Articles Tagués ‘Jean-Pierre Jouyet’

FRANCE (ENA): les privilégiés de la promotion Voltaire

Publié: 24 août 2015 dans 1 - Revue de presse - Journaux télévisés - Videos, 3 - POLITIQUE, Informations générales, Les Menteurs, Les tartuffes, Paris, Société
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
ENA : le destin «normal» de la promotion Voltaire

Par Vincent Nouzille

INFOGRAPHIE – De l’Élysée au CAC 40, des stars de la politique aux placards dorés de l’administration, voici l’itinéraire de la promotion 1980, celle de François Hollande, une génération bien arrimée au pouvoir.

«C’est une exception politique!» La plupart des énarques que nous avons interrogés jurent que la promotion Voltaire (1978-1980) est assez singulière. «En général, chaque promotion recèle une ou deux personnalités qui font une carrière politique. La promotion Voltaire, c’est toute une génération!», estime Christine Demesse, qui préside l’Association des anciens élèves de l’ENA. L’élection de Mitterrand en 1981 et les alternances suivantes ont favorisé cette floraison de vocations. «Comme nous étions assez politisés, nous avons vite été propulsés dans les cabinets ministériels ou la vie publique», résume Claude Boulle, un «Voltaire» passé par le cabinet de Roger Fauroux, aujourd’hui à la tête de l’Union du grand commerce de centre-ville.

François Hollande et Ségolène Royal ont ainsi commencé leur ascension comme conseillers à l’Élysée avant de s’enraciner en terres corrézienne et picto-charentaise. Michel Sapin a entamé dès 1981 une carrière parlementaire comme député PS de l’Indre. Formée dans les cabinets de Jack Lang puis à l’Élysée, Frédérique Bredin a été député-maire de Fécamp et ministre des Sports de 1991 à 1993, avant de rejoindre le groupe Lagardère. Jean-Marie Cambacérès, quant à lui, a été député PS du Gard, puis il s’est reconverti dans le privé chez Transasia. Proche de Laurent Fabius, Yvon Robert a été élu maire adjoint du Grand-Quevilly dès 1989. La conseillère d’État Marie-Françoise Bechtel, passée par les cabinets de Jean-Pierre Chevènement et ancienne directrice de l’ENA, vient d’entrer à l’Assemblée nationale comme élue de l’Aisne. À droite, le diplomate Dominique de Villepin a suivi l’ascension d’Alain Juppé, et Renaud Donnedieu de Vabres celle de François Léotard. Raymond-Max Aubert a été élu député RPR de Corrèze en 1993 et maire de Tulle en 1995, puis nommé secrétaire d’État au Développement durable de 1995 à 1997. Françoise Miquel, ex-conseillère du ministre de la Fonction publique Jean-Paul Delevoye en 2002, s’est présentée sous l’étiquette UMP aux législatives de 2007 dans l’Eure. Mais, au-delà de ces comètes politiques visibles, les autres «Voltaire» ont suivi des destinées plus représentatives des énarques, naviguant dans les hautes sphères des grands corps de l’État, des institutions publiques et des grandes entreprises.

Des parcours balisés et des fauteuils enviés au sein de l’État

Après plus de trente ans de vie professionnelle, ils ne sont pas à plaindre, si l’on en croit leurs CV, que nous avons épluchés. Des réussites «normales» et méritées? Voire. Des parcours balisés? Sûrement, car les élites françaises savent s’aider et se protéger. François Hollande a fait venir à l’Élysée ses anciens comparses, le préfet Pierre-René Lemas et la conseillère d’État Sylvie Hubac. Son ami Jean-Pierre Jouyet (passé par le Trésor, le gouvernement Fillon et l’Autorité des marchés financiers) a été nommé en juin dans le fauteuil courtisé de directeur général de la Caisse des dépôts. D’autres hauts fonctionnaires «Voltaire» ont des postes en vue, comme Pierre-Yves Duwoye, directeur de cabinet du ministre de l’Éducation nationale Vincent Peillon, et l’ex-sarkozyste Dov Zerah, qui dirige l’Agence française de développement, où a aussi officié une autre «Voltaire», Louise Avon.

Symboles de ces parcours dorés, le discret Jean-Ludovic Silicani préside l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep) et la magistrate Claire Bazy-Malaurie siège au Conseil constitutionnel. L’ancien chef de cabinet de Balladur à Matignon, Pierre Mongin, préside quant à lui la RATP, où travaillent ses anciens camarades Colette Horel et Jean-Marc Janaillac.

Les diplomates étiquetés «Voltaire» ont eu, eux aussi, de belles trajectoires, comme Jean-François Blarel, actuel secrétaire général adjoint du Quai d’Orsay, Philippe Etienne, qui représente la France auprès de l’Union européenne, Stanislas de Laboulaye, qui vient de récupérer sur consigne de l’Élysée le dossier afghan, après avoir été en poste à Moscou et au Vatican. D’autres ambassadeurs ne déparent pas cette liste de VIP, tels Jean-Maurice Ripert, ex du cabinet Jospin, représentant de l’Union européenne auprès de la Turquie, Pierre Duquesne, passé par Matignon, le Trésor et le FMI, Philippe Carré, ex-ambassadeur en Autriche, Philippe Thiébaud, actuellement au Pakistan, ou Henri Paul, ex-ambassadeur en Roumanie.

Dans le secteur privé, les reconversions des «Voltaire» ont été plutôt confortables, avec en premier lieu une figure du CAC 40, Henri de Castries, PDG d’Axa, mais aussi Loïc Armand, qui préside L’Oréal France, Jean-Jacques Augier (ex-G7) et Bernard Cottin (ex-Numéricable).

De belles reconversions dans la banque et l’industrie

Conformément aux traditions de l’énarchie, le secteur bancaire a été très accueillant, notamment pour Nicolas Duhamel, directeur général finance du groupe Banques populaires-Caisses d’épargne, Jean Chodron de Courcel, banquier d’affaires chez Hawkpoint Partners, Pierre Pissaloux chez HSBC, François Morlat passé de HSBC à KBL Richelieu, Agnès de Clermont-Tonnerre chez LCL, Jean-Yves Colin, Jean-Luc Perron et Jérôme Brunel au Crédit agricole, Philippe Bordenave chez BNP Paribas.

Certains occupent des postes enviés dans des groupes privés, tels que Hubert Loiseleur des Longchamps Deville, directeur des affaires publiques de Total, Patrick O’Quin, directeur des affaires multilatérales chez Danone, ou Jérôme Bédier dans la distribution (FCD, Carrefour).

L’ancien fiscaliste Dominique Villemot dirige à Paris un prospère cabinet d’avocats, tout comme Jérôme Turot, major de la promotion.

Quelques-uns se sont convertis au conseil, comme Claude Revel, spécialiste de l’intelligence économique, Christian Poirier, administrateur de sociétés, ou Claire Mialaret, experte en ingénierie sociale.

Naturellement, la promotion conserve son lot de hauts fonctionnaires bien installés dans de nobles institutions comme la Cour des comptes (Jean-Christophe Chouvet, Pascal Duchadeuil, Philippe Gros, Sophie Moati-Gourdon), les tribunaux administratifs (Hervé Saluden, Guy Roth, Bernard Leplat), le Conseil d’État (André Schilte, Jean Gaeremynck, Maurice Meda, Jean-Pierre Jouguelet, Sophie-Caroline Jacquin de Margerie-Tarnowski) et le corps préfectoral (Pierre Bayle, Michel Cadot, Pierre Dartout, Christian Decharrière, Michel Delpuech, Roger Silhol, Hervé Masurel, Michel Jau).

De manière plus discrète, plusieurs dizaines de «Voltaire» sont cependant recasés au sein de l’État dans des postes aux intitulés assez flous. Certains ont des titres ronflants de conseillers économiques (Paul Hunsinger, Edouard Sicat), de contrôleurs budgétaires (Jean-Luc Pain), de contrôleurs généraux (Marie-Claire Beltrame-Devoti, Christian Bodin, Mireille Dietrich, Jean-Paul Holz, Christian Farlin, Michel Hourcade, Michel Pot, Françoise Miquel, Gilles Marchandon, Christian Tardivon, Dominique Viel), d’inspecteurs généraux de l’Éducation nationale (Jean-François Cervel, Alain Dulot, Gérard Ghys, Alain Perritaz, Henri Peretti) ou de contrôleurs généraux des armées (Éliane Loquet, Olivier Rochereau).

Mais ces titres ne correspondent pas toujours à des missions très prenantes. «Il y a beaucoup de hauts fonctionnaires en fin de carrière, dont l’État ne sait pas quoi faire, qui peinent comme des âmes errantes dans les ministères», admet un «Voltaire» qui a suivi de près la destinée de ses camarades. Signe que l’administration est inventive, on trouve même, dans la promotion, un secrétaire délégué en charge du comité d’histoire des politiques, des institutions et des métiers du ministère de l’Écologie (Patrick Février), un ambassadeur pour les commissions transfrontalières au Quai d’Orsay (Nicolas Mettra).

Ou, plus cocasse, un haut fonctionnaire de terminologie et de néologie au ministère des Sports (Jean-Michel Fay)! Il faut bien occuper tout ce beau monde et quelques-uns se contentent de placards dorés.

SOURCE: http://www.lefigaro.fr/politique/2012/09/21/01002-20120921ARTFIG00427-ena-le-destin-normal-de-la-promotion-voltaire.php

°°°

LIRE AUSSI

FRANCE (sous François Hollande): l’ ENA (promotion Voltaire) et sa cohorte de Préfets à l’abri, de Cabinets particuliers, de Chics apparatchiks…et de magouilles parlementaires et risques pour l’éthique publique est-elle inépuisable?.

000000000000000000000000000000000000000000

Mensonges d’Etat

15 novembre 2014

Par

Deux mensonges d’Etats défraient la chronique et méritent que l’on s’y arrête. L’affaire « Fillon-Jouyet », qui est avant tout une « affaire Jouyet », et les circonstances ayant accompagnées la mort de Remi Fraisse, lors de la manifestation contre le projet de barrage à Sievens. Ces mensonges sont très révélateurs de la décomposition de notre classe politique, n’en déplaisent à certains. Il faut donc revenir sur ces mensonges, pour montrer en quoi ils sont révélateurs d’une pathologie du pouvoir politique actuel.

Un barrage contre la vérité.

En premier lieu, il y a les circonstances qui ont donc accompagné la mort de Rémi Fraisse. C’est le mensonge le plus dramatique, mais pas nécessairement le plus grave. La révélation, par des sources journalistiques, mais qui n’ont pas été démenties par le Ministère de l’Intérieur ni par le Ministère de la Défense, des communications entre gendarmes la nuit ou Rémi Fraisse perdit la vie sur le site du barrage de Sievens montrent que les gendarmes ont très rapidement su ce qui s’était passé. Mais, cette vérité fut cachée à la famille et aux français pendant 48h. C’est un acte d’une extrême gravité. Nul ne doute que les gendarmes n’avaient nullement l’intention de donner la mort, ni que la manifestation avait pu prendre un tour extrêmement violent (on voit dans l’une des vidéo un groupe de gendarme arrosé des flammes d’un cocktail Molotov). L’usage de grenades offensives a été décidé par la hiérarchie, et ce sont les services du Préfet qu’il faut interroger à leur sujet. On peut penser que le niveau de violence a été excessif et disproportionné. Mais, l’essentiel est qu’une fois l’accident mortel survenu, les services de l’Etat on délibérément caché la vérité alors qu’ils en avaient connaissance ce qui met en cause tant la préfecture que les plus hautes instances du Ministère de l’Intérieur. Au problème du barrage à construire est venu s’ajouter le scandale d’un barrage établi pour cacher la vérité. Le retard dans la divulgation des faits ouvre la porte à toutes les théories du complot possibles et imaginables. Quand M. Bernard Cazeneuve, Ministre de l’Intérieur, décide que les grenades offensives seront dorénavant exclues il pense calmer l’émotion provoquée par ce drame. Mais, il répond à une autre question que celle qui est en réalité posée. Qui a donné l’ordre de se taire pendant 48h ? Qui a pris la décision d’un mensonge par omission s’il s’avère que les gendarmes ont su rapidement quelle était la cause du décès de Remi Fraisse ? Le mensonge d’Etat est là.

Par ailleurs, ce drame met en lumière un fait que l’on a tendance à ignorer. La vérité est que les gendarmes agissent sur ordre de l’autorité civile. Ce sont ces ordres qu’il nous faut donc connaître, et non pas la responsabilité « personnelle » de tel ou tel gendarme. Les gendarmes ont-ils reçu des ordres particuliers de fermeté en raison de l’engagement à une très large majorité du Conseil général du Tarn, ou le PS est d’ailleurs majoritaire, en faveur du barrage ? Il y a, ici aussi, un mensonge d’Etat.

Scandale à l’Elysées.

Mais, l’affaire Jouyet est encore plus emblématique et, pour être moins dramatique, elle n’en est que plus révélatrice. Rappelons les faits : Jean-Pierre Jouyet, ci-devant secrétaire général de la Présidence de la République, poste important s’il en est, tient devant des journalistes, des propos accusateurs quant au comportement qu’aurait eu François Fillon lors d’un déjeuner avec lui. Il ne fournit aucune preuve de ce qu’il avance, mais néanmoins il répète ces accusations alors qu’il est enregistré, et qu’il a connaissance de ce fait. Les journalistes s’empressent de mettre les « révélations » de Jouyet dans un livre sans chercher le moins du monde à les vérifier. Ceci en dit long sur l’éthique d’une presse où le scandale, ou le « buzz », l’emporte sur l’information. Mais, à leur décharge il semble bien que Jouyet ait été très explicite. Ce dernier ne pouvait ignorer les pratiques des journalistes. Il savait que les accusations qu’il avait proférées seraient rapidement mises à la connaissance du Public. On n’entrera pas dans le détail de manœuvre politicienne de bas étage que contiennent ces accusations. L’essentiel ici est qu’un haut fonctionnaire, occupant un poste au plus haut niveau, ait pu se livre à ces manœuvres, puis mentir en déniant avoir tenu les propos qui furent les siens. Devant l’évidence, et l’existence de l’enregistrement, il a dû tardivement reconnaître la vérité. Il est clair qu’il ne peut continuer à exercer ses responsabilités. Que le Président de la République, qui est son ami de longue date, cherche à le protéger est une ultime preuve que François Hollande n’a pas compris les attitudes que l’on attend d’un Président de la République. Un menteur, pris la main dans le sac, se trouve à l’Elysées, et le Président s’en accommode. C’est effectivement un stade inouï du mensonge d’Etat.

Mais le plus grave est à venir. François Fillon, mis en cause par les propos de Jouyet, a porté plainte. Il obtiendra certainement de la justice la saisie et la communication de l’enregistrement où il est mis en cause. Un procès en diffamation se déroulera et Monsieur Jouyet ne détenant aucune preuve de ce qu’il a affirmé, que cela soit faux ou vrai, sera alors probablement condamné. Que fera la Président ? Quelle échappatoire cherchera-t-il alors ? Cette affaire aurait pu être réglée très vite, par la démission de Jean-Pierre Jouyet. Elle menace, au contraire, de se transformer, mutatis mutandis, en un Watergate à la française. Car, n’en doutons pas, certains voudront voir dans l’obstination de François Hollande à vouloir garder auprès de lui Jouyet, la preuve que cette manipulation avait été concoctée au plus haut niveau du pouvoir.

Le cardinal et le petit homme.

180px-Cardinal_Richelieu__28Champaigne_29

Ces mensonges d’Etat jettent une lumière bien particulière sur l’exercice du pouvoir par quelqu’un qui prétendait ramener de la « normalité » dans ce dernier. Nous savons tous que l’on n’exerce pas les plus hautes responsabilités impunément, et qu’il y a, dans tout système démocratique, une part d’ombre qui subsiste. Encore faut-il que cette part d’ombre corresponde au bien de l’Etat. Dans Les Trois Mousquetaires, Alexandre Dumas écrit une scène dramatique ou la Cardinal de Richelieu fait face à Milady de Winter, qui part assassiner le Duc de Buckingham, et finit par lui signer ce blanc-seing :  « Ce qui a été fait par le porteur l’a été pour le bien de l’Etat ». Mais, qui peut prétendre que dans la mort de Remy Fraisse ou dans le scandale Jouyet, il soit question du « bien de l’Etat » ? Le mensonge d’Etat ne couvre plus que des arrangements personnels, des combines locales, un clientélisme qui s’affiche en tant que tel. Et c’est en cela qu’il révèle une profonde décomposition du pouvoir.

http://russeurope.hypotheses.org/3025

Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

0000000000000000000000000

J.Cl. | Publié le 16.11.2014, 08h36 | Mise à jour : 09h00

Le président François Hollande a affiché son soutien au secrétaire général de l'Elysée à Brisbane (Australie) à l'issue du G20.

Le président François Hollande a affiché son soutien au secrétaire général de l’Elysée à Brisbane (Australie) à l’issue du G20. | AFP POOL/E.LAURENT

François Hollande a attendu le 16 pour s’exprimer. Interrogé, à l’issue du G20 de Brisbane (Australie) sur les versions contradictoires livrées par Jean-Pierre Jouyet pour tenter de se sortir de l’affaire Fillon-Jouyet, et son maintien en poste au secrétariat général de l’Elysée malgré ce «mensonge», François Hollande a défendu son collaborateur, proche ami depuis quarante ans.

SUR LE MÊME SUJET

Déjeuner avec Fillon : Jean-Pierre Jouyet savait-il qu'il était enregistré ? Déjeuner avec Fillon : Jean-Pierre Jouyet savait-il qu’il était enregistré ?

Jouyet, l'ami encombrant de Hollande Jouyet, l’ami encombrant de Hollande

EXCLUSIF. Sondage : l'image de Fillon abîmée par l'affaire Jouyet EXCLUSIF. Sondage : l’image de Fillon abîmée par l’affaire Jouyet

 

Jouyet a bel et bien cité Fillon lui demandant de «taper vite» contre Sarkozy Jouyet a bel et bien cité Fillon lui demandant de «taper vite» contre Sarkozy

Mistral, loi Taubira : au G20 Hollande renvoie Sarkozy dans les cordes Mistral, loi Taubira : au G20 Hollande renvoie Sarkozy dans les cordes

«Le secrétaire général de l’Elysée n’est pas présent ici au G20, parce que ce n’était pas sa place. Votre question n’a donc pas sa place ici» a d’abord expliqué le de République avant de poursuivre : «Jean-Pierre Jouyet est le secrétaire général de l’Elysée et c’est un bon secrétaire général de l’Elysée». Concis, clair et net.

Jusqu’ici, la défense politique des socialistes autour de Jouyet s’était limitée à la matinée de mercredi. A l’issue du conseil des ministres, Ségolène Royal, amie elle-aussi de Jouyet, avait assuré que le secrétaire général avait «bien sûr» le soutien de tous à l’Elysée, ce qu’avait appuyé quelques minutes plus tard le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. Surtout, pour montrer sa confiance à Jouyet, Manuel Valls s’était longuement attardé avec lui sous l’oeil des caméras massées dans la cour de la présidence. Les deux hommes étaient tout sourire  et visiblement d’humeur légère.

AFP/D.Faget

En dehors de cette séquence, rien ou presque. Malgré l’intensité de cette affaire, les réactions politiques outrées et les sondages, qui montrent combien les Français souhaitent la démission de Jouyet comme la mise en retrait de Fillon, François Hollande ne s’était pas élevé pour défendre l’un de ses plus proches collaborateurs. Il n’a pas, non plus, demandé dans le secret de l’Elysée la démission d’un homme malgré les conséquences politiques de l’affaire. Le chef de l’Etat sait pourtant le faire : le 18 avril dernier, il avait demandé à sa plume Aquilino Morelle de quitter le château. La veille, Médiapart avait révélé le comportement critiquable de son conseiller politique, qui, en plus d’utiliser les moyens de la République pour son usage privé ou celui de sa famille, avait conseillait des laboratoires pharmaceutiques dix ans plus tôt alors qu’il travaillait à l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS).

VIDEO. Manuel Valls tout sourire avec Jean-Pierre Jouyet après le conseil des ministres

https://dailymotion.com/video/k4jp6yjrFMkxqU9jUYr?syndication=111791&logo=0&info=0&quality=720

SOURCE: http://www.leparisien.fr/politique/hollande-jean-pierre-jouyet-est-un-bon-secretaire-general-de-l-elysee-16-11-2014-4296111.php

OOOOOOOOOOOOOOOOOOO

—————————————————-

Larmes à gauche

Si Le Canard enchaîné et Mediapart n’existaient pas, il faudrait les inventer.

On sait ce que je pense du formidable apport, pour la démocratie, la vérité et la justice, du site créé par Edwy Plenel.

Toutes proportions gardées, je le considère comme beaucoup ont lu et admiré les romans de Balzac. Le talent et le génie de celui-ci étaient plus forts que le bric-à-brac fumeux dont il prétendait s’inspirer. Mediapart, pour l’enquête et l’investigation, réunit bien au-delà de l’idéologie de Plenel.

Si on peut regretter un point de vue parfois hémiplégique – par exemple, ce qui importe, ce ne sont jamais les blessures et les violences dont gendarmes et policiers sont victimes mais les seules atteintes causées à des manifestants forcément irréprochables ! -, reste que je n’ose imaginer ce que serait devenue notre République, toutes latitudes politiques confondues, sans l’action obstinée et efficace de ce journalisme qui n’a pour ambition que de laisser rapidement le judiciaire prendre sa relève.

Il est honteux de prétendre que Mediapart a été condamné pour fraude fiscale avec la connotation dégradante qui s’attache à cette qualification alors que personne n’ignore qu’il s’est agi d’un débat de principe ouvert et transparent sur l’application du même taux de TVA que celui de la presse aux sites d’information, conclu par une victoire de l’Etat. Une anticipation honorablement provocatrice. Rien d’indigne donc.

Longtemps, tout en lisant chaque mercredi Le Canard enchaîné, j’ai éprouvé comme une sensation d’insignifiance et d’impudeur, comme si l’on me permettait de regarder par le trou de la serrure des scènes sans réelle portée ni incidence.

Je ne le pense plus du tout aujourd’hui parce que si cet hebdomadaire demeure avec esprit l’espace privilégié pour les anecdotes et les saillies politiques, culturelles et médiatiques, il serait absurde de ne pas admettre que cette part qu’il assume et incarne avec une verve souvent sarcastique et pertinente est constitutive d’une appréhension plus vaste de l’univers et des personnalités publiques.

Il est clair que dorénavant les grandes idées ne sont pas exclusives des petits gestes et que les petites phrases ne jurent pas forcément avec les grands desseins. La personne privée et l’être politique, l’officiel des propos et l’officieux des confidences ne sont plus séparés par un gouffre et éclairent, à leur manière, le citoyen, le lecteur.

Aussi, il est étrangement voluptueux de lire que des ministres se laissent aller à déclarer, au sujet de l’affaire Jouyet : « C’est un coup supplémentaire porté au système hollandais…Tout ça a un côté Pieds Nickelés…On ne sait pas sur quoi ça peut déboucher…Il va rester de toute cette affaire un pouvoir un peu plus déstabilisé… », avec ce résumé cinglant par l’un d’eux : « Pour la plupart d’entre nous, Jouyet est un irresponsable, Hollande un rigolo, Sarkozy un truand, et les journalistes (du Monde) des dingues » et, pour tel autre, cette charge : « Le résumé de la situation est simple : il y a un traître à l’UMP, Fillon ; des amateurs, les socialos ; un branquignol, Hollande ; et un Sarko aux anges ».

Le reste qui serait trop long à citer nous annonce tout de même, de la part d’un pessimiste clairvoyant : « Si l’élection présidentielle avait lieu aujourd’hui, Marine Le Pen serait à 30%. Tout cela va mal finir ».

Pourquoi ai-je évoqué une « étrange volupté » ? Parce que percevoir, derrière la façade des mots creux et de la langue de bois, des soutiens et des apologies mécaniques, de la part d’un camp – en l’occurrence celui de la gauche -, une lucidité amère, une cruauté d’autant plus acide qu’elle accable d’abord ce à quoi on a cru et ceux qu’on a surestimés, représente un plaisir intellectuel pour un citoyen qui place au-dessus de tout sincérité et vérité, le contraire donc de l’attitude présidentielle à l’égard du démenti démenti de Jean-Pierre Jouyet et de l’entêtement à le maintenir à son poste comme si de rien n’était.

Je sais bien que ces aperçus dévastateurs ne seront jamais confirmés publiquement mais cela fait du bien de pouvoir considérer qu’il y a une entente des intelligences, des analyses et des dérisions sous le velours lassant et conventionnel des cocoricos partisans, des affrontements de comédie.

Sous la guerre affichée, le consensus obligatoire qu’impose, dans une discrétion prudente, l’attention au réel. Le caractère univoque du désastre. Il y a des connivences qui dament le pion, en profondeur, aux proclamations. Pourquoi l’officieux, en politique, n’ose-t-il jamais venir à la surface pour enrichir l’officiel et lui donner sens et authenticité ?

Le Canard enchaîné, dont sa longue histoire, démontre qu’il a été très rarement poursuivi et encore moins condamné, en offrant ces phrases à notre réflexion civique participe, sur son registre qui n’est pas mince, à l’émergence décapante d’un sentiment de plus en plus vif, de plus en plus inquiétant : un désabusement partout et de la part de tous.

Que la lucidité soit aussi à gauche ne console pas de ce sombre tableau. On va vers le pire mais, progrès, on le sait de plus en plus et de mieux en mieux.

Ma Photo

Philippe Bilger

http://www.philippebilger.com/blog/2014/11/la-lucidit%C3%A9-est-aussi-%C3%A0-gauche.html

0000000000000000000000

Antoine Gosset-Grainville, le 3e homme du déjeuner Fillon/Jouyet.Antoine Gosset-Grainville, le 3e homme du déjeuner Fillon/Jouyet. Photo : MIGUEL MEDINA / AFP

°°°

 

sarkozyfillon

jouyet-a-gauche-et-francois

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Une histoire de flous !

Dans quelle nasse François Fillon s’est-il encore mis ?

Il a annoncé à l’AFP son intention de porter plainte pour diffamation à l’encontre du Monde et des deux journalistes Davet et Lhomme mais il ne devrait pas oublier, si la procédure est en effet initiée et suit son cours, que le procès de presse est souvent dévastateur aussi pour la partie civile.

François Fillon affirme par ailleurs qu’il faut cesser « les boules puantes » et qu’il y a peut-être eu une volonté de déstabiliser un membre de l’opposition, « une forme de complot » (JDD).

Il s’expliquera ce soir 9 novembre sur TF1. Il ne reste à espérer que Claire Chazal, médiocre et placide intervieweuse à l’ordinaire, ait miraculeusement un état de grâce !

Pour qui cherche à considérer objectivement ce qu’il est convenu d’appeler maintenant l’affaire Fillon-Jouyet, un certain nombre de données sont incontestables.

Gérard Davet et Fabrice Lhomme qui décidément, avec leur dernier livre au demeurant tout à fait passionnant, font beaucoup parler d’eux ces derniers jours, ont rencontré le 20 septembre Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée, et leur entretien a été enregistré avec son assentiment. Nous en avons quasiment un verbatim dans Le Monde paru le 8 novembre.

Jean-Pierre Jouyet leur révèle à cette occasion que François Fillon, qu’il connaît bien et apprécie pour avoir été son Secrétaire d’Etat aux Affaires européennes du mois de mai 2007 au mois de décembre 2008, a déjeuné avec lui et Antoine Gosset-Grainville dans un restaurant proche de l’Elysée le 24 juin 2014. Jouyet avait informé le président de la République de ce contact et François Hollande lui avait recommandé de faire ce repas ailleurs qu’à l’Elysée.

Au cours de ce déjeuner, François Fillon aurait vivement insisté auprès de Jouyet pour que soient poussés au maximum les feux judiciaires contre Nicolas Sarkozy, en particulier à la suite du paiement par l’UMP – un abus de confiance selon l’ancien Premier ministre – de l’amende personnelle infligée à Nicolas Sarkozy par le Conseil constitutionnel. François Fillon aurait pressé Jouyet pour que l’Elysée incite la justice à se mobiliser rapidement et efficacement.

Jean-Pierre Jouyet faisant le compte rendu de leurs échanges au président de la République s’entend répondre par ce dernier que l’Elysée n’a pas à intervenir parce que la justice est indépendante.

Coïncidence ou non, une enquête est ordonnée le 2 juillet 2014 – selon le parquet de Paris, sur le seul rapport, en date du 30 juin, des commissaires aux comptes de l’UMP – sur cet éventuel abus de confiance se rapportant à une somme de 516 615 euros et une information ouverte de ce chef le 6 octobre. On vient d’apprendre également que deux notes de Bercy, l’une par Bruno Bézard, l’autre par le Directeur des affaires juridiques, validaient, en 2013, juridiquement, la prise en charge, par l’UMP, des pénalités pour le dépassement des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy (lepoint.fr).

Jean-Pierre Jouyet, avant de connaître l’existence du verbatim, a démenti la relation de la conversation, telle qu’il l’aurait communiquée aux deux journalistes et qu’ils l’ont rapportée, puis s’est rétracté, confirmant leur version. Une variation qui commence par un mensonge.

Antoine Gosset-Grainville a confirmé l’existence du déjeuner à trois le 24 juin mais nié que François Fillon ait tenu les propos qui lui étaient prêtés par Jean-Pierre Jouyet dans la présentation faite à ses interlocuteurs.

En prenant d’infinies précautions, quelques plausibilités psychologiques et politiques sont susceptibles d’éclairer.

Le rapport de force, voire de violence, entre Nicolas Sarkozy et François Fillon depuis la défaite du premier et l’ambition présidentielle du second est à l’évidence d’une telle intensité que tout est possible, et en particulier le recours à des manoeuvres à la fois imprudentes mais qu’on espère décisives de la part de l’un des rivaux.

Il n’est pas non plus indifférent que Jean-Pierre Jouyet ait été sollicité, non seulement à cause de leur collaboration sous la présidence de Nicolas Sarkozy mais aussi en raison de la psychologie du secrétaire général, personnalité souple, très intelligente, tolérante, trop bavarde paraît-il, capable de tout comprendre et fidèle plus que jamais au président de la République après une parenthèse de plus d’un an qui avait suspendu leur amitié profonde et complice.

Comment Jean-Pierre Jouyet a-t-il pu cependant se laisser aller devant ces deux journalistes compétents et redoutables à de telles confidences dont il ne pouvait pas ignorer qu’un jour elles sortiraient et feraient des ravages ? Sans lui, sans cette indiscrétion capitale, le déjeuner du 24 juin, en tout cas ce qui s’y est dit, serait demeuré inconnu. Henri Guaino qui raffole de la « castagne » lui demande évidemment de s’expliquer.

S’il y a eu machiavélisme de la part de Jouyet, on en percevrait mal la motivation à l’encontre de François Fillon évidemment à protéger par rapport à l’ennemi prioritaire Nicolas Sarkozy !

Pour l’ancien Premier ministre – je l’affirme sans ironie -, il n’a sans doute pas compris qu’il avait changé de quinquennat et que ce président de la République préférait, par une heureuse indifférence, la liberté et l’indépendance de la justice ; alors que son prédécesseur, par un déplorable impérialisme, prétendait entraver l’une et l’autre dans les affaires qui regardaient, selon lui, l’Etat, ses manipulations et ses coulisses discutables.

François Fillon est aussi malheureusement révélateur de l’attitude d’une classe politique qui non seulement n’a pas intégré le rôle éminent de la Justice mais s’obstine à la vouloir soumise au pouvoir en place. Si elle vante pour la façade son importance, elle est toujours prête à demander au président ou à ses collaborateurs de faire le nécessaire pour que les magistrats n’aillent pas pratiquer comme s’ils étaient réellement libres !

Le seul qui, dans cette histoire de flous, sauve sa mise est le président de la République. Il confirme que l’unique crédit dont il doit bénéficier, la seule anaphore réussie et concrétisée concernent l’indépendance de la justice. Ce n’est pas rien. L’écart n’en est que plus aveuglant, plus brutal entre la politique pénale calamiteuse du garde des Sceaux et cette indéniable avancée démocratique par rapport au quinquennat précédent.

Mais dans quelle nasse Jean-Pierre Jouyet a-t-il donc mis François Fillon ?

Ma Photo

Philippe Bilger

0000000000000000000000000000000000000000000000000

Les Echos | Le 09/11 à 11:20, mis à jour à 20:26
François Fillon accuse Jean-Pierre Jouyet mensonge »François Fillon accuse Jean-Pierre Jouyet de mensonge » – AFP
François Fillon a accusé de « mensonge » le secrétaire général de l’Elysée qui a, lui, admis que l’ancien Premier ministre lui avait parlé, lors d’un déjeuner en juin dernier, de l’affaire Bygmalion et des pénalités pour la campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy.

En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/politique-societe/politique/0203925499664-jouyet-doit-sexpliquer-sur-les-informations-du-monde-selon-guaino-1062484.php?oXdtPKs9oyu2iiV4.99

00000000000000000000000000000