Articles Tagués ‘premier ministre’

Toutes les actualités
000000000000000000000000000000000000000000000000000000

Sur un panneau publicitaire tournant de Tel Aviv, le visage du premier ministre Benyamin Netanyahou fait place à celui de son opposant Yitzhak Herzog.
Sur un panneau publicitaire tournant de Tel Aviv, le visage du premier ministre Benyamin Netanyahou fait place à celui de son opposant Yitzhak Herzog. Image: AFP

***

Las de Netanyahou, Israël pourrait basculer à gauche

Législatives

Le premier ministre paraît usé après six ans au pouvoir. Le chef du Likoud n’arrive pas en tête dans les derniers sondages, dépassé par le Camp sioniste d’Yitzhak Herzog allié à Tsipi Livni.

Omniprésent dans les médias, sur Facebook et sur le terrain, Benyamin (Bibi) Netanyahou a fait le forcing jusqu’au dernier jour pour battre le rappel de ses sympathisants. «C’est moi ou la gauche», répète-t-il. Mais rien n’y fait. Les sondages sont inexorablement défavorables à l’indéracinable icône de la droite, aux commandes du pays depuis six ans consécutifs. Les Israéliens vont élire demain une nouvelle Knesset, le parlement de l’Etat hébreu. Et Bibi espère y trouver une majorité pour arracher son quatrième mandat de premier ministre. Son parti, le Likoud, est crédité de 21 députés seulement (sur 120), contre 25 au Camp sioniste d’Yitzhak Herzog.

Agé de 54 ans, doté d’un physique d’éternel adolescent, toujours bien mis, la voix haut perchée, Herzog n’a pas le charisme d’Yitzhak Rabin ou d’Ehoud Barak, ses prédécesseurs à gauche, des travaillistes au glorieux passé militaire. Mais le candidat de l’opposition a eu un coup de génie en s’alliant avec Tzipi Livni, ex-chef du parti du centre Kadima, au prix d’une future rotation à la tête du gouvernement après deux ans.

De Ouri Daniel

LIRE: http://www.tdg.ch/monde/las-netanyahou-israel-pourrait-basculer-gauche/story/18437877

0000000000000000000000000000000000

Manuel Valls se trouvait mardi à Strasbourg, pour un déplacement consacré à l’islam de France et à sa réforme, lancée la semaine dernière par le gouvernement.

 

Le Premier ministre a insisté sur la formation des imams et du financement des mosquées.

Le défi est « historique », selon Manuel Valls. Le Premier ministre était mardi 3 mars en déplacement à Strasbourg, pour parler de la réforme de l’islam de France, lancée par son gouvernement la semaine dernière. Il a mis en avant deux grands axes d’action : la formation des imams et le financement des mosquées.

« Je souhaite agir, nous souhaitons agir (…) Et nous souhaitons que tout le monde, vous les premiers, voie la profondeur des problèmes qu’il faut aujourd’hui traiter », a déclaré le Premier ministre lors d’une rencontre avec des responsables musulmans à la Grande mosquée de Strasbourg. Manuel Valls a dit vouloir s’attaquer à « tout ce qui retarde un islam de France ».

LIRE sur https://streettelevirtuelle.wordpress.com/2015/03/05/societe-valls-mise-sur-la-formation-des-imams-pour-un-islam-de-france/

000000000000000000000000000000000000000000

Des progrès mais peut mieux faire !

Que l’union nationale ait volé en éclats était prévisible car on n’imaginait pas que l’UMP, avec son président, puisse demeurer durablement coincée entre un FN critique et un pouvoir revigoré (Le Monde).

Ce qui est choquant en revanche est la dénonciation que Nicolas Sarkozy a cru devoir faire de la décapante et lucide observation du Premier ministre sur la situation dans certains quartiers : un apartheid territorial, social et ethnique. NKM avait la première engagé l’UMP sur cette critique purement politicienne et que le FN, par la voix de Florian Philippot, ait lui aussi fustigé cette description forte et infiniment réaliste laisse pantois.

Faut-il donc absolument détester ce que l’on a toujours pensé mais qui est exploité par l’adversaire ? On a suffisamment reproché à la gauche de ne jamais avoir le courage de nommer ce qui gangrenait le réel ici ou là et on irait intenter un procès à Manuel Valls parce qu’il a placé avec vigueur, sans fard ni fausse prudence, des mots sur ces zones de non droit, précisément parce qu’elles sont à la fois protégées et dégradées par les exceptions territoriale, sociale et ethnique qu’elles constituent. Pourquoi pas leur mise sous tutelle de l’Etat, comme Malek Boutih l’a avancé ?

Attaques d’autant plus injustes et spécieuses contre le Premier Ministre que ce dernier, avec son verbe clair et net, n’a fait que reprendre, de manière éclatante, ce que le maire d’Evry et le candidat à la primaire socialiste n’avaient cessé de mettre en évidence en affichant leurs craintes pour la République et son unité.

Manuel Valls n’a pas eu tort de répliquer à cette joute partisane, menée par une UMP impatiente d’en découdre parce que son président a des fourmis dans l’opposition, en regrettant ce manque de hauteur.

Est-ce à dire que le plan annoncé par le Premier ministre, qui augmente et renforce les moyens matériels et humains des forces de l’ordre, est parfait et que, pour l’école, le discours du président de la République représente véritablement le changement de cap espéré ?

Bien sûr que non. Mais, en même temps, compte tenu des limites et des contraintes d’aujourd’hui, du délitement quotidiennement constaté et de ce qu’exigeait la série terroriste récente, il me semble qu’en vertu d’une sorte de « fair play » démocratique, on doit donner acte au pouvoir que pour une fois il ne s’est pas contenté de nommer le mal mais qu’il a formulé des propositions pour entraver son développement à défaut de l’éradiquer.

Le président de la République ne peut pas être contesté quand, se préoccupant de la faillite de l’autorité dans le milieu scolaire, il considère comme prioritaire la restauration de celle-ci avec ce qu’elle implique : que l’élève ne soit plus le maître et que tout manquement de sa part, et de ses parents, soit relevé et sanctionné (Le Parisien).

Reste qu’à nouveau la déception s’attache à l’hémiplégie régalienne du gouvernement qui consacre sa vigilance à la police mais se désintéresse de la justice en feignant de ne pas comprendre que, sans révision de la politique pénale, notamment sur le plan de la cohérence et de la sévérité des sanctions et de leur exécution, rien de décisif ni d’opératoire ne pourra vraiment être accompli.

Il est absurde d’imaginer que l’attelage formé par une police efficiente et une justice défaillante puisse donner autre chose qu’un résultat désastreux.

Comment qualifier autrement que de calamiteux, d’une offense grave au bon sens, ce décret « qui aligne le régime des réductions de peine des multirécidivistes sur celui des non-récidivistes » ? Ainsi nous avons un garde des Sceaux qui ne cesse de proclamer sa volonté de lutter contre la récidive – en désignant la prison comme principale coupable, ce qui est aberrant – mais délie les récidivistes de la charge d’avoir à subir une peine évidemment plus rigoureuse que celle appliquée aux primo-délinquants!

Alors même que les dix-sept assassinats du 7 au 9 janvier ont prouvé, une fois de plus, que les « apprentis djihadistes se recrutent d’abord chez les délinquants multirécidivistes » (Le Figaro). Comprenne qui pourra !

Pour montrer à quel point il ne suffit pas de prévoir des avancées que les événements récents justifient, mais aussi de les imposer à une idéologie qui les refuse, évoquons l’idée que Manuel Valls a formulée et qui se rapporterait au sein de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) à la création, à titre préventif, d’une unité de veille et d’information. Rien qui heurte le moindre principe !

Cependant, immédiatement, un éducateur et syndicaliste monte au créneau et se permet de persévérer dans un registre trop entendu : « On confond notre rôle et celui de la police. Aujourd’hui déjà, si on sent une dérive chez un môme, on fait une note au juge… »(Libération). Il est clair que la PJJ ne sera jamais satisfaite de ce qui préserve la société et qu’en généralisant, les ambitions pénales de Christiane Taubira sont aux antipodes du volontarisme sincère d’un Premier ministre que le citoyen se réjouit, après ces désastres mortels, de retrouver dans ces dispositions.

Un débat de bonne tenue, toutefois, doit continuer à envisager, comme possibilités symboliquement dégradantes, l’indignité nationale, la déchéance de nationalité pour les binationaux et peut-être, plus profondément, même si cela dépend du président de la République, une remise en question de nos orientations internationales comme le suggère François Fillon ( Le Monde).

Pour terminer sur une note moins sombre, peut-être de ce pragmatisme qui dans l’urgence – heureusement sans loi nouvelle – cherche à rendre plus redoutable et redouté notre combat contre le terrorisme, le pouvoir va-t-il induire l’obligation, pour lui, de réduire aussi la délinquance et la criminalité ordinaires qui augmentent, si j’ose dire, dans l’anonymat ?

L’arbre raffermi contre le terrorisme – le procureur de la République Molins a dit ce qu’il fallait en penser avec la sévérité requise dans les condamnations et leur exécution – pourra, je l’espère, être le premier d’une forêt hostile, avec la même constance et rigueur, aux crimes et aux délits du quotidien.

S’il faut évaluer la copie du pouvoir, je dirais : des progrès mais peut, doit mieux faire !

Philippe Bilger

http://www.philippebilger.com/blog/2015/01/des-progr%C3%A8s-mais-peut-mieux-faire-.html

00000000000000000000000000000000000000

000000000000000000000000000000000000000000

Vendredi, devant l'ambassade de France à Moscou.

Devant l’ambassade de France à Moscou

———————————————

Un terroriste kamikaze se fait exploser en Irak en faisant 12 morts

Un terroriste kamikaze se fait exploser en Irak en faisant 12 morts

10 miliciens et 2 soldats ont été tués lundi à la suite d’un attentat commis par un terroriste kamikaze.  Aujourd’hui, 18:55

00000000000000000000000000000000000000000

Qui mieux que Juncker pour lutter contre l’évasion fiscale?

Jean-Claude Juncker le 12 novembre 2014 à Bruxelles. REUTERS

Juncker, touché par les révélations de la presse sur les pratiques fiscales du Luxembourg, contre-attaque. Cela peut faire sourire. En fait, avoir à la présidence de la Commission l’ancien Premier ministre du premier paradis fiscal de l’Union européenne est peut-être une chance.

Les révélations de quarante journaux internationaux mettant en évidence le rôle joué par le Luxembourg dans l’élaboration de pratiques fiscales très imaginatives permettant aux grandes entreprises de tous les pays d’échapper en partie à l’impôt (les «LuxLeaks») ont constitué un rude coup pour Jean-Claude Juncker, qui a été pendant dix-huit ans Premier ministre de ce pays, poste qu’il cumulait avec ceux de ministre des Finances, ministre du Travail et de l’Emploi et ministre du Trésor. L’homme qui a occupé aussi longtemps ces responsabilités pouvait difficilement affirmer qu’il ignorait tout de ces pratiques.

LIRE sur http://www.slate.fr/story/94649/juncker-evasion-fiscale

0000000000000000000000

————————————————————

Irak : des militants de l’Etat islamique ont exécuté 50 autres personnes

Irak : des militants de l’Etat islamique ont exécuté 50 autres personnes

Les militants de l’Etat islamique ont exécuté au moins 50 personnes, dont des femmes et des enfants.

 

Ma PhotoNicolas Sarkozy, Premier ministre de rattrapage ?

François Bayrou qui ne parle jamais pour ne rien dire a déclaré que le président de la République ne pourrait pas continuer ainsi, avec une majorité déchirée, jusqu’à la fin du quinquennat et que donc, à un moment ou à un autre, la dissolution serait inévitable.

Il a ajouté qu’avec cette éventualité hautement prévisible, Nicolas Sarkozy, président de l’UMP, pourrait devenir un Premier ministre de cohabitation et qu’une telle perspective était sans doute inscrite dans sa tête (Le Grand rendez-vous-Europe 1-Le Monde-i-Télé, repris par Le Figaro).

Même si je n’apprécie pas ces atteintes subtiles ou brutales, par sadisme ou lucidité, à la légitimité de François Hollande, force est de considérer que l’hypothèse évoquée par ce centriste libre et conséquent est tout à fait plausible.

J’ajoute qu’elle réparerait une injustice ou consolerait d’un malentendu démocratique.

En effet, après avoir fait un bilan de son quinquennat, il était incontestable qu’on pouvait créditer Nicolas Sarkozy d’une énergie jamais lassée, d’un sens du mouvement, d’une appétence démesurée pour l’action, d’une aptitude à l’animation de ses équipes, d’une volonté de surmonter tous les obstacles et d’un orgueil, voire d’une vanité certaine. A rebours, lui ont manqué l’allure, l’impartialité dans l’arbitrage, la sérénité, les vertus de retenue et d’élégance, le respect de la République dans ce qu’elle doit avoir d’exemplaire et d’équitable, la pensée à long terme.

Alors qu’à l’évidence il était infiniment doué pour la gestion dans l’urgence, l’opératoire à court terme et l’immédiateté des situations de crise où son agitation a pu apparaître alors comme la seule réponse adaptée.

On devine où je veux en venir.

Nicolas Sarkozy aurait été probablement un Premier ministre d’exception. S’il s’était arrêté là, son destin déjà n’aurait pas été médiocre. S’il avait aspiré ensuite à la charge suprême, nul doute que le président n’aurait pas oublié les enseignements et les leçons du Premier ministre, les avertissements prodigués par le réel et par l’incarnation discutable ou non de sa personnalité dans l’espace de ce pouvoir encore dépendant.

Sans qu’il soit coupable puisque, contre son gré, son ambition n’a pas pu être alors satisfaite, l’avoir obligé à sauter par-dessus la case de Premier ministre l’a projeté, trop vite, sans préparation ni précaution, dans un monde trop grand, trop raffiné, trop majestueux pour lui. Sa victoire de 2007, nette, loin de faciliter son apprentissage présidentiel, lui a fait perdre d’emblée tout sens des choses et il a cru connaître de toute éternité ce qu’en réalité il n’avait jamais su.

On ne passe pas impunément, en une seule fois, en un unique saut, de l’effervescence quotidienne et de la proximité souhaitable et rude du ministère de l’Intérieur à la distance et à la réserve que l’Elysée aurait dû imposer. Monter les marches du Palais en jogging, le visage suant, était la traduction vulgaire de ce contraste éclatant.

En effet,il est dur, après avoir tapé sur les épaules, de quitter ce ministère, la familiarité et la brutalité de l’univoque, le narcissisme inévitable sécrété par une omniprésence techniquement et politiquement justifiée, pour le royaume de l’équivoque, du ralenti, de la litote et de l’allusif. Une maîtrise ostensible, pragmatique et directe pour une domination subtile et raffinée. N’est pas Mitterrand qui veut après avoir été Sarkozy !

Nicolas Sarkozy avait trop payé de sa personne pour accepter de se faire rembourser plus tard par un silence et une classe de bon aloi.

Il n’a pas été Premier ministre. Il le sera peut-être demain, mais dans la cohabitation.

Pour lui, ce ne sera pas la même chose que d’être appuyé même du bout de l’esprit par un président complice et solidaire ou de devoir exercer son pouvoir sous la vigilance et la tutelle négatives d’un chef de l’Etat plus soucieux de compter ses outrances ou ses bévues que ses réussites.

Mais ceci sera une autre histoire.

Philippe Bilger

http://www.philippebilger.com/

000000000000000000000000000000000000000

Ma PhotoLa « gauche passéiste » est au sein du gouvernement…

Manuel Valls redevient très courageux. Il rejoint, enfin, le candidat de la Primaire socialiste qui n’avait pas sa langue dans sa poche et n’était soucieux que de faire valoir un point de vue, sans naïveté mais avec la volupté de se sentir à la fois minoritaire et en avance. En quelque sorte, le seul progressiste.

Comme le pouvoir est au fond du trou, le Premier ministre n’a plus la moindre précaution à prendre. Il cogne et bouscule de tous côtés. On le sent libéré. Quand il n’y a plus d’espoir dans le présent mais que l’avenir dans quelques années pourrait lui sourire, les prudences ne sont plus de mise et François Hollande, avec sa social-démocratie à l’efficacité quasi nulle, n’est pas loin d’être superfétatoire.

Manuel Valls jette des pierres dans plusieurs jardins : ceux des frondeurs, de l’extrême gauche, des écologistes, de Martine Aubry, des nostalgiques du marxisme, de ceux qui n’ont rien appris et tout oublié. Il n’est pas faux de souligner qu’à ce rythme il pourrait devenir le meilleur candidat centriste !

Selon lui, en effet, « il faut en finir avec la gauche passéiste, celle qui s’attache à un passé révolu et nostalgique, hantée par le surmoi marxiste… »

Il ajoute, suprême offense qui fait réagir les gardiens du temple de plus en plus branlant, en particulier Jean-Christophe Cambadélis qui dans sa fonction pourrait difficilement se taire, qu’on pourrait envisager de changer le nom du parti socialiste. Pourquoi pas ? C’est à la mode : FN, UMP et, demain, PS ? Cette réconfortante et stupide illusion qui fait croire qu’avec une autre étiquette, les flacons gagneraient en substance !

Tout cela est bel et bon mais je ne peux m’empêcher de reprocher à Manuel Valls d’avoir un discours pour l’extérieur et une pratique pour l’intérieur, un refus pour préparer et sauvegarder son futur mais une adhésion choquante dans son quotidien de Premier ministre.

Cette gauche « passéiste » qu’il dénonce, elle est sous ses yeux, au moins chaque mercredi, il l’entend, il a à la subir, il ne la conteste pas cependant, par son silence et son approbation implicite il la valide, il la consacre, il lui assure l’impunité. Il la flatte même.

Christiane Taubira, au sein de son gouvernement, bien au chaud, confortablement et durablement installée, est la représentante de cette gauche qu’il déteste. Il la tolère parce que François Hollande qui ne cesse de jouer sur l’ambiguïté entre une gauche pragmatique – si peu de gauche donc – et une gauche irénique et dogmatique – tellement de gauche donc – a qualifié Christiane Taubira de « marqueur de gauche ». Il serait inconcevable de priver les attardés du socialisme de la dernière branche qu’il leur reste.

Cette gauche, comme on n’ose plus la porter nulle part, elle est bien assez bonne pour le peuple français. Pour les choses sérieuses et quand il faut aller plaider à Bruxelles, on présente l’autre, on met en avant le réalisme et la lucidité.

Les citoyens, eux, n’ont droit qu’à Christiane Taubira. Elle n’a pas à leur plaire mais à un petit cercle qui ne tient plus qu’à un fil au pouvoir officiel.

Pour démontrer à quel point cette gauche du verbe et de l’exclusion – on a jeté le vrai peuple avec ses attentes, ses peurs et ses désespoirs au profit d’un autre fantasmé et commode – est désastreuse parce qu’elle est surtout inefficace, cette histoire martiniquaise est révélatrice : une prison, là-bas, était connue pour être dans un état indigne. Croyez-vous que l’Etat, le ministère, Christiane Taubira auraient bougé d’un pouce, d’une réaction ?

C’est un tribunal administratif qui, saisi par l’OIP ne se contentant pas d’éprouver une compassion unilatérale mais se battant pour que la matérialité de l’enfermement change, a ordonné des aménagements à opérer d’urgence pour que la décence et l’humanité trouvent droit de cité entre ces murs.

N’est-il pas scandaleux qu’une ministre vantée pour sa parole et qualifiée d’icône pour son inaction (elle ne se salit pas au contact du réel) puisse ainsi ne pas encourir les foudres d’un Premier ministre pourfendant la gauche « passéiste » ?

Manuel Valls en est à une contradiction près. Ce n’est pas sa faute.

source: http://www.philippebilger.com/

0000000000000000000000000000000000000000000

————————————

Kiev a accumulé 3,1 milliards de dollars en vue de payer pour le gaz

Kiev a accumulé 3,1 milliards de dollars en vue de payer pour le gaz

L’Ukraine dispose sur ses comptes de 3,1 milliards de dollars que Kiev pourrait utiliser pour rembourser la dette pour le gaz russe, a communiqué le premier ministre Arseni Iatseniouk.

Aujourd’hui, 10:56
—————————————————————————-
Mexique : six morts dans la tempête tropicale Trudy

Mexique : six morts dans la tempête tropicale Trudy

La tempête tropicale Trudy a fait au moins six morts lors de son passage cette fin de semaine dans la région de Guerrero, au sud du Mexique, sur la côte Pacifique.

Aujourd’hui, 09:45
—————————————————————————-
Ebola/Espagne : la première malade hors d'Afrique n'a plus le virus

Ebola/Espagne : la première malade hors d’Afrique n’a plus le virus

L’aide-soignante espagnole qui avait été la première personne contaminée par Ebola hors d’Afrique n’a plus de charge virale, selon le résultat d’un test pratiqué dimanche, a indiqué à l’AFP une source hospitalière.

Aujourd’hui, 09:25
—————————————————————————-
Irak: 15 morts dans un attentat suicide contre une mosquée chiite de Bagdad

Irak: 15 morts dans un attentat suicide contre une mosquée chiite de Bagdad

Un attentat a été perpétré dimanche par un kamikaze dans une mosquée chiite de l’ouest de Bagdad, faisant au moins 15 morts, selon des responsables des services médicaux et de la sécurité.

Aujourd’hui, 08:32
—————————————————————————-
Le régime « ciel ouvert » entre en vigueur à l'aéroport de Sotchi

Le régime « ciel ouvert » entre en vigueur à l’aéroport de Sotchi

Le régime « ciel ouvert » entre en vigueur à l’aéroport de Sotchi. Actuellement, toutes les compagnies aériennes étrangères peuvent effectuer leurs vols vers la station balnéaire russe sans restrictions.

Hier, 22:54
—————————————————————————-
Albanie/Serbie : une visite du Premier ministre albanais à Belgrade annulée à cause du scandale lors d'un match de football

Albanie/Serbie : une visite du Premier ministre albanais à Belgrade annulée à cause du scandale lors d’un match de football

Une visite du Premier ministre de l’Albanie, Edi Rama, en Serbie, prévue pour le 22 octobre a été annulée en raison d’un incident survenu lors d’un match de football entre les équipes des deux pays.

Hier, 22:34
—————————————————————————-
La milice de Lougansk fait état d’encerclement de 200 soldats ukrainiens

La milice de Lougansk fait état d’encerclement de 200 soldats ukrainiens

Les miliciens de la République populaire auto-proclamée de Lougansk (RPL) affirment qu’ils étaient capables d’encercler environ 200 soldats ukrainiens près de la localité de Bakhmoutka.

Hier, 22:14
—————————————————————————-

 

————————————————-

Ukraine: 30 mds USD, promis par l'Occident, pas suffisants (Kiev)

Ukraine: 30 mds USD, promis par l’Occident, pas suffisants (Kiev)

L’Ukraine a besoin de beaucoup plus d’argent que l’Occident ne l’a promis, et 30 milliards de dollars d’assistance occidentale ne suffiront évidemment pas à Kiev, a estimé samedi le chef de la diplomatie ukrainienne Pavel Klimkine.

Aujourd’hui, 19:30
 —————————————————————————
 —————————————————————————

Ukraine : la républiq Ukraine : la république de Donetsk resterait non reconnue (Zakhartchenko) ue de Donetsk resterait non reconnue (Zakhartchenko)

La république populaire autoproclamée de Donetsk (DNR) restera sans doute indépendante et non reconnue, a estimé samedi lors d’une rencontre avec les électeurs dans la ville de Novoazovsk le premier ministre de la DNR Alexandre Zakhartchenko.

Aujourd’hui, 18:49
 —————————————————————————
Tchétchénie : un organisateur d’une explosion à Grozny détruit

Tchétchénie : un organisateur d’une explosion à Grozny détruit

Un organisateur d’une explosion qui s’est produite dans la capitale tchétchène le 5 octobre a été détruit à Grozny. Cela a été rapporté par les forces de l’ordre locales.

 —————————————————————
Le tigre Kouzia peut rester en Chine pour l'hiver

Le tigre Kouzia peut rester en Chine pour l’hiver

Le tigre Kouzia (variante du nom Kouzma), mis en liberté par le président Vladimir Poutine dans un parc de réserves de la région de l’Amour, pourrait passer l’hiver en Chine, ont rapporté les médias chinois.

Aujourd’hui, 18:09
 —————————————————————————
La dernière parade des gardes a eu lieu au Kremlin cette année

La dernière parade des gardes a eu lieu au Kremlin cette année

Une vague de froid n’a pas empêché la tenue des célébrations au Kremlin à Moscou consacrés au 10e anniversaire des gardes à pied et des cavaliers du régiment présidentiel. La cérémonie s’est déroulée traditionnellement à midi.

Aujourd’hui, 17:40
  —————————————————————————
Un citoyen russe soupçonné de soutenir l'Etat islamique détenu en Allemagne

Un citoyen russe soupçonné de soutenir l’Etat islamique détenu en Allemagne

Le Parquet général d’Allemagne a arrêté un citoyen russe (28 ans) qui est soupçonné de soutenir les groupes terroristes Etat islamique et Ahrar al-Sham, rapporte RIA Novosti.

Aujourd’hui, 17:29
  —————————————————————————
Environ 200 000 Ukrainiens ont obtenu l'asile dans la Fédération de Russie

Environ 200 000 Ukrainiens ont obtenu l’asile dans la Fédération de Russie

Plus de 193 000 Ukrainiens ont déjà obtenu l’asile en Russie, plus de 222 000 réfugiés se sont adressés avec une demande de leur accorder un tel statut, a rapporté le Service fédéral des migrations de la Fédération de Russie (FMS).

Aujourd’hui, 17:11
  —————————————————————————
Les critiques envers les mesures visant à lutter contre le virus Ebola dénouées de fondement (ONU)

Les critiques envers les mesures visant à lutter contre le virus Ebola dénouées de fondement (ONU)

Le représentant spécial de l’ONU, David Navarro a déclaré que les tentatives visant à enrayer la propagation du virus Ebola étaient suffisantes et auraient l’effet prévu.

Aujourd’hui, 16:34
  —————————————————————————
Donetsk : 2 bâtiments résidentiels détruits par des obus d'artillerie

Donetsk : 2 bâtiments résidentiels détruits par des obus d’artillerie

A la suite des bombardements au cours d’une opération militaire, deux bâtiments résidentiels ont été détruits à Donetsk, selon l’administration de la ville ce samedi.

Aujourd’hui, 15:20
  —————————————————————————
Russie-Japon: Moscou étranger au gel des contacts politiques (Poutine)

Russie-Japon: Moscou étranger au gel des contacts politiques (Poutine)

Le gel des contacts politiques avec le Japon ne s’est pas produit à l’initiative de Moscou, et la balle est par conséquent dans le camp de Tokyo, a fait remarquer vendredi à Milan le président russe Vladimir Poutine.

Aujourd’hui, 14:58
 —————————————————————————
L'ONU a donné une haute estimation à l'aide prêtée aux réfugiés ukrainiens en Russie

L’ONU a donné une haute estimation à l’aide prêtée aux réfugiés ukrainiens en Russie

Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a donné une haute estimation aux mesures prises par les autorités pour aider les réfugiés en provenance d’Ukraine.

Aujourd’hui, 14:40
  —————————————————————————
La loi sur le statut spécial du Donbass est entrée en vigueur

La loi sur le statut spécial du Donbass est entrée en vigueur

La loi sur le statut spécial du Donbass a été publiée samedi dans le journal officiel du parlement Voix de l’Ukraine, et est entrée en vigueur.

 —————————————————————————

 

photo: http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/imagecache/carousel_home/photoministre_taubira.jpg

La facile victoire de deux provocateurs : Lavrilleux et Taubira

Je suis obligé de revenir vers Christiane Taubira. Je la remercie du fond de l’esprit parce qu’elle a superbement démontré à quel point le président de la République avait été à la fois injuste, naïf et pour tout dire ridicule en la préservant, elle seule, de l’exclusion. Et le Premier ministre abusé.

Alors qu’on pouvait penser qu’elle n’avait pas dû cacher à Manuel Valls ses sympathies intellectuelles et politiques pour Arnaud Montebourg, sa mouvance et les Frondeurs, par « le fait du Président » elle avait bénéficié d’une grâce et de son maintien. Pourtant, selon un proche du Premier ministre, lors de sa rencontre avec celui-ci, elle avait manifesté son soutien total à la ligne économique et sociale du gouvernement. Qui croire ? Serait-elle, cette intègre affichée, une adepte du double jeu ?

Connaissant la psychologie de notre garde des Sceaux, je ne doute pas une seconde qu’elle a été en même temps comblée et presque humiliée par cette mansuétude qui faisait passer l’audace du côté de ceux qui étaient chassés. Plus que jamais tentée aussi d’exploiter une équivoque qui d’un côté lui garantissait un soutien officiel et de l’autre une aura de dissidente à bon compte.

Il était évident qu’elle n’allait pas en rester là. Par une provocation facile puisqu’elle ne ferait pas bouger à son détriment les chefs de l’exécutif, elle les tournerait pourtant en dérision l’un et l’autre.

Au cours de la matinée du 30 août, elle a rendu visite aux Frondeurs qui l’ont accueillie avec bonheur, ne lui tenant pas rigueur du fait de n’avoir pas été sacrifiée. Feignant de s’étonner devant l’émoi de sa venue, elle a déclaré notamment qu' »on a laissé se perdre le moral et les Français ne plus croire en leur avenir(…)on doit avoir le courage de s’interroger sur les choix politiques ». Elle a ajouté qu’elle « assumait les conséquences de ses déclarations face aux frondeurs »… « Nous n’avons pas le choix, ce matin j’ai pris ma partie et j’en tirerai les conséquences » (son propos rapporté dans un tweet d’un député PS).

Jérôme Guedj, dont l’alacrité intellectuelle et la passion de la discussion m’ont à plusieurs reprises séduit, se photographie avec elle : « Heureux d’avoir accueilli Christiane Taubira à la rencontre de « Vive La Gauche » à UEPS. Bravo Madame ». Pour le député François Lamy : « ça va faire mal ! ».

On sent bien que le souci à La Rochelle n’est pas la justice ni la sécurité des Français mais des jeux, des rapports de force internes, une profusion d’encens ou du mépris à foison.

Ce qui est indécent tient à la manière dont cette ministre repêchée spécule sur un double registre pour satisfaire sa vocation à être célébrée par les uns et par les autres, légitimistes et opposants. Par cette démarche qui survient quelques jours après Valls 2, elle affecte gravement une autorité dont le Premier ministre avait été crédité – une autorité de quatre jours, selon Eric Ciotti – et offense le président de la République qui se voit bien mal récompensé pour son aveugle obstination à la faire durer comme ministre.

Le pire est qu’elle sait ne rien risquer. Le gouvernement ne va pas s’engager dans une crise qui, après trois ministres, lui en ferait chasser, trop tard, un quatrième qui aurait dû l’être en même temps qu’eux si la cohérence avait été respectée et la compétence privilégiée. Mais il est vrai qu’il ne s’agit pas d’un garde des Sceaux mais d’une icône qui circule modestement à vélo ! Manuel Valls nous affirme que « la cohésion du gouvernement est maintenue ». Le Premier ministre n’entend vraiment que ceux qu’il a programmé d’écarter.

Je n’aime pas ces ambiguïtés calculées qui laissent forcément indemne. Ces provocateurs trop habiles. Christiane Taubira joue sur du velours : gagnante partout.

Le rapprochement que j’opère avec Jérôme Lavrilleux n’est pas incongru. Dans tous les partis, à gauche comme à droite, il y a des personnalités qui s’estiment tellement qu’elles sont prêtes à tout pour se garder.

Jérôme Lavrilleux a osé : « Si on m’exclut de l’UMP, je parlerai ».

Comment comprendre autrement cette affirmation que comme une menace, un chantage à parti ouvert, un ultimatum sans fard ? Cela signifie à l’évidence que des secrets devraient être révélés, que la morale publique le justifierait, que des agissements et des turpitudes devraient être dénoncés, que l’honnêteté républicaine l’exigerait. Derrière cette intimidation, il y a la certitude d’un homme : il dispose de tout ce dont il aura besoin si jamais on en venait à ces extrémités regrettables pour le parti.

Si jamais une imprudente éthique incitait à le priver de l’UMP à cause de trop de scrupules et de conscience et contre un sage réalisme, quelle catastrophe tomberait non pas sur lui mais sur elle !

Provocateur facile, Jérôme Lavrilleux, car, comme il l’avait sans doute prévu avec cet avertissement même pas voilé, on a vite commencé à rentrer dans le rang à l’UMP, on s’est dit que Lavrilleux sera moins dangereux au sein de l’UMP qu’en dehors et « qu’il vaut mieux l’avoir avec nous que contre nous » (Le Parisien).

Son passage devant la commission des recours a déjà été reporté à sa demande et je suis persuadé, à moins que la justice se mêle efficacement de tous ceux qui ont trempé dans cette gravissime affaire de comptes truqués, que Jérôme Lavrilleux sera, dans un proche avenir, plus courtisé que dédaigné. Il va remonter dans l’estime à proportion des confidences explosives qu’il ne fera pas.

Il a des armes. Mieux vaut être Fouché, pour se sauver, que Louis XVI par exemple.

Reste que l’odeur démocratique de cet épisode et des coulisses qu’il laisse entrevoir n’est pas bonne et imposera le premier chantier du futur président de l’UMP. Celui de la propreté et de la tenue.

Avec l’obligation d’une parfaite exemplarité pour celui qui assumera cette mission, cet honneur.

Comme la provocation est facile et la menace commode quand l’une et l’autre ont victoire acquise !

SOURCE: http://www.philippebilger.com/

0000000000000000000000000000000000000

logo_isranews_dark_302x67

La Turquie va évacuer les Palestiniens blessés

Le gouvernement turc commencera à transférer les Palestiniens blessés de la bande de Gaza vers la Turquie pour y être soignés, a annoncé dimanche le Premier ministre et président élu turc M.Erdogan.
« A partir de cette nuit, espérons-le, nous commençons à transférer nos frères palestiniens blessés vers la Turquie », a déclaré M.Erdogan dans son premier discours après sa victoire à la présidentielle.
Le ministre des Affaires étrangères Ahmet Davutoglu avait déclaré à Reuters dans un interview mercredi dernier que la Turquie travaillait à obtenir l’accord d’Israël et de l’Egypte pour organiser un corridor humanitaire permettant d’évacuer plusieurs milliers de Palestiniens blessés.

Lire l’article complet sur zamanfrance.fr

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Irak : les États-Unis mettent en garde le Premier ministre

John Kerry a dit espérer que « M. Maliki ne causera pas de problèmes » alors que ce dernier a déclaré vouloir porter plainte contre le président.

Lire l’article complet sur Le Point

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

LIBAN

Le leader de l’Option libanaise appelle l’institution militaire à « prendre l’initiative de sauver le pays »

Le chef de l'Option libanaise, Ahmad el-Assaad: « Le commandement de l’armée est manipulé par le Hezbollah »

Le chef de l’Option libanaise, Ahmad el-Assaad, met en garde, avec encore plus de virulence depuis les combats de Ersal, contre « le fanatisme et le danger du Hezbollah ». Mais son discours s’accompagne aussi, inévitablement, d’un appel au commandement de l’armée, « seul capable aujourd’hui, si toutefois il le décide, de protéger le Liban ».
Rappelant d’abord que « le fanatisme entraîne le fanatisme », il souligne que l’émergence des jihadistes, « ces barbares non identifiables », est une « contre-réaction au fanatisme du Hezbollah et du régime iranien ». Il estime surtout que le flou et la violence que renvoient les hordes de takfiristes « ne signifient pas qu’ils sont plus dangereux que le Hezbollah, bien au contraire. Celui-ci sait planifier et sait comment exécuter ses plans ».
C’est ainsi que le parti chiite aurait « livré l’armée à la bataille de Ersal, comme une marionnette ». « Le parti chiite ne peut se permettre en effet d’être au premier rang des combats dans le grand village sunnite : ni il y a intérêt ni il dispose d’un effectif humain suffisant pour ouvrir un nouveau front, étant noyé jusqu’aux os en Syrie et tout récemment en Irak. »

Lire l’article complet sur lorientlejour.com

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Rose et Jean Bleynie honorés du titre de Juste

Dimanche 27 juillet, Jean et Rose Bleynie ont reçu à titre posthume la médaille des Justes, remise à ceux qui ont caché, pendant les années de l’occupation de la Seconde Guerre mondiale, les enfants juifs en danger. De nombreuses personnalités ont assisté à l’événement, parmi lesquelles Michel Lugassy-Harel, ministre aux Affaires administratives d’Israël, Jean-Marc Bassaget, sous-préfet de la Dordogne, Gérard Benguigui, délégué régional de Yad Vashem, Betty Wieder, présidente départementale de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), Claude Bérit-Débat, sénateur, Pascal Deguilhem, député, Roland Laurière, conseiller général, le lieutenant-colonel de gendarmerie Burnel et le commandant Join, Jean-Luc Massias, maire de la commune et ses collègues du canton ainsi que Jean-Paul Bedoin et Francis Pralong, de l’Association des anciens combattants de la résistance (Anacr).

Lire l’article complet sur sudouest.fr

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

SOURCE: http://isranews.com/

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000

 

Wael al-Halki

16:07 10/08/2014
MOSCOU, 10 août – RIA Novosti
Le président syrien Bachar el-Assad a reconduit Wael al-Halki comme premier ministre du pays et l’a chargé à former le nouveau gouvernement, rapporte dimanche l’agence d’information nationale SANA. Ex-ministre syrien de la Santé, Wael Al-Halki a été nommé au poste de premier ministre du pays en août 2012, après la défection de son prédécesseur Raid Hijab.

La Syrie est secouée depuis plus de trois ans par un conflit sanglant opposant les troupes gouvernementales aux insurgés armés. Selon les Nations unies, la confrontation armée a déjà coûté la vie à plus de 150.000 civils.

SOURCE: http://fr.ria.ru/world/20140810/202095036.html

0000000000000000000000000000000000000000