Articles Tagués ‘TSAHAL News’

Tout au long de l’Opération Bordure Protectrice, le « Premier Escadron des Drones » de Tsahal a opéré sans arrêt afin de minimiser les pertes civiles à Gaza. Deux commandants hauts placés de l’unité ont révélé les détails du travail de l’escadron qui détecte les cibles du Hamas et s’assure que les civils ne se trouvent pas à proximité lors des frappes.

« Nous ne voulons pas blesser les populations de Gaza, et nous faisons tout pour nous assurer que ça n’arrive pas. »

Le « Premier Escadron des Drones » (ou l’Escadron 200) de l’Armée de l’Air israélienne opère 24h sur 24h pour récolter les renseignements du terrain depuis le ciel. « A n’importe quel moment de l’année, il y a des drones de l’Escadron dans les airs », explique le major S, commandant adjoint de l’Escadron 200.

 

La mission quotidienne : récolter des renseignements

L’Escadron 200 est constamment en train de fournir une image complète du terrain grâce à ses données aériennes qui permettent de détecter et de suivre toute activité terroriste.

« Nous sommes dans la meilleure position pour détecter les sites qui doivent être ciblés. C’est pourquoi, à la minute où l’Opération Bordure Protectrice a commencé, l’Armée de l’Air israélienne avait déjà une large liste de cibles à frapper », précise le major R., un commandant haut placé de l’Escadron.

Le major S. poursuit : « Ce n’est pas suffisant de détecter les cibles une fois. Il est essentiel de vérifier que la cible soit bien toujours d’actualité. Si nous trouvons une cache d’armes aujourd’hui, il est possible que le lendemain, ils aient retiré toutes les armes de cet endroit pour y construire un jardin d’enfants. Si moi, personnellement, je ne suis pas au courant de ce changement, je pourrais faire une erreur en ciblant ce lieu. C’est pour cela que notre mission ne consiste pas uniquement à trouver de nouvelles cibles mais également de continuer à traquer celles que nous avons trouvées

Durant l’Opération, de nombreuses nouvelles cibles trouvées

Le major S. explique comment de nouvelles cibles ont été détectées par le « Premier Escadron des Drones » durant l’Opération Bordure Protectrice.

« Une cible peut prendre différente formes : un entrepôt, un bâtiment, un site de lancement de roquettes, le véhicule d’un terroriste. Les bâtiments et les entrepôts sont généralement les cibles terroristes que nous trouvons avant l’opération. Au cours de nos activités, nous détectons et traquons d’autres cibles telles que des terroristes, des hauts responsables du Hamas et des sites de lancement de roquettes. »

L’objectif principal : empêcher les dommages causés aux civils

La majorité des roquettes sont tirées depuis des zones civiles et leurs alentours. « J’ai personnellement assisté à des situations durant lesquelles j’ai vu ceci arriver depuis une école, depuis un quartier d’habitations ou depuis les jardins de maisons. J’ai vu tous ces cas. Rien ne peut me surprendre », raconte le major S.

Pour lui, en tant que commandant adjoint du « Premier Escadron de Drones », sa priorité est d’empêcher les pertes civiles. « Je n’ai de problème personnel avec aucun des civils habitants à Gaza et je ne veux faire de mal à aucun d’entre eux. »

« Nous jouons, par exemple, un rôle déterminant dans la procédure du « Roof Knocking » (largage d’une bombe assourdissante au dessus d’une cible pour faire évacuer les lieux, puis frappe de la cible sans mettre en danger les civils). Nous scrutons la cible avant que la vraie bombe ne soit lâchée. Nous vérifions qui a quitté la zone : hommes, femmes et enfants. Et nous nous assurons que personne ne pénètre dans les alentours. Avec ces informations, nous prenons la décision de frapper ou non la cible.

Lorsque je détecte une nouvelle cible, je pense immédiatement aux manières pour rendre la zone stérile : ceci est mon objectif. Cela est difficile de voir combien le monde ne prend pas en compte notre travail pour minimiser les pertes civiles. Lorsque je dis « nous », je parle de moi et de mon équipe.

Malheureusement, il arrive que les civils soient touchés à cause des méthodes cyniques de nos ennemis. Lorsque cela se produit, nous enquêtons sur ces incidents et nous essayons d’en tirer des leçons pour ne pas que cela se reproduise lors de prochaines frappes. »

Si une frappe aérienne met clairement en danger des civil, elle est annulée

Selon des règles bien établies, le « Premier Escadron de Drones» ordonne l’annulation de frappes aériennes si elles mettent en danger les civils. Le major R. donne un exemple de ce type de situation :

« Nous aurions atteint notre objectif. Il s’agissait d’un terroriste armé qui avait pour but de nous attaquer. Juste avant la frappe, nous l’avons vu entrer dans une sorte de cour pleine d’enfants. Le missile avait déjà été lancé pour frapper le terroriste mais à la dernière minute nous avons dévié le missile sauvant la vie d’au moins 8 enfants que le terroriste utilisait comme boucliers humains. »

Les drones protègent les soldats sur le terrain

Selon le major S., lorsque la phase terrestre de l’Opération Bordure Protectrice a commencé et que les forces de Tsahal sont entrées dans la bande de Gaza, les drones ont joué un rôle essentiel dans la protection des soldats sur le terrain.

« Les forces sur le terrain ont les capacités requises pour faire face aux menaces, mais seulement sur une petite distance. Notre travail est d’assurer que les zones dans lesquelles nos soldats vont opérer soient dégagées des menaces détéctables depuis le ciel. Il est important que nous soyons les meilleurs possibles dans cette mission afin que nos forces sur le terrain se sentent protégés d’en haut. »

 
Source: Tsahal: Armée de Défense d’Israël

Source: tsahal.fr

0000000000000000000000000000000000

TSAHALLa guerre électronique est le nouveau front du 21ème siècle. L’Armée de l’Air israélienne l’a bien compris et a développé des capacités sur terre et dans les airs faisant appel à des technologies de pointe. “Nous devons toujours avoir une longueur d’avance”, raconte le commandant de l’unité aéroportée de la lutte électronique. “Nous avons des unités qui se complètent, l’unité aéroportée et l’unité basée au sol”.

L’objectif de ces unités ? Perturber les radars de l’ennemi, troubler sa vision et ne pas lui permettre de localiser nos forces. Ils doivent également empêcher la communication des forces aériennes ennemies entre leurs avions ou avec leurs tours de contrôle. Les unités travaillent ensemble, aidant l’Armée de l’Air à atteindre leur but ultime : défendre l’État d’Israël et maintenir sa supériorité aérienne.

“Nous sommes partie intégrante des opérations, entre les guerres et pendant. Cela signifie que nous devons constamment répondre aux besoins opérationnels de l’Armée de l’Air. Lorsque l’on observe tous les changements qui ont lieu dans la région, nous sommes obligés de nous adapter.”

Des commandants de l'unité aéroportée de l'Armée de l'Air de Tsahal

“Nous n’entrerons pas dans les détails des capacités de l’ennemi, mais nous sommes capables de faire face à tout ce qu’ils possèdent.”

“Nous savons où nous sommes et vers où nous voulons aller. Nous avons une parfaite vision du futur pour notre unité et nous nous dirigeons vers cet objectif. C’est dans notre nature d’évoluer, de toujours s’améliorer. Nous voulons rester les meilleurs.”

Le commandant de l’école de la guerre électronique de l’Armée de l’Air explique : “nous devons aujourd’hui détruire les lanceurs de roquettes.”

“Notre responsabilité est d’offrir un espace aérien libre à nos pilotes. Ils préfèreront survoler une zone où ils ont une supériorité aérienne absolue, sans danger et c’est ce que nous leur fournissons”, continue t-il.

L’unité fonctionne en permanence et a été particulièrement sollicitée lors de la récente Opération “Pilier de Défense”.

Une formation de combattant

Le parcours pour devenir opérateur de combat électronique est long et difficile. Le commandant de l’école de l’unité le compare à “l’entrée dans un long tunnel. Durant les premières semaines, ils sont sous le choc. Les cadets sont mis dans des conditions difficiles, avec des contraintes physiques et une discipline stricte.”

Ils doivent également suivre une formation de combattant. “C’est nécessaire car ils peuvent se retrouver en territoire ennemi. Ceux aéroportés peuvent se retrouver au sol s’ils sont touchés”, explique le commandant. Ils suivent ensuite une formation approfondie sur la guerre électronique. Ils apprennent également à connaître l’ennemi et ses capacités.

“L’étendue de ce qu’ils doivent apprendre est énorme. C’est ce qui est nécessaire pour entrer dans notre unité”, explique t-il.

R. est un ancien soldat de l’unité et est à chaque fois fier de venir servir en tant que réserviste avec ses anciens soldats. “Il ne faut pas avoir de connaissances de base en technologie pour entrer ici”, raconte t-il en se remémorant du début de son service. “Au bout du compte, cela ressemble à apprendre à jouer à un jeu vidéo. Dès que tu comprends comment cela fonctionne, tu t’améliores vite.”

R. a pris part à l’Opération Plomb Durci en janvier 2009. “Notre escadron était actif à plein temps, 24h/24 7j/7 et nous avions des hélicoptères dans les airs en permanence”, raconte t-il. “C’était extrêment intense. Il y avait vraiment besoin de nos services. D’ailleurs, les médias israéliens ont parlé de notre activité, c’était une grande satisfaction.”

warfare

“Nous avons alors compris que nous avions pris part à quelque chose de plus grand que nous.”

“Nous avions reçu tous les outils nécessaires pour faire face à cela mais je pense qu’aujourd’hui, la formation est encore plus portée sur le mode opérationnel et les périodes de combats”, explique R. Il a en effet dédié une partie importante de son service à la formation des soldats de l’unité. Il a fini par être caporal-chef du cours de l’unité. “Nous avons eu aussi la chance de construire ce nouveau cours sur la base de notre expérience”, raconte R.

“Le contact entre les réservistes de l’unité est très bon. L’ambiance est très familiale, c’est une petite unité et cela permet d’avoir des liens forts. Tous les deux ans, les soldats de l’unité finissent leur service et de nouvelles personnes arrivent, sans pour autant modifier l’esprit de l’unité qui arrive à unifier les gens qui y servent.”

SOURCE:http://tsahal.fr/2014/01/07/la-guerre-electronique-aeroportee-latout-de-tsahal/

00000000000000000000000000000000000

Depuis le 8 juillet, les terroristes du Hamas ont tiré plus de 2900 roquettes sur Israël et on infiltré à plusieurs reprises le territoire israélien par des tunnels afin d’attaquer les civils vivant à proximité de la bande de Gaza. Tsahal mène des combats intenses contre le Hamas afin de ramener le calme pour tout les habitants d’Israël. Elle a découvert 32 tunnels du réseau souterrain du Hamas. Lors de ces combats, 61 soldats ont été tués et un soldat aurait été kidnappé.

Résumé depuis le début de l’Opération Bordure Protectrice

  • 2968 roquettes ont été tirées sur Israël depuis la bande de Gaza
  • 1981 roquettes ont frappé Israël
  • 495 roquettes ont été interceptées par le Dôme de Fer
  • 32 tunnels terroristes ont été découverts dans la bande de Gaza
  • Tsahal a ciblé 4100 sites terroristes

01 août 2014

15h25 : 2 soldats de Tsahal ont été tués par des terroristes du Hamas dans les combats à Gaza durant lesquels un soldat aurait été kidnappé ce matin.

15h15 : Des terroristes du Hamas, dont un kamikaze, auraient kidnappé le sous-lieutenant Hadar Goldin à 9h30 en le tirant dans un tunnel à Gaza.

15h05 : Le sous-lieutenant Hadar Goldin, 23 ans de Kfar Saba, est le soldat qui aurait été kidnappé par le Hamas ce matin à Gaza.

13h50 : Ce matin, en violation du cessez-le-feu, des terroristes du Hamas ont ouvert le feu sur les forces de Tsahal présentes dans la bande de Gaza. Lors de ces combats, il semble qu’un soldat de Tsahal ait été kidnappé. Les troupes de Tsahal à Gaza, appuyées par l’unité des Renseignements, mènent des recherches approfondies pour retrouver le soldat disparu.

alerte info soldat kidnappé

12h55 : Le capitaine (rés.) Liran Adir (Edry) du Corps Blindé Mécanisé, 31 ans et de Azuz, fait partie des 5 soldats tombés hier à la frontière avec la bande de Gaza.

12h50 : 7 roquettes et obus de mortier tirés depuis Gaza ont frappé Israël. 1 roquette supplémentaire a été interceptée par le Dôme de Fer dans le sud du pays.

11h10 : Le sergent-chef Noam Rosenthal du Corps Blindé Mécanisé, 20 ans et de Meitar, fait partie des 5 soldats tombés hier à la frontière avec la bande de Gaza.

10h40 : Parmi les 5 soldats de Tsahal tués hier, on dénombre 3 combattants du Corps Blindé Mécanisé : le sergent (rés.) Daniel Marash, 22 ans de Rishon LeZion, le capitaine Omri Tal, 22 ans de Yehoud et le sergent-chef Shay Kushnir, 29 ans de Kiryat-Motzkin.

08h00 : Tsahal observera à partir de 08h00 ce matin un cessez-le-feu de 72 heures, sur ordre du gouvernement. Tsahal continuera de neutraliser le réseau de tunnels souterrains du Hamas.

07h40 : 6 roquettes viennent d’être tirées sur le sud d’Israël et ont été interceptées au dessus de la région d’Ashdod.

05h00 : 5 soldats de Tsahal ont été tués hier par un tir de mortier à la frontière avec la bande de Gaza.

01h00 : 3 roquettes ont été tirées sur le centre d’Israël. L’une d’entre-elles a été interceptée par le Dôme de Fer.

31 juillet 2014

Résumé de la journée

  • 102 roquettes ont été tirées sur Israël depuis la bande de Gaza
  • 76 roquettes ont frappé Israël
  • 17 roquettes ont été interceptées par le Dôme de Fer
  • Tsahal a effectué plus de 80 frappes dans la bande de Gaza

21h00 : Aujourd’hui, la roquette qui a frappé la ville de Kiryat Gat a fait trois blessés et a mis le feu à une voiture.

Voiture frappée par un tir de roquette sur la ville de Kiryat Gat

19h30 : Lors de la dernière salve tirée sur le centre d’Israël, l’une des roquettes a frappé une maison dans la ville de Kiryat Gat.

18h20 : 4 roquettes ont été interceptées par le Dôme de Fer : 3 au dessus de Kiryat Gat et une au desssus du centre d’Israël

18h00 : Les sirènes d’alerte retentissent à Tel Aviv

17h30 : Deux roquettes tirées depuis Gaza ont été interceptées au dessus de la ville d’Ashkelon dans le sud d’Israël

15h45 : Une roquette tirée depuis Gaza a été interceptée au dessus de la ville d’Ashkelon.

12h15 : 10 roquettes ont été tirées depuis Gaza sur le sud d’Israël. 7 d’entre elles ont été interceptées dans la région de Sdérot.

VIDEO : les soldats du Génie Militaire détruisent un tunnel souterrain à Gaza

11h30 : Un commando de 5 terroristes a été identifié par des soldats de la Brigade Parachutiste. L’Armée de l’Air les a neutralisés.

10h00 : Des soldats de l’infanterie ont identifié un terroriste sortant d’un tunnel du nord de la bande de Gaza. Les soldats l’ont éliminé.

8h05 : Au cours des dernières 24 heures, Tsahal a frappé 110 sites terroristes à Gaza, dont 5 centres de commandement.

07h00 : Une roquette tirée depuis Gaza a frappé le sud d’Israël.

01h30 : Les terroristes de Gaza ont tiré plus de 140 roquettes sur Israël au cours des dernières 24h, soit près de 1 roquette toutes les 10 minutes. 81 d’entre elles ont frappé le pays, 9 ont été interceptées et 50 sont retombées dans la bande de Gaza.

SOURCE: Tsahal

 

000000000000000000000000000