Archives de novembre, 2015

Le Blog de Philippe Waechter

L’activité se renforce en zone Euro. C’est le point majeur à retenir cette semaine. On relèvera aussi la modération de l’activité américaine.
Il faudra être attentif à la réunion de la BCE, aux 2 discours de Janet Yellen et au rapport sur l’emploi américain.

Cinq points à retenir cette semaine pour saisir la dynamique conjoncturelle

Premier point – L’économie de la zone Euro accélère à l’automne.

View original post 1 192 mots de plus

Le Blog de Philippe Waechter

Ma Chronique Macro du 30 Novembre

Sur la Web TV de Natixis AM http://bit.ly/MaChroM-WebTV-PW-30Nov

Sur SoundCloud

View original post

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

DSC01257Nous voyons bien que l’opposition républicaine, pour simplifier, avec ses nuances qui vont de l’UDI en passant par les Républicains et jusqu’à Debout la France, connaît une profond désarroi, écrasée entre le marteau  lepéniste et l’enclume socialiste. Face à l’esbroufe médiatique quotidienne et au rouleau compresseur de la démagogie, nous voyons l’opposition républicaine tétanisée, paralysée, presque à l’agonie et le vieux rêve socialiste d’un tête à tête permanent avec l’extrême droite qui lui assurera quoi qu’il arrive un siècle sous les ors des Palais de la République.

Alors que faire? Prendre le contrepied du phénomène auquel nous assistons d’une fuite de la politique dans les limbes, au loin des réalités, pour se confiner à l’exploitation des émotions, à la posture, aux polémiques, au culte de la personnalité, aux coups de menton, aux manœuvres sournoises. La réponse à l’enfumage ? la droiture, le sérieux, la vérité.  La différence fondamentale: entre le factice et le réel…

View original post 453 mots de plus

DOUANELes moyens qu’avaient mis à l’époque le ministre du budget Michel Charasse  n’ont cessé de diminuer depuis son départ de Bercy et les « poules mouillées » de DG qui ont succédé à Jean Dominique Comolli à la tête de la Douane française  n’ont su que faire passer la pilule de l’austérité auprès des gabelous. L’un des plus performants pour sabrer la douane fut sans aucun doute Francois Auvigne, cet inspecteur des finances, qui bien que ne connaissant pas la douane française en devint quelques temps son DG. Pour les autres…de l’inconsistant Jean Luc Viala en passant par le lobbyiste Pierre Mathieu Duhamel (DG, LVMH puis directeur du budget!) l’énarque François Mongin qui malgré le fait qu’il était le boss aussi de TRACFIN a souffert de cécité absolue en devenant Inspecteur général d’ HSBC, la banque qui aimait tant « baiser » le fisc français jusqu’à Jérôme Fournel, certes très opérationnel dans les inaugurations de galeries d’art, mais qui n’aura pas non plus fait en sorte que la douane soit dotée des budgets indispensables pour atteindre les résultats que l’on est en droit d’attendre de ce service régalien.

Aujourd’hui, certes la Douane enregistre chaque année des progressions spectaculaires de saisies en matière de stups, mais … qui ne sont en réalité que la conséquente directe de l’explosion de l’ampleur du trafic.

Alors oui, Héléne Crocquevielle, « Il a, lui aussi, été une victime du terrorisme »  mais aussi des politiques menées par vos prédécesseurs sur ordres des ministres du budget.

Marc Fievet – NS 55 DNRED

———————-

Gaël Vaillant, envoyé spécial à Marseille (Bouches-Du-Rhône) Il y a 3 heures

Lunettes noires, brassards orange, la boule au ventre, une foule compacte de plus de 500 douaniers a assisté avant-hier, à Marseille, aux obsèques de Pascal Robinson, leur collègue tué lundi dernier d’une balle dans la tête par un présumé trafiquant d’armes lors d’une opération de routine. La cérémonie, présidée par le secrétaire d’État au Budget, Christian Eckert, chargé des douanes, avait lieu en même temps que l’hommage aux victimes des attentats de Paris. « Il a, lui aussi, été une victime du terrorisme », justifie Hélène Crocquevieille, directrice générale des douanes.

La grogne des douaniers après la mort d'un collègue, tué lors d'une opération© Maxppp La grogne des douaniers après la mort d’un collègue, tué lors d’une opération

« Nos petites voitures tremblent au-delà des 170 km/h »

A voir ses états de service, Pascal Robinson, décoré de la Légion d’honneur à titre posthume, était un agent exceptionnel, à la tête d’une des équipes marseillaises de la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED), l’élite de la profession. Parti du bas de l’échelle, il a « enchaîné les résultats remarquables et remarqués », selon Christian Eckert. Surtout, « Pascal personnifiait la douane », comme l’explique un de ses collègues. Débrouillard, modeste, sportif accompli, il enchaînait les journées de travail de 24 heures. « Il n’était pas un cow-boy. Il était précis, organisé et déterminé. Il tenait avant tout à la sécurité de son équipe », raconte son frère, Emmanuel Robinson. « En ce maudit lundi 23 novembre, il a payé de sa vie pour nous sauver », lance, entre deux sanglots, sa coéquipière chargée de lui rendre hommage pendant les obsèques.

Ce parcours de héros de l’ombre démontre aussi les conditions de travail compliquées d’une profession méconnue. Pour combler le manque d’effectifs, de matériel ou d’appui administratif, Pascal Robinson bricolait sans cesse, faisait avec les moyens du bord. « Ainsi, à la veille d’une intervention, mon frère a dû fabriquer un bélier avec l’aide de notre père. C’était artisanal, de la bricole du dimanche, mais cela a permis de défoncer une porte », se souvient Emmanuel Robinson.

Pour Vincent Thomazo, du syndicat Unsa-Douanes, l’exemple des « go fast », ces trafiquants qui remontent des chargements de drogue à 250 km/h de l’Espagne à la région parisienne, est le plus parlant : « Ils ont des 4 x 4 avec pare-buffle et le passager est équipé d’un fusil d’assaut quand nous n’avons que nos petites voitures qui tremblent au-delà des 170 km/h. » Un douanier, qui avait « boosté » sa moto personnelle avec l’aide d’un ami garagiste, se souvient avoir réussi à rattraper un go fast sur l’autoroute. « Mais quand ils ont sorti une kalach, qu’est-ce que je pouvais faire? On n’est pas des James Bond. »

Pascal Robinson a lui aussi « hurlé » contre une voiture d’intervention pas assez puissante pour suivre les grosses cylindrées des trafiquants. Lui aussi, il a fini par utiliser son propre téléobjectif afin d’obtenir de meilleurs clichés. « La débrouille à tous les niveaux, cela permet d’avoir une certaine souplesse, d’aller plus vite dans les enquêtes », note son frère qui ajoute aussitôt : « Mais, pour Pascal, son métier et sa vie privée ne faisaient qu’un. » Sophie, sa compagne, est également douanière.

« Les douaniers sont un peu les oubliés de la République », déplore encore Emmanuel Robinson. Pour preuve, c’est l’un des services qui a le plus souffert de la règle de non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux, instaurée en 2007.

« On perd un douanier par jour depuis dix ans »

« On perd un douanier par jour depuis dix ans. Les services sont complètement exsangues », s’emporte Vincent Thomazo, qui évoque « une profession en souffrance ». « On prend sur soi. C’est vrai que nous partons le lundi matin au boulot et, à cause d’une filature qui nous mène jusqu’en Espagne, nous ne revoyons notre femme et nos enfants que le jeudi soir. Mais c’est notre devoir », explique un agent. « C’est une profession muette, admirable car elle fait passer le service de la France avant ses préoccupations existentielles », commente le frère de la victime.

En ces temps d’état d’urgence, la douane est pourtant en première ligne contre le trafic d’armes de guerre qui alimente petite délinquance, grand banditisme et réseaux terroristes. « La mort de Pascal rappelle le rôle essentiel que les douaniers jouent pour la sécurité du territoire. Dieu sait dans quelles mains auraient fini les armes de ce trafiquant qui a assassiné mon frère », a lancé Emmanuel Robinson avant-hier devant le cercueil de son frère. Avant d’interpeller Christian Eckert : « Je sais que les moyens ne font pas tout, mais dans les arbitrages que vous ferez pour le prochain projet de loi de finances, en souvenir de mon frère et pour tous ses collègues, ne faites pas des douanes françaises le parent pauvre de la sécurité française. » Après son discours, nombre d’agents, soumis au devoir de réserve, l’ont discrètement remercié pour cette critique publique.

http://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/la-grogne-des-douaniers-apr%C3%A8s-la-mort-dun-coll%C3%A8gue-tu%C3%A9-lors-dune-op%C3%A9ration/ar-AAfN2wd?li=AAaCFan&ocid=SL5MDHP

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

000000

Le vaisseau fantôme

Publié: 29 novembre 2015 dans Informations générales

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

sans-titreLe malaise que nous éprouvons semble atteindre son paroxysme: la France otage d’une obsession narcissique sans précédent, une fuite éperdue face au monde des réalités et des responsabilités, le règne des postures, récupérations, manipulations, une presse et des médias (sauf exception) à la botte, serviles, décérébrés, une opposition hagarde, paralysée par ses calculs mesquins, d’une lâcheté inouïe,  une opinion anesthésiée, une poussée générale de la violence, du fanatisme, de l’extrémisme, de l’idolâtrie idiote, un retour des passions totalitaires, le culte du conformisme, des illusions, la sublimation du vide, et le pire de tout, cette haine qui monte des intellectuels, de l’intelligence, de la liberté de pensée et d’expression… La France n’a plus grand chose d’une République démocratique, elle est comme un vaisseau fantôme à la dérive, jouet des vents contraires et du courant. Tout ceci ne peut que très mal finir, je vous assure, oui, oui, le retour du réel, en boomerang,  sera d’une soudaineté et d’une force impitoyables. Vous allez voir…

Maxime TANDONNET

View original post

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

sans-titreOutre le drapeau, quels sont les valeurs, ou autres symboles, que les partis de gauche, mais aussi de droite, ont pu laisser de côté au cours de ces dernières années, ou décennies ? Pourquoi ?

Au-delà des symboles, il y a les attributs mêmes de la Nation: une langue, un peuple, un pouvoir souverain. Les symboles ne sont que l’apparence la surface des choses. Le plus grave, c’est quand on abandonne tout le reste. Il est certain qu’en valorisant les langues régionales au détriment du français, on ne favorise pas le sentiment national sur le long terme. Une nation est formée d’un peuple. L’immigration vient l’enrichir quand elle se traduit par un phénomène de fusion, d’intégration poussée ou d’assimilation à la nation française. Mais quand cette immigration favorise les phénomènes de ghettoïsation, d’exclusion, de communautarisme, de repli identitaire, elle contribue à fragmenter la Nation et à l’affaiblir. Idem: la suppression…

View original post 426 mots de plus

Le Blog de Philippe Waechter

Une représentation très visuelle des challenges auxquels la zone Euro va avoir à faire face

View original post


%d blogueurs aiment cette page :