Articles Tagués ‘Jérusalem’

Solidarité Ouvrière

Après l’agression homophobe par un fanatique religieux à Jérusalem lors de la Gay Pride mercredi, c’est un bébé palestinien qui a été brûlé vif vendredi et ses parents et son frère grièvement blessés vendredi lorsque des membres de l’extrême-droite israélienne ont incendié leur maison à Douma, près de Naplouse en Cisjordanie. Ce samedi, des milliers de personnes sont descendues dans les rues à Tel Aviv, Jérusalem, Beer Sheva et Haïfa, contre le racisme, contre l’homophobie et contre le terrorisme de l’extrême-droite.

Thousands of Israelis attend an anti-violence and anti-homophobia ralliy in Jerusalem, on August 01, 2015, following yesterday's arson attack in the Palestinian village of Duma, killing a toddler and severly injuring a few more, as well as a stabbing attack at the Jerusalem Pride parade the day before, where an ultra orthodox Jewish man stabbed six people participaing in the parade.  Photo by Yonatan Sindel/FLASh90 *** Local Caption *** ????? ??????? Manifestation à Jérusalem

A Tel Aviv, lors du rassemblement Square Rabin, les manifestants portaient des pancartes « les appels à la haine de la droite tuent ». En plus de progressistes et d’antiracistes israéliens, Nasser Dawabsha, l’oncle du bébé palestinien assassiné vendredi, a pris la parole. Il a déclaré : « Ils ont incendié une famille qui dormait paisiblement, qui ne croyait pas à la violence. Pourquoi Ali, un bébé de 18…

Voir l’article original 147 mots de plus

Après une semaine de discussions marathon à Lausanne, les grandes puissances et l’Iran n’avaient toujours pas réglé mercredi les points clés permettant de parvenir à un premier accord sur le nucléaire, et les messages contradictoires des protagonistes ont accentué une impression de cacophonie.

Cette incertitude sur l’issue des pourparlers a poussé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, virulent opposant à tout compromis avec l’Iran, à donner de la voix pour la 4e journée de suite.

C’est maintenant que la communauté internationale doit insister pour obtenir un meilleur accord, a déclaré M. Netanyahu à Jérusalem, en avertissant que les concessions faites à Lausanne risquaient de déboucher sur un mauvais accord qui mettrait en danger Israël, le Moyen-Orient et la paix dans le monde.

LIRE sur http://www.romandie.com/news/Nucleaire-iranien-cacophonie-a-Lausanne-Netanyahu-sengouffre-dans-la-breche/580679.rom#.VRvp4t_a5ks.wordpress

0000000000000000000000000000000000000

 

israel palestine jérusalem vueUn homme a foncé sur la foule, vendredi matin à Jérusalem, avant de sortir de sa voiture un couteau à la main et de s’attaquer aux passants. Cinq personnes ont été blessées. L’assaillant a été interpellé.

Jérusalem connaît un regain de tensions entre Israéliens et Palestiniens. Vendredi, un homme a foncé sur la foule à la limite est/ouest de la ville, avant de sortir un couteau à la main. « Le chauffeur a foncé avec sa voiture (sur des personnes) », puis il en est sorti avec un couteau pour essayer de poignarder des personnes se trouvant aux alentours, a indiqué une porte-parole de la police, Luba Samri.

0000000000000000000000000000000000000000

Solidarité Ouvrière

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi 13 décembre à la tombée de la nuit contre l’organisation raciste Lehava. Cette organisation d’extrême-droite qui mène campagne contre les mariages entre Juifs et Arabes est en effet impliqué dans l’attaque contre l’école bilingue de Jérusalem. Il y a 15 jours, cette école qui accueille des enfants juifs et arabes avaient été partiellement incendiée et des inscriptions racistes comme « mort aux Arabes » avaient été peintes sur les murs.

Jeru

Trois suspects membres de l’organisation raciste Lehava, Yitzack Gabay, Nahman et Shlomo Twitto ont été mis en garde-à-vue le 6 décembre et ont avoué le 11 décembre. Aussi les manifestants tenaient, non seulement à dénoncer le racisme, mais aussi à revendiquer la dissolution de ce groupe d’extrême-droite. Les manifestants ont également dénoncé la passivité, pour ne pas dire la complicité de l’actuel gouvernement, face aux provocations à la haine raciste de l’extrême-droite.

Voir l’article original 35 mots de plus

Photo:http://www.i24news.tv/en/news/international/middle-east/130826-ephraim-halevy

Efraim Halevy attaque Netanyahu et Bennett pour leurs politiques sur Jérusalem ; les élections offrent « un choix unique »

Il n’y aura jamais la paix au Moyen-Orient tant que des Israéliens ne traiteront pas les Palestiniens comme des égaux, a déclaré Efraim Halevy la semaine dernière, accusant les hauts responsables du gouvernement de pratiquer des politiques « condescendantes » envers les Palestiniens.

——————————

Ex-Mossad chief: Peace will elude us until we treat Palestinians with dignity

Efraim Halevy attacks Netanyahu and Bennett for their policies on Jerusalem, says elections offer ‘a choice the likes of which we have never had’

December 14, 2014, 3:29 pm 59

Dans une interview exhaustive avec le Times of Israel, l’ancien chef de l’agence de renseignements du Mossad a accusé le gouvernement sortant, notamment le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de l’Economie Naftali Bennett, de violer le fragile statu quo à Jérusalem. Les élections de mars 2015 sont non seulement un référendum sur le leadership d’Israël, pointe-t-il, mais constituent une occasion inédite de décider de la politique d’Israël vis-à-vis du processus de paix.

Le traité de paix de 1979 entre Israël et l’Egypte a été rendu possible par le fait que les deux parties se considéraient comme les vainqueurs de la guerre du Yom Kippour six ans plus tôt, selon Halévy. Menahem Begin et Anouar el-Sadate n’ont pu parvenir à un accord que parce qu’ils se considéraient comme des « égaux » – et c’est précisément ce cadre d’égalité, qui permet aux deux parties de se sentir dignes, qui est nécessaire pour l’établissement d’une paix entre Israéliens et Palestiniens, explique-t-il.

« Je ne pense pas que nous progresserons jusqu’à ce que ce moment-là arrive, et je crains que cela prendra très longtemps avant qu’il n’arrive, s’il arrive, » dit-il. « Et sinon, il n’y aura jamais de paix entre nous et les Palestiniens. Le cas échéant, nous sommes condamnés à une lutte sur le très long terme ».

Israël survivra même en l’absence de paix parce que l’État ne connaît pas de menaces existentielles, ajoute Halevy, qui a dirigé le Mossad de 1998 à 2002, avant de servir comme conseiller à la sécurité nationale sous le mandat du Premier ministre Ariel Sharon. « Mais quelle sera la qualité de notre survie ? Je l’ignore. »

Les prochaines élections à la Knesset sont la dernière chance d’Israël de choisir une direction qui englobe la paix et la réconciliation, selon Halévy.

« Les élections ne sont pas seulement un plébiscite sur la question de savoir qui sera Premier ministre. La question est quelle sera la politique. Et en choisissant A ou B ou C vous soutenez une politique. La sécurité n’est pas une politique. Tout le monde soutient la sécurité. Mais les gens l’interprètent différemment », dit-il.

Lorsque les Israéliens se rendront aux urnes le 17 mars 2015, ils décideront « comment traiter l’autre côté », déclare Halevy. « La décision cette fois ne sera pas que sur la personne choisie, mais sur ce qui sera réalisé. Pas sur qui déterminera les politiques, mais sur ce que seront ces politiques. »

Concernant le résultat de l’opération Bordure protectrice cet été à Gaza, il suggère que l’objectif de Netanyahu était tout simplement de restaurer le calme et d’empêcher le Hamas d’atteindre son but.

« Notre réussite n’avait rien de constructif. Le succès était que l’autre côté n’a rien reçu. Qu’avons-nous obtenu ? Nous n’avons besoin de rien. Nous ne cherchions pas quoi que ce soit de politique, parce que nous ne voulons pas conclure d’affaires avec eux », explique Halevy.

Les Israéliens affrontent un problème difficile avec les Palestiniens, poursuit l’ancien maître espion. « Dans nos tripes, nous sentons, d’une manière ou une autre, que c’est eux ou nous. Nous croyons que nous sommes supérieurs à eux. Nous croyons que nous sommes mieux organisés, mieux équipés, beaucoup plus expérimentés. Nous savons comment mener nos affaires. Et en fait, nous sommes aux commandes. Et c’est presque humainement impossible dans une telle situation de mener une négociation, car pour que se produise quelque chose à la fin, vous devez atteindre le point où vous êtes à égalité avec l’autre camp. »

Halevy critique Bennett pour un article d’opinion publié dans The New York Times du 5 novembre, dans lequel le chef du parti HaBayit HaYehudi a défendu sa vision d’une solution à un Etat. Le plan de Bennett comprend une annexion de 60 % de la Cisjordanie et une mise à niveau de l’ « autonomie palestinienne » dans la partie restante. Rejetant la solution à deux Etats, Bennett plaide pour « des constructions massives de routes et d’infrastructures» et pour la construction de « ponts économiques de la paix » entre Israéliens et Palestiniens vivant dans un même Etat. « Le secret est une paix ‘depuis le fond’ », a écrit Bennett.

Si Halevy évite les attaques personnelles explicites, il désapprouve fortement le plan de Bennett.

Pour que les négociations de paix aboutissent, Israël doit essayer de regarder la question du point de vue de l’autre côté « et ne pas être condescendant », soutient Halévy. « Qu’est-ce qu’une paix ‘depuis le fond’ ? N’est-ce pas un terme condescendant ? ‘Regardez, vous êtes au fond’. Nous ne sommes pas au fond, vous êtes au fond. Nous sommes déjà au sommet. L’utilisation du terme ‘depuis le fond’ signifie que vous êtes au fond. »

HaBayit HaYehudi a répondu que depuis 20 ans, Israël essaye de parvenir à une solution à deux Etats « mais a échoué et il est donc temps de s’ouvrir à de nouvelles idées au lieu de les rejeter immédiatement ».

Le plan de Bennett consiste à proposer la citoyenneté israélienne aux Palestiniens vivant dans les parties de la Cisjordanie qu’il souhaite annexer. Ainsi, Halevy demande si Bennett a également l’intention d’accorder la citoyenneté aux 400 000 habitants arabes de Jérusalem-Est qui, actuellement, n’ont que le statut de résidents. « Je ne pense pas que tout cela a été pensé », accuse Halevy.

Halevy fustige également le gouvernement actuel pour sa politique sur Jérusalem, en particulier lorsqu’il permet aux Juifs nationalistes de se déplacer dans la partie orientale de la ville. En octobre, des dizaines d’Israéliens ont emménagé dans des maisons de Silwan, un quartier arabe de Jérusalem-Est, attirant de fortes critiques internationales.

Bennett a fêté cela comme un « événement historique » et Netanyahu l’a également salué.

« Nous avons décidé de commencer à nous déplacer à Jérusalem, » fulmine Halevy. «C’est un changement de politique, un changement de stratégie. »

Les négociateurs de paix israéliens soutiennent depuis toujours que parmi les quatre sujets dits de base – les frontières, la sécurité, les réfugiés et Jérusalem – la Ville sainte serait abordée en dernier parce que c’est le sujet le plus complexe et le plus passionné. « Nous avons changé la stratégie. Nous disons, non, Jérusalem ne sera pas le sujet de la fin, Jérusalem sera traitée aujourd’hui. Aujourd’hui, ils déménagent [à Silwan]. Aujourd’hui, cela change. »

« Nous avons mis à Jérusalem à l’avant-garde, » dit-il. « Le fait que [Netanyahu] ait finalement sanctionné ce qui est arrivé à Silwan importe peu. La politique est : je peux construire et vivre n’importe où je veux à Jérusalem parce que je suis un Juif ».

Aux yeux de tout observateur objectif, le gouvernement israélien adopte des mesures à Jérusalem qui ne sont « pas favorables au statu quo » accuse-t-il.

Halevy hésite à définir ses propres idées sur la paix. La solution à deux Etats est selon lui le scénario le plus souhaitable, mais le moins probable. Un arrangement à un seul Etat est le résultat le moins souhaitable, mais le plus probable. « Dans une situation comme celle-là, vous devez chercher une solution intermédiaire, » tout en veillant à ce que les deux parties gagnent quelque chose et se sentent respectées.

Il n’y a pas de mot en hébreu pour dignité, lui a dit un ami observant. Le monde arabe se sent inférieur depuis longtemps, et les Israéliens disent aux Arabes qu’ils ne souffrent pas d’un complexe d’infériorité, mais qu’ils sont bel et bien inférieurs, observe Halevy.

« Le problème au cours du temps est qu’ils aspirent à une dignité, et la dernière chose que nous faisons est de s’adresser à eux de manière à leur donner ce peu de sentiment de dignité. »

SOURCE:  http://fr.timesofisrael.com/lex-chef-du-mossad-jusqua-ce-que-nous-traitions-les-palestiniens-avec-dignite-la-paix-nous-echappera/

00000000000000000000000000000000000

Le responsable palestinien Ziad Abou Eïn (G) interpelle des soldats israéliens quelques instants avant de trouver la mort, lors d'une manifestation à Turmus Ayya, en Cisjordanie, le 10 décembre 2014.
Le responsable palestinien Ziad Abou Eïn (G) interpelle des soldats israéliens quelques instants avant de trouver la mort, lors d’une manifestation à Turmus Ayya, en Cisjordanie, le 10 décembre 2014. (ABBAS MOMANI / AFP)
———————–
Publié le 10-12-2014 à 13h41Mis à jour à 15h21

TOURMOUS AYA, Cisjordanie, 10 décembre (Reuters) – Un ministre de l’Autorité palestinienne est décédé mercredi peu de temps après une altercation avec des gardes-frontières israéliens en Cisjordanie, lors de laquelle un soldat l’a attrapé par le cou.

Ziad Abou Ein, 55 ans, ministre sans portefeuille dans le gouvernement du président palestinien, Mahmoud Abbas, participait à une manifestation contre des implantations israéliennes lorsqu’il s’est trouvé mêlé à des échauffourées impliquant une trentaine de militaires israéliens et des gardes-frontières, a constaté un journaliste de Reuters.

Un garde-frontière l’a alors attrapé par le cou et l’a brièvement tenu d’une main. Quelques minutes après, le ministre s’est effondré en se tenant la poitrine. Il est décédé lors de son transport vers la ville voisine de Ramallah.

On ignorait dans l’immédiat les causes exactes de sa mort.

Mahmoud Abbas a qualifié la mort d’Abou Ein « d’acte barbare qui ne peut être ni toléré, ni accepté ». Il a décrété trois jours de deuil national et a promis de prendre « les mesures nécessaires » au terme d’une enquête.

L’armée israélienne a dit étudier les circonstances de l’accident et un porte-parole du Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que les faits ayant conduit au décès du ministre palestinien faisaient l’objet d’investigations.

Ce décès intervient dans un contexte de regain des violences entre Palestiniens et Israéliens depuis plusieurs semaines notamment autour de l’Esplanade des mosquées, troisième lieu saint de l’islam, à Jérusalem-Est.

Ziad Abou Ein avait été condamné pour le meurtre de deux jeunes Israéliens dans un attentat à la bombe en 1979 puis libéré dans le cadre d’un échange de prisonniers en 1985.

Mercredi, avec une centaine de militants étrangers et palestiniens du Comité de résistance à la colonisation, une organisation gouvernementale palestinienne qu’il dirigeait, il participait à une marche pour aller planter des arbres près d’une colonie de peuplement lorsque le cortège a été arrêté à un point de contrôlé improvisé, ont rapporté des témoins.

Peu avant de décéder, Ziad Abou Ein a parlé à des journalistes de télévision pour dénoncer, d’une voix essoufflée « le terrorisme de l’occupation » visant le peuple palestinien.

« Nous sommes venus planter des arbres en terre palestinienne et ils nous attaquent immédiatement. Personne n’a jeté la moindre pierre », a-t-il dit.

Les commerçants de Ramallah ont fermé leurs boutiques en signe de protestation et des jeunes ont lancé des pierres en direction des forces de sécurité israéliennes protégeant une colonie en périphérie de la ville, ont dit des sources des services de sécurité palestiniens. (Ali Sawafta et Mohammed Torokman; Pierre Sérisier et Marc Angrand pour le service français)

source: http://www.challenges.fr/monde/20141210.REU2298/lead-1-deces-d-un-ministre-palestinien-lors-de-heurts-en-cisjordanie.html

0000000000000000000000000000000

696933-un-israelien-tient-une-pancarte-sur-laquelle-est-ecrit-ensemble-contre-la-terreur-lors-d-un-rassembl « Ensemble contre la terreur » devant l’école incendiée. Droits : Ahmad Gharabli. AFP

Parmi nos lecteurs certains ont déjà entendu parler de l’expérience de l’école Hand in Hand (Main dans la main), un centre israélien qui favorise la coexistence pacifique entre arabes et juifs en Israël s’engageant particulièrement aux côtés de la jeune génération, à laquelle il propose un modèle d’éducation bilingue. Dans ces écoles, ouvertes dans différentes villes d’Israël, les élèves étudient avec le même engagement à la fois l’arabe et l’hébreu apprenant ainsi à s’écouter mutuellement.

Il est évident qu’en cette année 2014 – où les positions des politiciens israéliens comme palestiniens se sont radicalisées galvanisant leurs opinions publiques respectives – la proposition du centre Main dans la main n’est pas regardé d’un bon œil. C’est certainement pour cette raison que, dans la soirée du samedi 29 novembre, plusieurs de ses adversaires ont décidé de manifester leur opposition d’une…

Voir l’article original 230 mots de plus

Publié le 19 nov 2014

VICTIME

Un cinquième victime, l’officier de police qui a tenté mardi matin de neutraliser les terroristes dans la synagogue d’Har Nof à Jérusalem, a succombé à ses blessures ce soir, a annoncé l’hôpital Hadassah Ein Karem.

Près d’un millier de personnes ont rendu mardi en fin d’après-midi un dernier hommage aux quatre victimes du massacre antijuif de Jérusalem, en présence du président Reuven Rivlin.

Quelques heures seulement après l’attaque terroriste, le rabbin Moshe Tversky, 59 ans, le rabbin Arié Kaufinsky, 40 ans, le rabbin Shmuel Goldenberg, 68 ans et le rabbin Kalman Levy ont été enterrés au cimetière de Har HeMenuchot, à Jérusalem. Ils laissent derrière eux leurs épouses et 24 enfants orphelins.

Selon le Département d’État américain, trois des quatre victimes de l’attaque meurtrière avaient la nationalité américaine. La quatrième victime avait quant à elle la double nationalité israélo-britannique.

À l’issue des prières, les familles et les autorités religieuses ont appelé au calme et demandé de ne pas céder à la vengeance.

Yaakov Tanenbaum – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

SOURCE: http://www.lemondejuif.info/2014/11/massacre-antijuif-jerusalem-bilan-salourdit-policier-succombe-ses-blessures/

0000000000000000

Massacre dans une synagogue à Jérusalem
Une synagogue, à l’heure de la prière du matin. Un quartier ultraorthodoxe, parmi les plus célèbres d’Israël. La volonté de tuer le maximum de Juifs, à la hache, à coups de feu. L’attaque terroriste conduite à Jérusalem, mardi 18 novembre, dans la communauté de Har Nof par deux Palestiniens, qui a fait au moins quatre morts et plusieurs blessés, marque un tournant dans le cycle de violences ininterrompu depuis le début du mois de juillet.
 ————————–
Israël va faciliter le port d’armes pour l’autodéfense
Les autorités israéliennes vont lever certaines restrictions sur le port d’armes afin de renforcer l’autodéfense après une attaque meurtrière dans une synagogue à Jérusalem, a annoncé mardi un ministre.
 ————————–

Cinq Israéliens ont été tués mardi matin dans l'attaque d'une synagogue à Jérusalem par deux Palestiniens qui ont été abattus par la police, a affirmé une porte-parole de la police.

Deux hommes armés de couteaux et de hachoirs ont tué quatre Israéliens mardi matin dans un quartier ultra-orthodoxe de la ville. Le premier ministre israélien accuse le Hamas et Mahmoud Abbas.

Quatre Israéliens ont été tués et six autres blessés, mardi matin, lors d’une attaque conduite par deux Palestiniens dans un quartier résidentiel de Jérusalem-Ouest. Munis de hachoirs, de couteaux et d’une arme de poing, ceux-ci ont pénétré vers 7h15 dans la synagogue Bnei Torah de Har Nof, où une trentaine de fidèles étaient rassemblés pour la prière du matin. Des coups de feu ont retenti, provoquant l’intervention des forces de l’ordre. Une fusillade a alors éclaté, lors de laquelle les deux assaillants ont été blessés tandis qu’un policier a été touché d’une balle dans la tête.

«Lorsque je suis arrivé, un homme portant un châle de prière ensanglanté était assis sur les marches de la synagogue, raconte Akiva Pollack, l’un des premiers secouristes dépêchés sur place. Il m’a dit qu’on lui avait tiré dessus mais, en soulevant sa chemise, j’ai découvert plusieurs coupures très profondes. Quelques mètres plus loin, je suis tombé sur un corps étendu dans une mare de sang. C’est alors que les terroristes se sont mis à tirer et que j’ai dû me mettre à l’abri. Quelques instants plus tard, un policier s’est effondré à côté de moi. Je l’ai intubé et nous l’avons transféré à l’hôpital Shaare Tzedek.»

Shlomo Benlolo, un habitué de cette synagogue, a assisté à l’intervention de la police depuis son balcon situé de l’autre côté de la rue. «J’aurais dû prendre part à cette prière, glisse-t-il, à l’évidence bouleversé, mais je ne me sentais pas très bien – si bien que ma femme m’a conseillé de rester à la maison.» Des cris, puis une série de détonations, l’ont cependant mis en alerte. «Par la fenêtre, j’ai vu des gens qui couraient dans tous les sens. Jamais je n’aurais pu imaginer qu’une chose pareille arriverait dans un quartier aussi paisible…»
Une banlieue résidentielle majoritairement peuplée de juifs ultraorthodoxes

Posé sur une colline boisée à l’écart du centre de Jérusalem, Har Nof est une banlieue résidentielle majoritairement peuplée de juifs ultraorthodoxes. «On s’y sent d’autant plus en sécurité que plusieurs députés du parti Shas [formation ultraorthodoxe séfarade], toujours accompagnés de leurs gardes du corps, habitent à proximité», explique Ezra Batzri, un étudiant inscrit dans le séminaire talmudique voisin. Vu de Har Nof, les heurts incessants entre émeutiers palestiniens de Jérusalem-Est et forces de l’ordre semblent bien loin. «S’ils attaquent jusqu’ici, c’est que plus aucun endroit n’est sûr», soupire Sarah Abraham, une Franco-israélienne qui a emménagé il y a un peu plus d’un an.

L’attaque de la synagogue Bnei Torah constitue l’événement le plus meurtrier depuis que l’enlèvement et le meurtre de trois étudiants juifs, suivi par celui d’un adolescent palestinien, ont déclenché début juillet une vague de violences à Jérusalem. «Nous venons de franchir un seuil dans l’horreur, dénonce Uri Maklev, député du parti ultraorthodoxe Torah unifiée et vice-président de la Knesset. Les monstres qui ont fait ça voulaient tuer des juifs en train de prier. Il est temps que le gouvernement révise sa doctrine pour mieux nous protéger des arabes de Jérusalem-Est.»

Sitôt les deux meurtriers identifiés, la police israélienne a perquisitionné leurs domiciles dans le quartier de Jabal Moukaber, à Jérusalem-Est. Des heurts entre jeunes Palestiniens et forces de l’ordre ont alors éclaté. Selon leur entourage, Ghassan et Odeih Abou Jamal, deux cousins âgés respectivement de 32 et 22 ans, étaient ouvriers dans le bâtiment. L’aîné était marié et père de trois enfants. «Ce sont les assauts répétés des Israéliens contre la mosquée al-Aqsa, ainsi que les conditions de vie faites à notre peuple, qui les ont poussés à commettre cet acte», explique Soufian Abou Jamal, l’oncle des deux hommes, qui refuse de condamner leur équipée meurtrière.

Nir Barkat, maire de Jérusalem, a dénoncé «des meurtres bestiaux, commis avec des couteaux de boucher», avant de pointer un doigt accusateur vers les responsables palestiniens. «C’est le chef de l’Autorité palestinienne, avec ses alliés du Hamas et du Djihad islamique, qui sème dans les esprits la haine et l’envie de tuer», a-t-il déploré. Au même moment, le président Mahmoud Abbas condamnait «l’attaque contre des fidèles juifs dans leur lieu de culte, ainsi que les meurtres de civils, quels qu’ils soient». Le premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, a pour sa part promis de «répondre avec une poigne de fer à ce meurtre de juifs». Première illustration concrète, le ministre de la Sécurité intérieure a annoncé que les autorités entendaient lever certaines restrictions sur le port d’armes afin de renforcer l’autodéfense. Une mesure qui concernerait les Israéliens déjà détenteurs d’un port d’armes.

http://www.lefigaro.fr/international/2014/11/18/01003-20141118ARTFIG00173-attaque-meurtriere-dans-une-synagogue-de-jerusalem.php

0000000

Escalade des violences palestiniennes : 6 personnes tuées en moins d’un mois
Escalade des violences palestiniennes : 6 personnes tuées en moins d’un mois
Une vague de terrorisme fait récemment rage dans les rues d’Israël, de Jérusalem à Tel Aviv. Le Hamas a non seulement endossé la responsabilité de certaines des attaques, mais a surtout encouragé la population palestinienne à poursuivre cette escalade de violences qui, en seulement trois semaines, a déjà provoqué la mort de 6 Israéliens. Au cours de ces dernières semaines, civils et soldats israéliens ont été victimes de plusieurs attaques au couteau et à la …
  °°°°°°°°°°°°°°
Les Israéliens honorent le sergent d’armes Kevin Vickers
Le sergent d’armes de la Chambre des communes, déjà un héros au Canada, a reçu le traitement réservé aux stars, mercredi, en Israël, où il participe à une conférence internationale sur la sécurité.
  °°°°°°°°°°°°°°
Des soldats américains agressés en Turquie

Des soldats américains agressés en TurquieTrois Marines américains qui faisaient escale à Istanbul ont été agressés par un groupe de nationalistes turques. La scène a été filmée par les assaillants. Ils ont accusé les militaires de l’US Navy d’être des assassins, avant de tenter de recouvrir leur tête avec un sac.

  °°°°°°°°°°°°°°
Jihad: un premier Français jugé pour avoir rejoint la Syrie
Il est considéré comme le premier « apprenti jihadiste » français: Flavien Moreau va être fixé ce jeudi sur son sort par la justice française, qui lui reproche d’avoir rejoint un groupe combattant en Syrie, avant de rentrer en France. Sept ans de prison ont été requis contre lui.
  °°°°°°°°°°°°°°
Les Kurdes coupent une route-clé d’approvisionnement de l’EI à Kobané
Les forces kurdes ont coupé hier une route d’approvisionnement clé des jihadistes de l’État islamique (EI) dans leur combat pour la prise de la ville syrienne de Kobané, selon Rami Abdel Rahmane, directeur de l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), précisant qu’il s’agissait de la route Halanj-Kobané.
  °°°°°°°°°°°°°°
Égypte: un bateau de la marine attaqué
Des assaillants à bord de plusieurs embarcations ont attaqué aujourd’hui un navire de la marine égyptienne en Méditerranée, obligeant l’armée à envoyer des renforts aériens. Le navire a pris feu durant l’échange de tirs avec les assaillants et quatre des embarcations utilisées par les agresseurs ont été détruites, selon les militaires. Huit soldats sont toujours portés disparus dans les rangs égyptiens.
  °°°°°°°°°°°°°°

Yehuda Glick est un militant connu de l'extrême droite israélienne, né aux Etats-Unis.

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 30.10.2014 à 00h01 • Mis à jour le 30.10.2014 à 08h26

Au lendemain d’une attaque armée contre un militant d’extrême droite israélienne, l’esplanade des Mosquées (pour les musulmans) – ou mont du Temple (pour les juifs) – dans la vieille ville de Jérusalem est une nouvelle fois interdite d’accès aux visiteurs et aux fidèles musulmans « jusqu’à nouvel ordre », selon la police israélienne. Le site, administré par les autorités religieuses jordaniennes, mais surveillé par les polices israélienne et palestinienne, abrite la mosquée Al-Aqsa et le dôme du Rocher.

Comme en atteste notre correspondant à Jérusalem, la situation était extrêmement tendue jeudi 30 octobre après que Yehuda Glick, une figure de l’extrême droite israélienne a été grièvement blessé par les tirs d’un motocycliste. Il sortait du Centre de l’héritage de Menahem Begin sur le mont du Temple dans la vieille ville de Jérusalem. Son agresseur présumé, un Palestinien habitant Jérusalem, a été tué dans la foulée « à la suite d’un échange de tirs », selon la police israélienne.

LIRE: http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2014/10/30/une-figure-de-l-extreme-droite-israelienne-blessee-a-jerusalem_4514752_3218.html

————————

Jérusalem: la police tue un Palestinien qui a tiré sur un militant d’extrême droite

LIRE: http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/jerusalem-la-police-tue-un-palestinien-qui-a-tire-sur-un-militant-d-extreme-droite_1616937.html

000000000000000000000000000



La police de Jérusalem appliquera « la tolérance zéro »
La police de Jérusalem a indiqué jeudi qu’elle appliquerait une politique de « tolérance zéro » face à toute nouvelle violence, au lendemain d’une attaque terroriste à la voiture bélier dans laquelle un bébé de trois mois a été tué.
Jérusalem: la police appliquera « la tolérance zéro » face à toute violence
La police met en oeuvre sans attendre un plan général décidé devant la multiplication des heurts à Jérusalem mais initialement censé entrer en application plus progressivement, a-t-il dit. Il combine des moyens technologiques, humains, y compris de renseignement, « pour mettre un terme aux évènements récents », a-t-il ajouté.
Le Canada sous le choc après des fusillades dans sa capitale Ottawa

Le Canada sous le choc après des fusillades dans sa capitale Ottawa

Un tireur, qui s’était récemment fait retirer son passeport a tué hier un soldat et semé la panique dans le Parlement fédéral avant d’être abattu par la police. Pendant une bonne partie de la journée, un vaste périmètre du centre-ville a été placé sous confinement et sous très haute sécurité par précaution. Une mesure levée en milieu de soirée.
——————————————————-
Le Canada doit faire face à des jihadistes

Le Canada doit faire face à des jihadistes

Toute l’actualité sur http://www.bfmtv.com/ Lundi dernier, Martin Rouleau Couture, adepte du jihad, a délibérément fauché avec sa voiture deux militaires et tué l’un d’entre eux au Québec. Le conducteur a été abattu par la police au terme d’une poursuite en voiture. Mercredi matin, la fusillade au Parlement a laissé le Canada sous le choc. Ces deux attentats surviennent un mois après l’appel explicite d’Abou Mohammed Al Adnani, le porte-parole de …
——————————————————-
 
Largage d’armes en Syrie, la bévue de l’armée américaine

Largage d’armes en Syrie, la bévue de l’armée américaine

Toute l’actualité sur http://www.bfmtv.com/ Des caisses pleines d’armes et de munitions. Une cargaison de l’armée américaine à destination des combattants kurdes pourrait être tombée aux mains de l’Etat islamique dans la région de Kobané en Syrie. Au lendemain de l’opération de largage, une vidéo a été postée sur Internet, elle s’intitule: « Armes et munitions jetés par les avions américains ». Ces opérations sont effectuées par …
———————————————————
Valls, la révolution idéologique au PS

Valls, la révolution idéologique au PS

Toute l’actualité sur http://www.bfmtv.com/ Depuis le départ du gouvernement de Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, le Premier ministre Manuel Valls est en train de faire bouger les lignes: professions réglementées, travail dominical, seuil sociaux ou modulation des allocations familiales. Le Premier ministre lance les débats et se pose en réformateur, convaincu que le modèle socialiste est dépassé. Il veut faire bouger les mentalités.
—————————————————–
Deux soldats de Tsahal blessés dans une attaque à la frontière égyptienne
Aujourd’hui (22/10/14), deux soldats du Bataillon Caracal ont été blessés par des tirs directs provenant de l’Egypte. Bien que cette aggression survient après deux années de relative stabilité dans la région, il n’est plus si rare de voir ce type d’incidents violents à la frontière sud d’Israël. MISE A JOUR : un premier rapport indique que l’attaque d’aujourd’hui à la frontière avec l’Egypte est liée à une tentative de contrebande de drogue. Les attaquants ont ouvert le …

KremlinMoscou condamne le meurtre à Jérusalem de Mohammad Abou Khdeir, adolescent palestinien de 16 ans, déclare jeudi le ministère russe des Affaires étrangères, constatant un regain de tension dans les Territoires, notamment en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

« L’enlèvement et le meurtre par des inconnus de Mohammad Abou Khdeir, jeune habitant palestinien de Jérusalem, en est l’une des causes principales. Nous condamnons fermement ce crime et exprimons nos condoléances les plus sincères aux parents et proches de l’adolescent palestinien », lit-on dans le communiqué.

Moscou juge absolument inadmissible l’enlèvement et le meurtre des civils innocents, qu’il s’agisse d’Israéliens ou de Palestiniens.

« Nous appelons les autorités israéliennes et palestiniennes à faire le maximum pour trouver et punir les coupables de l’enlèvement et du meurtre de trois adolescents israéliens et de Mohammad Abou Khdeir », indique le communiqué.

De violents affrontements ont opposé pendant des heures Palestiniens et policiers israéliens après l’annonce de la mort de Mohammad Abou Khdeir.

Alors que les corps des trois adolescents israéliens ont été retrouvés lundi, un adolescent palestinien a été retrouvé mort mercredi non loin de Jérusalem. Les tensions s’exacerbent alors que les autorités israéliennes ont promis vengeance. Les Palestiniens craignent que l’enlèvement meurtrier de Mohammad Abou Khdeir n’ait été perpétré en représailles par des extrémistes israéliens.

http://fr.ria.ru/world/20140703/201714357.html

Sur le même sujet

00000000000000000000000000000000000000000