Articles Tagués ‘répression’

Solidarité Ouvrière

CIP-IDF, 6 décembre 2014 :

Lors de la manifestation des chômeurs et précaires pour la justice sociale qui a réuni aujourd’hui 3000 personnes à Paris et a rassemblé des milliers de manifestants dans diverses villes en régions, une partie du cortège est allée rendre visite aux « états généraux » du parti socialiste.

Le but de cette action était d’y intervenir en y lisant le texte qui suit.
Décidé à rester muré dans ses certitudes, à n’entendre aucune contestation, le parti socialiste a reçu les 300 manifestants présents avec des crachats et à coups de poings, de pieds, de gaz lacrymogène, de matraques télescopiques et de… taser.

Voir l’article original 741 mots de plus

Solidarité Ouvrière

Le Parisien, 29 novembre 2014 :

C’est une simple manifestation qui a dégénéré en affrontements sanglants dans la ville de Touggourt, à 600 kilomètres au sud d’Alger. Deux manifestants sont morts et une vingtaine de personnes ont été blessées vendredi soir dans de violentes échauffourées avec la police, rapportent différents médias locaux. Les incidents se seraient produits à la suite d’une vague de protestation contre le retard pris par les autorités «dans l’attribution de lots de terrains, de construction et le raccordement à l’eau potable» dans un quartier de la commune de Nezla.

Deux jeunes manifestants, des hommes âgés de 20 et 24 ans, ont été tués dans ces heurts, a précisé le quotidien Nahar. Les affrontements ont également fait une vingtaine de blessés, des manifestants mais aussi des membres des forces de l’ordre, selon une source hospitalière citée par APS. Plusieurs blessés auraient été évacués vers des hôpitaux d’Ouargla…

Voir l’article original 214 mots de plus

Mes coups de coeur

Nous avons déjà présenté deux modèles de maintien de l’ordre, le modèle allemand basé sur l’intimidation et la pression policière et le modèle français, basé sur la délégation d’une partie du travail de police aux organisateurs de manifestations et sur une répression à posteriori. Ces dernières années, ces modèles se sont durcis de plus en plus, avec l’introduction de nouvelles armes comme les grenades offensives dont l’utilisation par les gendarmes à provoqué la mort de Rémi Fraisse à la Zad du Testet le 25 octobre 2014, mais aussi de nouvelles méthodes, inspirées de la contre insurrection militaire…

Un durcissement du maintien de l’ordre à l’échelle européenne.

La suite sur : http://www.tantquil.net/2014/10/30/de-la-continuite-entre-le-maintien-de-lordre-et-la-repression-militaire/

Rien ne change : http://www.liberation.fr/societe/2014/10/31/le-meme-drame-aussi-lamentable_1133745

Voir l’article original

banque-taux-interet-negatif« Au Luxembourg et en Allemagne, des banques se mettent à appliquer un taux d’intérêt négatif sur les comptes de dépôt, c’est à dire à facturer l’argent déposé sur un compte ! La DZ Privatbank au Luxembourg, la Deutsche Skatbank, un petit établissement bancaire coopératif du Land allemand de Thuringe l’ont récemment annoncé, et plusieurs banques allemandes s’apprêtent à faire de même. Le taux d’intérêt est de -0,25% pour la banque luxembourgeoise, ainsi 1.000 euros déposés deviennent 997,5 euros un an après. Le « Strafzins », le taux d’intérêt punitif, est ainsi devenu l’expression à la mode en Allemagne

Pourquoi un tel comportement ? Tout simplement, expliquent ces banques, à cause du taux de dépôt négatif pratiqué par la Banque centrale européenne (BCE) depuis juin 2014 et qui s’élève à -0,20%. Les banques perdent de l’argent en déposant leurs liquidités à la BCE, elles le répercutent donc à leurs clients. La seule façon d’y échapper consiste, pour ces clients, à placer leur argent sur des produits financiers de la banque (livret d’épargne, assurance-vie).

Il est plutôt rare qu’une entreprise punisse ses clients, mais cette bizarrerie valide le fait que le marché interbancaire en Europe est au point mort, car normalement une banque qui dispose de liquidités les prête à celles qui en ont besoin, moyennant une rémunération. Ces banques avouent ici les déposer en totalité à la BCE, en se privant ainsi d’une possibilité de gain, et ce pour une raison bien simple : elles sont certaines de retrouver cet argent, ce qui n’est pas forcément le cas en prêtant à la banque X. Cette précaution signifie qu’elles n’ont pas confiance dans le système bancaire, que le risque de faillite demeure significatif. Ces banques avouent que la crise financière n’est pas terminée, merci pour cet aveu.

Le client est incité à placer ses liquidités sur des produits d’épargne, comme des livrets ou de l’assurance-vie. Mais ceux-ci rapportent-ils vraiment ? Quasiment plus maintenant puisque les taux d’intérêts sont au plus bas. C’est aussi à cela que sert ce taux d’intérêt punitif : forcer, malgré tout, les déposants à migrer vers les produits de la banque, car ce sont eux qui la font vivre par les commissions qu’ils rapportent. Cette coercition en dit long sur le marasme de la banque aujourd’hui, il faut tordre le bras à ses clients pour continuer à vivre.

Au niveau macroéconomique on voit l’aberration que représente la politique de taux zéro de la BCE. Sensée relancer le crédit et la croissance, elle échoue misérablement, et en plus elle perturbe en profondeur le métier bancaire consistant à collecter l’épargne et à rémunérer ceux qui concourent ainsi au financement de l’économie. Quand plus aucun placement ne rapporte vraiment, la banque devient pour l’épargnant comme une nasse, un piège.

Enfin ne manquons pas de relever l’ironie d’une telle situation par rapport à l’or. L’un des principaux arguments qu’oppose un banquier lorsqu’un client lui parle d’acheter de l’or est que « ça ne rapporte pas d’intérêt ». Désormais c’est la banque en général (cash + produits d’épargne) qui ne rapporte plus d’intérêts, ou pratiquement plus. Et une banque, chacun le sait, s’avère nettement moins solide qu’un lingot d’or… Chacun en tirera les conséquences qui s’imposent ».

Philippe Herlin, Goldbroker.com, le 19 novembre 2014

Solidarité Ouvrière

Le Point, 28 octobre 2014 :

Un peu partout en France, plus d’une dizaine de manifestations ont eu lieu lundi 27 octobre pour dénoncer les « violences policières » après le décès dimanche de Rémi Fraisse, un jeune manifestant de 21 ans sur le site du barrage contesté de Sivens dans le Tarn lors d’affrontements avec les forces de l’ordre. À Nantes, où les opposants à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes se sont plusieurs fois violemment opposés aux forces de l’ordre depuis 2012, plus de 600 personnes se sont rassemblées en fin de journée près de la préfecture pour « exprimer leur colère face à la violence d’État ».

Ils ont allumé des bougies et déployé des banderoles, proclamant « Vos armes non létales tuent. On n’oubliera pas. Résistance », ou « Nantes-Toulouse-Montreuil. Solidarité contre les violences policières ». Les manifestants ont ensuite défilé dans les rues derrière la banderole : « Barrage Testet. Mort de Rémi. Ni oubli ni pardon…

Voir l’article original 460 mots de plus

Solidarité Ouvrière

La première semaine d’août dernier, les gangs d’ISIS (Daesh) dans la ville de Tikrit ont commis un crime scandaleux contre des employés municipaux. Ces voyous ont enlevé huit travailleurs qui avaient protesté contre l’arbitraire à leur égard, les emmenant les yeux bandés vers un endroit inconnu. Après plus d’un mois de recherche, leurs familles ont trouvé huit cadavres décomposés cachés dans un puits qu’il a été difficile d’identifier.

Les agents municipaux de l’assainissement et du ramassage des ordures avaient commencé à s’opposer à ISIS en refusant de travailler car ils n’étaient plus payés depuis deux mois, et en protestant quand une mine dissimulée avait tué l’un des leurs. ISIS, qui ne fait aucun effort pour démanteler les mines dans les rues de la ville, les a obligé à travailler sans salaire, les rassemblant pour les sermonner dans le parc principal de Tikrit. Huit travailleurs ont alors quitté ce rassemblement en…

Voir l’article original 191 mots de plus

 4233975_cacaca_640x280
JACKY HÉNIN RÉCLAME UN DÉBAT NATIONAL
Pour Jacky Hénin, ex-maire PCF de Calais, il y a urgence à ouvrir un débat national sur la situation du Calaisis. « Il faut débattre des solidarités à mettre en place avec les migrants mais aussi de la situation des habitants, estime le député européen. Avec un chômage à 17 %, la misère de ceux qui sont à la rue leur rappelle la leur. C’est le terreau du racisme. »

Samedi soir, vers 19 heures trois journalistes/photographes allemands ont été arrêtés à Diyarbakir (Turquie).

L’un d’eux, Björn Kietzmann, heureusement avait réussi peu après 23 heures à envoyer un tweet à propos de la situation actuelle.

Quelques minutes plus tard, un message similaire en anglais suivait. Outre Björn Kietzmann, Chris Grodotzki et Ruben Neugebauer sont aussi dans la prison de « Tem Sube Müdürlügü » à Diyarbakir où ils sont interrogés.

Ils voulaient faire des reportages sur les manifestations kurdes actuelles en Turquie et sont maintenant accusés d’être des « espions » et des « provocateurs ».
Ils doivent être soi-disant demain traduits en justice!!

source: http://communismeouvrier.wordpress.com/2014/10/13/arrestations-de-journalistes-a-diyarbakir/

00000000000000000000000000000000000000