Articles Tagués ‘Michel Santi’

MURAILLEGlobalisation is dead: long live deglobalisation!

Michel-Santi

Michel Santi

While Brexit has (fortunately) not been the cataclysm that analysts had so predicted, it is nonetheless the most spectacular manifestation of the end of the reign of globalisation. A revolt against the elites has indeed been brewing – across Western countries – since the crises of the years 2007 and 2008, which was faint to begin with, but has gradually become more and more visible. Whereas the teams in power in democratic countries had been winning elections most often, when they decided to represent themselves, they have now been losing elections almost routinely since 2008.

read more: http://www.michelsanti.fr/?p=6777&lang=en

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

 

https://i0.wp.com/www.michelsanti.fr/wp-content/uploads/2015/08/rial.pngLa déroute des tarifs pétroliers dépasse en amplitude celle de la crise financière globale de 2008 et de la crise asiatique de 1998. En gravité aussi. En cette fin d’été 2015, l’OPEP n’est plus que l’ombre d’elle même: c’est simple, elle est de facto dissoute et ce cartel ferait mieux de fermer ses bureaux viennois afin de réaliser quelques économies… De même est-il aisé de constater que la tactique saoudienne consistant à inonder le marché du pétrole s’est retournée contre elle. D’ores et déjà en déclin et très fragile du fait de recettes ne provenant d’exportations que d’un seul et unique produit (le pétrole), l’Arabie chavire pour avoir mené une guerre avec des armes appartenant au passé!

Les marchés pétroliers ont en effet fondamentalement changé depuis l’époque où les investissements n’étaient rentables qu’après une décennie. Les saoudiens étaient certes les maîtres incontestés dès lors qu’il s’agissait de consacrer des sommes très substantielles pour exploiter des puits qui ne produiraient que de longues années plus tard. Voilà pourquoi ils usèrent de ces grosses ficelles lors qu’ils décidèrent, en novembre 2014, de faire baisser les prix afin d’étouffer les producteurs américains de pétrole de schiste qu’ils pensaient rayer de la carte. Quant au manque à gagner du fait de la chute des tarifs pétroliers, il serait récupéré par eux lors de la remontée des prix, inéluctable à mesure de la disparition des producteurs US. Pourtant, cette posture consistant à faire baisser des prix afin de nuire à ses compétiteurs avant de les remonter pour mieux profiter de son monopole est désormais caduque. Aussi, le pari fou de l’Arabie Saoudite d’augmenter sa propre production à 10.6 millions de barils/jours à l’hiver dernier au climax de la baisse des prix était-il perdu d’avance car il dévoile une méconnaissance profonde du « fracking » qui n’est pas une méthode d’extraction classique des ressources, qui n’exige pas d’investissement conséquent et qui ne requiert donc pas de prix élevés du pétrole pour être rentable.

LIRE sur http://www.michelsanti.fr/echec-et-mat-pour-larabie-seoudite/

°°°

michel santi chroniqueur économiqueMichel Santi – http://www.michelsanti.fr/

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000

la-mort-est-une-dette

par Michel Santi 

Ce fut une erreur lourde de conséquences que d’exiger de la République de Weimar le remboursement de ses dettes, au moment où l’Allemagne était précipitée dans un premier temps dans l’hyperinflation puis dans la dépression, vers la fin des années 1920 et le début des années 1930. Les dirigeants allemands de l’époque plaidèrent leur cause désespérée auprès des américains, qui leur consentirent certes un moratoire dans le règlement de leur dette. Trop tardivement car le chômage allemand massif, l’effondrement du système bancaire en 1931 et la fermeture des banques (comme en Grèce) aboutirent logiquement à Janvier 1933.

Ce fut également une erreur lourde de conséquences que d’exiger le paiement intégral de la dette russe en 1992, alors que Yeltsin devait tant bien que mal gérer les décombres d’une économie soviétique en ruine. Instabilité politique, fragilisation économique extrême, corruption et, en finalité, perte de confiance en cette démocratie russe naissante furent en effet les effets collatéraux prévisibles de l’intransigeance occidentale. La déroute de Weimar, l’instabilité politico-économique russe des années 1990 et même actuelle, tout comme la flambée nationaliste allemande des années 1930 et russe de ces vingt dernières années sont la résultante d’un principe absurde selon lequel la dette doit être intégralement remboursée.

Lire l’article: http://www.michelsanti.fr/la-mort-par-la-dette/

00000000000000000000000000000000000000000