Articles Tagués ‘GOUVERNEMENT’

image dediée

Crédits : scyther5/iStock/Thinkstock
Loi

Surprise ! Le gouvernement a attendu le calme des fêtes de Noël pour publier le très attendu décret d’application de l’article 20 de la loi de programmation militaire.

On en sait désormais plus sur comment va s’organiser la surveillance des « documents » et des « informations » que les opérateurs et les hébergeurs pourront être tenus de communiquer aux autorités d’ici au 1er janvier 2015. Souvenez-vous, c’était il y a un peu plus d’un an (avant que le gouvernement ne vante les mérites de la concertation et de la consultation des citoyens pour élaborer par exemple son futur projet de loi numérique). Le 18 décembre 2013, François Hollande apposait sa signature sur la loi de programmation militaire, après plusieurs semaines de débats plutôt houleux, au moins en dehors des assemblées.

Les levées de boucliers concernaient principalement l’article 13 de ce texte, devenu au fil des discussions son article 20.

Entrant en vigueur au 1er janvier 2015, il ouvre les vannes du droit de communication à une ribambelle d’administrations, de l’Intérieur à Bercy, en passant par la Défense.

L’objectif ?

Que celles-ci puissent avoir accès à tous les « documents » et aux « informations » stockés chez les hébergeurs ou transmis au travers des câbles des opérateurs télécoms, FAI, etc.

Pour cela, il suffit que les pouvoirs publics justifient de la recherche de renseignements intéressant notamment au titre de la sécurité nationale, la prévention du terrorisme, la criminalité et la délinquance organisées ou surtout de « la sauvegarde des éléments essentiels du potentiel scientifique et économique de la France », une notion particulièrement vague. Les intermédiaires peuvent, quoi qu’il en soit, être tenus de transmettre « en temps réel » ces données recueillies sur « sollicitation du réseau » (voir notre analyse complète).

Problème : ces dispositions sont relativement imprécises, ce qui suscite de fortes craintes. Qu’entend-on notamment par « documents » et « informations » ? Cela peut comprendre des informations allant bien au-delà des traditionnelles métadonnées entourant les communications (qui envoie un email à qui, à quelle heure, etc.). Un décret d’application était dès lors attendu pour préciser le dispositif.

Comme on pouvait s’y attendre, c’est dans une période extrêmement creuse (et à quelques jours seulement de l’entrée en vigueur de ces dispositions) que le gouvernement a publié le décret organisant le chapitre de la LPM relatif à « l’accès administratif aux données de connexion ».

source:http://www.nextinpact.com/news/91534-le-decret-l-article-20-lpm-publie-on-fait-point.htm

0000000000000000000000000000000000000000000

Publié le 13-10-2014 à 07h27Mis à jour à 09h52

Bolivie : le triomphe de Morales, réélu président

Le président bolivien sortant Evo Morales, réélu le 12 octobre 2014 pour un troisième mandat, salue la foule à La Paz (c) Afp

La Paz (AFP) – Le président bolivien Evo Morales a remporté dimanche un troisième mandat à une écrasante majorité, selon des résultats encore non-officiels lui attribuant 61% des voix, une victoire que le dirigeant de gauche a dédiée à ceux qui « luttent contre l’impérialisme ».

« Merci pour ce nouveau triomphe du peuple bolivien », a-t-il déclaré depuis le balcon du palais présidentiel.

Evo Morales a estimé que ce triomphe « est celui des anti-colonialistes et des anti-impérialistes », et l’a notamment dédié « à Fidel Castro et à Hugo Chavez, qu’il repose en paix ».

Selon les résultats des instituts Mori et Ipsos, relayés par les chaînes de télévision, le président l’emporte largement dans tous les départements du pays à l’exception du Beni (nord-est) qui va à son rival Samuel Doria Medina, du parti Unité Démocrate. Il repart donc pour un mandat de cinq ans.

Le département de Santa Cruz, longtemps bastion de l’opposition et le plus prospère du pays, a voté pour Evo Morales avec 49% des voix, son rival Samuel Doria Medina n’obtenant que 38%.

Au niveau national Doria Medina remporte 24% des voix, l’ex-président conservateur Jorge Quiroga 9%, le candidat du Parti Vert Fernando Vargas 3%, et le social-démocrate Juan del Granado (3%).

Ces résultats non-officiels portant sur 100% du décompte des voix « représentent une reconnaissance à la gestion du gouvernement et montrent que l’opposition de droite n’a jamais eu une vision du pays », a commenté pour sa part l’analyste de l’Université Gabriel René Moreno de Santa Cruz (est), Reymi Ferreira.

Des l’annonce des résultats, les pétards ont explosé à La Paz et des milliers de partisans du président Morales ont convergé vers la place Murillo où se trouve le palais présidentiel. Evo Morales, blouson bleu aux couleurs du MAS, est sorti sous les acclamations sur le balcon avec des membres de son gouvernement.

Il obtiendrait également 111 des 130 députés de la Chambre basse et 25 des 36 sièges de sénateurs

Quelque six millions de Boliviens ont voté dimanche dans le calme et pour la première fois, plus de 200.000 Boliviens de l’étranger ont faire entendre leur voix lors de cette huitième élection depuis le retour à la démocratie.

– Craintes de l’opposition –

Arrivé au pouvoir en 2006 avec 54% des voix dès le premier tour, Evo Morales avait été triomphalement réélu en 2009 avec 64% des suffrages. Il est le plus ancien président en exercice du continent.

En Amérique latine, la Bolivie est le pays à la plus forte proportion de population amérindienne et le plus pauvre, malgré d’importantes réserves d’hydrocarbures.

Un taux élevé de croissance et un climat propice aux affaires ont provoqué un rapprochement du pouvoir avec les milieux d’affaires de Santa Cruz (est), et les entrepreneurs ne sont plus en guerre ouverte contre le président auteur de la nationalisation de pans entiers de l’économie.

Sonia Tika, étudiante de Santa Cruz, a « voté pour Evo car il a fait de bonnes choses, des routes, nous a donné des ordinateurs, des bons d’alimentation, tout ce que le peuple demande, il le donne. »

Avec le contrôle du Congrès, l’opposition craint qu’Evo Morales ait les mains libres pour modifier la Constitution en vue de réélections répétées.

« En neuf ans, nous avons appris à bien gouverner et c’est pour cela que nous gagnerons avec une large majorité », a assuré le président lors de son dernier meeting.

Le premier président amérindien de Bolivie a affronté les électeurs fort d’une stabilité politique inédite dans un pays qui a connu 160 coups d’État depuis l’indépendance en 1825.

Le vote est obligatoire en Bolivie sous peine d’une amende élevée (environ 60 dollars). La consommation d’alcool a été interdite 48 heures avant le vote et jusqu’à 12 heures après, ainsi que le port d’armes à feu.

Faisant une longue queue dans une école transformée en bureau de vote à Laja, sur l’altiplano à une trentaine de kilomètres de la capitale, Johny Huanco, chauffeur de bus trentenaire, a prédit « une large victoire d’Evo » et de son parti, le MAS (Movimiento Al Socialismo).

SOURCE: http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20141013.AFP8122/la-bolivie-choisit-evo-morales-une-troisieme-fois.html

plus sur (video)http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20141013.AFP8122/la-bolivie-choisit-evo-morales-une-troisieme-fois.html

0000000000000000000000000000000

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

indexMadame la Ministre de l’écologie, au nom de tous les contribuables français, ainsi qu’au nom de tous les citoyens soucieux d’écologie et de défense de l’environnement, je tiens personnellement à vous remercier. Votre décision d’abandonner l’éco-taxe est d’une sagesse, d’une intelligence, d’un sens politique exemplaire. Oh, je sais, vous n’êtes pas seule responsable, vous avez des supérieurs plutôt intransigeants qui ne reculent devant aucun sacrifice. Sauf quand il s ‘agit  des intérêts particuliers et corporatistes qui ont les moyens de s’attacher les compétences de lobbyistes hors pairs, comme c’est le cas de celui des transporteurs routiers, qui se sont particulièrement illustrés dans le mouvement des bonnets rouges, et autres reculades devant des intérêts corporatistes dont j’ai oublié le nom, après celui des pigeons, qui en a signé l’appel d’air . Il est vrai qu’une grève des routiers qui bloquerait le pays serait du plus mauvais effet pour votre image de…

Voir l’article original 359 mots de plus

Journal d'un #antifa (parmi d'autres)

CCTV-Security-Surveillance-for-Businesses

La France serait-elle en train de se « Bushiser » sous la patte du tandem infernal Hollande/Valls ? Nos libertés fondamentales ont toujours beaucoup à redouter d’une justice d’exception, et des lois qui se passent si volontiers du consentement du peuple. Oh certes, les intentions sont louables : il s ‘agit de lutter contre le terrorisme bien sûr,  sous l’impulsion de l’horreur absolue qu’est l’état islamique, en empêchant doctement nos petites têtes blondes de se jeter dans la gueule du loup… Mais sous l’attitude paternaliste de notre classe politique réputée si bienveillante pour ses concitoyens pourrait bien se dissimuler un réel cheval de Troie :

Lutter contre le terrorisme est indispensable, mais cette cause ne doit pas céder aux objectifs des terroristes : attaquer nos libertés et l’État de droit, c’est justement faire le jeu des terroristes, de leur programme de terreur. Défendre nos valeurs coûte que coûte, développer des…

Voir l’article original 209 mots de plus

conseil4

Ne pas confondre l’Etat de droit et le Droit de l’Etat

Olivier Demeulenaere - Regards sur l'économie

Les victimes, c’est-à-dire les collectivités locales et donc leurs contribuables. Une loi scélérate qui permettra aux banques françaises de ne pas assumer les conséquences de leurs actes délictueux, et à l’Etat de conserver 17 milliards d’euros frauduleux en tant qu’actionnaire de Dexia… OD

amnistie-banques-gouvernement« Alors que la justice vient de donner raison à une cinquième collectivité engagée dans un procès contre la banque Dexia à propos des emprunts toxiques, le Conseil constitutionnel, au nom de « l’intérêt général », a validé une loi d’amnistie bancaire !

Après son adoption définitive au Sénat le 17 juillet 2014, le groupe UMP à l’Assemblée nationale contestait la légalité de trois des quatre articles de la loi de « sécurisation des contrats » de prêts structurés (comprenez toxiques) souscrits par les personnes morales de droit public, en réalité une loi d’amnistie bancaire aux frais des collectivités territoriales.

La France est un pays de droit. Cependant, aussi étonnant que…

Voir l’article original 514 mots de plus

 

edito-martine-billard-1
La soupe est bonne à voir les têtes réjouis des nouveaux « En charge »!

Les News

adf_infographie(2)Alors que le projet de réforme territoriale est en cours de négociation, l’Association des départements français décide de mettre un holà aux discussions.

L’ADF défend bien évidemment la volonté du gouvernement de faire évoluer l’organisation territoriale mais s’inquiète quand il s’agit des conséquences de certaines mesures. Ainsi, ils réclament du gouvernement un geste à leur encontre, alors que ce dernier est concentré sur les régions. Selon eux, le département doit rester humainement solidaire, sans trop être en difficulté financière. L’Etat devrait donc envisager de donner un nouveau poids politique dans le domaine du social aux départements tout en les déchargeants d’une chape de plomb financière. Les départements ne veulent plus voir leurs caisses se vider à cause d’aides sociales de l’Etat telle que le RSA. Enfin, l’Etat ne doit pas oublier de mettre en avant les spécificités locale afin de mieux répartir les mesures de la réforme territoriale.

Voir l’article original

uncitoyenindigné

Image

Sur le site « oumma.com », très fréquenté par les Musulmans de FRANCE, Arnaud MONTEBOURG, Ministre de la République, évoque ses origines « métissées », et se glorifie auprès des internautes habitués de ce site, d’avoir eu un grand-père algérien, qui après avoir combattu dans les rangs de l’Armée française, a combattu la FRANCE dans les rangs du FLN.

Et pour en rajouter une couche, il récuse l’étiquette de « PIED NOIR » qui, à ses yeux, est infamante, puisque comme tout bon socialiste d’aujourd’hui, il considère la « colonisation » comme une tache sombre sur notre Histoire.

Par rapport au site que j’ai cité en introduction, un correctif doit être apporté à sa relation de ce que fut son grand-père et ses relations avec la FRANCE.

Car, d’après Lionel Vives-Diaz, Arnaud MONTEBOURG ment, par omission (?), sur son grand-père.

Arnaud MONTEBOURG est le fils de Michel MONTEBOURG, né en 1933 dans la région d’AUTUN, fonctionnaire des impôts…

Voir l’article original 481 mots de plus