Archives de mars, 2019

Aviseur International

Début 2016, un cadre de la DNRED reçoit une réquisition judiciaire du juge Jean Gervillié, qui enquête sur une affaire de stups impliquant Zoran Petrovic et celui-ci déclare: «Jean-Paul Garcia [alors patron de la DNRED] m’a demandé sur un Post-it de vérifier une liste de noms, a raconté le témoin. J’ai fait opérer immédiatement par mes services cette vérification et fait rédiger une note classifiée manuelle par un de mes agents. Cette note mentionnait expressément que Zoran Petrovic était sur liste noire

La note doit alors être envoyée au service juridique, chargé de la transmettre au juge d’instruction. «Je devais faire porter cette note par un chauffeur sous pli fermé, poursuit le cadre. Mais M. Guilmin m’a indiqué qu’il se chargeait de l’amener directement. Je n’ai pas pu refuser car il m’en a donné l’ordre.»

Le cadre s’exécute. Mais à la suite d’une demande de…

Voir l’article original 272 mots de plus

Nous venons d’apprendre que Belhassen Trabelsi, beau-frère de l’ancien président de la République, Zine El Abidine Ben Ali, a de nouveau été arrêté vendredi soir par les autorités françaises.

 

Cette arrestation intervient suite à la demande d’extradition lancée par les autorités tunisiennes qui se sont engagées à lui garantir le droit à un procès équitable dans son pays.

 

LIRE PLUS

00000000000000000000000

00000000
000

j’en doute parfois!

Aviseur International

Un OBJECTIF fixé au ministre de l’intérieur comme remonter les filières et ceux qui se font vraiment de l’argent!

Dix mois après un discours très ferme du chef de l’État, les premières mesures sont en préparation dans les ministères de l’Intérieur et de la Justice.

«Ce qui est clair, c’est qu’on a perdu la bataille du trafic dans de nombreuses cités.» Comme à son habitude, Emmanuel Macron ne prend pas de gants en présentant, le 22 mai 2018, ses mesures pour les banlieues. Il parle «d’embrasement», d’organisations «au moins nationales, et bien souvent internationales, qui sont derrière ces trafics et qui conduisent au pire des crimes». Et conclut: «Pour le mois de juillet, je veux qu’on ait finalisé un plan de mobilisation sur la lutte contre les trafics de drogue.»

L’été s’en est allé sans plan. En février dernier, à Évry, le président revient sur le sujet et parle d’un…

Voir l’article original 66 mots de plus


Rappelons également qu’une autorité sécuritaire algérienne a ordonné la saisie de tous les passeports diplomatiquesrecensés durant ces dix dernières années. La police algérienne des frontières aurait reçu une information selon laquelle certains fils et proches des diplomates algériens feraient passer des sommes d’argent colossales en euro et en dollars pour des hommes d’affaires, des PDG et hommes politiques.

LIRE PLUS

https://www.google.com/amp/s/www.observalgerie.com/actualite-algerie/la-une/algerie-11-avions-prives-interdits-quitter-territoire-national/amp/

0000

00000000

000

L’objectif d’Emmanuel Macron est de lutter contre les stups..

LIRE

Aviseur International

À Calais et Dunkerque

Dans un silence total des DI, DR et autres administrateurs, suite au feu vert donné par Rodolphe Gintz, le directeur général de la Douane française, ce jeudi matin, la police a engagé des discussions avec les douaniers pour qu’ils stoppent leur «grève du zèle».

Lire

Ce matin à Dunkerque. Le dialogue social en douane @gintz @douane_france @afpfr @CGTdouanes @cgt https://t.co/FsPxTMXb9Q

C’est officiel: l’autorité administrative et le pouvoir politique, plutôt que dialoguer, vient d’envoyer des policiers et gendarmes pour déloger des douaniers en uniforme et armés parce qu’ils bossent. Bienvenue dans le nouveau monde. @UNSADouanes

••••

Les collègues de Dunkerque ont donc interdiction de faire leur boulot au ferry de Dunkerque. Plus personne ne contrôle là bas. Pas de discussions, pas d’échange. L’avenir douanier semble bien sombre en France.

Le commissaire divisionnaire de la CSP Dunkerque à informé les douaniers qu’un contrôle douanier constitue un trouble à…

Voir l’article original 3 mots de plus

La ministre du Travail Muriel Pénicaud est directement mise en cause par le Canard Enchaîné. L’inspection du travail aurait relevé d’importantes infractions du temps où elle dirigeait l’organisme public Business France.

LIRE

https://www.capital.fr/economie-politique/linspection-du-travail-epingle-business-france-au-temps-de-penicaud-1261794

0000

Entretien du 24/3/2019 avec Ali Benouari, ancien ministre du trésor, et président de Nida el Watan. Il revient sur la situation politique algérienne, il estime notamment que les manifestations continueront «aussi longtemps que le système ne partira pas».

0000000000000

Algérie – Amar Saadani, l’ancien secrétaire général du FLN, a porté le dimanche 24 mars de graves accusations contre l’ex-Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia, le désignant comme le principal responsable de la situation que connaît l’Algérie.

L’ancien président de l’APN s’est attaqué frontalement à son ancien allié au pouvoir, qu’il a qualifié de parrain de « l’État profond ». D’après Saadani, cet « État profond » serait composé des éléments de l’ex-Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) et de « certains infiltrés dans le mouvement populaire ». Il serait représenté au niveau de la Présidence par Ahmed Ouyahia.

LIRE PLUS

https://www.observalgerie.com/actualite-algerie/la-une/algerie-graves-accusations-amar-saadani-contre-ahmed-ouyahia/amp/

0000

0000000000000000000000

Magistrat connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche et dit « incorruptible », il a été sous le feu médiatique en tant que Procureur de la République pour avoir instruit des affaires politico-financières sensibles et des systèmes mafieux qui ne l’ont pas épargné. Aujourd’hui à la retraite, il réserve son temps libre à l’écriture et est sollicité par les médias pour son expertise. Il a publié récemment « Une morale pour les aigles, une autre pour les pigeons » chez Michel Lafon.

00000000000000

0000000000000

000000000000

FRANCE 🇫🇷: la liste des 350 universitaires qui se déclarent « complices » des GJ

Publié: 26 mars 2019 dans 1 - Revue de presse - Journaux télévisés - Videos, France, Informations générales, Paris, Société
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

« Prenant acte de cette aggravation exponentielle des tendances autoritaires du pouvoir et des institutions, nous enjoignons toutes et tous les ami.es de la liberté à ne pas céder un pouce de terrain face à la répression et à s’organiser pour y faire face. »

Universitaires, nous nous déclarons « complices » des gilets jaunes face aux dérives autoritaires du pouvoir

Le 18 mars 2019, au moment où 65 personnalités intellectuelles participaient à un simulacre de débat avec le président de la République, et après avoir limogé un préfet de Paris jugé encore trop avare en LBD et grenades (malgré de nombreux blessés dont un nouvel éborgné ce jour-là), le Premier ministre annonçait une série de mesures répressives sans précédent. Non content d’interdire administrativement de manifestation des individus supposés dangereux, le gouvernement entend maintenant empêcher les rassemblements dans des zones entières, créer des « unités anticasseurs » aux pouvoirs renforcés et utiliser des drones et des moyens de marquage chimique des manifestants.

Plus encore, il veut faire de tous les relais et soutiens aux rassemblements des Gilets jaunes des « complices » potentiel·les des délits qui y seraient commis. Le même jour, le syndicat « Synergie Officiers », rassemblant plus de 40% de voix aux élections professionnelles, publiait un communiqué fascisant ciblant les « nervis d’extrême gauche », décrits comme « des essaims de cloportes » et des « graines d’assassins ». Deux jours plus tard, le 20 mars, le gouvernement annonçait vouloir faire appel à l’armée pour protéger les bâtiments officiels, ce qui ne s’était pas produit depuis plus de 50 ans. Tout cela contre des manifestantes et manifestants réclamant justice sociale et démocratie, et faisant face, depuis maintenant plus de 4 mois, à une répression policière et judiciaire d’une ampleur inégalée.

Face à cette dérive grave d’un pouvoir incapable d’offrir une réponse politique à la contestation des gilets jaunes, alors que pleuvent depuis des semaines les condamnations internationales des violences policières contre le mouvement (Conseil de l’Europe, Nations Unies, Parlement européen), nous, universitaires pour beaucoup spécialistes des questions de mouvements sociaux, de maintien de l’ordre et de violence politique, alertons solennellement la population des graves dangers que la nouvelle politique du gouvernement, de la majorité parlementaire, de la police et de la justice, font peser sur les libertés publiques et les droits humains. Nous nous déclarons par avance toutes et tous complices des prochains rassemblements que les gilets jaunes organiseront, avec ou sans l’autorisation de la préfecture. Nous condamnons fermement l’ensemble des violences que les forces de police infligent aux manifestantes et manifestants, comme celles que les jeunes des quartiers populaires subissent depuis des décennies, et demandons instamment l’arrêt de l’utilisation des armes de guerre (LBD et grenades) dans des opérations de maintien de l’ordre. Prenant acte de cette aggravation exponentielle des tendances autoritaires du pouvoir et des institutions, nous enjoignons toutes et tous les ami.es de la liberté à ne pas céder un pouce de terrain face à la répression et à s’organiser pour y faire face.

Signataires :

ABASSADE Élise – Université Paris 8 (Vincennes-Saint-Denis) / La Manouba (Tunis)
AIGLE Maud – doctorante – université de Bordeaux.
ALAM Thomas, politiste, Universitéde Lille
ALLAL Amin, CNRS, science politique
ALLIES Paul, politiste Université de Montpellier
AMAND Rudy, sociologue, Caen
AMIEL Bastien, politiste
AMRANIHAMMOUR Anaïs, doctorante en sociologie, Université Jean Monnet, centre Max Weber
ANDREANI Fabrice, doctorant en science politique, Lyon 2 / Triangle
ANSALONI Matthieu, Sociologue/politiste, Sciences-po Toulouse
ANTOLINOSBASSO Diego , ingénieur de recherche, Sciences Po Paris
ARBOIREAU Michel, enseignant, Université de La Réunion
BACZKO Adam, post-doctorant en science politique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
BACQUE Marie-Helene, Pr, Université Paris Nanterre
BAISNEE Olivier, MCF Science-Politique, SciencesPo-Toulouse
BANTIGNY Ludivine, historienne, université de Rouen
BARBIER, Clément, politiste, Université de Lille.
Barrera Téllez Andrea, Doctorante en sociologie et genre, Université Paris Diderot
BASTIDE, Maguelone, doctorante en archéologie, Université Paris Nanterre
BATICLE Christophe, socio-anthropologue, université Jules Verne, Amiens
BATTESTI Vincent, Anthropologue, CNRS
BEAUDET Jean-Michel, enseignant-chercheur, université Paris Nanterre
BECKER Florent, enseignant-chercheur (informatique), Université d’Orléans
BEN ABDALLAH Emma, Doctorante et ATER en Droit, Université Lumière Lyon 2, CERCRID
BENNANI Amine, Doctorant en codirection FMPF Fes-CNRS Marseille
BENVENISTE Annie, MCF, Université Paris8, Vincennes-Saint-Denis
BERCHE Bertrand, Physicien, Université de Lorraine
BIARD Romain, enseignant-chercheur en mathématiques, Université de Franche-Comté
BIGORGNE Marie, doctorante en sociologie, Université Paris-Est.
BIHR Alain, sociologue, Université de Bourgogne-Franche Comté
BLANCO Domitille, doctorante en sociologie-anthropologie, CMW, Saint-Etienne
BLAZQUEZ Adèle, doctorante en anthropologie, EHESSCEMS
BOE Carolina, anthropologue, Cerlis, Université Paris Descartes
BOELAERT Julien, politiste, Université de Lille
BOISSIER Fabrice, Doctorant en informatique, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
BOLLENOT Vincent, Histoire, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
BONDITTI Philippe maître de conférences, ESPOLICL
BONNAZ François, doctorant en science politique, Université Grenoble Alpes
BONHOMME Julien, anthropologue, École normale supérieure
BONTEMPS Véronique, anthropologue,CNRS
BORTZMEYER Gabriel, chercheur en études cinématographiques
BORY Anne, sociologue, Université de Lille
BOSC Yannick, historien, Université de Rouen
BOUAGGA Yasmine, chercheuse au CNRS
BOUDET Martine, chargée de séminaires EHESS Paris
BOUILLET Jérémy, docteur en science politique, Grenoble
BOUQUIN Stephen, sociologue, PR Universite d’Evry
BOURAD Aïcha, politiste, Toulouse
BOURON Samuel, sociologue, Université Paris Dauphine
BOULAYOUNE Ali sociologue université de lorraine
BOUSSAOUD Driss, Chercheur au CNRS
BRANCHE Raphaëlle, professeure d’histoire contemporaine, Université de Rouen
BREJAUD Pascal, enseignant mécanique , Université d’Orléans
BROUILLET Denis, Professeur Emérite, Psychologie, Université Paul Valéry Montpellier
BRUNO Isabelle, chercheuse-enseignante en sciences sociales, Université de Lille
BUE Nicolas, enseignant-chercheur en science politique
CAILLAUD Kevin , sociologue et politologue, chercheur associé aux UMR Geste et Latts
CANU Jean-Marie retraité Université de Rouen
CARLE Zoé, chercheuse en littérature comparée
CARNAC Romain, doctorant en science politique, Université de Lausanne
CARU Vanessa, historienne, CNRS
CALDERON José, MCF Sociologie Université de Lille
CASTAGNINO Florent, sociologue, Université Paris Est
CASTEL Nicolas, enseignant-chercheur en sociologie, Université de Lorraine
CASTORIO Jean-Noël, historien, Université du Havre
CASEVITZ Michel, professeur émérite
CAYUELA Marie, doctorante en Histoire, Paris
CÉLÉRIER Laure , Professeure adjointe de science politique, Université d’Ottawa, Canada
CERVERAMARZAL, Manuel, sociologue, Université d’Aix-Marseille
CHAGNARD Samuel, doctorant en sociologie, Université Lyon 2
CHARBONNIER Sébastien, enseignant-chercheur, Université de Lille
CHARBONNIER Vincent, doctorant en philosophie, Université Toulouse 2-Jean-Jaurès
CHARENTENAY, Alice, enseignante-chercheuse en littérature, Paris 1
CHAOUAT Gérard, directeur de recherche émérite, CNRS
CHARLIER Laurence Maîtresse de Conférences en Anthropologie Université Toulouse Jean Jaurès
CHATEAURAYNAUD Francis , sociologue, directeur d’études, EHESS, Paris
CHAVANON Morane Docteure en science politique, université Lyon 2
CHOULET Anaïs, doctorante en philosophie, Université Lyon 3
CLARO Mona, sociologue, INED
CLEMENT Loréna, doctorante en géographie-aménagement, Paris Nanterre
CLERVAL Anne, géographe, Paris-Est Marne-la-Vallée
CLOTEAU Armèle, sociologue, Université Versaille St-Quentin-en-Yvelines (UVSQ)
COCHARD Alain, Univ. de Strasbourg
CODACCIONI Vanessa, Politiste, Université Paris8
COHEN Déborah, historienne, Rouen
COHEN Richard, sociologue, Caen
COLLOMBON Maya, enseignante-chercheure, Sciences po Lyon-Triangle
COMBY Jean-Baptiste, Sociologue
COURANT Dimitri, doctorant en science politique, Université de Lausanne Université Paris 8
COQUERY Natacha, historienne, université Lumière Lyon 2
COS Rafael, Politiste
COSSÉE Claire, Maître de conférences, Université Paris Est Créteil, LIRTES
COURSSALIES Pierre, sociologue, Paris 8.
COUTTE Alexandre, MCF STAPS, Université Paris Nanterre
CRUNEL Bérénice, Doctorante en Science Politique, IEP de Toulouse
CUILLERAI, Marie Enseignante Chercheuse, Paris, 7 Diderot
CUKIER Alexis, Maître de conférences en philosophie, Université de Poitiers
DAGNA Sofia, Doctorante en anthropologie, EHESS
DANIELI Aude sociologue, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
DARLEY Mathilde, politiste, CNRS
DARMON Muriel, Directrice de recherche au CNRS
DARRAS Eric, Professeur de science politique, Université de Toulouse
DALLA PRIA Yan, maître de conférence, sociologie, université Paris Nanterre
DAUVIER Bruno, professeur de psychologie, Université Aix-Marseille
DASRE Aurélien, Démographe, Université Paris Nanterre
DAYANHERZBRUN, Sonia, sociologue, Université Paris Diderot.
DAVAULT Corinne, enseignant-chercheur en sociologie, Université de Paris 8
DEBRAY Eva, docteure en philosophie, université Paris 1/université Paris Nanterre
DECHEZELLES Stéphanie, enseignant-chercheur en science politique, Sciences Po Aix
DECOENE, Astrid, enseignante-chercheuse, mathématiques, Université Paris Sud
De COCK Laurence, historienne, enseignante
DE LAGASNERIE, Geoffroy, sociologue et philosophe
DE LARMINAT Xavier, enseignant-chercheur en science politique, Rouen
DELALIEUX Guillaume, Enseignant-chercheur en Sciences de gestion, Sciences Po Lille
DELARUE Frédéric, docteur en histoire contemporaine
DELORME Pierre-Alexandre, sociologue, Caen
DELPHY Christine, féministe et sociologue.
DEPUISET marie, UDL
DEREGNIEAUX Luc doctorant en géographie, Rennes
DESAGE Fabien, enseignant-chercheur en science politique, Lille
DESMITT Claire, doctorante en Sciences de l’éducation, Université de Lille
DESPRES Aurore, enseignante-chercheur en arts du spectacle, Université de Bourgogne-Franche-Comté
DIRENBERGER Lucia , sociologue, CNRS
DIRKX, Paul, sociologue, Université de Lorraine
DOUILLET Anne Cécile, politiste, Université de Lille
DOULINDIMOPOULOS Barbara Doctorante en sociologie à l’université de Rennes 2
DRESSENVAGNE Marnix, sociologue, UVSQ
DRONGITI Angeliki, Doctorante en sociologie, Université Paris 8
DRUEZ Elodie, doctorante, Sciences Po – Ined
DUCLOS Mélanie, docteure en socio-anthropologie, Université de Bretagne occidentale
DUFOUR Julien, sociologue, Université de Lorraine
DUFOURNET Tanguy, Doctorant en sociologie, Université Lumière Lyon 2
DUFRESNE AUBERTIN Laurence, Doctorante en science politique, CHERPA/IREMAM, Université Aix-Marseille
DUMONT Lucile, doctorante et ATER en sociologie, EHESS et Université Paris 1
DURAND Jean-Baptiste, chercheur au CNRS
DUTOYA Virginie, chercheuse en science politique, Paris
ECKERT Henri, sociologue, Poitiers
ENCLOS Philippe, juriste, université de Lille
ESPINOLA Artemisa Flores (CRESPPA/Paris 8)
ETHUIN Nathalie, politiste, Université de Lille
FABRE Gwenaëlle, enseignante-chercheuse en linguistique, Université d’Orléans
FALQUET, Jules, MCF en sociologie, université Paris Diderot
FARAUD Gabriel, enseignant-chercheur en mathématiques, université Paris Nanterre
FARDOUX Olivier, enseignant-chercheur en doit privé et sciences criminelles, Université de Lille
FASSIN Eric, sociologue, Paris 8 Vincennes – Saint-Denis
FAVARELGARRIGUES Gilles, chercheur au CNRS
FAVIER Irène, enseignante-chercheuse en histoire, Université de Grenoble
FERRERBARTOMEU Jérémie, historien, Univ. Tours-CESR.
FERRON Benjamin, sociologue, UPEC
FINE Chloé, master études sur le genre, Paris .
FISCHBACH Franck, Professeur de philosophie à l’université de Strasbourg
FISCHMAN Marianne, sciences économiques et sociales, enseignante, Paris
FLAMAND Amélie, sociologue, maîtresse de conférences, Ecole nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand
FLIPO Fabrice, Professeur de philosophie à IMTBS
FLOREZ Marion, géographe, Université de Rennes
FONTAINE Jacques MCF honoraire de géographie, Université de Franche-Comté
FORT Karën, MCF, informatique, Sorbonne Université
FRANCE Lydéric, Maître de Conférences, Géosciences, Université de Lorraine
FRIOT Bernard, sociologue, université Paris Nanterre
FROUILLOU Leïla, sociologue, université Paris Nanterre
GADREY Jean, Professeur honoraire d’économie, Université de Lille
GALLOT Fanny, Histoire, Université Paris Est Créteil
GARCIN Claudine Docteur en Sciences de l’Education Marseille
GARDESSE Camille, sociologue et urbaniste, maîtresse de conférences EUP, Université paris est
GARO Isabelle, enseignante en philosophie, Paris
GAUDICHAUD Franck, Université Grenoble Alpes
GAUTHIER Jérémie, Université de Strasbourg
GAY Vincent, université Paris Diderot
GERVAIS Julie, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
GIAVARINI Laurence, université de Bourgogne, lettres
GILLOT Pascale, MCF Philosophie, Université de Tours
GiMENEZ Elsa, Doctorante en sociologie, Université Paris 8
GIROLA, Claudia, Enseignante-chercheuse, Université Paris Diderot
GIRY Julien, politiste, Rennes
GLON Marie, enseignante-chercheuse en danse,
GODET Jean-Luc, enseignant-chercheur en physique, Université d’Angers
GOIRAND, Camille, professeur de science politique, Université Paris 3 -Sorbonne Nouvelle
GOURDEAU Camille, socio-anthropologue, chercheure associée à l’Urmis, Université Paris Diderot.
GRASSIN Paul, ATER Science Politique, Paris 1
GUÉRANGER David , chargé de recherches
GUEZ Sabine anthropologue, EHESS
GUIBET LAFAYE, DR CNRS
GUILLEMAUT Françoise, MCF associée université Toulouse Jean Jaures
HACHE Emilie, philosophie, Université Paris Nanterre
HADDAD Marine , ATER en sociologie à Sciences Po Paris
GUN Ozgur, enseignant-chercheur en économie, Université de Reims
HADJ BELGACEM Samir, enseignant-chercheur en sociologie, Saint-Étienne
HAMEL Marion, études littéraires, Caen
HASSAN Rouba, Sciences de l’éducation, Université de Lille
HAYAT Samuel, CNRS, science politique, Lille
HELIER Odile anthropologue
HENNINGER Aline, Université d’Orléans
HERREROS Gilles, Professeur de sociologie, Université Lyon 2 Louis Lumière.
HIGELE Jean-Pascal, enseignant-chercheur en sociologie, Université de Lorraine
HIPPLER, Thomas, Professeur d’histoire contemporaine, Université de Caen Normandie
HOCQUELET Mathieu, chercheur, EHESS/ENS) et John F. Kennedy Institute (Freie Universität Berlin)
HUGREE Cédric, chercheur au CNRS, CRESPPA_CSU
HUS Philippe, maître de conférences, Université du Littoral Côte d’Opale
HUYART Adrien, Doctorant en droit, Université Paris Nanterre
IORI Ruggero, sociologue, Printemps et CEET
JACQUOT Lionel, sociologue, Université de Lorraine
JALLAIS Sophie, Université Paris 1.
JAOUL Nicolas, CNRS, IRIS/EHESS
JARROUX, Pauline, universitaire
JEANMOUGIN Hélène, sociologue, (LAMES, Laboratoire Méditerranéen de Sociologie)
JEDLICKI Fanny, MCF, Université du Havre
JULIEN Elise, historienne, Sciences Po Lille
KENNY Oliver, docteur en cinéma, Université de Lille
KLAUS Enrique, enseignant-chercheur en science politique
KOERNER Elsa doctorante en sociologie, membre de l’UMR 6590 Espaces et sociétés, à l’Université Rennes 2.
KOP Jean-Luc ,enseignant-chercheur en psychologie, Université de Lorraine
KRICHEWSKY Damien Enseignant-chercheur en poste à l’Université de Bonn
KRZYWKOWSKI Isabelle, professeure de Littérature comparée, Université Grenoble Alpes
LABARTHE Sunniva , Doctorante à l’EHESS
LAGARDE Victor, enseignant de philosophie, La Rochelle
LAGNEAUYMONET Paul (Université Paris-Dauphine, IRISSO, MC sociologie)
LAGRAVE Rose-Marie, sociologue, EHESS
LAHIRE Bernard, sociologue, ENS de Lyon
LAMBERT Xavier, PU Arts Plastiques, Toulouse Jean Jaurès
LARIAGON Renaud, Géographe, Caen
LARRERE Mathilde historienne UPEM
Laval christian chercheur associé Lyon 2
LAVAULT Christian, professeur émérite, Université Paris 13
LAVERGNE Cécile, philosophe, Université de Lille
LAVERGNE Thomas, doctorant en sociologie, Université Lyon 2 Louis Lumière
LE CHÊNE Elen, Doctorante et ATER en science politique, CHERPA/Sciences Po Aix – AMU
LEFEBVRE Noémi, Docteure en sciences politiques, Lyon
LEFEVRE Cécile, Sociologue, Université paris Descartes
LENDARO Annalisa, chercheuse en sociologie politique au CNRS
LE ROULLEY Simon, Sociologue, Caen
LEROUX Benoit, EC en sociologie, Université de Poitiers
LE ROUX Daphné, Docteure en philosophie, Université Paris Nanterre
LE ROUX Frédéric, mathématicien, Sorbonne Université
LEROY Alice, MCF en études cinématographiques, Université de Paris-Est
LEVEQUE Antoine, Doctorant/ATER en science politique, Sciences Po Lyon/Triangle
LINDER Audrey , doctorante en sociologie, Université de Lausanne
Lindne Kolja r, MCF science politique, Université Paris VIII.
LINK Anouck, MCF littérature hispano-américaine, Caen
LIPPENS Benjamin, doctorant en sociologie, Lyon
LONG Julien, Doctorant en histoire et sociologie, Université de Nantes et Institut Convergences Migrations
LONG Olivier, faculté des arts, Université Paris 1.
LOUEY Sophie ATER en science politique, CURAPPESS, Université de Picardie Jules Verne
LUSSON Marie, doctorante en sociologie, IRSTEA Montpellier
MAILLARD Pascal, Université de Strasbourg
MAINSANT Gwénaëlle, CNRS, sociologue, Université Paris Dauphine
Maisetti Nicolas , post-doc en science politique, LATTS-Paris-Est
MAJOREL Jérémie, maître de conférences en lettres modernes, université Lumière Lyon 2
MAKAREMI Chowra, anthropologue, CNRS
MALIFAUD Jean, maitre de conférences retraité
MANIGLIER Patrice, MCF en philosophie, Paris Nanterre
MANOURY Martin, doctorant en sociologie, Université de Nantes
MANZANO Francis, Professeur émérite, Université de Lyon
Mappa Sophia , professeure honoraire de l’université Paris Est Créteil
Maret Adrien , enseignant-chercheur doctorant en science politique
MARICHALAR Pascal, chercheur CNRS
MARIETTE Audrey, sociologue, Université de Paris 8
MARIN Ivan, mathématicien, Université d’Amiens
MARTIGNONI Jean-Pierre, sociologue,Université Lumière Lyon2
MARTIN Pascal, sociologue, post-doctorant
MAUBON Julien, enseignant-chercheur en mathématiques, université de Lorraine
MAUGER Gérard, directeur de recherche au CNRS
MAZEL Claude, Enseignant-Chercheur en informatique, Université Clermpint-Auvergne
MERKLEN, Denis, professeur de sociologie, Université Sorbonne Nouvelle
MILESCHI Christophe, professeur, traducteur, écrivain, Université Paris Nanterre
MILLOU Vincent, Théorie politique, Oxford
MIRAMOND Estelle , Doctorante en Sociologie et genre, Université Paris Diderot
MISCHI Julian, sociologue, INRA
MONCADA Marie , doctorante en science politique, Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
MONCHATRE Sylvie, Sociologue, Université Lumière Lyon2
MONFORT Vincent, enseignant-chercheur en STAPS, Université de Lorraine
MOMMEJA Adèle, chercheuse au CNRS
MONTONI Angelo , Docteur en sociologie, EHESSCEMS
MONTRIEUX Gabriel, ATER Science Politique à l’Université Lyon 2.
MOURGUES Marie-Hélène enseignant-chercheur en Mathématiques, UPEC
NABONNAND Philippe, enseignant, Université de Lorraine
NEUMANN Alexander, PR, Paris 8
NICOLAS Frédéric, Docteur en sociologie, INRACESAER
NOIRIEL Gérard, Historien, EHESS
NOYÉ, Sophie, docteure en science politique
O’MIEL Julien, politique, Université de Lille
ODIN Pierre, politiste, Université de Poitiers.
OLIVE Jean-Louis, anthropologue, départ. de sociologie UPVD Perpignan
OLLITRAULT Chloé, doctorante au Centre Maurice Halbwachs, EHESS/ENS
PAGIS Julie, chercheuse au CNRS, IRISEHESS
PAL Maia, Senior Lecturer, Oxford Brookes University (GB)
PALHETA Ugo, sociologue, maître de conférences à l’université de Lille
PECQUEUX Anthony Sociologue, CNRS, POCO – Centre Max Weber
PELLETIER Willy, sociologue, université de Picardie
PENISSAT Etienne, chercheur au CNRS
PENNOBER Gwenaëlle, Enseignant chercheur, Université de La Réunion
PEREIRA Irène, Professeure de philosophie
PERRODIN Louise LIPHA – Laboratoire Interdisciplinaire d’Etudes du Politique Hannah Arendt
PETIT Jérémy, enseignant-chercheur, génie des procédés et physicochimie alimentaire, ENSAIA/Université de Lorraine
PETITJEAN Clément, doctorant
PFEFFERKORN Roland , professeur émérite de sociologie
PHILIPPE, Yann, enseignant-chercheur, histoire et civilisation américaines, Université de Reims
PICARD Emmanuelle, Maître de conférences en histoire contemporaine Triangle, Ecole normale supérieure de Lyon
PICAUD Myrtille, sociologue, IEP de Paris
PILUSO Claire, doctorante en sociolgie, Centre Max Weber
PINTO Louis, sociologue, CNRS
PITTI Laure, sociologue, Université Paris 8
PLANEL Sabine, géographe, CR, IRD
PLAULT Marion, doctorante en sociologie, Université Versailles Saint-Quentin en Yvelines
PLUMAUZILLE Clyde, historienne, CNRS
POMMEROLLE, Marie-Emmanuelle, politiste, MCF, Paris 1
POPINEAU Camille, doctorante en science politique, Paris 1
POTHIER Joel, maitre de conférences, Sorbonne Université
POULIN Nicolas, Ingénieur de Recherche en statistique, Université de Strasbourg
POULLY Jean-Christophe, Physicien, Caen
QUENNEHEN Marine, Doctorante en sociologie, EHESS-Ined
QUÉRÉ Olivier, enseignant chercheur en science politique, Université de Haute Alsace
QUÉRÉ Lucile, Doctorante en sociologie, Université de Lausanne
QUIROZ Lissell, Historienne, Université de Rouen Normandie
RABAUD Aude, Socio-anthropologue – Maîtresse de conférences URMIS Université Paris Diderot
RABIER Christelle, maîtresse de conférences en sciences sociales, EHESS
REBUCINI Gianfranco, anthropologue, EHESS
REBUSCHI Manuel, enseignant-chercheur, université de Lorraine
RIOTSARCEY Michèle, historienne, Université Paris 8
RODET Diane, sociologue, Université Lumière Lyon2
ROGOZINSKI Jacob, Professeur à la Faculté de philosophie de Strasbourg
ROY Alexis, anthropologue au CNRS
ROSAS Emmanuel, Doctorant et ATER en Science politique, Paris I Sorbonne
ROUX Félicie, doctorante, Université Paris-Est
ROUXEL Pierre, doctorant en science politique, Université de Rennes 1
SAINSAULIEU Ivan, Professeur de sociologie, Lille
SAJN Sarah, doctorante en science politique, CHERPA/Sciences Po Aix
SALA PALA Valérie, enseignante-chercheuse en science politique, Université de Saint-Etienne
SALIGNAT Melvin, doctorant en sociologie, Université Lumière Lyon 2
SALLE Grégory, chercheur au CNRS (CLERSÉ, Lille)
SCHOTTÉ Manuel, enseignant-chercheur
SCHOR Paul, historien
SELPONI Yohan, Docteur sociologie, LaSSP, Toulouse
SEVILLA Ariel, enseignant-chercheur, Université de Reims
SHARQAWI Mohammed, doctorant en sociologie, EHESS
SIDOBRE Daniel, enseignant-chercheur, Toulouse
SILHOL Guillaume, Doctorant en science politique, CHERPA (EA4261), IEP d’Aix-en-Provence
SITRI Frédérique, MCF Sciences du langage, Université Paris Nanterre
SPIRE Alexis, directeur de recherche au CNRS
STEINAUER Odile, sociologue, Saint-Denis
STELLA Alessandro , DR au CNRS, EHESS Paris
TALBOT Cécile, doctorante en science politique, CERAPS Lille
TALPIN Julien, Chercheur en science politique au CNRS (CERAPS, Université de Lille)
TARRAGONI, Federico, MCF sociologie, Université Paris diderot
TUDELAGE Marie-Thérèse, sociologue, CR CNRSCMW, Lyon
THÉRY Julien, historien, Université Lumière de Lyon
THIN Daniel, Professeur émérite de sociologie, Lyon
THINES Laurent, professeur, neurochirurgien, Université Bourgogne-Franche-Comté
THOMAS Julie, enseignante-chercheuse, CMW, Université de Saint-Etienne
THOMAS Lou, doctorant en droit, ATER, Université Paris Nanterre
THURA Mathias, MCF sociologie, Université de Strasbourg
TOMCZAK Marc, enseignant-chercheur, université de Lorraine
TOMES Arnaud, professeur de philosophie CPGE, Strasbourg
TORRETTI Charlotte, géographe, Université Bordeaux Montaigne
TOURNADRE Jérôme, politiste, CNRS
TOURTE Elise, doctorante en philosophie, Université de Strasbourg
TRAWALE Damien, docteur en sociologie, Université Paris VII-Diderot
TRICOU Josselin, doctorant en science politique-études de genre, LEGS, Université Paris 8
UHEL Mathieu, géographe, Caen
VERGONE Vincent, Sculpteur metteur en scène, Seine Saint Denis
VADOT Guillaume, Doctorant en science politique, Paris 1 / IMAf
VAIREL Frédéric, Professeur agrégé, Ecole d’études politiques, Université d’Ottawa
VAILLANT Zoé, MCF géographe, Univ. Paris Nanterre
VALLOT Pauline, sociologue, École normale supérieure
VALLUY Jérôme, Université Panthéon-Sorbonne (Paris 1)
VERHAEGEN Frederic, enseignant-chercheur en psychologie, Université de Lorraine
VIGNA Xavier, Professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Nanterre
VIGNAL Cécile, sociologue, (CLERSE, Université de Lille)
VINCENT Fanny, sociologue, CEETCNAM Paris
VOLLAIRE Christiane, philosophe, chercheure associée au CNAM
VOGUET Élise, historienne, CNRS, Paris
VO HA Paul, Mcf Histoire moderne, Université Paris 1
WAHNICH, sophie, historienne, CNRS
WANNEAU Krystel, doctorante en science politique, (REPI, Université libre de Bruxelles)
YON Karel, CNRS, sociologue, IDHES Université Paris Nanterre
YOUSFI Hèla, MCF, Paris-Dauphine
ZENATI Afifa, Ingénieure d’études, ENS de Lyon

source

00000000000000000

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué par vidéo-conférence le samedi 23 mars 2019.

SITUATION MILITAIRE
0059 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
03’00 » – L’OSCE détecte la présence d’armes lourdes ukrainiennes près de la ligne de front
05’18 » – Le complexe militaro-industriel ukrainien s’effondre et l’armée ukrainienne avec
09’10 » – La RPD répond aux tirs de provocations des FAU pour faire cesser les tirs contre les civils

RPD
11’57 » – La RPD pourrait se retrouver privée d’eau courante à partir du 1er avril

NÉO-NAZISME
16’56 » – Liens potentiels entre le massacre de Christchurch, le néo-nazisme et l’Ukraine

ÉVOLUTION DE LA SITUATION EN UKRAINE
28’25 » – Porochenko veut utiliser le SBU pour frauduleusement changer les résultats de l’élection

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV
34’16 » – L’Ukraine impose trois ans de sanctions à Christelle Néant et plusieurs autres français qui ont surveillé les élections en RPD et RPL en 2018

000000000000000000000000

FRANCE 🇫🇷 (DOUANE – DNRED – SNDJ): lettre ouverte à Gérald Darmanin

Publié: 23 mars 2019 dans 4 - REGALIENNES, DNRED, Douane, Services de renseignement
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Séphanie Gibaud, malgré le rôle décisif dans l’enquête sur la banque UBS 🇨🇭, n’a pu bénéficier ni du statut de lanceuse d’alerte, ni de la protection qui y est liée, ni d’aucune rétribution.

Comme Marc Fievet, aka NS 55 DNRED, malgré son rôle décisif dans des enquêtes durant 6 ans sur les organisations de narcotrafiquants, n’a pu bénéficier ni du statut de lanceur d’alerte, ni de la protection qui y est liée, ni d’aucune rétribution après avoir été incarcéré 3888 jours et malgré une décision de justice française établissant qu’il était un agent infiltré et non pas un trafiquant.

Il semble que le refus de prendre en compte les lanceurs d’alerte n’est pas une nouveauté pour ceux qui sont aux manettes. L’interprétation des faits pour le cas de Marc Fievet par l’administrateur des douanes, Michel Baron, qui ont permis au tribunal administratif de rejeter sa demande d’indemnisation pour les 3888 jours de détention subis comme aujourd’hui, le montant (3000 euros) alloué par l’Etat à Séphanie Gibaud ayant permis la tenue d’un des plus importants procès pour fraude fiscale et la condamnation de la banque UBS à une amende record de 3,7 milliards d’euros pour blanchiment de fraude fiscale et démarchage bancaire illicite ainsi qu’à 800 millions d’euros de dommages et intérêts par le tribunal correctionnel de Paris est assimilable à un véritable foutage de gueule du T.A pour le montant (3000 euros) alloué.

Et bien sûr, nos éminences se retrancheront derrière les décisions de justice pour ne pas agir!

UBS n’a pas traîné à faire appel de la décision de la justice française qui l’a condamnée avant-hier à une amende de 3,7 milliards d’euros, pour démarchage bancaire illégal et blanchiment aggravé de fraude fiscale. Denis Chemla et Jean Veil, avocats de la banque suisse, ont déclaré hier avoir fait appel du jugement dès mercredi. «C’est une décision scandaleuse au regard des principes juridiques qui sont les nôtres. Je suis terriblement choqué par cette décision, qui ne cause pas la sanction par autre chose que l’idée d’une espèce de culpabilité de principe», a tonné Jean Veil lors d’une conférence de presse. «Nous sommes une banque suisse, ça n’aide pas», a résumé Denis Chemla.

Pour ma part, je trouve la décision du T.A scandaleuse concernant l’indemnité alloué à Séphanie Gibaud et suis terriblement choqué, mais pas surpris, par cette décision aberrante.

°°°°°°°°°°°°°°

Lettre ouverte à Gérald Darmanin

Par: Alain Gautier, lanceur d’alerte (Vortex); Alain Robert, lanceur d’alerte (laboratoire fécondation in-vitro groupe Unilabs); Antoine Reillac, avocat au barreau de Paris; Christian Dezegue, lanceur d’alerte (SNCF); Dan Benisty, président du Chapitre français de l’ACAMS; David Koubbi, avocat au barreau de Paris; David Sanchez, représentant, ACAMS France; Denis Breteau, lanceur d’alerte (SNCF); Eric Bocquet, sénateur; Etienne Chouard, professeur d’Economie – à l’initiative du Référendum d’Initiative Citoyenne; Fabrice Rizzoli, président de Crim’HALT; François Boulo, avocat au barreau de Rouen; Françoise Nicolas, lanceuse d’alerte (Ministère des Affaires Étrangères); Gilles Raymond, fondateur de The Signals Foundation, Irène Frachon, lanceuse d’alerte (Mediator); Jean-Christophe Picard, président de l’association Anticor; Laura Pfeiffer, inspectrice du Travail (dossier Tefal); Mariama Keita, site Paradis Fiscaux et Judiciaires; Marie Blandin, sénatrice honoraire, auteure de la loi 2013 sur les lanceurs d’alerte et la déontologie de l’expertise; Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice; Marisa Matias, eurodéputée portugaise (Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique); Olivier Lopez, avocat au barreau de Paris; Philippe Pascot, écrivain et politologue; Richard Armenante, association de Défense de la Famille Armenante; Yasmine Motarjemi, lanceuse d’alerte (Nestlé)

Stephanie Gibaud, ancienne salariée d’UBS France, a révélé les arcanes de l’évasion fiscale en Suisse. Ici à l’université d’été d’EE-LV, en août 2015 à Villeneuve-d’Asq.
Photo PHILIPPE HUGUEN. AFPTribune. Stéphanie Gibaud a collaboré avec le SNDJ (service des douanes judiciaires) dans son enquête concernant la banque UBS. Elle a, durant les années 2011 et 2012, pris des risques très importants. Stéphanie Gibaud a notamment dû participer à la surveillance des contacts de la banque UBS au tournoi de Roland-Garros en juin 2011. Elle a également permis aux enquêteurs de comprendre le fonctionnement de la banque ainsi que les conditions d’organisation des évènements.

Son rôle a été reconnu par le tribunal administratif de Paris le 15 novembre 2018 qui lui a accordé le statut de «collaborateur occasionnel du service public» et a condamné l’Etat à lui verser un montant symbolique de 3000 euros de dommages et intérêts au titre du préjudice moral.

Le 20 février 2019, la banque UBS a été condamnée à une amende record de 3,7 milliards d’euros pour blanchiment de fraude fiscale et démarchage bancaire illicite ainsi qu’à 800 millions d’euros de dommages et intérêts par le tribunal correctionnel de Paris. De plus, les retombées de l’affaire avaient déjà permis la régularisation de 4,7 milliards d’avoirs détenus par des clients français de la banque UBS.

A ce jour, Stéphanie Gibaud ne peut bénéficier de la protection légale des lanceurs d’alerte tant au niveau national (non-rétroactivité de la loi du 9 décembre 2016 dite Sapin II) qu’au niveau international. Elle n’a reçu aucune rétribution de la part de l’Etat et reste dans une situation financière très difficile.

Dans le contexte actuel de recherche de «justice fiscale», le délaissement par l’Etat d’une personne ayant permis la tenue d’un des plus importants procès pour fraude fiscale est choquant pour les citoyens. Il ne peut y avoir de justice fiscale sans lutte contre la fraude et les exemples récents montrent qu’il n’y a pas de lutte efficace contre la fraude fiscale sans lanceurs d’alertes. Si vous souhaitez effectivement lutter contre la fraude fiscale, vous ne devez pas oublier les personnes qui ont contribué à révéler ces pratiques en sacrifiant leur carrière et leur vie personnelle.

Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics
Monsieur Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, il est possible à Rodolphe Gintz, le

directeur général des douanes (Photo à droite), de rétribuer les personnes qui ont fourni aux douanes des renseignements ayant mené à la découverte d’infractions (article 15-1 de la loi 95-73 du 21 janvier 1995 : rémunération des informateurs des douanes judiciaires).

Article 15-1

Les services de police et de gendarmerie ainsi que les agents des douanes habilités à effectuer des enquêtes judiciaires en application de l’article 28-1 du code de procédure pénale peuvent rétribuer toute personne étrangère aux administrations publiques qui leur a fourni des renseignements ayant amené directement soit la découverte de crimes ou de délits, soit l’identification des auteurs de crimes ou de délits.

Les modalités de la rétribution de ces personnes sont déterminées par arrêté conjoint du ministre de la justice, du ministre de l’intérieur et du ministre des finances.

Nous vous demandons solennellement et respectueusement de bien vouloir rétribuer Stéphanie Gibaud pour les informations qu’elle a fournies sur le fondement de la loi du 21 janvier 1995.

Ce faisant, vous réparerez une injustice et vous permettrez que son exemple ne dissuade pas les prochains lanceurs d’alerte de continuer à agir pour l’intérêt général.

Nous vous demandons solennellement et respectueusement de bien vouloir rétribuer Stéphanie Gibaud pour les informations qu’elle a fournies sur le fondement de la loi du 21 janvier 1995.

Ce faisant, vous réparerez une injustice et vous permettrez que son exemple ne dissuade pas les prochains lanceurs d’alerte de continuer à agir pour l’intérêt général.

SOURCE

0000000000000000000000000000000000

000000000000000

uncitoyenindigné

Attali fait de graves révélations sur l’avenir de la France !! Et le pire c’est qu’il ne se trompe que rarement !!

 Avec le sourire de celui qui va faire une bonne affaire

Petite compilation « attalienne » pour comprendre, en deux temps trois mouvements, comment la mise en esclavage totale des peuples par le marché est non seulement planifiée, mais aussi annoncée au grand jour par les prophètes du mondialisme :

Source Blogmédia « tu sais quoi »

Voir l’article original

Récemment, le Service régional de police judiciaire -SRPJ- de Montpellier a réalisé un coup d’arrêt à un des plus importants trafics de drogues de ces dernières années, avec des saisies importantes de cocaïne, d’héroïne, de cannabis, d’ecstasy, de MDMA et de crack dans le quartier du faubourg Figuerolles, considéré comme un véritable supermarché des drogues.

LIRE PLUS

https://e-metropolitain.fr/2019/03/23/drogue-a-montpellier-deux-jeunes-dealers-interpelles-a-figuerolles/

0000

https://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-23-03-2019/

0000

Disparition d’Emiliano Sala : un rapport nébuleux, mais des découvertes explosives

Le pauvre Emiliano, il n’avait pas franchement mérité ça.  Cette semaine le rapport tant attendu de l’organisme anglais chargé de l’étude des catastrophes aériennes est tombé, photos du désastre à l’appui. 

Il s’agit de trois nouveaux clichés, datés du 3 février dernier comme le premier divulgué, fournis par le petit « rover »  lancé par le Geo Océan III affrété par les anglais, l’avion étant en réalité tombé dans les eaux internationales.  Des photos pleines d’enseignements, comme on va le voir, et une bombe médiatique dissimulée dedans, à  savoir que le pilote, davantage que l’appareil en lui-même, est aujourd’hui fortement mis en cause dans les raisons du crash, un pilote ne disposant pas juridiquement du droit de transporter des passagers payants dans un appareil, et c’est bien là l’un des problème essentiels. 

Mais aussi un avion dont le propriétaire s’avère  également afficher une adresse qui n’est à l’évidence qu’une simple boîte postale… dissimulant autre chose encore !

Lire le dossier n°1


Je vous avais promis quelques découvertes.  Les voici, avec un peu de retard, à la suite de discussions, notamment, avec des amis journalistes «  papier » désireux de pousser plus loin eux aussi leurs investigations.  

Cette fois, c’est l’examen de la cartographie des localisations des endroits cités durant toute cette enquête qui m’a permis de réaliser divers parallèles aussi troublants que le sont les faits qu’ils rappellent ou que ce qu’ils permettent d’entrevoir.  Il y a beaucoup de coïncidences frappantes dans ce dossier et les derniers rebondissements, à savoir l’aveu des McKay d’avoir bel et bien payé le dernier trajet aérien d’Emiliano Sala, n’expliquent pas tout encore, loin de là, notamment l’usage réel de l’avion.  Il conviendrait au plus vite d’en déterminer tous les derniers vols, car ils risquent de nous apporter quelques surprises encore. 

L’affaire est loin d’être terminée car il y a, dans cette sombre affaire, beaucoup de coïncidences et de dissimulations.  

Lire le dossier n°2


Entre autres découvertes, il y a celle d’une relation espagnole, celle de la base arrière de Robert Dawes, condamné en France pour l’import de 1,3 tonne de cocaïne à Roissy, qui intrigue énormément comme on va le voir. 

Fait à noter, bien qu’il s’agisse encore là d’une coïncidence, l’avion dans lequel est mort Emiliano Sala provenait d’Espagne.  Au passage, nous allons en découvrir un second d’avion appartenant aux McKay, celui-là oublié de tous les médias… encore un petit appareil à hélices, à croire que malgré les millions d’euros brassés (les McKay se sont vantés d’avoir favorisé 600 transferts de joueurs !), la famille de l’ancien bookmaker n’avait pas été capable de se munir d’un jet privé.  Pourquoi cette propension aérienne, malgré les millions engrangés, voilà une bonne question en effet…

Une autre piste, donc … à observer de près

Lire le dossier n°3


Après la gangrène de la cocaïne dans les vestiaires et la description de toute une région plongée dans le trafic de cocaïne remontant du Portugal ou de l’Espagne, on revient à l’étude des avions détenus par la société ayant détenu celui dans lequel est mort Emiliano Sala. 

Une étude qui va nous mener à des pratiques industrielles bien particulières, à celles aussi de sociétés offshore pour administrer à distance une entreprise… ou encore un club de football. 

Et là encore, les surprises s’amoncellent, comme vous allez vous en apercevoir, avec des « vedettes », les rois du genre, dont une partie installée sur une petite île située à quelques encablures seulement de l’endroit où l’avion s’est écrasé, ce qui est encore une coïncidence dans cette affaire qui est en est truffée.

Un endroit surnommé « l’île des hommes de paille », c’est vous dire… à quel point toute cette désolante affaire nage dans la duplicité !

Revenons, après cet exposé, sur les environs sulfureux de Nottingham, sur la propriétaire même de l’avion, la société Cool Flourish Limited, selon ce que l’on a déterminé précédemment … Un document en date du 11 septembre 2015 (montré dans notre premier épisode) nous a indiqué que l’avion, lui, avait été acheté en Espagne, à Clasik, Alqier de Clasicos, appartenant à Roberto Sastre. L’adresse indiquée pour les 3 sociétés de sa responsable, Fay Keely s’oriente vers une maison dont les coordonnées postales (DE55 6EF) pointent vers une localisation au N 53.129862 et W-1.417584, ce qui situe l’endroit à l’arrière d’un restaurant appelé Greyhound Higham.  L’estimation de l’habitat donnait 160 000 livres comme valeur estimée (en 2000, mais Zoopla l’estime aujourd’hui à 590,000 !!. L’une des adresses, Mobile ScreenWipe Limited, pointant, elle, vers Burnside, The Dale, Bonsall, Derbyshire, DE4 2AY dans une maison évaluée à 335 000 livres, sur les rebords du Peak District National Park.
Dans les  deux cas, on est loin du manoir familial… et les adresses ressemblent plus à des boîtes aux lettres de portage d’entreprise qu’à autre chose…
Lire le dossier n°4
00000000000000000000000000000000000000

 

Nota : à ceux qui pourraient penser récupérateur l’association de la catastrophe du vol MH-370 dans le titre de cette longue série, je rappelle qu’à l’origine il y a la forte suspicion émise par l’un des parents de victimes françaises sur la possibilité que le Boeing 777 incriminé ait pu avoir eu affaire à un trafic de ce genre, ou à une bavure militaire liée à ce trafic. La série a débuté ici.
Des surplus détournés et revendus ?
Les transferts d’armes dans la région ont été fréquents. L’un des plus intriguants cas en 2009 aura été celui du vieux cargo MV Captain Ufuk (ici en 2007, encore présentable), un cargo de 96 mètres de long d’un tonnage de 2348 GT, battant pavillon Panamanéen qui devait rejoindre le Port de Mariveles (au bout de la presqu’île de Baatan, 14°26′ N 120°29′ E) aux Philippines. A bord du navire, 13 marins géorgiens et jordaniens, commandés par un capitaine sud-africain… et quatre caisses, contenant au total 54 fusils d’assaut, présentés comme des Galils israéliens mais « fabriqués en Indonésie » selon le commissaire Fernandino Tuason, des Customs Intelligence and Investigation Service (CIIS) les ayant examinés (il se trompait comme on va le voir). Visiblement ce n’était qu’une parie du chargement initial. « Il a ajouté qu’il avait également appris qu’un yacht avait été vu en train de transporter «quelque chose du navire» quelques heures avant l’attaque du navire par des agents du Bureau des douanes et des garde-côtes des Philippines vers 16 heures. Jeudi. « Nous collaborons étroitement avec la Garde côtière alors que nous essayons de récupérer le yacht qui a été vu en train de charger des cargaisons du navire », a-t-il déclaré ».

LIRE PLUS

http://www.centpapiers.com/mh-370-38-armes-et-cocaine/

0000

Personne n’est remis de l’ignoble journée qu’a été le samedi 16 mars.
Le président de la République, ayant précipité son retour d’un lieu où il n’aurait jamais dû être – maladresse fondamentale – a voulu « des mesures fortes pour que cela n’advienne plus ».
Le Premier ministre en a annoncé quelques-unes.

Sont-elles « fortes » ? (Le Figaro)

La principale est le limogeage du préfet de police de Paris Michel Delpuech déjà remplacé par Didier Lallement.

Le premier aurait donné des instructions « inappropriées » au sujet de l’usage des LBD. Cela sent le prétexte à plein nez et relève trop d’une tradition française d’évitement pour constituer le choc espéré.

Ce préfet remplacé ne serait-il pas aussi une nouvelle victime de l’affaire Benalla ?

Osons le dire. On n’a jamais connu un gouvernement moins réactif, un pouvoir plus long à la détente. Et si Macron « hausse le ton », il a mis le temps ! (Le Parisien)

Quand au lendemain de la sauvagerie et de la casse on énonce le plus sérieusement du monde qu’il y a eu des « dysfonctionnements », on n’en est pas surpris et la banalité incontestable de ce constat occulte un élément capital : et si le dysfonctionnement n’avait pas été le pouvoir lui-même ?

Qu’on en juge.

Le 1er mai 2018, dans les marges du défilé syndical, des blacks blocs en liberté et en saccage, masqués et échappant à toute interpellation. Déjà la dénonciation d’une incurie grave dans le maintien de l’ordre républicain.

Puis à partir de la mi-novembre, dix-huit samedis dont la plupart ont été catastrophiques à Paris comme à Toulouse et à Bordeaux. Pour ne pas évoquer Bourges où la manifestation a dégénéré.

Index

A chaque fois des Gilets jaunes, déclarant ou non les rassemblements, ont été soit impuissants face à des débordements et à des violences soit directement impliqués dans leur commission avec le harcèlement constant et usant des forces de l’ordre.

A chaque fois il était patent qu’aucun de ces samedis ne se déroulait sur un mode tranquille et pacifique et que peu ou prou il se dégradait inéluctablement pour tomber dans le paroxysme honteux et odieux du 16 mars avec des Gilets jaunes mettant la main à la pâte avec des casseurs venus de l’étranger et n’ayant pas fait mystère de leur arrivée. Des Gilets jaunes aussi se glorifiant d’avoir volé et pillé et, comble de l’indécence pour d’autres, applaudissant et filmant les casseurs en pleine action destructrice et incendiaire.

Pour l’ensemble de cette frénésie renouvelée avec une régularité à laquelle le pouvoir semblait s’être habitué sans tenter même de la briser, un milliard d’euros, toutes malfaisances comprises, de préjudices commerciaux (Sud Radio).

Une loi anticasseurs à la promulgation retardée par la saisine faussement habile – mais vraiment dommageable – du Conseil constitutionnel par le président de la République.

Comment, alors, le gouvernement ne s’est-il pas senti ridicule en feignant de découvrir avec une indignation stupéfiée ce qui crève les yeux depuis quatre mois et déshonore notre démocratie ?

Comment l’idée d’instaurer un état d’urgence a-t-elle pu ne pas germer dans sa tête ?

Face à cette insupportable dérive et à une passivité qui malheureusement n’était pas délibérée – imputer au pouvoir d’avoir été complice des casseurs est non seulement offensant mais tristement faux : dépassé par les désordres, il n’a même pas pris le parti de les administrer ! Il a été longtemps seulement dépassé, faisant le gros dos en espérant une accalmie, une embellie qui ne sont pas à l’ordre du jour.

Qui, au regard d’une impuissance si durable, n’aurait pas considéré que le préfet de police était certes l’un des artisans de la faillite mais que son principal responsable était le pouvoir lui-même et que le dysfonctionnement tenait à son inlassable cécité et mollesse ?

Je n’évoque même pas les suites du grand débat national où certes les échéances sont respectées – avec les conclusions annoncées pour la mi-avril – mais il me semble qu’on a aujourd’hui le droit de s’interroger à cause de l’atmosphère publique et civique délétère : ne faudrait-il pas sur ce plan également accélérer le processus ?

Je sais bien que l’Elysée a organisé dans la soirée du 18 mars un raout réunissant une soixantaine d’intellectuels pour qu’ils dissertent, durant huit heures, avec le président sur une réalité qu’on ne subit que trop et continuent à favoriser les commentaires et les explications d’un pouvoir acharné à se détourner des actions dures, difficiles et courageuses que l’état du pays imposerait.

Sans faire de mauvais esprit, le dysfonctionnement dénoncé le 18 mars par le Premier ministre aurait dû conduire le pouvoir à s’auto-accuser.

« Recadré par le président, Castaner n’a plus droit à l’erreur ». Certes mais le président s’est-il « recadré » lui-même ?

Ils n’ont pas poussé le masochisme jusque là !

Dommage. Ç’aurait été de la lucidité et de l’honnêteté.

Philippe Bilger

00000

0000

Et, comme ça, par hasard, en cherchant toujours parmi le lot d’armes qui circule aux USA, dont pas mal de Kalachnikovs, je suis tombé sur ce cas pendable mais fort représentatif d’homme politique US. Sa caractéristique n’est pas seulement d’être un élu républicain venu de l’Oklahoma, situé au centre des USA, et c’est pour cela qu’il m’a plutôt interloqué. Mais avant de parler de lui, je vais revenir sur le cas des Kalachnikovs qui traînent partout aux Etats-Unis et qui se déversent côté Mexicain chez les cartels, comme on le sait. Des armes, qui en définitive, minent la démocratie américaine, à l’évidence. Il n’y a plus de semaine sans tuerie dans ce pays.

Nota : à ceux qui pourraient penser récupérateur l’association de la catastrophe du vol MH-370 dans le titre de cette longue série, je rappelle qu’à l’origine il y a la forte suspicion émise par l’un des parents de victimes françaises sur la possibilité que le Boeing 777 incriminé ait pu avoir eu affaire à un trafic de ce genre, ou à une bavure militaire liée à ce trafic. La série a débuté ici.

Car des clones de Kalachnikov, plusieurs sociétés en fabriquent ou en importent, comme j’ai pu m’en apercevoir en préparant ce dossier : il y a Century, bien sûr, déjà longuement abordée ici, avec sa C39 (à balle courtes comme son nom l’indique), Palmetto State Armory avec son PSAK-47, une société créée par Jamin McCallum, un vétéran de l’United States Army National Guard, plutôt spécialiste de l’AR-15, mais aussi DDI autrement dit Atlantic et ses modèles 47 ou 74, ou encore I.O. (le nom simplifié d’InterOrdnance) d’Ulrich « Uli » Wiegand, et son AKM 247-C, sur lequel nous allons nous arrêter quelques instants.

LIRE PLUS

http://www.centpapiers.com/mh370-37-les-armes-et-la-politique/

0000

Les armes destinées aux opposants à Bachar el Assad ne sont pas toutes arrivées à la bonne destination. Sans même parler d’erreurs de parachutages, on est forcé de constater que Daesh s’est retrouvé avec des stocks incommensurables de munitions et d’armes, sinon on aurait difficilement pu expliquer ses rapides succès militaires et son expansion territoriale sans précédent.

Dans sa progression en Syrie, le groupe islamiste extrémiste a bénéficié du contenu des entrepôts conquis à l’armée syrienne, des stocks échappés des hangars ouverts en Libye, après la chute de Kadhafi, mais aussi à partir de 2012, des armes détournées de l’aide américaine et des Emirats à des groupes d’opposition jugés « modérés », accumulant ainsi des moyens de tenir un conflit davantage qu’il ne l’espérait possiblement au départ.

Un situation due à une dissémination des stocks d’armes irakiens également, une situation qui n’est pas sans rappeler celle aperçue voici dix ans maintenant à Bagdad…

LIRE PLUS

http://www.centpapiers.com/mh370-36-des-tueries-de-masse-aux-usa-aux-tueurs-de-daesh-les-memes-fournisseurs/

0000

En 2009, un site américain, TFB (thefirearm.blog), découvre une copie de M4G qui lui semble être un véritable clone, fait à l’étranger, du fusil d’assaut emblématique US. Emoi assuré, car l’arme est en effet quasiment mythique aux USA ! C’est celle de l’intervention en Afghanistan, celle des Navy Seals. Pas un cliché de soldat où elle n’est pas apparue ces dernières années…

LIRE PLUS

http://www.centpapiers.com/mh370-35-effets-collateraux-mick-ranger-et-les-tueries-de-masse/

0000

0000

https://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-17-03-2019/

0000

Nota : à ceux qui pourraient penser récupérateur l’association de la catastrophe du vol MH-370 dans le titre de cette longue série, je rappelle qu’à l’origine il y a la forte suspicion émise par l’un des parents de victimes françaises sur la possibilité que le Boeing 777 incriminé ait pu avoir eu affaire à un trafic de ce genre, ou à une bavure militaire liée à ce trafic. La série a débuté ici.

Un chinois, un pilote… et c’est tout

Mais revenons à nos fameux 747 abandonnés. C’est d’abord le responsable de l’aéroport de Kuala Lumpur qui lève une partie du voile en avouant « que les 747 n’avaient pas été abandonnés, mais conservés lors de leur réunion avec Malaysia Airports (MAHB), la société qui gère les aéroports du pays, sur une « base cohérente » afin de présenter des documents supplémentaires sur le statut du propriétaire. La première réunion avec MAHB, qui a eu lieu le 17 juin de cette année, a été suivie de plusieurs réunions pour fournir des pièces justificatives, « qui indiquent toutes clairement que Swift est le propriétaire de tous les (3) B747 », a indiqué la compagnie de fret dans une déclaration (…) Blue Peterson, président-directeur général de Swift, a affirmé que le MAHB avait refusé de lui permettre d’avoir accès aux avions, affirmant qu’ils avaient besoin de consulter les documents d’immatriculation de l’aéronef avant de l’autoriser à se rendre à proximité (d’eux). » Quelqu’un, sur place, en Malaisie, cherchait visiblement à brouiller les pistes, pour qu’on ne sache pas à qui appartenaient les appareils. Pourquoi, donc, voila toute la question !

LIRE

http://www.centpapiers.com/mh-370-34-les-avions-oublies-en-malaisie-2/

0000


%d blogueurs aiment cette page :