services de sécurité du Bahreïn sont partis se battre en Syrie, dans les rangs de l’organisation Etat Islamique » (RFI) et il soulève ainsi un problème plus large concernant l’Etat Islamique, celui du rôle de certains gouvernements dans la montée du terrorisme au Moyen-Orient.

« Beaucoup de Bahreïniens qui ont rejoint le terrorisme et l’Etat islamique viennent des institutions…

Voir l’article original 958 mots de plus

Carte de la zone contrôlée par l'Etat islamique, de Rojava (Kurdistan Syrien) avec ses trois principales villes Afrin, Kobané et Kameshli<br /><br /> Date : 9 octobre 2014
Les jihadistes ont pris le contrôle du «carré de sécurité» de la ville syrienne frontalière de la Turquie.

Les jihadistes de l’Etat islamique (EI) se sont emparés vendredi du quartier général des forces kurdes à Kobané, dans le nord de la ville syrienne kurde frontalière de la Turquie, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

«Les jihadistes ont pris le contrôle du « carré de sécurité » à Kobané» qui comprend le complexe militaire des Unités de protection du peuple (YPG, principale milice kurde syrienne), la base des Assayech (forces de sécurité kurde) et le siège du conseil local de la ville, d’après l’ONG.

LIRE sur http://www.liberation.fr/monde/2014/10/10/l-etat-islamique-a-pris-le-qg-des-forces-kurdes-a-kobane_1118943

De la fumée au-dessus de la ville de Kobané pendant des frappes aériennes de la coalition contre des positions jihadistes, le 9 octobre 2014 en Syrie

De la fumée au-dessus de la ville de Kobané pendant des frappes aériennes de la coalition contre des positions jihadistes, le 9 octobre 2014 en Syrie (Photo Aris Messinis. AFP)

0000000000000000000000000000000000000000

logo_isranews_dark_302x67

La Russie aurait espionné Israël depuis la Syrie
L’Armée syrienne libre a posté une vidéo dévoilant une base secrète russo-syrienne dans le Golan près de la frontière avec Israël.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Le Hezbollah utilise la population civile du Sud-Liban

Le Hezbollah utilise la population civile du Sud-Liban

Deux soldats ont été blessés dans une explosion près de la frontière israélo-libanaise. En riposte à cette attaque, Tsahal a mené des tirs d’artillerie contre deux positions du Hezbollah du Sud-Liban.
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Le jeu trouble de la Turquie face à la guerre en Syrie
Alors que la bataille fait rage à Kobané entre djihadistes et combattants kurdes, l’armée turque déployée le long de la frontière syrienne, ne fait rien pour empêcher la prise de la ville par Daech.
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Les Kurdes en danger

Les Kurdes en danger

Souvent considérés comme une menace envers l’intégrité territoriale des pays où ils vivent, les Kurdes sont une cible privilégiée des jihadistes, car ils représentent un obstacle à leur projet de « califat ». Les Kurdes syriens ne sont pas épargnés. Face à l’avancée meurtrière du groupe État islamique, ils fuient désormais vers la Turquie.
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Syrie: le piège de la zone tampon
Toujours en pointe sur le conflit syrien, François Hollande soutient « l’idée avancée par le président Erdogan de créer une zone tampon entre la Syrie et la Turquie pour accueillir et protéger les personnes déplacées » a indiqué, mercredi 8 octobre, un communiqué de l’Élysée, à l’issue d’un entretien téléphonique du président avec son homologue M.Erdogan.
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Turquie : 18 morts lors des manifestations prokurdes

Turquie : 18 morts lors des manifestations prokurdes

De violents heurts ont émaillé les manifestations de la communauté kurde en Turquie. Les Kurdes dénoncent l’inaction d’Ankara en Syrie, alors que Kobané est assaillie par le groupe Etat islamique. Dans le sud-est du pays, à majorité kurde, les violences ont été meutrières notamment à Diyarbakir. Au moins 18 personnes ont été tuées. Plusieurs provinces du sud-est ont été placées ce mercredi sous couvre-feu. Selon le gouvernement, la plupart des victimes sont mortes par balles …
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Cybersécurité : Deutsche Telekom choisit une université israélienne
Depuis dix ans, l’entreprise de télécommunications allemande Deutsche Telekom s’est investie auprès de l’université israélienne Ben-Gourion. Elle a créé un laboratoire de R&D : 160 chercheurs et étudiants y planchent avec les consultants du groupe sur les solutions de sécurisation des données de demain.
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Kobané : le chantage d’Ergogan
La physionomie de la bataille aurait sans doute pu être différente si la Turquie était intervenue. Elle dispose de la deuxième force terrestre de l’OTAN. Elle est la superpuissance militaire régionale. Depuis des semaines, l’armée turque a déployé des chars face à Kobané, le long de la frontière. Ils auraient pu neutraliser en partie les positions d’artillerie de l’EI. Ils n’ont pas tiré un seul obus.
Nouvelles frappes près de Kobané, les Kurdes résistent encore
De nouvelles frappes pour tenter de repousser les jihadistes. Alors que Kobané, située près de la frontière turque, risque de tomber aux mains des terroristes du Daech (autre nom du groupe Etat islamiste, EI), une journaliste de l’Agence France Presse a constaté ce mercredi matin que la coalition a procédé à une nouvelle frappe aérienne.
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
A quoi joue la Turquie ?
La connivence de fait entre Ankara et EIIL constitue une vraie interrogation
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
PLUS sur http://isranews.com/
0000000000000000000000000000000000000000000000

%d blogueurs aiment cette page :