Articles Tagués ‘vote de la loi de finances’

Transition énergétique : la France interdit à son tour les sacs en plastique

source: http://resistanceinventerre.wordpress.com/

En 2016, les sachets les plus fins devront disparaître des commerces.

Ils sont responsables de pollutions majeures.

aso-dechets-plastiques-mettent-en-danger-l-ecosysteme-marin_2127404_800x400
Les déchets plastiques mettent en danger l’écosystème marin. © Photo DR

La lutte contre les sacs plastique s’étend des rivages de l’Atlantique à ceux du Pacifique. Dix jours après la Californie (États-Unis), la France interdit à son tour les sacs plastique « à usage unique », les plus fins. Les députés ont voté vendredi soir cette disposition de la loi sur la transition énergétique défendue par Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie.
Elle concerne les sacs de caisse distribués dans le commerce et ceux des rayons fruits et légumes. Le nombre d’unités est estimé à cinq milliards par an en France pour la première catégorie, à 12 milliards pour la seconde. La date fatidique de leur disparition est fixée au 1er janvier 2016. Ils pourront être remplacés par des sacs à base de matière organique (amidon de maïs ou de pomme de terre) recyclables dans des composts à domicile. Ou par des sacs en papier et des sacs plastique renforcés et payants.

Composés de polyéthylène, une substance dérivée du pétrole  

Une révolution ? Pas tout à fait. Les sachets plastique sont sur la sellette depuis de nombreuses années pour leurs ravages environnementaux. Composés de polyéthylène, une substance dérivée du pétrole, ils sont difficilement collectés et recyclés. Conséquence, ils finissent souvent à l’incinérateur ou, pire, dans la nature.

apollution-ocean-trash-MS
“Débris plastiques et pollution des océans”

Dans certains coins d’Afrique ou d’Asie, l’approche d’un village est plus sûrement signalée par les sacs plastique qui décorent les arbres que par les panneaux indicateurs. Les berges de nos rivières en sont tapissées après les crues. Et comme (presque) tout ce qui est jeté à terre finit à la mer, on retrouve ces poches dans la poubelle planétaire que devient chaque jour un peu plus le milieu océanique. Une étude des Nations unies, publiée en juin dernier, évalue à plus de 10 milliards d’euros par an l’impact de la pollution plastique des mers sur les écosystèmes, le tourisme et la pêche.
Dans quelques centaines d’années, on constatera probablement que la dégradation des sacs plastique sera imparfaite, voire hypothétique. Et on continuera à ramasser des tortues et des mammifères marins (s’il en reste…) étouffés par des sachets qu’ils auront pris pour des méduses consommables. Sans parler des microdéchets de plastique susceptibles d’entrer dans la chaîne alimentaire.

apollutionplageInterdiction contre taxation

Cheval de bataille de nombreuses associations environnementales, comme la Surfrider Foundation Europe installée à Biarritz, la lutte contre le sachet plastique trouve donc une seconde traduction législative. La première remontait au vote de la loi de finances 2010, qui prévoyait une taxation de cette gamme d’objets à
compter du 1er janvier 2014, taxe fixée à 6 centimes le sac. Son décret d’application n’est jamais sorti, bloqué par un gouvernement soucieux de ne pas en rajouter une louche dans le fameux « ras-le-bol fiscal ».

Il y en aurait 100 milliards en circulation dans l’Union  

La volonté française de passer la marche avant va dans le sens de l’histoire. La grande distribution a déjà notablement réduit ses apports en remplaçant les sacs légers et gratuits par des sacs renforcés et payants. L’initiative a été prise par l’enseigne E. Leclerc en 1995. Elle a fait tache d’huile dans les années 2000. Le résultat est probant : 10,5 milliards d’unités dans les mains des clients des grandes surfaces alimentaires en 2002, 700 millions en 2011.apollutionplastique_mer

Le mouvement restait trop lent aux yeux de l’Union européenne. Il y a deux ans, elle a réclamé des mesures fortes de la part des États membres pour réduire de 80 % le nombre de sacs plastique jetables. Il y en aurait 100 milliards en circulation dans l’Union, les pires élèves au palmarès 2010 étant le Portugal, la Pologne et la Slovaquie.

L’interdit étant maintenant prononcé, reste à savoir si le puissant lobby de la plasturgie ne va pas peser pour rendre le dispositif moins douloureux. La filière soutient qu’il n’existe pas à ce jour de solution technique pour des sacs dégradables dans un compost domestique. « Nous subissons déjà des pressions pour repousser la date », a admis Ségolène Royal. La Fédération des entreprises du commerce et de la distribution (FCD) et l’Union nationale des syndicats de détaillants en fruits, légumes et primeurs (UNFD) sont elles aussi montées au créneau. Ils protestent contre un surcoût estimé à 300 millions d’euros par an pour les commerçants.

source: http://resistanceinventerre.wordpress.com/2014/10/13/transition-energetique-la-france-interdit-a-son-tour-les-sacs-plastique/

00000000000000000000000000000000000000000