Articles Tagués ‘Mourad Hamyd’

Chérif Kouachi, 32 ans, recherché avec son frère Said, 34 ans, dans l’enquête sur l’attentat à Charlie Hebdo, est un jihadiste bien connu des services antiterroristes français, condamné une première fois en 2008 pour avoir participé à une filière d’envoi de combattants en Irak.

Né en novembre 1982 dans le Xe arrondissement de Paris, de nationalité française, surnommé Abou Issen, Chérif Kouachi a fait partie de ce qui a été appelé «la filière des Buttes-Chaumont», qui visait, sous l’autorité de «l’émir» Farid Benyettou, à envoyer des jihadistes rejoindre en Irak les rangs de la branche irakienne d’Al-Qaïda, dirigée à l’époque par Abou Moussab al Zarkaoui. Interpellé juste avant de s’envoler à destination de la Syrie, puis de l’Irak, il a été jugé en 2008 et condamné à trois ans de prison, dont 18 mois avec sursis.

Deux ans plus tard, son nom a été cité dans le projet de tentative de faire évader de prison l’islamiste Smaïn Aït Ali Belkacem, ancien membre du Groupe islamique armé algérien (GIA), condamné en 2002 à la réclusion criminelle à perpétuité pour avoir commis l’attentat à la station RER Musée d’Orsay en octobre 1995 à Paris (30 blessés).

Chérif Kouachi était notamment soupçonné d’être proche de Djamel Beghal, une autre figure de l’islam radical français, qui a purgé dix ans de prison pour la préparation d’attentats, avec lequel il était soupçonné d’avoir participé à des entraînements.

Après avoir été mis en examen dans cette affaire, il a toutefois bénéficié d’un non-lieu.

Crâne rasé et ovale, bouc clairsemé sur la photographie diffusée par la police, Chérif Kouachi est susceptible d’être «armé et dangereux», tout comme son frère Said, né en septembre 1980 également dans le Xe arrondissement parisien.

Ce dernier, lui aussi de nationalité française, apparaît sur l’appel à témoins les yeux marrons, de courts cheveux bruns et un collier de barbe peu fourni.

Les deux frères sont soupçonnés d’être les auteurs de la tuerie à Charlie Hebdo, qui a fait douze morts mercredi en fin de matinée. La carte d’identité d’un des deux hommes avait été retrouvée dans la voiture abandonnée porte de Pantin.

Dans un premier avis de recherche diffusé en début de soirée auprès des forces de l’ordre figurait le nom d’un troisième suspect, Mourad Hamyd, 18 ans. Ce dernier est le beau-frère de Chérif Kouachi. Il était soupçonné d’avoir aidé les tireurs. Un témoin avait fait état de la présence d’un troisième complice dans la voiture au moment de la fuite.

Il s’est rendu mercredi en fin de soirée à la police à Charleville-Mézières, dans les Ardennes, «après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux», a expliqué à l’AFP une source proche du dossier.

Des internautes se présentant comme ses camarades de classe avaient auparavant affirmé sur Twitter que Mourad Hamyd était en cours avec eux au lycée au moment de l’attaque, utilisant le mot-clé #MouradHamydInnocent.

AFP

source: http://www.liberation.fr/societe/2015/01/08/charlie-hebdo-le-suspect-cherif-kouachi-jihadiste-connu-de-l-antiterrorisme_1175960
000000000000000000000000000

Publié à 02h09, le 08 janvier 2015, Modifié à 04h31, le 08 janvier 2015

Charlie Hebdo : un suspect s'est rendu, deux frères recherchés

Par Julien Ricotta avec Agences
L’ESSENTIEL – Le plus jeune des trois hommes recherchés après l’attaque de Charlie Hebdo s’est rendu à la police.

L’INFO : UN DES SUSPECTS S’EST RENDU A LA POLICE
Le plus jeune des trois hommes recherchés dans l’enquête sur l’attaque de Charlie Hebdo s’est rendu mercredi soir au commissariat de Charleville-Mézières (Ardennes) et a été placé en garde à vue, a-t-on appris jeudi de sources proches du dossier. Mourad Hamyd, 18 ans, soupçonné d’avoir aidé les deux tireurs, s’est rendu « vers 23h00 après avoir vu que son nom circulait sur les réseaux sociaux », a expliqué une source proche du dossier.

Une porte-parole du Parquet de Paris a insisté sur le fait que le jeune homme né en 1996 « ne s’est pas rendu » mais s’est présenté de son plein gré aux autorités mercredi en fin de soirée. « Il a été interpellé et placé en garde à vue », a confirmé une autre source proche du dossier, affirmant aussi que « plusieurs gardes à vue » étaient en cours « dans l’entourage » des deux frères recherchés dans cette affaire, Chérif et Saïd Kouachi.
LA POLICE DIFFUSE UN APPEL A TÉMOINS :
Un appel à témoins avec les photos des deux frères recherchés dans l’enquête sur l’attentat contre Charlie Hebdo a été diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi par la police. Ces personnes, Chérif et Said Kouachi, 32 et 34 ans, sont « susceptibles d’être armées et dangereuses », prévient la préfecture de police de Paris, précisant qu’ils « font l’objet de mandats de recherche ».

Toute personne détenant des informations sur les suspects est invitée à joindre le numéro vert 0805 02 17 17.

Charlie Hebdo : un suspect s'est rendu, deux frères recherchés

>> LIRE AUSSI : Charlie Hebdo, la police lance un avis de recherche pour les deux frères

DES OPÉRATIONS DU RAID ET DU GIPN A REIMS ET A CHARLEVILLE-MEZIERES.
Des opérations ont été menées par le Raid et le GIPN dans la nuit de mercredi à jeudi à Reims et à Charleville-Mézières, dans le cadre de l’enquête sur l’attentat contre Charlie Hebdo. Une vingtaine de policiers du Raid lourdement armés ont pénétré peu après minuit dans un immeuble du quartier Croix-Rouge de Reims, et en sont ressortis une dizaine de minutes plus tard.

A Charleville-Mézières, une vingtaine de voitures banalisées transportant des hommes en cagoule, certains avec l’écusson du GIPN sur leur blouson, ont pénétré dans le parking du commissariat central entre 0h15 et 1h15. L’opération dans la préfecture des Ardennes, non confirmée de source policière, semblait terminée, les hommes étant en train de ranger leur matériel. Ces opérations ont été menées pour tenter de trouver des indices des trois suspects.

• LE BILAN PROVISOIRE : l’attaque contre l’hebdomadaire satirique a fait douze morts mercredi, le plus grave attentat en France depuis plus d’un demi-siècle.Les dessinateurs historiques de Charlie Hebdo, Charb, Cabu, Wolinski, Tignous et Honoré figurent parmi les victimes. Bernard Maris, économiste médiatique et chroniqueur sur France Inter, a également été tué ainsi que le Clermontois Michel Renaud, la psychiatre Elsa Cayat et le correcteur de l’hebdomadaire Mustapha Ourrad. Un agent de maintenance, Frédéric Boisseau, a aussi été exécuté. Onze autres personnes sont blessées, dont quatre grièvement et « dans une situation d’urgence absolue », selon Bernard Cazeneuve.

>> LIRE AUSSI – Charlie Hebdo, l’effroyable attentat

• UNE JOURNÉE DE DEUIL NATIONAL JEUDI : François Hollande a décrété mercredi soir une journée de deuil national, jeudi, dans toute la France. « Il y aura à 12 heures un moment de recueillement dans tous les services publics, et j’invite toute la population à s’y associer », a-t-il déclaré dans une allocution télévisée. Le président de la République a également annoncé que les drapeaux seraient mis en berne pendant trois jours.

>> LIRE AUSSI – Journée de deuil national, que va-t-il se passer ?

source: http://www.europe1.fr/faits-divers/charlie-hebdo-operations-de-police-a-reims-et-charleville-mezieres-2337809

00000000000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :