Articles Tagués ‘Giscard’

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN – Trois semaines après leur sortie, les mémoires politiques de Philippe de Villiers écrasent les autres livres politiques de la rentrée, sans pourtant faire naître chez lui la tentation du retour. Explications.

Philippe de Villiers est le créateur du Puy du Fou et le fondateur du Mouvement pour la France. Il s’est présenté aux élections présidentielles françaises de 1995 et de 2007. Il est également écrivain. Son dernier livre Le moment est venu de dire ce que j’ai vu est paru le 1er octobre 2015 aux éditions Albin Michel.


LE FIGARO. – Votre livre est un triomphe public qui rappelle un peu celui du Suicide français d’Eric Zemmour. Comment l’expliquez-vous? Ces succès d’édition cachent-ils un phénomène de société?

Philippe DE VILLIERS. – Cette lame de fond s’explique par l’immense désarroi des Français lucides, désemparés, submergés par un sentiment de dépossession d’eux-mêmes et qui craignent le pire. Mais le désarroi n’est pas une explication suffisante, il y a aussi une soif de connaître, depuis la coulisse, les cheminements et officines qui nous ont conduits au désastre. Beaucoup de gens veulent savoir comment ont été descellées les pierres d’angle, comment la machine à décerveler les pensées justes a procédé pour vitrifier les esprits libres, comment se sont imposées la terreur et la haine de soi jusqu’à faire perdre à la France son âme et à la mettre en danger de mort.

Mon livre est un témoignage qui propose plusieurs clés de compréhension. Ma conscience civique s’est éveillée en mai 1968. J’ai vu derrière le grand chambardement, se profiler le boboïsme, l’idéologie en fusion du bourgeois-bohème, libéral-libertaire. J’ai connu de l’intérieur le creuset de l’ENA, cette couveuse à crânes d’œuf qui fabrique en série les «ingénieurs sociaux». J’ai regardé comment le système produisait des poulets de batterie hors sol à la Juppé-Fabius, choisissant au hasard leur emballage de sortie, leur étiquette. J’ai vu comment la grande broyeuse à apparatchiks confisquait les talents et les passait au micro-ondes pour qu’ils soient, comme la viande attendrie, aseptisés et nourris à la pensée chloroforme.

Les hasards de la vie m’ont amené à côtoyer dans leur intimité les grands fauves, Giscard, Mitterrand, Chirac, puis les lapins-tambours Duracell et ludions électroniques du Sarkhollande, qui clignotent comme des néons. J’ai vu comment ils pirouettent et toupillent non plus au service de la France, mais «de leur parcours», en pratiquant l’hédonisme politicien. Tous ces gens propres sur eux plaisaient à M. Bertin de Ingres et à la bourgeoisie française qui se voulait «anationale» comme le disait de Gaulle. Ils promenaient leurs accents de gravité, ils savaient poser la main sur le cœur, ils portaient le costume trois-pièces du VIIème arrondissement des assureurs qui rassurent. En fait ils ont coulé la France, c’étaient des naufrageurs en cravate.

LIRE sur http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/10/16/31001-20151016ARTFIG00371-philippe-de-villiers-le-pouvoir-n-a-plus-de-pouvoir-c-est-une-clownerie.php

000000000000000000000000000000000000000000

Challenges.frSondage: et le vainqueur est… Jacques Chirac

Publié le 22-04-2015 à 11h53Mis à jour à 19h01
L’ex-président arrive en effet en tête des présidents les plus sympathiques, suivi de près par Lionel Jospin considéré comme le meilleur Premier ministre.

Sarkozy, Giscard, Chirac, Debré (Charles Platiau/AFP)Sarkozy, Giscard, Chirac, Debré (Charles Platiau/AFP)

Retiré de la vie politique active depuis 2007, Jacques Chirac n’en demeure pas moins particulièrement apprécié, ce que confirment les résultats d’un sondage Ifop/Paris Match évaluant la cote de popularité des dirigeants de la Ve République. L’ex-président arrive en effet en tête des présidents les plus sympathiques, suivi de près par Lionel Jospin considéré comme le meilleur Premier ministre. Le choix des Français se fonde majoritairement sur le refus de Jacques Chirac d’intervenir en Irak au côté des Américains, son opposition à toute alliance avec le Front National et sa proximité du monde paysan.

33% des personnes interrogées placent le « grand Jacques » en tête du palmarès des chefs de l’Etat les plus sympathiques, 12 points devant François Mitterrand (21%), Charles de Gaulle étant, pour sa part, relégué à la troisième place avec 17% des votes. Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing sont à égalité à 8%, devant Nicolas Sarkozy 7%. François Hollande, et ce n’est pas une surprise, ferme le ban avec 5%… Mais il est toujours en fonction.

Jospin devant Juppé

L’enquête se penche également sur les quatre Premiers ministres des deux mandats de Jacques Chirac et tend à révéler que les Français approuveraient la cohabitation : Lionel Jospin, nommé après la dissolution, arrive en tête devant Alain Juppé, Dominique de Villepin puis Jean-Pierre Raffarin.

Il ressort de ce sondage qu’Alain Juppé, pour 45% des personnes interrogées, représente « l’héritier de Jacques Chirac« , loin devant Nicolas Sarkozy qui ne recueille que 25% des voix.

Enquête menée par téléphone du 17 au 18 avril auprès de 1.011 personnes de 18 ans et plus représentant la population française de 18 ans et plus (méthode des quotas).

(Avec AFP)

source: http://www.challenges.fr/politique/20150422.CHA5178/et-le-vainqueur-est-jacques-chirac.html

0000000000000000000000000000000000000000