Articles Tagués ‘Sûreté du Québec’

Plaintes contre la GRC: moins de 10% sont retenues

Plaintes contre la GRC: moins de 10% sont retenues

Photo Archive / Agence QMI

Giuseppe Valiante / Agence QMI

26-10-2014 | 23h58

Dernière mise à jour: 26-10-2014 | 23h58

OTTAWA – La Gendarmerie royale du Canada (GRC) a reçu près de 13 000 plaintes du public déposées en bonne et due forme depuis 2010, mais elle en a rejeté 90 % sans enquête approfondie. Au Québec, 95 % des plaintes ont été rejetées, le deuxième plus haut taux au pays.

Neuf des 13 provinces et territoires ont retenu moins de 10 % des plaintes. Le taux de rétention est le plus bas en Ontario et au Québec avec 3 % et 5 % respectivement.

Selon le professeur de criminologie à l’Université d’Ottawa Michael Kempa, un taux de rétention des plaintes perpétuellement bas mine la confiance du public en la police fédérale.

Au total, de janvier 2010 au 10 octobre 2014, la GRC a reçu plus de 24 800 plaintes du public à travers le pays, mais seulement 12 407 ont été faites selon les règles. Les reproches les plus courants sont le manquement au devoir (4341), une attitude répréhensible (2204) et le recours abusif à la force (1656).

La Commission des plaintes du public contre la GRC, un organisme indépendant créé par le gouvernement fédéral, estime que seulement 1221 de toutes les allégations portées contre des officiers depuis 2010 sont valides.

Le professeur Kempa estime que la commission «manque de ressource pour enquêter sur les dossiers et que pallier ce problème redonnerait confiance au public».

Pourtant, la commission n’a jamais eu autant de ressources. Les conservateurs ont donné plus de pouvoir à cette commission et depuis 2013, elle a pratiquement les mêmes pouvoirs qu’une cour et peut forcer des personnes à témoigner.

Le problème, selon Michael Kempa, c’est que la GRC compte plus de 28 000 membres et un territoire immense. Elle ne prend que les cas sur lesquels elle peut vraiment enquêter, dit-il.

Les provinces ayant émis le plus de plaintes contre la GRC depuis 2010 sont la Colombie-Britannique (5588 dossiers) et l’Alberta (2626). Elles sont aussi les provinces les plus peuplées où la GRC agit comme police provinciale.

Au Québec, qui a sa propre police provinciale, la Sûreté du Québec, n’a formulé que 59 plaintes, le taux le plus bas au pays. En Ontario, qui a aussi sa police provinciale, 153 plaintes ont été faites.

http://fr.canoe.ca/infos/societe/archives/2014/10/20141026-235854.html

00000000000000000000000000000000000