Articles Tagués ‘rebelles Houthis’

L’endroit où le trafic organisé par les iraniens est le plus visible est manifestement sur les côtes somaliennes et yéménites, pour des armes légères destinées aux rebelles Houthis. 
Des navires américains, australiens, mais aussi français ont intercepté des centaines d’armes de ce genre, sinon des milliers. 
Les pirates somaliens étaient équipés des mêmes armes, avec parfois de belles surprises question munitions. 
Mais des avions aussi ont participé à cette arrivée massive d’armes, et un en particulier, retrouvé abandonné à Berbera, a attiré notre attention, pour nous mener à un autre trafiquant, qui lui-même va révéler un lien inattendu avec un colonel américain à la retraite… qui a longtemps travaillé pour la CIA ! 
Une découverte qui nous amènera au Tchad, au passage…
L’évolution du commerce des armes selon… Darwin
Cette implication des iraniens dans la dissémination directe des armes notamment au Yemen, en direction des rebelles Houthis, combattus par… l’Arabie Saoudite aidée par les USA, on la trouve plus effective encore par mer.

C’est un document implacable qui le démontre sans ambages. Il s’intitule « Dispatch From The Field, Martime Interdictions of Weapons To Somalia and Yemen ».  Il est accablant pour l’Iran en effet, car on peut y voir ce qui  a été découvert en mars 2016 par le navire australien HMAS :  une frégate lance-missile de la classe Adelaide lors de l’arraisonnement d’un petit boutre, appelé le Al Mansoor, à 170 miles nautiques de la côte d’Oman.

lire plus

00000000000000000000000000

Roi Salmane d’Arabie Saoudite© AFP 2015. Files / Karim Sahib

12:57 24.09.2015(mis à jour 13:08 24.09.2015) Russia today
Pendant que l’Arabie saoudite bombarde le Yémen afin d’éliminer les rebelles Houthis, des intrigues se nouent au sein de la famille royale.

Une lettre écrite par le petit-fils du roi Salmane d’Arabie saoudite circule actuellement, où il condamne l’opération militaire au Yémen, accuse le monarque au pouvoir de la détérioration de la situation économique et de la chute des cours pétroliers. L’auteur appelle à destituer le roi, le prince héritier et le successeur du prince héritier, et à organiser une réunion extraordinaire de la maison royale. Selon le politologue Colin Cavell, ces divergences au sein de la famille royale sont avant tout une question d’avidité.

« Comment a-t-on pu accepter de participer à des opérations militaires dont les dangereuses conséquences ont été complètement sous-estimées — comme l’invasion de l’Irak, la guerre en Syrie ou au Yémen? » indique la lettre.

Barack Obama et le roi Salmane d’Arabie saoudite© REUTERS/ Jim Bourg

Le roi saoudien aux Etats-Unis: une visite en terrain miné

On y mentionne le roi d’Arabie saoudite, qui dirige le pays depuis janvier 2015 et la mort de son frère Abdallah, ainsi que son neveu Mohamed ben Naïf et le fils du roi. Tous deux occupent des postes importants au gouvernement et sont responsables des décisions qui ont entraîné la chute des cours pétroliers et la guerre au Yémen.

Selon Colin Cavell, auteur du livre L’exportation de la démocratie made in America, les divergences au sein de la maison royale ont plusieurs causes. « Il s’agit en premier lieu de la réduction des revenus du Trésor public. En effet, ils disposent d’immenses fonds de réserve mais ont dû dépenser près de 10% de ces réserves au cours des six derniers mois. Cet argent a servi à financer les guerres coûteuses, l’achat d’équipements, de munitions et de matériel aux USA, au Royaume-Uni et à d’autres pays. Le prix du baril a chuté de 120 dollars à moins de 50 dollars. Les membres de la famille royale pensent que cela déstabilise l’économie du pays », déclare-t-il.
SOURCE: http://fr.sputniknews.com/presse/20150924/1018372551/roi-Salmane-Ymen-petrole-economie.html#ixzz3nKdZ7jGR

000000000000000000000000000000000000000000