Articles Tagués ‘Jean-Louis Beck’

Joué-les-Tours : le procureur peine à imposer la version policière

Le commissariat de Joué-lès-Tours, le 20 décembre, après les faits.

La version officielle qui conte, dans le détail, l’agression de quatre policiers par un jeune français musulman d’origine burundaise au commissariat de Joué-lès-Tours ne peut souffrir d’aucune contestation. C’est Jean-Louis Beck, procureur de la République de Tours, qui l’a assuré en cette veille de nouvel an, lors d’une conférence de presse convoquée précipitamment. Le magistrat, agacé, souhaitait «faire un certain nombre de mises au point afin que l’on ne s’égare pas et qu’on ne colporte pas des informations inexactes».
Selon lui, les faits sont les suivants. Samedi 20 décembre, peu avant 14 heures, Bertrand Nzohabonayo, alias Bilal, un homme d’une vingtaine d’années à la barbe fournie et à l’allure sportive se présente au commissariat de Joué-lès-Tours, une commune calme d’Indre-et-Loire posée en périphérie de Tours. Il tambourine à la porte, un policier vient lui ouvrir. Ce dernier est aussitôt agressé de plusieurs coups de couteau au cri «d’Allahou Akbar» [Dieu est le plus grand, en arabe]. Des collègues interviennent dans le sas de sécurité et sont eux aussi agressés de plusieurs coups de couteau, toujours au cri d’Allahou Akbar. Une policière, elle aussi atteinte, finit par l’abattre de plusieurs balles. Décès constaté une demi-heure après le commencement des faits.

Pourtant, depuis cette agression, une autre histoire se trouve relayée par des témoins directs et des proches du jeune homme. Celle-ci assure que Bertrand Nzohabonayo n’a jamais crié Allahou Akbar, version confortée par quatre témoins rencontrés par les différents médias et qu’il ne s’est pas rendu seul au commissariat, mais accompagné par des policiers qui souhaitaient l’entendre dans le cadre d’une agression subie par l’un des policiers locaux la veille au soir.

Un témoin a affirmé devant les caméras de l’AFP : «J’ai vu les quatre policiers prendre le monsieur pour le rentrer à l’intérieur, ils lui ont dit : “Calmez-vous!” et le monsieur a commencé à crier “Aaah!” et à se débattre.»

la suite: http://www.liberation.fr/societe/2014/12/31/joue-les-tours-le-procureur-peine-a-imposer-la-version-policiere_1172365?xtor=EPR-450206&utm_source=newsletter&utm_medium=email&utm_campaign=quot

00000000000000000000000000000000000