Articles Tagués ‘la Maison Blanche’

La torture après le 11 Septembre était-elle justifiée ?

Dick Cheney en 2004.Les hommes au pouvoir sous la présidence de George W. Bush, notamment le vice-président Dick Cheney, et d’anciens chefs de la CIA disent assumer et ont multiplié les interventions ces derniers jours pour défendre leurs décisions.

Dick Cheney — Wikipédia

°°°°

Le Point – Publié le 09/12/2014 à 18:24 – Modifié le 09/12/2014 à 18:37

Un rapport accuse la CIA d’avoir menti à la Maison-Blanche et au Sénat et révèle des pratiques d’interrogatoire qui ont outrepassé la loi.

Un rapport du Sénat américain accuse la CIA de "tortures".
Un rapport du Sénat américain accuse la CIA de « tortures ». © BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

L’usage de techniques d’interrogatoire « renforcées » par la CIA dans les années 2000, et dénoncées par Barack Obama comme de la torture, n’a pas permis de déjouer des menaces imminentes d’attentats, conclut un extraordinaire rapport du Sénat immédiatement contesté par l’agence d’espionnage. Dans 20 conclusions implacables pour la CIA, le rapport de 525 pages expurgé et publié par la commission du Renseignement du Sénat, contrôlée par les démocrates, accuse l’agence d’avoir soumis 39 détenus à des techniques brutales pendant plusieurs années, dont certaines n’étaient pas autorisées par l’exécutif américain et que le Sénat décrit en détail.

lire: http://www.lepoint.fr/monde/etats-unis-le-rapport-accablant-sur-les-tortures-de-la-cia-09-12-2014-1888297_24.php

—————————-

Guantanamo et les prisons secrètes

Les détenus dits de grande valeur ont été interrogés par la CIA dans des lieux secrets, des « sites noirs », avant d’être transférés dans la prison militaire de Guantanamo, sur l’île de Cuba, en 2006.

Un rapport parlementaire européen de 2007 accuse nommément la Pologne et la Roumanie d’avoir abrité, entre 2003 et 2005, des centres de détention secrets, respectivement à Kiejkuty, dans le nord-est de la Pologne, et à Bucarest.

Un site en Lituanie, visité par des parlementaires européens, est également soupçonné à Antaviliai, à 20 kilomètres de Vilnius.

La Thaïlande, ainsi que l’Afghanistan où l’armée américaine était en guerre, auraient aussi abrité des sites.

Les pays ne devraient pas être nommés dans le rapport sénatorial.

lire: http://www.ouest-france.fr/tortures-la-cia-ce-que-le-grand-public-savait-deja-3038692

0000000000000000000000000000

Les autorités américaines ont pris des mesures de précaution pour assurer la sécurité de leurs installations à travers le monde avant la publication attendue mardi d’un rapport du Congrès dénonçant les méthodes d’interrogatoire pratiquées par la CIA.Ce rapport recense les activités conduites par l’agence fédérale dans le cadre d’un programme lancé par l’administration de George W. Bush après les attaques du 11 septembre 2001 contre le World Trade Centre à New York et le Pentagone à Washington.Le porte-parole de la Maison blanche, Josh Earnest, a reconnu que la publication de ce rapport présentait un risque pour la sécurité des ressortissants américains et des infrastructures des Etats-Unis.Les agences américaines du renseignement ont diffusé un bulletin secret mettant en garde contre de possibles réactions violentes à l’étranger.Les agences de renseignement ont « une obligation de mettre en garde contre l’éventualité accrue d’une réaction violente suscitée par la publication (du rapport) », a déclaré à Reuters un haut responsable.
(Jeff Mason, Roberta Hampton et Mark Hosenball; Pierre Sérisier pour le service français) ;))
0000000000000000000000000000
9 décembre 2014 | Jérôme Cartillier – Agence France-Presse à Washington | États-Unis
Les conclusions du rapport sont « choquantes », selon Dianne Feinstein, présidente de la commission du Renseignement du Sénat. 
Photo: Saul Loeb Agence France-Presse
Les conclusions du rapport sont « choquantes », selon Dianne Feinstein, présidente de la commission du Renseignement du Sénat. 

Attendu depuis des mois, le rapport parlementaire sur les méthodes de torture utilisées par la CIA après les attentats du 11-septembre 2001 sera rendu public mardi, entraînant un renforcement des mesures de sécurité autour des installations diplomatiques américaines à travers le monde.

La Maison-Blanche, qui a annoncé lundi la publication imminente de ce document par le Sénat, a jugé que la démarche était utile « pour permettre aux gens aux États-Unis et à travers le monde de comprendre exactement ce qui s’est passé ».

Le rapport de la commission est le fruit de plus de trois ans d’une enquête méticuleuse (2009-2012) visant à faire la lumière sur le programme créé en secret par la CIA pour interroger des détenus soupçonnés de liens avec al-Qaïda, notamment par la simulation de noyade ou la privation de sommeil.

Évoquant, début août, cette page de l’histoire américaine, le président Barack Obama, qui a officiellement mis fin à ce programme dès son arrivée à la Maison-Blanche en janvier 2009, avait estimé que les États-Unis avaient fait des choses « contraires » à leurs valeurs.

« Lorsque nous avons utilisé certaines techniques d’interrogatoire poussé, des techniques que je considère et que toute personne honnête devrait considérer comme de la torture, nous avons franchi une ligne », avait-il déclaré, tout en appelant à se tenir à l’écart des jugements moralisateurs.

Le porte-parole de l’exécutif américain, Josh Earnest, a précisé lundi que l’administration s’était préparée depuis « des mois » à la publication de ce document et avait pris des mesures de précaution face à de possibles réactions violentes dans certains pays, tout en se refusant à entrer dans les détails du dispositif.

Confidentiel, le rapport d’enquête a été approuvé à huis clos par la commission du Renseignement du Sénat en décembre 2012, et ses sénateurs ont voté en avril dernier pour rendre publics 20 conclusions et un résumé d’environ 500 pages, expurgées des informations les plus sensibles.

Les conclusions du rapport sont « choquantes », avait alors affirmé Dianne Feinstein, présidente de la commission. « La création de sites noirs clandestins sur le long terme et l’utilisation de techniques d’interrogatoire musclé ont été de terribles erreurs », avait-elle affirmé. Selon elle, le rapport montre que les méthodes utilisées n’ont pas produit des renseignements ayant permis de localiser Oussama ben Laden.

Bien que Barack Obama ait promis une déclassification rapide, la procédure s’est cependant prolongée pendant huit mois. Les sénateurs et la Maison-Blanche étaient en désaccord sur le volume d’informations à expurger, comme les noms de codes des agents de la CIA, ou les pays ayant coopéré avec le programme secret.

De nombreux républicains, au premier rang desquels l’ancien président George W. Bush, au pouvoir lorsque ces méthodes ont été utilisées, ont dénoncé par avance la publication du document.

« Nous avons la chance d’avoir des hommes et des femmes qui travaillent dur à la CIA […] ce sont des patriotes », a déclaré M. Bush dans un entretien diffusé dimanche sur CNN, mettant en garde contre un rapport « hors sujet ».

De son côté, le républicain Mike Rogers, président de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, a jugé que publier ce rapport était « une très mauvaise idée ». « Nos services de renseignement ont estimé que cela allait entraîner des violences et des morts », a-t-il mis en garde.

Dans une tribune publiée en fin de semaine dernière dans le Washinston Post, Jose Rodriguez, ancien responsable de ce programme au sein de la CIA, a pour sa part dénoncé la « grande hypocrisie » des politiques sur ce dossier.

« Nous avons fait ce qui nous a été demandé […] et nous savons que cela a été efficace », a-t-il plaidé. « Une décennie plus tard, en guise de récompense nous entendons certains de ces mêmes politiques faire part de leur indignation et — pire — déformer les faits et minimiser les succès obtenus ».

http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/426161/le-senat-publie-le-rapport-sur-la-torture-pratiquee-par-la-cia

00000000000000000000000000000000000

Obama recevra Benjamin Nétanyahou le 1er octobre à la Maison Blanche

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avec Barack Obama à la Maison Blanche le 30 septembre 2013

Benjamin Nétanyahou est attendu à la Maison Blanche le 1er octobre.
Le président américain Barack Obama recevra le Premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou le 1er octobre à la Maison Blanche, a-t-on appris ce lundi, en pleines négociations entre Washington et Téhéran sur le programme nucléaire de l’Iran.
La rencontre, qui devrait porter sur ce contentieux entre Israël et les Etats-Unis, a été annoncée par Caitlin Hayden, porte-parole du Conseil de sécurité nationale, le cabinet de politique étrangère de la présidence américaine. Benyamin Nétanyahou a mis en garde ce dimanche les pays occidentaux contre un allègement des sanctions contre l’Iran pour son programme nucléaire controversé, en contrepartie du soutien de la République islamique à la lutte contre le groupe Etat islamique (EI).

Lire l’article complet sur rtl.fr

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Israël: élimination des ravisseurs des 3 jeunes

Israël: élimination des ravisseurs des 3 jeunes
Les forces de sécurité israéliennes n’ont pas encore confirmé la mort de Kawasmeh et Abou Eisheh
 °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Premières frappes aériennes des Etats-Unis et ses alliés contre l’Etat islamique en Syrie
L’armée américaine et des forces de « nations partenaires » mènent une action militaire contre les terroristes de l’EIIL en Syrie, a indiqué le porte-parole du Pentagone. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme, le raid a fait plus de vingt victimes dans les rangs djihadistes.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Le Danemark menace de sanctionner Israël
Copenhague et l’UE reconsidèreront leurs liens économiques si Jérusalem ne met pas du sien dans les négociations au Caire
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Danemark: un élu appelle à la dénonciation
Un responsable de la droite populiste au Danemark a défendu aujourd’hui sa décision de créer un site invitant les internautes à partager les « problèmes » qu’ils ont avec des Européens de l’Est, qu’il s’agisse de cambriolages ou de dumping salarial.
0000000000000000000000000000000000000000000000