Archives de la catégorie ‘Troisième guerre mondiale’

Typhoon FGR4
La Grande-Bretagne lance ses premières frappes en Syrie

© Flickr/ Alan Wilson

Quelques heures seulement après le feu vert du Parlement, la Grande-Bretagne a conduit tôt jeudi matin ses premières frappes aériennes en Syrie contre les positions de Daech.
Des Tornado de la Royal Air Force ont « effectué la première opération offensive au-dessus de la Syrie lors de laquelle ils ont conduit des frappes », a souligné un porte-parole du ministère de la Défense.

Le ministère a dans un premier temps refusé de détailler les cibles visées. Quatre Tornado ont décollé dans la nuit de la base d’Akrotiri à Chypre où la RAF dispose de huit appareils de ce type.Des chasseurs-bombardiers supplémentaires devraient être déployés dans les jours qui viennent, alors que la Grande-Bretagne devient le sixième pays à bombarder l’EI à la fois en Irak et en Syrie.

Les frappes britanniques interviennent quelques heures seulement après que le Parlement a approuvé l’extension à la Syrie des raids aériens que la Grande-Bretagne effectuait déjà en Irak contre l’EI, indique l’AFP.

La présence des avions de la RAF en Irak et le fait qu’ils effectuaient déjà des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie expliquent la rapidité avec laquelle ils sont entrés en action jeudi.

Le vote au Parlement, vers 22h30 GMT, a été acquis par 397 voix pour, 223 voix contre. La majorité de 174 a été rendue possible notamment par les voix de 67 députés travaillistes, qui se sont joints aux conservateurs du premier ministre David Cameron, selon le décompte des médias britanniques.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Le Royaume-Uni bombarde Daech, Hollande et Poutine se félicitentJ.Cl. | 03 Déc. 2015, 07h10 | MAJ : 03 Déc. 2015, 10h37

Base militaire d'Akrotiri (Chypre), jeudi vers 1h30. Quatre avions de combat britanniques ont décollé de la base de la RAF pour bombarder des positions de Daech en Syrie.
Base militaire d’Akrotiri (Chypre), jeudi vers 1h30. Quatre avions de combat britanniques ont décollé de la base de la RAF pour bombarder des positions de Daech en Syrie. (Capture Sky news)

http://www.leparisien.fr/international/syrie-le-royaume-uni-bombarde-daech-57-minutes-apres-le-go-de-son-parlement-03-12-2015-5335631.php

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Syrie : la perfide Albion attaque notre valeureux porte-avions
24 novembre 2015 — François Cornut-Gentille

Afficher l'image d'origineLe premier ministre britannique a proposé hier, à l’occasion de son entretien avec François Hollande, de mettre à disposition de l’armée de l’air française la base aérienne britannique d’Akrotiri, sur l’île de Chypre, pour bombarder les positions de l’Etat islamique en Syrie.

On ne sait pas ce que lui a répondu le chef des armées mais c’est un cadeau empoisonné que vient d’offrir David Cameron. Pourquoi empoisonné ? Parce qu’il rend inutile le déploiement du porte-avions. Une fois de plus diront les mauvaises langues…

Or, à en croire les communiqués et reportages effectués à la gloire du Charles-de-Gaulle, sans l’aéronavale point de salut. Pour mémoire, les frappes aériennes s’effectuent depuis les airs. Aux premières loges, l’armée de l’air agit depuis plusieurs mois et sans discontinuité depuis sa base d’Abu Dhabi et une base en Jordanie, à la frontière syrienne. Disposer d’une base aérienne à Chypre permettrait de frapper l’ouest syrien distant alors seulement de 250 kilomètres : la ville de Homs est à 350 kilomètres (voir carte).

Petit problème : que faire des Rafale de l’aéronavale qui aimeraient bien avoir leur part du gâteau, et les primes qui vont avec ? Les pilotes peuvent très bien décoller d’une base terrestre, eux qui réussissent le réel exploit de décoller et atterrir d’une plateforme navale. Mais, dans un souci d’économies peu évidentes, l’état-major des armées préfèrent envoyer un porte-avions, deux frégates, un sous-marin nucléaire d’attaques et un ravitailleur pour effectuer des frappes moins massives car les avions ne peuvent être « chargés » comme ceux de l’armée de l’air, décollage du porte-avions oblige.

Le Président de la République a appelé à la solidarité européenne pour lutter contre Daesh. David Cameron a répondu positivement en proposant les infrastructures britanniques. Va-t-il oser dire non ?

Afficher l'image d'origine

000000000000000000000000000000000000000

Avion abattu par la Turquie : le pilote rescapé témoigne

25Nov
Le capitaine Konstantin Mourakhtine est présenté comme un « pilote hors pair » dans les médias russes.
Sauvé, le capitaine Konstantin Mourakhtine, copilote du bombardier russe SU-24 abattu le 24 novembre par les forces armées turques, affirme que son appareil n’a pas violé l’espace aérien turc.

« C’est totalement exclu, même rien qu’une seconde. D’autant que nous étions à une altitude de 6 000 mètres et que le temps était clair. Je contrôlais totalement notre vol jusqu’au moment de l’explosion. Je voyais parfaitement, sur la carte et en l’air, où se trouvait la frontière, et où nous nous trouvions, nous, déclare Konstantin Mourakhtine, soulignant : Nous ne menacions même pas de passer en Turquie. »

Le pilote affirme également n’avoir reçu aucun avertissement de la part de la Turquie avant l’attaque du F-16 – ni visuelle, ni radio, alors qu’Ankara a assuré avoir averti l’appareil « dix fois en cinq minutes ». « Il n’y a eu absolument aucun contact, insiste-t-il. C’est pour cela que nous allions à une vitesse de combat normale. Vous savez quelles vitesses peuvent atteindre un bombardier, d’un côté, et un chasseur F-16, de l’autre ? S’ils avaient voulu nous prévenir, il leur suffisait de se montrer, en volant sur une trajectoire parallèle. Mais ils n’ont rien fait de tel. »

Selon M. Mourakhtine, le missile est arrivé « brusquement au niveau de la queue ». « Nous n’avons même pas eu le temps de le voir arriver et de lancer une manœuvre anti-missile », explique-t-il.

L’aviateur russe ajoute que l’équipage connaissait en outre bien cette zone de vols. « Nous avions effectué plusieurs vols de combat à cet endroit et connaissions le coin comme notre poche, déclare le pilote. Je pourrais m’y orienter même sans équipement. »

Konstantin Mourakhtine confie enfin attendre « avec impatience » sa sortie de l’hôpital, « pour reprendre immédiatement du service » : « Je vais demander au commandement qu’on me laisse sur cette base aérienne – j’ai le devoir de venger la mort du commandant [le colonel Oleg Pechkov, décédé lors de son éjection]. »

Cliquer sur la photo pour l'agrandir.

Cliquer sur la photo pour l’agrandir.

Le capitaine Konstantin Mourakhtine est présenté comme un « pilote hors pair » dans les médias russes. Il a été reconnu « meilleur pilote navigateur de Russie » par le concours international Aviadarts 2014 dans l’équipe du centre d’aviation de Lipetsk, considéré comme l’un des meilleurs établissements de recherche et de formation des forces aérospatiales russes.

Rappelons qu’un bombardier russe Sukhoi Su-24 engagé dans l’opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie s’est écrasé mardi 24 novembre sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque. Selon le président russe Vladimir Poutine, le Su-24 a été abattu dans l’espace aérien syrien par un missile air-air tiré par un chasseur turc F-16. La Turquie affirme que l’avion russe a violé son espace aérien. D’après le ministère russe de la défense, l’avion se trouvait dans l’espace aérien syrien, à 1 km de la frontière turque.

https://histoireetsociete.wordpress.com/2015/11/25/avion-abattu-par-la-turquie-le-pilote-rescape-temoigne/

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Pilote survivant du Su-24 répond aux questions des journalistes sur la base aérienne russe de Hmeimim en Syrie
Pilote survivant du Su-24: aucune mise en garde de la part de la Turquie

© Sputnik. Dmitry Vinogradov

International

15:26 25.11.2015
La Turquie abat un Su-24 russe (52)
 Le pilote survivant du Su-24 exclut formellement toute violation de l’espace aérien turc, car selon lui, l’équipage de l’avion connaissait « comme les doigts de sa main » la zone où l’incident a eu lieu.
 En outre, le pilote a indiqué qu’il n’y avait eu aucune mise en garde de la part de la Turquie, ni visuellement, ni à la radio.

« Il n’y a eu aucun contact. C’est pourquoi nous nous sommes préparés à la manœuvre de tir comme prévu. Il faut se rendre compte de la vitesse du bombardier et quelle est celle d’un F-16. Si on avait voulu nous mettre en garde, ils auraient pu se montrer, prenant une direction parallèle. Mais rien de tel n’a eu lieu. Et un missile a frappé subitement la queue de notre avion. Nous ne l’avons même pas observé visuellement afin d’entreprendre une manœuvre anti-missile », a-t-il déclaré.

 

Le pilote du Su-24 abattu dans le ciel de la Syrie a été sauvé par les unités spéciales russes et l’armée syrienne lors d’une opération qui a duré 12 heures.Un bombardier russe Sukhoi Su-24 engagé dans l’opération contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) en Syrie s’est écrasé mardi sur le territoire syrien, à 4 km de la frontière turque. Selon le président russe Vladimir Poutine, le Su-24 a été abattu dans l’espace aérien syrien par un missile air-air tiré par un chasseur turc F-16.

La Turquie affirme que l’avion russe a violé son espace aérien. D’après le ministère russe de la Défense, l’avion se trouvait dans l’espace aérien syrien, à un kilomètre de la frontière turque.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Saved: Captain Konstantin Murahtin was one of the two pilots of the Russian fighter jet shot down by Turkish F16 pilots near the Syrian border on Tuesday

000000000000000000000000000000000000000000000000000

14:58 25.11.2015U
Gazeta.ru

Après que la Turquie a abattu un avion russe hier, le conflit syrien pourrait encore dégénérer.Et tous les scénarios sont envisageables.

La CNN rappelle que la guerre en Syrie a déjà provoqué « la plus terrible attaque terroriste en Europe » depuis la Seconde Guerre mondiale — les attentats de Paris du 13 novembre. Le pape François Ier, pour sa part, voit dans la tragédie qui a touché la capitale française le « début de la troisième guerre mondiale ». En lui-même, le conflit en Syrie se transforme déjà en principale guerre du siècle.

Le conflit syrien a provoqué une « tourbillon de violence » selon la CNN. Pour commencer, la guerre s’est étendue au-delà des frontières du pays. Après cela, les chiites ont commencé à s’opposer directement aux sunnites, les arabes ont commencé à combattre les Iraniens, les organisations terroristes Al-Qaïda et Daech sont entrés en compétition, pendant que les Kurdes décidaient de mener une guerre contre l’armée syrienne et Daech, et que la Turquie choisissait d’éliminer les Kurdes.

Dans ce contexte, les réfugiés de Syrie se sont installés partout dans le monde et les attentats ont fait des morts non seulement en Syrie, en Irak, au Liban et en Turquie, mais également au Canada, en France, au Nigeria, au Danemark, en Australie et dans d’autres pays.Des alliances de circonstance, des actes controversés et un partenariat étrange: voilà à quoi ressemble une guerre mondiale selon la CNN. Et le fait que plus de 60 pays soient déjà plus ou moins impliqués dans le conflit syrien complexe permet de conclure que la situation au Moyen-Orient pourrait dégénérer en troisième guerre mondiale.

Le crash du Su-24 pourrait aggraver davantage la situation en Syrie.

Al-Qaïda et Daech sont des organisations terroristes interdites dans plusieurs pays, dont la Russie.

 °°°°°°

000000000000000000000000000000000

BOMBE© Fournis par Express.be

« L’Histoire retiendra peut-être, à Dieu ne plaise, que le troisième conflit mondial a débuté, à bas bruit, mercredi 30 septembre 2015 »

Cette introduction inquiétante, c’est celle d’un article d’anticipation, si l’on peut dire, de Vincent Jauvert du Nouvel Obs. Selon le journaliste, nous venons de vivre deux événements apparemment anodins et sans rapport, mais qui pourraient se combiner pour prendre une ampleur bien plus grande. Jauvert rappelle qu’en 1914, l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo ne fournissait pas matière au déclenchement d’une guerre mondiale à première vue, mais que c’est pourtant ce qui s’est produit.
Le premier évènement est la montée des tensions entre l’Arabie Saoudite, pays sunnite, et l’Iran, chiite

L’Arabie saoudite a intercepté des navires iraniens chargés d’armes destinées aux rebelles yéménites. Un geste qui pourrait être interprété comme une provocation belliqueuse, et qui intervient alors que l’Iran a vivement critiqué l’Arabie Saoudite d’avoir échoué à assurer la sécurité des pèlerins de la Mecque.
Le second évènement est l’intervention de la Russie en Syrie

La Russie a lancé ses frappes aériennes en Syrie, et ainsi renforcé son soutien à Bachar al-Assad, allié de l’Iran. Les bombardements russes auraient potentiellement infligé des pertes à des rebelles syriens « modérés » alliés des Américains.
Conclusion

Il semble que le risque de l’affrontement des deux camps, celui des Occidentaux alliés à l’Arabie Saoudite sunnite, et celui de la Russie alliée à l’Iran chiite, soit de plus en plus élevé, d’autant que le Kremlin pourrait y voir une manière de détourner la population russe des graves problèmes économiques du pays.

« Evidemment, ce scénario catastrophe n’est pas sûr », écrit Jauvert pour nous rassurer. Mais il conclut que « certains auteurs de cette partie sont tellement à cran qu’on ne peut pas l’exclure tout à fait ».

http://www.msn.com/fr-fr/actualite/monde/venons-nous-de-vivre-les-pr%C3%A9mices-de-la-3%C3%A8me-guerre-mondiale/ar-AAf2iFP?li=AAaCFan&ocid=SL5MDHP

00000000000000000000000000000000

Attali craint une Troisième Guerre mondiale

Jacques Attali (https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Attali) fut conseiller de Mitterrand, est un observateur attentif des évolutions stratégiques et inspire une double expo à Paris et Bruxelles. Souvent à contre-courant, il craint une 3ème guerre mondiale.

Analyse de Michel Collon.

La longue interview d’Attali au Soir contient trois thèmes-clés que nous allons analyser un par un :

1° Il est pour la liberté de circulation des migrants et réfugiés.

2°Il craint une Troisième Guerre mondiale très « probable » mais inquiète aussi en disant : « Il y a des moments où la guerre est nécessaire. »

3° Il appelle les citoyens à réagir pour plus de « fraternité ». Sur certains points, nous pouvons le rejoindre, sur d’autres nous pensons que son diagnostic est faussé et donc aussi ses solutions.

A contre-courant du refrain général en Europe occidentale « Nous ne pouvons pas accueillir toute la misère du monde. », Attali souligne l’hypocrisie de ce refrain : « A partir du moment où on admet que les libertés sont fondamentales, la première liberté, c’est celle de circulation. » Rappel salutaire.

Mais il poursuit : « Et donc les gens vont venir et c’est très bien. Il faut se doter des politiques d’intégration et ces gens-là vont faire de l’Europe la première puissance du monde. » Là, on suit moins : le but de cette « générosité », c’est que l’Europe devienne plus forte que ses rivaux ?

lire sur http://www.michelcollon.info/Attali-craint-une-Troisieme-Guerre.html

0000000000000000000000000000000000000000000

Par Direct Matin, publié le 30 Septembre 2015 à 21:30

Todenhöfer a pu se rendre compte de l’extrême détermination de Daesh pour mener à bien ses objectifs.[Marwan Ibrahim / AFP/Archives]

Un journaliste allemand qui a partagé le quotidien de Daesh pendant 10 jours, affirme dans un livre que l’organisation islamiste envisage de mener une attaque nucléaire d’envergure contre les pays occidentaux.

Jürgen Todenhöfer, pictured, spent ten days with the Isis terror group researching his book on the organisationJürgen Todenhöfer écrit précisément dans son ouvrage intitulé « Inside IS – 10 jours avec Daesh » que le groupe terroriste prévoyait « un holocauste nucléaire » contre toutes puissances s’opposant à sa volonté d’établir un califat islamique dans le monde entier. L’organisation entend ainsi tuer des centaines de millions de personnes.

Au cours de son immersion, Todenhöfer a pu se rendre compte de l’extrême détermination de Daesh pour mener à bien ses objectifs. « Pour moi, personne n’a de chance de les arrêter à part les Arabes. Je suis devenu très pessimiste », a-t-il expliqué au journal The Express au cours d’une interview à propos de la sortie de son livre.

Après de nombreux échanges par Skype, Daesh a accepté d’accueillir dans ses rangs le journaliste, ancien député allemand, au motif qu’il est un critique régulier de la politique américaine menée au Moyen-Orient.

Conscient du risque qu’il encourait, Todenhöfer a confié avoir rédigé son testament avant de quitter son pays d’origine.

http://www.directmatin.fr/monde/2015-09-30/daesh-preparerait-une-attaque-nucleaire-pour-tuer-des-centaines-de-millions-de-0

Mr Todenhöfer said Isis, pictured, were the most 'brutal and dangerous' enemy he has ever seen 

00000000000000000000000000000000

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

Les tensions au sein des Etats baltes et de la Pologne ont atteint leur paroxysme ces jours derniers alors qu’il est devenu de plus en plus évident que les Russes n’avaient aucun plan d’aucune sorte pour attaquer l’un ou l’autre de ces pays. Pendant l’année écoulée, la Pologne, la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie ont lancé un crescendo d’avertissements concernant une invasion russe, et ont tenté de convaincre le reste du monde qu’il devait prendre des mesures radicales afin d’empêcher le président Vladimir Poutine de mener à bien son projet de recréer l’Union soviétique, cette fois de Vladivostok à Johannesburg.

non-invasion russe

Cependant, malgré ces alertes répétées d’un péril imminent, les Russes n’ont pas encore pointé le bout de leur nez, et semblent même soutenir qu’ils ont mieux à faire de leur temps. Pas plus tard que la semaine passée, Monsieur Poutine a déclaré lors d’une interview avec le quotidien italien Il…

View original post 755 mots de plus

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

4773659_48be540dad9d3d53a39c234049512add7f417ede_545x460_autocropL’Etat islamique Daesh poursuit sa progression au Moyen-Orient et la carte des zones occupées s’étend comme une flaque d’huile, un incendie de broussailles, couvrant désormais l’essentiel de la Syrie et de l’Irak. Cet expansionnisme qui bouscule la planète, poussé par une mystérieuse et incompréhensible puissance,  donne le vertige. Le monde occidental, à l’origine des frontières et des Etats en voie de destruction, est désormais vaincu, balayé, inerte, les genoux à terre.  Il paye sa folie furieuse d’avoir voulu imposer un ordre mondial à cette région du monde et ainsi provoqué le chaos. Maintenant, il tremble. Tout s’effondre sous les assauts de Daesh, les droits de l’homme, la démocratie, la mondialisation. Les idiots qui prédisaient « la fin de l’histoire » dans la globalisation heureuse et la démocratie universelle en sont pour leurs frais. Le silence assourdissant des gouvernements, des médias, des intellectuels, sur la tragédie en cours, va-t-il enfin céder devant l’apocalypse? 2014-2015: Nous venons d’entrer dans le XXIe siècle, comme un siècle auparavant, nous…

View original post 180 mots de plus

histoireetsociete

 
16 novembre 2014 |8

Rusia Estados Unidos

Deux hauts responsables militaires à Washington ont exhorté les membres du Congrès à préparer les forces armées pour une éventuelle guerre contre des pays comme la Russie  et la Chine parce que « la suprématie américaine est menacée ».

« Si nous ne trouvons  pas un équilibre » bientôt, il sera « trop tard » et « nous en subirons les conséquences, » a averti le vice-président des chefs conjoints des Etats-Unis, l’amiral James Winnefeld, dans un discours prononcé lors d’une réunion avec les députés et les représentants des industriels du secteur militaire, à la Ronald Reagan bibliothèque près de Los Angeles.

Des pays comme la Russie et la Chine ne sont pas inactifs. « Nous avions jusqu’ici la  suprématie en force et  en potentialités, a déclaré l’amiral, cité par les agences Tass et Reuters. « Maintenant, cette suprématie est menacée ».

Les deux pays investissent dans nouveaux types d’armement comme …

View original post 227 mots de plus