Archives de la catégorie ‘Chine’

chineAu-delà de l’élite politique, la Chine représentait en général pour le cabinet panaméen Mossack Fonseca un gisement majeur de clients fortunés.

Source AFP

Publié le 05/04/2016

Silence des autorités, critique de « forces occidentales » hostiles et censure tous azimuts : ce mardi, Pékin essayait d’étouffer les révélations de l’enquête Panama Papers, visant des dirigeants du régime communiste chinois. Et Pékin gardait le silence alors même que le cabinet d’avocats panaméen au coeur du scandale compte plus de bureaux en Chine que dans n’importe quel autre pays. La révélation, par une centaine de médias dont Le Monde, de pratiques d’évasion fiscale par de nombreux dirigeants politiques et personnalités à travers le monde a provoqué des répercussions planétaires : séismes politiques, déclenchements d’enquêtes, démentis indignés en cascade. Mais pas en Chine.

lire: http://www.lepoint.fr/economie/panama-papers-la-chine-censure-les-revelations-05-04-2016-2030125_28.php

00000000000000000000000000000000000000

The Chinese regime has become the leading source of synthetic drugs and precursors

Behind the illicit flow of drugs into the United States and the violence waged in Latin America by criminal cartels, the Chinese regime is hard at work. For drug cartels and narcoterrorist groups, the Chinese regime has become the leading source of synthetic drugs and precursors for drugs like methamphetamine, and a leading source for the weapons used by those in the drug business.

Many of these drugs are wreaking havoc on the bodies and minds of users and their communities—with some causing long-term psychotic behavior, and others linked to overdose and death.

For example there are more than 150 publicly listed Chinese chemical companies selling the drug alpha-PVP, also known as “flakka,” according to New York Times. Flakka is replacing cocaine use in Florida, and has been the cause of at least 18 deaths and numerous bizarre arrests in the state.

As for methamphetamine, a 2012 national survey found there are an estimated 1.2 million users in the United States, according to the National Institute on Drug Abuse. Side effects of the drug include “significant anxiety” and violent behavior, and “psychotic symptoms can sometimes last for months or years.”

These drugs, and many others like them, have a critical feature in common: they, or the otherwise controlled chemicals used to make them, originate in China—and for years Chinese regulators have shown little interest in helping stem the flow.

“The Chinese role is that of a facilitator to Mexican and Latin American organized crime activities,” said Dr. Robert J. Bunker, adjunct research professor at the U.S. Army War College, in an email interview.

The Chinese Communist Party (CCP) has found its way into both legitimate and underworld markets in Latin America, according to Bunker. “Combine these with their linkages to pariah regimes in the region, such as Venezuela, and their interactions with Hezbollah and Iranian operatives,” Bunker said, “and we end up with a ‘Star War’s Bar’ type of scenario.”

In the famous bar scene from the 1977 film, the character Obi-Wan Kenobi says, “you will never find a more wretched hive of scum and villainy.”

It’s a situation, Bunker said, where the Chinese regime “via its sizeable number of corrupt officials—many with organized crime linkages—will basically sell anything, or provide any kind of service at this point to make a profit: weapons, precursor drugs, cloned goods, gambling, and money laundering.”
A ‘Drug Warfare’ Drug War

There is more to the drug war than meets the eye. “Recent Chinese doctrine articulates the use of a wide spectrum of warfare against its adversaries, including the United States,” according to an Oct. 13, 2014, report from U.S. Army Special Operations Command.

“Drug warfare” is one piece of this “wide spectrum of warfare,” the report states, noting that it ties to a broader Chinese military strategy meant to “destabilize an adversary.” It falls under the umbrella of “culture warfare,” which is an unconventional warfare strategy meant to decay the moral fabric of a rival nation, and thereby weaken it.

For communist regimes including the CCP, the use of drug warfare against their adversaries isn’t anything new. In his book, “Red Cocaine,” last updated in 1999, former CIA Deputy Director for Intelligence Joseph D. Douglass detailed the history of the strategy.

He writes communist regimes “have been using narcotics for several decades as a decisive weapon in the ongoing low-level warfare they are waging against Western civilization,” and adds, “During the five years to 1990, for instance, data and other source testimony were forthcoming linking almost every Communist country to drug trafficking.”

The strategy was exposed many times over by high-level officials defecting from the Soviet Union—including Czech defector Gen. Jan Sejna. Its use was also detailed in the Stalin-era “The Communist Manual of Instructions on Psychopolitical Warfare,” which can now be found in the public domain.

Drug warfare was used by the British during the Opium Wars against China in the 19th century, which led to China ceding control of Hong Kong to British rule in 1841, and later helped lead to the collapse of the Qing Dynasty in 1912.

For the CCP’s founder, Mao Tse-tung, opium was a weapon to be used in his efforts to gain control over China. Douglass writes that in 1928 Mao instructed one of his subordinates, Tan Chen-lin, to “begin cultivating opium on a grand scale.” This was a push both to gain needed supplies and to drug noncommunist states.

After the CCP established its control, Douglass wrote, “opium production was nationalized and trafficking of narcotics, targeted against non-Communist states, became a formal activity of the new Communist state.”

That “formal activity” never ended—despite being exposed by separate investigations in Japan and the United States in 1951.

But today, the drug warfare that in the past was done in a cloak and dagger fashion is now done openly.
Feeding the Epidemic

For drug cartels, China is the main source of precursor chemicals, including ephedrine and pseudoephedrine used to make the drug methamphetamine. It is also the main source of other synthetic drugs, many of which can be ordered online directly from Chinese laboratories. Most synthetic drugs are difficult to categorize—and to regulate—because Chinese labs change their chemical makeup to dodge U.S. laws.

The use and addiction to methamphetamine and other synthetic drugs is growing in the United States—since they’re often inexpensive, easy to get, and can mimic the effects of other drugs on the market. There are synthetic clones of just about every illegal drug on the market.

While the CCP has arrested some groups selling the drugs on their own soil, according to PBS, the drugs for exports are still “being manufactured in the open.”

A drug addict prepares a needle to inject himself with heroin in front of a church in the Skid Row area of Los Angeles on April 6, 2014. (AP Photo/Jae C. Hong)

A drug addict prepares a needle to inject himself with heroin in front of a church in the Skid Row area of Los Angeles on April 6, 2014. (AP Photo/Jae C. Hong)

The CCP’s policy on these chemicals has allowed illegal drugs to thrive abroad. Mexican cartels produce more than 90 percent of the methamphetamine used in the United States, and 80 percent of that same methamphetamine is produced using ingredients from China, according to the Drug Enforcement Administration.

“China has become the top supplier to Mexican traffickers due to loose regulations on its chemical manufacturing and export industry,” a Drug Enforcement Administration official told Stars and Stripes.

The traffickers produce methamphetamine using up to 30 chemical ingredients—many of which are produced under tight regulations in the United States and elsewhere—but in China, only one of those 30 chemicals is regulated, according to Stars and Stripes.

Mexico has tried cooperating with the Chinese regime to stem the flow of drug ingredients, but were told Mexico would have to deal with it themselves. Jorge Guajardo, Mexico’s former ambassador to China, told The New York Times “In all my time there, the Chinese never showed any willingness to cooperate on stemming the flow of precursors into Mexico.”

Brazilian political commentator and author of “The Latin America Axis of Evil and the New World Order” (O Eixo do Mal Latino-Americano e a Nova Ordem Mundial), Dr. Heitor De Paola, said in an email interview that the drugs are used for the purpose of drug warfare in Latin America, not just by the CCP, but by other communist groups as well.

On the government side, he said the practice is used by some national leaders who are part of the far-left Foro de São Paulo political conferences, as well as by narcoterror groups like FARC, and far-left “social movements” that double as guerrilla organizations.

The drugs are used, he said, “as a way of stimulating the drug addiction inside the target countries’ youth,” in order to accomplish political goals of the communist groups. Some of the groups, such as FARC, will also exchange the drugs for weapons.
The Origin of Illicit Firearms

The CCP’s support of Latin American drug traffickers, however, doesn’t end with just supplying the synthetic drugs and ingredients.

The main source of illegal firearms in Mexico is also China, “through the black market,” according to a report from Dr. R. Evan Ellis, an associate professor of national security studies in the Center for Hemispheric Defense Studies.

A problem with sourcing, Ellis stated, is that Chinese weapons are often smuggled into Mexico through the United States. His claim was backed by Luis Villegas Meléndez, a military commander in Mexico, who stated in 2008 that Chinese and Russian firearms were being smuggled across the U.S. border into Tamaulipas, Mexico.

Mexican marines escort five alleged drug traffickers of the Zetas drug cartel in front seized grenades, firearms, cocaine and military uniforms in Mexico City on June 9, 2011. (Yuri Cortez/AFP/Getty Images)

Mexican marines escort five alleged drug traffickers of the Zetas drug cartel in front seized grenades, firearms, cocaine and military uniforms in Mexico City on June 9, 2011. (Yuri Cortez/AFP/Getty Images)

“Chinese-manufactured grenades and other military items have been seized in Puebla and elsewhere in Mexico,” Ellis stated, yet added that it’s still unclear whether the drug cartels are buying the weapons from Chinese criminal groups, or directly from Chinese companies.

The Mexican drug cartels aren’t the only illicit recipients of the weapons either, according to a Nov. 5 report from the US-China Economic Security Review Commission.

The CCP supplies weapons directly and indirectly to groups that are “otherwise largely isolated for political reasons,” it states. Recipients of Chinese weapons range from the governments of Cuba and Venezuela, to FARC rebels in Colombia.

The proliferation of Chinese weapons in the region is a bit of a conundrum. The report states, “At the region-wide level, the degree to which Chinese state-owned arms suppliers such as Norinco take steps to ensure their weapons are not diverted to the black market is not clear.”

The CCP has fired back at accusations, claiming the sale of weapons to narcoterrorist organizations is “illegal under Chinese law,” but as the report notes, this claim is little more than hot air.

“Through means described by China’s government as legitimate,” the report states, Chinese-made arms have been found on their way to rebel groups in Colombia and South Sudan as recently as March.

Roger J. Chin, a doctoral student at Claremont Graduate University said criminal organizations are exploiting the nature of globalization, and that it is no longer just a local problem, but instead something global “with direct national security implications.”

Robert Bunker said the problems demonstrate the thinking behind Chinese business in the region. “If narcoterror in Latin America should be promoted as an outcome of such Chinese policies,” he said, “their response is ‘So be it.’”

http://www.theepochtimes.com/n3/1915904-china-is-supplying-a-drug-war-against-the-united-states/

NARCOTICS: la Chine est devenue le premier fournisseur des trafiquants mexicains

00000000000000000000000000000000000000000

20:06 14.10.2015(mis à jour 20:21 14.10.2015)

L’afflux massif d’investisseurs chinois en France encourage les uns et effraie les autres. Qu’est-ce qui aura finalement le dernier mot? Le profit momentané ou l’orgueil national?

Ces dix dernières années, les rapports économiques et commerciaux franco-chinois ont un fort impact sur l’économie française, mais les investissements étrangers ne deviendront nocifs pour la France que lorsqu’il s’agit des secteurs stratégiques, a déclaré à Sputnik Charles-Henri Gallois, responsable national de l’UPR pour les questions économiques.

« L’investissement étranger n’est pas si nocif en soi, cela commence à le devenir quand il s’agit des secteurs stratégiques. On peut penser à des secteurs de l’énergie. Par exemple, Alstom qui a été racheté récemment par General Electric. C’est un secteur stratégique et c’est dangereux de laisser ce secteur à des puissances étrangères. Quand il s’agit de l’énergie, quand il s’agit de l’armement ou du patrimoine et on va finalement de la sûreté même de l’Etat, cela commence à devenir problématique », a indiqué M.Gallois.

En France, les investissements chinois se sont dirigés en 2014 vers l’industrie et les infrastructures aéroportuaires et hôtelières. Ils restent en valeurs absolues moins importants que les investissements français en Chine mais le rééquilibrage a commencé, avec un décollage de l’investissement chinois vers l’Europe: +200% en 2015, selon des experts.

L’Empire du Milieu ne cesse, en effet, de racheter des entreprises françaises, allant des aéroports (comme celui de Toulouse-Blagnac, décidée en décembre 2014 et réalisée en avril 2015) jusqu’aux clubs de football (en juillet dernier, Sochaux-Montbéliard est devenu le premier club européen à passer totalement sous contrôle chinois).

« Le gros problème c’est qu’effectivement il y a des cas médiatisés. Je pense notamment à Fram qui est en passe d’être acheté, je pense également à l’aéroport de Toulouse dont les Chinois ont pris des parts plus que significatives. Si vous voulez, c’est plus le secteur qui va faire +scandale+, puisqu’effectivement les aéroports c’est une partie de notre infrastructure, c’est notre dimension stratégique pour la France et là forcément cela devient problématique », a ajouté M.Gallois.

Même PSA Peugeot Citroën n’est plus une entreprise familiale: avec l’arrivée de l’Etat français et du groupe chinois Dongfeng au capital, la famille fondatrice a perdu le contrôle qu’elle exerçait depuis plus de 200 ans.

Parmi les contrats chinois les plus connus on trouve le rachat, en 2003, par le chinois TCL, fabricant de matériel électronique, de la branche téléviseurs de Thomson, ce qui l’a porté au rang de premier fabricant de téléviseurs au monde.

Croissance des investissements chinois en Europe
Croissance des investissements chinois en Europe

Selon M.Gallois, l’UPR dénonce depuis longtemps les traités européens qui empêchent à l’Etat français « d’interdire des rachats, par exemple d’entreprises françaises du patrimoine ou autres sans exception » sous le prétexte que cela entrave le mouvement des capitaux au sein de l’UE et vis-à-vis des pays tiers, et notamment de la Chine.Au final, pourrait-on voir les joyaux du patrimoine français passer sous pavillon rouge? Fait fâcheux: aujourd’hui, un château sur deux (ou presque), en Bourgogne notamment, est vendu aux Chinois. Une centaine de châteaux de Bordeaux sont sous contrôle chinois. Ce qui n’est pas étonnant, étant donné que l’Empire céleste est la première destination des vins de Bordeaux en volume et que les investissements chinois y progressent ces dernières années d’une manière exponentielle. Ainsi, l’homme d’affaires chinois Jinshan Zhang a acheté en 2012 le château du Grand Mouëys à Capian à l’est de Cadillac, dans l’Entre-deux-Mers. Et ce, avec l’ambition d’en faire un grand vin mais aussi un hôtel de luxe avec salles de séminaire pour le tourisme d’affaire chinois, plus un restaurant avec cuisine française et chinoise…

« Ils investissent beaucoup dans tout ce qui est agroalimentaire, ou même le domaine du vin, par exemple. Les Chinois ont racheté de nombreux châteaux. Mais après il y a également le tourisme (…). Ils investissent beaucoup en Bourgogne, ils investissent massivement dans le vin bordelais (…). Je pense que médiatiquement on en parle plus, même si l’affaire Alstom a fait beaucoup de vagues, comme ce sont des secteurs qui touchent à l’image de la France (…). Il y a vraiment ce côté symbolique qui fait que ça touche plus les Français quand on achète le château Gevrey-Chambertin qu’une entreprise entitaire de l’économie que peuvent acheter d’autres investisseurs », estime le responsable de l’UPR.

L’énergique Manuel Valls s’applique à attirer les investisseurs chinois en France. « La France est un pays qui vous attend », a déclaré le Premier ministre lors de sa visite en Chine en janvier 2015. Les Français, eux, ne semblent pas unanimes face à l’arrivée massive des Chinois.

Selon M.Gallois, les investissements chinois dans l’agroalimentaire et les secteurs marchands sont plutôt une bonne chose pour la France. L’arrivée de nouveaux investisseurs permet la création ou la sauvegarde d’emplois, ce qui n’est pas sans importance en temps de crise.

Qui plus est, la part des investisseurs chinois sur le marché français est largement inférieure à celle des Américains. « Si on prend les investissements en France, on dit que la Chine c’est important, mais les Etats-Unis c’est plus de 20%. On parle beaucoup de la Chine, mais finalement c’est plus les Etats-Unis qui rachètent la France et l’économie française que les Chinois à l’heure actuelle », a-t-il rappelé.

Pour Pékin, la zone euro est un champ d’action attrayant car, en phase de sortie de crise, elle offre un rendement sur investissement plus rapide.

Les investissements directs de la Chine à l’étranger ont bondi de 20,8% à 63,5 milliards de dollars durant les sept premiers mois de 2015, a récemment indiqué un responsable du ministère chinois du Commerce. 2,4 milliards d’euros sont destinés à l’Europe centrale et de l’Est… et ce n’est qu’une partie de l’enveloppe accordée par Pékin aux pays d’Europe.La Chine est devenue, dès 2012, le troisième plus grand investisseur du monde, après les Etats-Unis et le Japon. Et son développement est jugé prometteur, ce qui présente des défis considérables pour les hommes politiques comme pour les entreprises.

00000000000000000000000000000000000000000000
Par Philippe Plassart

Publié le

La bulle et le prisonnier

Attention aux illusions d’optique : ce n’est pas une bulle chinoise qui vient d’éclater, c’est une bulle globale qui menace, dont nous sommes prisonniers. Ne confondons pas le facteur chinois avec la mauvaise nouvelle qu’il livre

bulle chinoise

La crise du mois d’août a donc eu lieu, avec cette fois pour épicentre Shanghai. Mais plutôt que d’une crise, mieux vaut parler d’un changement radical de perspectives. Et d’une prise de conscience soudaine, impulsée par le facteur chinois, d’un changement d’environnement. Comme lorsqu’après avoir passé un tournant, le conducteur d’une automobile découvre un nouvel horizon devant lui. Or ce qui a fondamentalement changé, c’est la perception des risques mondiaux, qu’il s’agisse des marchés, de la croissance, du commerce mondial, les matières premières ou de la gouvernance planétaire

Toujours se méfier du mois d’août. Les marchés se sont fait une belle frayeur au cours de l’été. L’épicentre de la crise a été la bourse de Shanghai, qui a perdu près de 20 % en deux séances consécutives au cœur de l’été. Pas vraiment une surprise : c’est le sort de toutes les bulles d’éclater un jour, celle formée dans le plus grand casino du monde – 150 % de hausse les douze mois précédents – ne pouvait pas échapper à la règle.

Ce qui a frappé le plus ? Le fait que le marché chinois ait entraîné dans sa chute pendant trois jours au moins les places financières des pays avancés. Accréditant l’idée d’une crise générale. En réalité, plutôt que d’une crise, mieux vaut parler d’un changement radical de perspectives. Et d’une prise de conscience soudaine, impulsée par le facteur chinois, d’un changement d’environnement. Comme lorsqu’après avoir passé un tournant, le conducteur d’une automobile découvre un nouvel horizon devant lui. Or ce qui a fondamentalement changé lors de ces jours de panique, c’est une nouvelle perception des risques mondiaux – qu’il s’agisse des marchés, de la croissance, du commerce mondial, des matières premières ou de la gouvernance planétaire.

Lire sur: http://www.lenouveleconomiste.fr/la-bulle-et-le-prisonnier-27862/

000000000000000000000000000000000000000

 

 

 

000000000000000000

Le Blog de Philippe Waechter

La Chine a eu un rôle majeur dans l’ensemble des fluctuations observées sur les marchés boursiers depuis quelques jours. Cependant il faut être discriminant dans l’analyse. Ce n’est pas l’économie chinoise qui d’un seul coup s’effondre mais le marché boursier de Shanghai qui s’ajuste brutalement à la baisse.
Il faut bien distinguer les deux phénomènes et avoir à l’esprit que les fluctuations boursières sont toujours excessives par rapport aux mouvements économiques. Paul Samuelson, probablement l’économiste le plus influent de l’après-guerre, indiquait que les marchés boursiers avait prévu 9 des 5 dernières récessions.

View original post 1 170 mots de plus

Le Blog de Philippe Waechter

Juste un graphe sur la décomposition de la croissance en Chine.

  Quatre remarques

  • La contribution du secteur manufacturier est médiocre. Ce n’est plus le fer de lance de la croissance chinoise contrairement à ce qui était observé avant 2011.
  • L’immobilier a un poids réduit. Il n’a plus non plus le même apport que par le passé.
  • Les services sont désormais le support majeur de la croissance. Cela reflète le changement du modèle de croissance.
  • La finance a une contribution en forte hausse mais cela traduit principalement la bulle constatée sur le marché des actions. Ne doutons pas, qu’après l’intervention énergique des autorités chinoises pour réguler ce marché, la contribution de la finance chutera de façon spectaculaire.

La croissance chinoise a été portée récemment par l’explosion de son secteur financier.  La mise en bon ordre de ce marché après l’éclatement de la bulle va se traduire par une contribution beaucoup…

View original post 57 mots de plus

Le Blog de Philippe Waechter

La croissance du PIB chinois est ressortie à 7% sur un an au premier trimestre mais sur le seul premier trimestre la progression n’est que de 5.3% en taux annualisé. C’est la plus mauvaise performance depuis que les chiffres trimestriels sont publiés (T4 2010). A la fin de l’année 2014, les chiffres étaient de 7.3% et de 6.1% respectivement.
Chine-2015-T1-PIBLa raison principale de ce ralentissement traduit les contraintes résultant du formidable processus de croissance de ces dernières années. Un endettement fort des régions et des entreprises publiques, des surcapacités, une bulle immobilière spectaculaire et un système bancaire pas franchement contrôlé (shadow banking). La demande interne est pénalisée car ces facteurs nécessitent des ajustements importants et longs.
Comme dans le même temps, le reste du monde ne croit pas à un rythme élevé, les exportations progressent lentement et ne sont pas non plus une source d’amélioration rapide de…

View original post 146 mots de plus