Articles Tagués ‘vol’

A la recherche du Boeing malaisien

Selon la nouvelle analyse des données disponibles, le vol MH370 mystérieusement disparu a volé pendant encore plusieurs heures après la perte de contact entre les contrôleurs aériens et l’appareil, qui a accompli trois manœuvres, écrit mardi l’hebdomadaire Moskovski komsomolets.

L’avion s’est ensuite dirigé vers l’ouest, le sud, puis l’Antarctique. L’enquête internationale a ainsi confirmé que le Boeing malaisien avait été détourné.

Les experts des catastrophes d’aviation estiment qu’un certain individu se trouvait dans la cabine des pilotes et a sciemment changé le cap en direction de l’Antarctique. Les experts se réfèrent aux données satellites pour soutenir qu’après le dernier contact du contrôleur aérien avec l’appareil, ce dernier a changé de cap à trois reprises.

Selon l’expert Malcolm Brenner, ces actions de l’équipage font penser que quelqu’un a sciemment écarté l’avion de son cap.

0000000000000000000000000000000000000000000000000

L’économie de liberté : une affaire qui marche. L’étude publiée par Oxfam « Insatiable richesse » est édifiant : les inégalités sont vertigineuses et elles s’accroissent à grande vitesse.

Voici quelques chiffres.

La part du patrimoine mondial détenue par les 1 % les plus riches est passée de 44 % en 2009 à 48 % en 2014, et dépassera les 50 % en 2016.

En 2010, la fortune nette des 80 personnes les plus riches au monde s’élevait à 1.300 milliards de dollars. En 2014, le montant atteignait 1.900 milliards, soit une augmentation de 50 % en l’espace de 4 ans. Cela représente en moyenne 2,7 millions de dollars par personne pour ce club de malfaiteurs.

Parallèlement, les richesses des 50 % les moins bien lotis ont reculé en 2014 par rapport à 2009.

80 % de la population mondiale ne se partagent que 5,5 % du patrimoine mondial.

Même constat pour la France. Après une hausse de 25% en 2012, le patrimoine des 500 premiers patrimoines professionnels français avait gonflé de 15% en 2013 pour atteindre 390 milliards d’euros.

9782253082590SOURCE: http://lesactualitesdudroit.com/2015/01/20/80-personnes-detiennent-autant-que-35-milliards-dautres/

000000000000000000000000000000000000000000

Modifié à 17h33, le 28 décembre 2014

Ce que l'on sait de la disparition du vol d'AirAsia

 

  • Vol AirAsia porté disparu: les proches attendent des nouvelles

Par Alcyone Wemaere, avec agences

L’ESSENTIEL – Le contact a été perdu avec un avion d’AirAsia entre l’Indonésie et Singapour. A bord de l’Airbus : 155 passagers et 7 membres d’équipage, dont un Français.

L’INFO. On est sans nouvelles du vol QZ 8501 de la compagnie aérienne à bas coûts AirAsia. L’Airbus 320-200, qui avait pris le départ de la ville indonésienne de Surabaya en direction de Singapour, a perdu le contact avec la tour de contrôle de Djakarta, à 7h55 heure locale.

162 personnes à bord. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, AirAsia précise que l’avion transportait (hors équipage) 138 adultes, 16 enfants et un nourrisson. A son bord, figuraient également 7 membres d’équipage, parmi lesquels le copilote français. La compagnie a également précisé que 156 Indonésiens, trois Sud-Coréens, un Malaisien un Singapourien, un Français (le copilote), et un Britannique figuraient parmi les passagers et membres de l’équipage.

Le contact « perdu » entre l’Indonésie et Singapour. Le vol QZ8501 avait quitté l’aéroport international Juanda de Surabaya, sur l’île indonésienne de Java, à 5h20. Il devait atterrir à l’aéroport Changi de Singapour à 8h30. Selon un communiqué de la direction de l’aviation civile de Singapour, le contact a été perdu dans l’espace aérien indonésien, une heure après le décollage, à « 200 milles nautiques (environ 350 km) au sud-est de la frontière entre les régions d’information de vol de Jakarta et de Singapour ».

De mauvaises conditions météo pendant le vol. Peu avant la disparition de l’appareil, les pilotes avaient demandé l’autorisation au contrôle aérien à Jakarta de dévier de son plan de vol. Et souhaitaient prendre de l’altitude, en raison de mauvaises conditions météorologiques, a précisé AirAsia.

>> LIRE AUSSI – Ukraine : le dernier message d’un passager de la Malaysia Airlines

Où en sont les recherches ? Des opérations de recherche en mer ont été lancées pour retrouver l’appareil, avant d’être suspendues pour la nuit. « Nous avons interrompu les recherches car il commençait à faire nuit. La météo aussi n’était pas très bonne », a déclaré un porte-parole du ministère indonésien, précisant que les opérations reprendraient lundi matin.

L’armée de l’air indonésienne a indiqué avoir dépêché deux avions et un hélicoptère pour effectuer des recherches dans une région dans l’est de Java, au sud-est de Pangkalan Bun, dans la province de Kalimantan. « Nous n’avons pu détecter aucun signe visuel », a déclaré un porte-parole de l’armée de l’air indonésienne.

La marine et l’aviation singapouriennes sont aussi mobilisées. Les efforts de recherches se concentrent sur une région entre l’île de Belitung et Kalimantan, sur le côté ouest de l’île de Bornéo, à mi-chemin du plan de vol prévu.

L’angoisse des proches. Des proches de passagers paniqués se sont rassemblés à l’aéroport de Changi à Singapour, et des centaines d’autres se sont précipités à l’aéroport de Surabaya. A Surabaya, une femme de 45 ans a déclaré à l’AFP avoir six membres de sa famille dans cet avion: « Ils allaient à Singapour pour passer des vacances. Ils ont toujours volé avec AirAsia sans problème », a-t-elle dit.

Ce que l'on sait de la disparition du vol d'AirAsia

© AFP

Dans quel état était l’avion ? L’avion disparu avait fait l’objet d’une maintenance le 16 novembre, a indiqué AirAsia, qui n’a jamais connu d’accident fatal jusqu’ici.

L’Airbus disparu était exploité par AirAsia Indonésie, une succursale d’AirAsia basée à Kuala Lumpur en Malaisie, qui domine marché des compagnies à bas coûts dans l’Asie du Sud-Est.

source: http://www.europe1.fr/international/un-airbus-d-airasia-a-disparu-2328895

00000000000000000000000000000000000000000

Aucune explication définitive sur les causes du crash. L’avion d’Air Algérie parti de Ouagadougou et qui s’était écrasé dans le nord du Mali le 24 juillet dernier transportait 116 personnes à son bord, dont 54 Français. La Commission d’enquête technique malienne et le Bureau français d’enquêtes et d’analyses (BEA), qui tentent de comprendre les circonstances du drame, ont présenté leur premier rapport d’étape à Bamako ce samedi.

Les mauvaises conditions climatiques, avec un «front intertropical», ont certes poussé les pilotes à procéder à des «évitements», c’est-à-dire des déviations de route, mais «le début du vol peut être considéré comme normal, explique Bernard Boudaille, coordinateur général du BEA. Aucune turbulence significative n’a été enregistrée et les pilotes ont procédé à des évitements comme tous les pilotes de ligne

Trente minutes après le décollage, le pilote automatique est pourtant déconnecté et l’avion commence à perdre de l’altitude. Deux minutes plus tard, le régime des moteurs est proche du ralenti. Puis c’est le crash. «Ce qui est sûr, relève encore Bernard Boudaille, du BEA, c’est que certaines conditions vont amener au désengagement de l’auto-manette et du pilote automatique. Cela peut-être dû au système, mais aussi à une action humaine, et cette action humaine peut être volontaire ou involontaire. Cela, nous le déterminerons au dur et à mesure de l’enquête.»
L’enquête devrait encore durer un an à un an et demi

Ce premier rapport technique est essentiellement basé sur des enregistrements radio, difficilement exploitables car endommagés. «C’est un enregistreur à bande qui déroule de façon permanente, détaille Bernard Boudaille, on efface la conversation précédente pour la suivante. A priori, le doigt d’effacement n’a pas marché, et le défaut était a priori là avant le vol. Ce que nous entendons, ce sont de nombreuses voix superposées.» L’enregistreur aurait dû être vérifié avant le vol: ce test a-t-il été oublié, ou a-t-il été défaillant? Les enquêteurs techniques ne cherchent pas à établir de responsabilités. Les enquêteurs judiciaires devraient se pencer sur la question.

Alidou Ouédraogo a perdu sa fille dans l’accident. Ce Burkinabé, président d’une association de familles des victimes, a fait le voyage de Ouagadougou pour entendre la présentation de ce premier rapport d’étapes. «Je ne suis pas satisfait», pose-t-il avec une colère contenue, avant d’énumérer ses griefs: «on a d’abord tenté de nous mener sur la piste de la météo, or les conditions du vol étaient les mêmes que celles dans lesquelles les pilotes avaient déjà volé la veille. Ensuite, la zone du crash est une zone d’insécurité, de lutes armées. Ils ne peuvent pas écarter cela (la piste terroriste, ndlr). Aujourd’hui, le site du crash est fermé, ce n’est pas normal. Et les boîtes noires de l’avion ne marchaient pas: alors pourquoi a-t-il décollé»

À présent c’est la phase d’analyse qui commence, notamment par l’exploration des performances de l’avion et des moteurs, afin de préciser les conditions des pertes d’altitude et de vitesse dans les dernières minutes du vol. L’enquête devrait encore durer un an à un an et demi.


Hollande préside à Paris une deuxième réunion d’information des familles de victimes

François Hollande a présidé samedi une deuxième rencontre d’information des familles des victimes du vol d’Air Algérie au cours de laquelle le rapport d’étape du BEA leur a été présenté. Le chef de l’État a réaffirmé sa volonté que les services de l’Etat apportent aux familles «tout le soutien nécessaire». Il a confirmé «que les familles des victimes seraient invitées à se rendre sur les lieux du drame avant la fin de l’année 2014, en bénéficiant d’un soutien de l’armée française».

L’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie internationale «a exposé les avancées du processus d’identification des victimes, qui devrait s’achever début 2015». Enfin, «la cadre des procédures judiciaires» engagées par le TGI de Paris a également été présenté lors de cette rencontre.

source : lefigaro.fr

http://streettelevirtuelle.wordpress.com/2014/09/21/internationale-le-crash-du-vol-dair-algerie-au-mali-reste-inexplique/

000000000000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :