Articles Tagués ‘Schäuble’

histoireetsociete

On feint de découvrir avec les propos de Varoufakis le fait que derrière la Grèce c’est la France qui est visée mais c’était un secret de polichinelle et ceux qui parmi nos politiciens ont feint de l’ignorer pour mieux nous entretenir dans les illusions européennes portent une lourde responsabilité, attendra-t-on que la catastrophe menace le peuple français comme il fond sur le peuple grec pour poser la question de la sortie de l’euro. Oui cette cécité est une véritable forfaiture.

Voila ce qu’on pouvait lire dans un Flash Eco du Figaro du 4 avril 2015, tout le monde était prévenu. Hollande et Valls étaient-il complices de ce viol aimablement consenti et leur feinte de soutien au gouvernement grec n’avait -il pour but que de démontrer l’impossible résistance tout en nous ancrant un peu plus dans l’idée qu’il n’y avait pas de salut hors de l’euro. Ceux qui ont fait passer…

Voir l’article original 348 mots de plus

Le ministre grec des Finances Yanis Varoufakis et son homologue allemand Wolfang Schäuble lors d'une conférence de presse à Berlin, le 5 février 2015<br />
 (c) Afp

Berlin (AFP) – Les ministres grec et allemand des Finances Yanis Varoufakis et Wolfgang Schäuble ont constaté jeudi lors d’une conférence de presse leur désaccord sur de nombreux points, et indiqué n’avoir pas trouvé de solutions au problème posé à la zone euro.

« Nous ne sommes pas encore vraiment d’accord sur ce que nous devons faire maintenant », a reconnu M. Schäuble à l’issue d’un entretien avec son homologue grec, mais « nous sommes tombés d’accord sur le fait que nous ne sommes pas d’accord », a-t-il dit, en anglais pour ce dernier bout de phrase (« we agreed to disagree »).

lire: http://tempsreel.nouvelobs.com/tag/afp

00000000000000000000000000000000

Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Politique Monétaire : Schäuble se dit réticent face aux projets d’achats de titres de la BCE

BERLIN (Reuters 25/9/14) – Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, a exprimé publiquement jeudi ses réticences face à la perspective de voir la Banque centrale européenne (BCE) acheter des prêts titrisés et des obligations sécurisées, arguant de leurs implications pour les missions de supervision de l’institution.

La BCE doit assumer à partir de novembre la supervision d’environ 120 des principales banques de l’Union européenne, parmi lesquelles 21 établissements financiers allemands.

Pour Wolfgang Schäuble, la banque centrale doit séparer sa politique monétaire et ses missions de supervision bancaire « aussi strictement que possible (…) pour éviter toute apparence de conflit d’intérêts ».

Pour cette raison, a-t-il déclaré au Bundestag, « je ne suis pas particulièrement satisfait du débat entamé par la BCE sur l’achat de produits de titrisation ».

Dans le cadre des mesures exceptionnelles annoncées depuis juin…

Voir l’article original 205 mots de plus