Articles Tagués ‘Union of European Football Association’

Les dernières accusations concernant Michel Platini sont très fragiles (L'Equipe)

L’étrange «scoop» du Picasso offert par Poutine à Platini

Le Sunday Times accuse la Russie d’avoir offert un tableau de Picasso à Michel Platini en échange de son soutien à la candidature du pays pour l’organisation du Mondial 2018. Une affirmation qui ne repose sur rien de concret.

Les dernières accusations concernant Michel Platini sont très fragiles (L’Equipe)

Vladimir Poutine a-t-il offert un Picasso à Michel Platini pour s’assurer de son vote en faveur de la Russie pour l’organisation de la Coupe du monde 2018? C’est ce qu’affirme l’équipe d’investigation du journal britannique The Sunday Times dans un article (payant) publié dimanche, mais il y a de bonnes raisons d’en douter.

Le président de l’UEFA a déjà démenti deux fois l’information, d’abord directement aux journalistes britanniques qui l’interrogeaient sur le supposé cadeau, puis dans une déclaration à l’AFP après la publication de l’article. «J’aimerais préciser que les allégations du Sunday Times sont totalement fictives et que ce journal reconnaît d’ailleurs lui-même ne détenir aucune preuve venant étayer cette rumeur ridicule, a expliqué le président de l’UEFA. Cette affaire est maintenant entre les mains de mes conseillers juridiques pour d’éventuelles poursuites en diffamation».

Le problème des sources

Comme souvent avec ce genre d’accusation, on pourrait penser qu’il s’agit de la parole des journalistes contre celle de la personnalité accusée. Sauf que ce n’est pas le cas ici. Les journalistes s’appuient sur les témoignages de sept sources anonymes (le recours aux sources anonymes dans le journalisme fait depuis longtemps l’objet de débats déontologiques passionnés) qui affirment que la candidature britannique pour la Coupe du monde 2018 a mené, avec l’aide d’entreprises privées et des ambassades de Sa Majesté, une vaste opération de renseignement sur les autres pays candidats, et constitué une base de données avec les rumeurs et d’informations ainsi glanées.

«L’information a été fournie par des informateurs bien placés en Russie»En ce qui concerne plus précisément le cadeau supposément offert à Platini par la Russie, qui ferait donc partie de cette base de données, les journalistes précisent que l’épisode leur a été confirmé par deux de leurs sources, un proche du gouvernement ayant été «impliqué de près dans la supervision de la candidature de l’Angleterre» et un ancien membre des services de renseignements britanniques qui a participé à la collecte d’informations sur les candidatures rivales. Ces deux sources, précisent les journalistes, affirment que «l’information a été fournie par des informateurs bien placés en Russie».

Ce n’est donc pas la parole de Platini contre celle des journalistes, mais plutôt la parole de Platini contre celle de sources anonymes proches de la candidature britannique (qui, rappelons-le, s’est inclinée face aux russes lors du vote) s’appuyant elles-mêmes sur des sources anonymes en Russie.

Des «trucs bizarres entendus dans le milieu»

Les journalistes eux-mêmes reconnaissent que les informations qu’ils publient sont à prendre avec beaucoup de précaution. «Bien que nous ayons fait des efforts pour corroborer les informations […], il a été impossible de vérifier de nombreux aspects des renseignements que l’équipe de la candidature Angleterre 2018 aurait, selon ce qui nous a été dit, compilés indépendamment» écrivent-ils dans un document résumant leurs découvertes envoyé à un comité de la Chambre des communes chargé d’enquêter sur les processus d’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022. Un document que le comité en question a décidé de publier dimanche.

«Il a été impossible de vérifier de nombreux aspects des renseignements»Comme le résume la BBC, la contribution du Sunday Times «repose sur des affirmations, des souvenirs et des rumeurs de sources anonymes à propos d’une base de données secrète qu’il n’a pas vue»«Il s’agissait en grande partie de trucs bizarres entendus dans le milieu» insuffisants pour prouver qu’il y avait eu de la corruption, selon une des sources en question. Une autre a estimé qu’il n’y avait rien de «légalement crédible» dans la fameuse base de données.

Le plus fascinant dans l’affaire n’est donc pas tant le contenu du «scoop» que le fait que des informations invérifiables ont été publiées et reprises par les médias du monde entier. Selon la BBC, si le Sunday Times a pu publier ses dernières «révélations», c’est uniquement parce que le comité parlementaire a d’abord décidé de les publier sur son site, ce qui protège le journal et toute personne reprenant ces informations en vertu du «parliamentary privilege», loi garantissant la liberté de parole des parlementaires.

D’autres allégations, bien plus solides

Ces révélations bancales ne doivent pas faire oublier que le Sunday Times investigue depuis plusieurs années sur l’attribution des Coupes du monde 2018 et 2022, et a publié en juin 2014 une enquête qui a ébranlé la Fifa. Si la quasi-totalité des acteurs du football réclame une réforme en profondeur de la Fifa, c’est parce que des journalistes, surtout britanniques, ont mis en évidence l’opacité et les pratiques douteuses de l’organisation.

Les dernières accusations contiennent par ailleurs d’autres allégations, plus solides, reposant sur les témoignages directs des sources. Selon trois d’entre elles, l’Angleterre avait passé un accord avec la Corée du Sud pour que l’électeur Sud-Coréen, Dr Chung Mong-Joon, vote pour la candidature de l’Angleterre, et que le représentant de l’Angleterre, Geoff Thompson, vote pour la Corée du Sud. Un arrangement allant à l’encontre des règles de la Fifa.

Le Sunday Times accuse la Russie d’avoir offert un tableau de Picasso à Michel Platini en …

A painting, believed to be a Picasso, was allegedly gifted to Union of European Football Associations (UEFA) president and FIFA executive member Michel Platini in return for his support for the eventually successful Russian bid for the 2018 global showpiece.