Jetez un coup d’œil au Tweet de @Courdecassation : https://twitter.com/Courdecassation/status/806421599847063552?s=09

Le malaise italien

Publié: 6 décembre 2016 dans Informations générales

Le Blog de Philippe Waechter

Matteo Renzi a largement perdu le référendum qui avait lieu le 4 décembre.
Le taux de participation a été très élevé à 70% et l’écart entre le « non » et le « oui » à la réforme constitutionnel est très important. Le « non » l’emporte avec 59.1% des voix contre 40.9% pour le « oui ». Ce n’est donc pas un score étriqué susceptible de laisser indifférent.

Cependant, les marchés n’ont pas réagi de façon excessive. L’euro est passé sous le seuil de 1.06 face au dollar et les marchés d’actions en Asie ont clôturé sur une baisse modérée (-0.8% à Tokyo). La remontée du taux italien efface le repli constaté en fin de semaine.
Ce relatif attentisme a un côté rassurant, il n’y a pas de défiance majeure à la suite du résultat. Cependant, l’histoire est loin d’être achevée.

Matteo Renzi va présenter sa démission qui sera très probablement acceptée. Le gouvernement actuel ne peut plus…

View original post 755 mots de plus

C’est une saisie exceptionnelle qu’ont réalisé les douaniers francs-comtois vendredi à Lons-le-Saunier. Ils ont arrêté trois camions-citernes qui transportaient plus de 90.000 litres de carburants de contrebande à destination de l’Espagne. Le trafic porte sur un demi-million de litres de gazole.
Lire:

https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/franche-comte-les-douaniers-saisissent-trois-camions-citernes-de-gazole-de-contrebande-1480403230

Comment ne pas se souvenir de la guerre entre la DNRED, le CUSTOMS Excise, la DEA et la RCMP!

L’ infiltré que j’étais dans l’organisation Locatelli ne pouvait que payer en se retrouvant plus de dix ans dans des prisons espagnoles, anglaises, canadiennes et françaises.

Aviseur International

«On ne fait pas la guerre pour se débarrasser de la guerre.» Responsables policiers et douaniers feraient bien de lire Jean Jaurès, eux qui expliquent à qui veut l’entendre qu’en matière de trafic de stupéfiants, il est urgent pour leurs services de faire la paix.

A la lecture des milliers de pages de l’enquête judiciaire sur la saisie d’Exelmans, c’est au contraire les coulisses d’un affrontement fratricide qui apparaissent. Pour des raisons essentiellement structurelles, qui tiennent en premier lieu de l’organigramme baroque de la lutte antidrogue en France, la DNRED, l’Ocrtis, mais aussi la brigade des stupéfiants de la préfecture de police de Paris (BSP) – normalement cantonnée à la capitale et sa petite couronne – n’ont de cesse de se tirer dans les pattes. Une réalité qui devrait légitimement enjoindre le politique à infléchir la course aux chiffres, tant cette dernière attise les flammes en faisant la pluie et…

View original post 386 mots de plus

Aviseur International

​Depuis 2008, la lutte antidrogue utilise le recrutement massif d’infiltrés pour remonter les filières.

Le scandale de l’Ocrtis met en lumière une stratégie initiée en 2010 au plus haut niveau de l’Etat, et totalement dévoyée depuis. Une politique du chiffre fondée sur le recrutement massif d’informateurs, au risque de créer des affaires de toutes pièces.

Quel est le principe ?

Dès 2005, lors de son arrivée place Beauvau, Nicolas Sarkozy déplore le nombre d’affaires insuffisantes réalisées en matière de stups et les saisies trop faibles.A partir de2008, un programme systématique de recrutement de sources humaines est engagé, notamment parmi les individus incarcérés. Baptisée «Myrmidon» et incarnée par le nouveau patron de l’Ocrtis, François Thierry, cette stratégie vise à la fois à accroître l’efficacité des services répressifs et à intensifier la coopération avec l’Espagne, principal pays de transit du cannabis marocain.

(Bizarre, bizarrepuisque c’est ce même Nicolas Sarkozy qui…

View original post 250 mots de plus

Un operativo internacional en el que participa un centenar de agentes de las policías española y portuguesa en colaboración con el Servicio de Vigilancia Aduanera de la Agencia Tributaria, la Unidad de Delitos Económicos portuguesa y Europol se lleva a cabo este martes en LaJonquera contra las falsificaciones y el blanqueo de capitales.

Este dispositivo forma parte de una investigación del Cuerpo Nacional de Policía (CNP) iniciada en 2013 y se saldará con una treintena de detenciones, después de medio centenar de registros en comercios, naves industriales y domicilios particulares.

El dispositivo, en el que participan agentes de la policía de Girona, Barcelona, Madrid y Valencia, se lleva a cabo desde el mediodía en el núcleo de La Jonquera, así como en las áreas de Els Límits y El Pertús, que agrupan numerosos comercios en una zona de paso fronterizo.

La operación tiene como objetivo un grupo criminal que importa y vende ropa falsificada, procedente de Francia, Portugal y China, y que se calcula que ha blanqueado unos nueve millones de euros en tres años. A primera hora de la tarde ya se había detenido a los cabecillas de la banda, integrada principalmente por hombres de origen español y marroquí.

Leer :

http://noticiassva.blogspot.fr/2016/11/continua-la-macro-operacion.html?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed:+DiarioDeNoticiasSva+(DIARIO+DE+NOTICIAS+SVA)&m=1

Lire:

http://www.les-crises.fr/chomsky-a-paris-la-honte-du-journalisme-francais/

Ils sont poursuivis pour corruption, fraude et blanchiment dans de sombres affaires notamment dans le BTP. La principale concerne la construction de la plus haute tour de Monaco, la tour Odéon. La justice accuse Ange-Roméo, dit « Lino », Alberti, d’avoir scellé un pacte entre le maire de Beausoleil Gérard Spinelli et deux promoteurs monégasques, les frères Marzocco, sur fond de malversations et de commissions douteuses. On notera notamment la présence dans le dossier d’une des grandes fortunes du coin, Chantal Grundig.

L’autre volet concerne toujours Lino Alberti et ses affaires, cette fois-ci, avec la famille de René Vestri, ancien maire de Saint-Jean-Cap-Ferrat, mort en 2013. La veuve, la fille et le gendre de cette figure politique de la Côte d’Azur sont également poursuivis. Grâce à Lino Alberti et à un financier, ils auraient détourné une partie des recettes de la plage privée dont ils avaient la gestion sur des comptes en Suisse (près de 1,8 million d’euros).


Lire

http://m.20minutes.fr/marseille/1969927-20161128-marseille-elus-fortunes-cote-azur-reunis-proces-corruption

Plus: http://www.boursorama.com/actualites/une-vaste-affaire-de-corruption-en-proces-a-marseille-7ef2991e06a6c1b29cf2277b105e1613

Mort d’un dictateur – Michel Onfray sur la disparition de Fidel Castro


http://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-27112016/#!prettyPhoto

Etat ou mafia ? (1)

Président de la caisse de retraite, j’avais fait un édito intitulé « Etat ou mafia ». Cet édito (et d’autres) m’a valu ma place, il fallait me faire taire. Le directeur de la Sécurité Sociale de l’époque m’avait écrit pour me demander de lui soumettre ma communication à l’avenir. J’avais répondu qu’il avait la possibilité de me poursuivre en cas de diffamation, si je disais des choses fausses ou faisais des fautes de gestion, mais que je ne connaissais qu’un seul censeur : les affiliés, et que je n’avais pas le droit mais le devoir de les informer des dysfonctionnements de nos institutions ou des difficultés que j’avais à assumer mes responsabilités.

Son successeur a fini le travail en modifiant le code de la SS pendant les vacances afin d’empêcher des élections gagnées d’arriver à leur terme, montrant également par là le peu de respect du suffrage démocratique par le système corporatiste de la haute fonction publique.

Que disait cet édito ? Comme je suis un homme libre, permettez-moi de m’interroger sur cet édito et d’en rajouter une couche. Dans un pays ou la liberté d’expression est réduite à celle de la pensée unique, la liberté de pensée suivant le même chemin, je ne faisais pourtant que me poser une question. Sans le voir, ils ont fait la démonstration que ce que je n’affirmais pas, était !

J’y relatais une discussion entendue lors d’un repas avec des chefs d’entreprises et des économistes, auquel j’étais invité par l’Association des Elèves et Anciens Elèves de l’Institut de Haute Finance qui m’avait juste avant remis le prix Turgot pour mon livre sur les retraites.

L’un de mes voisins s’adressait à un de ses amis, lui reprochant d’avoir pris un risque en délocalisant son entreprise dans un des nouveaux pays baltes, ayant à payer la mafia pour pouvoir travailler. La réponse avait laissé la table sans voix.

“Effectivement je dois payer la mafia pour pouvoir travailler, mais je vais t’expliquer comment cela fonctionne en pratique. Tous les mois ils viennent me voir pour me demander si tout va bien, pour savoir s’ils peuvent faire quelque chose pour moi, pour me faciliter la tâche, pour m’aider à augmenter ma production. Plus je gagne, plus ils gagnent. À l’inverse, vous en France, au lieu de la mafia, vous avez un Etat, qui vous prend 2 à 3 fois plus, et qui en échange fait tout ce qu’il peut pour vous empêcher de travailler”.

Je n’avais abordé que cet angle économique qui nous fait poser une question : l’Etat, financé à 100% par les contribuables, remplit-il ses missions pour lesquelles ils est payé ? Monsieur Fatome, vous qui me lisez, avez-vous le sentiment de remplir cette mission ? Est-ce vous, commis de l’Etat, qui êtes à notre service, pour nous aider à mieux remplir notre mission d’élus sociaux dans les meilleures conditions, ou nous qui sommes à votre service ou vos ordres ?

Depuis des années je vous vois pondre textes et circulaires qui ont pour but et effet de réduire nos libertés et surtout nos moyens, humains et financiers au sein de la CNAVPL et des différentes sections, afin de réduire notre rôle d’élu à celui d’exécutant de vos désirs, pas de ceux de nos mandants ?

Nous sommes élus pour garantir des retraites, gérer au mieux et réformer en fonction des évolutions de notre section et de notre société, et acceptons d’être jugé sur notre action en nous remettant en question tous les 3 ans. Avez-vous le sentiment d’être le conseiller, partenaire et soutien que nous attendons ? Nous n’avons pas cette impression, peut-être parce que nous n’avons pas été formés à la même école, la nôtre étant celle du terrain et du travail en entreprise.

Je n’avais rien dit d’autre sur la mafia à l’époque, mais depuis, abattu d’une balle antidémocratique dans le dos, je me pose des questions sur cette balle. Certes il n’y a pas mort d’homme, mais la méthode et le résultat relèvent de quel ordre: démocratique ou mafia ? Ce n’est qu’une question, pas une affirmation, chacun ayant je suppose son point de vue.

000000000000000000000000000000000000000

http://fr.euronews.com/2016/11/26/fidel-castro-est-mort-annonce-raul-castro-a-la-television-cubaine

Envoyé via upday

http://www.les-crises.fr/revue-de-presse-internationale-du-28112016/

Lire:

http://plus.lesoir.be/70505/article/2016-11-25/pourquoi-la-commission-europeenne-ete-victime-dune-cyberattaque-massive#

Le ministère de la Défense russe dénonce la demande des Américains «d’entraver toute assistance aux pétroliers et avions russes». Il rappelle par ailleurs ses résultats en matière de lutte antiterroriste.

Lire:

https://francais.rt.com/international/29590-si-usa-ne-veulent-pas-combattre-daesh-al-nosra-arretent-obstruer-autres

Historique:

Période Romaine – Période Médiévale

Une présence juive a existé en France pendant la période romaine, mais la communauté a principalement consisté en individus isolés, plutôt qu’une communauté établie. Après la conquête romaine de Jérusalem, les bateaux remplis de captifs juifs ont atterri à Bordeaux, Arles et Lyon. Des trouvailles archéologiques d’objets juifs avec des menorahs imprimées sur eux datent du premier jusqu’au cinquième siècle.

Des communautés juives ont été documentées en 465 à Vannes (Bretagne), en 524 à Valence et en 533 à Orleans. L’immigration juive a augmenté pendant cette période et des tentatives ont été faites pour convertir les Juifs au christianisme.

Au 6ème siècle, une communauté juive a prospéré à Paris. Une synagogue a été construite sur l’Ile de la Cité, mais était postérieurement détruite et une église a été érigée à la place.

Des sentiments antisémites n’étaient pas communs dans cette première période, en fait, après qu’un homme juif ait été tué à Paris au 7ème siècle, une foule chrétienne a vengé sa mort.

Pendant le 8ème siècle, les Juifs étaient actifs dans le commerce et la médecine. Les empereurs Carolingiens ont permis aux Juifs de devenir des approvisionneurs accrédités de la cour impériale. Les juifs sont aussi devenus impliqués dans l’agriculture et ont dominé le domaine de la viticulture; ils ont même fourni le vin pour la messe..

Moyen Age

La Première Croisade (1096-99) n’avait aucun effet immédiat sur les Juifs de France, cependant, à Rouen, les déclarations ont été faites par les Croisés justifiant leur persécution des Juifs à travers l’Europe.

Après la Deuxième Croisade (1147-49), une longue période de persécution a commencé. Le clergé français a fait des fréquentssermons antisémites .Dans quelques villes, comme Beziers, les Juifs ont été forcés de payer un impôt spécial chaque dimanche des Rameaux. A Toulouse, les représentants juifs ont dû aller à la cathédrale toutes les semaines et d’avoir leurs oreilles encadrées, comme un rappel de leur culpabilité. La première diffamation de sang de la France a eu lieu à Blois en 1171 et 31 Juifs ont été brûlés au bûcher.

La situation s’est détériorée pendant le règne du roi Philippe Auguste. Philippe a été élevé croyant que les Juifs avaient tuésdes chrétiens et, donc, a tenu une haine enracinée envers les Juifs. Après quatre mois de pouvoir, Philippe a emprisonné tous les Juifs dans ses pays et a exigé une rançon à leur sortie. En 1181, il a annulé tous les prêts faits par des Juifs aux Chrétiens et a pris un pourcentage pour lui. Une année plus tard, il a confisqué toute les propriétés juives et a expulsé les Juifs de Paris; il les a réadmis en 1198, seulement après qu’une autre rançon a été payée et un arrangement de taxation a été fait pour qu’ils lui procurent des fonds .

En 1215, le Quatrième Conseil de Latran a forcé les Juifs de porter un insigne dans les provinces du Languedoc, de la Normandie et de Provence.

Plus de persécutions antisémites ont eu lieu dans les provinces occidentales pendant le règne de Louis IX (1226-70). En 1236, les croisés ont attaqué les communautés juives d’Anjou et du Poitou et ont essayé de baptiser tous les Juifs, ceux qui ont résisté ont été tués. Environ 3,000 Juifs ont été assassinés.

En 1240, les Juifs ont été expulsés de la Bretagne et la discussion célèbre du Talmud a commencé à Paris. Le Talmud a été passé en jugement et a été par la suite brûlé en 1242. Malgré la persécution, les Juifs ont réussi à rester actifs dans le prêt à intérêt et le commerce. Les juifs ont été expulsés d’Angleterre et ont été aussi admis en France. De nouveau, en 1254, les Juifs ont été bannis de France, leurs propriétés et les synagogues ont été confisquées, cependant, après deux ou trois ans, ils ont été réadmis.

Phillippe IV est monté au pouvoir en 1285. En 1305, il a emprisonné tous les Juifs et a saisi tout ce qu’ils ont possédé sauf les vêtements sur leurs dos. Il a expulsé 100,000 Juifs de France et leur a permis de voyager avec seulement des provisions pour un jour. Le successeur de Phillippe IV, Louis X, a permis aux Juifs de revenir en 1315.

Entre 1338-1347, 25 communautés juives en Alsace furent les victimes de la terreur. Les massacres en réponse à la Peste Noire (1348-49) ont frappé les communautés juives partout dans l’est et le sud-est. Les Juifs d’Avignon et du Comtat Venaissin ont été épargnés de semblables destins à cause de l’intervention du pape. Nouvelle diffusion de carnage à Paris et Nantes en 1380. La culmination de toute la persécution et le carnage fut l’expulsion définitive des Juifs de France en 1394.

Malgré toutes les expulsions et les persécutions, l’étude juive a réussi à prospérer pendant le moyen âge. Tant en Ile-de-France que la Champagne sont devenus des centres pour l’étude juive et d’autres centres d’étude ont grandi dans la Vallée de la Loire, le Languedoc et la Province. Au nord, le commentaire talmudique et biblique, aussi bien que, la polémique anti-chrétienne et que poésie liturgique ont été étudiés. Tandis que, au sud, la grammaire, la linguistique, la philosophie et la science ont été étudiés. Aussi, dans le Sud, de nombreuses traductions ont été faites de matériels religieux de l’arabe et du latin au français.

Un des principaux savants juifs pendant le Moyen âge fut Rashi, qui a commencé sa yeshiva propre en France. Son commentaire biblique est un des travaux les plus populaires et largement connus aujourd’hui.

16ème – 18ème Siècles

Un grand nombre de Marranes, des Juifs secrets, du Portugal sont venus en France au milieu des années 1500. La majorité d’entre eux n’est pas restée fidèle au Judaïsme et s’est assimilée dans la société française. C’était la première fois depuis 1394 quand on a permis aux Juifs de légalement vivre dans le royaume de France.

Après les massacres de Chmeilnicki en 1648, plus d’habitants juifs, s’enfuyant d’Ukraine et de Pologne, sont venus en Alsace et en Lorraine. Un afflux d’immigrants est venu au sud-est de la France, quand le Duc de Savoie a publié un décret déclarant Nice et Villefranche de-Conflent des ports francs.

Les communautés d’Avignon et du Comtat Venaissin ont fleuri au 17ème siècle. Les juifs sont devenus impliqués dans l’activité commerciale et servaient fréquemment les foires et les marchés. Diffusion de succès à d’autres communautés voisines; l’inclusion de la communauté juive d’Alsace, qui a exploité les facilités données au Marranes, « des Juifs Portuguais. »

Les juifs ont commencé à revenir à Paris au 18ème siècle. Deux groupes de Juifs sont venus à Paris : Juifs du sud principalement des Sepharades venant de Bordeaux, Avignon et du Comtat Venaissin et des Ashkénases de l’Alsace, la Lorraine et un couple d’autres villes du nord. Les Sephardim plus riches se sont installés sur la rive gauche, tandis que les Ashkénases se sont installés à droite. La première auberge casher de Paris s’est ouverte en 1721 et sa première synagogue ouverte en 1788.

Des lois antisémites ont commencé à être abrogées en l’année 1780, comme « l’impôt de corps » qui a assimilé les Juifs au bétail. Environ 500 Juifs vivaient à Paris et environ 40,000 en France au moment de la Révolution française.

La Révolution Française

Après la Révolution française, on a finalement accordé la citoyenneté aux Juifs de France. Les Sephardim ont reçu la citoyenneté en septembre 1790 et les Ashkénases l’ont reçu environ six mois plus tard. On a donné des droits civiques aux juifs comme des individus, mais ils ont perdu leurs privilèges de groupe.

Pendant le Règne de la Terreur (1793-94), les synagogues et des organisations communes ont été fermées, avec d’autres institutions religieuses.

Napoléon a considéré les Juifs, « une nation avec une nation, » et il a décidé de créer une structure commune juive sanctionnée par l’état. De là, en 1806, il a ordonné la convocation de Grand Sanhédrin, composé de 45 rabbins et 26 laïcs. Le Grand Sanhedrin a frayé la voie pour la formation du système consistorial, qui était des corps religieux établis dans chaque département de France qui avait une population juive comptant plus de 2,000 personnes. Le système consistorial a fait du Judaïsme une religion reconnue et l’a placé sous le contrôle du gouvernement.

Malgré les nouvelles libertés retrouvées, on a passé des mesures antisémites en 1808. Napoléon a déclaré annulées toutes les dettes avec des Juifs , réduits ou a reporté, qui a causé près de la ruine de la communauté juive. Les restrictions ont été aussi placées là où les Juifs pourraient vivre, dans un effort de les assimiler dans la société française.

La Restauration

Les Juifs n’ont pas vécu la Restauration sans aucune hostilité. Des institutions éducatives juives purent être établies. En 1818, les écoles ont été ouvertes à Metz, Strasbourg et Colmar. D’autres écoles juives ont été ouvertes à Bordeaux et à Paris. La Yeshiva de Metz, qui a été fermée pendant la Révolution, a été rouverte comme un séminaire rabbinique central. Le séminaire a été transféré à Paris en 1859, où il continue aujourd’hui à fonctionner. On a donné le même statut au judaïsme commes d’autres religions reconnues.

Pendant le 19ème siècle, les Juifs étaient extrêmement actifs dans beaucoup de sphères de la société française. Rachel et Sarah Bernhardt sont deux femmes juives qui sont devenues de célèbres actrices de la Comedie Francaise à Paris. Bernhardt a finalement dirigé des pièces dans son propre théâtre et a reçu le titre de « Divine Sarah » par Victor Hugo.

Les juifs sont devenus impliqués dans la politique; par exemple, Achille Fould et Isaac Cremieux ont servi dans la Chambre des députés. Les juifs ont aussi excellé dans la sphère financière, deux familles principales étaient les Rothschild et les familles Pereire.

Dans le domaine de la littérature et de a philosophie, les Juifs bien connus ont inclus Emile Durkheim, Marcel Proust et Salomon Munk.

Tandis que la situation s’était améliorée pour les Juifs en France, l’Affaire de Damas a servi d’un réveil brutal. L’accusation d’une diffamation de sang à Damas a mené à une éruption de désordres antisémites en France en 1848. L’agitation générale a mené aux attaques en Alsace et s’est étendue, on a pillé des maisons juives vers le nord, et l’armée a dû être envoyée pour reprendre l’ordre.

La guerre de 1870 a transféré les communautés juives d’Alsace et de Lorraine du contrôle français au contrôle allemand, une perte principale pour la communauté juive.

Une augmentation de l’antisémitisme a commencé à la fin des années 1800. Des journaux antisémitie ont circulé, y compris « La France Juive » d’Edouard Drumont (1886), qui est devenu un best-seller. Les juifs ont été blâmés de l’écroulement de l’Union Generale, une banque principale catholique .

Dans cette atmosphère, l’infâme cas Dreyfus a été essayé. Le Capitaine Alfred Dreyfus a été arrêté le 15 octobre 1894, pour espionnage pour l’Allemagne. Il a reçu une condamnation à perpétuité dans l’Île du Diable au large de la côte de l’Amérique du Sud. Le gouvernement a voulu réprimer la preuve, qui est apparue pour éclairer par les écritures d’Emile Zola et Jean Jaures. Dix ans plus tard, le gouvernement français est tombé et on a déclaré Dreyfus innocent. Le cas de Dreyfus a choqué la Communauté juive dans le monde entier et a motivé Theodor Herzl pour écrire le livre « l’État juif : une Solution Moderne de la Question juive » en 1896. Le cas de Dreyfus a aussi mené à la loi française en 1905 séparant l’église et l’état.

Au début du 20ème siècle

Au changement de siècle, des artistes juifs étaient extrêmement en vue, y compris Modigliani, Soutine, Kisling, Pisarro et Chagall.
La France a fait face à une augmentation de l’immigration juive au début des années 1900. Plus de 25,000 Juifs sont venus en France entre 1881 et 1914. Les immigrants ont salué de partout l’Europe et l’Empire ottoman. Bien que, pour beaucoup d’immigrants, la France ait servi d’un point de transit plutôt qu’une destination finale.

L’avènement de la Première guerre mondiale a interrompu l’immigration juive et a aussi mis fin aux campagnes antisémites à cause du besoin d’un front unifié. La France était capable de regagner l’Alsace et la Lorraine et beaucoup de familles juives étaient capables de se réunir une fois que l’Alsace et la Lorraine soit devenue une partie de la France.

Pendant les années d’entre-guerre, l’immigration juive d’Afrique du Nord, de la Turquie et lde a Grèce ont de nouveau augmenté. L’immigration de l’Europe de l’Est est aussi montée en flèche, plusieurs sont venus après les pogroms en Ukraine et en Pologne. La tendance continue particulièrement après que les Etats-Unis ait interdit l’immigration libre en 1924.

La Fédération des Sociétés Juives de France (FSJF) a été établie en 1923 pour s’occuper des besoins de la communauté juive française.

Holocauste

Les Allemands ont envahi la France le 10 mai 1940 et Paris est tombée le 14 juin. Deux semaines plus tard l’armistice a été signé et la France a été divisée en des zones inoccupées et occupées et l’Alsace-Lorraine a été annexée au Reich. Le gouvernement de Vichy a été fondé en France. Environ 300,000 Juifs ont vécu en France avant l’invasion.

Entre septembre 1940 et juin 1942, on a passé un certain nombre de mesures antisémites, y compris l’expansion de la catégorie de ce qui est à un Juif, interdisant la négociation libre du capital juif, confisquant des radios dans la possession juive, exécutant et expulsant les membres juifs du mouvement de résistance, établissant un couvre-feu, interdisant un changement de résidence, ordonnant à tous les Juifs de porter un insigne jaune et interdisant l’accès au secteur public.

Le gouvernement de Vichy a établi un Commissariat Général aux Questions Juives en avril 1941, qui a travaillé avec les autorités allemandes aux affaires juives pour « aryaniser » dans la zone occupée. La Communauté juive française a été représentée par l’Union Generale des des Israélites de la France (UGIF) pendant l’occupation. Les juifs non-français vivant en France ont été traités différemment des Juifs français pendant cette période. Les juifs non-français ont été regroupés pour la déportation par la police française, tandis que les Juifs français ont été regroupés par la Gestapo, qui n’a pas eu confiance aux autorités françaises pour le faire.

En mars 1942, le premier convoi de 1,112 Juifs est parti vers les camps de concentration en Pologne et en Allemagne. Un rassemblement infâme a eu lieu le 16-17 juillet 1942, quand 12,884 personnes de Paris et ses environs ont été arrêtées. Un autre rassemblement d’une triste notoriété a eu lieu le 15 août 1942, quand 7,000 Juifs étrangers ont été arrêtés et remis aux allemands. Entre 1942 et juillet 1944, presque 76,00 Juifs ont été déportés vers les camps de concentration à l’Est via des camps volants français, seulement 2,500 sont revenus. De ceux qui ont été déportés, 23,000 avait la nationalité française, le reste était « apatride ».

Le camp principal de transit en France, Drancy, placé à l’extérieur de Paris, a été établi en 1941. Un certain nombre d’autres camps de transit ont été créés partout en France et ont été dirigés par la police française. Drancy a été conçu pour tenir 700 personnes, mais à son sommet en 1940 il a tenu plus de 7,000. Drancy a servi d’un point d’arrêt pour des milliers des Juifs en route vers Auschwitz.
Le camp de Transit de Gurs

Il y avait aussi des camps de concentration placés à l’intérieur de la France, comme Gurs, qui s’est ouvert en juin 1940. Avant 1941, il y a eu environ 15,000 résidents, y compris des Juifs étrangers; plusieurs ont péri là de la sous-alimentation et du mauvais état sanitaire. Plus de 3,000 Juifs sont morts dans ces camps d’internement. Quand l’Allemagne a occupé toute la France à la fin de 1942, la plupart des résidents ont été envoyés vers les camps de concentration en Allemagne et en Pologne. Après que les déportations se sont terminées au milieu de 1943, seulement 1,200 prisonniers sont restés.

Il est évalué que 25 pour cent de Communauté juive française sont morts dans l’Holocauste.

L’ère post-Holocauste

La France est devenue un refuge pour les réfugiés de l’après-guerre et en 25 ans sa population juive a triplé. En 1945, 180,000 Juifs vivaient en France et, avant 1951, la population s’est étendue à 250,000. Un afflux des Juifs d’Afrique du Nord a immigré en France dans les années 1950 en raison du déclin de l’empire français. Les vagues suivantes d’immigration ont suivi la Guerre des Six jours, quand 16,000 autres Juifs marocains et tunisiens se sont installés en France. De là, avant 1968, les Juifs Sépharades formaient la majorité en France. Ces nouveaux immigrants étaient déjà culturellement français et ont eu besoin de peu de temps pour s’adapter à la société française.

Aujourd’hui plus de 600,000 Juifs vivent en France, 375,000 à Paris. Il y a 230 communautés juives, y compris Paris, Marseille (70,000), Lyon (25,000), Toulouse, Nice et Strasbourg.

Deux des problèmes principaux faisant face à la Communauté juive française sont l’assimilation et l’antisémitisme. L’antisémitisme a été présent partout dans l’histoire de l’après-guerre de la France. Après la Guerre de Six Jour en 1967, les positions de l’anti-Israël ont été prises par de Gaulle et son gouvernement. La propagande anti-israélienne a été publiée en mai 1968 par la Nouvelle Gauche et les partisans du terrorisme palestinien; un certain nombre de heurts physiques ont éclaté entre les Juifs et les Arabes dans certains quartiers de Paris. Cette atmosphère a mené à unealiyah accrue des Juifs français et algériens à la fin des années 1960.

À la fin des années 70, une montée d’attaques racistes et antisémites a été effectuée contre des monuments juifs et des cimetières. Le 3 octobre 1980, une bombe a éclaté à l’extérieur d’une synagogue de Paris, tuant quatre personnes. Le terrorisme et l’antisémitisme ont continué à être un problème dans les années 1980 et 90, tant de synagogues, cimetières et des restaurants ont été vandalisés et profanés. On a appréhendé peu de criminels.

À la fin des années 1990, les Juifs ont été concernés de la montée du parti politique le Front national, qui soutient l’anti-immigration et qui a des vues antisémites.

En plus pour des problèmes avec l’antisémitisme, la France a eu la possession de difficulté jusqu’à son rôle dans l’Holocauste. Il a pris beaucoup d’années pour appréhender et juger les criminels de guerre français. Dans les années 1980, un procès a été tenu contre Klaus Barbie, qui a reçu la sentence de prison à vie. En 1994, Paul Touvie, qui était responsable du massacre de sept Juifs à Lyon pendant la Deuxième Guerre mondiale, a été jugé et condamné à la vie en prison. Un troisième procès, en 1997, a jugé Maurice Papon, un haut fonctionnaire responsable des affaires juives à Bordeaux. Le procès de Papon était différent des deux autres parce que les deux autres étaient des tueurs, tandis que Papon était un bureaucrate, qui a signé les décisions mortelles pour 1,560 Juifs français, y compris 223 enfants. Papon a été reconnu coupable pour des crimes contre l’humanité et a été condamné à dix ans de prison. Le procès a servi comme prétexte pour réexaminer le rôle de la France dans l’Holocauste. Le débat a surgi de la l’engagement du régime de Vichy dans le regroupement, l’expulsion et des assassinats de Juifs français .

La restitution pour des oeuvres d’art volé de la France est une autre question de controverse. En 1998, la France a finalement créé un corps centralisé pour examiner des cas de restitution de l’Holocauste pour des héritiers et les descendants d’entre ceux dont la propriété a été confisquée pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le musée national de France essaye de rechercher les propriétaires ou les héritiers de plus de 2,000 pièces d’oeuvres d’art non réclamées en sa possession. Il est évalué que plus de 100,000 pièces d’art ont été prises à des Juifs et à d’autres en France seule; des collections juivesde tableaux en France étaient parmi ceux désirés par les Nazis,

Communauté

Le Consistoire Central Israélite de France et d’Algerie, a rouvert après la guerre. Le Consistoire est responsable de former et nommer des rabbins, de l’instruction religieuse pour les jeunes, de la kashrout et de la surveillance et l’application de la loi juive dans les questions personnelles. Le Consistoire représente principalement les synagogues orthodoxes et un certain nombre de synagogues libérales sont ainsi à l’extérieur de sa juridiction.

Une autre organisation principale, le Conseil Representatif des Juifs de France (CRIF) a été fondée en 1944 et aujourd’hui il est composé de 27 organisations juives, des sioniste au socialistes. Depuis 1945, il a joué un rôle significatif dans le combat contre l’antisémitisme.

L’organisation principale de la communauté juive est les Fonds Social Juif Unifié (FSJU), qui a été fondé en 1949. Il est impliqué dans des entreprises sociales, culturelles et éducatives, aussi bien que de la collecte de fonds. Les centres communautaires du FSJU ont joué un grand rôle dans le processus d’absorbtion de nouveaux immigrants juifs.

Seulement 40 pour cent de Communauté juive française sont associés à une de ces instances communautaires. Il est aussi évalué que seulement 15 pour cent des Juifs français vont à la synagogue. La vie et la culture juive fleurissent. Il y a plus de 40 publications hebdomadaires et mensuelles juives, aussi bien que de nombreux mouvements de jeunesse juifs et des organisations.

La plupart des Juifs français envoient leurs enfants dans les écoles publiques, bien qu’il y ait la présence accrue d’écoles privées hébraïques; aujourd’hui près de 25 % d’enfants d’âge scolaire suivent des écoles juives à plein temps. À Paris seul, il y a 20 écoles juives dans le système privé. L’hébreu est considéré comme une langue étrangère dans beaucoup de lycées d’état. En 1985, une nouvelle bibliothèque patronnée par l’Alliance Israélite Universelle (AIU) s’est ouverte. C’est maintenant la plus grande bibliothèque juive en Europe.

Pendant les années 1980, il y eu une hausse du nombre de Juifs ultra-orthodoxes en France, particulièrement à Paris. Le mouvement Loubavitch a fait la plupart du travail en France, installant des panneaux d’affichage pendant les périodes de jour férié et tenant des cérémonies publiques d’allumage de bougies à Chanoukah.

Relations avec Israël

La France et Israël ont entretenu des relations avant la fondation de l’état. Des forts contacts entre le Yishouv et la France Libre ont existé dans la période avant la Guerre d’Indépendance; la France a donné l’appui moral et financier aux immigrants illégaux de la Palestine. En 1947, la France a soutenu le plan de division de l’ONU, mais la normalisation entre les deux pays était graduelle.

La coopération entre la France et Israël était à son plus haut pendant la campagne du Sinaï en 1956 et après jusqu’à la Guerre des Six jours en 1967. Pendant cette période, la France est devenue un des fournisseurs principaux d’armes d’Israël et un réseau de coopération technique et scientifique a été établi. Un accord culturel a été signé entre la France et Israël en 1959, établissant la langue française et des classes de littérature dans les universités israéliennes et l’instruction de la langue hébraïque dans les universités françaises.

Après que de Gaulle soit arrivé au pouvoir en 1958, la France a commencé à reconsidérer sa politique du Moyen-Orient. Les relations franco israéliennes se sont détériorées après la Guerre des Six jours quand de Gaulle a imposé un embargo d’armes contre l’Israël et a soutenu la position arabe. La France a commencé à reprendre ses relations avec l’Algérie et d’autres états arabes, se distançant plus loin d’Israël. La démission de de Gaulle en 1969 et sa mort suivante en 1972 n’a mené à aucun changement de la politique vers Israël. Le président Georges Pomidou a approuvé une politique pro-arabe du Moyen-Orient. Après sa mort soudaine en 1974, Alain Poher, un ami de longue date des Juifs, a repris comme le président agissant. Néanmoins, la France continuait toujours à rester tout près avec les états arabes et n’est pas intervenu dans le boycott de banques juives par les investisseurs arabes.

L’élection présidentielle de Francois Mitterand en mai 1981 a apporté l’espoir d’un changement d’attitude favorable vers Israël. Ces espoirs se sont manifestés par la visite de Mitterand en Israël au début de 1982. Dans cette visite, Mitterand a exprimé le besoin d’un état palestinien décevant ceux qui ont voulu voir l’appui plus fort pour Israël. Pendant la Guerre du Liban, la France a essayé de passer une résolution de l’ONU faisant pression sur Israël pour l’acceptation d’un cessez-le-feu et la non entrée dans Beyrouth; les Etats-Unis ont mis leur veto à la résolution de l’ONU. Historiquement, la France et le Liban étaient proches, depuis que le Liban a eu l’habitude d’être une colonie française.

Dans les années 1990, Mitterand a envoyé des forces pour rejoindre les alliés pendant la Guerre du Golfe. Il a aussi rencontré le Président Herzog en 1992 et a établi la Maison France-Israël , située au coeur de la France. Malgré ces événements positifs, une amitié questionnable avec Rene Bousquet, le secrétaire général de la police dans le gouvernement Vichy, qui a été assassiné en 1993, a aigri beaucoup de Juifs français.

Mitterand a été remplacé par Jacques Chirac comme président en 1995. Chirac a été impliqué dans les négociations de paix entre Israël et ses voisins arabes. Chirac était le premier chef d’Etat à adresser au conseil législatif palestinien en 1996. Il soutient aussi un plus grand rôle européen dans le processus de paix, particulièrement dans la médiation d’un accord de paix entre Israël et le Liban. Chirac est non seulement impliqué dans le processus de paix, ainsi que le Premier ministre Jospin. En 2000, Jospin a visité Israël pour discuter du processus de paix et des relations bilatérales.

Les sites touristiques juifs

Paris:

Pletzel : le coeur du Paris juif est le Pletzel, un nom Yiddish venant du vieux quartier juif du 13ème siècle trouvé dans le quartier du Marais. Malgré toutes les expulsions, les Juifs ont réussi à trouver des échappatoires dans l’interdiction, ainsi il n’y avait jamais de temps où les Juifs n’ont pas vécu à Paris. Un des endroits les plus vieux dans le voisinage est une construction du 16ème siècle dans la cour une fois appelée l’Hôtel des Juif, qui se trouve 20 rue Ferdinand Duval . C’était une des premières places occupées par des Juifs d’Alsace-Lorraine et d’Allemagne.

La synagogue d’Art Nouveau, agoudas hakehilos, située 10 rue Pavée, est une des constructions les plus intéressantes de la zone, la synagogue d’Art Nouveau. Construite en 1913 pour des immigrants russes et roumains, la synagogue a été conçue par Hector Guimard, qui est plus célèbre pour ses conceptions utilisées pour le système de métro de Paris.

Dans le quartier, on peut trouver le musée de la ville de Paris, le Musée Carnavalet, logé dans l’ancienne maison de Madame de Sévigné situé au 23 rue de Sévigné . Deux pièces dans le musée sont consacrées aux personnalités juives en vue dans l’histoire de la ville, Rachel (une célèbre actrice juive du19ème siècle) et Marcel Proust.

Une promenade à deux minutes du musée est la Place des Vosges, une célèbreplace parisienne, où certaines des premières constructions du 17ème siècle de la ville peuvent être trouvées. L’actrice Rachel a vécu dans un immeuble neuf. Victor Hugo a vécu dans l’appartement numéro six et une modeste synagogue au deuxième étage peut être trouvée dans l’appartement numéro 14.

A l’ouest un autre bloc est la magnifique synagogue de la rue des Tounelles. Construite en 1870, la synagogue a à l’origine appartenu à une population d’Ashkénases, cependant, après l’afflux d’Afrique du Nord dans les années 50 et les années 60, elle est devenue Sephardique.

Dans le coeur du Pletzel se trouve le Mémorial au Martyr juif Inconnu (rue Geoffroy). Le mémorial consiste en un bâtiment de quatre étages, à l’intérieur de la cour est un grand cylindre de bronze avec les noms des camps de la mort inscrits sur lui. La crypte contient des cendres de camps de concentration et du Ghetto de Varsovie. À côté du mémorial est un mur en pierre avec des scènes gravées de l’Holocauste . À l’intérieur du bâtiment est l’illustration, des expositions de photo, un centre de documentation de l’Holocauste et une bibliothèque.

Faubourg – Montmartre : un autre quartier parisien avec beaucoup de sites d’intérêt juifs est le quartier du Faubourg – Montmartre. Dans le quartier il y a beaucoup de synagogues, de restaurants casher et des bureaux d’organisations diversesjuives. Dans le centre du voisinage est la synagogue située 28-30 rue Buffault. La synagogue, a été ouverte en 1877, elle était la première synagogue à Paris à devenir Sephardique, adoptant le rite portugais en 1906. À côté de la synagogue est une plaque commémorative consacrée aux 12,000 enfants parisiens juifs déportés à Auschwitz.

Une deuxième synagogue bien connue dans le quartier, est le Temple de la Victoire, située 44 rue de Victoire; on la connaît aussi comme la synagogue Rothschild. Ouverte en 1874, la synagogue fait placer des places spéciales sur la bimah pour les grands rabbins de Paris et de France. Les rabbins menant le service portent toujours des costumes de l’ère napoléonienne.

Située au numéro 42 rue des Saules, à Montmartre, se trouve le Musée d’Art juif. À l’intérieur on peut voir des lithographies de Chagall, des croquis de Mané-Katz et des peintures de Alphonse Levy. Les pierres tombales, des ketoubot et des articles rituels juifs peuvent aussi être trouvées dans le musée. Aussi il y a une exposition de modèles de synagogues d’à travers l’Europe.

Les maisons d’anciensjuifs riches peuvent être trouvées dans la Rue du Faubourg St.-Honoré, y compris les anciennes maisons des Rothschild (numéro 33 et 35) et des Pereires (numéro 41 et 49), qui sont maintenant les résidences des ambassadeurs et des ambassades.

Autres quartiers : les sites juifs ne sont pas limités dans ces deux principaux quartiers. Près de l’Arc de Triomphe est la Synagogue de la rue Copernic, qui loge la plus grande congrégation non-orthodoxe. La synagogue était la cible d’attaques anti-sémitiques en 1980, tuant 4 personnes. Construite en 1906, la synagogue contient des plaques pour ceux qui sont morts dans la Première guerre mondiale et à l’attentat à la bombe en 1980.

Une autre belle synagogue est située près de la Tour Eiffel 14 rue Chasseloup-Laubat. Achevée en 1913, la synagogue a une façade en pierre jaune. Elle sert tant pour les Sephardim que pour les Ashkénases russes et allemands.

Près de la Seine, est le Théâtre de la Ville de Paris, autrefois le Théâtre de Sarah Bernhardt. Au deuxième étage du théâtre est une chambre avec ses affaires, aussi bien que des souvenirs. Est tout près se trouve la Place du Théâtre Français, où Rachel a fait son début en 1838.

À l’intérieur du Louvre, se trouvent beaucoup d’articles d’intérêt juif, y compris les portes du Tombeau de Rois à Jérusalem, des travaux de la renaissance avec des thèmes bibliques, une description de la langue Moabite en 34 lignes de 824 description d’une victoire Moabite sur Israël. Les peintures par des artistes juifs, comme Chaim Soutine, peuvent être trouvées à L’Orangerie. Une autre collection intéressante est la Collection Strauss-Rothschild trouvée au Musée Cluny.

Un des sites les plus célèbres à Paris est NotreDame.Des deux côtés du portail central sont deux figures féminines, une est Ecclesia et l’autre est Sinagoga. Ecclesia, une belles femme, représente le christianisme, tandis que Sinagoga, une femme les yeux bandés avec un serpent autour de ses yeux, représente le Judaïsme.

Derrière Notre Dame, se trouve un square près d’un petit Mémorial aux Déportés, consacré aux victimes françaises du Nazisme. Se trouvent à l’intérieur les noms des camps de la mort allemands où 200,000 hommes français, femmes et des enfants ont été mis à mort. Au-dessus de la porte, en français, sont les mots : « pardonnez, mais n’oublier pas. »

Lyon

A deux heures au sud de Paris se trouve la ville de Lyon, connue pour ses plaisirs culinaires, aussi bien que pour sa soie et ses tissus. Beaucoup de résistants juifs se sont cachés dans la ville pendant la Deuxième Guerre mondiale. Klaus Barbie, « le Boucher de Lyon, » y a principalement fondé ses opérations. À la veille de la Deuxième Guerre mondiale, 5,000 Juifs ont vécu à Lyon, dont beaucoup ont péri. Après la Guerre, beaucoup d’immigrants juifs se sont installés là et actuellement il y a une population juive assez importante de 20,000 personnes.

Lyon a plus de 20 synagogues. Deux d’entre elles les plus célèbres sont la Grande Synagogue et Neve Shalom. La Grande Synagogue, située 14 quai Tilsitt, a été construite en 1864. Neve Shalom, est une belle synagogue Sephardique et un centre communautaire.

Lyon a aussi plusieurs restaurants casher.

Arles

Arles était une fois la capitale romaine et un centre religieux médiéval principal. Un site d’intérêt juif est le Musée Arlaten, qui contient judaica local.

Rouen

Ancienne capitale de la Normandie, une présence juive à Rouen date du 11ème siècle. Pendant le 13ème siècle, c’était une ville d’importance historique et économique pour les Juifs. Un des sites les plus étonnants à Rouen est une structure en pierre romane, datant en arrière de plus de mille ans et considérée pour être la construction juive la plus vieille en Europe. Inscrite sur elle en hébreu sont les expressions « Puisse le Règne de la Torah pour toujours » et « Cette maison est suprême. » La structure est maintenant située sous terre. Certains théorisent que cette structure est une yeshiva du Moyen âge, la seule de sa sorte à toujours être là.

Synagogues dans le Comtat Venaissin

Les synagogues à Carpentras et Cavaillon datent du 18ème siècle et sont considérées comme des monuments nationaux. Une synagogue à Avignon, de cette ère n’a pas survécu, mais a été complètement reconstruite en 1846. 

http://hebreunet.free.fr/histjuif.htm

Le tribunal d’application des peines de Melun a rejeté la demande de liberté conditionnelle de Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de prison pour avoir tué son mari violent.
Lire:

http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/jacqueline-sauvage-maintenue-en-detention-pourquoi-la-justice-a-rejete-la-demande-de-liberation-conditionnelle-de-l-accusee-7784416818

salimsellami's Blog

WASHINGTON DC, Etats-Unis (07h15) – Il y a deux ans, le président Barack obama l’avait viré. Le général Michael Thomas Flynn voulait juste deux choses: la lutte contre le terrorisme et l’association avec la Russie pour le faire. Proche des Frères musulmans comme Alain Juppé et François Hollande, en France, Barack Obama, avait vu ça d’un mauvais oeil.Le général Michael T. Flynn revient donc par la grande porte, deux ans après avoir été mis à la retraite de manière inélégante. Quand Donald Trump a demandé, hier, au général de devenir son conseiller à la sécurité nationale à la Maison Blanche, tout le monde a compris. Ça marque une vraie rupture.Ancien vétéran de la guerre en Irak et en Afghanistan, Michael T. Flynn a analysé la situation et sait qu’il n’y a pas d’alternative contre le djihadisme, pas de demi-mesure, il n’y a que l’éradication, « à la Tchétchène », comme le dirait l’autre.Ironie du sort, et probablement l’explication de l’exaspération de…

View original post 113 mots de plus

La semaine écoulée a été écrasée par la victoire de Donald Trump à l’élection présidentielle américaine. Même si en nombre de voix Hillary Clinton a gagné, Donald Trump a largement triomphé. Clinton a gagné 147 de ses 232 grands électeurs sur 9 Etats seulement. Dans ses Etats elle l’emporte avec plus de 15% d’avance. Trump l’emporte avec plus de 15 points d’écart dans 19 Etats même si cela ne lui a rapporté que 117 grands électeurs sur 306.
La stratégie moins concentrée des républicains a gagné lors de ces élections. Il y a sur ce point une erreur stratégique des démocrates qui ne se sont focalisés sur les Etats rapportant un grand nombre de grands électeurs. C’est insuffisant.

lire: https://philippewaechter.nam.natixis.com/2016/11/14/la-dynamique-trump-ma-chronique-macroeconomique/#more-13667

00000000000000000000000000000000000000

aeroport-bruxelles-700x394La direction de l’aéroport de Bruxelles annonce que les autorités américaines mettront en place, à partir de l’été 2017 à Zaventem, une procédure de « prédédouanement » (preclearance) pour tous les vols à destination des Etats-Unis.
Concrètement, les douanes américaines disposeront de leur propre poste de douane à l’intérieur de l’aéroport de Zaventem. Les autorités américaines pourront procéder à toutes les opérations d’immigration et de douane, avant même le décollage du vol. Une fois la douane américaine passée, les passagers se trouveront alors dans une zone considérée comme territoire américain.
L’instauration de ce système à Bruxelles a été initié en mai 2015 mais il a été retardé par les attentats à Bruxelles. Pour Brussels Airport, le prédédouanement permettra d’améliorer le confort des passagers en partance aux Etats-Unis en leur évitant de subir les longues files d’attente au passage de l’immigration à l’arrivée. Du côté de l’administration américaine, l’objectif est quant à lui clairement sécuritaire : la procédure doit permettre de repérer les profils suspects avant leur embarquement.

lire:https://www.cnewyork.net/2016/11/16/douane-americaine-aeroport-bruxelles/

000000000000000000000000000000000000000000

http://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-17112016/

00000000000000000000000000000