Articles Tagués ‘la crise migratoire’

Angela Merkel fait face à une grogne sans précédent en près de dix ans de pouvoir en Allemagne du fait de sa politique d'ouverture aux réfugiés.

La chancelière, qui a rejeté jeudi l’idée d’une fermeture de l’Europe face au flux de migrants, affronte dans son pays une grogne sans précédent.

Source AFP
Publié le 15/10/2015 à 12:16 – Modifié le 15/10/2015 à 12:22 | Le Point.fr

Angela Merkel fait face à une grogne sans précédent en près de dix ans de pouvoir en Allemagne du fait de sa politique d’ouverture aux réfugiés.Boness©IPON-BONESS

La chancelière Angela Merkel a rejeté jeudi l’idée d’une fermeture de l’Europe face au flux de migrants, estimant qu’elle devait rester « solidaire », tout en appelant à un meilleur contrôle à la frontière entre la Turquie et la Grèce. S’exprimant devant les députés allemands à Berlin avant un sommet européen sur le sujet devant commencer en début de soirée à Bruxelles, la chancelière allemande a estimé que l’UE devait en particulier aider la Turquie à mieux surveiller ses frontières car l’espace maritime entre la Turquie et la Grèce est actuellement « aux mains des passeurs ».

De manière générale face à la crise migratoire, « il faut une Europe de la solidarité, toute autre option est condamnée à l’échec », a déclaré Angela Merkel, alors que les pays d’Europe de l’Est en particulier, par lesquels les migrants transitent depuis les Balkans, ont nettement renforcé leurs contrôles ces dernières semaines. « Une fermeture (des frontières de l’Europe) est une illusion au XXIe siècle, qui est celui de l’Internet », a lancé la chancelière allemande, en réponse aussi aux critiques de plus en plus virulentes dont elle fait l’objet en Allemagne du fait de sa politique d’ouverture, avec une mini-rébellion au sein de sa famille politique conservatrice en particulier. « Il n’est pas exagéré de parler d’un défi d’ampleur historique » pour l’Europe à propos de la réponse à la vague de migrants actuelle, a encore dit Angela Merkel. Plus de 710 000 migrants sont entrés dans l’Union européenne entre le 1er janvier et le 30 septembre, selon des chiffres publiés mardi par l’agence européenne de surveillance des frontières Frontex. À elle seule, l’Allemagne en attend jusqu’à un million pour l’ensemble de l’année et les capacités d’accueil du pays sont mises à rude épreuve.
« Prendre soin des réfugiés »

La chancelière a par ailleurs réaffirmé que la solution passait par un soutien renforcé à la Turquie, pays par lequel passent un grand nombre de migrants fuyant guerres et persécutions. L’UE doit aider la Turquie « à prendre soin des réfugiés » et à parvenir à « une meilleure surveillance des frontières maritimes » du pays avec la Grèce. Il n’est pas acceptable que l’espace maritime entre la Turquie et la Grèce soit actuellement « aux mains des passeurs », a martelé Angela Merkel. Dans le même temps, elle a prévenu que…

Lire sur http://www.lepoint.fr/monde/refugies-merkel-dans-la-tourmente-15-10-2015-1973803_24.php

000000000000000000000000000000000000000000000000

Des migrants à la frontière avec l'Allemagne

© Sputnik

18:46 14.10.2015(mis à jour 18:47 14.10.2015)
La formule concernant la croissance des flux migratoires en Allemagne que la chancelière Merkel ne cesse de répéter « Nous allons venir à bout de cela » provoque de vives critiques.

Selon une enquête réalisée par l’institut de sondage YouGov parmi 1198 Allemands du 9 au 13 octobre 2015, deux habitants sur trois n’ont pas confiance dans les paroles de la chancelière, estimant que le nombre de réfugiés dans le pays est trop élevé.

« Nous allons venir à bout de cela », a répété Angela Merkel lors d’une conférence de l’Union chrétienne-démocrate (CDU) dans la ville allemande de Stade (Basse-Saxe, nord du pays).

Toutefois, cette déclaration a rapidement été soumise à de nombreuses critiques, surtout de la part de membres de son propre parti.

D’après le sondage, un tiers de la population (32%) partage la position de Mme Merkel, contre 64% qui ne sont pas de cet avis.
Il est à noter qu’il y a seulement un mois l’écart n’était pas aussi grand, 43% étaient d’accord avec la chancelière contre 51% qui ne partageaient pas son opinion.

De même, les avis des électeurs des trois partis, CDU, Die Linke et le Parti social-démocrate (SPD), sont étonnement unanimes. Dans chacun des trois groupes, plus de la moitié des sondés estiment que Mme Merkel a tort (CDU — 61%, Die Linke — 59%, SPD — 62%).

Quant au parti Alliance 90/Verts, les réponses sont opposées. Un nombre identique de personnes interrogées se sont exprimées pour (49%) et contre (51%) les propos de la chancelière allemande.

Par ailleurs, plusieurs autres déclarations de Mme Merkel n’ont reçu le soutien que de la part des sympathisants du parti Alliance 90/Verts. Il s’agit de l’émission « Anne Will » sur la chaîne de télévision ARD, lors de laquelle elle avait déclaré, « l’accueil des migrants ne cessera pas », car cela « est impossible dans les conditions de l’ouverture des frontières en Europe ».

Si 60% des Verts sont d’accord avec cette opinion, seulement 41% des sympathisants de la CDU ont un tel avis.

Dans les deux cas, ceux qui estiment que le nombre de migrants dans le pays est trop important sont les plus mécontents. De même, de tels avis apparaissent de plus en plus dans la population allemande. Si pendant les derniers mois, il y en avait 40 à 50% (46%, selon les données antérieures), actuellement il y aurait 56% des sondés qui partagent cet avis.

000000000000000000000000000000000000000