Archives de la catégorie ‘Malaisie’


Crash d’un Boeing malaisien en Ukraine (228)
Les gouvernements occidentaux avaient compris le danger de voler au-dessus du territoire de l’est de l’Ukraine avant le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en juillet 2014, mais ils avaient préféré ne pas le dire, lit-on dans l’édition australienne The Sydney Morning Herald qui se réfère au rapport de l’organisation allemande Correctiv.

L’édition australienne indique que les autorités occidentales ont soumis à un risque les passagers des vols civils au-dessus de l’est de l’Ukraine, et qu’elles n’ont pas prévenu les transporteurs aériens sur l’escalade du conflit au Donbass, pourtant évidente.

Lors d’une réunion du 14 juillet 2014, à laquelle les ambassadeurs étrangers avaient pris part, les autorités ukrainiennes ont évoqué l’escalade de la situation dans l’espace aérien. Le ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré plus tard que les vols civils et leur sécurité n’était pas au menu de cette rencontre.

L’agence Correctiv dit avoir une copie du rapport du diplomate néerlandais Gerrie Willems, dont le contenu est contraire aux déclarations du ministère allemand, écrit The Sydney Morning Herald.

Le rapport de M.Willems indique que les représentants des ambassades américaine, canadienne, brésilienne, japonaise, ainsi que celles des pays de l’Union européenne ont pris part à la rencontre du 14 juillet 2014. Les vols civils n’ont pas été mentionnés, mais la possibilité de l’escalade du conflit dans l’espace aérien est indiqué dans le rapport, ce qui « signifiait automatiquement les risques pour les vols civils », souligne l’édition qui cite l’agence Correctiv.

Selon l’enquête de Correctiv citée par The Sydney Morning Herald, l’ambassadeur allemand en Ukraine a remis ces données à son ministère. Cependant, le ministère allemand a refusé de publier l’information sur ce briefing sous prétexte qu’elle n’ait été destinée qu’aux participants à cette rencontre. En même temps, la partie ukrainienne a publié l’information correspondante le 15 juillet 2014, annonce l’édition australienne.

Cette semaine, suite à la requête de Correctiv, la Cour administrative de Berlin a obligé le ministère allemand des Affaires étrangères à rendre publiques certaines données sécrètes. L’enquête de Correctiv a découvert que le ministère allemand avait disposé de données précises sur le danger des vols au-dessus de l’est de l’Ukraine, plusieurs jours avant le décollage du MH17.

Conformément à la décision de la Cour administrative, le ministère allemand des Affaires étrangères devra informer l’agence Correctiv, si l’ambassadeur allemand avait fait un rapport sur le briefing et quand le ministère avait transmis ce rapport au ministre Franc-Walter Steinmeier, à l’administration de la chancelière Angela Merkel et au ministère de la Défense.

« Nous voulons savoir pourquoi des milliers de gens étaient soumis en danger, et pourquoi aucun avertissement n’ait été pas publié. C’était la responsabilité du ministère des Affaires étrangères, de prévenir les entreprises aériennes, et puis les passagers sur les dangers de vols au-dessus de l’Ukraine », estime l’agence Correctiv.

0000000000000000000000000000000000000000

A la recherche du Boeing malaisien

Selon la nouvelle analyse des données disponibles, le vol MH370 mystérieusement disparu a volé pendant encore plusieurs heures après la perte de contact entre les contrôleurs aériens et l’appareil, qui a accompli trois manœuvres, écrit mardi l’hebdomadaire Moskovski komsomolets.

L’avion s’est ensuite dirigé vers l’ouest, le sud, puis l’Antarctique. L’enquête internationale a ainsi confirmé que le Boeing malaisien avait été détourné.

Les experts des catastrophes d’aviation estiment qu’un certain individu se trouvait dans la cabine des pilotes et a sciemment changé le cap en direction de l’Antarctique. Les experts se réfèrent aux données satellites pour soutenir qu’après le dernier contact du contrôleur aérien avec l’appareil, ce dernier a changé de cap à trois reprises.

Selon l’expert Malcolm Brenner, ces actions de l’équipage font penser que quelqu’un a sciemment écarté l’avion de son cap.

0000000000000000000000000000000000000000000000000

Asean Weaver For Business Blog

La Malaisie a affiché la lutte contre la corruption comme l’un de ses principaux objectifs. Aujourd’hui, il est possible d’observer une amélioration et de noter que les efforts de MACC ne demeurent pas vains, même si le chemin est encore long. 

Mesurer la corruption, de quoi parle-t-on ? 

Chaque année, Transparency International, une organisation à but non gouvernemental, classe les pays du monde entier en fonction de leur taux de corruption. Fondée en 1993 à Berlin par Peter Eigen, ancien directeur de la Banque mondiale, cette organisation est reconnue internationalement et bénéficie de plus de 80 antennes à travers le monde. Elle s’appuie sur plusieurs outils, dont l’indice de la perception de la corruption, le baromètre mondial de la corruption et l’indice de corruption des pays exportateurs. Le premier est construit à partir d’une série de sondages réalisée auprès d’experts, d’universitaires, d’entrepreneurs… Les pays sont ensuite classés sur une échelle de…

View original post 213 mots de plus

Solidarité Ouvrière

AFP, 6 janvier 2015 :

Cumulant des journées de 12 heures dans une usine électronique en Malaisie dans des conditions déplorables, Manu rêve de retourner dans son village pauvre au Népal, mais comme bien d’autres étrangers, ce « travailleur forcé » n’a pas d’échappatoire.

Son passeport a été illégalement confisqué par ses employeurs dans une usine japonaise de la banlieue de Kuala Lumpur, et il a du mal à rembourser la somme élevée qu’il a dû leur verser pour être recruté, dans l’espoir d’une vie meilleure.

View original post 532 mots de plus

WPMT FOX43

[van id= »bestoftv/2015/01/02/nr-hancocks-six-more-bodies-airasia-crash.cnn »]

Searchers looking for more bodies and wreckage from AirAsia Flight QZ8501 continue to be hindered by tough weather conditions.

Ships, planes and helicopters are being used to try to find victims of the disaster. Most of the people on board the flight remain missing, and search teams are still looking for the main wreckage of the plane.

Efforts are being concentrated in a zone covering 1,575 square nautical miles (5,400 square kilometers) that officials believe is the « most probable area » for where the remains of the aircraft are located.

But on Friday, waves in the Java Sea as high as four meters (13 feet) were making it hard for divers to carry out underwater searches.

The weather is « the biggest obstacle, » said Bambang Hermanu, chief of police in Indonesia’s Central Kalimantan province, where much of the search operation is based.

Here’s more key information about where things stand…

View original post 866 mots de plus

Vol AirAsia : les débris retrouvés semblent bien être ceux du vol QZ8501


Selon le directeur général des transports aériens indonésiens, l’armée de l’air indonésienne a détecté des débris qui ressembleraient à une porte et à un toboggan d’urgence de l’Airbus A320-200 de la compagnie AirAsia. Depuis dimanche, 162 personnes sont portées disparues.

L’armée de l’air indonésienne a repéré des débris qui pourraient être ceux de l’Airbus A320-200 d’AirAsia qui a disparu dimanche.

LIRE: http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/vol-d-air-asia-disparu-des-debris-detectes-624901

0000000000000000000000000000000000

Publié le 29-12-2014 à 07h14Mis à jour à 07h16

L’avion d’Air Asia, disparu dimanche, est probablement « au fond de la mer » en Indonésie, selon les autorités indonésiennes. Le copilote était français.

Un responsable indonésien montre le lieu où le vol d'Air Asia a disparu.  (AFP) Un responsable indonésien montre le lieu où le vol d’Air Asia a disparu. (AFP)
 Plus:

 

  • Martinique 1ère
  • Publié le 28/12/2014 | 11:24, mis à jour le 28/12/2014 | 16:58

Remi Plesel, originaire du Marigot, est le copilote de l’Airbus qui a disparu ce dimanche entre l’Indonésie et Singapour. Parti de Jakarta (Indonésie) l’avion aurait demandé à changer sa trajectoire en raison des conditions météorologiques, peu avant de disparaître des écrans radars.

Remi Plesel, pilote martiniquais et un AirAsia Airbus A320-200, près de Jakarta (Indonésie), le 30 janvier 2013 © Appag.fr/ et Enny Nuraheni/ REUTERS
© Appag.fr/ et EnnyNuraheni/ REUTERS
Remi Plesel, pilote martiniquais et un AirAsia Airbus A320-200, près de Jakarta (Indonésie), le 30 janvier 2013
—————————–
Selon la direction générale de l’aviation civile Indonésienne, le vol QZ8501 transportait sept membres d’équipage et 155 passagers. Parmi les membres d’équipage figure un Français. Il s’agit de Remi Plesel, 45 ans, martiniquais, originaire du Marigot, vivant à Paris, copilote de l’avion qui a disparu ce dimanche entre l’Indonésie et Singapour. Ces derniers jours le martiniquais vivait en Indonésie avec sa compagne.

Ce dimanche matin le conseil municipal du Marigot a rendu une visite à la famille du pilote martiniquais, quartier plate-forme, Marigot. Un syndicaliste de Force Ouvrière confirme l’origine martiniquaise du copilote, sur son compte twitter.

000000000000000000000000000000000000000000000000

https://actualitesvoyages.files.wordpress.com/2014/12/image472.jpg?w=471&h=270image

INFOS PLUS NEWS...

il-s-agit-du-premier-incident-grave-enregistre-par-airasia_2311664_800x400

Choc, tristesse et angoisse pour les familles des 162 personnes qui étaient à bord de l’Airbus A320 d’AirAsia. L’appareil a disparu des écrans de contrôle la nuit dernière environ une heure après avoir décollé de la ville indonésienne de Surabaya à destination de Singapour.

Aucune trace de l’Airbus n’avait encore été trouvée ce dimanche. Les recherches ont été suspendues pour la nuit.

155 Indonésiens, trois Sud-Coréens, un Français, un Britannique, un Malaisien et un Singapourien étaient à bord de l’appareil, a précisé AirAsia après un nouveau décompte. Le Français était le copilote.

Des cellules de crise ont été créées à l’aéroport de Changi à Singapour et à Surabaya pour accueillir les proches des passagers.

Peu avant la disparition du vol QZ 8501, le pilote avait demandé l’autorisation au contrôle aérien de changer de plan de vol en prenant de l’altitude en raison de mauvaises conditions météorologiques.

L’appareil était exploité par…

View original post 54 mots de plus

Modifié à 17h33, le 28 décembre 2014

Ce que l'on sait de la disparition du vol d'AirAsia

 

  • Vol AirAsia porté disparu: les proches attendent des nouvelles

Par Alcyone Wemaere, avec agences

L’ESSENTIEL – Le contact a été perdu avec un avion d’AirAsia entre l’Indonésie et Singapour. A bord de l’Airbus : 155 passagers et 7 membres d’équipage, dont un Français.

L’INFO. On est sans nouvelles du vol QZ 8501 de la compagnie aérienne à bas coûts AirAsia. L’Airbus 320-200, qui avait pris le départ de la ville indonésienne de Surabaya en direction de Singapour, a perdu le contact avec la tour de contrôle de Djakarta, à 7h55 heure locale.

162 personnes à bord. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, AirAsia précise que l’avion transportait (hors équipage) 138 adultes, 16 enfants et un nourrisson. A son bord, figuraient également 7 membres d’équipage, parmi lesquels le copilote français. La compagnie a également précisé que 156 Indonésiens, trois Sud-Coréens, un Malaisien un Singapourien, un Français (le copilote), et un Britannique figuraient parmi les passagers et membres de l’équipage.

Le contact « perdu » entre l’Indonésie et Singapour. Le vol QZ8501 avait quitté l’aéroport international Juanda de Surabaya, sur l’île indonésienne de Java, à 5h20. Il devait atterrir à l’aéroport Changi de Singapour à 8h30. Selon un communiqué de la direction de l’aviation civile de Singapour, le contact a été perdu dans l’espace aérien indonésien, une heure après le décollage, à « 200 milles nautiques (environ 350 km) au sud-est de la frontière entre les régions d’information de vol de Jakarta et de Singapour ».

De mauvaises conditions météo pendant le vol. Peu avant la disparition de l’appareil, les pilotes avaient demandé l’autorisation au contrôle aérien à Jakarta de dévier de son plan de vol. Et souhaitaient prendre de l’altitude, en raison de mauvaises conditions météorologiques, a précisé AirAsia.

>> LIRE AUSSI – Ukraine : le dernier message d’un passager de la Malaysia Airlines

Où en sont les recherches ? Des opérations de recherche en mer ont été lancées pour retrouver l’appareil, avant d’être suspendues pour la nuit. « Nous avons interrompu les recherches car il commençait à faire nuit. La météo aussi n’était pas très bonne », a déclaré un porte-parole du ministère indonésien, précisant que les opérations reprendraient lundi matin.

L’armée de l’air indonésienne a indiqué avoir dépêché deux avions et un hélicoptère pour effectuer des recherches dans une région dans l’est de Java, au sud-est de Pangkalan Bun, dans la province de Kalimantan. « Nous n’avons pu détecter aucun signe visuel », a déclaré un porte-parole de l’armée de l’air indonésienne.

La marine et l’aviation singapouriennes sont aussi mobilisées. Les efforts de recherches se concentrent sur une région entre l’île de Belitung et Kalimantan, sur le côté ouest de l’île de Bornéo, à mi-chemin du plan de vol prévu.

L’angoisse des proches. Des proches de passagers paniqués se sont rassemblés à l’aéroport de Changi à Singapour, et des centaines d’autres se sont précipités à l’aéroport de Surabaya. A Surabaya, une femme de 45 ans a déclaré à l’AFP avoir six membres de sa famille dans cet avion: « Ils allaient à Singapour pour passer des vacances. Ils ont toujours volé avec AirAsia sans problème », a-t-elle dit.

Ce que l'on sait de la disparition du vol d'AirAsia

© AFP

Dans quel état était l’avion ? L’avion disparu avait fait l’objet d’une maintenance le 16 novembre, a indiqué AirAsia, qui n’a jamais connu d’accident fatal jusqu’ici.

L’Airbus disparu était exploité par AirAsia Indonésie, une succursale d’AirAsia basée à Kuala Lumpur en Malaisie, qui domine marché des compagnies à bas coûts dans l’Asie du Sud-Est.

source: http://www.europe1.fr/international/un-airbus-d-airasia-a-disparu-2328895

00000000000000000000000000000000000000000

sentinelblog

zerohedge

About 12 hours after AirAsia flight QZ8501 with 162 people on board disappeared and lost all contact with Jakarta air traffic control at 6:17 am local time (11:17 pm GMT Saturday), the aircraft searching for any clue of what may happened to the second unexplained disappearance of an airplane flying in the region, have been called off due to nightfall even as ships will continue their search through the night. As Sky News reported, « Rescuers scouring the Java Sea have halted their search because it is getting dark, Indonesia’s transport ministry said.  Hadi Mustofa said: « We ended at 5:30 pm (1030 GMT) because it was getting dark. The weather was also not too good as it was getting really cloudy. « Tomorrow we will begin at 7 am, or even earlier than that if the weather is good. »

Read More Here: zerohedge.com

View original post

Le vol QZ8501 a quitté l’aéroport international Juanda de Surabaya, sur l’île indonésienne de Java, à 05H20 et devait atterrir à l’aéroport Changi de Singapour à 08H30 (00H30 GMT).

Un avion d'AirAsia disparaît entre l'Indonésie et Singapour (officiel)

Par La Voix de la Russie | Un avion de la compagnie malaisienne à bas coûts AirAsia a disparu dimanche entre l’Indonésie et Singapour avec 161 personnes à bord, a annoncé un porte-parole du ministère indonésien des Transports.

« Jakarta a perdu le contact avec le vol AirAsia entre Surabaya et Singapour à 07H55 » heure locale, a indiqué J.A. Barata à l’AFP.

L’A320-200 transportait six membres d’équipage et 155 passagers dont 16 enfants et un nourrisson, a-t-il ajouté.

Le vol QZ8501 a quitté l’aéroport international Juanda de Surabaya, sur l’île indonésienne de Java, à 05H20 et devait atterrir à l’aéroport Changi de Singapour à 08H30 (00H30 GMT).

Selon un communiqué de la direction de l’aviation civile de Singapour, le contact a été perdu dans l’espace aérien indonésien, à « 200 milles nautiques (environ 350 km) au sud-est de la frontière entre les régions d’information de vol de Jakarta et de Singapour ».

AirAsia a indiqué qu’une opération de recherches avait été lancée pour tenter de localiser l’avion.

« Pour le moment nous n’avons malheureusement pas d’autre information sur la situation des passagers et des membres d’équipage à bord », a indiqué la compagnie.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_12_28/Un-avion-dAirAsia-disparait-entre-lIndonesie-et-Singapour-officiel-4391/

0000000000000000000000000000000000

°°°
Un avion d’AirAsia a disparu entre l’Indonésie et Singapour avec 162 personnes dont un Français à bord
°°°

l’airbus venait de Surabaya et volait vers Singapour

This Nov. 10, 2014 photo shows an AirAsia A320-200

(Photo: Lai Seng Sin, AP)

Par LEXPRESS.fr avec AFP, publié le 28/12/2014 à  08:04, mis à jour à  08:13

Un Airbus A320 de la compagnie malaisienne à bas coûts AirAsia a disparu ce dimanche entre l’Indonésie et Singapour avec 162 personnes à son bord. Le copilote de l’appareil pourrait être un Français.

Un Français est présent à bord de l’Airbus A320 qui a disparu des radars dans la nuit de samedi à dimanche entre l’Indonésie et Singapour, selon la compagnie AirAsia sur son compte Twitter.

Equipage compris, 162 passagers étaient présents dans l’appareil de la compagnie lowcost asiatique: un Singapourien, un Français, un Malaisien, trois Sud-coréens et 156 Indonésiens, dont seize enfants et un nourrisson.

Mauvaise météo

Le pilote de l’Airbus A320 d’AirAsia qui a disparu entre l’Indonésie et Singapour (vol QZ8501) avec 162 personnes à son bord dimanche matin avait demandé à « dévier » de son plan de vol en raison de mauvaises conditions météorologiques, a indiqué la compagnie malaisienne.
« L’avion avait demandé à dévier en raison de la météo », a déclaré la compagnie dans un message sur son compte Facebook. « La communication avec l’avion a été perdue pendant qu’il était encore sous le contrôle des Autorités indonésiennes du trafic aérien (ATC) », a ajouté AirAsia.

Le contact avec le contrôle aérien à Jakarta a été perdu entre Surabaya, sur l’île de Java, et Singapour à 07h55 heure locale, a indiqué à l’AFP un porte-parole du ministère indonésien des Transports, J.A. Barata.

Avec

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/un-avion-d-airasia-a-disparu-entre-l-indonesie-et-singapour-avec-162-personnes-dont-un-francais-a-bord_1635966.html#YOjpgiJylZ4gIY5P.99

PLUS:

20 minutes.ch  – ‎Il y a 1 minute ‎
Europe1  – ‎Il y a 3 minutes ‎
dh.be  – ‎Il y a 2 minutes ‎
Le Huffington Post  – ‎Il y a 5 minutes ‎
RTS.ch  – ‎Il y a 6 minutes ‎

000000000000000000000000000000000000000000

Aujourd’hui, 13:53
Crash MH17 : les parents des victimes engageront les poursuites contre l'Ukraine, la Malaisie et la Russie

Par La Voix de la Russie | Les membres de familles des Australiens tués dans le crash du Boeing de Malaysia Airlines en Ukraine se proposent de poursuivre l’UKraine, la Malaisie, la Russie et la compagnie aérienne Malaysia Airlines auprès de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), communiquent des médias australiens.

Leurs intérêts seront représentés par l’avocat Jerry Skinner. Selon les journalistes, avant de s’adresser à la CEDH l’avocat se propose d’attendre les détails de l’enquête.

Le Boeing 777 de Malaysia Airlines s’est écrasé le 17 juillet dans l’est de l’Ukraine. Tous ses 298 occupants, dont 38 Australiens, ont trouvé la mort.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/news/2014_12_04/Crash-MH17-les-parents-des-victimes-engageront-les-poursuites-contre-lUkraine-la-Malaisie-et-la-Russie-2983/

0000000000000000000

Qui manipule qui dans cette guerre d’information?

—————————————————–

Crash du Vol MH-17 : L’agence Reuters apporte de nouveaux éléments incriminant Kiev

Crash du Vol MH-17 : L’agence Reuters apporte de nouveaux éléments incriminant Kiev

Avant toute chose, il faut rappeler que c’est suite au de ce vol MH-17 en Ukraine que les Européens ont, sous la pression avouée des États-Unis, imposé des sanctions contre la Russie, et contre des proches de Vladimir Poutine. Cette enquête par l’agence Reuters, qui soit dit en passant n’est pas un média ni alternatif, remet clairement en cause la version « officielle » de cette tragédie, et pose la question des vraies raisons de ces sanctions économiques, dont on a vu encore hier un épisode avec le refus de François Hollande de livrer le premier des deux navires de guerre Mistral à la Russie.

* * *

L’agence Reuters a diffusé un vidéoreportage très détaillé sur le crash du vol MH-17 de Malaysia Airlines, mais cette enquête est restée totalement ignorée par les médias dominants.

Rappel des faits :

  • 17 juillet 2014: le Boeing-777 reliant Amsterdam à Kuala-Lumpur est abattu dans la province de Donestk dans l’Est de l’Ukraine, faisant 298 .
  • Le gouvernement ukrainien en attribue immédiatement la responsabilité aux séparatistes russes.
  • 18 juillet : Obama déclare que la responsabilité de cet incombe de façon évidente aux filos-Russes, lesquels ont abattu l’avion au moyen d’un missile sol-air.
  • 21 juillet à Moscou : le ministre de la Défense russe et le commandant des fores aériennes présentent des clichés satellites et des trajectoires de vol montrant la présence d’un avion militaire ukrainien dans le voisinage du vol MH-17.
  • Le même jour, le président ukrainien Poroshenko déclare avoir « des preuves solides » sur le lieu d’où le missile a été lancé par les rebelles. Kiev est prêt à confier ces preuves à la commission internationale.
  • Les preuves ainsi remises sont reconnues par les enquêteurs comme ayant été trafiquées. Et il faut attendre 40 jours pour voir consignés les enregistrements radio entre l’avion MH-17 et le contrôle aérien ukrainien.
  • Entretemps, Kiev a déclaré que ses de chasse n’étaient pas opérationnels ce jour-là. Pas seulement dans la zone, mais sur tout le . Autrement dit, il y avait des missions quotidiennes d’attaques aériennes par la chasse ukrainienne, mais pas ce jour-là.
  • Le 16 juillet (la veille du crash), dans les environs de Horlivka, un SU-25 est abattu par les forces rebelles au moyen d’un missile sol-air portatif (version non contestée par les autorités ukrainiennes).
  • Les indépendantistes du Donbass donnent accès au site du crash et consignent les boites noires. Cela se produit après que l’artillerie ukrainienne a arrêté ses inopinés de la zone, où aucun contingent de rebelles n’était stationné.
  • 9 septembre : anticipation de la Commission d’enquête internationale. Le Boeing s’est écrasé « suite à des dommages structurels causés par un nombre important d’objets à haute énergie qui l’ont frappé depuis l’extérieur. »
  • 19 octobre dans le journal allemand Der Spiegel : lors d’une audience parlementaire, le BND (service de renseignement allemand) fait part de sa certitude quant à la responsabilité des filos-Russes. Ni cet hebdomadaire, ni d’autres plus tard, ne produiront un quelconque document à l’appui de ces affirmations.
  • 27 octobre, toujours dans Der Spiegel : le chef-enquêteur allemand relève qu’après trois mois, les États-Unis n’ont toujours pas fourni la moindre information provenant de leurs satellites. Pas plus que de leur système d’espionnage global (NSA, Echelon), ou de leurs drones et avions-AWACS.

cockpit-MH-17Le reportage vidéo de Reuters montre les pages Web du registre aéronautique allemand sur le SU-25 modifiées après le 17 juillet. L’altitude opérationnelle de l’avion qui était de plus de 10 000 mètres a été ramenée à 7500 m. Parmi les photographies des débris de l’avion, on distingue une partie de carlingue transpercée par les rafales d’ « objets à haute énergie » cités par le rapport d’enquête. Cette partie correspond au cockpit, autrement dit, à la cabine de pilotage. Les missiles antiaériens n’explosent pas sur la cible, mais à proximité, projetant vers elle (de façon à faire davantage de dégâts) une grande quantité de projectiles (shrapnel).

Le guidage radar d’un missile sol-air SA-11 l’aurait amené à exploser à environ 20 m sous la zone de plus grande résonance radar, c’est-à dire la partie centrale incluant les ailes. Mais alors que la cabine est effectivement criblée de projectiles, les photos des débris montrent des parties entières de fuselage entre la cabine et les ailes sans aucun trou. Il est impossible que les projectiles n’aient pas atteint cette partie.

Le missile sol-air M60 (ou M70) monté sur les SU-25 est quant à lui à guidage infrarouge, et est donc attiré par la des deux réacteurs ; il va donc aller exploser à proximité de cette zone. À partir des différentes photographies, on ne relève aucun débris intègre, non endommagé, dans la partie postérieure de l’avion, seulement un gros amas de morceaux calcinés et déchiquetés. En l’absence de trous dans la partie antérieure entre la cabine et les ailes, une hypothèse vraisemblable est celle d’un mitraillage de la cabine de pilotage, suivi d’un missile qui a fait exploser la partie arrière de l’appareil, entre les ailes – contenant les réservoirs – et la queue.

Enfin, le reportage vidéo de Reuters analyse l’hypothèse du lancement d’un missile SA-11. Haut de 5m50, il pèse 650 kg, et sa tête explosive en pèse 70. Il est propulsé par 350 kg de carburant et sa trainée blanche s’élargit au-delà du mètre de diamètre, et reste dans le ciel pendant 5 à 10 minutes, c’est-à-dire, vu qu’il voyage à Mach-3, que cette trainée est bien visible longtemps après l’explosion. Pourtant, aucun témoin n’a fait part de la présence d’une quelconque trainée blanche longue de 10 km au-dessus du lieu du crash.

Ennio Remondino

source:http://reseauinternational.net/crash-du-vol-mh-17-lagence-reuters-apporte-de-nouveaux-elements-incriminant-kiev/

0000000000000000000000000000

 


%d blogueurs aiment cette page :