Articles Tagués ‘politique d’Israël’

 

photo_bilger_1« Il était absurde d’interdire la manifestation du 19 juillet à Paris. »

Alors qu’une manifestation pro-palestinienne prévue pour le 23 juillet n’a pas été interdite, il est tout de même permis de s’interroger sur ce qui, depuis le 19 juillet, continue à donner de ce pouvoir, cette fois dans un domaine infiniment sensible et avec une matière politiquement et démocratiquement inflammable, une image d’amateurisme et, on peut le dire, de maladresse frôlant l’incompétence.

Il était absurde d’interdire la manifestation du 19 juillet à Paris. Il ne s’agit pas d’une critique facile parce que rétrospective. En France, celles qui se sont déroulées le même jour n’ont donné lieu à aucun incident notable et force est de considérer que le diktat parisien, incompréhensible et évidemment incompris, n’a pas été pour rien dans les débordements et les violences, « la guérilla à Barbès et à Sarcelles », l’agrégation à une multitude soucieuse d’en découdre seulement politiquement, hostile aux réactions d’Israël, furieuse, voire haineuse mais cependant pacifique, de voyous et de casseurs séduits par cette délinquance toujours à portée de violence dans les marges.

Le préfet de police Bernard Boucault, qui s’était déjà tristement illustré lors de la soirée du Trocadéro avec le PSG, a continué ce mélange qui semble caractériser son action : un défaut d’intuition et une totale inadaptation. Il serait peut-être utile d’en tirer les conséquences. Même la gauche pourrait se choisir des serviteurs plus efficaces pour la défense de l’ordre public.

Dans cette interdiction du 19 juillet, comment ne pas percevoir aussi une fâcheuse tendance de ce gouvernement qui, plus assez solide, plus assez assuré pour permettre des événements sans craindre d’être dépassé par eux, privilégie leur suppression, croyant ainsi se débarrasser plus aisément du problème alors qu’au contraire il va l’amplifier ? Il y a, dans cette immense maladresse qui avait le tort également d’accréditer le soupçon d’un deux poids deux mesures, une sorte de syndrome Dieudonné puissance treize ! Il est clair que la faiblesse éprouve le besoin d’interdire quand la sûreté est persuadée de savoir maîtriser les aléas de ce que l’esprit de liberté a dû autoriser.

Le ministre Bernard Cazeneuve, jusque-là excellent, a d’ailleurs emprunté ce chemin pour justifier l’interdiction, puisqu’il a invoqué qu’il y aurait eu « des cris de haine » au cours de cette manifestation et que la République ne saurait les tolérer. Et donc qu’il convenait de prendre les devants avec fermeté. Préventivement.

Pour ne pas aussi, paraît-il, laisser le conflit s’exporter en France alors qu’il s’y trouve comme chez lui depuis longtemps et qu’on doit seulement veiller à lui fixer des limites, à l’encadrer.

Ces motivations sont étranges qui, derrière leur apparence morale, laissent croire que les protestations collectives liées à un conflit brûlant, aussi tragiquement insoluble et opposant de tels fanatismes, auraient pu échapper, dans leur paroxysme, à une intensité certes scandaleuse mais inévitable.

C’était, à bon compte, valider un refus de cette manifestation en mettant en cause le principe même au coeur des manifestations : elles ne sont pas des parties de plaisir, des havres de paix et laissent venir à la surface, parfois, le pire qu’un pouvoir de bonne foi n’exploiterait pas parce qu’il est tout simplement indissociable de la normalité, de la roideur globalement acquises des défilés militants.

Prétendre aussi se servir de la délinquance périphérique pour accabler ceux qui sur le plan central soutenaient la cause pro-palestinienne, comme s’ils étaient responsables, voire complices des agressions et des dévastations que les bandes perpètrent avec un sadisme jouant de la confusion, n’est pas honnête.

Comme l’a rappelé avec force Pascal Boniface, on a le droit de critiquer la politique d’Israël sans être antisémite et à force de répéter que l’hostilité à Israël et à ses ripostes est le déguisement de l’antisémitisme, on va favoriser une confusion entre l’inadmissible et le licite, entre l’odieux et le légitime. Ce n’est pas parce que de l’antisémitisme a surgi scandaleusement de ces groupes que le NPA et d’autres sont infectés par ces dérives et c’est leur faire un mauvais procès que de les associer à ce qui n’a rigoureusement aucun rapport avec leur propre démarche idéologique.

Il faut se battre plus que jamais pour que la contestation d’Israël, si elle est nécessaire, ne soit pas engloutie dans un opprobre historique et éthique qui rendrait par avance impossible toute contradiction même la plus légitime sur le plan politique et celui des droits de l’Homme.

J’avoue éprouver une sorte de pitié pour ce pouvoir qui, la main en permanence sur le coeur, ne cesse de ressasser sa détestation du racisme et de l’antisémitisme sans parvenir une seconde à en entraver le cours délétère. Parce que ces mots imprégnés d’éthique n’ont rigoureusement aucune incidence sur la réalité des pulsions, des violences et des affrontements.

S’enivrer de beaux et dignes propos comme « s’en prendre aux juifs, c’est s’en prendre à la France » émeut celui qui les prononce – le président de la République et le Premier ministre en abusent – mais n’a pas d’effet direct ni de portée opératoire sur un phénomène qui dépasse très largement le stade des injonctions, des intimidations et des célébrations verbales.

S’il fallait retenir une conclusion de ces péripéties, c’est que le président de la République qui n’a jamais, dans ses discours, que fustigé le racisme et l’antisémitisme mais jamais, avec cette vigueur et cette netteté, la délinquance et la criminalité ordinaires, n’a pas fait reculer d’un pouce les premiers, ses adversaires privilégiés, et quant aux secondes, force est de reconnaître que François Hollande, n’ayant jamais été préoccupé d’elles, ne les a pas gênées si peu que ce soit.

Il paraît que la justice a été indulgente et a octroyé des sursis.

C’est vraiment la France à plein Gaza.

SOURCE: http://www.philippebilger.com/blog/2014/07/la-france-%C3%A0-plein-gaza.html

0000000000000000000000000000000000000