Articles Tagués ‘Ukraine’


Crash d’un Boeing malaisien en Ukraine (228)
Les gouvernements occidentaux avaient compris le danger de voler au-dessus du territoire de l’est de l’Ukraine avant le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines en juillet 2014, mais ils avaient préféré ne pas le dire, lit-on dans l’édition australienne The Sydney Morning Herald qui se réfère au rapport de l’organisation allemande Correctiv.

L’édition australienne indique que les autorités occidentales ont soumis à un risque les passagers des vols civils au-dessus de l’est de l’Ukraine, et qu’elles n’ont pas prévenu les transporteurs aériens sur l’escalade du conflit au Donbass, pourtant évidente.

Lors d’une réunion du 14 juillet 2014, à laquelle les ambassadeurs étrangers avaient pris part, les autorités ukrainiennes ont évoqué l’escalade de la situation dans l’espace aérien. Le ministère allemand des Affaires étrangères a déclaré plus tard que les vols civils et leur sécurité n’était pas au menu de cette rencontre.

L’agence Correctiv dit avoir une copie du rapport du diplomate néerlandais Gerrie Willems, dont le contenu est contraire aux déclarations du ministère allemand, écrit The Sydney Morning Herald.

Le rapport de M.Willems indique que les représentants des ambassades américaine, canadienne, brésilienne, japonaise, ainsi que celles des pays de l’Union européenne ont pris part à la rencontre du 14 juillet 2014. Les vols civils n’ont pas été mentionnés, mais la possibilité de l’escalade du conflit dans l’espace aérien est indiqué dans le rapport, ce qui « signifiait automatiquement les risques pour les vols civils », souligne l’édition qui cite l’agence Correctiv.

Selon l’enquête de Correctiv citée par The Sydney Morning Herald, l’ambassadeur allemand en Ukraine a remis ces données à son ministère. Cependant, le ministère allemand a refusé de publier l’information sur ce briefing sous prétexte qu’elle n’ait été destinée qu’aux participants à cette rencontre. En même temps, la partie ukrainienne a publié l’information correspondante le 15 juillet 2014, annonce l’édition australienne.

Cette semaine, suite à la requête de Correctiv, la Cour administrative de Berlin a obligé le ministère allemand des Affaires étrangères à rendre publiques certaines données sécrètes. L’enquête de Correctiv a découvert que le ministère allemand avait disposé de données précises sur le danger des vols au-dessus de l’est de l’Ukraine, plusieurs jours avant le décollage du MH17.

Conformément à la décision de la Cour administrative, le ministère allemand des Affaires étrangères devra informer l’agence Correctiv, si l’ambassadeur allemand avait fait un rapport sur le briefing et quand le ministère avait transmis ce rapport au ministre Franc-Walter Steinmeier, à l’administration de la chancelière Angela Merkel et au ministère de la Défense.

« Nous voulons savoir pourquoi des milliers de gens étaient soumis en danger, et pourquoi aucun avertissement n’ait été pas publié. C’était la responsabilité du ministère des Affaires étrangères, de prévenir les entreprises aériennes, et puis les passagers sur les dangers de vols au-dessus de l’Ukraine », estime l’agence Correctiv.

0000000000000000000000000000000000000000
image

Offensive des mondialistes contre la résistance identitaire européenne

Lorsqu’on vous dit que la presse est dans sa grande majorité contrôlée par l’oligarchie mondialiste c’est une réalité qui prend tout son sens lorsqu’il s’agit de mener une guerre à outrance contre toute résistance identitaire… En voici un exemple frappant… Lire la suite ›

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Toutes les actualités
0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000
All news
000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
00000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
00000000000000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
000000000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
00000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
0000000000000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités


Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/archive/#ixzz3V2UeqSVG

00000000000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
00000000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
00000000000000000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
0000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

L’Histoire retiendra qu’en septembre 2013 la Russie a évité une guerre mondiale en arrêtant deux missiles de l’OTAN et en offrant à Obama une sortie honorable à la crise des armes chimiques en Syrie. De la domination sans partage des Etats-Unis on a alors basculé dans un système multipolaire plus respectueux de l’équilibre des forces. Tout n’est pas réglé, loin s’en faut. L’Empire aux abois a reporté sa soif d’expansion sur la malheureuse Ukraine et l’agression contre le régime de Bachar-el-Assad s’est poursuivie avec une férocité redoublée au nom de la « guerre contre le terrorisme ». OD

Latuff_2013_Syria_Obama_Hollande_Arab_League[Un article de The Australian Voice traduit par Diane pour Arrêt sur Info]

Les raisons officielles

Nous savons tous que les gouvernements occidentaux, emmenés par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, se sont retournés contre la Russie. Les raisons données par les médias sont nombreuses : la Russie a essayé d’empêcher l’Ukraine de rejoindre…

Voir l’article original 2 208 mots de plus

Toutes les actualités
0000000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
Toutes les actualités
00000000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
——————————————————————————————
000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Selon Henri Guaino, député UMP des Yvelines, la France a perdu beaucoup de temps avant d’essayer de régler le conflit en Ukraine, mais des erreurs multiples ont été commises bien avant la crise.

La France a « commis toutes les erreurs possibles et imaginables » en Ukraine, a déclaré mercredi Henri Guaino, député UMP des Yvelines à la chaîne de télévision BFMTV.

« On a commis toutes les erreurs possibles et imaginables (…). M.Hollande n’a pas géré cette crise, Mme Merkel non plus. Il a fallu attendre un an pour aller voir M.Poutine.

Si le président Sarkozy avait fait la même chose sur la Géorgie, la Géorgie n’existerait plus. Quand on veut mettre un terme à un affrontement, il faut aller voir les deux belligérants. On a perdu beaucoup de temps », a indiqué M.Guaino, commentant l’initiative de paix proposée par le président français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel.Selon lui, les accords de Minsk sont un bon outil de règlement du conflit ukrainien, mais ils ne sont destinés qu’à mettre fin aux hostilités, alors que les autres questions restent en suspens. « Ça va dans le bon sens si on arrive à arrêter les combats. Mais ça va se traduire par quoi si on arrive à arrêter les combats, ça va se traduire par ce qui n’aurait pas pu arriver si on n’avait pas voulu attirer l’Ukraine d’un côté alors que l’Ukraine est à cheval, c’est une sorte de pont entre deux m

D’après M.Guaino, l’Occident a commis des erreurs à l’égard de l’Ukraine bien avant la crise. « On a d’abord voulu la faire entrer dans l’Otan, c’était une absurdité. On a voulu après la faire entrer dans l’Union européenne. Et en plus un pays qui est à cheval entre deux mondes, qui est à moitié russophone (…), si vous le tirez d’un côté, vous déchirez ce pays et c’est ce qui s’est passé », a-t-il estimé. »Nous n’avons pas de responsabilité parce que vous ne pouvez pas traiter la Russie comme ça (…). C’est un appel à la responsabilité. On ne va pas quand même ressusciter la guerre froide. Si on continue avec des sanctions, des provocations », il y a un risque, a conclu le député.

0000000000000000000000000000000000000000
media Selon «Novaya Gazeta», le document aurait été transmis à l’administration russe entre le 4 et le 12 février 2014. REUTERS/Alexei Nikolskyi/RIA Novosti

D’après le journal d’opposition russe Novaya Gazeta, le Kremlin aurait envisagé une opération de déstabilisation en Ukraine avant le départ de l’ex-président Ianoukovitch. Le journal, qui fut celui de l’opposante assassinée Anna Politkovskaia, affirme avoir eu accès à un document décrivant, dès début février 2014, la stratégie que le Kremlin a par la suite mise en application en Ukraine.

Avec notre correspondante à Moscou, Muriel Pomponne

D’après Novaya Gazeta, ce document aurait été transmis à l’administration présidentielle entre le 4 et le 12 février 2014, c’est-à-dire une à deux semaines avant la chute du régime Ianoukovitch. Il ferait le constat que le président ukrainien perd le contrôle de la situation, tandis que les Etats-Unis et l’Europe lanceraient une campagne visant à faire adhérer l’Ukraine à l’Union européenne. D’après les auteurs, la Russie serait obligée d’intervenir afin de ne pas perdre le contrôle sur le transport du gaz. Il faut donc obtenir l’adhésion de territoires ukrainiens au projet russe.

Le document décrit comment la Russie va organiser des manifestations d’opposition aux autorités de Kiev, avec comme revendications la fédéralisation de l’Ukraine et l’adhésion à l’Union douanière, pour aboutir à une demande de souveraineté, puis d’adhésion à la Russie. Le texte décrit comment les manifestants doivent condamner les velléités séparatistes de l’ouest du pays qui menaceraient l’intégrité du pays, et exiger une réforme constitutionnelle facilitant le recours au référendum. Pour ceux qui ont écrit ce texte, les deux régions les plus faciles à conquérir sont la Crimée et Kharkiv.

Qui a écrit ce document ? Novaya Gazeta cite l’homme d’affaires Konstantin Malofeev, accusé par l’Europe de financer les séparatistes. Mais son service de presse a nié les accusations et fait savoir qu’il se retournerait le cas échéant vers la justice.

SOURCE: http://www.rfi.fr/europe/20150225-russie-novaya-gazeta-document-kremlin-destabilisation-ukraine-ianoukovitch/

PLUS:

Vladimir Poutine annonce le 12 février 2015 un accord de cessez-le-feu sur l'Ukraine après une nuit de négociations à Minsk

http://www.20minutes.fr/monde/1548811-20150225-ukraine-russie-planifie-crise-depuis-an

http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/ukraine-et-si-moscou-avait-tout-planifie-depuis-un-648965

0000000000000000000000000000000000000000

Toutes les actualités
0000000000000000000000000000000000000000000

histoireetsociete

Depuis le début du coup d’Etat en Ukraine, nous combattons ici pour une solution de paix, d’amitié entre les peuples et de justice sociale. Nous pensons que la meilleure manière de le faire est de mettre en cause les mensonges, les silences qui favorisent une guerre fratricide et encouragent un pouvoir manipulé de l’étranger et qui ne sert que les intérêts des oligarques en faisant monter le fascisme, des bandes de voyous nuisibles à tous les peuples de l’Ukraine et de la Russie. Nous avons tenté de démonter la propagande qui attribuaient à la Russie et à Poutine les crimes perpétrés à Odessa et dans le Donbass. Nous avons dénoncé l’absurde politique des sanctions et les choix de l’OTAN. En particulier nous avons insisté sur le choix de la négociation par la diplomatie russe en insistant sur le fait que la surenchère des sanctions et des armements ne résoudraient pas…

Voir l’article original 458 mots de plus

Toutes les actualités
0000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités

Lire la suite: http://fr.sputniknews.com/archive/#ixzz3SI86rqIN

00000000000000000000000000000000000000000

Toutes les actualités
0000000000000000000000000000000000000000000000
Toutes les actualités
0000000000000000000000000000000000000000000

Sommet de Minsk

Les discussion au « format Normandie » (Ukraine, Russie, France, Allemagne) se sont ensuite poursuivis au niveau des délégations.

La rencontre à huis clos, organisée mercredi dans le cadre des entretiens « au format Normandie » (Ukraine, Russie, France, Allemagne) sur la crise en Ukraine, a duré deux heures à Minsk.

Sommet de Minsk

Les présidents ukrainien Piotr Porochenko, russe Vladimir Poutine, français François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel ont posé pour une photo de famille dans le Palais de l’Indépendance de Minsk à l’issue des discussions à huis clos.

Les entretiens se sont ensuite poursuivis au niveau des délégations.

Ces nouveaux entretiens s’inscrivent dans le prolongement des discussions sur le conflit en Ukraine entamées jeudi dernier par M.Hollande et Mme Merkel. Les deux dirigeants européens ont rencontré jeudi M.Porochenko à Kiev avant de se rendre à Moscou vendredi pour s’entretenir avec M.Poutine. Les quatre interlocuteurs se sont également entretenus par téléphone dimanche dernier.

Kiev mène depuis le 15 avril une opération militaire d’envergure pour réprimer les indépendantistes du sud-est de l’Ukraine. Les hostilités entre forces gouvernementales et insurgés du Donbass ont déjà fait, selon le dernier rapport du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, 5.486 morts, dont 59 enfants. Selon le même document, le nombre de blessés a atteint 12.972 personnes depuis le début du conflit, dont 153 enfants. Dans le même temps, près d’un million de personnes ont dû quitter leurs foyers pour fuir les combats.

000000000000000000000000000000000000