Articles Tagués ‘SEITA’

orsDepuis des décennies, quelques milliers de parasites institutionnelles ont toutes les manettes dans ce pays.

Comment ne pas se souvenir d’une alerte donnée en son temps par la DNRED (Direction Nationale du Renseignement et des Enquêtes Douanières) sur des charasse_michel81015e« anomalies » constatées dans l’activité d’un consortium dirigé par le patron de la SNPE (Société Nationale des Poudres et Explosifs),  qui avec de nombreux autres pays européens envoyait de la poudre et des explosifs en Iran et en Irak alors que ces deux derniers pays étaient sous embargo! L’Europe, enfin, la commission européenne, affirma que c’était impossible et malgré les informations précises transmises par la DNRED et remontées à l’Élysée par le ministre du budget Michel Charasse lui-même, rien ne fut fait pour empêcher ces expéditions contraires à toutes les résolutions prises par nos propres politiques!

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

comolliJean Dominique Comolli

Comment ne pas se souvenir de Jean Dominique Comolli, DG de la Douane Française, qui devint le boss de la SEITA avant de s’enrichir par stocks options interposés en liquidant cette compagnie nationale à ALTADIS, puis « jackpotant » à nouveau quand Altadis passa sous contrôle d’International Tobacco.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

DUHAMELPierre Mathieu Duhamel

Comment ne pas se souvenir de Pierre Mathieu Duhamel,  autre DG de la douane, qui de la DG, partit pantoufler chez LVMH puis revint comme directeur du budget avant de donner pour directives de « chasser » en priorité la contrefaçon…

Police économique pour des intérêts privés, voila ce qu’est devenue la Douane!

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Quant au TRACFIN qu’on aurait pu imaginer en renfort, vigilant, et sans état d’âme, pour déjouer toutes les  magouilles, puisque c’est un Service de renseignement rattaché au Ministère des Finances et des Comptes publics, qui concourt au développement d’une économie saine en luttant contre les circuits financiers clandestins, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, chargé de recueillir, analyser et enrichir les déclarations de soupçons que les professionnels assujettis sont tenus, par la loi, de lui déclarer, mais …. n’est pas habilité à recevoir et traiter les informations transmises par des particuliers.
carpentierJean Baptiste Carpentier

Le problème c’est que les derniers directeurs,  anciens procureurs, savent ce que « classé sans suite » un dossier veut dire! Mais…mais, ils peuvent faire mieux comme  Jean Baptiste Carpentier, celui là même alors conseiller juridique du ministre de l’économie et des finances, Thierry Breton qui enregistrait les magistrats à leur insu. (En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2005/08/31/rhodia-les-deux-principaux-plaignants-ont-ete-espionnes-par-des-societes-privees_684114_3234.html#YTGroYYsefCLWkBu.99) et n’hésita pas à porter plainte contre Olivier Thérondel, agent du TRACFIN, qui avait signalé les rapatriements de l’illustre Cahuzac, et qui ne montra pas assez de servilité.

Olivier Thérondel fut mis à la porte du TRACFIN et condamné à deux mois d’emprisonnement avec sursis par le tribunal correctionnel de Paris pour avoir divulgué publiquement des informations relatives à l’affaire Cahuzac…avant d’être repris par la Douane française (En savoir plus sur https://internationalinformant.wordpress.com/2016/03/05/france-justice-quand-au-souhait-emis-par-eric-de-montgolfier-dexaminer-tous-les-cinq-ou-six-ans-le-train-de-vie-de-certains-magistrats-donc-le-patrimoine/).

000000000000000000000000

00:20
CASH Investigation a téléchargé une nouvelle vidéo.

Teaser J-3 CASH Investigation – mardi 7 à 20h45 sur France 2
« Industrie du tabac : la grande manipulation »

——————–

2012-04-04-dautz1.jpg

 

Le quinquennat qui a laissé mourir les fumeur

Publication: 05/04/2012 07h08 CEST Mis à jour: 04/06/2012 11h12 CEST

Dans le domaine du contrôle du tabac, première cause de mort évitable en France avec 200 décès ce 4 avril 2012 comme chaque jour de l’année, la France vient de vivre la magistrale démonstration de l’influence du président de la République sur les politiques de contrôle du tabac en faisant alterner le meilleur et le pire dans les décisions et dans les conséquences sanitaires et financières de ces décisions.

Le quinquennat qui sauve

La France a connue de 2002 à 2007 avec le quinquennat de Jacques Chirac un des meilleurs résultats du contrôle du tabac jamais observé dans le monde. Ce changement s’est fait dans le calme à l’exception de quelques manifestations de buralistes, plutôt plus, que moins, pilotées par l’industrie du tabac, alors que globalement les revenus que les buralistes tiraient du tabac continuaient à augmenter. Si dans d’autres domaines le quinquennat de Jacques Chirac n’a pas été un modèle, il fut exemplaire dans le domaine du tabac grâce à sa résistance ferme aux lobbyistes du tabac.

Le quinquennat qui laisse mourir

Le quinquennat 2007-2012 de Nicolas Sarkozy a permis au président d’apporter des réformes indispensables à la France que ses prédécesseurs n’avaient pas su imposer. En revanche, la politique objectivement opposé à la réduction du tabagisme du quinquennat a été une catastrophe que des milliers de français payent dans leurs corps et leurs vies.

Là encore les résultats en témoignent: une politique catastrophique en termes de contrôle du tabac donnent des résultats implacables, prenant la vie à une dizaine de milliers de français qui auraient pu être sauvés si on avait seulement repris en France la politique d’avant 2002 et le premier plan cancer. Dans le même temps la politique de Nicolas Sarkozy va enrichir les buralistes qui auront par exemple entre 2007 et 2011 reçu en cumulé 1 milliards d’euro de plus pour vendre le même nombre de cigarettes et offrir des cadeaux à l’industrie du tabac qui va elle aussi recevoir un milliard de plus que sous le quinquennat précédant.

Les lobbies du tabac au cœur du pourvoir

La seule explication plausible à cette différence caricaturale entre 2 présidents qui avaientt la même majorité, ont partagé longtemps le même ministre de la santé, est la réponse faite au lobbying du tabac. En 1995 Nicolas Sarkozy, ministre du Budget avait travaillé lors de privatisation de la Seita avec Vincent Bolloré. A cette époque un certain Jean Dominique Comolli était directeur général des douanes et un certain Frédéric Lefèvre était depuis longtemps son conseiller. Certains la qualifiaient déjà de « porte flingue de Sarkozy ».

Vincent Bolloré et Nicolas Sarkozy, des amis de 25 ans

Vincent Bolloré après une plus-value de 85 millions en 5 ans sur l’achat de 5% de la Seita alors que Nicolas Sarkozy était ministre du budget aura une plus-value de 200 millions d’Euros sur les seules parts rachetés à la Seita en moins d’un an sur la filiale africaine Coralma. Cette plus-value a permis à Vincent Bolloré d’acheter une magnifique bateau pour 3 millions d’euros, de la retaper pour 5 millions et vous connaissez la suite de l’histoire de ce Paloma qui a accueillera Nicolas Sarkozy en mai 2007 et qui aura marqué le début du Quinquennat.

Jean Dominique Comolli au cœur des liens d’intérêts entre Bercy et les cigarettiers

Entre 1995 et 2007, Jean Dominique Comolli est passé de la fonction de directeur général des douanes à celle de PDG de la Seita, puis co-président d’Altadis lors de la fusion de la Seita avec le groupe espagnol Tabacalera, puis vice-président d’Imperial Tobacco lors du rachat d’Altadis par Imperial Tobacco. Tout en étant administrateurs de ces multinationales du tabac, il gardera des bonnes relations avec Bercy. Fin 2010 Nicolas Sarkozy le nomme à nouveau à Bercy pour diriger les participations de l’Etat (dans les sociétés) et il est administrateurs d’un très grand nombre de sociétés nationalisées au nom de l’Etat, SNCF, Areva…, y compris l’Opéra-comique!

Ainsi avec une bonne dose d’humour noir, chacun peut être rassuré, il n’y a pas de problèmes de communication entre l’industrie du tabac et Bercy. Pensons comme nos responsables des finances aux 11 milliards de taxes que le tabac rapporte en droits d’accises, ne pensons pas aux 18 milliards du cout du traitement de ces maladies ou aux 47 milliards du coût social global du tabac pour la France.

Fréderic Lefebvre, un lobbyiste conseiller devenu député, puis ministre des buralistes

Fréderic Lefebvre a participé de 1993 à 1995 la privatisation de la Seita. Dès 1996, quand Nicolas Sarkozy, sans poste, ne pouvait l’occuper qu’à mi-temps il a créé la société Pic Conseil communication, puis d’autres sociétés de lobbying. Pic assurait le lobby de tabac, en particulier d’Altadis. Avec Pic, Fréderic Lefebvre aurait selon la presse en particulier participé au lobbying contre le décret Bertrand d’interdiction de fumer alors que Nicolas Sarkozy était ministre de l’intérieur, et que bizarrement Pic conseil avait à disposition une secrétaire, une ligne téléphonique et un bureau au ministère de l’intérieur. Frédéric Lefebvre dit avoir abandonné tout revenu de cette société de lobbying mais il apparait dans les comptes de ses sociétés 200.000 euros en sa faveur en 2006 en disant que ce n’est que du revenu du capital et non des salaires!

Si la présidence montre l’exemple, les ministères et les assemblées suivent

Le ministère de la Justice essaye par exemple d’introduire un cavalier dans une loi pour organiser la quasi impunité pénale pour les délinquant du tabac Les députés suivent l’exemple discutant la commercialisation du Snus, la fin des subventions aux associations, l’autorisation de placer le tabac dans les publicités « artistiques », l’assouplissement de l’interdiction de fumer, etc.

Il faut sans retard reprendre le contrôle du tabac qui a prouvé son efficacité

Chaque jour perdu dans le contrôle du tabac représente 130 millions d’euros dépensés, chaque jour perdu équivaut à 200 morts supplémentaires en France. Le contrôle du tabac doit repousser les lobbies du tabac et trouver un pilote en France, par exemple un haut-commissaire au contrôle du tabac, à l’image de celui de la sécurité routière comme le propose le rapport remis en mars 2012 par Yves Bur au ministre de la santé (1).
Monsieur les candidats à la présidentielle dites aux français qui sont 70% a vouloir un renforcement du contrôle du tabac ce que vous allez faire durant le prochain quinquennat et donner votre réponse à l’Alliance contre le tabac qui vous a interrogé pour répondre avant le 11 avril.

________________
(1) Yves Bur: Propositions pour une nouvelle politique de lutte contre le tabac. Rapport remis au ministre du Travail et de la santé en 2012.

A lire : La république enfumée : Les lobbies du tabac sous Chirac et Sarkozy, du meilleur au pire, par le professeur Bertrand Dautzenberg, OFT-entreprise 2012, Paris, 20euros, www.ofta-asso.fr

000000000000000000000000000000000000000000000000000

 

Solidarité Ouvrière

France 3 Pays de la Loire, 9 septembre 2014 :

Regain de tension, ce mardi matin à Carquefou, où les salariés de Imperial Tobacco (ex Seita) refusent toujours le plan de licenciements et de fermeture de l’usine, prévue en janvier prochain. Des négociations à la baisse seraient à l’origine de ce mouvement de colère.

La plus grande usine de cigarettes en France est toujours sous la menace d’un plan de licenciements : 327 emplois en jeu. Depuis le rachat par Impérial Tobacco, loin d’avoir cessé les fermetures d’usines, celles-ci, au contraire, s’accélèrent. Après Strasbourg et Metz en 2008, c’est le tour du site de Carquefou en 2014. Les salariés de la Seita sont en conflit depuis plusieurs mois avec leur direction. Le 28 mai dernier, ils avaient séquestré plusieurs cadres de l’entreprise avant de les relâcher. Aujourd’hui, les termes du plan social sont toujours en discussion, avec Impérial Tabacco, l’actuel…

Voir l’article original 73 mots de plus

comolliPortrait de Jean Dominique Comolli, « un homme de valeur issu de la gauche » (dixit Sarkozy)

______________________________

Voila ce que l’on pouvait lire en 2010

 

Jean-Dominique Comolli, ancien élève de l’ENA, ex collaborateur de Laurent Fabius puis Directeur de Cabinet de Michel Charasse avant d’être nommé Directeur des Douanes est « issu de la gauche » et c’est un homme de grande qualité », dixit Sarkozy qui vient de le nommer à la tête de l’Agence des Participations de l’Etat, un machin stratégique qui a la tutelle sur des centaines de milliards d’euros appartenant à la puissance publique, placés ici ou là.

Charasse-e6a4dCet homme qui a pratiqué dans le savant mélange des genres a été propulsé à la tête de la SEITA en 1993, quand cette entreprise disposait du monopole du tabac en France. Salaire annuel: équivalent de  180.000 euros.

En 1995, au nom de la libre concurrence (dogme imposé par Bruxelles), le monopole est mis à bas, la privatisation décidée et les premiers plans sociaux (saignants) arrivent. Pour prendre sa part des sacrifices subis par les salariés (ou pour s’en consoler), le PDG Comolli porte ses émoluments à 1 million d’euros.Puis c’est la fusion avec la Tabacalera SA, pour composer Altadis qui lui assure une rémunération portée à 1,2 millions d’euros à laquelle il faut ajouter deux plans de stocks options très conséquents.

.

Nicolas-Sarkozy Altadis devient alors une société entièrement privée, les états français (sous DSK) et espagnols ayant vendu toutes leurs participations (à un prix très amical… pour les acheteurs)

Altadis, sans aucun « noyau dur » protecteur et de surcroît très rémunératrice est à la merci du premier prédateur venu. En 2007,  Imperial Tobacco lance une OPA que le Conseil d’administration et Comolli applaudisent. Il faut dire que les Stock-Options de ce dernier en sont très valorisées, qu’on lui en a attribuées deux paquets supplémentaires ainsi, pour faire bonne mesure, que 35.000 actions gratuites.

Pour faire bonne mesure, une modeste pension (485.000 euros annuels indexés sur l’inflation) lui est promise. Les futurs retraités bientôt spoliés si les projets sarkozystes aboutissent apprécieront ce genre de pratiques.

Comolli, décidément insatiable, se fait alors bombarder administrateur de Casino, Pernod-Ricard et Calyon, selon les bonnes vieilles habitudes du capitalisme français, foncièrement consanguin: ils sont une centaine tout au plus, les heureux administrateurs qui se croisent dans les quelques conseils qui comptent et surtout dans leurs comités de rémunération: « passe moi la rhubarbe, je te passe le séné »

« Il est important de mettre à la tête de la gestion des actifs de l’État quelqu’un qui ait à la fois une autorité politique et une expérience forte du privé », justifie le Ministère de l’économie et des finances. C’est sûr: une telle habileté de navigateur au gré des divers courants, un tel sens de l’intérêt général et un tel altruisme qui lui fera sûrement oublier ses intérêts propres nous rassurent quant à la gestion des biens publics qui sera faite, n’en doutons pas, dans le sens de l’intérêt général. 

Sources: le Canard Enchaîné de cette semaine; les échos.

http://borghesio.typepad.com/benjamin/2010/08/portrait-dun-homme-de-valeur-issu-de-la-gauche-dixit-sarkozy-1.html

Mise en ligne le 17 févr. 2009

Interview by Nicolas Burdett

00000000000000000000000000000000000000000

dnredDémantèlement d’un réseau : contrebande de tabac et contrefaçon

10,5 tonnes de cigarettes et 11 579 paires de chaussures saisies

Le 25 juin 2014, les agents de la direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED) ont effectué une saisie de 10,5 tonnes de cigarettes de contrebande, soit 525 000 paquets à Vitrolles au siège d’un transitaire en douane.

Il s’agit d’une des plus grosses prises de cigarettes effectuées ces dernières années dans la région de Marseille. Au total, la marchandise fraudée représente une valeur commerciale de plus de 3,6 millions d’euros, les droits et taxes en jeu plus de 3,1 millions d’euros. Par ailleurs, 3 armes ont également été découvertes lors de cette opération.

Lors du contrôle, les douaniers ont appréhendé 3 personnes dont l’une a tenté de prendre la fuite. Une 4e personne a été arrêtée plus tard.
Les cigarettes étaient dissimulées dans un conteneur provenant de Chine. Elles étaient très vraisemblablement destinées au marché noir français car elles comportent des mentions sanitaires rédigées en français.

A la suite des auditions opérées par la direction des opérations douanières (DOD) de Marseille, 11579 paires de contrefaçons de chaussures de sport ont été retrouvées par la DOD de Nantes, assisté de l’antenne DOD de La Rochelle, dans un entrepôt.

Démantèlement d’un réseau : contrebande de tabac et contrefaçonCette saisie ainsi que les interpellations constituent le résultat d’une enquête de longue haleine menée par la Direction des Opérations Douanières de Marseille.

Cette affaire illustre le caractère polymorphe des organisations criminelles qui opèrent indifféremment en matière de contrefaçons et de contrebande de cigarettes. Elle met en exergue l’action de la douane en matière de lutte contre la criminalité internationale et souligne la grande réactivité de la DNRED, service à compétence nationale, qui peut agir sur l’ensemble du territoire dans des délais extrêmement réduits.

Les suites judiciaires du volet cigarettes ont été confiées au Service National des Douanes Judiciaires de Marseille par le parquet d’Aix-en-Provence.
A l’issue de leur garde-à-vue, les quatre personnes ont été mises en examen, deux d’entre elles ont été placées en détention provisoire et les deux autres font l’objet d’un contrôle judiciaire.

Cette affaire illustre enfin la bonne articulation de l’action de la douane administrative et de la douane judiciaire dans le démantèlement des réseaux de contrebande de cigarettes et de marchandises de contrefaçon.

En 2013, la douane française a saisi 430 tonnes de tabac de contrebande et 7,6 millions d’articles de contrefaçon.

SOURCE: http://www.douane.gouv.fr/articles/a12087-demantelement-d-un-reseau-contrebande-de-tabac-et-contrefacon

Mon commentaire:

Espérons que ces cigarettes n’ont pas été fabriquées par  Imperial Tobacco….Ce serait un retour de bâton à cet ancien DG de la Douane française, j’ai nommé Jean-Dominique Comolli (ex-directeur de cabinet de Michel Charasse, à Bercy, puis Directeur général des Douanes) qui a conduit successivement la privatisation de la Seita, la fusion avec Tabacalera pour fonder Altadis puis le tout début de l’intégration de cette dernière dans Imperial Tobacco.

lire: Mais qui est donc Jean Dominique Comolli?.

Marc Fievet – NS 55 DNRED

000000000000000000000000000000000000