Articles Tagués ‘religion’

Wikileaks arabie saoudite islamisme

Selon le quotidien américain The New York Times, qui trié et étudié des dizaines de milliers de documents diplomatiques saoudiens révélés par le site WikiLeaks, l’Arabie Saoudite investit « des milliards de pétrodollars dans des organisations islamiques à travers le monde, pratiquant une diplomatie du chéquier ». Le New York Times s’est intéressé à 60 000 documents, en attendant les 400 000 supplémentaires qui sont en attente de publication selon WikiLeaks. Ces fuites diplomatiques révèlent notamment que l’Arabie Saoudite dépense des sommes colossales pour combattre l’Iran chiite.

LIRE: https://olivierdemeulenaere.wordpress.com/2015/07/28/wikileaks-revele-les-dessous-de-la-strategie-saoudienne-pour-exporter-lislamisme-partout-sur-la-planete/#comment-24600

00000000000000000000000000000000000000

La laïcité comme arme de destruction de la France ?

Par La Voix de la Russie | Une étude nous explique le Grand remplacement entre les lignes et la non volonté des communautés ethniques à vouloir intégrer la société française.

Une étude menée par l’institut Sociovision réalisée en novembre 2014 montre la différence entre les Français qui vivent dans l’hexagone et surtout les définitions inversées des valeurs. L’étude dit que les Français, dans leur majorité, souhaitent une discrétion des affirmations religieuses et que les musulmans français souhaitent affirmer leur identité religieuse au-delà de la sphère privée. La France a fait son travail sur la présence de la religion avec les philosophes des Lumières, la Révolution sanglante et barbare de 1789 pour accoucher de la loi de 1905 qui sépare le religieux de l’Etat.

Avec l’Islam la France se heurte à un nouveau travail sur la religion sur sa terre qui ne devrait pas avoir lieu d’être et qui envahit tous les médias et les rues de France à devenir obsessionnel. Les responsables politiques, souvent des anciens de mai 68 (des adorateurs de la fornication débridée et antireligieux aux cheveux à la Jésus du temps de leur jeunesse) déforment la définition de la laïcité et soutiennent l’activité d’une religion qui remet en cause la laïcité en France. L’étude nous explique le Grand remplacement entre les lignes et la non volonté des communautés ethniques à vouloir intégrer la société française.

Société sécularisée. « Les Français s’éloignent non seulement de la pratique mais aussi de la croyance religieuse », peut-on lire dans l’étude. De 1994 à 2014 le nombre de non pratiquants et de non croyants est passé de 32 % à 39 %, le nombre de pratiquants de 14 % à 10 %, le nombre de croyants de 45% à 36 %, ceux rattachés à une communauté sans être croyants de 9 % à 14 %. L’étude de Sociovision dit que le sentiment de communautarisme a augmenté dans une France devenue plus multiculturelle où la population catholique apparaît majoritairement vieillissante (43 % des catholiques ont plus de 50 ans), là où les musulmans sont, à l’inverse, plutôt jeunes (41 % des musulmans ont moins de 30 ans). La France est fragmentée et constituée de plusieurs ethnies du fait du multiculturalisme (ce n’est pas un multiculturalisme européen) ce qui dépasse le fait religieux tout en faisant le jeu de l’islam qui ne serait pas seulement une religion.

Encore Islam. « A peine la moitié des Français se disent catholiques ; l’Islam est très minoritaire, mais sa pratique est importante et portée par de jeunes générations », ajoute l’étude de Sociovision. Les « Sociovisionnaires » ont l’art de se contredire dans la même phrase certainement pour ne pas inquiéter les Français qui ne sont plus religieux depuis des générations, qui avec la poussée de l’Islam se découvrent un jour chrétien, et dont la population vieillit surtout que de Lampedusa ce ne sont pas des Francs, des Germains ou des Celtes, ni des Russes, qui débarquent. L’étude plante le doigt sur un phénomène inquiétant pour le pays ou réjouissant selon la position du lecteur. « La religion catholique reste bien sûr la religion la plus importante, de très loin, mais s’y attache désormais moins de la population française (48,5 %). La seconde religion en nombre, l’islam, rassemble 5,8 % des Français. Les autres religions (protestante, juive ou bouddhiste) réunissent chacune moins de 2 % de notre échantillon ».

Les experts de d’Institut disent, à se taper la tête contre les 4 murs de la salle de rédaction (murs heureusement très éloignés), « rappelons que notre échantillon n’intègre pas la population étrangère vivant en France ! ». Justement l’échantillon de Sociovision devait intégrer la population étrangère vivant en France ! Le Sénat publie sur son site, « en juin 1998, dans son rapport au nom de la commission d’enquête du Sénat sur les régularisations d’étrangers en situation irrégulière présidée par notre ancien collègue M. Paul Masson, notre collègue M. José Balarello écrivait qu’« une estimation du nombre des clandestins entre 350.000 et 400.000 ne paraît pas éloignée de la réalité. Selon M. Nicolas Sarkozy, ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et de l’aménagement du territoire, entre 200.000 et 400.000 étrangers en situation irrégulière seraient aujourd’hui présents sur le territoire national et entre 80.000 et 100.000 migrants illégaux supplémentaires y entreraient chaque année ». Qu’en-est-il de ce nombre au début 2015 ?

Faits. « La discrétion des appartenances religieuses, dans la vie collective, celle de tous les jours, et pas seulement dans les services publics, est le souhait d’une large majorité des Français et devrait être la règle de notre vise sociale. 82 % des Français estiment que la religion est une question privée et que les signes d’appartenance religieuse doivent rester discrets en public », dit l’étude qui ne tient pas compte de l’avis des étrangers vivant en France…

Avec ce constat, « Ceux qui se situent politiquement les plus à Gauche acceptent mieux les affirmations d’ordre religieux que la moyenne », Sociovision explique que la Gauche prône l’éclatement de la laïcité dans le pays et soutient les comportements ethniques alors qu’à l’époque de Georges Marchais c’était l’inverse. Sociovision montre aussi dans sont étude que l’Islam est le problème dans la ociété française, « Le refus de serrer la main à une personne de sexe opposée, ou bien de fréquenter des lieux mixtes, comme les piscines, constitue l’attitude la plus rejetée par l’échantillon ».

Les élites politiques utilisent la laïcité pour interdire les sapins de Noël et les crèches dans les lieux publics ou dans des mairies mais soutiennent le ramadan comme le fait l’hôtel de ville de Paris en célébrant le début du ramadan sans parler des aides de diverses communes pour la construction de mosquées, qui à la différence des églises, tout en étant des centres d’éducation, sont des administrations qui gèrent l’état civil des populations musulmanes en invitant leurs ouailles à ne pas respecter la laïcité. Dalil Boubakeur l’a dit haut et fort « un sourire aux lèvres », « aujourd’hui, les maires sont les premiers bâtisseurs des mosquées ». Les élus de la République sont donc les premiers « déconstructeurs » de la laïcité.

Les opinions exprimées dans ce contenu n’engagent que la responsabilité de l’auteur.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_12_26/La-laicite-comme-arme-de-destruction-de-la-France-0545/

0000000000000000000000000000

Camel Bechikh

Camel Bechikh

Dans un communiqué récent, Kevre Breizh, coordination des associations culturelles de Bretagne informe que des diverses mouvances d’extrême droite, d’anciens membres du Front National au groupuscule Adsav, un mouvement nationaliste breton, ont manifesté dernièrement contre la construction d’une mosquée à Quimper portée par la communauté turque. « Kevre Breizh » s’élève avec la plus grande vigueur contre les attaques islamophobes et toutes les intolérances qu’attisent ces groupes, » – lit-on dans le communiqué.

Nous avons demandé d’éclaircir et de commenter la notion de l’«islamophobie » citée dans ce communiqué à Camel Bechikh, président de l’association « Fils de France »

Camel BechikhCamel Bechikh. Contrairement à la Russie qui a une tradition musulmane à l’intérieur de l’Empire tsariste, puis – à l’intérieur de l’Union Soviétique, et qui a une conception de l’islamité intrinsèque à l’identité nationale, ce n’est pas le cas en France. La France a eu un passé colonial musulman. Puis, lors de la décolonisation, elle a connu une vague migratoire importante, qui a commencé dans les années 1960 – 70.

L’Islam en France, contrairement à la Russie, est un phénomène exogène, étranger. D’un seul coup, par des vagues migratoires successives importantes, près de 10% de la population française se retrouve être non seulement extra-chrétienne, puisque – musulmane, mais aussi extra-européenne, puisque – principalement de l’Afrique du Nord, Afrique subsaharienne et de Turquie. Il y a un ensemble des questions qui se posent, puisque c’est la France, de tradition chrétienne, qui était la fille aimée de l’Eglise, avec le processus le plus accompli de rapport entre la foi et la loi, qui est devenue, après la loi 1905 le point le plus avancé en termes de sécularisation, de laïcisation, où on a séparé strictement l’Eglise et l’Etat. Nous avions d’abord une identité religieuse catholique très implantée dans l’anthropologie française, puis – une séparation stricte de l’Eglise de l’Etat, des Religions et de l’Etat. Arrivent les nouveaux migrants de confession musulmane, et, quelques années plus tard, vient la réislamisation de ces personnes-là par le biais de la pratique religieuse qui devient plus importante, mais aussi par le nombre croissant de signes extérieurs comme le voile ou les boucheries halal. Tout ça a produit une forme d’une grande interrogation de la communauté nationale française, que est, dans son essence, est catholique, qui est de point de vue gouvernance est laïque, et se retrouve avec la minorité en son sang qui revendique des mosquées pour pourvoir prier, de pouvoir manger halal (comme les juifs depuis toujours peuvent manger cacher ou les végétariens peuvent manger sans viande) et avoir des habitudes alimentaires particulières… et n’oublions pas cette question de voile.

En règle générale, les choses se passent plutôt bien, mais il y a des cas, il y a des moments, il y a des fois ou l’attitude musulmane peut être mal comprise. En plus, cette « attitude musulmane » n’est pas monolithique, n’est pas identique. Vous avez un Islam soufi, discret, puis – l’Islam plutôt militant, et puis – l’Islam qu’on appelle le salafisme, excréments visible dans l’espace public et qui gêne la communauté française, parce qu’on se sent envahis par des personnes qui n’ont pas saisi la différence entre le culte universelle qui relève de la spiritualité, de la pratique et la culture qui relève d’un comportement particulier.

Si on prend un musulman saoudien, il est musulman et très arabe. Si on prend un musulman de Caucase, il est musulman, mais rien à voir avec un arabe, il est de tradition caucasienne. Idem – pour les musulmans chinois, musulmans africains, etc. Les Musulmans, comme des Chrétiens, nous avons une particularité religieuse qui nous unit, mais un ensemble vaste, une mosaïque de cultures, de traditions de coutumes qui font la différence et la variété de ce monde musulman.

Le chalenge pour ces musulmans est de saisir la transition culturelle entre la tradition des pays d’origine – Maghreb, Afrique et Afrique subsaharienne – et la tradition française. De garder le culte dans la transition culturelle.

La Voix de la Russie. Dans une d’interview, écrivain et essayiste Jean-Paul Gourevitch a « comptabilisé » les musulmans de France, il parle de quelques 8 millions personnes qui revendiquent leur foi. Quelle est la proportion de shiites et de sunnites, à votre connaissance ?

Camel BechikhCamel Bechikh. La composante musulmane française est principalement liée aux anciennes colonies : maghrébines et sub-sahariennes. Puis, dans les années 1980 sont arrivés les Turquies, qui sont totalement étrangers à l’ex-empire colonial français. Mais si on prend les magrébins, les subsaharienns et les Turques, ce sont les populations quasiment exclusivement sunnites. En France, leur nombre est totalement insignifiant. On ne peut pas parler de la diversité chiite-sunnite dans l’Islam français. Non. C’est un Islam exclusivement sunnite.

J’aimerai revenir sur le terme « islamophobie » Ce terme recouvre un éventail assez vaste d’attitudes. L’islamophobie – c’est les gens qui ont peur. Ils ont peur, parce qu’ils ne connaissent pas. Vous avez une attitude islamophobe, pas forcément mal intentionnée, des gens qui ont connu la France très blanche et très catholique, et qui d’un seul coup voient apparaitre un phénomène totalement nouveau qu’ils ne connaissent pas, qu’ils perçoivent à travers l’actualité internationale. Ils vont percevoir les communautés musulmanes de Quimper ou d’ailleurs à travers l’Armée islamique, à travers les talibans, sans vraiment comprendre qu’il n’y a pas de liens ni dans l’anthropologie religieuse, ni dans le comportement religieux, ni organique entre les musulmans locaux d’une bourgade française et des attitudes violentes des certains groupes djihadistes. L’islamophobie – c’est la peur.

Cette peur peut se transformer en ressentiment. En rejet. Et ce rejet peut se transformer en haine. En haine militante. Soyons d’accord : aucun peuple naturellement n’est xénophile. Aucun peuple n’accepte et n’accueille positivement l’étranger. Tous les peuples sont, par nature, xénophobes. Que ça soit les peuples musulmans ou chrétiens, indous ou yiddish. L’étranger est perçu par le peuple comme un fait exogène. La plupart des peuples est naturellement xénophobes.

On ne peut pas demander aux français le jour du lendemain de ne pas s’interroger, de ne pas parfois avoir peur d’une communauté musulmane importante, d’une partie d’entre-elle. C’est important de noter qu’il s’agit d’une partie, d’une partie rejetant la citoyenneté française, extrêmement minoritaire… je ne sasse de le dire : extrêmement minoritaire ! C’est comme avec les usages des services publics : on ne parle dans une gare que des trains qui arrivent en retard. Sur 200 trains, vous avez 2-3 qui arrivent en retard, on ne reparlera que d’eux, jamais des trains qui sont à l’heure. On ne parle que du disfonctionnement.

Il faut être honnête et on peut comprendre l’attitude identitaire de la majorité des Français. Il faut aussi comprendre que les attitudes négatives à l’encontre de la société française émanant des musulmans, demeurent extrêmement minoritaires.

LVdlR. Petit commentaire sur un fait divers qui a suscité l’intérêt des français : le jeune étudiant, élu du Front National, Maxence Buttey, s’est reconverti en Islam et poste un petit film qui énumère tous les miracles du Coran. Il était suspendu pour prosélytisme musulman… Qu’est-ce que vous en pensez ?

Camel BechikhCamel Bechikh. Il va y avoir une commission de discipline qui doit statuer si c’était le cas de prosélytisme ou simplement le témoignage de sa propre foi pour aider l’autre de comprendre et mieux comprendre sa spiritualité. Ce que je sais – si c’est un cas de prosélytisme, le Front National a le droit de l’exclure. S’il essaye de faire comprendre à l’autre sa foi, je ne crois pas que le FN l’exclura.

De plus en plus de musulmans en France votent pour le FN. Il en aura de plus en plus. Beaucoup de musulmans qui sont installés en France depuis longtemps, de longue date, qui sont parfaitement intégrés à l’école républicaine, au système professionnel valorise, aux habitats valorises, a l’instar des autres français, sont de plus en plus inquiets de l’arrivée de la nouvelle vague migratoire. Le seul parti proposant une solution claire, avec aussi Nicolas Dupont-Aignant, pour limiter ces vagues migratoires, c’est le FN. Par ce fait-là, de plus en plus de musulmans votent et irons voter pour le Front national. Je pense que ce serait une erreur de focaliser l’attention de la commission de discipline de Seine-Saint-Denis sur ce fameux conseiller Maxence Buttey comme étant un paradigme pour envisager le Front National. Je crois que le Front national est beaucoup plus complexe que ça. Vous l’avez vu : il y a des musulmans, des non-musulmans, des islamophobes, des islamophiles… On ne peut pas limiter, comme le font les medias « dominants » en France, le Front National a un parti xénophobe, comme on ne peut pas limiter Vladimir Poutine dans son immense popularité russe à un tyran que nous présentent souvent les medias français.

Commentaire de l’auteur. « N’ayez pas peur ! Ouvrez, ouvrez toutes grandes les portes au Christ » – on cite souvent ces propos de Jean-Paul II prononcées lors de son investiture. Et c’est vrai que l’ignorance de l’autre, l’enfermement, la négation de l’altérité sont des piliers de toutes les phobies, souvent basées juste sur le rejet de la mode de vie, du quotidien, de l’aspect physique, du menus, enfin… Etre lucide des différences, mener un dialogue, œuvrer pour l’entente entre les cultures – sont bien des actions humaines… libres de peur et d’amalgames qui risqueraient dans sa finalité se transformer aux incitations intolérables à la haine de l’autre.

N’ayez pas peur !
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/radio_broadcast/5646129/279487861/

00000000000000000000000000000000

les AZA subversifs

Relais de Eva Lock Khua

Cédric Baylocq > 30 septembre 2014

Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef de l’organisation de l’État islamique, s’est proclamé calife le 29 juin et a réclamé l’allégeance de tous les musulmans. Au centre de la cité islamique de l’âge classique, cette forme de gouvernement ancien est souvent associée à l’idée d’un âge d’or de l’islam, le paradis perdu de l’unité et de la puissance de la communauté des croyants dont l’organisation annoncerait ainsi le retour. Un messianisme emblématique de la crise qui traverse le monde arabo-musulman pour Nabil Mouline.

califatThéodore Chassériau, « Le Khalife de Constantine Ali Ben Hamet, chef des Karachas, suivi de son escorte », 1845.

L’historien et politiste Nabil Mouline est chargé de recherche au Centre national de la recherche scientifique à l’École des hautes études en sciences sociales (CNRS-EHESS) et à l’université de Stanford. Spécialiste du Maroc et de l’Arabie saoudite 1

Voir l’article original 977 mots de plus

A partir de la 11ème minute 45 secondes

La France d'Alicia

Livre : « l’Identité malheureuse » d’Alain Finkielkraut

A partir de 11’30

Tous les articles sur Alain Finkielkraut

Voir la Vidéo-Débat 28Minutes : Finkielkraut « L’identité malheureuse » VS Plenel « Pour les musulmans »

Voir l’article original