Archives de la catégorie ‘RCA’

lecentrafricain News

Meckassoua@Lecentrafricain Meckassoua@Lecentrafricain

Ancien ministre de la défense, Abdou Karim Méckassoua représenté par trois avocats, Maîtres Arlette Sombo-Dibélé, Albert Panda et Mathias Morouba, met les bouchés doubles pour établir la vérité sur la confiscation du passeport de l’ancien ministre par la police des frontières de l’aéroport Bangui M’Poko. « Le mardi 12 mai, son passeport a été confisqué par Mme le commissaire de l’aéroport Bangui M’Poko.

View original post 407 mots de plus

sassou_samba-panza_01La profonde inimitié entre le président congolais et son homologue centrafricaine Catherine Samba-Panza aurait-elle une influence sur la manière de ce dernier à gérer la crise centrafricaine dont il en est officiellement le médiateur ? La tendance serait à le croire, au vu de ses dernières actions et autres volte-faces récurrentes.

RAPPEL

Denis Sassou N’Guesso n’a jamais porté Catherine Samba-Panza dans son cœur, secret de Chimène, et ses médiations dans la crise en RCA en permanence tentèrent de se passer d’elle, qu’en privé il traite « d’idiote prétentieuse juste bonne à lustrer ses pagnes ».

Bien avant la réunion de Brazzaville (Juillet 2014), fin décembre 2014, il avait déjà sollicité le président kényan pour une éventuelle rencontre entre les belligérants centrafricains, mais hors la présidente centrafricaine. Il suscita l’accord de l’Union africaine qu’il reçut. Le président Kenyatta donna son accord, sans se douter que Bangui n’était pas au courant.

Et N’Guesso de ne convoquer que les représentants de Djotodia et de Bozizé pour débattre d’un accord de cessez le feu entre eux. Simplement, toutes les factions Séléka et Anti-Balaka ne sont pas informées non plus de ces démarches, la plupart découvrant la chose à travers la presse. Le seul à Bangui à être au courant était l’incontrôlable Joachim Kokate, que la présidente Samba-Panza crut bon d’intégrer dans son gouvernement. Durant les tractations en cours, le 17 janvier dernier, le ministère congolais des Affaires étrangères émettait même un communiqué saluant « les avancées enregistrées lors des discussions de Nairobi ».

LA BOITE DE PANDORE

A Nairobi, les participants en sont arrivés à une conclusion dont tout un chacun pouvait se douter. « AMNISTIE GENERALE « pour tous les criminels Anti-Balaka et Séléka, et rejet du pouvoir de Samba-Panza. Seuls des idiots pouvaient croire à des conclusions autres. Denis Sassou N’Guesso qui ne s’attendait pas à cela, a ouvert la boîte de Pandore sans le savoir, car il remet sur le terrain, tout simplement la chienlit en Centrafrique. Balle au centre pour le « bordel généralisé ». Négation du pouvoir pseudo légal de Bangui, outre passage des pouvoirs de l’ONU en RCA pour s’en remettre à la bonne volonté de criminels avérés. Car avec de telles pratiques, MINUSCA, EUFOR-RCA et SANGARIS n’ont plus rien à faire en RCA. Le président congolais s’en remettant aux caprices de Bozizé et de Djotodia.

Du coup, depuis le 27 de ce mois, il fait marche-arrière et désavoue l’accord signé à Nairobi. Chose écrite dans un document dont LNC s’est procurée copie. Dedans, officiellement, il informe le président Uhuru Kenyatta de son désavoeu des conclusions de la rencontre de Nairobi que lui-même a initiée.

Denis Sassou Nguesso, tout en remerciant « de tout cœur » le président kényan pour « sa contribution », estime que « les conclusions issues de ces négociations, en dépit de leur pertinence ne vont pas dans le bon sens. » En regrettant que ces pourparlers aient « abouti à un accord supplémentaire entre les ex-Séléka et les anti-Balaka », tout en estimant que cela fait « un double emploi [préjudiciable] aux efforts consentis à Brazzaville ». Et de conclure : « Cette hypothèse n’est ni envisageable, ni acceptable. Cet accord qui s’écarte du schéma de la médiation internationale ne saurait donc être validé ».

En termes plus simples, le pompier pyromane fait marche arrière.

Aline M’Pangba-Yamara
LNC

Sources:

http://www.alwihdainfo.com/Congo-Quand-Denis-Sassou-N-Guesso-joue-avec-le-feu-en-RCA_a14645.html

00000000000000000000000000000000000000

lire aussi:
Affaire BADICA : « les allégations du Groupe d’experts sur la Rca sont non fondées », dixit le DG des Mines

29 nov, 2014 | Par | Catégorie: Actualité | 641 vues

Kangbi-ndara.com

Par une lettre en date du 28 octobre 2014, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Groupe d’experts sur la République centrafricaine créé par la résolution 2127 (2013) du Conseil de sécurité, les experts ont estimé que de manière « très probable », les diamants centrafricains ont été exportés clandestinement. A l’index, les sociétés BADICA et sa filiale belge Kardiam. Loin de nous, toute envie de polémiquer puérilement sur une affaire aussi grave.

BADICA « Après avoir examiné les images numériques des diamants, le Groupe de travail des experts diamantaires du Processus de Kimberley a déclaré qu’il était TRES PROBABLE que les diamants en question proviennent de la République centrafricaine (voir annexe 21). Le lot saisi portait sur deux expéditions certifiées dans le cadre du système de certification du Processus de Kimberley qui provenaient des Émirats arabes unis et étaient adressées à Kardiam, société sise à Anvers. Kardiam est la filiale belge de la société centrafricaine Badica (voir S/2014/452, par. 60). peut-on lire dans ce rapport d’experts onusiens.

source: http://kangbi-ndara.com/affaire-badica-les-allegations-du-groupe-dexperts-sur-la-republique-centrafricaine-sont-non-fondees-dixit-le-dg-des-mines-et-de-la-geologie/

00000000000000000000000000000000000000000