Articles Tagués ‘l’OTAN’

Le char US M1A1 Abrams (Archives)

Actuellement, l’Estonie compte une unité de quatre chars américains M1A2 Abrams avec leurs équipages ainsi que deux unités de troupes américaines parachutées (150 militaires) déployées à titre temporaire.

civilwarineurope

imageL’Otan devrait accroître sa présence militaire en Estonie, a estimé dimanche le président estonien Toomas Hendrik Ilves dans une interview accordée au quotidien britannique The Telegraph. « Une compagnie de fantassins américains composée de 150 militaires est la seule unité de l’Otan déployée en plus à titre temporaire en Estonie, pour nous, il faudrait déployer dans l’avenir un gros contingent militaire, c’est la seule solution », a indiqué le chef de l’Etat estonien.

Lors d’un sommet au pays de Galles, l’Otan a approuvé un plan visant à renforcer sa présence en Europe de l’Est. Il s’agit de créer une force de 5.000 militaires, dite « fer de lance » capable de se déployer en quelques jours, en particulier à la périphérie du territoire de l’Alliance. Toutefois, le président estonien a estimé que ce n’était pas suffisant.

« Et en combien de temps ils (militaires otaniens, ndlr) seront ici? En espace d’une semaine, de cinq jours?…

Voir l’article original 82 mots de plus

Toutes les actualités

Dossier: Règlement du conflit du Haut Karabakh

L'OTAN dans le rôle de bouche-trou

20:00 08/08/2014
Par Ilia Kharlamov, La Voix de la Russie – RIA Novosti
Il paraît que par leurs déclarations les stratèges occidentaux testent la réaction de la Russie.

Le Haut-Karabakh est de nouveau en effervescence. Les armes parlent et le sang coule. Les morts se comptent par dizaines : des volontaires et des militaires de carrière. Des sceptiques prédisent une nouvelle guerre d’envergure entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Le conflit s’est en effet éternisé : il a plusieurs décennies, voire des siècles. L’espoir de trouver un compromis qui a failli s’esquisser s’éteint. L’ONU, l’UE, Moscou et d’autres acteurs politiques se sont déclarés préoccupés par une brusque montée de violence après une longue accalmie. Tous ils ont appelé à résoudre le problème à la table des négociations sur la base des solutions mutuellement acceptables. Ces appels ne sont pas neufs. Ils ont été déjà faits par le passé. Cela ne signifie pas cependant que cette voie est erronée. Au contraire, elle est l’unique juste.

L’OTAN elle aussi s’est jointe au choeur. Le Haut-Karabakh est, semble-t-il, très loin des pays de l’alliance. Néanmoins son représentant dans le Caucase du Sud William Lahue a déclaré :  » La montée de tension est une menace non seulement pour l’Arménie et l’Azerbaïdjan, mais aussi pour la sécurité de la région prise dans son ensemble. Les parties doivent prendre les mesures en vue d’écarter la tension « .

De telles déclarations effraient. La préoccupation pour le sort de la région et le destin des ses habitants promet des malheurs. Le paternalisme de l’OTAN envers tout le monde, même en dehors de sa zone de responsabilité, a souvent pour effet que les gens commencent à mourir comme des mouches. Notamment sous les tapis de bombes. Il paraît que l’alliance ne s’ingérera pas dans le conflit du Haut-Karabakh bien qu’elle ait déclaré qu’elle soutenait l’intégrité de l’Azerbaïdjan et que la décision sur la participation au conflit devait être prise par ses 27 Etats membres.

Soit dit au passage, l’Azerbaïdjan est un partenaire de l’OTAN. Une chose est cependant intéressante : personne dans l’OTAN n’a rien dit à propos de l’intégrité de l’Arménie qui est un allié stratégique de la Russie, bien que les relations entre Moscou et Bakou soient aussi bonnes. Il paraît que par leurs déclarations les stratèges occidentaux testent la réaction de la Russie. Mais étant donné l’hystérie anti-russe durable, ample et devenue pathologique la Russie en a assez de ces tests. Qu’ils s’occupent de la menace nord-coréenne : c’est plus habituel pour tout le monde.

La Voix de la Russie

Sur le même sujet

SOURCE: http://fr.ria.ru/discussion/20140808/202080944.html

00000000000000000000000000000000000000000000000

 

Les Etats-Unis et l’OTAN pris à leur propre piège en Ukraine

Les Etats-Unis et l’OTAN pris à leur propre piège en Ukraine

Hier, avant de partir pour Vienne, le président russe  a adressé une lettre au Conseil de la Fédération pour leur demander d’abroger la loi adoptée le 1er Mars l’autorisant à utiliser les forces armées de la  sur le territoire de l’Ukraine. Le sujet sera examiné aujourd’hui par les trois comités du Conseil de la Fédération : , Affaires étrangères et Droit constitutionnel. Selon les déclarations des présidents de comités à ITAR-TASS, l’abrogation ne devrait poser aucun problème.

En clair,  annonce haut et fort qu’il n’est pas question pour la Russie de s’engager militairement en Ukraine, en dépit de tous les efforts déployés par les Etats-Unis pour l’y pousser. Et en plus, il l’officialise. Le « désengagement » officiel de la Russie est un joli pied de nez à toutes les forces provocatrices qui se retrouvent tout d’un coup orphelines. La guerre civile en Ukraine ne leur sert plus à rien, mais elle est désormais installée, et il leur faudra la gérer, ou plus exactement, s’en dépêtrer.

Telle qu’elle est actuellement, l’armée ukrainienne toute seule ne pourra jamais en venir à bout, mais sera obligée de continuer, ne serait-ce que parce que le FMI ne lâchera les 18 milliards promis et dont l’ ukrainienne a cruellement besoin que quand le Donbass sera reconquis. Que peuvent faire les Etats-Unis, l’OTAN et l’ ? Pas grand-chose, pas même éteindre l’incendie qu’ils ont allumé sans l’aide de la Russie. Ils sont bel et bien piégés, comme l’URSS le fut en Afghanistan.

Jusqu’ici, la Russie s’est contentée d’observer, condamnant et pointant du doigt toutes les provocations et les actes  qui, de jour en jour, décrédibilisent leurs commanditaires et font apparaître leur motivation à la population européenne et mondiale, réduisant à néant tous les effets de la propagande médiatique qui avait été mise en place.

Aujourd’hui, même si les provocations s’avèrent désormais inutiles, tout retour en arrière semble néanmoins impossible, à moins d’un bouleversement dans lequel la Russie jouera un rôle majeur, donc forcément aux dépens de l’OTAN. Mais quelle que sera l’attitude des Etats-Unis/OTAN/UE, l’avenir des génocidaires de Kiev s’annonce sombre.

http://philippehua.com/2014/06/25/les-etats-unis-et-lotan-pris-a-leur-propre-piege-en-ukraine/

00000000000000000000000000000000000000000000000000


%d blogueurs aiment cette page :