Articles Tagués ‘premiers slaves’

Demain dès l'aube

thumb

Partie I

Khazarie: les influences politiques précoces de l’état russe

Les steppes situées dans le bassin inférieur de la Volga, entre la Caspienne et la mer Noire ont été gouvernées par les khazars jusqu’au huitième siècle. Le pouvoir politique était détenu par le Khagan (i.e. l’emprereur) et l’armée était dirigée par le Khagan Bek. Leur pouvoir politique a connu son apogée durant le Haut Moyen-Age et fut capital pour la création du capitalisme. En effet, leur importance stratégique et commerciale au carrefour de la Chine, du Moyen-Orient et de l’Europe rendirent riches la plupart des états eurasiens de cette époque.

En conséquence, les khazars ont fondé un des plus grands états de l’Eurasie médiévale, leur territoire englobant la majorité de la partie européenne de la Russie actuelle, l’Ukraine de l’est, l’ouest du Kazakhstan, l’Azerbaidjan, ainsi qu’une grand part du nord Caucase et une partie de la Crimée, de la…

Voir l’article original 1 795 mots de plus

Demain dès l'aube

thumbVoici une série d’essais sur l’histoire russe écrits par l’analyste politique et financier français Julien Paolantoni. Originellement publiés il y a deux ans, ces articles peuvent être lues de nouveau à présent que le monde entier a été inspiré ou indigné (pas indifférent en tout cas) par la politique russe en Crimée, en Ukraine ou ailleurs. Ce que ces articles présentent, ce n’est pas seulement l’histoire millénaire de la Russie, mais la civilisation russe dans son ensemble et ses connections socio-culturelles.[…]

Chaque partie traite du contexte politique, économique et intellectuel pour la période donnée.

Introduction

Cette série vise à éclairer les affaires russes contemporaines, car je crois fermement que pour analyser correctement les relations internationales actuelles, il est nécessaire d’avoir des connaissances historiques sérieuses.

La partie I traitera de la fondation de l’état russe, et le processus, comme nous allons le voir, a commencé bien avant 862. En effet, un…

Voir l’article original 1 359 mots de plus