Archives de avril, 2019

https://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-28-04-2019/

0000

C’est une vidéo, pour commencer. Il est rare que des crashs d’avions soient filmés ainsi, en direct. Mais là, il y avait facilité à le faire : l’avion, un petit biréacteur à aile haute, avait annoncé avant, à la tour de contrôle d’aéroport où il devait se poser, qu’il allait quand même le faire cet atterrissage, mais sur le ventre car son train récalcitrant avait refusé de sortir quelques dizaines de minutes auparavant. La scène, datée du 3 juin 2017, ne se passait pas aux Etats-Unis, mais sur une des pistes (la numéro 5) de l’aéroport de Mogadiscio, l’avion venant alors d’Entebbe, en Ouganda, un trajet régulier pour lui.

L’appareil, alors immatriculé N330BG, adroitement piloté, se posera en dérapant sur le ventre et s’immobilisera plus d’un kilomètre plus loin. Son bout d’aile droite finira par toucher le sol au bout de sa course, pour se redresser une fois l’avion arrêté. Les pompiers arrivés sur place l’arroseront copieusement de neige carbonique. Fort heureusement, tous les membres d’équipage pourront en sortir indemnes, sans aucune blessure. Bref, un vrai miracle, mais largement ignoré par les médias (je n’ai découvert cet épisode qu’en préparant cette série, c’est dire). L’appareil, d’allure et de décorations civiles, un Dornier Do-328JET, la version à réacteurs du modèle précédent bien connu à turbopropulseurs, porte une immatriculation américaine: N804CE.

L’avion n’est pas tout neuf, il a été mis en service en 2001, au nom de l’indécrottable acheteur boulimique d’avions qu’est le Wells Fargo Bank Northwest NA Trustee. Une rapide recherche nous donne comme propriétaire Cummins Inc, mais l’avion porte plutôt sous cette étiquette celui du cigarettier Philip Morris (qui le louait donc, c’était son avion VIP, aussi inscrit chez Altria… Morris étant une filiale, désormais, d’Altria), à partir de son immatriculation précédente en N328PM; celle de ses origines (ici à gauche, il présente en effet les coloris arborés par les paquets de Marlboro). Cet avion, d’apparence anodine, va pourtant nous mener bien loin, dans les arcanes d’une guerre secrète entretenue… à dessein.

De la CIA aux moteurs de camions

Cummins est un fabricant de moteurs pour engins de chantiers, de bateaux (dont des yachts) ou de camions, mondialement connu, mais la firme possède aussi une particularité qui va vite nous intéresser. Ou plutôt un de ses dirigeants. A la démission de John Wosley, en 1995, de la direction de la CIA, le président Clinton avait choisi sans trop cogiter un gars du sérail, proche du secrétaire de la défense, William J. Perry, et de son prédécesseur, Les Aspin (un démocrate qui avait acquiescé à l’aide aux Contras et qui s’engluera en Somalie (1)). Un homme à poigne qui avait fait partie des fameux « whiz kids » ces jeunes loups passionnés de chiffres qu’avait amenés avec lui Robert McNamara, un bruxellois d’origine (dont le père était né à Smolensk !), appelé John Mark Deutch (ici à gauche). Deux ans avant, il était devenu le « acquisition czar at the Pentagon » comme le dit ici le New-York Times, c’est-à-dire celui qui achetait le matériel pour le Pentagone. Autrement, dit, il connaissait tout de l’armée américaine, à ce poste-clé……LIRE la suite

0000

https://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-21-04-2019/

0000

Les Emirats sont de la partie dans le trafic d’armes, comme on a pu le voir à diverses reprises lors de notre enquête. On les retrouve un peu partout, ce que leur permet leur aisance financière. Ils ont aussi l’art de s’acoquiner avec des gens pas toujours recommandables, dont un certain Eric Prince, comme on va le voir ici-même dans cet épisode et le suivant. Mais pas que lui, puisque d’autres mercenaires affiliés sont venus prendre eux aussi leur part de gâteau.

Le sultanat d’Oman n’étant pas en reste avec des livraisons d’armes aux Outhis alors qu’à Fujeirah on retrouvait les vestiges d’un avion fort particulier ayant servi à transporter en son temps des missiles Stinger : le jet de Ben Laden, en quelque sorte un retour aux sources !

Nota : à ceux qui pourraient penser récupérateur l’association de la catastrophe du vol MH-370 dans le titre de cette longue série, je rappelle qu’à l’origine il y a la forte suspicion émise par l’un des parents de victimes françaises sur la possibilité que le Boeing 777 incriminé ait pu avoir eu affaire à un trafic de ce genre, ou à une bavure militaire liée à ce trafic.

Par deux fois, les émirats… remis à leur place par la Somalie

Un trafic d’armes comme on a pu le voir qui génère de l’argent et qui en croise deux autres, avec une première, une affaire passée elle aussi plutôt inaperçue ici en Europe, celle du Boeing 737 repéré à Mogadiscio avec à bord de l’argent, beaucoup d’argent : celui du vol du « Royal » Jet immatriculé A6-DAS en provenance d’Abou Dhabi, la capitale des Emirats Arabes Unis, le 5 septembre 2018. Le ministère de la Sécurité du gouvernement fédéral somalien appuyant la nouvelle par une déclaration qui confirmait la saisie de trois sacs contenant un montant de 9,65 millions de dollars dans l’avion, ajoutant qu’une enquête sur l’introduction clandestine d’argent dans le pays allait être menée… l’appareil étant l’un des modèles blancs, aperçu ici en train de se poser en 2015 à Genève. Un avion de type BBJ, à savoir un jet privé pour VIP, mais taille XXL, bardé d’antennes satellites et de communication (permettant l’usage de l’Internet haut débit durant tous les vols !).

LIRE la suite

0000

0000

Pourtant des informations divulguées qui s’appuient sur la fuite d’un document portant la classification «Confidentiel Défense», rédigé le 25 septembre 2018 par des officiers de la Direction du renseignement militaire, où figure notamment «la liste détaillée des armes françaises impliquées dans la guerre au Yémen».

La ministre française des Armées Florence Parly persiste et signe ce 18 avril, en affirmant, une nouvelle fois, que les armes vendues par la France à l’Arabie saoudite «ne sont pas utilisées de façon offensive au Yémen».

Malgré les récentes révélations de l’ONG Disclose concernant l’utilisation d’armes françaises dans le conflit au Yémen qui contredisent la position officielle de Paris la ministre française des Armées Florence Parly a répété, ce 18 avril, ne pas avoir «connaissance du fait que des armes [françaises] soient utilisées directement dans ce conflit». Interrogée sur Radio classique, la ministre a martelé ne pas avoir «d’éléments de preuve permettant de dire cela, que des armes françaises sont à l’origine de victimes civiles au Yémen». «A ma connaissance, ces armes ne sont pas utilisées de façon offensive dans cette guerre au Yémen», a-t-elle également déclaré.

LIRE

00000000000000000000

Nota : à ceux qui pourraient penser récupérateur l’association de la catastrophe du vol MH-370 dans le titre de cette longue série, je rappelle qu’à l’origine il y a la forte suspicion émise par l’un des parents de victimes françaises sur la possibilité que le Boeing 777 incriminé ait pu avoir eu affaire à un trafic de ce genre, ou à une bavure militaire liée à ce trafic.  La série a débuté ici.

C’est un soupçon qui existe depuis longtemps, et l’US Aid n’a pas beaucoup aidé à le faire disparaître, comme j’ai déjà pu le dire ici et là.  Son manque de transparence y a beaucoup aidé.  Mais, cette fois encore, les preuves sont là et elles sont gravissimes. Les turpitudes de la CIA mettent en danger des gens qui n’ont rien à voir au départ avec ses actions armées douteuses.  Mais la décision prise par les anciens reaganiens que sont Rumsfeld et Cheney de remplacer les militaires par des milices privées produit aujourd’hui des effets secondaires désastreux, car tous les services civils se retrouvent ainsi enrôlés dans leur tourmente guerrière, y compris jusqu’à aller compromettre les compagnies d’aviation comme on va le voir, ou des services humanitaires détournées de leur fonction sociale. La suspicion rejaillit sur les autres, bien plus saines, et c’est cela qui est à la fois désolant et dangereux…

Les envois US restés en plan chez DHL…

Cette fois c’est par un autre rapport compromettant, un de plus, par lequel on commence.  En date de juillet 2015, il est visible ici.  Son auteur est le GAO, à savoir  l’U.S. Government Accountability Office, qui, lui, visiblement sait lire et analyser des tableaux Excel. Le rapport décrit une incurie incroyable. Ce qu’il a découvert c’est que des éléments qui auraient dû être transmis depuis des années continuent à pourrir dans un entrepôt virginien appartenant à DHL…. à l’insu de tous, et dont DHL ne savait pas trop bien quoi en faire désormais.  Au comble de la bêtise, on s’apercevra que la totalité pouvait tenir dans un seul container de 40 pieds, capable d’être envoyé par bateau donc (cf ici la slide de gauche). « Les subventions du FMF financées par le gouvernement ne sont pas expédiées dans un entrepôt privé en Virginie, au lieu d’atteindre l’objectif visé de création et de maintien des forces de sécurité yéménites telles que  l’AQAP. Comme le permet le programme FMF au Yémen, le gouvernement du Yémen a acquis le droit de propriété du matériel lors de la livraison à son transitaire contractuel,  le transitaire du Yémen à cette époque, que le pays avait initialement contracté pour expédier le matériel. À partir de 2007, le Yémen avait des arriérés avec son transitaire. En avril 2008, le contrat entre le gouvernement du Yémen et ce transitaire a pris fin ».

lire plus

000000000000000000

ONFRAY

Publié: 17 avril 2019 dans Informations générales

0000

https://www.les-crises.fr/revue-de-presse-du-17-04-2019/

0000

La famille Duval (Éric Duval, président fondateur et Pauline Duval, directrice générale du groupe Duval), affectée par l’ampleur des tragiques événements qui ont violemment frappé Notre-Dame, annonce qu’elle participera à l’effort de reconstruction aux côtés des autorités.

LIRE

0000

Le PDG de Vinci Xavier Huillard s'adresse à l'assemblée générale des actionnaires à Paris, le 17 avril 2018Par LEXPRESS.fr avec AFP , publié le

Le PDG de Vinci Xavier Huillard s’adresse à l’assemblée générale des actionnaires à Paris, le 17 avril 2018

afp.com/ERIC PIERMONT

La ministre des Transports a indiqué que Vinci et l’Etat n’étaient « pas d’accord sur les montants » et devront négocier la compensation de l’abandon du projet d’aéroport.

Vinci compte bien faire payer à l’État l’abandon du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, en Loire-Atlantique. Le groupe de BTP, qui devait être le concessionnaire du projet, réclame « plusieurs centaines de millions d’euros » à l’Etat en guise de compensation, a déclaré ce dimanche la ministre des Transports Élisabeth Borne.

Confirmant que l’État négocie avec Vinci une indemnité liée à l’abandon du projet, Élisabeth Borne a déclaré sur France 3 : « Nous ne sommes a priori pas d’accord sur les montants, mais on prendra nos responsabilités sur ce dossier ». « Ils [Vinci] ont parlé de quelques centaines de millions d’euros, tandis que nous parlons de quelques dizaines » de millions, a-t-elle précisé. « Nous aurons une discussion passionnante », a ironisé la ministre.

Vinci candidat à la reprise d’ADP

lire la suite

0000

SECRET DEFENSE!

Fait pour cacher toutes les turpitudes et autres « escroqueries » de ceux qui sont aux manettes, énarques, inspecteurs des finances et « Politiques » soumis, mais comme les retrocommissions sont tellement
anonymes et qu’en prime le 40 est zappé systématiquement… Alors…

Ces documents contredisent la version des autorités françaises d’une situation «sous contrôle» et d’une utilisation uniquement «défensive» de l’armement français au Yémen

« Je n’ai pas connaissance du fait que des armes françaises soient utilisées directement au Yémen », affirmait Florence Parly, la ministre des Armées, le 20 janvier dernier sur France Inter. Pourtant, selon un rapport classé « confidentiel Défense » de la Direction du renseignement militaire (DRM), daté du 25 septembre 2018, des armes de fabrication françaises ont bien été utilisées au Yémen dans des zones où résident des civils, révèle le média Disclose, qui a mené l’enquête avec cinq autres médias (Mediapart, Konbini, Radio France, Arte et The Intercept), ce lundi.

Source

0000

histoireetsociete

Voir l’article original 247 mots de plus

« Des hommes poussaient, une armée noire, vengeresse, qui germait lentement dans les sillons, grandissant pour les récoltes du siècle futur, et dont la germination allait faire bientôt éclater la terre. »

Zola

Voila ce qu’avaient vécu les parents et grands parents de mon grand-père François, comme spectateurs soumis; voilà ce qui avait fait l’atmosphère socio-politico-économique qu’ils respiraient. Et malgré cela, puisque ses maîtres d’école ne lui avaient enseigné que ce qui était autorisé de savoir, pour lui, avec ses origines et l’éducation reçue, François reste persuadé que les dirigeants politiques, à l’image de son maître d’école qui était aussi le maire de son village, ne visaient que l’intérêt supérieur de la nation, que les fonctionnaires ne pouvaient qu’être intègre et courageux, les policiers honnêtes et efficaces, les magistrats justes et équitables et les prêtres charitables et moralement au dessus de tout soupçon.

Dans les journaux de cette période, on lit tout et son contraire.

Dans La Justice, ce journal fondé en 1880, inspiré par Clemenceau, comme dans le tout nouvel Aurore qui n’avait pas trois ans d’existence, et qui bien sûr étaient considérés comme radical comme d’ailleurs La Lanterne et le Voltaire. Mais ici, dans le Nord de la France, à Cambrai, on lisait aussi l’Echo du Nord et depuis peu le Réveil du Nord, tous deux, journaux plus modérés, avec des informations locales tellement recherchées. C’est vrai, savoir que le maire de la commune de Marchiennes, de Naves, de Rieux ou d’Avesnes les Aubert a fait promulguer telle ou telle autre interdiction est nettement plus intéressant pour la plupart des lecteurs que de suivre les comportements, tergiversations, billevesées, menteries, carabistouilles, sornettes, balivernes, calembredaines et autres fariboles des politiques auxquels les petites gens ne comprennent rien! Désormais, dans chaque commune, un ou plusieurs correspondants, très souvent des fonctionnaires, s’emploient à faire parvenir au journal qui utilise leurs services le compte rendu fidèle de la vie communale et des événements à venir. Mariage, naissances, décès, construction, avis divers à la population et des reportages sur les récoltes, les cultures, les artisans, la mode et les faits divers. L’homme simple de la France du bas de l’échelle sociale peut au moins vérifier que ce qu’il lit est vrai ou faux !  Déjà la publicité fait ses premières apparitions pour des produits alimentaires.

En octobre 1896, le préfet Veil-Durand du département du Nord se plaint au ministère des cultes d’être trop souvent dérangé pour constater que nombre de curés cherchent à faire le vide dans les écoles publiques par tous les moyens dont ils disposent, citant l’exemple de l’abbé Colpin, le curé de Denain, qui, dans un de ses derniers sermons, vitupérant contre les francs-maçons, athées, juifs, protestants, « tous les tarés de la société » a conclu en affirmant : « Il n’y eut jamais autant d’enfants criminels ni autant d’assassins que depuis qu’on n’enseigne plus le catéchisme dans les écoles! »

EXTRAIT de « L’Archipel des Soumis »

000000000000000000000

L’homme d’affaire indien a pu bénéficier d’un effacement de dette de plus de 140 millions d’euros.

Dans le même temps, la France négociaient la vente de trente-six avions Rafale à l’Inde.

0000

0000000000000

Aviseur International

Et TRACFIN reste d’une discrétion totale, quand au parquet financier, il ne s’est pas autosaisi!

Y aurait-il une fiscalité pour les aigles et une pour les pigeons ?

Une « poupée russe » juridique qui rend toute traçabilité impossible pour le fisc. Il y a là l’assureur Axa ; l’empire Domino’s Pizza et ses 103 % de retour sur investissement en dix ans grâce à un montage sophistiqué offshore ; la congrégation des Légionnaires du Christ ; ou encore le groupe propriétaire des médias RMC et BFM TV, détenu en partie par une cascade de sociétés, qui conduit à Jersey via les Pays-Bas.
Bataille de l’information

Et les services français ont été clairs avec le lanceur d’alerte : l’évasion fiscale n’est pas leur sujet.

°°°°

À 28 ans, il débarque donc à Jersey, charmante île Anglo-Normande secouée par les marées et boîte noire de la finance internationale.

Dans son livre…

Voir l’article original 417 mots de plus

L’UFE recommande le recrutement net de 700 douaniers supplémentaires en France, un niveau de salaire « plus juste », de bonnes conditions de travail et une formation et « un soutien approprié » pour les agents.

Les douaniers français mènent depuis une trentaine de jours des actions pour dénoncer les conditions de travail dans lesquelles un Brexit dur risque de les plonger.

La manifestation prévue le 11 avril devant la Direction générale de la Douane française ne pourra avoir lieu car le DG Gintz a fait appel aux CRS pour bloquer l’accès.

0000

Aviseur International

Voir l’article original 1 900 mots de plus