Archives de la catégorie ‘Lybie’

Afficher l'image d'origineLa Guardia Civil espagnole a annoncé aujourd’hui avoir secouru 523 migrants africains en Méditerranée, au large des côtes libyennes, avec les garde-côtes italiens. « Le bateau Rio Segura, du service maritime de la Guardia Civil et qui a participé à l’opération Triton en 2015, a sauvé 523 immigrés qui se trouvaient dans différents bateaux dans une zone à environ 25 milles de Tripoli « , selon un communiqué.

« En même temps, un autre navire des garde-côtes italiens, Nave Corsi, qui participe à la même opération, a demandé le transfert vers le navire de la Guardia Civil de 198 personnes supplémentaires qui avaient été secourues ». Les personnes secourues sont 376 hommes, 125 femmes et 22 enfants, a détaillé la police espagnole, précisant que « certains d’entre eux ont des blessures et la gale, et sont soignés par l’infirmier de bord ».

« Parmi les personnes sauvées par les deux bateaux il y a des ressortissants du Nigeria, de Gambie, du Sénégal, de Libye, de Côte d’Ivoire, de Guinée-Bissau et de Guinée Equatoriale« .

Source : http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/10/10/97001-20151010FILWWW00056-523-migrants-secourus-au-large-de-la-libye.php

oooooooooooooooooooooooooooooooooo

Publié par wikistrike.com sur 20 Avril 2015, 07:50am

L’Etat Islamique planifie l’invasion de l’Europe depuis la Libye

Des plans de l’Etat Islamique (EI) pour conquérir l’Europe via la Libye ont été révélés par un groupe anti-terroriste britannique, Quilliam. En raison de son emplacement continental idéal, les combattants de l’EI souhaitent utiliser ce pays comme passerelle pour faire transiter des combattants d’Afrique du Nord par la Méditerranée.

Selon les informations de Quilliam, la stratégie de l’Etat Islamique est de transporter illégalement des combattants par la Méditerranée, de Libye vers les différents ports d’Europe du Sud, comme Lampedusa en Italie (qui se situe à moins de 500 kilomètres de distance des côtes libyennes) et ainsi débuter la guerresur l’ensemble du sud de l’Europe.

Le document est rédigé par un membre important de l’Etat Islamique d’Irak et du Levant, connu sous le pseudonyme d’Abu Ibrahim al-Libim. Il est considéré comme un recruteur influent sur Internet. Les analystes le considèrent comme un propagandiste influent et très suivi.

« Twitter a fermé à plusieurs reprises les comptes de Libim et à chaque fois qu’il crée un nouveau compte, il reçoit des milliers d’adeptes très rapidement, typique d’une importante influence » a déclaré Charlie Winter, chercheur à la Fondation Quilliam.

Les plans de Libim se composent d’une première phase, qui repose sur l’utilisation d’immigrants illégaux pour débarquer en Europe du Sud, puis d’une seconde phase, avec des attaques tous azimuts sur l’Europe méridionale, avec pour objectif de semer la violence et le chaos.

Les membres de l’EI espèrent réunir en Libye toute une armée de combattants originaires de Syrie et d’Irak pour envahir l’Europe.

« Nous allons conquérir Rome, par la permission d’Allah, » affirme le groupe dans une vidéo publiée dimanche exposant la décapitation de 21 égyptiens coptes – vidéo qui a conduit l’Egypte à organiser une campagne de bombardements sur des positions de l’Etat Islamique en Libye. Dans la vidéo, la Libye est décrit comme ayant « un immense potentiel », notamment avec les tonnes d’armes, de munitions et de pétrole laissés sur place après l’éviction du colonel Mouammar Kadhafi en 2011.italy-embassy-libya-migrants.si

Les services de renseignements italiens ont pour leur part intercepté des conversations téléphoniques dans lesquelles l’État Islamique menace de faire venir en Europe 500.000 à 700.000 migrants embarqués sur des centaines d’embarcations afin de frapper « psychologiquement » l’Europe si celle-ci décidait de s’attaquer à la Libye. Dans le même temps, les partisans de l’État Islamique « se mélangeront » aux demandeurs d’asile qui traversent la Méditerranée, pour être ainsi accueillis en Europe.

Plus de 207 000 personnes ont tenté cette année de rejoindre l’Europe depuis la Méditerranée.

Sources : Quilliamfoundation / RT / The Telegraph / DailyMail / Le Journal du Siècle

00000000000000000000000000000000000000000000

Un tribunal libyen a condamné à mort Seif al-Islam Kadhafi, le fils le plus en vue du défunt dictateur, ainsi que huit proches de ce dernier.

Source AFP

Publié le 28/07/2015 à 12:08 – Modifié le 28/07/2015 à 13:42 | Le Point.fr
Seif al-Islam Kadhafi, souvent présenté comme le successeur potentiel de l'ex-dictateur, était absent à l'audience, car il n'est pas aux mains des autorités siégeant à Tripoli. Depuis son arrestation en novembre 2011, il est détenu à Zenten, au sud-ouest de Tripoli, par des milices opposées aux autorités de Tripoli. 
Seif al-Islam Kadhafi, souvent présenté comme le successeur potentiel de l’ex-dictateur, était absent à l’audience, car il n’est pas aux mains des autorités siégeant à Tripoli. Depuis son arrestation en novembre 2011, il est détenu à Zenten, au sud-ouest de Tripoli, par des milices opposées aux autorités de Tripoli. ©IMED LAMLOUM

ITRI : Institut Tunisien des Relations Internationales

art-sarko-mails-hillary-libya

Hillary Clinton, alors secrétaire d’État américaine, a été tenue informée de la situation en Libye en 2011 et 2012. Il en ressort que Nicolas Sarkozy a préparé et voulu cette guerre pour des raisons militaires et économiques, que la DGSE a activement participé sur le terrain à la création du gouvernement de transition et que BHL a joué les VRP de l’Élysée.

L’homme a finalement rejoint la fondation Clinton et, au moment de la révolution libyenne, il s’est associé avec quelques businessmen américains pour tenter de se tailler des marchés dans la Libye post-Kadhafi (nous avons déjà raconté cette histoire sur Mediapart). Sidney Blumenthal s’est donc mis à inonder son amie Hillary Clinton de mémos sur la situation en Libye à partir de février 2011, et il a continué jusqu’en décembre 2012.

001

Ces mails, qui ont récemment été divulgués par la commission d’enquête du Sénat américain sur l’attentat de Benghazi…

Voir l’article original 2 696 mots de plus

le monde à l'ENVERS

KADHAFI SARKOZY 2007 Visite de Mouammar Kadhafi en France en décembre 2007

L’ex-président du Conseil italien, Sylvio Berlusconi, a accordé un entretien a une agence de presse italienne pour évoquer la guerre en Libye au cours de laquelle Mouammar Kadhafi, l’ex-Guide libyen, fut assassiné par les forces de l’OTAN. Sous son Gouvernement, faut-il le préciser, l’Italie avait pris part à cette guerre en utilisant son aviation, sa marine et ses bases aériennes.

Voir l’article original 228 mots de plus

21.siISIS plans to invade Europe through Libya

ISIS’ plans to conquer Europe via Libya have been revealed in letters seen by an anti-terrorism group. Owing to its perfect location on the continental doorstep, the terrorists plan to ferry fighters from North Africa across the Mediterranean.

The plans, analyzed by anti-terrorism British think tank Quillum, outline a strategy to illegally ferry fighters across the sea from Libya into southern Europe, into ports such as Italy’s southernmost island of Lampedusa, less than 300 miles (483km) away.

Lire aussi: ITALIE: sous la menace des missiles Scud* de l’État islamique

the real Syrian Free Press

~

Libya caos created by NATO intervention

NATO’s 2011 intervention created the devastation and chaos in Libya that enabled the rise of Islamic State militants and the current crisis surrounding the killing of 21 Egyptian Christians, an American scholar told RT.

The current situation is “precisely the consequence of the kind of war NATO waged in Libya, destroying the infrastructure, collapsing the state, and allowing a bunch of different militia groups to be treated as heroes,” said Vijay Prashad, a professor at Trinity College in Connecticut, and the author of “Arab Spring, Libyan Winter.”

According to Prashad, the intervention “created the situation where today there are two governments. And in that chaos, of course, what breeds most effectively is this group that calls itself the Islamic State.”

oilforwest-620-2015

Militants proclaiming loyalty to the Islamic State (formerly ISIS) – a terror group laying claim to parts of Syria and Iraq – captured…

Voir l’article original 1 419 mots de plus

Des hommes armés ont pris d’assaut le gisement pétrolier de Mabrouk, situé à 170 km au sud de la ville de Syrte, dans la nuit de mardi à mercredi. Selon les médias, l’attaque aurait fait quatre morts.

Le groupe djihadiste Etat islamique serait à l’origine de l’attaque mardi contre le champ pétrolier libyen exploité par le groupe français Total, ont rapporté mercredi les médias se référant à une source diplomatique française.

Des hommes armés ont pris d’assaut le gisement pétrolier deMabrouk, situé à 170 km au sud de la ville deSyrte, dans la nuit de mardi à mercredi.Selon les médias, l’attaque aurait fait quatre morts. D’après la source, « il n’y avait aucun ressortissant français ou occidental ». Les employés occidentaux ont quitté le champ pétrolier en 2013 pour des raisons de sécurité.

Le gisement est géré conjointement par Total et la NOC, une compagnie étatique.

La Libye traverse une crise profonde depuis le renversement et l’assassinat de son dirigeant Mouammar Kadhafi en 2011. Un conflit violent oppose les forces modérées soutenues par l’armée aux partis islamistes radicaux appuyés par d’anciens rebelles.

00000000000000000000000000000000000000000000000000
isis-italia
L’État islamique menace de tirer des missiles Scud sur l’Italie à partir de la Libye et de débarquer sur le territoire italien

imageC’est une chose de se trouver dans un trou perdu en Syrie ou enIraq. C’en est une autre d’être sur les rives de la Méditerranée à quelques kilomètres seulement de l’Europe, de l’Italie. Ces dernières heures, lesdjihadistes de l’Isis ont pris le contrôle de plusieurs endroits sur les côtes Libyennes, cherchant à prendre le contrôle du pays tout entier. Et pas pour rien.Hier, il a été conseillé aux Italiens de quitter la Libye, et l’ambassade d’Italie à Tripoli a été fermée. Le pays est complètement hors contrôle, c’est une vraie poudrière. A quelques centaines de kilomètres de chez nous.

Ces fanatiques du califat on commencé à menacer notre pays. Il y a quelques heures, un de ces fanatiques expliquait sur les réseaux sociaux que notre pays se trouve à portée des missiles. « Tirons un scud » proposait-il à ses sbires.

La Libye est pleine à craquer d’armes et, quand le régime du colonel Kadhafi s’est écroulé, qui sait en quelles mains ces armes sont tombées.[…]

Les djihadistes ont déclaré : « Vous nous avez vu sur les collines Syriennes, mais maintenant nous sommes au sud de Rome. En Libye ».

Traduisez : « Nous arrivons ».

Ce message a été divulgué en même temps que la vidéo, tournée en Libye, face à la mer, montrant la décapitation de 21 coptes égyptiens.

Source : http://www.liberoquotidiano.it/news/italia/11756845/L-Isis-pianifica-lo-sbarco-.html traduction via les observateurs.ch

*Scud

Image illustrative de l'article Scud

Le terme Scud désigne une série de missiles balistiques à courte portée développée dans les années 1950 par l’Union soviétique. Le terme provient de la désignation OTAN (SS-1b Scud-A) du missile soviétique R-11 et de ses déclinaisons postérieures les missiles R-17 et R-300 Elbrus, respectivement désignés à l’Ouest comme SS-1c Scud-B et SS-1d Scud-C. La première version du R-11 fut déployée en 1957 par l’Union soviétique.

plus: http://fr.wikipedia.org/wiki/Scud

00000000000000000000000000000000000

Un F-16 égyptien, en janvier 2011. Les avions de combat égyptiens ont bombardé lundi des positions de l'Etat islamique dans la région de Derna, en Libye.

Selon l’armée égyptienne, l’aviation libyenne a également participé aux attaques, …

Média l'émancipé

Le groupe jihadiste revendique dans une nouvelle vidéo, la décapitation de 21 Égyptiens chrétiens. L’Egypte réagit sans attendre à cet acte.

Voir l’article original 174 mots de plus

le monde à l'ENVERS

MAHAMADOU ISSOUFOU N

Quatre ans après l’invasion de la Libye et l’assassinat du colonel Mouammar Kadhafi, les dirigeants africains commencent à sortir de leur mutisme et n’hésitent pas à accuser les puissances occidentales qui ont pris part à cette opération décidée en dehors de toute légalité internationale.

Voir l’article original 357 mots de plus

Le Monde.fr avec AFP | 26.12.2014 à 21h45

De la fumée sort d'un réservoir pétrolier en feu dans le terminal d'Al-Sedra en Libye.

Trois réservoirs de pétrole étaient en feu vendredi 26 décembre dans le terminal d’Al-Sedra, l’un des plus importants de Libye, après des combats ayant opposé la veille les forces gouvernementales aux miliciens islamistes. Le Croissant pétrolier – qui comprend les terminaux d’Al-Sedra, de Ras Lanouf et de Brega, les plus importants de Libye –  est le théâtre depuis plusieurs jours d’affrontements.

Un premier réservoir avait pris feu jeudi après avoir été touché par une roquette tirée par des miliciens depuis une vedette utilisée lors de leur attaque sur des terminaux pétroliers de l’Est libyen. Si un calme précaire régnait vendredi sur la région, le feu a, lui, continué de se propager « à deux autres réservoirs », selon un porte-parole des gardes protégeant ces sites pétroliers. D’après un témoin, les flammes et d’épaisses colonnes de fumée enveloppaient entièrement les secteurs d’Al-Sedra et Ras Lanouf, le feu menaçant les autres réservoirs et faisant en outre craindre une catastrophe écologique.

350 000 BARILS PAR JOUR CONTRE 800 000 IL Y A QUELQUES SEMAINES

Selon des experts, la production de brut dans le pays a baissé à près de 350 000 barils par jour (b/j) alors qu’elle atteignait 800 000 b/j avant le début des combats, le 13 décembre. La Libye est plongée dans le chaos depuis plusieurs mois, en raison d’un confit opposant notamment les forces représentant deux gouvernements en concurrence :

  • celui du premier ministre, Abdallah Al-Thinni,, reconnu par la communauté internationale, qui a été contraint de se replier dans l’est du pays ;
  • un groupe appelé Aube de la Libye, qui s’est emparé de la capitale, Tripoli, et y a installé son propre gouvernement et son propre Parlement.

Tous deux revendiquent le contrôle du pays.

Carte de la Libye, en voie d'éclatement.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/libye/article/2014/12/26/plusieurs-reservoirs-de-petrole-en-feu-dans-un-terminal-de-l-est-de-la-libye_4546525_1496980.html#08KJXtTsB97jq61h.99

0000000000000000000000000000000000

29-11-2014 02:01 | Václav Richter

La journaliste du Monde Annick Cojean est l’auteur d’un livre explosif sur l’esclavage sexuel dans le harem de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi. Dans ce document intitulé « Les proies. Dans le harem de Kadhafi. » elle a réuni les témoignages sur ce phénomène tabou en Lybie. Venue à Prague pour présenter la traduction tchèque de son livre, elle a évoqué au micro de Radio Prague la vie de Soraya, une jeune femme contrainte de vivre pendant plusieurs années dans le harem du dictateur, ainsi que la blessure profonde que la dictature sexuelle de Mouammar Kadhafi a laissé dans la population libyenne. Voici la seconde partie de cet entretien :

Télécharger: MP3

Annick Cojean, photo: Eva Kořínková / Site officiel de l'Institut français de PragueAnnick Cojean, photo: Eva Kořínková / Site officiel de l’Institut français de Prague

Dans la seconde partie de votre livre vous évoquez l’enquête que vous avez menée en Lybie. Vous vous êtes lancée sur les traces de ces esclaves sexuelles. Qu’est-ce que vous avez appris ?

« Eh bien, à partir de l’histoire de Soraya, je suis allée sur ses traces pour essayer de vérifier le maximum des choses de ce qu’elle m’avait dit, dans sa famille, dans son école, etc., et puis j’ai rencontré justement d’autres femmes de différentes générations qui avaient subies les attaques de Kadhafi. J’ai pu vérifier à quel point c’était un système généralisé. Il y a avait les filles qu’il prenait pour son harem, mais il y avait aussi de jeunes, très jeunes femmes, qu’il prenait pour une heure, pour une nuit, pour une semaine, pour un mois. Il y avait des ramifications absolument partout. Pas seulement en Lybie mais dans le reste de l’Afrique et même en Europe, puisqu’il avait aussi des envoyées spéciales, des femmes de confiance, qui venaient chasser des proies pour lui à Paris, à Bruxelles, en Italie, dans différents pays européens. Et chaque fois qu’il voyageait dans un pays d’Afrique, il demandait toujours d’être accueilli par des femmes, parce qu’il était le soi-disant ‘ grand libérateur des femmes’, mais c’était surtout l’occasion de choisir les femmes pour sa consommation personnelle. Dictateur qui s’était auto-proclamé ‘Roi des rois d’Afrique’, ce qu’il n’a jamais réussi parce qu’il a toujours échoué dans ce qu’il rêvait d’être, il se débrouillait pour avoir des épouses ou des filles des chefs des Etats dans lesquels il allait, pour essayer de les convaincre de lui appartenir, ne serait-ce qu’un moment. »

L’exemple du dictateur a-t-il été suivi dans la société libyenne ? Ce genre de comportement vis-à-vis des femmes s’est-il généralisé dans la société ?

Mouammar Kadhafi, photo: James Gordon, CC BY 2.0 GenericMouammar Kadhafi, photo: James Gordon, CC BY 2.0 Generic « Je pense que oui, parce que c’était un système de corruption morale très contagieux d’une certaine façon. D’abord ses fils. Je n’ai pas enquêté spécialement sur ses fils, mais les histoires sur les fils Kadhafi sont de notoriété publique. Quand ils voyageaient, ils sont allés en Suisse, en France, partout il y avait des histoires atroces avec les fils Kadhafi. D’ailleurs le père lui-même essayait d’avoir les épouses de ses fils. Il y a plein d’histoires comme ça. Donc c’était une sorte de corruption morale absolument terrible. Et puis, bien sûr, son clan qui avait tous les pouvoirs et se comportait d’une façon extrêmement arrogante. Ils pouvaient tout se permettre. Pour avoir un job, un privilège, des postes de chefs d’administration et de diplomates d’ambassades, ça passait régulièrement par le sexe. »

Dans le dernier chapitre de votre livre vous évoquez la situation récente en Lybie. Pouvez-vous comparer les situations avant et après la chute de Kadhafi ?

« Ecoutez, les dernières nouvelles, y compris celles depuis le moment où j’ai écrit mon livre, sont très tristes et rendent assez pessimiste, malheureusement. Il y avait beaucoup d’espoir avec cette révolution, quand même. Tout le monde ne peut que se réjouir de la chute d’un tortionnaire, évidement. Mais c’est vrai que ce qui se passe en Lybie est terrible. Kadhafi avait absolument corrompu le système moralement, économiquement. Il n’avait rien fait pour développer l’économie. Il n’avait surtout pas organisé un Etat. Il n’y a pas les fondements d’un Etat. Donc, une fois coupée la tête de Kadhafi, il n’y avait plus rien. Et le pays est en train d’éclater d’une façon absolument tragique et chaotique. Les tribus sont en train de se monter les unes contre les autres, les villes les unes contre les autres. Kadhafi a beaucoup armé la population. Lybie, 2011, photo: ليبي صح, public domainLybie, 2011, photo: ليبي صح, public domainIl y avait des dépôts d’armes qui ont été laissés à ciel ouvert et ont été pillés par des tribus, par des troupes, par des islamistes qu’on a retrouvé au Mali et qu’on retrouve chez les troupes d’islamistes y compris les troupes de l’Etat islamique qui se proclament comme telles maintenant. Donc, c’est un Etat qui est dans une voie terrible de pourrissement. C’est une espèce de ‘pétaudière’ qui peut éclater à tout moment. Et l’on sait qu’actuellement les islamistes les plus intégristes sont en train de prendre le pouvoir. Donc c’est très compliqué. Kadhafi a laissé le pays dans une situation terrible, les gens n’ont pas les habitudes et les réflexes démocratiques et donc le pays s’entredéchire actuellement. »

Pourquoi n’y a-t-il pas en Lybie une véritable volonté de révéler la vérité sur ces crimes sexuels et de réhabiliter les victimes ?

« Alors, ça a changé. Lorsque j’ai fini ce livre, personne ne voulait qu’on dise la vérité. Moi-même, j’étais assez menacée. Le Premier ministre de l’époque ne voulait pas entendre parler de ça, en me disant que je travaillais dans la boue et que Kadhafi était mort et qu’il ne fallait plus en parler. Ça a changé pendant un moment. Les démocrates sont venus au pouvoir, certains en tout cas, et ont lu ce livre. Nous avons fait traduire le livre en arabe et c’était un choc dans la population. J’ai même eu le plaisir de voir une manifestation de femmes qui portaient des posters avec la couverture de mon livre en français et en arabe et qui sont allées à la place principale de Tripolis pour dire : ‘Plus jamais ça. Parlons de ça. C’est une réalité. Il faut la dénoncer.’ A la suite de ça, un projet de loi a été préparé par un ministre de la justice qui était très à l’écoute et qui a lui-même rencontré les filles qui ont été violées par Kadhafi et ensuite pendant la révolution. Et il s’est rendu compte de l’énormité du phénomène. Donc par la suite, il a refusé de nier ça. Il a préparé une loi pour reconnaître les femmes violées comme des victimes de guerre absolument comme les autres et qui donne des avantages à ces femmes, si elles acceptent de se reconnaître, leur garantit un secret, un anonymat, une pension, des aides financières, psychologiques et médicales. C’est énorme. C’est une loi absolument révolutionnaire non seulement dans les pays arabes mais dans le reste du monde. »

Votre livre a été donc traduit en arabe. Est-il sorti en Lybie ? Et quelles ont été les réactions des lecteurs ?

Photo illustrative: ليبي صح, public domainPhoto illustrative: ليبي صح, public domain « Ah, ça a suscité des débats. Il y a des gros titres dans les journaux. Je le souhaitais et j’avais peur. Et en même temps, ça a été pris comme une révélation. Enfin la vérité, enfin on rompt le silence. Le silence a été pendant quarante-deux ans le meilleur allié de Kadhafi, le complice absolu de Kadhafi. C’est ce qui fait que le viol est une arme et le crime parfait par excellence, puisque la victime ne peut pas se plaindre. Elle est enfermée dans son secret, parce que s’est un tabou et parce que la fille risque les crimes d’honneur par sa famille. Les frères peuvent vouloir faire disparaître la victime. Et pour la première fois, ce n’était pas une Libyenne, parce qu’une Libyenne ne pourrait jamais faire ce livre, mais une étrangère qui a fait l’enquête et l’a livrée à la Lybie. Il y a eu donc des débats, y compris au Parlement, parce que ces manifestations obligeaient les parlementaires à parler de ça. Et la conséquence du livre a été ce projet de loi et ce décret qui maintenant fait que dans un texte officiel on reconnaît que le viol est un crime, que les victimes ne doivent pas avoir honte et qu’elles sont exactement comme les autres victimes de guerre. Donc c’est une avancée extraordinaire, et c’est aussi une avancée pour les Syriennes, qui ont su qu’il y avait ce projet de loi en Lybie, et pour les Irakiennes. »

Comment voyez-vous l’avenir de la Lybie en tenant compte des informations acquises lors de vos reportages dans ce pays ?

Photo illustrative: ICRC, CC BY-SA 2.0 GenericPhoto illustrative: ICRC, CC BY-SA 2.0 Generic « Oh, écoutez, il est actuellement dans une situation catastrophique, complètement chaotique. Je voudrais avoir de l’espoir, normalement je suis très optimiste, mais je dois dire que tous les signaux qu’on a actuellement en Lybie sont très négatifs. Les femmes sont très organisées dans la société civile. Il y a des organisations des femmes un peu partout. Elles ont du faire beaucoup de choses pendant la révolution. Elles ont une vraie solidarité. Beaucoup de femmes sont éduquées. Elles veulent que maintenant leurs filles s’émancipent. Simplement, si les islamistes prennent le pouvoir, comment être optimiste ? A nouveau, on empêchera les filles d’être éduquées. Elles doivent toutes se couvrir avec le voile. Elles ne peuvent pas sortir si elles ne sont pas accompagnées d’un homme de leur famille, etc. Heureusement, les réseaux sociaux font qu’elles peuvent communiquer entre elles et qu’on n’arrivera pas à les priver de la parole. Ce livre a essayé de les aider à parler. Mais pour le moment la situation est dramatique. »

http://www.radio.cz/fr/rubrique/literature/la-dictature-sexuelle-de-mouammar-kadhafi

000000000000000000000000000000

Solidarité Ouvrière

Reuters, 9 novembre 2014 :

Tobrouk : Le port pétrolier de Hariga, dans l’est de la Libye, est par bloqué par une grève des agents de sécurité qui réclament des hausses de salaire. Les exportations (120.000 barils par jour) sont stoppées.

Voir l’article original

Strategika 51

Des milices armées ont pilonné hier au mortier et à la roquette des quartiers périphériques de la ville de Benghazi en Libye, causant un nombre indéterminé de victimes.

Des miliciens se battent à coups de variantes des lointaines « orgues de Staline » en Libye et des aéronefs non identifiés procèdent régulièrement à des frappes aériennes contre des objectifs sis en Tripolitaine et en Cyrénaïque.

On ne compte plus les affrontements armés en Libye où les exécutions extra-judiciaires et les disparitions se comptent désormais par milliers. Ce pays dévasté par une guerre civile qui n’en finit plus n’intéresse plus les médias depuis l’assassinat par l’Otan du Colonel Mouammar Kaddafi en octobre 2011. Objectif recherché par des pays comme la France ou le Royaume-Uni depuis 1979 comme l’a illustré entre autres La très sombre histoire du vol Itavia 870, à bord duquel 82 passagers ont été abattus en plein vol en 1980…

Voir l’article original 11 mots de plus

le monde à l'ENVERS

Un rapport de synthèse de la gendarmerie accrédite l’authenticité du document officiel libyen, révélé par Mediapart, sur le financement occulte de Nicolas Sarkozy en 2007. Entendu au Qatar par les juges, l’ancien chef des services secrets du régime Kadhafi, Moussa Koussa, a de son côté affirmé que le contenu du document « n’(étai)t pas faux ».

mouammar-kadhafi_sarkozy Mouammar Kadhafi & Nicolas Sarkozy

« Sur la Libye, les juges savent que les documents sont faux », a déclaré, péremptoire, Nicolas Sarkozy la semaine dernière dans Le Journal du Dimanche à propos du document officiel libyen, publié parMediapart, sur le financement de sa campagne présidentielle de 2007.

Voir l’article original 301 mots de plus

ITRI : Institut Tunisien des Relations Internationales

libye-petroleLes contrebandiers, maîtres du pétrole libyen
economie – Par Clement Fayol – Publié le 28 Sep, 2014


L’équilibre des forces en Libye n’est pas clair. Alors que la production de pétrole s’apprête à passer la barre des 900 000 barils par jour, l’enjeu pétrolier, véritable nerfs de la guerre dans le pays, refait surface. Sur le terrain, les milices de Misrata continuent à monter en puissance aux dépends des milices tribales et kadhafistes mais aussi de l’Etat central. Pour autant la gestion des réserves d’or noir ne semble pas être dans les mains d’un seul camp mais bien bénéficier à tous les belligérants.

Voir l’article original 1 019 mots de plus

le monde à l'ENVERS

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, affirmant que la Libye devenait « un ‘hub’ pour les groupes terroristes, » a lancé la semaine dernière un appel en faveur d’une intervention dirigée par la France en Libye.

KADHAFI FETE

Le président François Hollande avait déjà pressé, il y a quelques semaines, les Nations Unies de lui donner son aval politique pour une nouvelle action militaire en Libye après la guerre menée par l’OTAN en 2011.

Voir l’article original 1 098 mots de plus

histoireetsociete

Le ministre français de la Défense : « Nous devons agir en ‪#‎Libye‬ » (Une Le Figaro)

« Le sud libyen est une sorte de hub où les groupes terroristes viennent s’approvisionner, y compris en armes, et se réorganiser. Leurs principaux chefs, l’émir Droughdal ou Mokhtar Belmokhtar, y transitent régulièrement. Au nord, les centres politiques et économiques du pays sont désormais menacés d’être contrôlés par ces djihadistes. Or la Libye est à la fois la porte de l’Europe et du Sahara. C’est aussi la zone de tous les trafics, à commencer par le trafic d’êtres humains dont le passage de la Méditerranée sur des embarcations de fortune finance massivement ces groupes», dit-il encore. Jean-Yves Le Drian juge que le dispositif militaire français au Mali, Barkhane, pourrait être amené à « monter vers le frontière libyenne ».

Le ministre français de la Défense : « Nous devons agir en #Libye » (Une Le Figaro) 

« Le sud libyen est une sorte de hub où les groupes terroristes viennent s'approvisionner, y compris en armes, et se réorganiser. Leurs principaux chefs, l'émir Droughdal ou Mokhtar Belmokhtar, y transitent régulièrement. Au nord, les centres politiques et économiques du pays sont désormais menacés d'être contrôlés par ces djihadistes. Or la Libye est à la fois la porte de l'Europe et du Sahara. C'est aussi la zone de tous les trafics, à commencer par le trafic d'êtres humains dont le passage de la Méditerranée sur des embarcations de fortune finance massivement ces groupes», dit-il encore. Jean-Yves Le Drian juge que le dispositif militaire français au Mali, Barkhane, pourrait être amené à « monter vers le frontière libyenne ».

Voir l’article original