Archives de la catégorie ‘ARMEMENT’

Le spécialiste français des navires militaires a remporté un mégacontrat de 34 milliards d’euros en Australie. Zoom sur un groupe dont l’origine remonte au XVIIe siècle, et qui, de la dissuasion nucléaire au Mistral, fait intégralement partie de l’Histoire de la France.

http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/qui-est-dcns-le-geant-francais-pret-a-rafler-le-contrat-militaire-du-siecle-968921.html

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

En 1999

Par Michel Henry 23 juin 1999 

Marseille, de notre correspondant.

La hiérarchie militaire a sanctionné pour des motifs fallacieux les deux gendarmes chargés de l’enquête sur la corruption à l’arsenal de Toulon. C’est ce qu’a estimé vendredi, devant le tribunal administratif de Nice, la commissaire du gouvernement, Dominique Terrazzoni, qui a conclu à l’annulation des sanctions. Saisi d’un recours par la gendarmerie, le tribunal doit rendre sa décision dans une dizaine de jours. S’il suit l’avis de cette magistrate indépendante, le ministère de la Défense se verrait de plus en plus suspecté d’avoir tenté d’étouffer l’enquête, au moment où elle s’approchait des hautes sphères militaires.

Pour le savoir, si les Parquets en émettent le désir, des enquêtes pénales pour délit d’«entrave à la justice» pourraient s’ouvrir à Toulon et à Marseille. Ils y sont en tout cas fortement incités par la commissaire du gouvernement, selon qui il y a eu «un piège tendu aux gendarmes» sanctionnés puis écartés de l’enquête: «Il fallait avoir quelque chose à leur reprocher au moment où le juge Calmette (en charge, à Marseille, d’un des dossiers, Ndlr) s’intéressait aux militaires», a affirmé la magistrate, citée par Var-Matin.

«Ecueuils et pressions». Le dossier, ouvert en 1995, porte sur un vaste système d’irrégularités lors des attributions de marchés publics à l’arsenal. Les militaires les confiaient à des entreprises sans passer par les appels d’offres obligatoires. En retour, le personnel de la DCN (Direction des constructions navales) impliqué percevait des avantages matériels, payés grâce à un système de surfacturation. Les détournements porteraient sur 1 milliard de francs et près de 80 personnes ont été mises en examen dont plus du tiers écrouées: personnel civil de la DCN, chefs d’entreprise, officiers de haut rang.

A la tête de cette enquête complexe, qui remplit 27 tomes, l’adjudant Henri Calliet, chef de la brigade de gendarmerie maritime de Castigneau (Var), basée dans l’arsenal, et son adjoint le maréchal des logis-chef Jean-Pierre Jodet, ont donné toute satisfaction aux juges d’instruction, qui louent leur «compétence et leur pugnacité, malgré les écueuils et les pressions». C’était aussi, semble-t-il, l’avis de leur hiérarchie, jusqu’à ce soudain revirement de l’automne 1998.

150 francs. Accusés de cacher des choses à leurs supérieurs, et, pour Calliet, d’avoir commis une fausse note de frais de » 150 francs, ils ont été sévèrement sanctionnés: deux fois vingt jours d’arrêt pour Caillet, une fois vingt jours pour Jodet. Puis on les a mutés «dans l’intérêt du service», Caillet à Cherbourg, Jodet à Brest. L’enquête perdait ainsi ses deux têtes pensantes. Rebondissement qu’un militaire poursuivi avait prédit dès novembre 1997 en déclarant: «Dans quelques temps, les gendarmes n’auront plus l’affaire, et ils auront même une mutation». Pire, Caillet ayant sombré dans la dépression, le commandant du groupement de gendarmerie maritime a tenté de lui porter le coup de grâce, en demandant au médecin-chef: «Ne pourrait-on pas, afin de clarifier la situation [« ] fixer l’aptitude de l’adjudant Calliet à exercer son métier de gendarme?». Selon leur avocat toulonnais Me Patrick Lopasso, les deux hommes, «particulièrement blessés», sont entrés en disgrâce quand ils ont découvert «des fuites provenant de la gendarmerie maritime» sur l’enquête. En accord avec les magistrats instructeurs, les deux enquêteurs ont alors décidé de ne plus faire que des comptes-rendus succincts à leur hiérarchie.

Pour le ministère de la Défense, l’adjudant Calliet a ainsi fait preuve d’«un comportement ambigu avec la hiérarchie militaire dont il a eu tendance à s’affranchir». Il a «trompé la confiance de son chef». Quant à la fausse note de frais de 150 francs, «il serait tout à fait extravagant que l’autorité militaire [« ] laisse passer de tels agissements de nature à discréditer les personnels de la gendarmerie». Et le ministère se défend: «Il n’a jamais été question de mettre en cause la compétence [de l’adjudant]».

Poursuites. La commissaire du gouvernement n’a pas suivi ces arguments. Pour la hiérarchie militaire, l’affaire tombe d’autant plus mal que, comme Paris-Match l’a révélé jeudi, le parquet de Marseille a envoyé, début juin au ministre Alain Richard, une note de synthèse pour demander son avis (consultatif) avant d’engager d’autres poursuites contre des militaires. Ce volet concerne un système de main d’oeuvre au sein de l’arsenal, où l’on aurait fait travailler illégalement plus de 1200 employés de sociétés privées

http://www.liberation.fr/societe/1999/06/23/arsenal-de-toulon-deux-gendarmes-trop-vite-mutes-selon-la-justice-ils-ont-ete-sanctionnes-parce-que-_275408

000000000000000000000000000000000

otan-en-10-pts-025Le gouvernement français a récemment déposé un projet de loi prévoyant la réintégration totale de la France dans l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan), juste 50 ans après la décision de retirer le pays du commandement intégré de l’alliance prononcée par le général Charles de Gaulle.

Selon le Canard enchaîné, le Conseil des ministres a donné le 4 janvier dernier son accord sur un projet de loi « autorisant l’accession de la France au protocole sur le statut des quartiers généraux militaires internationaux créés en vertu du Traité de l’Atlantique nord ». Le contre-amiral François Jourdier et le général Henri Pinard-Legry s’expriment à ce sujet dans des entretiens accordés à Sputnik.

Selon M.Jourdier, la situation actuelle montre qu' »il n’y a pas de fumée sans feu ». En répondant à la question concernant la raison du caractère discret de cette politique, le contre-amiral explique que, à son avis, la majorité du président François Hollande ne serait pas favorable à une intégration plus grande dans l’Otan.

A rappeler que M.Hollande qui était absolument contre cette réintégration en 2008, a changé sa position et a entraîné le processus actuel. Qui est-ce qui l’a poussé à revoir entièrement son approche?

« Je pense qu’il y a eu des pressions des autres pays de l’Otan, et peut-être aussi la demande des militaires du commandement qui voulaient accroitre la participation avec l’Otan. Ce qui a été une tendance, c’est qu’actuellement, nous ne bénéficions pas tellement de l’aide de l’Otan pendant les opérations aussi bien en Afrique qu’en Syrie« , explique l’interlocuteur de Sputnik.

Cependant, le contre-amiral ne voit pas de rapports entre la situation politique actuelle en France et l’affaire de la réintégration totale dans l’Otan. Selon lui, il s’agit d’une affaire « strictement militaire ». M.Jourdier désapprouve largement l’existence même de l’Otan dont il croit nécessaire d’être dissoute.

« Actuellement, il va falloir trouver de l’argent pour la défense, étant donné que nous sommes quand même un peu en guerre, vraiment en guerre. Et je pense qu’il va falloir redévelopper les forces militaires qui ont été bien réduites il y a quelques années« , déclare l’interlocuteur de Sputnik.

Le général Henri Pinard-Legry estime, pour sa part, que le passage actuel vers le commandement intégré ne change pas grand-chose. Pour lui, « la question, c’est la possibilité pour l’Otan d’avoir des bases en France ». L’interlocuteur de Sputnik rappelle la position du général de Gaulle qui dans sa politique de renforcement de la France était contre la présence militaire étrangère sur le territoire du pays.

Actuellement, selon le Canard enchaîné, la France, sous l’impulsion de l’actuel locataire de l’Elysée, s’apprête à réintégrer l’ensemble des instances militaires de l’Otan. Cette activité viendrait donc compléter la décision annoncée en 2007 par le président Nicolas Sarkozy d’assurer le retour de la France dans le commandement intégré de l’Otan qui était devenue effective en avril 2009.

Ironie de l’histoire, c’est exactement il y a 50 ans, en février 1966, lors d’une conférence de presse, que le président de Gaulle avait annoncé le retrait de la France du commandement intégré de l’Otan, en soulignant les changements dans la politique mondiale rendant logique une telle décision.

0000000000000000000000000000000000000000000000

otan-en-10-pts-025

En toute discrétion, le gouvernement français a déposé un projet de loi qui prévoit la réintégration totale de la France dans l’Otan.

Le président français François Hollande
Ni vu, ni connu: Hollande veut achever le retour de la France dans l’Otan

© AFP 2016 Dominique Faget
08:23 21.01.2016

Selon le Canard enchaîné, le Conseil des ministres a donné le 4 janvier « autorisant l’accession de la France au protocole sur le statut des quartiers généraux militaires internationaux créés en vertu du Traité de l’Atlantique Nord », projet déposé dans la foulée à la Présidence du Sénat.

De fait, indique le Canard enchainé dans son édition publiée cette semaine, la France, sous l’impulsion de l’actuel locataire de l’Elysée, s’apprête à réintégrer l’ensemble des instances militaires de l’Alliance.

La démarche viendrait donc compléter la décision annoncée en 2007 par le président Nicolas Sarkozy d’assurer le retour de la France dans le commandement intégré de l’Otan, décision devenue effective en avril 2009.

La discrétion de l’actuel président français est compréhensible: fin 2008, François Hollande, alors premier secrétaire du Parti socialiste, avait défendu bec et ongles une motion de censure portée par le groupe socialiste contre le retour de la France dans la commandement intégré de l’Otan.

« Dans toute démocratie digne de ce nom, de tels arbitrages auraient été rendus après un vaste débat dans le pays », lançait M. Hollande à la tribune de l’Assemblée Nationale fin 2008.

« Sarkozy avait commencé le travail, Hollande rompt définitivement avec la tradition d’indépendance de la France en matière militaire », commente de son côté l’hebdomadaire Marianne en écho aux révélations du Canard enchainé. « La souveraineté militaire de la France, c’est ce que s’apprête donc à brader le gouvernement de Manuel Valls pour des motifs bien étranges ».

En effet, le texte du document en question apporte peu de clarté au sens de cette démarche. Dans rapporté par Marianne, il est ainsi écrit qu' »en 2009, la France a décidé de réintégrer la structure de commandement de l’Otan. En conséquence, elle a recommencé à accueillir du personnel de l’Organisation dans ses quartiers généraux militaires sans que ses QG ne bénéficient toutefois d’aucun statut international. Seuls des arrangements de circonstance ont permis jusqu’ici l’accueil de personnels de l’Otan dans les QG situés sur le sol français. L’attractivité du territoire français s’en trouve affectée de même que l’influence française au sein des structures de commandement. »

Si les motifs sont flous, la logique, elle, est très claire: de gouvernement en gouvernement, la France poursuit la logique de renonciation à sa souveraineté, et parachève son intégration au bloc atlantique. En prenant soin de ne pas consulter le peuple au sujet de ces choix stratégiques.

000000000000000000000000000000000000000

Afficher l'image d'origineL’assemblée Nationale a décidé de ne pas créer de commission d’enquête mais va créer une mission d’information car celle ci a une durée de vie plus longue. Dont acte!

Le 13 novembre dernier, des attentats revendiqués par la milice Daech ont tué 130 personnes et en ont blessé des dizaines de personnes.

Depuis la France est en état d’urgence, avec pour priorité, la traque des soutiens des terroristes sur le sol français.

Néanmoins, cette traque ne devrait pas à priori aller trop loin. En effet, le Parlement a refusé, dans un quasi silence médiatique, la création d’une commission d’enquête visant à vérifier si des financements français soutenaient Daech.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
TEXTE n°622
« Petite loi »
__
ASSEMBLÉE NATIONALE
CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958
QUATORZIÈME LÉGISLATURE
SESSION ORDINAIRE DE 2015-2016
3 décembre 2015
PROPOSITION DE RÉSOLUTION
tendant à la création d’une commission d’enquête relative à la participation de fonds français
au financement de DAECH.
L’Assemblée nationale n’a pas adopté la proposition de résolution.
Délibéré en séance publique, à Paris, le 3 décembre 2015.
Le Président,
Signé :
Claude BARTOLONE
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Pourquoi ce refus? Cette question est essentielle pourtant. Sans soutien financier, sans détournement du pétrole syrien et irakien à son profit, Daech n’aurait pas cette puissance.

Tout comme pour le 11 septembre, la France n’enquêtera donc pas sur l’origine de l’argent qui a permis de financer le massacre de 130 français.

source: http://www.agenceinfolibre.fr/le-parlement-refuse-denqueter-sur-un-possible-financement-francais-de-deach/

000000000000000000000000000000000000000

 

Recep Ergodan, le président turcLe président turc se moque des sanctions russes et souffle sur les braises

Par Pierrick Labbe, publié le 06 décembre 2015 à 7h00
International

Recep Ergodan, le président turc

Recep Tayyip Erdogan, le président turc, a récemment raillé les sanctions russes en réaction au bombardier abattu par son armée, modifié la donne sur les accords commerciaux et une nouvelle fois continué de provoquer la Russie.

Se croyant sans doute invulnérable du fait de ses alliances avec L’OTAN, il semblerait que Recep Erdogan ait décidé de jouer un jeu dangereux avec la Russie. Loin de jouer l’apaisement, la Turquie continue de provoquer ouvertement Vladimir Poutine.
Le président turc se moque des sanctions russes

Après que l’armée turc ait, dans des conditions assez suspectes, abattu un avion militaire russe au niveau de la frontière entre la Syrie et la Turquie, la Russie a imposé des sanctions commerciales à Ankara. Celles-ci portent sur des secteurs tels que le textile, les produits agricoles, le tourisme et les travaux publics.

Loin de jouer l’apaisement demandé par la communauté internationale, le président turc s’est moqué ouvertement des sanctions en déclarant : « vous voyez maintenant qu’ils (en parlant des russes) n’achètent plus de textiles turcs. La Turquie n’est pas un pays qui va s’effondrer avec vos (…) importations d’un million de dollars« .

Recep Erdogan attise encore plus les braises

Non content de railler les sanctions russes, le président turc a décidé hier de réduire ses importations de gaz et de pétrole russe en signant des accords avec le Quatar. La Russie fournissait jusqu’à présent 55% des besoins en gaz turc et 30% de ses besoins en pétrole.

Les russes accusent par ailleurs la Turquie de participer très activement au trafic de pétrole volé par l’Etat Islamique. Ils menacent, tout comme l’Iran, de publier les preuves de l’implication turque dans ce trafic mais aussi de la famille directe du président. Bien qu’un grand nombre d’experts estiment fort probable l’implication de la Turquie dans le blanchiment du pétrole volé par l’Etat Islamique, Recep Erdogan a balayé ces accusations d’un revers de main, accusant à son tour la Russie de vol. Une situation qui devient de plus en plus tendue et le président turc semble peu disposé à jouer l’apaisement.

http://www.24matins.fr/president-turc-se-moque-sanctions-russes-souffle-braises-257766

00000000000000000000000000000000000000000000

civilwarineurope

1019083500Un train transportant 40 blindés américains est arrivé dimanche en Estonie, a annoncé l’Etat-major général des Forces armées estoniennes.

« Le convoi ferroviaire transporte 40 matériels dont quatre chars M1A2 Abrams et 10 véhicules blindés de combat d’infanterie Bradley. Les blindés seront déployés à la base militaires de Tapa », à quelque 140 km de la frontière russe, a annoncé l’Etat-major général.

Selon les militaires estoniens, d’autres blindés arriveront en Estonie le 26 octobre prochain et à la mi-novembre. Il s’agit notamment de trois canons automoteurs Paladin (…)

Source : http://fr.sputniknews.com/international/20151025/1019083605/estonie-otan-blindes-train.html#ixzz3pf6FCW2S

Soutenir civilwarineurope

Donate Button with Credit Cards

View original post

16:27 14.10.2015(mis à jour 16:31 14.10.2015)

La signature éventuelle d’un contrat entre Riyad d’un côté et Thales et Airbus de l’autre pourrait rapporter « plusieurs milliards », estime Matignon.

Les deux constructeurs de satellites français lanceront des négociations sur la fourniture de quatre satellites (deux d’observation et deux de télécoms) à Riyad.

Il s’agit d’un des contrats négociés lors de la visite de la délégation française en Arabie saoudite.

Le montant total du contrat éventuel s’élèvera à « plusieurs milliards », estime Matignon. Pour le moment, personne ne peut donner le chiffre exact. Pourtant, il semblerait que Thales et Airbus pourraient gagner entre 2,5 et 3 milliards d’euros si les parties prenantes concluent le contrat en question dont la signature est prévue pour 2016.

Pour le moment, les deux géants, qui ont réussi à se mettre d’accord sur le partage du programme, restent des négociateurs exclusifs de l’Arabie saoudite dans le cadre d’un programme concernant deux satellites d’observation et deux satellites de télécoms militaires sous le pilotage du gouvernement français. Selon l’accord atteint auparavant entre les deux groupes, Airbus se chargera du programme d’observation et Thales se concentrera sur les télécoms militaires.Lors de sa visite en Arabie saoudite, la délégation française a décroché des contrats d’un montant total de dix milliards d’euros.

Paris et Ryad ont conclu des contrats concernant un grand nombre de secteurs, dont l’énergie, les infrastructures, la santé, l’agroalimentaire, l’aéronautique, les télécommunications et l’armement.

Pour le moment, les contrats ne sont pas encore finalisés, pourtant la délégation française semble satisfaite des résultats déjà obtenus et des perspectives économiques s’ouvrant devant la France et l’Arabie saoudite.L’Arabie saoudite est considérée comme la première économie du monde arabe. Il est pourtant à noter que l’application étendue de la peine de mort dans le pays suscite l’inquiétude de nombreuses organisations, qui reprochent au gouvernement français de fermer les yeux sur ces dérives en matière de droits de l’homme.

Le gouvernement saoudien est notamment critiqué pour le non-respect des droits des femmes et des minorités.

000000000000000000000000000000000000

Deux chasseurs F-16 turcs ont intercepté samedi 3 octobre un avion de combat russe violant l’espace aérien turc à la frontière syrienne (sud-est), le contraignant à rebrousser chemin, a annoncé lundi le ministère turc des Affaires étrangères.

L’ambassadeur de Russie à Ankara a été convoqué et les autorités turques lui ont fait part de leur « vive protestation », selon un communiqué. Ankara a demandé à la Russie d' »éviter une répétition de cet incident » et fait savoir que le cas échéant, « la Fédération de Russie serait responsable de tout événement non voulu » qui pourrait se produire.

Avec AFP et Reuters

LIRE: http://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/les-avions-de-combat-turcs-interceptent-un-chasseur-russe-violant-son-espace-a%C3%A9rien/ar-AAf6Yg3?li=AAaCKnE&ocid=SL5MDHP

000000000000000000000000000000000000

civilwarineurope

1015899330Les manœuvres Trident Juncture-2015, qui impliquent 36.000 militaires d’une trentaine de pays dont l’Ukraine, se poursuivront jusqu’au 6 novembre.

Les exercices se dérouleront sur le territoire de l’Italie, de l’Espagne et du Portugal avec la participation des forces terrestres et aériennes et des unités spéciales des pays membres de l’Alliance ainsi que de leurs partenaires. Des manœuvres navales sont également programmées en Atlantique et en Méditerranée.

Le scénario des exercices reflète les réalités de la guerre moderne: antimissiles, résistance aux attaques informatiques et aux opérations de propagande. Le programme des manœuvres prévoit notamment la lutte contre des ennemis « fictifs comme réels » sur les réseaux sociaux.
Au total 200 avions et 50 navires militaires prendront part aux exercices.

Fin août, le commandant suprême allié pour la transformation de l’Otan Jean-Paul Paloméros a souligné que les manœuvres Trident Juncture étaient programmées depuis 2 ans et demi et ainsi n’étaient pas liées à…

View original post 20 mots de plus

Par Direct Matin, publié le 30 Septembre 2015 à 21:30

Todenhöfer a pu se rendre compte de l’extrême détermination de Daesh pour mener à bien ses objectifs.[Marwan Ibrahim / AFP/Archives]

Un journaliste allemand qui a partagé le quotidien de Daesh pendant 10 jours, affirme dans un livre que l’organisation islamiste envisage de mener une attaque nucléaire d’envergure contre les pays occidentaux.

Jürgen Todenhöfer, pictured, spent ten days with the Isis terror group researching his book on the organisationJürgen Todenhöfer écrit précisément dans son ouvrage intitulé « Inside IS – 10 jours avec Daesh » que le groupe terroriste prévoyait « un holocauste nucléaire » contre toutes puissances s’opposant à sa volonté d’établir un califat islamique dans le monde entier. L’organisation entend ainsi tuer des centaines de millions de personnes.

Au cours de son immersion, Todenhöfer a pu se rendre compte de l’extrême détermination de Daesh pour mener à bien ses objectifs. « Pour moi, personne n’a de chance de les arrêter à part les Arabes. Je suis devenu très pessimiste », a-t-il expliqué au journal The Express au cours d’une interview à propos de la sortie de son livre.

Après de nombreux échanges par Skype, Daesh a accepté d’accueillir dans ses rangs le journaliste, ancien député allemand, au motif qu’il est un critique régulier de la politique américaine menée au Moyen-Orient.

Conscient du risque qu’il encourait, Todenhöfer a confié avoir rédigé son testament avant de quitter son pays d’origine.

http://www.directmatin.fr/monde/2015-09-30/daesh-preparerait-une-attaque-nucleaire-pour-tuer-des-centaines-de-millions-de-0

Mr Todenhöfer said Isis, pictured, were the most 'brutal and dangerous' enemy he has ever seen 

00000000000000000000000000000000

France

17:16 29.09.2015
Résiliation du contrat Mistral

La France perdra environ 1,1 milliard d’euros dans l’affaire des Mistral si on ne prend pas compte de leur revente à l’Egypte, a annoncé le Sénat français.

« Il est faux de soutenir, comme le fait le Gouvernement, que la France et ses industriels ne subiront +aucune perte+ du fait de ces accords grâce la revente des BPC à l’Egypte. Hors revente des BPC, l’Etat supportera une perte financière d’environ 1,1 milliard d’euros, qui se traduira en 2015 par un effet négatif sur le solde budgétaire de 556,7 millions d’euros », a indiqué la commission des finances du Sénat.

« Si l’accord de principe trouvé avec l’Egypte se concrétise effectivement, le reversement au budget général d’une fraction du produit de la vente des BPC pourrait finalement ramener le coût pour l’Etat à un montant compris entre 200 millions d’euros et 250 millions d’euros », lit-on dans le communiqué.

La commission des finances s’est réunie lundi pour examiner le projet de loi autorisant l’approbation de l’accord intergouvernemental franco-russe sur le règlement des obligations complémentaires liées à la cessation de l’accord de 2011 relatif à la construction de bâtiments de projection et de commandement de classe Mistral.D’après la commission, la perte subie par les industriels français, principalement le groupe DCNS, pourrait s’établir (…) à environ 150 millions d’euros, correspondant à la perte de marge sur le contrat russe ».

0000000000000000000000000000000
IMAGE: http://www.bfmtv.com/i/0/0/2f4/56132df82e9c7290ed8db091b3c46.jpg
—–
Publié le 26 septembre 2015 par
Merveilleux vendeur à la sauvette que ce président ! Il a réussi à refiler à l’Egypte les deux Mistral achetés et payés par la Russie, mais pas livrés parce que les Russes sont méchants et que nous, en France, on ne vend nos armes de guerre qu’aux gentils qui les achètent pour faire joli dans leur salon. Il a du mérite le « prèz », parce que souvenez-vous qu’il n’avait pas de mots assez durs et assez méprisants pour le maréchal qui avait dégommé son « ami » le Frère musulman Mohamed Morsi.
En plus, il s’appelle Sissi, quel drôle de nom, pourquoi pas Zabeth ou Chloé ?Les voilà copains paraît-il, et c’est en buvant un coup en regardant les cérémonies d’inauguration du nouveau canal de Suez que l’affaire aurait été conclue.On imagine la scène :
« Dis donc, Abdel, si tu me rachetais les deux Mistral de Poutine ? »
« Ouais, pourquoi pas François ? Si ça te fait plaisir ».

LIRE sur http://www.minurne.org/?p=3819

image: http://www.jeuneafrique.com/medias/2015/08/06/sipa_ap21775634_000003-592×296.jpg

—-

Et Jack Lang était là aussi!

—————

Ka-52 Alligator
L’Egypte achète 50 hélicoptères russes pouvant être adaptés aux Mistral

© Sputnik. Vitali Ankov

Défense

16:00 23.09.2015(mis à jour 16:03 23.09.2015)

Les hélicoptères achetés à la Russie seront probablement utilisés pour les navires achetés ce mercredi à la France par l’Egypte.

La Russie et l’Egypte ont conclu un contrat de livraison de 50 hélicoptères Ka-52 Alligator. Il n’est pas exclu que les appareils soient adaptés aux porte-hélicoptères Mistral achetés par Le Caire à la France.

« Le contrat de livraison de 50 hélicoptères Ka-52 à l’Egypte est conclu. (…) Si la partie égyptienne le désire, les engins livrés seront adaptés aux porte-hélicoptères », a fait savoir une source proche de la situation citée par les médias russes.Il est à noter que « Rosoboronexport » (agence russe chargée des exportations du complexe militaro-industriel russe, ndlr) s’est abstenu des commentaires concernant le contrat conclu entre Moscou et Le Caire.

Auparavant, l’Elysée avait annoncé que les deux navires Mistral, dont la livraison à la Russie avait été annulée, seraient finalement vendus à l’Egypte.Le contrat de 1,2 milliard d’euros prévoyant la construction de deux bâtiments de guerre de classe Mistral a été signé entre la Russie et la France en 2011. La livraison du premier des deux navires, le Vladivostok, a été suspendue par le président français sur fond de la crise en Ukraine. Début août 2015, les présidents russe et français, Vladimir Poutine et François Hollande, ont décidé de rompre le contrat. Paris a remboursé la non-livraison des bâtiments.

 

0000000000000000000000000000000000

21:14 03.09.2015(mis à jour 22:05 03.09.2015) 

L’affaire des Mistral nous ramène à un alignement de la France sur les orientations occidentales qui sont plus décidées à Washington qu’à Paris, qui paie le prix en termes de crédibilité et diplomatique, estiment les experts Richard Labévière et François Asselineau dans un entretien à Sputnik.

Selon Richard Labévière, rédacteur en chef de la revue Défense, le dossier douloureux des Mistral est devenu éminemment politique pour François Hollande, qui a des difficultés pour financer la plupart des services publics.

« L’autre aspect est plus politique dans la mesure où, depuis le début de cette affaire, on ne voit pas pourquoi on bloque la livraison de ces bateaux destinés à la Russie selon des contrats qui avaient été signés et poursuivis avec les transferts de technologies, etc. Alors que dans le même temps, la France a augmenté considérablement ses ventes d’armes à des pays comme le Qatar, l’Arabie saoudite et d’autres +grandes démocraties+. Je dis +démocratie+ avec beaucoup de guillemets sur le plan politique et de la morale ». On trouve sur ce dossier, selon l’expert, un deux poids deux mesures.Ce dernier estime que le président de la République et le Quai d’Orsay annoncent qu’il y a des discussions entreprises avec le gouvernement égyptien pour ces bateaux juste pour rassurer les contribuables français.

Mais M. Labévière souligne que ces bateaux ne sont fabriqués que pour les mers du Nord.  » On ne voit pas très bien pourquoi cette coque serait nécessaire pour l’Egypte dans les eaux de la Méditerranée. On peut se poser la question sur un plan stratégique et opérationnel des besoins de projection d’un pays comme l’Egypte », fait-il remarquer.

« Cette affaire est doublement désastreuse pour la France sur le plan financier, mais aussi sur le plan diplomatique et sur le plan politique. Elle nous ramène encore une fois à un alignement de la France sur les options occidentales qui sont plutôt décidées à Washington qu’à Paris », conclut M. Labévière.

François Asselineau, président du Parti Union Populaire Républicaine, commentant l’aspect financier de cette affaire, a déclaré que le fait qu’il y avait une somme annoncée à l’euro près, n’est pas choquant en soi.

« Ce qui est beaucoup plus choquant, c’est que nul ne sait ce que recouvre exactement ce montant et s’il est complet. En particulier, on ne sait pas si dans ce montant sont intègrés les frais de maintenance des bateaux qui depuis des mois croupissent à Saint-Nazaire, et cela nécessite des millions d’euros pour les maintenir en bon état. On ne sait pas non plus les coûts qui vont être occasionnés, par ce qu’on ne sait pas ce qu’on va faire de ces navires ensuite. Rembourser la Russie, c’est une chose, mais qu’en faire ensuite? », s’interroge-t-il.

Dans la mesure où la Russie pourrait bloquer la vente de ces Mistral, on ne voit même pas d’acheteurs.

« On a parlé de la Malaisie qui pourrait racheter, la Malaisie a démenti. On a parlé de l’Arabie Saoudite, de l’Egypte… Concrètement, pour l’instant il n’y a aucun acheteur », estime M. Asselineau. Selon lui, on ignore complètement combien de temps on va garder ces navires, si, même on pourrait un jour les revendre.

« Si on les garde encore plusieurs mois ou plusieurs années, cela risque de nous coûter des sommes bien supérieures à ce qui est annoncé », souligne-t-il, en ajoutant que l’option consistant à démanteler ces navires est également très coûteuse.

D’après lui, il faut ajouter à tout cela un coût supplémentaire qui ne se chiffre pas en euros: un coût en termes de crédibilité et également diplomatique. La parole de la France n’a pas été respectée. La France s’est inclinée devant le diktat de Washington. Monsieur Hollande porte une responsabilité écrasante dans cette affaire.

M. Asselineau a déclaré qu’il fallait bien entendu livrer les navires à la Russie. « On a besoin d’entretenir les relations diplomatiques avec un pays qui doit être un grand ami de la France. Si nous ne livrons pas ces navires, c’est uniquement parce que Washington l’a exigé, ce qui est contraire à notre souci d’indépendance et de souveraineté nationale », a conclu le président de l’Union Populaire Républicaine.

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Hollande-FailLe Président de la République, François Hollande, risque de laisser après lui une France endettée jusqu’au cou.

En moins de trois mois, la France aurait perdu 54 milliards d’euros.

C’est ce qu’affirme Emmanuel Roussel, chef d’entreprise, auteur de l’article consacré à ce sujet paru dans Boulevard Voltaire: « Même si le temps passe vite, on peut constater qu’en trois ans, le chef de l’exécutif n’a pas mesuré ses efforts pour laisser une ardoise assez abyssale. Sans même se focaliser sur les grands indicateurs économiques calamiteux du pays, deux feuilletons estivaux illustrent assez bien l’ampleur de la catastrophe. En à peine trois mois, Hollande nous aura plombé de 54 milliards ».

Première erreur géopolitique en date: la vente des avions Rafale. Dans une interview à la radio Sputnik, Emmanuel Roussel rappelle les coulisses du contrat juteux de 24 chasseurs pour un montant de 5,2 milliards d’euros. L’Egypte va financer sur ses fonds propres un peu moins de 50%, soit plus de 2 milliards. Pour le reste, le pays va emprunter de l’argent à des banques françaises, à des taux inférieurs à ceux du marché. Ces prêts seront intégralement garantis par la Coface (compagnie française d’assurance pour le commerce extérieur). « On peut se poser la question qui va payer les Rafale, précise Emmanuel Roussel.

Vient ensuite la résiliation du contrat des Mistral avec la Russie dont la note serait de plus de deux milliards d’euros, selon Le Canard enchaîné. La dérussisation et la décustomisation (par exemple, la proue des navires ou les télécommunications sont des équipements russes) coûterait près de 200 millions d’euros. Ajoutez à cela le gardiennage et la maintenance à Saint-Nazaire (5 millions d’euros par mois) et le remboursement à la DCNS, Thales et Safran.

L’avenir des Mistral est terne, selon Emmanuel Roussel: « Fort à priori, François Hollande qui était en Egypte pour l’inauguration du deuxième canal de Suez, a annoncé que l’Egypte était un acheteur potentiel. Si on a le même montage que pour la vente des Rafale, on peut se poser des questions en tant que contribuables français. Il parle également de l’Arabie Saoudite, voire du Canada, voire de la Chine. Pour l’instant, ce ne sont que des supputations… »

Tous les facteurs réunis, la parole du politique est totalement discréditée en France, s’agace Emmanuel Roussel.

le chasseur russe Su-35

Primo: dix jours après la vente des Rafale en Egypte, François Hollande affirme avoir signé un contrat MMRCA sur 126 chasseurs avec l’Inde, ce qui n’était pas le cas. L’Inde a finalement préféré les Sukhoï russes, entrainant l’annulation de l’achat de 126 Rafale par l’Inde. Manque à gagner: 48 milliards d’euros. .

Secundo: lors de sa traditionnelle conférence de presse du 14 juillet dernier, le président annonce que la croissance est là, tandis qu’en réalité, le taux de croissance vient de tomber pour le deuxième trimestre en France.

« En somme, conclut Emmanuel Roussel, le compromis diplomatique des Rafale contre les Mistral ressemble à un marché de dupes et les milliards de la rupture du contrat russe vont s’ajouter aux montants maintenant colossaux » de déficit, de dettes, de crise de l’agroalimentaire due, en partie, à l’embargo respectif entre Paris et Moscou. Pire: « le gouvernement ne montre aucune capacité à savoir résoudre le problème, même de loin ».

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le constat est sans appel. Au Maroc comme en Europe, la plupart des armes à feu utilisées dans des opérations de terrorisme ou de grand banditisme proviennent de Belgique.

Quand la Belgique se transforme en plaque tournante du trafic d’armesC’est en tout cas ce que rapporte Le360 ce lundi 24 août 2015, avec un récapitulatif des principales affaires qui démontrent que la Belgique devient une plaque tournante du trafic d’armes.

Fusil à pompe « browning » de calibre 12mm, 33 cartouches de chevrotine, mitraillette de marque « FAB » avec 4 chargeurs et 304 cartouches de calibre 7.62 mm, cinq bombes fumigènes… Voici la liste des armes saisies par les services de police chez la bande criminelle qui a tenté, le 13 août à Tanger, de braquer un fourgon de transport de fonds. Cet arsenal de guerre a été introduit au royaume par des Belgo-Marocains qui ont fait leurs emplettes en Belgique.

«Cela conforte l’amplitude de la menace provenant de la Belgique, notamment de la part d’une nouvelle génération de bi-nationaux, dont des repris de justice, pour des faits liés au grand banditisme, au narcotrafic international et au terrorisme», confie une source sécuritaire. Et d’ajouter: «C’est la preuve d’un risque patent, émanant de la Belgique, sachant que ce pays européen est apparu de manière récurrente, lors du traitement précédent d’affaires liées au terrorisme, comme une plaque tournante du trafic d’armes».

Et le journal électronique d’énumérer les affaires liées à des trafics d’armes en Belgique, où il ne serait pas compliqué de se procurer un pistolet mitrailleur avec silencieux à 1000 euros ou un automatique 9mm à 600 euros.

Cette accessibilité aux armes de guerre donne parfois lieu à des affaires dramatiques. La fusillade du musée juif de Bruxelles, perpétrée en mai 2014, qui a coûté la vie à quatre personnes en est un exemple. Encore plus proche, l’auteur du massacre  de la fusillade dans un train Thalys, vendredi 21 août, est non seulement un de ces autres Marocains extrémistes résidant en Belgique, mais en plus, il n’est pas exclu que l’arme qu’il a brandie dans le train reliant Paris à Amsterdam serait en provenance de Bruxelles.

En Belgique, ajoute le journal, le trafic d’armes prend, parfois, des proportions industrielles. En mars dernier, la presse belge avait fait état du démantèlement à Charleroi d’un réseau qui falsifiait la signature du ministre-président Wallon pour importer de grandes quantités d’armes. L’affaire de ce gang qui a agi pendant de longs mois sans être inquiété démontre un certain laxisme de la part des autorités belges dans la lutte contre ce type de trafic. Un laisser-aller dont les répercussions se ressentent souvent dans d’autres pays dont les services sécuritaires sont forcés de redoubler de vigilance.

SOURCE: http://www.tuniscope.com/article/76690/actualites/international/belgique-375223

00000000000000000000000000000000000000

image

Offensive des mondialistes contre la résistance identitaire européenne

Lorsqu’on vous dit que la presse est dans sa grande majorité contrôlée par l’oligarchie mondialiste c’est une réalité qui prend tout son sens lorsqu’il s’agit de mener une guerre à outrance contre toute résistance identitaire… En voici un exemple frappant… Lire la suite ›

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


%d blogueurs aiment cette page :