Articles Tagués ‘sous-marins’

Par Laura Dattaro

La catastrophe de Tchernobyl en 1986 en Ukraine est l’un des pires accidents nucléaires de l’histoire, un étalon des gros risques liés à la manipulation de petits atomes. Mais c’est loin d’être le seul endroit pourri par les radiations héritées des activités nucléaires de l’union soviétique. Dans les eaux glacées de l’océan Arctique, éparpillés dans les fonds marins, reposent des sous marins nucléaires et des réacteurs atomiques laissés là par les Soviétiques jusqu’au tout début des années 1990.

Aujourd’hui, des industriels cherchent à forer dans ces mêmes eaux. Le gouvernement russe commence donc à s’intéresser à la manière de nettoyer la zone de ses ordures nucléaires. Le hic, c’est qu’après des décennies à pourrir là au fond de l’océan, certaines des pièces les plus dangereuses sont probablement trop instables pour pouvoir être enlevées sans risque. Des fuites de produit radioactif pourraient se produire, ce qui mettrait à mal les activités de pêche et qui plus largement détruirait l’écosystème de ces eaux.

« Embarquer des réacteurs et faire couler par le fond vos bateaux, on ne peut pas faire plus irresponsable en termes de déchet radioactif,» nous raconte Jim Riccio, expert en nucléaire chez Greenpeace. « Ici, aux États-Unis, on a fait face à des [actes] très bizarres pas bien gérés, mais rien qui n’atteigne de près ou de loin le niveau de ce que les Soviétiques ont fait.

Avant la convention de Londres en 1972, un accord international qui a interdit le rejet de déchets en mer, les pays avait tout loisir de faire des océans des poubelles pour leurs déchets nucléaires. L’Union soviétique n’a signé cet accord qu’à la fin des années 1980, mais ce n’est qu’après la chute du régime en 1991, que les Russes ont donné à la communauté internationale une idée de l’étendue de cette politique de rejet de déchets.

Il y a deux ans, le gouvernement russe a donné une liste : 2 sous-marins, 14 réacteurs (5 d’entre eux contenant du combustible nucléaire usé), et 19 bateaux coulés avec à leur bord des déchets nucléaires.

Ce à quoi il faut ajouter 17 000 conteneurs remplis d’ordures radioactives. À ce que l’on sait, la dernière cargaison a été jetée en 1993.

LIRE la suite: https://news.vice.com/fr/article/sous-marins-barents-nucleaire

000000000000000000000000000000000000000000

Voilà maintenant le nom même de Nicolas Sarkozy sur les listings ! On ne peut plus attendre : Gergorin transmet anonymement les listings au juge Van Ruymbeke. Le Point en fait sa Une en juillet 2004. Le feuilleton médiatique commence alors que le juge découvre que les listings sont faux. Entièrement faux ? Trop tard : l’affaire se retourne contre ses initiateurs. Au passage, Denis Robert est aspiré, puis traîné dans la boue. La logique judiciaire oblige chacun à sauver sa peau, alors que Nicolas Sarkozy promet de pendre le coupable « à un croc de boucher ». Deux procès délivrent une vérité judiciaire. Mais un mystère plane toujours autour du mobile du falsificateur Imad Lahoud. Pourquoi a-t-il fait cela ? A-t-il agi seul ? Il manquait une clé pour tout comprendre. Pierre Péan, au bout de son enquête, pense l’avoir trouvée…

les AZA subversifs

(Suite de l’article du 23 octobre 2014 : Manipulations dans l’histoire française – épisode 5)

Une enquête de Vanessa Ratignier et Pierre Péan

Nous avons vu, dans l’épisode n°5, que le 1er janvier 2004, Gergorin va trouver Villepin auprès duquel il va donner les noms qui paraissent sur les listings de Clearstream.

Il faut bien comprendre que lorsqu’on a une version des faits qu’on relate au juge d’instruction, on ne va pas en dire plus aux journalistes, c’est aussi un truc qu’il faut retenir ! Toujours se tenir à sa version !

Il fera une note au président de la République qui est alors Chirac sur l’affaire de la Chambre de compensation et l’exécutif entre dans la danse.

Imad Lahoud sort l’histoire de boxa Sarkozy du listing, ce qui va faire bondir Villepin.

Réunion du 9 janvier 2004, le nom de Sarkozy est prononcé corroboré par le Général Rondot.

L’appât…

Voir l’article original 574 mots de plus