Archives de la catégorie ‘TPI’

civilwarineurope

imageCe n’est pas faute de l’avoir écrit. Dès le 14 novembre 2014 nous avions annoncé que la libération surprise de Vojislav Seselj par le Tribunal Pénal International sur la Yougoslavie était un piège tendu à Belgrade. Voici un extrait de notre analyse :

(…) La récente visite de Vladimir Poutine à Belgrade, accueilli comme un héros, a d’ailleurs prouvé que l’amitié serbo-russe n’était pas qu’un mythe. Insupportable pour Washington qui veut isoler Moscou en Europe en relançant une nouvelle guerre froide. Et quoi de mieux pour déstabiliser un pays que de libérer un extrémiste, dont la popularité il est vrai est importante, qui à peine revenu sur son sol natal a déclaré qu’il était revenu à Belgrade avec une intention claire : renverser le pouvoir pro-européen en place qu’il accuse de traîtrise. Tout le savant travail d’équilibre des dirigeants serbes entre Bruxelles et Moscou risque de se voir détruit ouvrant…

View original post 716 mots de plus

Street Télé Virtuelle

La Palestine devient formellement mercredi membre de la Cour pénale internationale (CPI) avec l’intention d’y faire juger les dirigeants israéliens pour crimes de guerre ou liés à l’occupation, malgré les incertitudes attachées à ce nouveau chapitre du conflit.

Cette adhésion est un pas de plus dans la confrontation diplomatique et judiciaire engagée en 2014 par la direction palestinienne.

C’est aussi une démarche aux conséquences incertaines, non seulement parce que le Premier ministre Benjamin Netanyahu et d’autres dirigeants israéliens semblent loin de comparaître un jour à La Haye, siège de la CPI, mais aussi parce qu’on ignore où mènera cette nouvelle dégradation annoncée dans les relations.

Les Palestiniens disent n’en avoir cure. Exaspérés par des décennies de vaines négociations, sans aucune perspective de voir naître prochainement l’Etat auquel ils aspirent depuis longtemps, ils ont fait le choix d’internationaliser leur cause.

Fin 2014, ils ont décidé de rejoindre la CPI, qui a…

View original post 306 mots de plus

Depuis la Haye, Laurent Gbagbo se confie : « Affi N’guessan est allé trop loin…»

CONFERENCE DE PRESSE AGO M

Mme Ago Marthe, vice-présidente du Front Populaire Ivoirien (FPI) chargé de la coordination des actions pour la libération du président Laurent Gbagbo était en visite  ce vendredi 20 février 2015 à la Haye où elle a rencontré le président Laurent Gbagbo. Elle a profité de son séjour en Europe pour expliquer ce samedi 21 février à Paris, les causes profondes de la crise qui mine son parti…

« Vous remarquez que je n’appelle plus Affi N’guessan camarade. Je l’appelle monsieur. Cet homme n’a plus sa place parmi nous…» 

Parlant du président Affi N’guessan ce samedi 21 février, AGO Marthe, l’ancienne première vice-présidente de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire n’a pas ménagé ses mots pour fustiger l’attitude de l’actuel président du FPI. AGO Marthe qui sortait d’une visite au président Laurent Gbagbo à la Haye était à cet effet l’invitée de la représentation Fpi-France dirigée par Hortense Adé Assalé.

Devant un public majoritairement acquis à la cause du célèbre prisonnier de Scheveningen et dans une salle archi-comble du 177 de la rue de Charonne dans le 11ème arrondissement de Paris, la vice-présidente du Fpi a expliqué point par point, les tenants et aboutissants de la crise qui secoue son parti. Parlant de sa mission à la tête de la structure mise en place pour piloter la libération de Laurent Gbagbo, AGO Marthe a noté que : « Bien que beaucoup de choses aient été faites, les lignes n’ont pas bougé…» Du coup, consciente de l’importance de sa tâche, la vice-présidente du FPI dit avoir placé sa mission sous le signe du sel et de la lumière

Deux symboles divins dont elle compte s’inspirer pour conduire sans peur cette forte responsabilité.

« Maintenant que le président Laurent Gbagbo a approuvé mon programme de travail, je peux désormais parler et engager le combat. Car, Laurent doit être libéré dans l’honneur et non en prostituant sa lutte…» Puis de poursuivre : « Même si nous avons la gâchette sous la tempe, jamais nous n’allons-nous soumettre…»

UNE CRISE SANS RETOUR ?

Comme il fallait s’y attendre, la candidature de Laurent Gbagbo à la tête du FPI qui cristallise aujourd’hui les débats au FPI et même en Côte d’Ivoire a une fois de plus dominé la rencontre. Donnant même lieu parfois à des échanges tendus entre pro-Affi et pro-Gbagbo. Est-ce que oui ou non, Laurent Gbagbo est lui-même initiateur de sa candidature à la présidence de son parti comme tente de le lui dénier le clan Affi ? Cette question centrale a eu une réponse appropriée de la part de l’invité de la représentation du FPI : 

« Le président m’a dit qu’il s’est lui-même porté candidat pour diriger le FPI. « C’est ici, à ce même endroit que j’ai reçu le notaire pour signer ma lettre de candidature. Je veux reprendre le parti la parce que je considère que Affi est entrain de dénaturer le FPI… » » A confié AGO Marthe comme étant les propres paroles du président Laurent Gbagbo.

Poursuivant son témoignage, AGO Marthe dira que Laurent Gbagbo a aussi fait savoir que l’actuel président du FPI a poussé le bouchon trop loin dans sa croisade contre lui. « Affi N’guessan est allé trop loin…» a confié Gbagbo.

Quel pourrait être alors la suite de cet imbroglio politico-judiciaire qui grève les activités du FPI ? En réponse, la vice-présidente du FPI martèlera tout simplement que les textes du parti sont contre les pro-Affi.

« Nous on brûle d’envie de suspendre Affi (…) Comment voulez-vous continuer à composer avec quelqu’un qui porte plainte contre les structures de son propre parti ? (…) De toutes les façons d’ici le 7 mars Affi va partir…» A-t-elle conclu./.

Source:http://www.eventnewstv.tv/default.php?link=voir_actualite&id=746#.VOnf88dSO9s.facebook

Vidéo : Youtube

source: http://lemondealenversblog.com/2015/02/23/depuis-la-haye-laurent-gbagbo-se-confie-affi-nguessan-est-alle-trop-loin/

0000000000000000000000000000000000000000000000

AFRIQUE – ROBERT MUGABE ANNONCE LA MISE EN OEUVRE D’UNE COUR AFRICAINE DE JUSTICE INTERNATIONALE (CAJI)

Le nouveau Président de l’Union Africaine (UA), Robert Mugabe a déclaré aujourd’hui que l’Afrique se retirerait de la Cour Pénale Internationale dès le prochain sommet de l’Union Africaine en juin, en Afrique du Sud
Le gouvernement du Kenya s’engage à verser un million de dollars en dollars pour la création d’une Cour Africaine de Justice Internationale des droits de l’homme Africain dans le cadre d’une justice de police plus large dans la Nouvelle transition de l’Afrique et d’une Cour Africaine pour traiter toutes les affaires criminelles de l’Afrique actuellement soumise à la très raciste Cour internationale de l’Europe occidentale aka la CPI de La Haye, aux Pays-Bas, qui haïssent le monde Africain Mâle en Général

Le Président Kenyatta a déclaré avoir déjà signé le « Protocole de Malabo » sur la Cour Africaine de Justice afin que les instruments nécessaires soient rapidement transmis au Parlement Africain pour une Ratification

Le Kenya fait partie des pays en première ligne à s’associer à la mise en place d’une Cour Africaine de Justice pour sortir de la CPI et de d’autre « Systèmes Blancs », dominés par les occidentaux Américains et d’autres pays occidentaux Européens qui interagissent ensemble contre les Africains

Aujourd’hui les pays Africains qui poussent à la création d’un Tribunal Continental, souhaitent créer une Institution qui offre des solutions Africaines aux problème Africains par rapport à la CPI, qui s’occupera de résoudre les problèmes Africains mais en utilisant des normes occidentale qui seront également valables lorsqu’il s’agira de résoudre les problèmes Européens.

source: http://rene.kimbassa.over-blog.com/article-robert-mugabe-a-declare-aujourd-hui-que-l-afrique-se-retirerait-de-la-cour-penale-internationale-des-125551960.html

Le Kenya fait partie des premiers pays à s’associer à la mise en place d’une Cour Africaine de Justice pour sortir de la CPI et de d’autres « Systèmes Blancs », dominés par les occidentaux, Américains et d’autres pays occidentaux Européens qui interagissent ensemble contre les Africains.

http://www.ivoirebusiness.net/

SOURCE: http://afriquenewsinfo.net/2015/02/22/cpi-robert-mugabe-annonce-le-retrait-de-lafrique-en-juin/

0000000000000000000000000000000000000000000000

le monde à l'ENVERS

Le 13 février 2015, la Chambre de première instance I de la Cour pénale internationale (CPI) a tenu une conférence de mise en état dans l’affaire Le Procureur c. Charles Blé Goudé.

View original post 2 mots de plus

Israël juge « scandaleuse » l’ouverture d’une procédure préliminaire à la CPI

16 janvier 2015, 18:23 Mis à jour : 16 janvier 2015, 18:56

Le bâtiment de la Cour pénale internationale à la Haye (Crédit : Vincent van Zeijst/Wikimedia commons/CC BY SA 3.0)

Le bâtiment de la Cour pénale internationale à la Haye (Crédit : Vincent van Zeijst/Wikimedia commons/CC BY SA 3.0)

Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a annoncé vendredi l’ouverture d’un examen préliminaire, étape préalable à une enquête, sur des crimes de guerre présumés commis depuis l’été 2014 en Palestine.

Un examen préliminaire sert à déterminer s’il existe une « base raisonnable » pour initier une enquête, a précisé le Bureau du procureur dans un communiqué.

L’Autorité palestinienne avait reconnu le 1er janvier la compétence de la Cour à partir du 13 juin 2014, date…

LIRE sur http://fr.timesofisrael.com/cpi-ouverture-dun-examen-preliminaire-sur-des-crimes-de-guerre/

Sur le même sujet

00000000000000000000000000000000000000000

Israël pourrait poursuivre des chefs palestiniens pour crimes

de guerre

Israël envisage de poursuivre des dirigeants palestiniens aux États-Unis et ailleurs pour crimes de guerre, en réponse à la demande d’adhésion de l’Autorité palestinienne au statut de Rome, acte fondateur de la Cour pénale internationale (CPI), a-t-on appris samedi de source proche du gouvernement israélien.

Plus sur http://isranews.com/
00000000000000000000000000000000

La requête pourrait avoir lieu début avril au tribunal de La Haye afin de poursuivre en justice des responsables

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d'une réunion le 8 novembre 2014 à Ramallah en Cisjordanie (Crédit : STR/Flash90)

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lors d’une réunion le 8 novembre 2014 à Ramallah en Cisjordanie (Crédit : STR/Flash90)

La première plainte que les Palestiniens entendent déposer auprès de la Cour pénale internationale (CPI) portera sur des « crimes » perpétrés après le 13 juin 2014, quand Israël a lancé une vaste campagne d’arrestations suivie de la guerre à Gaza, a indiqué un juriste palestinien à l’AFP.

Après leur récente demande d’adhésion, les Palestiniens pourraient déposer début avril leur demande de saisie du tribunal de La Haye afin de poursuivre en justice des responsables, notamment militaires, israéliens.

LIRE: http://fr.timesofisrael.com/palestiniens-a-la-cpi-la-premiere-plainte-portera-sur-les-violences-de-lete/

0000000000000000000000000000

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu le 17 décembre 2014 lors d'une conférence de presse (Crédit : Emil Salman/POOL/FLASH90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu le 17 décembre 2014 lors d’une conférence de presse (Crédit : Emil Salman/POOL/FLASH90)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a prévenu dimanche qu’Israël s’opposerait à toute poursuite de ses soldats par la Cour pénale internationale (CPI), à laquelle les Palestiniens viennent de demander d’adhérer.

« Nous ne permettrons pas que les soldats et les officiers de Tsahal soient traînés devant le tribunal de La Haye », a déclaré Netanyahu à l’ouverture du conseil des ministres hebdomadaire.

LIRE: Israël “ne permettra pas que ses soldats soient traînés devant la CPI”

000000000

 

the real Syrian Free Press

_50093656_002761263-1

INTERNATIONAL CRIMINAL COURT

Office of the Prosecutor
The Hague
The Netherlands

Criminal Complaint filed by James C. Ryan
6 October 2014

Criminal Carnage in Syria
by the Criminal Cabal for Perpetual War

~

COVER LETTER TO THE OFFICE OF THE PROSECUTOR

The Honorable Fatou Bensouda
Office of the Prosecutor
International Criminal Court
Post Office Box 19519
2500 CM, The Hague, The Netherlands
Fax No.: 31-70-515-8555
Email: otp.informationdesk@icc-cpi.int

Dear Ms. Bensouda:

Please accept my personal compliments. I have the honor to file with you and the International Criminal Court (ICC) this Criminal Complaint against:

U.S. citizens Barack Hussein Obama, Hillary Rodham Clinton, John Forbes Kerry, John Owen Brennan, Michael Joseph Morell, David Howell Petraeus, and Leon Edward Panetta;

Turkish citizens Recep Tayyip Erdoğan, Ahmet Davutoğlu and Hakan Fidan;

Saudi Arabian citizens King Abdullah bin Abdulaziz and Prince Saud al-Faisal;

Qatari citizens Tamim bin Hamad Al Thani, Abdullah bin Nasser bin Khalifa…

View original post 311 mots de plus

Allain Jules

Patrick MbekoPar Patrick Mbeko

__________________________________________________________________________________________________

Uhuru Kenyatta et  William Ruto Uhuru Kenyatta et William Ruto

Le siècle d’exploitation et de domination de l’Afrique par l’Occident se poursuit a déclaré le président Uhuru Kenyatta du Kenya lors d’une allocution devant le Parlement de son pays, avant de prendre l’avion pour se rendre à la Cour Pénale Internationale (CPI) où il a été inculpé de crimes contre l’humanité. Peu importe les raisons ayant motivé l’action du président Kenyatta, je trouve cette décision extrêmement grave. Je suis très déçu. Déçu parce qu’encore une fois, un chef d’État africain respecté et respectable vient de faire honte à tout un continent en montrant à la face du monde que nous demeurerons à jamais de vrais esclaves.

View original post 331 mots de plus

L'Axe Afrique-Russie

Crimes néonazis ukrainiens : Que fera la CPI, ou à quand un nouveau Nuremberg ?

Plusieurs fosses communes viennent d’être découvertes dans le village de Kommounar, dans la région de Donetsk, qui était encore tout récemment sous contrôle des néofascistes ukrainiens.

Dans ces fosses communes plusieurs cadavres, principalement des femmes, disparues il y a plusieurs semaines. Elles ont été torturées, violées puis fusillées. L’une de ces victimes était enceinte (8ème mois de grossesse). Elle a été assassinée les mains attachées, avec son bébé qui n’a pas eu la chance de découvrir le monde. Les enquêteurs de l’OSCE se trouvent sur place. Des questions simples se posent : que fera la CPI ? Quelles actions entreprendra la justice dite internationale ?

Eh bien, très difficile à dire. Des crimes pourtant évidents mais malheureusement connaissant la politisation des institutions internationales de justice, il y a vraiment de quoi être perplexe. Des institutions telles que la CPI sont devenues depuis longtemps des organisations pratiquement de non-droit, dont la…

View original post 606 mots de plus

Cellule44

Ainsi, plus de trois ans après son arrestation dans des conditions de violence exorbitantes du droit international le plus élémentaire, plus de trente mois après son transfert à La Haye, le président Laurent Gbagbo est maintenu en détention au motif principal que le Bureau du Procureur de la CPI peine de plus en plus visiblement à étayer la moindre culpabilité contre lui.

Déjà, en février 2013, l’Audience, qui s’était tenue sur près de huit jours, avait commencé à lever le voile sur la vacuité du dossier d’accusation qui avait conduit les juges de la Chambre Préliminaire I a ajourner leur décision en « offrant » à la Procureure l’occasion d’apporter des « preuves additionnelles et de conduire des enquêtes préliminaires », en un mot de revoir sa copie. Désormais, au terme de dix nouveaux longs mois de procédure, toutes les parties ont rendu leurs conclusions.

La lecture de la version…

View original post 2 834 mots de plus

Cellule44

C’est signé: pourquoi faire cette déclaration un 11 septembre, pourquoi pas le 10 ou le 12?


imgLa Haye, 11 sept 2014 (AFP) – La Cour pénale internationale a confirmé jeudi de manière « définitive » qu’elle jugera l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo pour crimes contre l’humanité, un appel de la défense ayant été rejeté.

« La Chambre préliminaire I a rejeté la demande de la défense d’interjeter appel de la décision relative à la confirmation des charges », a indiqué dans un communiqué la CPI, qui siège à La Haye. Une date d’ouverture du procès devra être déterminée.

Après avoir d’abord douté de la solidité du dossier dressé par l’accusation contre M. Gbagbo, la CPI avait finalement confirmé en juin quatre charges de crimes contre l’humanité contre l’ancien président. Il est accusé d’avoir, avec son entourage, « ordonné, sollicité, encouragé ou contribué de toute autre manière » à commettre des meurtres, viols, actes inhumains et…

View original post 278 mots de plus

Né au moment de la conquête française, Dia Houphouët, devenu en 1915 Félix Houphouët, puis Houphouët-Boigny en 1945, domine de sa stature l’histoire de la Côte d’Ivoire du xxe siècle. Produit du système colonial, formé à l’action syndicale, puis politique, dans la coopération avec la métropole, il est, de 1960 à 1993, le premier président de la Côte d’Ivoire indépendante. Il s’efforce d’en faire un État-nation unitaire par l’autoritarisme politique et la modernisation économique et sociale. Même si les bases de ce système se fissurent à partir de 1980, il garde jusqu’à sa mort les commandes d’un pays auquel il lègue un avenir incertain.

Du pays baoulé à l’entrée en politique (1905 ?-1945)

Descendant de notables baoulés, Dia Houphouët, converti au christianisme sous le prénom de Félix en 1915, est formé à l’école de la République française. Comme médecin à partir de 1925, il se signale par sa dénonciation des abus faits aux planteurs africains par la métropole. Devenu en 1939 administrateur de son canton d’origine, il y met en œuvre les principes modernisateurs qu’il appliquera à tout le pays après 1960. Fondateur en 1944 du Syndicat agricole africain, il est en 1945 le seul député autochtone de la Côte d’Ivoire à l’Assemblée constituante française. C’est alors qu’il prend le nom de Houphouët-Boigny (« Bélier »).

L’homme politique incontournable (1945-1960)

Restant député jusqu’à la chute de la IVe République, il conçoit son action politique aussi bien dans le cadre ivoirien, en fondant en 1946 le PDCI (parti démocratique de Côte d’Ivoire), que panafricain, en présidant jusqu’en 1959 le Rassemblement démocratique africain (RDA), et français. D’abord compagnon de route du parti communiste – seule formation politique française anticolonialiste –, il s’en éloigne après 1950. Devenu dès lors l’interlocuteur incontournable de la métropole en Côte d’Ivoire, il est de tous les gouvernements français, de 1956 à 1959. L’un des rédacteurs de la Constitution de la Ve République, favorable à la Communauté franco-africaine prônée par de Gaulle, il se résout néanmoins à proclamer en 1960 l’indépendance de la Côte d’Ivoire, dont il devient, sans surprise, le premier président.

Le président de la Côte d’Ivoire (1960-1993)

Jusqu’en 1980, Houphouët-Boigny règne sans partage sur un pays dont il a réduit toute opposition au silence, par une répression impitoyable. Misant sur la modernisation économique et sociale, il préside au « miracle ivoirien ». Par sa diplomatie panafricaine et pro-occidentale, il se taille une image de « Sage de l’Afrique », qui fait écho à celle du « Vieux », du patriarche bienveillant, qu’il entretient à l’intérieur du pays. Des fissures apparaissent dans ce système cadenassé à l’orée des années 1980, avec le recul des prix des denrées d’exportation et le creusement de la dette extérieure. L’aspiration à la démocratie en profite pour s’exprimer, ce qui le contraint à accepter le pluralisme politique en 1990. La fin de sa présidence est minée par les luttes autour de sa succession et une aggravation de la situation économique qu’il laisse irrésolue à sa mort en 1993.

SOURCE: http://www.larousse.fr/encyclopedie/data/images/1004749-F%C3%A9lix_Houphou%C3%ABt-Boigny.jpg

Depuis la mort de Felix Houphouët Boigny, la Côte d’Ivoire s’est engluée dans une crise militaro-politique, détruisant au passage son économie et la cohésion sociale.

 

Cellule44

523123_4133275381570_1835826744_n

Prao Yao Séraphin, analyste politique

« La vérité est si obscurcie en ces temps et le mensonge si établi qu’à moins d’aimer la vérité on ne saurait la reconnaître » (Blaise Pascal)

La paix est un bien vide dont les effets sont perceptibles dans les comportements des hommes, c’est pourquoi, la construction d’une société paisible et apaisée ne relèvent pas d’une simple proclamation. Les Ivoiriens cherchent aujourd’hui une voie, celle de la réconciliation, en vain. Comment vivre après la haine, après la guerre civile, après le crime contre l’humanité ? Comment refaire du lien avec son proche devenu un temps si lointain ? En d’autres termes, comment faire du juste avec de l’injuste ? C’est à l’examen de ces différentes questions que sont consacrées les lignes qui suivent.

Les causes de la crise actuelle en Côte d’Ivoire

Depuis la mort de Felix Houphouët Boigny, notre pays, la Côte d’Ivoire s’est…

View original post 1 237 mots de plus


%d blogueurs aiment cette page :