Articles Tagués ‘le droit’

D’un côté, il y a eu la presse et le ministre de l’Intérieur qui cherchaient à atténuer la responsabilité du djihadiste Ayoub El Qazzani (ou Khazzani, ou Kahzzani) , neutralisé par un Français, trois américains dont deux militaires, un anglais et un agent de la SNCF, (en civil car hors service, qui a aidé l’anglais et l’étudiant américain à maîtriser le « présumé » criminel).

Pour le ministre de l’Intérieur, il ne fallait pas faire d’amalgame, rien ne prouvait qu’Ayoub El Qazzani soit marocain, ou musulman extrémiste, ni surtout qu’il ait vécu en France comme le disaient les Espagnols, « rien ne le prouve » affirmait le ministre.

Photo Cazeneuve twit

Pour la presse de gauche, c’était le cas banal et compréhensible d’un immigré révolté par la misère : n’avait-il pas vécu pendant 7 ans à El Saladillo, un quartier pauvre de la banlieue d’Algésiras ?
Ses multiples condamnations pour trafic de drogue ? un péché véniel, d’ailleurs pourquoi ne légalise-t-on pas la drogue ?
On a aussi le droit dans une démocratie de fréquenter la mosquée de son choix, fut-elle sunnite-salafiste , non ?
Pourquoi ne le croyait-on pas quand il affirmait qu’il avait seulement voulu rançonner les voyageurs ? c’était du racisme et du délit de faciès !

Son père, retrouvé par des journalistes à Algésiras déclare maintenant que « c’est un garçon gentil et calme, un pauvre garçon paumé » (TF1) et l’imam de ladite mosquée confirme qu’il est « très doux, rien ne laissait prévoir qu’il allait se radicaliser comme ça« . Pas un, évidemment, n’évoque la taqiya, (« dissimulation » dans la charia) puisqu’ils la pratiquent eux-mêmes.

imagesC’est terrible, encore une chance perdue pour la France !

Et puis les faits sont apparus, la plupart confirmés par le terroriste lui-même. Il s’appelle bien Ayoub El Qazzani ; il est bien marocain ; quatre pays l’ont signalé et fiché comme dangereux et les autorités françaises étaient parfaitement au courant ; il est sunnite salafiste et membre d’un réseau djihadiste.

Quand on veut juste menacer des gens pour leur voler de l’argent comme il l’a prétendu, on ne monte pas dans le train avec une kalachnikov AK47, un revolver automatique, 9 chargeurs contenant environ 500 cartouches et un cutter pour égorger si nécessaire.

Mais le meilleur, c’est qu’il a bien vécu en France, fiché « S » (dangereux pour la Sécurité de l’État) par les services de renseignement, et pourtant personne ne savait où il vivait ! À Saint-Denis (93), il aurait même travaillé pendant trois mois !

Bravo, le ministre de l’Intérieur !
Redoutable efficacité de ses services, on se sent protégés par l’État…

D’ailleurs après avoir beaucoup cogité, nos valeureux fonctionnaires ont accouché de l’arme absolue contre le terrorisme : un numéro de téléphone vert !
Les victimes d’un fou d’Allah pourront prévenir qu’il est devant eux avec sa kalachnikov ou sa ceinture d’explosifs, ou bien encore entrain d’affuter son couteau à égorger, et quelqu’un leur répondra aussitôt : « le ministère de l’Intérieur vous remercie de votre appel, vous allez être mis en relation avec un conseiller sécurité, le délai d’attente est estimé à 7 minutes« , ou bien « en raison de l’encombrement du réseau, veuillez rappeler ultérieurement« .

Guillaume Pepy, le directeur de la SNCF, a une meilleure idée. Comme il y a 15 000 trains par jour et plus de 2 000 000 de voyageurs, il est impossible de fouiller tout le monde et les bagages comme dans les aéroports, les agents de sécurité procèderont donc par sondages.
Voilà qui est rassurant ! Oh ! On peut rigoler, non ?

Photo liste

Bon. Concrètement, connaissant le profil des Ayoub, Coulibaly, Merah, Ghlam, Sahli, Kouachi et consorts (voir ci-dessus), on peut penser qu’il serait inutile de fouiller les vieilles dames à cheveux blancs, les mères de famille avec leur bébé et fouiller uniquement les bruns, les barbus et les porteurs-euses de burka, mais c’est, en France, absolument impossible : toute la gauche se mettrait à hurler à la mort et au délit de faciès.

Pourtant le socialiste Alain Vidalies a déclaré sur Europe 1 « Je préfère qu’on discrimine plutôt que de rester spectateurs« , Va-t-il être exclu du PS ?
D’autres idées ?

Faire des fiches S autre chose qu’un outil statistique, mais un outil réel d’action et rallonger leur durée de vie serait une bonne idée. Les fiches des frères Kouachi, signalés par les Américains comme « très dangereux » et interdits de vol sur les avions américains, avaient été supprimées au bout de deux ans « puisqu’ils n’avaient pas bougé » et commis seulement quelques délits comme trafics non déclarés d’objets divers.
En France, sous Taubira, on n’arrête pas les gens pour ces vétilles.

Autoriser les policiers et militaires à porter une arme quand ils circulent, même en civil et en permission ou hors service serait pertinent. Ils sont en principe toujours en bonne forme physique et il y en a toujours un ou deux dans un train, voire plus. Ils pourraient agir immédiatement et professionnellement comme l’ont fait les Américains dans le Thalys. On ne va tout de même pas se laisser éternellement donner des leçons de courage par les Américains. Mais le règlement l’interdit et sur C dans l’air un auditeur s’inquiétait déjà « ne risque-t-on pas de voir se multiplier les bavures ?« .
Il est vrai que sous Taubira, arrêter un criminel avant qu’il ait tué quelqu’un est une bavure.

Ou bien encore cette suggestion d’un intervenant de C dans l’air : surtout ne pas autoriser les Français à être armés pour leur défense, mais leur dire qu’en cas d’attaque il faut tout de suite prévenir les secours.
Voyez ?
Comme Jeanne Bécu, comtesse du Barry et maîtresse de Louis XV sur l’échafaud « Encore un moment, Monsieur le bourreau« … j’ai un coup de fil à passer.

Donc en gros, on ne fera rien d’efficace pour la sécurité dans les trains. De toute façon, ça ne servirait à rien, dit encore un intervenant de C dans l’air, car après avoir porté les assauts dans la rue (Merah), dans un journal (les Kouachi), dans une supérette (Coulibaly), dans « une ou deux églises » (Ghlam), dans une synagogue (rue Danjon, Paris 12 décembre 2014, tireur pas retrouvé), dans une usine (Salhi), dans un train (Qazzani) et d’innombrables commissariats, ils attaqueront autre chose, comme Charia Belgium l’a déjà annoncé en énumérant : « un hôpital, une crèche, un musée, une bibliothèque, un cinéma… ».

En soi cette énumération vise à terroriser et elle est intéressante. Car les « muslims » qui la font se gardent bien de mettre dans la liste « l’Assemblée nationale, un ministère, une préfecture, une mairie, la présidence de la République… », et ce pour deux raisons : l’une morale, on ne frappe pas les alliés objectifs qui aident puissamment à développer l’islam en France, l’autre de prudence : en les frappant directement on pourrait susciter une réaction sécuritaire du pouvoir qui toucherait les frères musulmans sunnites.

Pièce jointe

Seuls le peuple des Français mécréants et leurs défenseurs, police et armée, sont visés, pour les convaincre que si la terreur vient des musulmans, seule leur conversion à l’islam pourra les sauver.

Mais le peuple français n’a pas envie d’être complice et montre de plus en plus souvent dans les élections qu’il rejette la trahison de ses élites au pouvoir.

C’est en grande partie avec cette stratégie de la corruption des élites pour mieux asservir les peuples que les musulmans (en ces temps-là on n’avait pas peur de faire l’amalgame entre les colons modérés et ceux qui arrivaient le sabre à la main) ont conquis une grande partie de l’Espagne au VIIIème siècle (Al Andalus 711-1492, Peirre Guichad). En massacrant le petit peuple, mais en nouant des alliances politiques, militaires et parfois matrimoniales avec une partie de la noblesse locale, traître à la chrétienté et à son pays, trop heureuse de s’en tirer en payant la djyîzia, l’impôt islamique que doivent les mécréants, du moment qu’elle gardait le plus gros de ses privilèges. Exactement ce que sont prêts à faire nos élus, comme dans le roman de Houellebecq Soumission, déjà prêts à se vendre à l’islam en échange de la conservation de leurs privilèges.

Que devient le peuple français dans tout ça ?

« Quoi, ces populistes, des électeurs qui votent LR et FN, des conservateurs qui veulent préserver leur culture et leur civilisation, qui refusent de voir la beauté de l’islam à qui nous devons tout ? Des sans-dents ! on n’en a rien à f…! »

L’Imprécateur

Ban last

000000000000000000000000000000000000000000000

je suis charlie sur écoute

Mes chères contrariennes, mes chers contrariens !

Je vous dis régulièrement que nous faisons face à un mouvement mondial de réduction des libertés individuelles, que nous assistons à un recul sans précédent de la démocratie.

Vous le voyez en France où, sous couvert de lutte légitime contre le terrorisme, on cherche en réalité à encadrer et à terroriser le citoyen un peu pétochard qui « n’a rien à se reprocher ou si peu » plus qu’à nous protéger des méchants vilains. Pourquoi peut-on affirmer cela ? Pour une raison très simple. Si les paiements en espèces sont prohibés au-delà de 1 000 euros pour un résident fiscal français, ils restent autorisés jusqu’à 10 000 euros par transaction pour un non-résident fiscal. On se fiche donc ostensiblement aussi bien du financement des filières terroristes que de notre protection. Non, ce qui compte c’est bien évidemment la répression financière, la répression fiscale. Le fait que personne ne puisse échapper à l’État.

Ne soyons pas naïfs, c’est évidemment pour notre bien. Aucune politique de réduction des libertés ne saurait être acceptée par les populations si c’était pour réduire leur liberté. Alors on vous explique que c’est pour votre bien, que c’est pour lutter contre les vilains terroristes ou encore contre les très vilains fraudeurs fiscaux sans doute comme Thévenoud – dont plus personne ne parle mais qui siège toujours sur les bancs bien socialos et bien-pensants de notre gôche moralisatrice pour les autres et nettement moins pour elle-même.

***
Une justification idéologique évidente : construire l’Europe, augmenter la productivité, globaliser l’économie

Vous devez comprendre, mes chers amis, que lorsque l’on veut construire une Europe des multinationales qui n’a rien à voir avec l’Europe de la paix et de l’amour universel entre les peuples, la démocratie comme l’a si bien dit le ministre allemand de l’Économie c’est assez pénible.

Lorsque l’on veut avancer dans une mondialisation qui n’arrange que les multinationales et les méga-riches et dont personne ne veut, les libertés individuelles ce n’est pas très pratique.

Lorsque l’on veut vous réduire vos « acquis sociaux », vos 35 heures, vos machins formation, ou encore votre sécu ou augmenter le prix des soins, vous laisser protester c’est assez difficile à supporter.

Lorsque l’on veut vous rendre compétitif face à un petit Chinois des champs ou même des villes payé au mieux 500 euros par mois pour les plus chers mais généralement 90 dollars et 10 bols de riz pour la grande masse, enrégimenté et qui n’a pas le droit de grève mais le droit de crève, ce qui n’est pas du tout pareil, les syndicats européens, le droit du travail ou le code du même travail sera toujours trop épais pour un capitaliste exploiteur ne voulant au mieux que vous donner ce que Marx appelait déjà un salaire de « subsistance ».

***

L’excellence du modèle chinois

Alors face à tout cela, face à cette compétition mondiale, c’est la Chine qui a prouvé l’excellence de son modèle. D’ailleurs, la conclusion intellectuelle c’est qu’il n’y a aucune façon de lutter contre l’efficacité du modèle chinois dans une économie mondiale globale et ouverte sans adopter les mêmes techniques ou sans changer les règles, c’est-à-dire sans fermer l’économie.

Le modèle chinois c’est une dictature politique, avec un parti unique qui n’a rien d’une démocratie, avec la peine de mort pour les vilains y compris ceux qui sont juste pas d’accord avec les mamamouchis de là-bas. C’est l’absence presque totale de droit social ou de droit de grève ou même de droit tout court puisque l’une des plus jeunes professions en Chine c’est… avocat !

Bon, le temps de travail on s’en fiche, le salaire minimum aussi, les normes de sécurité… itou, bref, un paradis pour capitaliste la dictature communiste et c’est ainsi que la boucle fut bouclée et que de l’affrontement entre le capitalisme et le communisme sortit vainqueur non pas le capitalisme, comme tout le monde le pense depuis la chute de l’URSS et l’effondrement du mur de Berlin, mais un nouveau système à l’efficience redoutable, l’hybride mis au point par la Chine que j’appelle le « Co-capitalisme ». Tous les attributs de la dictature communiste mis à la disposition du capital pour produire au meilleur coût et avec la plus grande des efficacités. La seule liberté laissée au peuple étant la liberté de consommer, qui était d’ailleurs absente du monde communiste et qui fut l’une des principales causes de l’échec du système communiste.

Les peuples se fichent pas mal de leur propre liberté. Il leur faut simplement, depuis l’antiquité, du pain et des jeux. La version moderne c’est la télé-réalité et la consommation. L’hyper-consommation. Celle qui abrutit et lobotomise les masses laborieuses.

Alors pour nous adapter à ce nouveau monde, nous devons non pas refuser ce nouveau monde, protéger nos valeurs ou encore nos libertés, nous n’avons pas le droit de penser ou d’imaginer d’autres chemins (sans être taxés de tous les termes euthanasiant la pensée).

Non il n’y a « pas d’alternative », vous dira Macron. « Il faut bien accepter de réduire vos libertés », a ainsi déclaré il y a quelques jours Nicolas Sarkozy dans une confession d’une rare honnêteté et laissant apparaître au grand jour le grand mobile des « réformes » en cours qui, loin d’être uniquement économiques, concernent également chaque jour vos libertés futures et celles que vous laisserez à vos enfants.

Comme je vous le disais, ce mouvement est mondial, il est aussi européen.

***
Tollé au Portugal face au retour de la censure

Ainsi cet article d’Euronews, qui est loin d’être un organe de presse fasciste, explique que c’est la « bronca des médias au Portugal face au spectre du retour de la censure ».

Un nouveau texte de loi est en discussion pour que les médias soumettent leur plan de couverture du scrutin à la commission électorale et à l’entité de régulation des médias portugais.

Il est également demandé aux journalistes de s’abstenir « de tout commentaire ou jugement de valeur »… ce qui revient à dire qu’en période électorale, le droit à la liberté d’expression – qui est l’un des attributs d’un régime dit démocratique – serait suspendu le temps de la campagne puisqu’il ne pourrait plus y avoir aussi bien commentaires que jugements de valeur…

Vous imaginez à quel point les peuples honnissent désormais leurs dirigeants pour que ces derniers passent ce type de lois, ou encore à quel point ils veulent vous faire avaler de futures couleuvres pour vous empêcher ainsi tout droit de protestation ?

Inutile de vous dire qu’avec une telle loi, il serait impossible d’écrire ce simple billet, oui ce simple article que vous êtes en train de lire. Il est rempli de commentaires et de jugements de valeurs que vous avez d’ailleurs parfaitement le droit de rejeter, de combattre ou d’approuver. D’ailleurs, cela porte le nom d’ »édito ».
Uniquement le droit de dire oui, uniquement le droit de dépenser, uniquement le droit d’acheter des actions…

Je ne sais pas combien de temps durera le crépuscule de ce monde. Ce que je sais c’est qu’il est condamné comme l’était l’URSS car ces systèmes sont devenus fous.

Si vous regardez avec objectivité, la politique des banques centrales n’amène qu’à une obligation d’acheter des actions… puisque cela ne baisse jamais.

Cela est une obligation à utiliser votre épargne et donc à consommer puisque les taux d’intérêt sont à zéro et seront bientôt négatifs, ce qui est la négation de la définition d’une monnaie qui doit être capable de conserver de la valeur dans le temps.

Politiquement, vous n’aurez prochainement que le droit de dire oui. Pour le reste, si vous dites non, vous serez au choix un terroriste, un fasciste, un anarchiste, un criminel, un délinquant ou un individu relevant de la psychiatrie. C’est génial la psychiatrie. Un simple préfet peut vous enfermer sans procès directement en institution sans recours, sans tambour ni trompette. D’ailleurs, l’ex-URSS affectionnait particulièrement ses psychiatres.

Il est déjà trop tard, préparez-vous.

Charles SANNAT

À propos de l’auteurCharles Sannat est diplômé de l’Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran – Pôle Technologies de l’Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d’affaires. Il est actuellement le directeur des études économiques d’AuCOFFRE.com et rédacteur du Contrarien Matin, ‘Décryptage quotidien, sans concession, humoristique et sarcastique de l’actualité économique’.

source: http://www.lecontrarien.com/la-democratie-en-europe-une-vaste-plaisanterie-27-04-2015

000000000000000000000000000000000000000000

Menacé de ne plus pouvoir jouer la Liga en cas d’indépendance de la Catalogne, le Barça s’est prononcé en faveur du « droit à décider » pour les Catalans.

Le FC Barcelone a officiellement pris position en faveur du « droit à décider » de l’avenir de la Catalogne en rejoignant une plate-forme d’entités qui militent pour l’organisation d’un référendum dans cette région espagnole. A cet égard, plus de 1.500 entités et associations catalanes sont rassemblées dans cette plate-forme qui vise à « prendre part au processus d’exercice du droit à décider et à l’organisation d’un vote sur le futur politique de la Catalogne », selon son fondateur.

« Le FC Barcelone a adhéré au Pacte national pour le droit à décider », a annoncé le Barça, club qui revendique sa « catalanité » et a souvent servi de dérivatif aux revendications nationalistes, en particulier pendant la dictature de Francisco Franco.

Déjà en 2013, le président du club de l’époque, Sandro Rosell, s’était déjà prononcé à ce sujet : Nous serons toujours aux côtés de notre pays et de la volonté de son peuple. Nous défendons le droit à décider parce qu’il fait partie des droits fondamentaux dont doivent disposer les personnes et les peuples. »
En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/monde/europe/0203849478211-catalogne-le-barca-veut-laisser-aux-catalans-le-droit-de-decider-1052315.php?EvplX3mUfG8gYC7B.99

00000000000000000000000000000000000

 

Il ne faut pas abuser.

Il y en a qui se permettent tout avec moi.

Il y en a même qui se prennent pour moi.

Un certain Thomas Guénolé n’a rien trouvé de mieux, dans le Figaro Vox, que de juger mon gouvernement comme s’il était moi. Il l’a évalué, a donné des notes aux ministres et comme il s’est beaucoup trompé, je ne peux pas laisser croire que si peu que ce soit, je serais prêt à valider cette intempestive usurpation.

Je suis bien allé sur RMC où Jean-Jacques Bourdin a été pugnace mais ne m’a pas trop taillé de croupières. Je peux donc me permettre un droit de réponse, juste pour faire connaître ma pensée profonde, mon opinion véritable sur ce gouvernement qui est le mien, seulement le mien : sur ce plan, DSK a raison. Comme je regrette de n’avoir pas eu l’opportunité de le battre à la primaire socialiste. On me fatiguerait moins aujourd’hui avec cette lassante et humiliante nostalgie : « Ah si DSK était président »! Alors que la France et le monde seraient devenus avec lui une immense partouze !

J’aurais mis 17 sur 20 à Christiane Taubira. Ce Guénolé est tombé sur la tête. Elle me fatigue, je la crains. Mais elle est utile : elle est ce qui reste quand le socialisme a été oublié. Du vent, du verbe, de la compassion mal placée. Du vide.

Valls, 16 sur 20. Il m’énerve. Je ne décolle pas et il ne descend pas assez. Je m’ennuie moins avec lui qu’avec le dévoué Ayrault. Valls est trop énergique, parle trop fort pour que je l’oublie ou le néglige. Il y a du Sarkozy en lui alors que je me flatte d’avoir du Mitterrand en moi.

Le Drian, 16 sur 20. Cette manie des ex aequo! Comme si la vie était comme ça ! Un ami, un roc, un solide, mon bras armé. Je lui en veux tout de même un peu pour m’avoir rendu ridicule avec son insistance sur la Bretagne. Je n’aime pas céder.

Najat Vallaud-Belkacem. Encore 16. C’est une manie ! Je lui ai confié un fourre-tout. Son sourire doucereux, sa voix suave me tapent sur les nerfs. On dirait que la France est une nursery dont je serais l’infirmier.

Stéphane Le Foll, 14 sur 20. Heureusement qu’il est là ! Fidèle mais pas seulement. Quand je l’écoute parler avec sincérité, comme porte-parole, de mon action et de celle de ses collègues, je finis presque par me laisser persuader. Ainsi elles seraient bonnes ?

Arnaud Montebourg, 13 sur 20. Il est talentueux et exaspérant. Son matelas de la primaire socialiste lui fait une couche républicaine royale. Le cadeau que j’ai dû lui faire pour Alstom ! Il ne cesse pas d’exprimer le besoin que j’ai de lui. Son orgueil vaut le mien.

George Pau-Langevin, 13 sur 20. L’Outre-Mer, une manière élégante et française de l’avoir éloignée. Je suis content de moi. Et donc d’elle.

Sylvia Pinel, 12 sur 20. Comme j’attendais le pire, je ne suis pas déçu. Elle est plus douée pour l’entreprise des autres que pour l’auto-entreprise !

Marisol Touraine, 11 sur 20. J’éprouve une angoisse à chaque fois que je l’entends parler d’une réforme. Elle disserte, on a l’impression que tout est ficelé et à chaque fois ça coince. Cette histoire du tiers payant généralisé va nous créer des ennuis. Ce serait bien, un gouvernement vraiment réduit !

Laurent Fabius, 9 sur 20. Note stupide. C’est au moins un professionnel. Il a parfois raison d’être satisfait de lui-même. Mais je n’oublie rien de sa condescendance méprisante d’hier. J’ai une mémoire d’éléphant.

Benoît Hamon, 9 sur 20. Il vaut bien plus. Déjà comment ne pas apprécier son sens de la solidarité qui l’a conduit à remiser ses envies de fronde ! Il est devenu banalement socialiste. Très bien, son refus de la note sanction : notre identité n’est-elle pas de détruire le meilleur pour que le pire ne puisse plus être comparé ?

Bernard Cazeneuve, 9 sur 20. Je peux compter sur lui. Ni Sarkozy ni Valls, lui-même. Il parvient à agir sans se donner en spectacle. On a l’impression qu’il songe à son ministère avant de penser à lui. Une rareté. Je vais le garder au chaud.

François Rebsamen, 7 sur 20. Evaluation indécente. Il en a avalé des couleuvres. Jamais une protestation sauf pour le cumul des mandats. Le pire, je le fais nommer à un poste dur où il n’est pas spécialement compétent en le privant de l’Intérieur où il aurait été parfait. C’est doux d’avoir des fidèles comme lui. Le pouvoir c’est d’avoir le droit de faire subir sans donner le droit de réagir.

Aurélie Filippetti, 7 sur 20. J’aurais mis moins. On le saura qu’elle a eu un père communiste. Je lui concède que Jack Lang a tué le métier mais tout de même, elle n’est pas brillante. Si je la supporte, c’est qu’au fond, malgré les apparences à la Julie Gayet, je me fiche de la culture comme de la justice !

Ségolène Royal, 5 sur 20. Cette évaluation est le comble du grotesque. La mère de mes enfants. Une battante, une insubmersible. Je n’aurais jamais dû écouter Valérie. Je suis heureux de l’avoir près de moi, politiquement parlant bien sûr. Parfois un frisson de regret, de nostalgie. Un bout de tendresse dans un monde qui l’interdit. Il ne faut pas que je devienne sentimental.

Michel Sapin, 2 sur 20. Et pourquoi pas un zéro pointé ! Je sais que jamais il ne me manquera. Il a fait évidemment une ou deux promesses inconsidérées. Quand la réalité déçoit, il faut bien l’enjoliver par des engagements, des rêves qui ne font plaisir qu’à celui qui les profère. Les amis, c’est nécessaire. L’amitié est un sadisme consenti.

Marylise Lebranchu, 2 sur 20. Si elle existe, comme ministre elle a eu du mal à le démontrer (JDD). Mais je lui aurais cependant épargné le bonnet d’âne, la compétition aurait été rude pour cet honneur pervers !

Et moi qui préside, je me donne combien ? Comme je suis terriblement, obstinément secret, je garderai ma note pour moi.

Philippe Bilger

http://www.philippebilger.com/blog/2014/06/le-droit-de-r%C3%A9ponse-de-fran%C3%A7ois-hollande.html

00000000000000000000000000000000000000000000000