Archives de mars, 2018

Plus de 3 tonnes de cannabis et plus de 4 tonnes de tabac saisies par les douaniers de la direction régionale de Toulouse en 2017.

La proximité de la frontière avec l’Andorre et l’Espagne explique en partie ce bilan annuel.

Les grands trafics : drogue et tabac

Si le cannabis sous forme de résine constitue le plus gros des saisies (3246 kg), les douaniers ont également découvert de la cocaïne (14 kg) et de l’héroïne (1,6 kg).

Le tabac de contrebande marche très fort avec par exemple la découverte de plus de 128 000 cartouches, et cela sans compter le tabac à rouler et les cigares.
Ces produits peuvent être cachés n’importe où, dans des portières de voiture, des coffres de fourgon, ou encore dans des plaques de fibre en passant par des palettes de cartons d’emballage.

Source: France 3 Occitanie

Pour lutter contre le terrorisme, il apparaît surprenant que Gérald Darmanin, le Ministre en charge des douanes, n’ait pas encore pris une telle mesure.

C’est facile pourtant, il suffit de donner l’ordre à Jérôme Fournel de sortir une directive!

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

Encore un vieux livre, planqué au fond d’un rayon de bibliothèque, un grand classique… Je m’y suis (re)plongé le weekend dernier avec délice. Il fait le récit de la succession des renoncements des démocraties face à la montée de l’Hitlérisme, qui emporte le monde vers l’apocalypse à partir des années 1930: une histoire d’aveuglement, de bêtise et de lâcheté. Il est souvent question des accords de Munich du 30 septembre 1938, par lesquels les démocraties française et britannique ont livré la Tchécoslovaquie au Führer allemand. Mais il y eut auparavant un renoncement aux conséquences titanesques.

Le traité de Versailles de 1919 et le pacte de Locarno de 1924 (signé par le gouvernement allemand de l’époque) prévoyaient la démilitarisation définitive de la Rhénanie,  une zone tampon entre la France et l’Allemagne, sur le territoire allemand, cruciale pour la sécurité de la France.  Le premier véritable coup de force de Hitler a…

Voir l’article original 601 mots de plus

Par Marc Fievet, NS 55 DNRED

Rien ne change!

j’avais dénoncé le trafic de stups au sein du SMPR de Val de Reuil avec témoignages et preuves à l’appui.

Ça a fait « pschitt »!

La patronne des services déconcentrés d’alors, Laure De Choiseul, l’épouse du ministre de la justice Clément, m’avait renvoyé dans les 15 mètres estimant de sa hauteur que ça n’était pas mon problème !

A lire le Dauphiné, je constate que rien ne change positivement et qu’il est, comme hier plus facile de dealer en prison qu’à l’extérieur.

Il peut être en colère, Sylvain Royère, délégué syndical Ufap-Unsa Justice qui dénonce : « Le centre pénitentiaire de Valence, pourtant flambant neuf, et à la pointe de la technologie, est une véritable passoire. Pire, il est un centre de trafic de drogue ».

https://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-27-03-2018/

Corinne GRIFFOND

NON à la fermeture des Douanes d’Agen

Et si la fermeture annoncée des Douanes d’Agen représentait plus que la fin d’un service public ?
Nous sommes quelques-uns, trop peu nombreux hélas, à avoir regardé avec inquiétude l’annonce de la fermeture des Douanes d’Agen.
En effet, ce service idéalement situé sur la commune du Passage, au Centre routier à deux pas du péage autoroutier, permet à nos douaniers de surveiller étroitement tous les transports existants sur cet axe autoroutier qui traverse notre département ainsi que les routes départementales ou secondaires de l’ensemble du Lot et Garonne, mais aussi d’effectuer des contrôles de colis au centre de tri postal.
Le service des Douanes fait donc partie intégrante des forces de sécurité du Lot et Garonne.
D’autre part, la présence des Douanes à Agen donnait à notre aéroport le statut international, ce qui représentait des recettes non négligeables pour cet établissement très menacé…

Voir l’article original 146 mots de plus

Aviseur International

Le douanier J.C., agressé à coups de barre de fer et de coups de pieds, par de jeunes dealers désoeuvrés, est actuellement au commissariat de police pour porter plainte.

À priori, c’est parce qu’ils s’intéressaient d’un peu trop près à sa moto et qu’il les a sans doute contrariés puisqu’il a demandé à ces voyous de quitter les lieux .

Cette cité ne fait pas partie du parc domanial de l’EPA Masse des douanes, et donc la Masse a dû passer un bail auprès de ce logeur francilien.

Le problème c’est que ce n’est pas le premier incident de ce genre.

Et comme Vincent Thomaso de l’UNSA Douane l’a dit dans la presse lors de la dernière agression: ‘ »Ca va crescendo. Ca va finir avec des morts. Et j’espère que ce ne sera pas un collègue ».

Pour mémoire, on a déjà trouvé un cocktail molotov dans la poubelle…

Voir l’article original 123 mots de plus

Aviseur International


Juan Ignacio Zoido (au centre) avec Gérard Collomb

Samedi, le ministre de l’Intérieur espagnol, Juan Ignacio Zoido, a indiqué à des journalistes présents lors d’une inauguration dans sa ville de Séville que Radouane Lakdim « était parfois passé du sud de la France à l’Espagne » où il a été « localisé » mais pas pour des faits liés au terrorisme.

L’homme qui a tué 4 personnes à Carcassonne et Trèbes « faisait partie d’une organisation criminelle dédiée au trafic de drogue et une autre qui, au niveau international, était dédiée au crime organisé«  a ajouté Juan Ignacio Zoido.

LIRE la suite

http://www.lindependant.fr/2018/03/25/carcassonne-radouane-lakdim-etait-suivi-par-la-police-espagnole-mais-pas-pour-du-terrorisme,3910879.php

Voir l’article original

Aviseur International

Que se passe-t-il?

Depuis quelques semestres, nous découvrons, par le seul fait de journalistes courageux, des affaires mettant en cause les pratiques pour le moins douteuses de la Police (OCRTIS) et de la Douane (DNRED).

L’inquiétant dans ces affaires révélées, véritable tsunami pour la population française, est de constater l’inertie de la justice pour trancher définitivement et sanctionner s’il y a lieu d’être, toutes les dérives accumulées depuis de trop nombreuses années.

Que se passe t-il pour:

-les détournements de quantités significatives de drogues, revendues pour … le plus grand profit de fonctionnaires indélicats, qui jettent ainsi le discrédit sur une majorité intègre.

-les ripoux de Roissy

-les fonds publics détournés pour des faux aviseur, mais récupérés par de vrais douaniers

-les opérations douteuses de l’OCRTIS

-les opérations douteuses de la DNRED

-l’insignifiance de l’action du TRACFIN qui, en son temps, par son directeur ex proc., le bien nommé Jean…

Voir l’article original 113 mots de plus

via NARCOTRAFIC (Cannabis): les trafiquants internationaux avaient corrompu douaniers et magistrats

La baisse des arrivées de migrants en Italie et la mise en place d’actions pour améliorer la situation en Libye (voir notre article détaillé) ne doit pas faire oublier que ce pays constitue encore un insupportable cauchemar pour des dizaines, voire des centaines de milliers de personnes.

Source : SOS Méditerranée : « Les migrants vivent un enfer en Libye, l’Europe doit agir »

Le Blog de Philippe Waechter

La forte croissance économique de 2017 en France, 2%, permet de relâcher la contrainte pesant sur les finances publiques. Le déficit public passerait enfin sous le seuil de 3% (2.7% %) permettant ainsi à la France de ne plus être perçu comme un mauvais élève systématique de la zone Euro. Ce résultat traduit et reflète la capacité de l’économie française à bénéficier et à profiter de la croissance mondiale.

Voir l’article original 589 mots de plus

Aviseur International

Le projet Tor, qui a longtemps été salué comme un rempart contre la surveillance (notamment des États), aurait reçu un financement de l’agence gouvernementale américaine BBG (Broadcasting Board of Governors, une agence indépendante du gouvernement des États-Unis chargée du contrôle des radios et télévisions internationales financées par le gouvernement américain) en plus de coopérer avec les agences de renseignement, d’après des documents récemment publiés.

Tor, logiciel libre qui permet la communication anonyme sur Internet, est une « extension privatisée du même gouvernement qu’il prétendait combattre », affirme la journaliste Yasha Levine, qui a obtenu 2500 pages de correspondance sur le projet suite à des requêtes Freedom of Information Act ( FOIA – loi sur la liberté d’information visant à permettre et réguler la liberté d’accès aux documents administratifs).

Salué comme étant « à l’épreuve de la NSA » et utilisé par les journalistes et les dénonciateurs pour se protéger et…

Voir l’article original 92 mots de plus

Aviseur International

Après les semestres difficiles pour la Douane et surtout pour son service phare la DNRED et peu après, à la même période, pour un autre service phare, l’OCRTIS (Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants), rattaché à la police, durant lesquels, tous les deux étaient ébranlés par des affaires judiciaires mettant en cause des relations entre des fonctionnaires et des informateurs pouvant relever de la complicité de trafic ou de la provocation à la commission d’infraction.

« A partir du moment où on change les méthodes et où on nous dit de ne plus travailler avec certains aviseurs, notamment lorsqu’ils ont un rôle trop actif dans le trafic, fatalement on a moins de renseignements et donc moins de résultats,fait remarquer un douanier.

Tout le monde prend ses patins, les sources, les agents, la hiérarchie, les services partenaires, les magistrats… »

Pourtant, d’après ce que disait le…

Voir l’article original 107 mots de plus

https://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-17032018/

La médiocratie

Publié: 15 mars 2018 dans Informations générales

………   …  ……La FRANCE éternelle !

Maxime Tandonnet - Mon blog personnel

Il serait d’une rare mauvaise foi de prétendre que la France est encore une démocratie. Le pouvoir du peuple n’a plus grand chose à voir avec le régime Français. Sur tous les grands sujets du moment, économie, social, frontières, sécurité, Europe, il semble acquis une fois pour toute qu’il n’a plus droit au chapitre. A la vérité, elle n’a rien non plus d’une dictature. Tout le monde peut dire et faire à peu près n’importe quoi, l’autorité est absente de l’école, de la vie quotidienne, de la rue et le pouvoir politique ne dirige plus rien. Le régime actuel est plus proche de l’anarchie que de la dictature et ceux qui parlent de dictature ne connaissent rien au monde ni à l’histoire. Non, c’est tout autre chose, une post-démocratie, ou plutôt, une médiocratie, le régime de la médiocrité triomphante.  Les vedettes de ce dernier weekend politique en ont fait l’âpre…

Voir l’article original 366 mots de plus

Stéphane Richard, Capital avait révélé un étrange mélange des genres, quoique parfaitement légal. Le patron d’Orange, appelé es qualité à négocier fréquemment avec les pouvoirs publics, est à titre personnel bailleur de la ville de Marseille.

Le dirigeant possède en effet un bâtiment de 4.590 mètres carrés dans le quartier du Canet, une friche des quartiers Nord devenue zone franche. Parmi ses locataires, donc, figure Pôle Emploi mais aussi depuis janvier 2013 plusieurs services municipaux, en charge de la politique de la ville, des constructions et de l’architecture. Le loyer annuel est de 353.950 euros, à quoi s’ajoutent 28.000 euros pour les parkings. En principe, ce bail courait jusqu’à fin 2021, mais il faut croire que notre article a modifié ces bons plans puisque la ville de Marseille vient de décider de mettre fin à cette location.

Lire l’article d © Capital

https://www.capital.fr/entreprises-marches/les-bonnes-affaires-marseillaises-de-stephane-richard-pdg-dorange-1277539

000000000000000000000000

000000000000000000000000000000

C’est un navire de rêve à l’histoire tumultueuse, un fameux quatre-mâts si effilé qu’on en oublie jusqu’à sa taille. Le Phocéa.

Mis à l’eau en 1976 sous le nom de Club Med, c’est alors le plus grand voilier du monde (72 mètres), conçu comme une bête de course par le navigateur Alain Colas, disparu en mer deux ans plus tard. Racheté par Bernard Tapie, qui le rebaptise Phocéa, puis par la jet-setteuse Mouna Ayoub, le yacht devient le symbole des années fric, façon célébrités et luxe bling-bling. La mise aux enchères par Ayoub, en 2014, du mobilier, de la vaisselle et des objets du navire s’est transformée en événement médiatique, qui a rapporté 472 120 euros. Voilà pour la légende!

Les documents Malta Files et les Paradise Papers, racontent une tout autre histoire.

Notre collaborateur Laurent Mauduit avait révélé en septembre dernier, dans son livre Main basse sur l’information, que Xavier Niel, patron de Free et copropriétaire du Monde et de L’Obs, était depuis 2010 l’un des propriétaires du Phocéa. Selon nos informations, il détient en fait 50 % du yacht par le biais d’une société maltaise baptisée Phocea Limited, aux côtés des frères Steve et Jean-Émile Rosenblum, fondateurs du site Pixmania, étoile déchue du e-commerce placée en liquidation l’an dernier.
Le choix de Malte est embarrassant pour la onzième fortune française, qui vante ses réalisations dans l’Hexagone (aide aux start-up, École 42) et l’attractivité du pays. « La France est un paradis fiscal », a lancé Xavier Niel à plusieurs reprises. « J’investis et je crois dans ce pays […]. C’est plus simple de créer sa boîte en France qu’aux États-Unis », ajoutait-il en 2014. Il n’a pourtant vu aucun inconvénient à localiser le Phocéa à Malte, le paradis fiscal des yachts (lire notre enquête ici).

Contacté, Xavier Niel n’a pas souhaité exprimer publiquement sa position sur cette affaire. Est-il gêné d’avoir logé le Phocéa dans une structure maltaise ? À moins qu’il n’ait honte des péripéties du yacht, dont l’histoire a tourné au mauvais polar. Niel et les frères Rosenblum l’ont en effet confié en 2012 à un sulfureux homme d’affaires soupçonné de trafic d’armes et de drogue, ce qui a valu au Phocéa d’être bloqué pendant dix mois au Vanuatu. Plus étonnant encore, cinq ans après les faits, Xavier Niel et ses associés n’ont toujours pas réussi à récupérer leur bien !

Les frères Rosenblum semblent avoir tout fait pour éviter que le nom de leur ami Niel ne soit associé à cette affaire. En 2014, ils déclaraient dans Marianne en être « les seuls propriétaires ». Deux ans plus tard, dans le livre Xavier Niel, la voie du pirate, de Solveig Godeluck et Emmanuel Paquette (éditions First, octobre 2016), Steve Rosenblum indiquait que le fondateur de Free n’était qu’un actionnaire parmi d’autres, alors qu’il détient la moitié du Phocéa. « Je n’ai pas souvenir d’avoir dit ça », nous indique aujourd’hui Steve Rosenblum, qui raconte pour la première fois ses déboires avec le navire.

Tout commence avec les frères Rosenblum. Aujourd’hui installés en Israël et à Singapour, ils vivaient à l’époque à Paris. Dès 2005, du temps du succès de Pixmania, ils créent leur holding au Luxembourg, Dotcorp. C’est donc au Grand-Duché qu’atterrissent, un an plus tard, les 38 millions d’euros issus de la revente de 80 % de Pixmania, dont ils restent les patrons. En 2008, ils s’offrent un premier yacht à 1 million d’euros, qu’ils logent dans une première société maltaise, Compass Navigation Limited. Cette structure leur a été conseillée par Arnaud Bezzina, du cabinet luxembourgeois Magellan, un gestionnaire de yachts expert en montages offshore (lire notre enquête ici).

Mais les Rosenblum voient plus grand. En 2010, ils parviennent à convaincre Xavier Niel de s’associer avec eux dans « un projet un peu fou » : racheter le Phocéa. On ignore combien, mais la mise à prix était fixée à 10 millions d’euros. Les repreneurs immatriculent le bateau sous pavillon luxembourgeois, et le logent dans une société maltaise baptisée Phocea Limited, qui appartient à 50-50 à Dotcorp et à la holding française de Niel, NJJ Capital (notre document ci-dessous). Elle n’a jamais publié ses comptes, ce qui est pourtant une obligation légale à Malte.

L’objectif des trois amis est de gagner de l’argent avec le navire, en le louant à de riches plaisanciers. Rénové en juin 2010 dans un chantier naval marseillais, le Phocéa est proposé pour 200 000 euros la semaine. Comme l’a raconté le site Centpapiers, il a surtout croisé en Méditerranée, entre Antibes, San Remo et la Croatie. Steve Rosenblum et sa femme, amateurs d’art, y donnent des soirées très people, comme celle du 31 mai 2011 pendant la Biennale de Venise, immortalisée par le magazine Vogue.

La structure maltaise et le pavillon luxembourgeois ont-ils été choisis pour des raisons fiscales, pour minimiser l’impôt sur les sociétés et les charges sociales de l’équipage ? Steve Rosenblum répond qu’il n’y avait « aucune logique fiscale », et qu’il a simplement suivi les conseils du cabinet luxembourgeois Magellan, à qui il a confié la gestion administrative du bateau. « Je n’ai eu aucune initiative, la personne nous a dit “c’est comme ça que cela se fait” », ajoute-t-il.

Toujours selon Rosenblum, les trois amis n’ont en fait pas bénéficié du faible taux d’imposition maltais sur les profits. « Lors des dix-huit premiers mois d’exploitation, les charges étaient bien supérieures aux revenus, la société n’a réalisé que des pertes », indique-t-il. Déçus, Xavier Niel et ses associés cherchent une solution. Ils estiment que pour devenir rentable, le Phocéa doit être à nouveau rénové pour lui redonner son luxe d’antan. Mais cela coûterait très cher.

C’est pour sortir de cette impasse que les Rosenblum dénichent un homme qui pourrait résoudre le problème : Pascal Vu Anh Quan Saken, 54 ans. C’est un personnage mystérieux. Sur son CV officiel, il prétend être né au Vanuatu. C’est faux. Il s’appelle en réalité Vu Anh Quan. On ignore sa nationalité. Tout ce qu’on sait avec certitude est qu’il est d’origine vietnamienne et qu’il a fait ses études secondaires à Paris, dans le très élitiste lycée catholique Stanislas, où il a obtenu son bac sans mention. Toujours sur son CV, il écrit être diplômé du prestigieux lycée Louis-le-Grand et de l’université de Jussieu.
Pascal Saken dispose de 30 sites internet différents, où il assure sa promotion façon gros sabots. Il y indique posséder un yacht-club pour milliardaires à Shanghai, des chantiers navals en Thaïlande et en Argentine, ainsi que des mines en Afrique. Il se dit aussi diplomate du Vanuatu, affecté depuis 2016 à la représentation de cet archipel polynésien aux Nations unies. « C’est faux », nous a indiqué ladite représentation.

Steve Rosenblum a rencontré Saken il y a une vingtaine d’années, lorsqu’il travaillait pour une société taiwanaise d’objets promotionnels, activité nettement moins glamour que celles qui figurent sur son CV. « Je ne le connaissais pas plus que ça, mais il avait un chantier nautique à Phuket, en Thaïlande, ce qui correspondait au besoin de faire rénover le bateau. » Phocea Limited, la société maltaise de Xavier Niel et des frères Rosenblum, signe un contrat avec lui. Saken devient l’exploitant du navire, encaisse les revenus et s’engage à faire les travaux. S’ils sont bien réalisés comme convenu, l’accord prévoit que Saken devienne propriétaire d’« une partie des titres » de la société qui possède le yacht.

Bref, les trois stars de l’Internet français confient, début 2012, les clés du Phocéa à Saken. Ils n’imaginent pas ce qui les attend. Le 30 mars, l’homme d’affaires s’empresse de faire basculer le navire sous pavillon maltais. Puis il embarque en compagnie d’une jeune mannequin américaine, tout juste recrutée comme responsable des relations publiques du navire. Saken doit normalement emmener le Phocéa dans son chantier de Phuket. Mais il passe le canal de Panama et vogue vers… le Vanuatu, archipel polynésien situé à 600 km de la Nouvelle-Calédonie.

C’est là que le polar commence. Lorsque le navire arrive le 15 juillet 2012 dans la baie de la capitale, Port-Vila, personne ne débarque ni n’accomplit les formalités obligatoires. Curieusement, les autorités ne réagissent pas. Le 22 juillet, la police finit par perquisitionner le bâtiment. Elle soupçonne un trafic d’armes et de drogue. Mais les policiers n’en trouvent pas à bord. Nulle trace non plus de Pascal Saken, qui a pris la fuite.

Tout s’éclaire quelques jours plus tard, lorsque la presse locale révèle qu’avant le raid, les ministres de l’éducation et des affaires étrangères sont montés sur le Phocéa pour remettre à Saken un passeport diplomatique, émis pile la veille de son arrivée. Un grand classique au Vanuatu, pays miné par la corruption. Le chef de la brigade antifraude racontera, quinze jours plus tard, avoir été limogé parce qu’il avait réclamé une perquisition immédiate…

Corruption et passeports diplomatiques de complaisance

Selon une enquête du Vanuatu Daily Post, Pascal Saken a obtenu la nationalité vanuataise en 2010 et a été nommé consul honoraire au Pérou. Il aurait acheté très cher son statut diplomatique par le truchement de son associée locale, une sulfureuse diplomate surnommée « Madame 15 % ». « Elle ne s’en cache pas, puisqu’il s’agit de services rendus qu’elle procure régulièrement aux nouveaux arrivants au profil intéressant », indique à Mediapart le documentariste Pascal Gargiulo, rédacteur en chef de Cambodge Mag, qui se trouvait alors au Vanuatu et a pu rencontrer « Madame 15 % ».

« D’après son ancienne associée, le statut de diplomate intéresse Saken d’abord parce qu’il aurait un besoin d’exister. […] Il transporterait des valises de cash, il ferait du commerce de tableaux, de diamants, […] et chacun sait qu’en étant diplomate, on peut passer les frontières avec beaucoup plus de facilité », avait déjà raconté Gargiulo dans Marianne (voir ci-dessous).

L’affaire rebondit sept mois plus tard. Le 17 janvier 2013, un Boeing 737 version VIP atterrit sans autorisation à Port Moresby, capitale de Papouasie-Nouvelle-Guinée. À son bord, Pascal Saken et un homme qu’il présente comme son frère. Toujours dotés de leurs passeports diplomatiques, ils débarquent avec deux grands sacs et insistent pour nettoyer eux-mêmes l’avion. Ils affirment être venus rencontrer le ministre des affaires étrangères du Vanuatu, celui-là même qui était monté à bord du Phocéa.

Le rapport de police sur l’incident, révélé par le PNG Post Courier, faisait état de « forts soupçons ». L’avion des « frères » Saken venait en effet du Mali, où l’opération Serval de l’armée française contre les djihadistes avait commencé cinq jours plus tôt. L’appareil a fait escale aux Maldives, un paradis fiscal. « C’est d’autant plus intéressant qu’un gros Boeing 737 est idéal pour transporter des armes et autres produits de contrebande », note le rapport.

Pascal Saken « est soupçonné d’avoir voyagé très fréquemment vers des points hostiles et troubles du monde, et d’avoir été récemment impliqué dans des trafics d’armes et de drogue, particulièrement dans le Triangle d’or en Asie du Sud-Est et en Amérique latine, même si l’Afrique est désormais son objectif principal », poursuivent les policiers papouasiens.

Pascal Saken et son « frère » sont relâchés, une fois encore parce que la police n’a rien trouvé. Ils ne sont pas poursuivis, malgré leur entrée illégale sur le territoire. Sur Radio New Zealand, Saken dément catégoriquement et se dit victime d’une « conspiration » : « J’ai été accusé d’être un gangster, d’avoir eu des armes et de la drogue à bord [du Phocéa – ndlr] et de l’avion. Allons, soyons réalistes. […] Si c’était le cas, on serait poursuivis pour des faits très graves. Or, il n’y a rien de tout ça. »

Le journaliste Johnny Blades, qui a réalisé cette interview, se souvient d’un homme « très charismatique, poli, mais en surchauffe, qui passait sans cesse d’un sujet à un autre. Il était très vague sur ses activités. Il disait qu’il était là pour aider le Vanuatu, mais que les politiciens du pays étaient des clowns incompétents ».

Pascal Saken est furieux que sa réputation soit entachée (il obtiendra le retrait de plusieurs articles de presse) et surtout que « son » Phocéa soit toujours bloqué au Vanuatu. Saken prétend en effet en être le propriétaire, alors qu’il appartient toujours à Xavier Niel et aux frères Rosenblum. Le 14 janvier 2013, l’autorité maritime de Malte a d’ailleurs retiré au Phocéa son pavillon maltais pour violation de la réglementation. Selon Radio New Zealand, l’immatriculation avait été obtenue par Saken « sans preuve de propriété et autres documents d’enregistrement »..

À Paris, Steve Rosenblum tombe des nues : « Quand je découvre l’affaire, je lui dis c’est quoi ces conneries ? Il [Pascal Saken – ndlr] me répond que les Vanuatais sont des fous et qu’ils essayent de l’extorquer mais que ça va se régler. Ça a pris le temps que ça a pris, mais la réalité, c’est qu’il est reparti avec le navire. »

Début mai, après dix mois d’immobilisation, Pascal Saken obtient finalement gain de cause. Cette fois, c’est le directeur des ports du Vanuatu qui est limogé pour s’être opposé à la restitution du Phocéa. Le navire a pu prendre le large grâce à un certificat d’immatriculation provisoire obtenu dans des conditions troubles et valable… pour un seul voyage !

La suite est une longue déchéance pour le voilier mythique. À l’été 2013, le Phocéa arrive enfin sur les côtes de l’île de Phuket, en Thaïlande, où il doit en théorie être rénové. Mais en novembre, une tempête tropicale laisse le navire fort mal en point, dangereusement penché sur le flanc.

« Des dégâts considérables ont été causés. Le bateau devra subir une reconstruction totale pour avoir à nouveau son état de navigabilité », écrit Pascal Saken sur l’un de ses sites.

Il promet de le remettre à neuf pour 3 millions d’euros. Il ne les a manifestement pas : le navire, rebaptisé l’Enigma, restera bloqué trois ans à Phuket.
Selon nos informations, le yacht a finalement été convoyé en Malaisie. Il mouille depuis la fin 2016 face au port de l’île de Penang, où son « propriétaire » a apparemment monté une activité de rénovation maritime avec un jeune Brésilien de 24 ans. Comme partout où il passe, Saken a encore fait des siennes. Le 16 septembre 2016, trois mois avant l’arrivée du Phocéa, un yacht à moteur de 30 mètres lui appartenant explose en mer et coule peu après son départ de Penang. L’associé de Saken, qui se trouvait à bord, est porté disparu. Les trois marins, un Serbe, un Croate et un Tchèque, sont repêchés par les autorités et récupérés à quai par Pascal Saken. Il « a refusé de parler à la presse et n’a pas autorisé la presse à parler aux marins blessés », rapporte le journal local Free Malaysia Today.

Pourquoi Xavier Niel et les frères Rosenblum n’ont-ils jamais tenté de récupérer leur navire, cinq ans après l’épisode rocambolesque du Vanuatu ? Steve Rosenblum répond qu’il n’a « pas de base » pour intenter une action judiciaire, puisque Pascal Saken n’a jamais été poursuivi, ni au Vanuatu, ni en Papouasie. Bref, il n’aurait pas violé les termes du contrat passé fin 2011. « Ce contrat a une certaine durée, au terme de laquelle je récupérerai le bateau », ajoute Steve Rosenblum. Reste à savoir si Pascal Saken acceptera vraiment de rendre « son » navire à Xavier Niel et ses associés.

Liberation

0000000000000000000000000000000000000000

Aviseur International

Par Marc Fievet, AKA NS 55 DNRED

C’était  jour de fête à Gennevilliers.

Gérald Darmanin et Rodolphe Gintz ne tenaient que des propos aimables pour nos valeureux douaniers qui lors de cette année 2017 auraient battu des records, malgré la politique de démantèlement mené tambour battant par Bercy et son bras armé, Rodolphe Gintz, le successeur de Jérôme Fournel et Hélène Crocquevieille, les fossoyeurs de la douane de ces dernières années.

Certes les résultats des différentes saisies pourraient paraître spectaculaires, alors qu’elles ne correspondent qu’à une explosion de la consommation des stupéfiants illicites et donc du narcotrafic destiné à répondre à la demande.

Les succès enregistrés en matière de contrefaçon n’arrivent pas à provoquer chez moi le moindre sentiment de satisfaction, considérant que la Douane n’a pas à être une police économique mise à disposition de LVMH et consort depuis le passage du DG Pierre Mathieu Duhamel au sein…

Voir l’article original 840 mots de plus

Aviseur International

Tribunal correctionnel de Tours

Pas banale, l’affaire jugée mercredi devant le tribunal correctionnel de Tours. Et une affaire pas jugée, au final. Mohamed, 26 ans, natif d’Orléans, était à la barre pour détention non autorisée de stupéfiants en récidive……..

………………………………………………………………………

La cour délibère quelques minutes, pas plus, pour conclure au « détournement de procédure qui entache celle-ci », et annoncer le « PV déclaré nul » et la mise en liberté immédiate du prévenu, qui ne sera donc pas poursuivi pour la drogue.

Lire: https://www.lanouvellerepublique.fr/indre-et-loire/commune/joue-les-tours/drogue-dans-la-voiture-et-boulette-policiere

La cour a-t’elle fait restituer la drogue saisie?

0000000000000000000000000000000000000

Voir l’article original