Articles Tagués ‘RIA Novosti’

22:50 28/01/2015
STRASBOURG, 28 janvier – RIA Novosti

La Russie ne participera pas aux réunions de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) jusqu’à la fin de 2015, a annoncé mercredi le chef de la délégation Alexeï Pouchkov suite à la suspension du droit de vote de Moscou.

« Nous serons absents à l’APCE jusqu’à la fin de l’année », a indiqué M.Pouchkov.

L’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE) a privé mercredi la délégation russe du droit de vote et de participation aux organes dirigeants de l’APCE jusqu’à avril prochain.

http://fr.ria.ru/world/20150128/203519413.html

000000000000000000000000000

Publicités
Russie: Medvedev appelle à la consolidation face à la crise

MOSCOU, 28 janvier – RIA Novosti/La Voix de la Russie Le premier ministre russe Dimitri Medvedev a appelé mercredi à la consolidation face à la crise indépendamment des préférences politiques.

« Face à la crise, la consolidation est indispensable. On doit même écarter ses préférences politiques. Il est clair que chaque force politique a ses préférences politiques, et Russie Unie répond de tout le pays, car nous nous trouvons au pouvoir. Quoi qu’il en soit, la consolidation est à présent extrêmement nécessaire », a déclaré le chef du gouvernement lors d’une rencontre avec les responsables du parti Russie Unie.

RIA Novosti

L’agence Fitch dégrade la note de la Russie

L'agence Fitch dégrade la note de la Russie

MOSCOU, 10 janvier – RIA Novosti/La Voix de la Russie L’agence internationale de notation financière Fitch a abaissé la note de crédit de la Russie de BBB à BBB- avec perspective négative, rapporte l’agence Bloomberg.

Selon Fitch, le taux d’inflation en Russie atteindrait 8,5% et le déficit budgétaire représenterait 3,7% du PIB d’ici la fin de 2015.

En mars 2014, Fitch a fait passer de « stable » à « négative » la perspective de la note souveraine de la Russie sur fond de sanctions occidentales contre Moscou.

RIA Novosti
Lire la suite:
http://french.ruvr.ru/news/2015_01_10/Lagence-Fitch-degrade-la-note-de-la-Russie-1898/

————————–

RIA Novosti

Actualités

Police près de la rédaction de l'hebdomadaire français Charlie Hebdo (Archives)

Charlie Hebdo: Al-Qaïda impliquée dans l’attaque

14:45   10/01/2015   MOSCOU, 10 janvier – RIA Novosti

Le réseau terroriste Al-Qaïda a dirigé la préparation de l’attaque contre la rédaction de l’hebdomadaire français Charlie Hebdo, a déclaré un membre de la cellule yéménite d’Al-Qaïda cité par l’agence Associated Press.

—————————————–

 

0000000000000000000000000000000000000000000

Khodorkovsky spent 10 years in prison for fraud and tax evasion until he was pardoned in December 2013.

© RIA Novosti. Ramil Sitdikov
Columnists

20:48 17.10.2014(updated 16:51 05.11.2014)
Alexander Mercouris
73820

There is a certain type of Russian liberal who holds to particular beliefs with the same stubborn commitment as followers of a religious sect do. For these liberals, three of such beliefs are paramount and to question them is heresy.

LONDON, October 17 (RIA Novosti) — There is a certain type of Russian liberal who holds to particular beliefs with the same stubborn commitment as followers of a religious sect do. For these liberals, three of such beliefs are paramount and to question them is heresy. The liberal catechism is as follows:”:

1. Vladimir Putin is Lucifer’s Viceroy on Earth. Everything he does is evil. Everyone who opposes him, almost by definition, is therefore good.

2. The United States is God. Its actions are wise and good especially when targeting Putin, the embodiment of evil.

3. Mikhail Khodorkovsky is God’s representative in Russia and is a saintly figure, martyred for his beliefs.

Of these three it is the third that is the strangest.

Khodorkovsky is an unlikely hero. Through a series of ruthless manipulations he managed to capture control of a large part of the Russian oil industry becoming Russia’s richest man.  His methods included setting up an intricate web of companies through which, according to the Russian courts, he defrauded his investors and minority shareholders and by which, according to both the Russian courts and the European Court of Human Rights, he systematically cheated the Russian state of billions in unpaid taxes. There have been darker rumours as well – of methodical bribery and intimidation of officials and parliamentary deputies and even of contract killings, though since these have never been proved in court, it is perhaps better to avoid placing weight on them.  After all, what has already been proved is bad enough.

That Russian liberals ever rallied to the cause of this man is in itself a sign of their blindness to reality. That they have persisted in doing this, whilst the European Court of Human Rights has opposed him is testimony both to the fanaticism of their beliefs and to the extent of their blindness.
Given the extent to which liberal belief in Khodorkovsky stands reality on its head, it was however inevitable following his release at the end of last year that his actions would test this belief system to the breaking point.

Khodorkovsky first dismayed his liberal followers by saying that he did not intend to engage in politics.  However, he then appeared to contradict himself when in March he turned up at Kiev’s Maidan Square and made a vitriolic speech supporting the seizure of power that had just happened there.

Russian liberals seem to contend that the Euromaidan movement was therefore good, despite what the facts might say, just like they contended that Mikheil Saakashvili, the pathologically Russophobic former President of Georgia who launched the US-backed 2008 South Ossetia war, was also good for the same reason.

In March and September Russian liberals marched through Moscow waving Ukrainian flags and chanting their support for the present Ukrainian regime.  Of course for such people it is Putin, not the Maidan movement, who must be blamed for Ukraine’s problems despite what the facts might say; after all, the United States says he is.

Having pleased his Russian liberal followers by supporting the Maidan movement, Khodorkovksy then pleased them further by announcing that he was going to involve himself in Russian politics after all.

The subsequent horror for these same Russian liberals when Khodorkovsky, in a series of tweets, that first avoided giving a straight answer and then categorically confirmed that he would not hand over Crimea to Ukraine, is easy to imagine.  God’s representative in Russia, the martyred Khodorkovsky, is contradicting God, i.e., the United States, and appears to be siding with Putin and evil against Maidan and good.

Khodorkovsky’s refusal to return Crimea makes perfect sense. Crimea is a historic Russian land that only found itself part of an independent Ukraine as a result of an accident. Its people overwhelmingly consider themselves Russians and overwhelmingly want to be in Russia. The vast majority of Russians agree and support Crimea’s reunification with Russia.  No political figure, not even Khodorkovsky, who wants Russia to be taken seriously, can argue otherwise.

If one thing has however become abundantly clear, it is that Russian liberals simply do not think in a serious political way. In order to remain firm in their beliefs, however factually wrong or even absurd they may be, and however much this distances them from the Russian people, is always more important.  More important still, is retaining the favour of the United States, whose good opinion is of immeasurably greater value to them than is that of their own people, whom they hold in contempt.

What this bizarre episode therefore shows is the difficulty even Khodorkovsky will have if he tries to reach out beyond his liberal core supporters by challenging their beliefs. Since Khodorkovsky’s actual chances of attracting widespread support are in fact non-existent, the probability is that he will fall back onto his liberal supporters and that this “lapse” will be forgotten. That Russian liberals cannot accept reality even as it stares at them in the face, even when someone like Khodorkovsky tries to point this out to them, shows why they are doomed to remain a politically isolated, marginal force.

This episode also teaches an important lesson for the United States and for the West. If even someone like Khodorkovsky realizes that the handover of Crimea to Ukraine is an impossibility, then it is never going to happen. That is the simple truth, and the sooner the United States, the West and Kiev accept it, the better.

Alexander Mercouris is a London-based lawyer. The views expressed in this article are the author’s and may not necessarily represent those of RIA Novosti.

source:http://sputniknews.com/columnists/20141017/194223592.html

—————————–

00 Vitaly Podvitsky. A Crimean Salute. 2014http://02varvara.wordpress.com/2014/12/13/khodorkovsky-contradicts-usa-when-commenting-on-crimeas-reunion-with-russia/

 

0000000000000000000000000000000000

 

François Hollande, président de la France

MOSCOU, 6 décembre – RIA Novosti

L’Occident et la Russie doivent éviter d’être séparés par de nouveaux murs, a déclaré samedi le président français François Hollande lors d’une rencontre de dernière minute avec son homologue russe Vladimir Poutine à Moscou.

« J’ai écouté le discours que vous avez prononcé il y a quelques heures et je pense que nous devons éviter qu’il y ait d’autres murs que viennent nous séparer. A un moment, il faut être capable de dépasser les obstacles et de trouver des solutions », a indiqué M.Hollande, en escale surprise dans la capitale russe à l’issue d’une visite de 48 heures au Kazakhstan.

Les deux chefs d’Etat ont ensuite poursuivi leur entretien à huis clos. Selon l’Elysée, la discussion a été consacrée à la crise en Ukraine.

La rencontre précédente en tête-à-tête entre MM.Poutine et Hollande remonte au 15 novembre, en marge du sommet du G20 de Brisbane (Australie).

http://fr.ria.ru/world/20141206/203167917.html

00000000000000000000000000000000000

Vladimir Poutine

18:02 30/11/2014
MOSCOU, 30 novembre – RIA Novosti

Le président russe Vladimir Poutine a nommé les organes compétents russes qui devront lutter contre le terrorisme conjointement avec ceux des pays membres de la CEI, annonce dimanche le site de l’information juridique de la Russie.

« Les organes compétents russes (…) luttant contre le terrorisme (…) sont le Service fédéral de sécurité (FSB), le ministère de l’Intérieur et le Service de renseignement extérieur (SVR) », lit-on dans le décret signé par le chef de l’Etat russe.

Ces services lutteront contre le terrorisme conjointement avec les organes compétents des pays membres de la Communauté des Etats Indépendants, selon le décret.

Sur le même sujet

source:http://fr.ria.ru/world/20141130/203113164.html

000000000000000000000000000000000000000

15:00 30/11/2014
MOSCOU, 30 novembre – RIA Novosti

Près de 1.500 personnes prennent part à une manifestation de personnel médical qui se déroule actuellement  à Moscou, a annoncé dimanche à RIA Novosti un porte-parole de la police moscovite.

« Près de 1.500 personnes prennent part à la marche qui se déroule actuellement entre la place Samotetchnaïa et l’avenue Olympique », a indiqué l’interlocuteur de l’agence.

Les organisateurs de la manifestation se prononcent contre les bas salaires des médecins de Moscou ainsi que contre une réforme de la Santé qu’ils qualifient d’irréfléchie, appelant les autorités à organiser une discussion publique sur les problèmes accumulés dans ce domaine.

En octobre, les médias ont publié des informations sur la prochaine réforme de la Santé à Moscou qui prévoit la fermeture de certains hôpitaux et Maternités au profit de grands centres hospitaliers. Les autorités de Moscou devraient proposer  aux médecins de spécialités rares, qui sont beaucoup trop nombreux dans la capitale, de se recycler pour des spécialités beaucoup plus en demande. Le recyclage se fera aux dépens de la mairie de Moscou.

Les organisateurs de la manifestation estiment que le nombre des participants pourrait atteindre le chiffre de 6.000 personnes vers la fin de l’action.

source: http://fr.ria.ru/politique/20141130/203112394.html

00000000000000000000000000000000000000

La Poutinophobie

Par La Voix de la Russie | Le sommet à Brisbane en Australie nous a fait assister à des manifestations graves de Poutinophobie, maladie de type névrotique qui semble frapper en priorité les pays anglo-saxons : Etats-Unis, Canada, Australie ou Royaume Uni.

Quelles sont les causes de cette haine du président russe qui fait oublier le règles de la plus élémentaire courtoisie et qui conduit à un désordre international croissant ?

La cause immédiate est que l’oligarchie américaine, intoxiquée par les idées du géopolitologue impérialiste Zbigniew Brzesinski, n’admet pas que la Russie s’oppose aux Etats-Unis et puisse être d’un avis différent : on ne pardonne pas à Washington l’opposition de Vladimir Poutine à une guerre contre le président syrien, qui serait aussi dévastatrice que celle menée en Irak.

Brzezinski qui semble inspirer la politique étrangère américaine affirme que l’Amérique est la nouvelle Rome qui doit dominer l’univers pour le civiliser. S’il s’agit de civiliser les autres peuples comme les USA le firent dans le passé avec les Amérindiens et les esclaves noirs, c’est vrai que cela parait inquiétant. Pour dominer le monde, les Etats-Unis doivent dominer l’Eurasie, écrit cet idéologue car l’Eurasie dans son entier, avec l’Europe, la Russie, l’Inde, la Chine et le Japon est une puissance virtuelle formidable. Il faut donc faire de l’Europe occidentale des Etats satellites, isoler la Russie et si possible la démembrer, créer un conflit entre la Russie et l’Ukraine, maintenir la tutelle sur le Japon, et surveiller l’Inde et la Chine. Mais il faut des priorités dans un tel programme si vaste : la priorité est de désigner la Russie comme un ennemi. Au contraire, le président russe n’a jamais désigné les USA comme ennemi mais l’islamisme radical. Or à Washington, on est toujours ambigu sur ce sujet : certes, on veut combattre le terrorisme mais on pense que l’islamisme peut être un allié à l’occasion.

La deuxième cause d’hostilité à l’égard du président Poutine est qu’il a restauré la puissance de la Russie, qui risque de concurrencer l’Amérique. Pire, il donne le mauvais exemple à d’autres puissances comme la Chine, l’Inde ou le Brésil. La Russie est la seule puissance nucléaire susceptible de concurrencer l’Amérique. Il faut donc faire croire à l’agressivité russe alors que des sondages montrent au niveau international que ce sont les Etats Unis qui sont ressentis comme la première menace contre la paix. (Source : sondage Gallup international dans 65 pays du monde.)

Les gouvernements qui cèdent à la rhétorique anti-poutine pour plaire à Washington enragent de voir le calme du président russe qui ne cesse de proposer des solutions pour réduire les tensions dans le monde. Ils espèrent qu’en agressant le président russe, celui-ci tombera dans le piège de devenir agressif et on pourra l’accuser selon l’adage bien connu : « cet animal est très méchant ! Quand on l’attaque, il se défend ! »

La troisième cause d’hostilité est l’inquiétude de certains politiciens motivés par une idéologie anti-chrétienne mortifère de voir la Russie défendre les traditions de la vieille civilisation occidentale qui a fait ses preuves depuis la Grèce classique et l’apparition du christianisme. On a peur là aussi de la contagion de l’exemple lorsque la Russie réhabilite le patriotisme, les valeurs des religions traditionnelles, les racines familiales, et un idéalisme humaniste. Toute une idéologie dite moderne, surtout depuis les années soixante-huit, a remplacé Dieu par l’égo, le sens de l’honneur par la vénalité, le vieil humanisme culturel classique par le culte égalitaire des masses et les racines par une idolâtrie sans mesure de la technique et du calcul économique le plus froid.

La Russie nouvelle, après l’expérience du totalitarisme, s’est engagée sur la voie du respect des traditions comme socle des progrès futurs.

La libération des instincts justifiés par la raison (de bonnes raisons pour défendre de mauvais instincts) qui sert d’idéologie à des personnalités comme Hillary Clinton (source : son livre Le temps des décisions) est un dogme qui doit s’imposer par la force au niveau international.

Au contraire, la civilisation a toujours recherché à associer l’intelligence au cœur pour discipliner le dragon des instincts brutaux : c’est le sens de l’icône qui représente saint Georges terrassant le dragon. Les partisans du dragon libre sont aveugles à la montée du crime en Occident (le nombre des crimes a quadruplé en France depuis 1970. Le nombre de personnes en prison aux USA est passé de 500 000 en 1980 à 2,4 millions en 2010). C’est l’effet d’un effondrement de la morale qui menace l’avenir des pays occidentaux. Le président Poutine incarne pour ces idéologues le danger suprême car il défend les valeurs traditionnelles qui sont celles de toutes les civilisations.

D’où la haine « reptilienne » à l’égard d’un homme qui cultive la sagesse et associe le cœur et la raison pour fonder une politique humaniste à une époque menacée par de nouvelles barbaries, terroristes ou matérialistes.

Mais toute médaille à un revers. De plus en plus de personnes comprennent que cette Poutinophobie est irrationnelle et dangereuse, notamment en Europe, mais aussi en Asie ou en Amérique latine par exemple. La Poutinophobie qui semble animer certains dirigeants notamment anglo-saxons n’a sans doute guère d’avenir. L’histoire montre que les politiques fondées sur la haine de l‘autre et de ses différences ne sont pas durables. Ainsi, la Poutinophobie et la Russophobie qui l’accompagnent montrent au monde entier leur caractère irrationnel et brutal à une époque où le monde a besoin plus que jamais de sagesse et de maitrise de soi.

La Poutinophobie, la Russophobie qui l’accompagne, ne peuvent être un projet politique. C’est une éruption provisoire qui ne peut qu’être rejetée par les peuples et doit tomber un jour dans la poubelle de l’histoire. Espérons qu’entre-temps, cette maladie ne causera pas de désordres trop graves à l’ordre mondial et aux valeurs de justice, de paix et de liberté !

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur.
source: http://french.ruvr.ru/2014_11_19/La-Poutinophobie-8888/

000000000000000000000000000000000000000

INDO Defence 2014: la Russie représentée par 14 sociétés à Jakarta

MOSCOU, 31 octobre – RIA Novosti/La Voix de la Russie

Quatorze sociétés représenteront la Russie au salon international d’armement INDO Defence 2014 qui se tiendra du 5 au 8 novembre à Jakarta, a annoncé vendredi le Service fédéral russe pour la coopération militaire et technique (FSVTS).

« 14 sociétés russes (…) dont l’Agence russe d’exportation d’armements (Rosoboronexport), le groupe de recherche et de production Uralvagonzavod de Nijni Taguil, le consortium Almaz-Anteï, l’avionneur Sukhoi, le bureau d’études KBP de Toula, Groupe unifié de constructions navales russe (OSK) présenteront des produits à vocation militaire (525 pièces exposées dont 32 échantillons) sur une superficie de 800 m² », a indiqué le Service.

Le directeur adjoint de FSVTS, Vladimir Drojjov, conduira la délégation russe à Jakarta. Le holding russe de hautes technologies Rostec dirige le stand russe au salon INDO Défense 2014.

Organisé tous les deux ans, INDO Defence Expo&Forum est l’un des salons d’armement les plus importants de la région Asie-Pacifique. La 6e édition du salon présente plus de 600 sociétés d’une cinquantaine de pays. Près de 15.000 délégués participent aux manifestations d’INDO Defence 2014.

RIA Novosti

000000000000000000000000000