Archives de 22 novembre 2015

D’abord, la confusion du vocabulaire.

Reculer sur les libertés, ce serait capituler (L’Obs). C’est le contraire. Si le courage est de se laisser abattre dans la pureté des règles, vive la lâcheté républicaine.

Boire, consommer, se réunir, ce n’est pas lutter contre le terrorisme. C’est seulement continuer à faire ce qu’on a toujours fait et qui renvoie à une irrésistible pulsion de vie.

L’émotion collective, douloureuse et sincère, place de la République ou ailleurs, est un rituel qui rend hommage aux disparus mais qu’on ne nomme plus résistance ces rassemblements qui démontrent aux assassins islamistes comment ils ont massacré atrocement « juste » et épandent un coeur pluriel qui leur a fait défaut et qu’ils méprisent.

Mais il y a infiniment plus grave que ce télescopage entre la dignité et le combat, ce besoin français de se persuader qu’on mène la lutte au moment même où on s’efforce le moins mal possible de rester debout en acceptant de refaire de la quotidienneté un abri et une alliée.

Il n’a pas fallu une semaine pour passer de l’indignation absolue à l’égard de ces crimes organisés et multiples, ayant éparpillé les tragédies, et de la dénonciation totale de leurs auteurs, à autre chose.

Un état trouble, une sévérité moindre, une compréhension perverse, une complaisance souvent déguisée en expertise à l’égard des causes et des motivations, une volonté polémique de refuser au pouvoir socialiste une adhésion que sa découverte même tardive de la dangerosité du monde justifierait, une détestable focalisation sur le doigt irénique qui pourtant désigne la lune du terrorisme.

Il n’a pas fallu une semaine.

A Strasbourg, pour le World Democracy Forum, devant une assemblée internationale, au Conseil de l’Europe, je dois défendre les journalistes et rappeler cette évidence qu’il y a un journalisme pour les temps paisibles avec ses pudeurs, ses exigences et ses délicatesses et un autre en période de crise et que le nôtre n’a pas été indigne depuis le 13 novembre (Le Monde).

Il me revient aussi, au grand dam de la salle, de déclarer que perdre un peu de ma liberté pour la sécurité de tous, privilégier l’altruisme social au détriment de mes susceptibilités égoïstes ne me semble pas une insurmontable épreuve. C’est davantage un honneur qu’une contrainte et il n’est même pas nécessaire de souligner que « la sécurité est la première des libertés ».

Lors de l’émission spéciale d’Envoyé Spécial consacrée au 13 novembre et à ses suites (France 2), un rien, une tonalité plus molle, une objectivité dégradée, des commentaires équivoques – pourquoi prétendre, à toute force, qu’il ne peut y avoir des futurs terroristes dans les migrants ? -, aucune réaction face à des réponses scandaleuses – notamment celles du frère flouté d’un assassin parti en Syrie – ont fait clairement apparaître qu’on était presque revenu au climat émollient d’avant le 13 novembre.

BFMTV, dans un autre registre, a accompli sa mission avec honnêteté et rigueur en tenant compte du passé mais sur le terrain, que de journalistes médiocres qui, pour occuper l’antenne, mêlaient le bon grain à l’ivraie et confondaient l’information avec la répétition !

Je ne surestimais pas notre capacité à nous tenir sur une ligne de crête exigeante et éthiquement sans nuance ni contrition.

Mais tout de même qu’il n’ait même pas fallu une semaine pour cet infléchissement douteux est indécent.

Le rejet massif et inconditionnel des assassins s’est métamorphosé subtilement non pas encore en une justification – c’est trop tôt, sauf pour Daech, les compagnons de route, ces Français au coeur de notre société qui haïssent leurs concitoyens – mais en une surabondance d’explications, d’informations et de témoignages dont la seule finalité est en définitive de noyer la nudité intolérable et crue des monstruosités sous un tapis sociologique, historique et géopolitique. Des barbares qu’on ennoblit en en faisant la plupart du temps inutilement ou banalement un objet d’étude !

Bien sûr il y a, dans le souvenir du pire, des îlots, des accalmies.

J’ai éprouvé une joie mauvaise quand j’ai appris la mort d’Abaaoud à Saint-Denis, lui qui a certainement mis la main aux crimes puisqu’il s’est trouvé dans le métro à Montreuil, le 13 novembre, vers 22 heures 15. Le sentiment intense, profond d’une justice rendue, aussi singulière qu’elle a été, et d’une malfaisance ostensible – qu’on songe à ses vidéos – effacée.

L’extraordinaire travail et courage du Raid, de la BRI et des policiers « ordinaires » sans lesquels nous serions encore aujourd’hui en train de trembler. Je n’ai pas besoin de les accabler sous les hyperboles puisque, contrairement à d’autres, je n’ai pas cessé de les défendre durant quarante ans et que je ne suis pas obligé de tomber dans une surenchère ponctuelle. Etre d’ailleurs obligé de les défendre, quel scandale au quotidien, quel signe de délitement ! Je n’ai jamais fait partie, à leur détriment, des donneurs de leçons en chambre et et des audacieux de salon. Trop de respect pour eux tous.

L’appel solennel du CFCM dénonçant « l’idéologie de haine des criminels terroristes » lu dans 2400 mosquées (Le Figaro).

Il y a eu le 13 novembre. Il y a l’hôtel Radisson à Bamako, la prise d’otages avec tant de victimes et les deux assaillants tués.

La réalité est suffisamment anxiogène en elle-même sans que le Premier ministre, dont je comprends de plus en plus mal la communication, en rajoute en nous assombrissant avant l’heure le futur. Alors que la France se redresse et fait face avec une tranquillité inquiète mais vigilante et solidaire.

Pourquoi venir jeter, dans cet état d’esprit collectif qui se restaure, d’abord qu’il pourrait y avoir « dans plusieurs jours ou plusieurs semaines » de nouveaux attentats, ensuite que « des attaques chimiques sont à craindre », des propos véritablement explosifs comme si Manuel Valls n’avait pour souci que de transmettre aux Français sa propre angoisse ?

Il n’a pas fallu une semaine pour que le vent tourne un peu, pour que coule, dans certaines consciences, le poison du relativisme et que guette la nostalgie d’une démocratie dont la faiblesse la rendait aimable aux yeux d’une minorité influente.

Le pouvoir saura-t-il remplacer les larmes par les armes ?

Ma PhotoPhilippe Billger

http://www.philippebilger.com/

 

 

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

International

19:48 22.11.2015
 La Belgique poursuit l’enquête ouverte après les attaques terroristes de Paris. Récemment, le pays a augmenté le niveau de la menace terroriste à son maximum. Le ministre belge de la Justice Koen Geens a expliqué la situation dans le pays, ses commentaires sont publiés sur le site de la RTBF.
 Selon le ministre, les enquêtes en cours ont donné des indications justifiant l’augmentation du niveau de la menace terroriste en Belgique. Ce niveau pourrait être maintenu pendant une certaine période, si l’Organe de coordination pour l’analyse de la menace le juge nécessaire.

 

M.Geens estime que dans la situation actuelle, le gouvernement belge devrait prendre ses responsabilités.

« La question n’est pas de montrer ses muscles, c’est surtout d’être efficace dans les circonstances qui nous menacent », déclare le ministre qui ajoute que le week-end passé a permis de faire des progrès dans l’enquête menée.

M.Geens a également évoqué le problème d’erreurs des services qui n’avaient pas été capables de prévenir les attaques terroristes. Selon lui, il s’agit d’une faute collective, et la question n’est pas uniquement belge. Le ministre souligne que la situation de responsabilité est identique dans le cadre des autres attaques terroristes violentes, en particulier, aux Etats-Unis en septembre 2001, à Madrid et à Londres.

« Nous devons prendre toutes les mesures qui s’imposent, notamment par rapport à ceux qui sont en train de se radicaliser de façon préventive et si nécessaire de façon répressive », souligne le ministre qui soutient les propositions du gouvernement fédéral. M.Geens croit que les services judiciaires devraient également prendre leurs responsabilités.

00000000000000000000000000000000000000000000000000
International

12:15 22.11.2015
Le Pentagone a ouvert une enquête interne afin d’établir qui l’a fait et pourquoi.

Dans un rapport secret de l’année dernière, le commandement central américain (CENTCOM) a dissimulé de façon délibérée la puissance réelle du groupe terroriste Etat islamique et l’insuffisance de l’entraînement des forces armées irakiennes. Le New York Times a annoncé dans sa version électronique que le Pentagone avait ouvert une enquête interne afin d’établir qui l’avait fait et pourquoi.

Le NYT se réfère à ses propres sources au sein des services secrets et du renseignement militaire américains. Selon ses données, l’année dernière, des analystes du CENTCOM ont composé une note d’information à l’intention du commandement militaire et des politiques expliquant les raisons pour lesquelles les combattants de l’EI avaient occupé si rapidement certaines villes irakiennes: les djihadistes avaient mis en fuite les unités de l’armée gouvernementale irakienne lesquelles, soit dit en passant, avaient été entraînées par des instructeurs américains.Le document a été examiné par des chefs supérieurs, et ceux-ci « ont apporté des changements substantiels » au texte. Ainsi, la version définitive du document ne disait pas un seul mot sur la fuite des soldats et officiers irakiens. Selon le NYT, il a été écrit dans le document que ces derniers avaient été tout simplement repositionnés ».

Le NYT est convaincu que le CENTCOM « a révisé les conclusions des analystes pour cacher les insuffisances des militaires américains dans la formation des troupes d’Irak ». Le quotidien ignore à quel point ce document « édulcoré » a influé sur la politique générale de l’administration Obama dans la lutte contre Daech. Pour répondre à cette question il faudrait savoir combien régulièrement le CENTCOM fardait la vérité et trompait Washington.C’est justement là l’objectif de l’enquête entamée par le Pentagone et plusieurs membres du Congrès proches du dossier, y compris Mac Thornberry, président de la commission des forces armées de la Chambre des représentants des Etats-Unis (républicain du Texas). Les législateurs ont, on s’en doute, un grand nombre de questions à poser au général Steven Grove et à son adjoint Gregory Ryckman à ce sujet.

Le NYT n’exclut pas que cette dissimulation aura pu donner une idée fausse au président Obama concernant l’efficacité des frappes de l’aviation américaine sur les positions de Daech en Irak et en Syrie. Le 15 janvier dernier Barack Obama a déclaré, dans un entretien à la chaîne de télévision ABC, que l’extension de l’influence de l’Etat islamique avait été stoppée et que ses combattants ne pouvaient plus occuper ni retenir de nouveaux territoires.