Articles Tagués ‘Pentagone français’

  « Pentagone français »: deux hommes, dont un officier, mis en examen

Le marché avait été attribué au groupe Bouygues. « Bouygues constate que cette enquête ne la vise toujours pas, ni de près ni de loin », a déclaré à l’AFP Me Antonin Lévy, avocat du groupe.

e173d4fd6c80a0a0b28909954c5b8868852efadbPar AFP, publié le 13 Mai 2014 à 20:41

Deux hommes, dont un officier, ont été récemment mis en examen dans l’enquête pour corruption autour de l’attribution du chantier du futur ministère de la Défense, le « Pentagone français », a indiqué mardi une source judiciaire qui confirmait une information du Canard Enchaîné.

Ces deux quadragénaires ont été mis en examen il y a environ deux semaines, a indiqué cette source.

Le militaire, un capitaine en poste au ministère de la Défense, est soupçonné d’avoir fourni des documents à l’autre homme, un intermédiaire franco-tunisien, a-t-on poursuivi.

LIRE:http://www.directmatin.fr/france/2014-05-13/pentagone-francais-deux-hommes-dont-un-officier-mis-en-examen-677491

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L’attribution à Bouygues par le ministère de la Défense d’un contrat de 3,6 milliards dénoncée dans un rapport secret

Le Canard Enchaîné 15 mai 2013 – Hervé Liffran et Christophe Nobili – Extraits

Ce rapport « confidentiel-défense » dévoile les efforts de Gérard Longuet, alors ministre de la Défense de Sarkozy, pour bloquer l’enquête sur l’attribution du marché à l’ami Bouygues. Un contrat de 3,6 milliards…
gerard-longuet-nicolas-sarkozy
Un soupçon en béton
Pression sur des hauts fonctionnaires, enquête bidon, cachotteries à la justice… Gérard Longuet, l’ancien ministre de la Défense de Sarkozy, et son entourage auront tout essayé pour étouffer l’affaire du « Balardgone »* c’est ce que révèle un rapport estampillé « confidentiel-défense », dont disposent, depuis début avril, les juges d’instruction Guillaume Daïef et Serge Tournaire. Ces magistrats enquêtent sur les conditions d’attribution à l’entreprise Bouygues du fabuleux contrat de 3,6 milliards pour la construction et l’entretien du nouveau siège des armées dans le quartier parisien de Balard.
LIRE:http://resistanceinventerre.wordpress.com/2013/05/21/lattribution-a-bouygues-par-le-ministere-de-la-defense-dun-contrat-de-36-milliards-denoncee-dans-un-rapport-secret/
Lire aussi :
* Ministère de la Défense: l’attribution du marché fait l’objet d’une information judiciaire pour « corruption » (France Info 7/12/11)
Les frais de Gérard Longuet, actuel ministre de ma Défense, « pris en charge » par Ben Ali en 2006  (Les Inroks– 30/5/11)
Gérard Longuet dément s’être offert une maison avec des timbres rare (20 minutes 25/9/10)
Diplômé d’études supérieures (DES) en sciences politiques en 1968, Gérard Longuet, en 1964, prend part, en compagnie d’Alain Madelin, à la création du mouvement Occident, groupuscule d’extrême droite souvent impliqué dans des affrontements violents contre l’extrême gauche.
1488576_3_9758_gerard-longuet-aurait-ete-remunere-en-2009-par_1300003056En 1967, soupçonné en sa qualité de dirigeant du mouvement d’extrême droite Occident d’avoir été un des instigateurs d’une expédition violente contre des étudiants d’extrême gauche à l’université de Rouen (l’un de ces derniers étant laissé dans le coma après l’attaque), Gérard Longuet est inculpé et condamné le 12 juillet 1967 à 1 000 francs d’amende pour complicité de « violence et voies de fait avec armes et préméditation», en même temps que douze autres militants d’extrême droite, dont Alain Madelin, Alain Robert et Patrick Devedjian. Il est amnistié en juin 1968.
Après la dissolution, par le Conseil des ministres, d’Occident en octobre 1968, il rejoint le Groupe union défense (GUD), groupuscule d’extrême droite mené par Alain Robert, dont il écrit la charte, puis Ordre nouveau, destiné à rassembler les nationalistes. Il fera partie en 1971 avec Claude Goasguen de la direction de ce mouvement, dissous par décret du Conseil des ministres le 28 juin 1973  pour « atteinte à la sûreté de l’État ».
Il entre à l’École nationale d’administration (ENA) en 1971 et en sort en 1973 (promotion François Rabelais). Entre temps, en 1972, il rédige le premier programme économique du Front national, créé la même année. De ses engagements à l’extrême droite dans les années 1960-1970, il dit : « J’assume avoir été d’extrême droite. On s’est simplement trompé sur le modèle colonial, qui ne pouvait perdurer ». (Wikipédia)

0000000000000000000000000000000000000000000000000