Articles Tagués ‘TRANSNISTRIE’

Nezavissimaïa gazeta

13:27 08/12/2014
MOSCOU, 8 décembre – RIA Novosti

L’hebdomadaire allemand Welt am Sonntag a publié hier une interview de la chancelière Angela Merkel, dont les propos sont repris dans la presse allemande sous les titres « Merkel met à jour la critique de Poutine » ou encore « Merkel accuse la Russie de déstabiliser l’Europe de l’est », écrit lundi le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Les journaux allemands soulignent que la chancelière a « réaffirmé son intention d’accorder un soutien militaire à la Lettonie et à la Lituanie, qui ressentent une menace émanant de la Russie ».

Dans le texte de l’interview, la chancelière affirme que Moscou « n’hésite pas à bafouer l’intégrité territoriale des pays voisins« . Selon Merkel « la Moldavie, la Géorgie et l’Ukraine, trois pays de notre voisinage oriental qui ont pris la décision souveraine de signer un accord d’association avec l’UE, subissent des problèmes à cause de la Russie ». A titre d’exemple, elle affirme que la Moldavie « souffre du conflit autour de la Transnistrie », la Géorgie « des conflits gelés en Abkhazie et en Ossétie du Sud », et l’Ukraine « doit survivre à l’annexion de la Crimée et aux combats dans l’est du pays ». Mais aux yeux de Merkel, cette liste est loin d’être exhaustive. « Nous voyons en outre que la Russie cherche à rendre les pays des Balkans plus dépendants d’elle économiquement et politiquement », déplore-t-elle.

Plus surprenant et choquant: la chancelière s’est dite prête à participer à un conflit armé avec la Russie.

La chancelière a affirmé qu’en cas de conflit armé entre la Russie, d’un côté, et l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie de l’autre, l’Otan accorderait aux pays baltes une assistance militaire, comme prévu par les engagements dans le cadre de l’Alliance. On peine à croire que Merkel ne soit pas consciente du résultat que cela entraînerait – une aventure désastreuse pour tous. Un jeu de scénarios militaires, même verbal, est dangereux.

Par sa dureté, son caractère sans appel, voire belliqueux, l’interview du Welt am Sonntag dépasse le récent discours de Merkel à Sydney, qui a été loué par les partisans de la politique antirusse. La chancelière fait encore concurrence à Obama dans la globalisation de la menace russe, l’identifiant même jusque dans les Balkans.

On s’interroge sur le but de la manœuvre. Plusieurs versions sont possibles. Par exemple, pour dissimuler l’absence de perspectives du pari des USA sur les sanctions et l’isolement de la Russie. Mais il existe également un aspect politique intérieur. Le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) souligne: « Merkel se défendait, dans l’interview, contre la critique de ses trois prédécesseurs – Helmut Schmidt, Helmut Kohl et Herhardt Schroeder – qui s’étaient prononcés en faveur d’une prise en compte des intérêts de la Russie ». La chancelière a tenté de justifier à nouveau les sanctions antirusses mais ses arguments sont de moins en moins entendus.

La société allemande est profondément préoccupée par la situation en Europe et, en grande partie, ne souhaite pas rompre les relations avec la Russie. Selon un récent sondage publié le 4 décembre, 40% des Allemands, contrairement à la position de la chancelière, considèrent que les sanctions sont complètement injustifiées et 66% sont persuadés que les mesures occidentales ne feront pas changer la position du Kremlin.

Sur le même sujet

 http://fr.ria.ru/presse_russe/20141208/203176547.html
0000000000000000000000000000000000000000

Demain dès l'aube

La Transnistrie, prochaine Crimée? moldova_map_v2-300x200

Alors que la crise en Ukraine continue de bouillonner, les tensions dans la Moldavie voisine commencent à monter. Cherchant à capitaliser sur la volonté du président Poutine d’utiliser la protection des populations russophones dans la région comme un prétexte pour étendre ses revendications territoriales, les habitants de deux enclaves séparatistes en Moldavie se tournent vers Moscou cherchant sa protection. Après le soulèvement et le coup d’état en Ukraine ainsi que la réunification de la Crimée avec la Russie, les tensions s’exacerbent et englobent la Moldavie, pays limitrophe, qui comme l’Ukraine a fait des efforts considérables pour s’intégrer plus profondément avec l’Ouest.Cette dernière a signé l’accord d’association et de libre échange avec l’union européenne au sommet de Vilnius en novembre 2013, que l’ancien président ukrainien Victor Yanoukovitch a refusé de signer. Le gouvernement moldave a aussi soutenu le soulèvement piloté par l’Ouest en Ukraine. Les experts occidentaux…

Voir l’article original 2 158 mots de plus

Nouvelles de l'Est

Entretien mené avec Damien Dubuc, publié dans la revue Politique Internationale, numéro de printemps 2014.

Evguéni Chevtchouk est le chef d’un État qui n’existe pas : la République moldave de Transnistrie (PMR) (1) qui a autoproclamé son indépendance en 1992 et se désespère, depuis, d’obtenir un jour la reconnaissance internationale. Pour l’heure, son régime fantoche n’est qu’un simple pion aux mains d’une Russie qui entend conserver toute son influence sur le territoire de l’ex-Union soviétique. L’élection en décembre 2011 de M. Chevtchouk avait pourtant été accueillie comme la promesse d’un règlement du conflit qui oppose depuis 23 ans la Moldavie à sa région séparatiste. Le jeune politicien, Ukrainien ethnique aujourd’hui âgé de 45 ans, s’affichait alors comme un réformateur libéral favorable à un dialogue constructif avec l’UE et les autorités de Chisinau. Deux ans et demi plus tard, les négociations n’ont débouché sur aucune avancée concrète et durable (2). Et Evguéni Chevtchouk envisage désormais l’avenir de…

Voir l’article original 6 387 mots de plus