Nouvel ordre économique mondial

Publié: 3 septembre 2015 dans 1 - Revue de presse - Journaux télévisés - Videos, Chine, Economie, Réflexions
Tags:,

Par Philippe Plassart

Publié le

La bulle et le prisonnier

Attention aux illusions d’optique : ce n’est pas une bulle chinoise qui vient d’éclater, c’est une bulle globale qui menace, dont nous sommes prisonniers. Ne confondons pas le facteur chinois avec la mauvaise nouvelle qu’il livre

bulle chinoise

La crise du mois d’août a donc eu lieu, avec cette fois pour épicentre Shanghai. Mais plutôt que d’une crise, mieux vaut parler d’un changement radical de perspectives. Et d’une prise de conscience soudaine, impulsée par le facteur chinois, d’un changement d’environnement. Comme lorsqu’après avoir passé un tournant, le conducteur d’une automobile découvre un nouvel horizon devant lui. Or ce qui a fondamentalement changé, c’est la perception des risques mondiaux, qu’il s’agisse des marchés, de la croissance, du commerce mondial, les matières premières ou de la gouvernance planétaire

Toujours se méfier du mois d’août. Les marchés se sont fait une belle frayeur au cours de l’été. L’épicentre de la crise a été la bourse de Shanghai, qui a perdu près de 20 % en deux séances consécutives au cœur de l’été. Pas vraiment une surprise : c’est le sort de toutes les bulles d’éclater un jour, celle formée dans le plus grand casino du monde – 150 % de hausse les douze mois précédents – ne pouvait pas échapper à la règle.

Ce qui a frappé le plus ? Le fait que le marché chinois ait entraîné dans sa chute pendant trois jours au moins les places financières des pays avancés. Accréditant l’idée d’une crise générale. En réalité, plutôt que d’une crise, mieux vaut parler d’un changement radical de perspectives. Et d’une prise de conscience soudaine, impulsée par le facteur chinois, d’un changement d’environnement. Comme lorsqu’après avoir passé un tournant, le conducteur d’une automobile découvre un nouvel horizon devant lui. Or ce qui a fondamentalement changé lors de ces jours de panique, c’est une nouvelle perception des risques mondiaux – qu’il s’agisse des marchés, de la croissance, du commerce mondial, des matières premières ou de la gouvernance planétaire.

Lire sur: http://www.lenouveleconomiste.fr/la-bulle-et-le-prisonnier-27862/

000000000000000000000000000000000000000

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s