Articles Tagués ‘mise en examen’

https://i2.wp.com/www.lesechos.fr/medias/2015/04/01/1107439_affaire-des-penalites-de-lump-sarkozy-place-sous-le-statut-de-temoin-assiste-web-tete-0204271143520.jpg

L’ex-chef de l’Etat a été interrogé ce mercredi par les juges dans l’affaire des pénalités réglées par l’UMP après la présidentielle. Il échappe à ce stade à une mise en examen.Après son succès aux départementales , Nicolas Sarkozy est de nouveau embarrassé par les enquêtes sur sa dernière campagne présidentielle. L’ex-chef de l’Etat a été interrogé ce mercredi matin par les juges du pôle financier de Paris sur ses pénalités réglées par l’UMP. A l’issue de cet interrogatoire de première comparution, il a été placé sous le statut de témoin assisté. Il échappe donc à ce stade à une mise en examen. Ce statut est intermédiaire entre celui de témoin simple et de mis en examen.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/0204271143412-sarkozy-devant-les-juges-du-pole-financier-1107439.php?5liHqyJL0rDDLqGJ.99

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000
Christophe Rocancourt le 21 mai 2008 à Cannes
Christophe Rocancourt le 21 mai 2008 à Cannes
R.L.

Déjà impliqué dans le dossier ayant abouti à la mise en examen et à la suspension de Bernard Petit, l’ex-patron de la police judiciaire de Paris, Christophe Rocancourt a été mis en examen vendredi dans le cadre de l’affaire du vol de 52 kg de cocaïne au 36 Quai des Orfèvres en juillet dernier.

LIRE:http://lci.tf1.fr/france/faits-divers/rocancourt-entendu-dans-l-affaire-de-vol-de-drogue-au-36-8559970.html

Déjà impliqué dans le dossier qui a provoqué l’interpellation du patron de la PJ de Paris, apparaît aussi dans celui du vol à la brigade des stups.

Dix personnes mises en cause

En effet, l’homme est convoqué ce matin dans le bureau des juges d’instruction en vue de sa mise en examen dans ce dossier, rapporte le quotidien, notamment pour blanchiment de trafic de stupéfiants et complicité de recel de détournement ou de soustraction de biens par personne dépositaire de l’autorité publique.

Si la mise en examen de l’ancien gamin de l’Assistance publique était prononcée, il s’agirait de la dixième personne, dont sept policiers, mise en cause. Dont Jonathan Guyot, le principal suspect.

50.000 euros dans un sac

En effet, Rocancourt et Guyot auraient noué derrière les murs de Fleury-Mérogis un pacte pour récupérer l’argent de la drogue qui se trouvait au fond du lac de Créteil.

La scène surréaliste a lieu en janvier dernier, note RTL: Le frère de Jonathan et un ami de Rocancourt plongent dans l’eau du lac à deux degrés. Impossible de retrouver l’argent, mais la pêche est meilleure dans un buisson voisin, où la fine équipe met la main sur un sac poubelle rempli de liasses pour 50.000 euros. La police des polices est convaincue que c’est une partie de la revente des 52 kilos de cocaïne.

«Rocambolesque»

Christophe Rocancourt «conteste cette histoire rocambolesque», a assuré son avocat, Me Jérome Boursican, sollicité par l’AFP. Christophe Rocancourt devait sortir de détention dimanche, a-t-il précisé, mais il ne reste pas moins trempé dans le plus récent scandale qui a provoqué la suspension de Bernard Petit.

Christophe Rocancourt est en effet soupçonné d’avoir tenté, contre paiement, de faire régulariser des sans-papiers. Il a été mis en examen début octobre, notamment pour «escroquerie» et «trafic d’influence». Sa compagne, l’un de ses avocats Me Marcel Ceccaldi, un notaire, l’ex-secrétaire d’État socialiste Kofi Yamgnane, sont aussi poursuivis, de même que Christian Prouteau, l’ex patron et fondateur du GIGN .

http://www.20minutes.fr/societe/1534891-20150206-vol-cocaine-36-christophe-rocancourt-mouille-affaire

0000000000000000000000000000000000

Bernard Petit, soupçonné d’avoir violé le secret d’une enquête, a été mis en examen et immédiatement suspendu dans la nuit, un séisme pour le « 36 Quai des Orfèvres ».

Le patron de la police judiciaire parisienne, Bernard Petit, soupçonné d’avoir violé le secret d’une enquête, a été mis en examen et immédiatement suspendu dans la nuit, un séisme pour le « 36 Quai des Orfèvres ». La mise en examen de ce grand flic, très influent, nommé par Manuel Valls en décembre 2013, est une première pour cette institution déjà ébranlée par plusieurs scandales. Il est soupçonné d’avoir renseigné, via des intermédiaires, l’ex patron et fondateur du GIGN Christian Prouteau, avant sa garde à vue en octobre dans un dossier judiciaire.

Les juges instructeurs ont notifié à Bernard Petit, 59 ans, une mise en examen pour « violation du secret de l’instruction et révélation d’informations sur une instruction dans le but d’entraver le déroulement des investigations ou la manifestation de la vérité ».

Dans le cadre de son contrôle judiciaire, les magistrats ont interdit à Bernard Petit d’exercer toute fonction dans un service de PJ. Mais sans surprise, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve l’a « immédiatement suspendu » de ses fonctions. Il devrait être remplacé par Christian Sainte, patron de la PJ marseillaise.

L’Anas dans le viseur des enquêteurs

Le chef de cabinet de Bernard Petit, Richard Atlan, a été mis en examen de chefs identiques, et soumis au même contrôle judiciaire. Soupçonné d’avoir été un intermédiaire, un fonctionnaire en poste à l’Association nationale d’action sociale (Anas) des personnels de la place Beauvau, Philippe Lemaître, a été mis en examen notamment pour complicité de trafic d’influence, ainsi que recel de violation du secret de l’instruction.

Son patron, le président de l’Anas, Jo Masanet, devait lui passer sa deuxième nuit en garde à vue avant un probable défèrement aujourd’hui. Les enquêteurs s’intéressent aussi à la gestion de l’Anas, selon une source proche du dossier.
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/0204139751777-le-patron-de-la-pj-parisienne-mis-en-examen-et-remercie-1090843.php?Ak8wIExXFwD4RxvT.99

0000000000000000000000000000000

Le Monde.fr | 08.12.2014 à 00h18 • Mis à jour le 08.12.2014 à 11h46

Vous avez décroché de l’actualité pendant le week-end ? Petite séance de rattrapage avec les informations à retenir des deux derniers jours.

  • Les détails de la mise en examen de l’ancienne comptable des Bettencourt 
Claire Thibout en octobre 2010 à Paris.

Le Monde a eu accès au procès-verbal de l’interrogatoire de l’ancienne comptable des Bettencourt, Claire Thibout. Celle-ci a été mise en examen pour « faux témoignage et attestation mensongère », le 27 novembre, par le juge parisien Roger Le Loire. Le magistrat est saisi, depuis l’été 2012, de plaintes émanant de l’artiste François-Marie Banier et de l’ancien gestionnaire de fortune des Bettencourt, Patrice de Maistre, deux des principaux prévenus du procès pour abus de faiblesse qui devrait avoir lieu au tribunal correctionnel de Bordeaux à partir du 26 janvier 2015.

Mme Thibout se voit reprocher des faits pourtant déjà connus des juges qui ont instruit, de fin 2010 à fin 2013, les différents volets de l’affaire. Sauf que les trois magistrats en avaient tiré des conclusions radicalement inverses. Ils estiment que les principales malversations dont l’ex-comptable a été le témoin, notamment le financement politique illicite, ont été confortées par des éléments matériels réunis au cours de trois ans d’enquête.

L’huile de palme peut être durable !

L’huile de palme peut être durable ! La production d’huile de palme est régulièrement accusée de déforestation.

Lire en édition abonnés : Affaire Bettencourt : les raisons de la mise en examen de Claire Thibout pour « faux témoignage »

  • Manuel Valls veut rester à Matignon jusqu’en 2017
Manuel Valls sur le plateau de France 2 le 7 décembre.

Interrogé sur France 2, dimanche soir, le premier ministre s’est inscrit dans la durée, et a réaffirmé sa « loyauté » envers François Hollande. Défendant l’action de son gouvernement, en particulier en matière économique, Manuel Valls a exclu – à titre personnel – le passage à la proportionnelle intégrale pour les élections législatives, « une sacrée responsabilité que je ne souhaite pas que nous prenions ». Il a d’autre part analysé le retour de Nicolas Sarkozy comme une soif « de revanche ».

Lire : Manuel Valls se voit premier ministre « jusqu’à la fin du quinquennat »

  • A Roybon, le « nouveau Sivens » divise
Dans la "zone à défendre" de Roybon, le 4 décembre.

Partisans et opposants au projet Center Parcs de Roybon, dans l’Isère, se sont mobilisés tout au long du week-end. Après une marche aux flambeaux de quelque 500 tenants de la « zone à défendre » (ZAD) samedi soir, les partisans du village de vacances ont contre-attaqué ce dimanche, mobilisant entre 1 400 et 2 000 manifestants contre les « djihadistes verts ».

Lire : A Roybon, la guerre d’usure entre les partisans et les opposants au projet de Center Parcs

  • La mort d’un des étudiants disparus confirmée au Mexique
L'ADN d'un des 43 étudiants disparus fin septembre au Mexique a été identifié parmi des restes retrouvés dans l'Etat du Guerrero.

Le procureur général du Mexique, Jesus Murillo Karam, a confirmé dimanche 7 décembre, lors d’une conférence de presse, que l’ADN d’un des 43 étudiants disparus depuis fin septembre dans le sud du pays a été identifié parmi les échantillons osseux envoyés en novembre à un laboratoire de médecine légale de l’université d’Innsbruck, en Autriche. Les restes avaient été découverts dans la zone du Guerrero où selon les enquêteurs des membres du cartel local des Guerreros Unidos auraient tué et incinéré les jeunes gens dans une décharge, avant de rassembler leurs restes dans huit sacs et de les jeter dans une rivière. Il s’agit de la première confirmation de la mort d’un de ces étudiants dont la disparition a provoqué une ire populaire sans précédent dans le pays.

Lire : Les restes d’un des 43 étudiants disparus au Mexique identifiés

  • Florent Manaudou repousse ses limites
Florent Manaudou à Doha le 6 décembre.

« Petit frère veut devenir grand. » Comme dans la chanson du groupe marseillais IAM, le frère de Laure Manaudou a chaussé les bottes de sept lieues. Lors des championnats du monde en petit bassin, à Doha (Qatar), Florent Manaudou a marché sur l’eau et a réussi ses Mondiaux, avec deux médailles d’or et deux records du monde en individuel : sur 50 m dos samedi (22 s 22) et 50 m libre vendredi (20 s 26). Le champion a également été titré à Doha avec le relais 4 × 100 m libre et a pris l’argent sur 4 × 50 m 4 nages.

Lire : Mondiaux de natation : le relais français prend le bronze sur 4 x 100 m 4 nages

En sport également, Clermont a créé l’exploit, devenant le premier club français à s’imposer sur le terrain des Irlandais du Munster en Coupe d’Europe de rugby, tandis qu’en football l’Olympique de Marseille a conservé la tête du championnat de France après sa victoire dimanche soir contre le FC Metz (3-1).

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2014/12/08/les-5-infos-a-retenir-du-week-end_4536236_4355770.html#qo9GPd84VYGV6YKd.99

000000000000000000000000000000