Articles Tagués ‘paradis fiscaux’

01.10.2015 – Gibraltar Redacción Madrid

Cet article est aussi disponible en: Anglais, Espagnol, Italien

Gibraltar interdit l’entrée des EuroMarches 2015

Par un document officiel le gouvernement britannique a interdit l’entrée à Gibraltar aux marcheurs de la route du Sud-Ouest.

Par Rafael de la Rubia et Maribel Martínez, porte-paroles des EuroMarches2015

Les EuroMarches2015 ont commencé ce 1 octobre 2015 à Gibraltar, avec un flashmob en face de la barrière d’entrée à la ville pour dénoncer les paradis fiscaux au sein même de l’Union Européenne.

L’acte était prévu dans Gibraltar mais celui-ci a été interdit par les autorités britanniques.

Sous le slogan « Les Paradis fiscaux, une délinquance organisée » une cinquantaine d’activistes avec des tuniques noires et masques blancs ont exhibé pendant trente minutes des pancartes en espagnol, français et anglais : « argent noir = trafic de femmes », « argent noir = trafic d’armes », « argent noir = évasion fiscale », « argent noir = narcotrafic », « banquiers = trafiquants d’argent noir », etc… et ont demandé : « la reconstruction d’une nouvelle Europe solidaire et démocratique ! ».

Les diverses EuroMarches feront des actes similaires dans les autres paradis fiscaux en Europe.

À Gibraltar, la colonne Sud-ouest des EuroMarches a commencé un parcours qui passera par des villes d’Espagne, du Portugal, d’ Andorre, de France et du Luxembourg et qui finira à Bruxelles le 15 octobre, où  conflueront les autres marches provenant d’Italie, d’Allemagne, de Grèce et du Royaume-Uni.

Dans la capitale de l’Union Européenne, divers actes seront réalisés entre le 15 et le 17 octobre, et les EuroMarches se termineront par une grande manifestation.

http://www.pressenza.com/fr/2015/10/gibraltar-prohibe-la-entrada-a-las-euromarchas/

00000000000000000000000000

Peugeot, Total, BNP, HSBC… Ils comptent 4.858 filiales dans les paradis fiscaux

Aucun des 50 plus grands groupes européens ne fait exception, avec pléthore d’implantations offshore. Leur paradis fiscal préféré ? Les Pays-Bas.

Les paradis préférés des entreprises européennes. Source: Rapport du CCFD-Terre Solidaire "Aux paradis des impôts perdus" -  Réalisation graphique: Isabelle Cadet http://ccfd-terresolidaire.org/infos/partage-des-richesses/paradisfiscaux/aux-paradis-des-impots/ Les paradis préférés des entreprises européennes. Source: Rapport du CCFD-Terre Solidaire « Aux paradis des impôts perdus » – Réalisation graphique: Isabelle Cadet http://ccfd-terresolidaire.org/infos/partage-des-richesses/paradisfiscaux/aux-paradis-des-impots/

Ils en ont 117 chacun, en moyenne. Les cinquante plus grands groupes européens comptent pléthore de filiales dans les paradis fiscaux. Une présence massive, selon une enquête publiée mercredi 12 juin par l’ONG CCFD-Terre solidaire et la revue Projet.

Dans ce rapport intitulé « Aux paradis des impôts perdus », le Comité catholique contre la faim et pour le développement, en pointe dans la lutte contre l’évasion fiscale, a épluché les comptes et rapports d’activités de ces entreprises cotées en bourse, des banques HSBC, BNP Paribas et Deutsche Bank aux constructeurs automobiles Peugeot et Volkswagen en passant par Siemens, Vodafone ou encore Total et Enel.

Résultat: 4.858 filiales dans des paradis fiscaux, soit 29% de leurs filiales à l’étranger. Aucun de ces cinquante groupes n’est absent des ces territoires montrés du doigt.

« Rien qu’aux îles Caïmans, ils ont plus de filiales qu’au Brésil et deux fois plus qu’en Inde. Et au Luxembourg presqu’autant qu’en Chine », déplore l’organisation non gouvernementale.

Rendre illisible la localisation des profits

Si elle ne constitue pas en soi une preuve d’évasion fiscale, cette concentration massive de filiales offshore va de pair avec une opacité comptable rendant illisible la localisation des 208 milliards d’euros de profits de ces entreprises en 2012″, ajoute l’ONG. « Personne n’est dupe. »

Les « destinations de prédilection » sont, dans l’ordre, les Pays-Bas, l’Etat du Delaware (Etats-Unis), le Luxembourg, l’Irlande et les îles Caïmans, selon le rapport. Et cette présence n’a pas faibli depuis que la communauté internationale a déclaré, en 2009, la guerre aux paradis fiscaux.

Le CCFD-Terre solidaire et la revue Projet appellent les grandes puissances du G8, qui se réunissent lundi et mardi en Irlande du Nord, puis les pays riches et émergents du G20 à prendre des mesures pour combattre ce phénomène, notamment « la généralisation du reporting (compte-rendu d’activité, ndlr) pays par pays pour tous les secteurs d’activité ».

Publié le 12-06-2013

sources: http://tempsreel.nouvelobs.com/economie/20130612.OBS2912/peugeot-total-bnp-hsbc-ils-comptent-4-858-filiales-dans-des-paradis-fiscaux.html

http://lemondealenversblog.com/2014/12/08/peugeot-total-bnp-hsbc-ils-comptent-4-858-filiales-dans-les-paradis-fiscaux/

000000000000000000000000000000

Le Luxembourg est le paradis fiscal le plus prisé par les banques françaises.

Les banques françaises massivement présentes dans les paradis fiscaux

Le Monde.fr | 13.11.2014 à 08h03 • Mis à jour le 13.11.2014 à 10h57

Les grandes banques françaises sont massivement présentes dans les paradis fiscaux, selon une étude relayée par France Info. Diligentée par la plateforme « Paradis fiscaux et judiciaires », qui réunit plusieurs associations de lutte contre l’évasion fiscale, cette enquête révèle notamment qu’un tiers des filiales à l’étranger des cinq plus grands établissements français sont installées dans les paradis fiscaux.

D’après France Info, « BNP-Paribas détient 31 % de ses filiales étrangères dans des paradis fiscaux, et le Crédit mutuel 54 % ». 26 % du chiffre d’affaires international des grandes banques françaises serait ainsi réalisé dans les paradis fiscaux. Le Luxembourg est le pays le plus prisé avant la Belgique, les Pays-Bas, l’Irlande et la Suisse. Les établissements enregistrent dans ce pays près d’un quart du chiffre d’affaires qu’elles réalisent dans les paradis fiscaux.

Lire : Paradis fiscaux : les banques françaises toujours frileuses sur la transparence

DES SALARIÉS 13 FOIS PLUS PRODUCTIFS

Les auteurs de l’étude ont aussi calculé le chiffre d’affaires de ces filiales rapporté au nombre de salariés et ont trouvé des résultats étonnants : les salariés des filiales situées dans les paradis fiscaux sont « au minimum deux fois plus productifs que les salariés situés dans les autres territoires ». Parfois encore davantage : un salarié de la Banque populaire-Caisse d’épargne en Irlande serait par exemple 13 fois plus productif que ses collègues français.

Pour les auteurs, ces banques n’exercent pas, contrairement à ce qu’elles avancent, d’activité réelle dans ces pays mais s’en servent principalement comme adresse fiscale. « Ces chiffres, même partiels, confirment que le recours aux paradis fiscaux, loin d’être anecdotique, est au cœur du fonctionnement des banques ayant des stratégies internationales » indique dans un communiqué Grégoire Niaudet, du Secours catholique-Caritas France, co-auteur de l’étude.

Le loi bancaire oblige depuis cette année les banques, et plus largement l’ensemble des grands groupes français, à rendre publics leurs activités et leur niveau d’imposition dans les paradis fiscaux.

source: http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/11/13/les-banques-francaises-massivement-presentes-dans-les-paradis-fiscaux_4522674_3234.html

LIRE aussi: http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/visuel_interactif/2014/07/01/la-carte-de-la-presence-des-banques-francaises-dans-les-paradis-fiscaux_4448899_4355770.html

0000000000000000

La fin programmée du secret bancaire

Publié le 30-10-2014 à 08h16

Plus de quatre-vingt pays se sont engagés mercredi à Berlin à mettre en place un échange automatique d’informations financières d’ici 2017-2018, une mesure qui écorne le secret bancaire.

Plus de quatre-vingt pays se sont engagés à mettre en place un échange automatique d’informations financières MEHMET KAMAN/ANADOLU AGENCY Plus de quatre-vingt pays se sont engagés à mettre en place un échange automatique d’informations financières MEHMET KAMAN/ANADOLU AGENCY

Historique. A Berlin, la conférence internationale de l’OCDE, autour de Wolfgang Schäuble, le ministre allemand des Finances et de Michel Sapin, son homologue français, a officialisé la fin du secret bancaire. Environ 80 Etats se sont engagés à mettre en place un « échange automatique d’informations à des fins fiscales ». En clair, ils promettent de communiquer toutes les données (solde des comptes, intérêts, dividendes…) sur les comptes bancaires de non-résidents aux administrations des pays d’origine. « Il apparaît que le secret bancaire n’a plus sa place dans un monde globalisé, alors qu’il a longtemps pu être utilisé par des citoyens pour échapper à leur devoir fiscal », a claironné Wolfgang Schäuble, dans une interview accordée à quatre quotidiens européens.

Places financières

Les paradis fiscaux ont cédé. La Suisse s’est engagée à mettre en place ces échanges avant 2018.  Pour les Français, il sera bientôt impossible de camoufler des fonds dans un compte en Suisse, l’administration fiscale helvète s’engageant à en informer le fisc. Idem avec le Luxembourg, qui avait réussi jusqu’alors à bloquer ce projet pour préserver sa place financière –141 banques, 300 milliards d’euros d’épargne. Les pays de l’Union se sont engagés à créer cet échange dès 2017, sauf  l’Autriche qui a demandé un an de plus.

LIRE: http://www.challenges.fr/economie/20141030.CHA9661/la-fin-programmee-du-secret-bancaire.html

00000000000000000000000000000000000

bnp-paribas

Alors que les États-Unis font tout pour que le dollar soit la « monnaie mondiale » pour les transactions, contrairement au droit international, ils veulent faire appliquer leurs embargos par tous les pays. Peut-être considèrent-ils que les territoires où circule le dollar leur appartiennent ? Ils veulent que leur souveraineté monétaire s’étende à chaque parcelle et microparcelle de la planète. Autrement dit, les classes dirigeantes nord-américaines souhaitent que leurs règles deviennent les lois internationales au détriment de celles de l’ONU et ôter toute souveraineté monétaire à quelque pays ou groupe de pays que ce soit.